Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/12/2017

EVENEMENT *MANADE CUILLE A GENERAC*

Vendredi 8 décembre 2017

Le 3e Biòu d'Or de Mignon fêté

CUILLEPHCD.jpg

Des satisfactions, l'hommage à Philippe Cuillé
et beaucoup de questions

Amis et famille de la marque, amateurs, organisateurs, mais aussi manadiers, instances fédérales et du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence avaient bravé le froid pour se rendre à Générac.

manade cuillé,mignon,course camarguaise« L’an dernier, je terminais mes propos de la sorte : Beleu a l’an que ven. E ben vaqui, i sian mai, fai très cop ! Je suis aujourd’hui un manadier comblé, lucide et triste à la fois », attaquait Jean-Pierre Cuillé devant une belle chambrée en ce samedi de décembre où le Mas des Pavillons réceptionnait en l’honneur de Mignon.

Un manadier comblé disait-il, il n’en faudrait pas moins, avec cette récompense suprême remportée par le cocardier de la famille, à la carrière d’une rare longévité. Comblé également par la reconnaissance de ses pairs et par les membres de la Commission de Trophée Taurin qui « ne se trompent guère ! », insistait Aimé Hugon. Applaudissements !

manade cuillé,mignon,course camarguaiseMalgré la joie toute visible, les visages ont vite pris un autre regard, lorsque Jean-Pierre évoqua ses soucis sur l’avenir de la course camarguaise. «Inquiétudes quant à la difficulté des taureaux jeunes à franchir les étapes et à devenir des vedettes ». Ceci menant à poser certaines questions… «Est-ce la faute aux manadiers qui les font trop ou trop peu courir, aux directeurs d’arènes qui depuis 50 ans font tout pour le confort des uns et des autres, sauf pour le taureau... Est-ce celle des présidents de course qui n’ont pas les pouvoirs ou qui ne veulent pas sortir des gens qui sont néfastes au spectacle et ils sont nombreux, nous les connaissons tous ? Est-ce celle du Trophée Taurin qui pousse à la course aux points ? Est-ce celle de la Fédération qui ne dit rien ? Est-ce celle des raseteurs qui confondent souvent les arènes avec le boulodrome en passant leur après-midi à faire des carreaux ? »

manade cuillé,mignon,course camarguaiseTant de questions qui ont tilté à l’oreille du président de la FFCC Hadrien Poujol : « Nous avons 3 ans pour faire changer les choses, je ne suis pas là pour faire un concours de popularité ! Ce ne va pas plaire à tout le monde, mais ce sera comme ça ».

Tristesse et recueillement lors de l’évocation de Philippe Cuillé, homme des passions, homme de biòu qui avait débuté aux côtés de son frère comme amateur chez Henri Laurent, avec la complicité duquel l’élevage Cuillé a pu être fondé, avant de devenir directeur de diverses arènes (Arles, Nîmes, Le Grau-du-Roi, Lunel). « Les taureaux, c’était sa vie » et aujourd’hui, ce sont Pierre, Amélie, Vincent et Benjamin qui ont pris la suite au sein de l’élevage.

A Pierre de parler de Mignon… Juste pour annoncer que le cocardier comptera quatre sorties en 2018 et que ses adieux se feront « dans la mesure du possible en grande pompe, à l’image de sa carrière ». Ce dont se félicitait Frédéric Touzellier, maire de Générac, village qui, grâce à Mignon, a vu son nom porté dans les arènes de Provence et de Languedoc.

manade cuillé,mignon,course camarguaiseIl ne restait plus qu’à Aimé Hugon à prendre la parole et saluer celui pour qui ce rassemblement avait lieu par un « Bravo Mignon ! », tout en avouant qu’il faisait partie de ceux qui ne pensaient pas qu’il ferait le triplé. Rebondissant sur les précédents propos, et nostalgique un tant soit peu, Aimé évoque un film sur Gandar, vu la veille. « En piste, il y avait une nuée de raseteurs et quand le Gandar se déplaçait, personne ne courrait derrière. Pourtant chaque vedette avait son tourneur. Donc cela a existé. Aujourd’hui, tellement qu’ils sont sportifs et que l’on a modifié les arènes, on a tout fait contre les taureaux. Maintenant ce n’est pas que la faute des raseteurs, des arènes, mais vu le nombre de courses, certains taureaux n’ont rien à faire dans un spectacle payant. Je le pense sincèrement ».

Une réception sans langue de bois, ou les discussions se sont poursuivies jusqu’à tard dans l’après-midi sous un temps glacial, venté, gris et parfois neigeux et en toute convivialité.

Tout ça en l’honneur de Mignon et de la famille Cuillé.

Encore félicitations !

Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

Encore une saison incroyable
pour un cocardier exceptionnel

MIGNON4PHCD.jpg2017. Depuis son titre de Biou de l’Avenir reçu en 2010 au Grau-du-Roi, Mignon tient l’affiche au Trophée des As. Sept ans de compétition au cours desquels ce cocardier exceptionnellement intelligent a peaufiné sa technique sans jamais perdre son altier port de tête, son physique magnifique et son moral de Seigneur. Un régal pour les chroniqueurs qui n’ont pas ménagé les superlatifs pour accompagner la saison menant Mignon à son 3e Biou d’Or.

Le 14 avril à Arles, le N.349 de la manade Cuillé entame, à 14 ans, sa temporada, se montrant « sérieux et classique ». Le 8 mai à Palavas, « il étincelle avec fougue devant Zekraoui ».Le 25 mai à Alès, « Mignon le magnifique porte le danger sur Cadenas et Aliaga ». 11 juin, à Lansargues, il « fait hésiter les blancs grâce à son intelligence de placement et sa rapidité ». Le 2 juillet à Châteaurenard, « l’approche est difficile et les rasets interminables avec Cadenas et Marignan ». Le 23 juillet à Beaucaire « Mignon fait le ménage pour gérer son terrain dans un quart d’heure de qualité ». 15 août à Mauguio c’est « l’excellence avec des anticipations féroces aux trousses de Jérôme Martin ». Et malgré une blessure qui le prive de la fête du Grau-du-Roi en septembre, le 8 octobre pour sa dernière finale du Trophée en Arles, Mignon honore son 3e titre par une « course de bon gestionnaire même si peu aidé par les blancs en ce jour ».

Au final, jamais il n’a failli, toujours il a dominé, maître en piste, noble et fier. Exceptionnel taureau de Camargue !

MARTINE ALIAGA

manade cuillé,mignon,course camarguaise

PHOTOS CYRIL DANIEL

*********************

 

04/12/2017

11e CHARROI DES OLIVES

Samedi 2 décembre 2017

▼ Honneur aux meneurs et aux chevaux

CHEVAUXMENEURS2.jpg

▼ Le Charroi remonte le temps

SOMMIERES.jpg

IMG_9926.JPG

▼ Au four...

IMG_9899.JPG

▼ ... et au Moulin (de Villevieille)

IMG_9938.JPG

IMG_9947.JPG

IMG_9953.JPG

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Livraison assurée
vite au déjeuner

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Top départ pour le retour
ciel chargé, froid

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Traversée du Marché

ça passe juste

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Direction le bercail
d'un bon pas, il gèle

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Je rêve ou il neige ?

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

▼ Soigner les chevaux, tout rentrer
avant de lever le verre
au 11e Charroi des Olives

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

sommières,villevieille,saint-geniès-des-mourgues,charroi des olives,course camarguaise

PHOTOS MARTINE ALIAGA

Un Charroi à tous les temps

Retrouver l'ancien temps. N'en garder qu'un temps, celui de la récolte d'olives. Prendre le temps d'atteler en charrettes d'époque. Et tailler la route de nuit au pas de chevaux de trait pour livrer le précieux chargement au moulin. En, ce temps de l'Avent, onze ou douze attelages refont chaque année début décembre le périple des anciens.

Le temps d'une nuit, affronter la rudesse des températures, s'habituer à l'obscurité juste trouée de loupiotes, humer les odeurs de cuir, de bois, l'oreille attentive aux sonnailles et grelots des harnachements, quand les conversations se font murmures.

Le petit voyage est maintenant bien rôdé. Et les convoyeurs savent en gérer tous les temps en savourant chaque étape : marcher dans les pas des chevaux pour alléger leur charge. S'arrêter à l'invite d'amis pour un café chaud autour d'un feu de bois et repartir dans la campagne endormie. Au pont, quand les robes des chevaux fument sous l'effort, les meneurs ne sont plus que silhouettes découpées dans le halo de lueurs pâles. Les marcheurs s'accrochent alors aux ridelles des charrettes pour garder le rythme, la fatigue se fait sentir, le froid est mordant malgré les capes et les grosses vestes.

Le temps passe lentement sous les frondaisons des derniers kilomètres, nuit totale, ça et là des chevaux dans leurs prés s'agitent au passage du curieux défilé de leurs congénères au travail. Des chiens aboient. Au petit matin, le ciel change à l'Est, les couleurs s'invitent. Là-bas, Sommières sort de la brume. Il y a quelques lumières aux fenêtres. Les sabots claquent sur le goudron du pont romain. Magie de l'instant près des remparts sommiérois, les images du début du siècle dernier s'imposent. Le charroi a remonté le temps.

Le Moulin fourmille le temps du déchargement. Un à un, chaque attelage dépose son butin. Les voix sont fortes, les rires fusent. Il est temps de reprendre des forces. Le temps du retour passera à vive allure, Légers, les chevaux boucleront le trajet en une bonne paire d'heures. A l'arrivée, rapidement libérés de leurs traits et soignés, ils retrouveront la liberté.

Il sera alors temps de savourer voire de ripailler. Et foi de charretier, cela prendra un certain temps.

MARTINE ALIAGA

 

03/12/2017

DECES

Dimanche 3 décembre 2017

Philip Chabanon a le regret d'informer du décès de sa maman,
veuve de René Chabanon speaker au arènes de Lunel.
Les obsèques auront lieu au temple
de Saint-Laurent d'AIgouze
le lundi 4 décembre à 14h30.

Nous présentons à Philip et à sa famille nos plus sincères condoléances

01/12/2017

EVENEMENT *28e Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc

Vendredi 1er décembre 2017

Des Gazelles camarguaises

gazelles3.jpg

Christian Chomel et Barraïé à l’arrière ; trois biòu, un cheval, la croix gardiane sur le flanc gauche ; deux biòu et un cheval de plus, une cabane de gardian sur le côté droit... Au détour des dunes du Sud Maroc, la Camargue jaillira bientôt du sable... Une Camargue peinte par Jean Marignan sur la carrosserie du 4X4 HDJ 80, conduit par Karine Esperandieu et Cendrine Jouannet pour le 28e Rallye Aïcha des Gazelles.
Les deux Gardoises, fans de sports mécaniques, vont plonger du 16 au 31 mars 2018 dans le seul rallye-raid au féminin qui, depuis 28 ans, lance ses équipages dans le désert marocain sans chronomètre ni GPS mais avec carte et boussole. Le moins possible de kilomètres à réaliser à l’aide d’une navigation à l’ancienne pour rallier des balises à valider. Le but, arriver à terme sur la plage d’Essaouira. Mais pas seulement. L’épopée sportive est doublée via l’association Cœur de Gazelles, d’un engagement d’aide médicale à la population des régions reculées du Maroc.
De quoi réjouir les deux participantes qui, expérimentées en pilotages auto et moto, tant sur circuit que sur route et même désert marocain, peuvent ici employer leur générosité et empathie naturelles. Sensibilisées aux problèmes ophtalmiques - Cendrine souffre d’un glaucome malin - leur association Gazzz’elles 30 fera don de paires de lunettes de vue (contrôlées par l’Institut Emmanuel d’Alzon) et de lunettes de soleil via l’Association Cœur de Gazelles pour les villageois habitants les terres les plus lointaines.
Les filles partagent également « le goût pour la nature et les choses simples de la vie » et affichent toutes les deux un tempérament intrépide voire téméraire, la même ténacité et détermination. Elles en auront bien besoin pour affronter la compétition, les bivouacs, et déjouer les dangers du sable.
Pour ce faire, leur dromadaire du désert a tout pour les servir. L’expérience en plus. Souvenez-vous ! Le Toyota arborait déjà ses couleurs camarguaises en 2008 quand Jacky Maurin, afeciouna et membre du Trophée Taurin, l’avait préparé pour un « Dakar » malheureusement annulé par des attentats en Mauritanie. C’est aujourd’hui au féminin que cette bête des sables gonflée du moteur aux amortisseurs, va conjuguer ses qualités.
Les deux filles motivées comme jamais, en sont - entre deux entraînements - à boucler leur budget. Et inutile de préciser que les sponsors sont les bienvenus. Pour que leur rêve devienne réalité et que la Camargue défile de l’Atlas marocain à la plage d’Essaouira.

gazelles2.jpg


MARTINE ALIAGA
PHOTOS Gazzz'Elles 30

BON A SAVOIR

Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc du 16 au 31 mars 2018. Départ de Nice, bateau jusqu’à Tanger, départ et arrivée de la compétition à Essaouira.
Contact : Association Les Gazzz’Elles 30.
Mail : gazzzelles30@outlook.fr
Page Facebook : Les GazzzElles30.
Cendrine, tél. 06 38 65 28 17.
Karine, tél. 06 72 25 52 17.

TRIDENT D'OR

Vendredi 1er décembre 2017

Le Trident d'Or prêt pour 2018

 

fontvieille,trident d'or,course camarguaiseOrganisés et efficaces, les membres du comité du Trident d’Or sont, chaque année, les premiers - ou presque - à présenter le calendrier de leur prochaine saison.

Après Manduel en 2017, c’est Fontvieille et son CTPR, fort de ses 120 ans l’an prochain, qui accueillait l’assemblée générale et qui donc organisera la finale de la 60e édition en septembre 2018.

Devant une belle assemblée accueillie par le maire Guy Frustié et Philippe Bayle, Christian Vallat, président du Trident d’Or, rappelait la longue collaboration qui lie les deux parties depuis la création de cette compétition. Parole était ensuite donnée à Christian Massard, trésorier, qui listait des finances saines et Jean-Paul Marteau, le secrétaire, pour le survol de l’édition 2017 ayant vu la manade Lautier prendre le pas sur Nicollin lors de la finale.

fontvieille,trident d'or,course camarguaiseMoment intense et devenu « culte » ces derniers temps avec le tirage au sort des futures courses de 1res séries. Un savant montage d’où sortent - hier de chapeaux, dimanche de bols - les dates, les manades, leur ordre de sortie en piste... (lire ci-dessous).

A l’issue, le président Christian Vallat était satisfait « l’édition 2017 a été intéressante, les clubs taurins et de nombreux manadiers se sont déplacés pour l’AG. Nous avons décerné un prix au meilleur taureau des 1res séries, Vulcain d’Allard pour sa course du 14 avril à Saint-Etienne-du-Grès ».

Voilà l’édition 2018 lancée, on notera l’entrée en lice de la manade Cavallini, la fidélité des CT organisateurs et celle des manadiers à cette compétition reconnue vouée à l’éclosion des jeunes cocardiers.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS REMI HONORE

LES PREMIERES SERIES 2018

30 manades, 10 pistes, 10 courses

1er avril, à Fontvieille : manades Nicollin, 1 manade, Blanc.

2 avril, Saint-Rémy-de-Provence : Gillet, Caillan, Richebois

14 avril, Saint-Etienne-du-Grès : Lou Pantaï, Saint-Pierre, Saliérène

8 avril, Manduel : Fournier, Guillierme, Plo

21 avril, Salin-de-Giraud : Thibaud, Cavallini, La Galère

22 avril, Caissargues : Lautier, Grand Salan, Raynaud

28 avril, Cavaillon : Mermoux, Brestalou, Allard

7 mai, Cabannes : Le Rhône, Chauvet, Les Baumelles

8 mai, Vallabrègues : Blanc-Espelly, L’Amarée, Navarro

13 mai, Pernes-les-Fontaines : Le Joncas, Ribaud, Saint-Antoine

 

ET AUSSI

Le tiers sortant du bureau s’est représenté et a été réélu par l’assemblée. 7 manadiers ont demandé à être notés. La manade Cavallini est qualifiée pour 2018, la manade Lagarde s’abstient.

24/11/2017

LUNEL : JOURNEES PEDAGOGIQUES

Vendredi 24 novembre 2016

La fe di biòu transmise

LUNELELEVES2.jpg

600 élèves de CM2 de Lunel et alentours sensibiliés aux pratiques camarguaises

C’est un acte de foi entrepris par le Trophée Pescalune, en partenariat avec la mairie de Lunel depuis maintenant 10 ans. La foi dans la richesse de son terroir et des pratiques qui y sont attachées. La foi dans sa jeunesse sensibilisée à connaître les particularités de son environnement, des traditions et des métiers. La foi dans les taureaux - la fe di biòu - emblèmes du cru et au centre de tout ce bouillonnant mélange qui ancre l’identité de la Petite Camargue.

Pour ce faire, les bénévoles - épaulés par les institutions, élus, professeurs des écoles - ont pris leur bâton de pèlerin et mobilisé les énergies, pour offrir à 600 élèves de CM2 de Lunel et des communes environnantes, une semaine d’immersion en bouvine.

LUNELELEVESMANADIER.jpgDans la salle Georges-Brassens parée des grands tableaux faits par les élèves et d’oiseaux naturalisés, les écoliers ont pu visiter de multiples ateliers où toutes les facettes des traditions et des professions ont été patiemment présentées. Les crochets de raseteurs expliqués par Mario, le costume d’Arlésienne par Mme Delon du Velout Pescalune, la lengo nostro par l’Escolo dou Vidourle, le travail de manadier et gardian par, à tour de rôle, les pelots des élevages (photo ci-dessus, manades Lafon, Chaballier, Sylvéréal), etc. Egalement expliqués le travail d’un sellier-bourrelier, l’art du raset avec l’école de raseteurs de Lunel, la gestion de l’eau et des étangs avec le Symbo (syndicat mixte du bassin de l’Or)...

Tout ce petit monde se retrouvera au mois de mai pour parfaire sur le terrain ses connaissances et goûter à la bouvine en pays. Ce sera alors le grand rendez-vous à la manade Iris et Jean Lafon, au cœur de la Petite Camargue.

Qu’ils soient nés à Lunel ou ailleurs, qu’ils y restent ou qu’ils en partent, tous ces enfants auront en commun ces moments partagés, ces paysages et leurs occupants, bêtes et gens, et ces traditions originales. La graine est plantée au nom de la fe.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MAIRIE DE LUNEL

AMICALE DES CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES

Vendredi 24 novembre 2017

A Vallabrègues, la manade La Galère
reçoit le 5e Souvenir Luc-Pero

Luc Pero 2017 16.11.17  (19).JPG

 

L’idée était bonne. Le Souvenir Luc-Pero a pris le temps de s’implanter. 5 ans maintenant. Et vu la qualité des jeunes taureaux menés, cette année par les manadiers, la satisfaction est de mise pour les organisateurs. Initié par les membres de l’Amicale des chroniqueurs et photographes de course camarguaise après discussion convergente avec Robert Lacroix du CT Lou Vincen de Vallabrègues, ce Souvenir à la mémoire de Luc Pero, chroniqueur et président de l’Amicale décédé en 2012, a honoré un 5e élevage, jeudi dernier au bar du Cours de Vallabrègues. Gardant en tête que cela n’est pas une compétition, non ! Juste une mise à l’honneur du travail des manadiers et gardians et la reconnaissance de leurs efforts de sélection. Le chemin sera long pour ces jeunes cocardiers mais, disons que le regard des chroniqueurs et afeciouna du jury s’est porté sur leurs capacités naissantes.

Petit coup d’œil dans le rétro pour rappeler que les premières éditions en 2013 et 2014 avaient récompensé la manade Didelot, 2015 l’élevage Gillet, 2016 Chauvet pour, cette année, mettre les couleurs de La Galère en exergue.

En toute simplicité, le bureau de l’Amicale et le CT Lou Vincen ont accueilli le gardian de la manade La Galère, Mika di Lecce, qui au nom de René Lambert et Jean-François Chapelle, se disait « très fier d’obtenir le Souvenir Luc-Pero. Cela nous tenait à cœur, à la manade. Côté taureaux, le 15 septembre, en Ligue, il y avait les N.286 et 279, qui font partie de nos espoirs et seront certainement avec le N.254, dans le trio du Trident d’Or 2018. J’ai assisté à toutes les courses, je pense que tout le monde a bien mené. C’est confirmé par les toutes petites différences entre les notes. Nous remercions bien sûr l’Amicale et le Vincen ».

Les deux associations complices ont confirmé leur volonté à poursuivre. « C’est compliqué a étayé le président Lacroix, de faire venir du monde à Vallabrègues, pour ces courses de Ligue, mais, tant que nous pourrons nous continuerons. L’année prochaine 4 courses sont prévues. Les manadiers ont joué le jeu avec du très bon bétail, j’aurais aimé un peu plus d’opposition côté tenues blanches...».

Et pour sceller cette édition 2017, Rémy Martin remettait la coupe à Mika et Christian Gellet, des montages-photos particulièrement réussis, au récipiendaire et au CT Lou Vincen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS GEORGES MARTIN

Le podium 2017 du 5e Souvenir Luc-Pero : 1er manade La Galère, 15,9 points ; 2. Gillet, 15,8 ; 3. Vitou, 15,7.

Le N.286 de La Galère,
lors de la course de Ligue du 15 septembre

286 La Galère Okili Vallabrègues 2017 09 15.jpg

Chroniqueurs, photographes,
membres des Vaches cocardières et du CT Lou Vincen

amicale,souvenir luc-pero,course camarguaise

17/11/2017

EDITION * FOLCO DE BARONCELLI 1883 - 1923

Vendredi 17 novembre 2017

Baroncelli par Migoule

baroncelli,serge migoule,course camarguaiseCinq après avoir collecté quelques milliers de documents sur la vie du Marquis de Baroncelli-Javon, Serge Migoule présentait, en 2012, une exposition de photos aux légendes précises permettant de suivre pas à pas le célèbre « inventeur » de la Camargue moderne. Ce trésor ne pouvait rester cantonné à quelques sorties par an.
Ainsi le Clarensacois a repris son long et minutieux travail d’archiviste pour rassembler dans un livre, les meilleures images décrivant le parcours atypique de cet homme, gentilhomme idéaliste, écrivain, poète et manadier.
Dans les pas du Marquès, le lecteur trouvera d’abord la famille, issue de nobles Florentins installés à Avignon depuis le Moyen âge. Un des descendants Raymond Baroncelli épousera Henriette de Chazelles-Lussac (Bouillarguaise) en 1868, ce sont les parents de Folco (né en 1883), aîné de 13 enfants.
Aix-en-Provence, Avignon, Bouillargues, Nîmes, les Saintes-Maries-de-la-Mer, autant de routes qui mèneront le Marquis de Baroncelli, 8e du nom, à s’imprégner de la Camargue et de la Provence, pour les transcender. Grâce et avec de multiples rencontres et de solides amitiés : les intellectuels Joseph Roumanille, Frédéric Mistral, Jeanne de Flandresy ; les pittoresques Buffalo Bill, les Indiens de la nation Sioux, Joe Hamman (réalisateur de films)...pour quelques-uns des plus connus. Tout en tenant sa manade et côtoyant la bourgeoisie locale, les intellectuels tout autant que les gardians et les manadiers de l’époque. Au fil des pages, une galerie de portraits se profile alors qu’en toile de fond, les paysages se dessinent : particulièrement saintois mais aussi au Cailar, à Mouriès, Aimargues, Beauvoisin, Avignon... Tandis que les usages de l’époque - ferrades, gases, fêtes au pré, défilés, arrivées, garde des troupeaux à bâton planté - rythment la lecture.
Les chemins du Marquès se parcourent, ici, en noir et blanc ou sepia, une promenade entre réalité et romantisme dans la fin du XIXe siècle et début du XXe... en attendant la suite.


MARTINE ALIAGA

 

Où trouver
 Folco de Baroncelli Lou Marquès 1883 - 1923 ?

baroncelli,serge migoule,course camarguaiseSerge Migoule sera présent sur le marchés de Noël, les 25 et 26 novembre à Calvisson ; les 2 et 3 décembre à Clarensac ; les 9 et 10 décembre à Vergèze. Le samedi 16 décembre à Arles pour une dédicace au Salon du livre Arles, Provence, Camargue, (Taureaux y toros), organisé du 14 au 17 décembre, salle Jean et Pons Dedieu, rue du 4-septembre.
Contact : Serge Migoule, tél. 06 50 11 31 91.

*************

Arles : 7e Salon du livre
Taureaux et toros
Arles Provence Camargue

baroncelli,serge migoule,course camarguaiseDu 14 au 17 décembre, l’association « l’Auberge des Passionnés » célèbre la richesse et la diversité de la culture liée au territoire et organise son 7e Salon du livre Taureaux et toros, Arles, Provence, Camargue. Au programme : les trois jours exposition-vente de livres et DVD, dédicaces, tables rondes. Côté Camargue, samedi 16 décembre, 15 h, les auteurs Jacky Siméon, Ludovic Estevan, Robert Faure, Cyril Girard, Pierre Mainguy, Lili-Claude Niedzielski, Serge Migoule dédicacent leurs ouvrages. 18 h, table ronde « Le taureau vénéré hier et aujourd’hui », avec Hadrien Poujol, Jacky Siméon, Ludovic Estevan, la manade Cuillé, animé par Annelyse Chevalier.
Arles, salle Jean-et-Pons-Dedieu, rue du 4-Septembre.

MANIFESTATIONS

Vendredi 17 novembre 2017

Taureaux au plan

PLAN2CODOPHLS.jpg

Exemple à Codognan

BELLEGARDE9PHGM.jpgTaureaux paille, taureaux ballots, encierros d’hiver, taureaux au plan... Les organisateurs ne manquent pas d’idée pour animer les dimanches d’automne. Version hivernale du taureau piscine estival, ces pratiques ludiques avec des taureaux (ici emboulés) ont traversé les âges. (Photo à Bellegarde)

Des jeux du cirque antique via les amusements dans les cours des fermes, puis la course libre jusqu’à la course camarguaise actuelle, mesurer son courage face à l’animal cornu a toujours fait vibrer la jeunesse méditerranéenne même si à Rome les participants l’étaient à l’insu de leur plein gré.
Bref, de nos jours, nombre de ces manifestations rencontrent un vif succès. Au menu de ce dimanche : à Aigues-Vives, sous la houlette du CT Lou Ferri, taureaux ballots et encierro, manades Occitane, Nicollin, Saint-Pierre. 11 h, 3 taureaux ; 14 h 30, 8 taureaux et tau (entrée 4 €). Buvette et restauration sur place.

Le Crès, avec le CT Joujou, ce 19 novembre, au Parc Robert, 11 h, mise en jambe. 14 h, 8 à 10 taureaux de L’Aurore et Vellas.petite restauration sur place. 4 €. Samedi 25 novembre, même programme avec des taureaux de la manade Alain.
Le CT Lou Cleda donne rendez-vous à Gallargues-le-Montueux, tous les dimanches jusqu’au 7 janvier (14 h 30, 4 €). Première après-midi, le 26 novembre, avec les manades Nicollin, Occitane.


MARTINE ALIAGA

PHOTOS LAURENT SONZOGNI
ET GEORGES MARTIN

14/11/2017

MARSILLARGUES *NIVEAU AVENIR HT*

Des nouvelles de Mesrine par son pelot Renaud Vinuesa

"Mesrine souffre d'une fêlure de l'onglon, on va lui mettre une cale pour le soulager et avec du repos, ça devrait aller"

(Onglon : Enveloppe cornée de l’extrémité du doigt chez les animaux à pied fourchu, comme les ruminants. Wikipedia)

***********

 

Course du dimanche 12 novembre 2017 - Clôture du CT Lou Bajan

Dommage pour Mesrine !

BOMESRINE.jpg

Deux gros coups aux barrières
et à la 4e, Mesrine se blesse

Après une première partie pimentée par Escanin (Blanc, 2e), le public attendait Mesrine, la vedette de la manade Vinuesa. Et celui-ci d’attaquer en force aux planches... Hélas, une blessure à la patte l’obligeait à réintégrer à la 4e. Dommage pour le taureau, dommage pour la course qui, du coup, perdait en intensité. Mais pour cette clôture, l’esprit bon enfant a prévalu tant chez des blancs tranquilles que pour un public de bonne composition.

Chamaco (Vinuesa, N.466).- Du lourd pour attaquer. Chamaco en impose et les blancs passent au large. Bien en place, le long des planches, demande de l’investissement mais se montre plutôt coopératif. Au fil des minutes, restreint sa charge, enchaîne quelquefois et rentre sa cocarde seulement coupée.

Escanin (Blanc, N.717).- S’il commence de manière brouillonne avec quelques sauts, il se met vite au travail, menaçant de sa seule corne droite au fil des planches. Une fois stabilisé, les séries sont rythmées. Clarion l’embarque et Escanin traverse les barrières. Enchaîne à vive allure et reste agréable jusqu’au bout. Rentre son 2e gland. 5 Carmen et retour.

Escanin accélère, Romain Fouque passe juste

blogescanin.jpg

Galopin (Blanc, N.870).- Un peu inconstant, alterne placement et vadrouille sous le travail irrégulier des raseteurs. Des accélérations intéressantes après Clarion (2) et Montesinos. Les ficelles rentrent. 3 Carmen et retour.

Mesrine (Vinuesa, N.590).- D’entrée conjugue placement et agressivité aux barrières. Conclut méchamment après Aroca. Deux-trois rasets et s’escampe violemment encore après Aroca. Se blesse, boite et doit réintégrer à la 4e. Musique. Quel dommage !

Safran (Vinuesa, N.082).- Itinérant, sauteur, attiré par la contre-piste, les hommes tardent à l’intéresser. Se dresse sur Clarion, quelques actions par ci par là pour les deux glands à Clarion. Trouve un peu de stabilité sur la fin pour serrer Méric et Montesinos. Garde sa 2e ficelle. 4 Carmen et retour.

Misti (Blanc, N.235).- Quelques rasets au passage et s’évade allègrement à de multiples reprises, sans jamais se fixer. Quand les blancs le forcent, fait preuve de rapidité et de finition. Une-deux Clarion-Montesinos avec conclusion et bascule. Se cabre sur Clarion, quelques enchaînements pour 12 minutes les rubans. Avec la fatigue, le jeunot se tient un peu plus pour s’envoyer après Montesinos et une dernière fois après Méric. Garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.

▼ Misti, le jeunot a des qualités, à revoir

ici sur Clarion

blogmistimali.jpg

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Course du dimanche 12 novembre. Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Lou Bajan. Président : Jacques Servière. Raseteurs droitiers : Fouque, Vic, Montesinos, Aroca. Gauchers : Y. Martin,Méric, Robert, Clarion. rneurs : Daniel, Dunan, Arnel.