Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/05/2013

EYRAGUES *AVENIR*

Jeudi 09 Mai 2013

SEULS ASTÉRIX ET LE ROUVRE

 eyragues

Astérix (Bon) percutant après Rémi Guyon.

Entrée: ½. Organisateur: CT La Bourgine Présidence: P Pancin Droitiers: Chig, Guyon, Pradier (sort au 3ème ennui cheville), Sabot. Gauchers: N Bénafitou, C Chanat, El Hajjouji, Rassir (sort au 5ème sur claquage). Tourneurs: Babacène, Lizon, Patou, P Rado.

L'ouverture de la temporada ne restera pas dans les annales. Seuls Astérix et Le Rouvre offrent des partitions intéressantes. Végas lui ne peut s'exprimer faute de travail. Rassir imprime le rythme jusqu'à sa sortie. Chig est actif avant la pause et Sabot après. Chanat rasète proprement tandis que Fouad récolte pas mal d'attributs.

Irrégulier, PAVOUN (St Pierre) décolle après Fouad puis enferme Rassir qu'il percute fort. Expérimenté (13 ans), il tient les planches. Aux ficelles il faut vraiment le rentrer. Le travail est décousu, son envie aussi. Il les rentre en silence. 2 Carmen. Plus volontaire a gauche, JAFFAR (Lautier) se livre moins avec les droitiers. Après six minutes on attaque les ficelles mais peu coopératif sa course manque de rythme. Il termine par une petite série et rentre ses ficelles en silence. 2 Carmen. Vif, ASTERIX (Bon) a pris un peu de potion magique. Il se livre généreusement mais en deux minutes trente défend ses ficelles. Vaillant au possible, il percute Guyon puis Sabot et encore Guyon. Il paye un peu ses efforts sur la fin mais s'explose après Chig et conserve brillamment une ficelle. 4 Carmen et retour.

Attentif et cocardier, LE ROUVRE (St Pierre) impose la distance, oblige a calculer et se fait respecter. Rassir en tire le meilleur. Son anticipation ne permet pas les départs à l'aventure. Sa fin de course cocardière tient le public en haleine avec Chanat qui lève la première ficelle à la dernière minute. 4 Carmen et rentrée. Moins de 2 minutes pour les rubans. NOBLE (Lautier) se livre sans compter. Un métronome largué que les aristocrates blancs ne craignent pas. Les séries s'enchaînent en musique. Il s'incline sur la sonnerie face à des blancs maladroits. 4 Carmen et retour. Fantasque, difficile de miser sur VÉGAS (Bon). Les hommes craignent ses envolées. Sabot (2), Chanat (2) et Chig essuient de virulentes actions et c'est tout pour un quart d'heure gaspillé. 2 Carmen et silence au retour.

eyragues

Pavoun (St Pierre) expressif aux trousses de Rassir.

Jaffar (Lautier) derrière El Hajjouji.

eyragues

eyragues

Benjamin Sabot poursuivi aux planches par Astérix (Bon).

Belle attitude de Sofiane Rassir à la tête de Le Rouvre (Saint Pierre)

eyragues

eyragues

Nabil Bénafitou et Noble (Lautier) en duo.

eyragues

Végas (Bon) s'engage fortement après Sabot.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: El Hajjouji (13) Rassir (9) Sabot (6)

Trophée des Raseteurs: Chig (10) C Chanat (9) Guyon (4) N Bénafitou (2)

14/02/2011

REMISE DE PRIX A EYRAGUES

LES LAURÉATS DU SAN JUAN HONORÉS…

San Juan Eyragues 004.jpg

▲ Les lauréats entourés de Pierre Pancin, Maurice Mousset
et Arnaud Fesquet

Dimanche 6 février à 11h date inhabituelle pour la remise du San Juan. Pourtant c’est dans la salle du club taurin La bourgine d’Eyragues que se sont réunis les participants accueillis par les mots de bienvenue de Pierre Pancin reconnaissant de la confiance et du soutien accordé par l’union des clubs taurins Paul Ricard.
Une réception sous un soleil radieux laissant rêveur à cette époque. Ah si la météo avait été clémente en octobre 2010 pour le 45e Trophée San Juan annulé suite au report de la finale du Trophée des As à Nîmes la semaine précédente.
Maurice Mousset en maître de cérémonie explique. «C’est la première fois que nous avons dû annuler une finale. Elle restera dans les annales par rapport à cela et le 16 octobre 2011 elle se déroulera à Eyragues. On saute une saison et Fontvieille tient la corde pour l’année suivante si les parties prenantes sont d’accord».
Au palmarès David Maurel (1er avec 168 points) remporte le trophée suivi de Mathieu Marquier (126) et Joffrey Ferriol (111). Arnaud Fesquet représentant des clubs taurins Paul Ricard pouvait remercier le club taurin d’Eyragues «Aujourd’hui le soleil est là et j’espère qu’il sera présent pour la prochaine finale. Merci au club taurin d’Eyragues pour ce petit moment de convivialité». Pierre Pancin explique plein d’espoir. «C’est toujours une déception d’annuler une finale mais on a tenu à récompenser les raseteurs qui le méritent. Aujourd’hui il fait beau, il y a un peu de monde et on espère qu’il en sera de même pour la 46ème finale qui aura lieu ici. Espérons que le 16 octobre prochain la météo soit avec nous pour cette fête du trophée San Juan, pour l’union des clubs taurins Paul Ricard, pour les manadiers, pour les raseteurs et surtout le public qu’il ne faut pas oublier».
L’affiche 2010 avec Castelas (Lautier), Varadéro (Guillerme), Victor (Ricard), Clochard (Ribaud), Pierrounet (Richebois), Hauturier (Fabre-Mailhan) et Mikado (St Pierre) avait fière allure. Souhaitons cette année que les manadiers la rendent aussi attrayante mais que les dieux du ciel soient à la hauteur... 

 

San Juan Eyragues 001.jpg

 

Texte et photos Eric AUPHAN

23/05/2010

EYRAGUES *AVENIR*

Dimanche 23 mai 2010

BAYADOR MAITRE DU JEU
CAMERONE EBLOUISSANT
Eyragues 23 05 035.jpg
CAMERONE - Moine

Entrée : ½. Organisateur : CT La Bourgine. Présidence : P. Pancin. Raseteurs droitiers : Estevan, D Maurel, Moine, Savajano. Gauchers : Errik, Ferriol, L Galibert, Martin. Tourneurs : Duran, Lieballe, D. Martinez, F. Garrido.

Une course avec des hauts et des bas mais à cause de l’ordre de sortie. Camerone doit reculer, Grasiélito doit avancer, Lou Seden aurait pu être hors point et Bayador dans les points. Les blancs travaillent sans relâche et aucune ficelle dans les points ne rentre. Côté points Ferriol totalise.
Eyragues 23 05 039.jpgGénéreux sur toutes les sollicitations, BLODART (Félix) ne termine pas ses actions et ne résiste que cinq minutes. 2 Carmen et rentrée.
◄CAMERONE (Paulin-Niquet) se jette immédiatement dans la bataille. Presque une vingtaine d’actions puissantes haut et fort après des légionnaires blancs très actifs. Méchant, vif et intelligent dans ses déplacements, il termine éprouvé mais sous les bravos du public. A suivre. 8 Carmen et rentrée.
CHOUAN (Lafon) défend rapidement ses ficelles. Dix minutes crescendo au cours desquelles il est brouillon mais tape après Ferriol et passe la tête sur Estevan et Errik. 3 Carmen et retour.
Cocardier, HAUTURIER (Fabre-Mailhan) se défend près des planches. Sérieux mais sans son punch habituel, les hommes en prennent la mesure. Malgré quelques belles anticipations il s’incline sur le fil après une bonne défense. 5 Carmen et rentrée.
Eyragues 23 05 106.jpgGRASIELITO (Chapelle) a de fortes accélérations à droite mais à gauche il pêche dans l’engagement. Il se bat jusqu’à mi-course puis il baisse d’intensité et lui aussi s’incline sur la sonnerie. 3 Carmen.
Sans difficulté, LOU SEDEN (Lapeyre)   fait preuve d’une vaillance hors du commun. Sans refus il se bât avec un cœur énorme jusqu’à épuisement pendant onze minutes. 4 Carmen et retour.
BAYADOR (Les Baumelles)► c’est l’épine dans le pied des raseteurs. Attentif, l’œil à tout, les cornes vers l’avant avec une vitesse fulgurante mais hors point. Le combat n’aura pas lieu et seul Moine coupe la cocarde à la douzième. Il saute seul, revient seul aussi mais il ne faudrait pas qu’il s’ennuie au risque de gâcher un réel espoir. Carmen de domination totale au retour. 

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Trophée de l’Avenir: Ferriol (27) Errik (11) Maurel (9) L Galibert, Martin (4)

Trophée des Raseteurs: Estevan (11) Moine (8) Savajano (4)

 

 

 

03/06/2009

EYRAGUES *AVENR*

Dimanche 31 mai 2009

 

EN MANQUE D’EMOTIONS…

Eyragues 01 06 044.jpg
RIQUET sur Shuller

 

Eyragues 01 06 018.jpgUne bonne demi-entrée pour le club taurin la Bourgine du sympathique Pierre Pancin qui met avec les membres du club tout son cœur dans l’élaboration des programmes. Mais voilà aujourd’hui la mayonnaise n’a pas pris malgré quelques bonnes séquences bien trop rares. A la capelado Gros, Moine, Schuller à droite. Cartalade, Ferriol, Thierry à gauche. Ils sont aidés par les tourneurs Cuallado, Ménargues, Sanchez à droite et Duran à gauche. Déséquilibre, palabres et finalement Obi Ménargues change de côté pour faire l’effort aux côtés de Duran. Rajoutons un litige de ficelle et vous aurez compris que l’ambiance n’était pas franchement à la coopération. Donc difficile de sortir la course de sa torpeur. Bien commencée par Verdier et pas trop mal terminée par Fortuné l’ensemble manque de consistance. Schuller est le seul à vraiment oser. Cartalade joue l’efficacité, Thierry privilégie la qualité surtout avec Fortuné et Moine avait pourtant bien commencé.

Pour la manade Ribaud le volontaire VERDIER (1er) est habitué à ouvrir les hostilités. Plus on lui en demande, plus il se bonifie sans pour cela tomber dans l’euphorie. 3 Carmen et retour avec une ficelle. Sérieux, RIQUET (4e) conserve sa cocarde dix minutes. Les rasets sont trop espacés pour qu’il s’exprime vraiment. Son coup de tête y est peut être pour beaucoup mais du coup on s’ennuie et le bioù rentre un gland. 2 Carmen et rentrée.
Pour la manade Bon, CHICUELO (2e) est lourd mais dégage de l’agressivité aux planches en quelques occasions. Trop irrégulier, cela manque de pression aux ficelles. 4 Carmen et retour Brave, IZARD (5e) offre douze minutes vaillantes lorsqu’il subit une grosse série pour l’obtention de sa première ficelle mais là aussi sans enthousiasme. 2 Carmen dont rentrée.
Pour la manade Saint-Pierre, PAVOUN (3e) est craint pour ses sauts imprévisibles et se défend avec un bon placement mais à mi-course on retombe dans la monotonie et il garde ses ficelles. 2 Carmen et rentrée.
FORTUNE (6e) n’est pas à sa place et offre une belle résistance même s’il perd ses attributs sur une série. Bien calé à l’angle du portail, il se jette et pointe les cornes. Thierry le rasète à la perfection et s’offre une ficelle alors que l’autre est pour Cartalade juste avant la sonnerie.


Texte et Photos Eric AUPHAN

Eyragues 01 06 032.jpg
PAVOUN et Moine



28/08/2008

FINALE DE LA CORNE D'OR 25-08 *AS*

EYRAGUES 25-08

J. OUFFE REMPORTE LA CORNE D'OR
MARCELLIN DU JONCAS MEILLEUR TAUREAU

2bc443a042a2a763963ef6fa5496c345.jpg
Julien Ouffe et son tourneur Ludovic Zerti

21eda52d90de2bb467a6f05534f445e0.jpgAu terme d'une finale âprement disputée, J. Ouffe gagne la 31e Corne d'Or, devant L. Auzolle. Pour la troisième place, c'est le "jeune" R. Mascarin qui s'en empare. B. Villard pas classé effectue comme à son habitude du bon travail, de même que G. Martinez. Matray, Auzolle, Lafare et Martin-Cocher et les tourneurs T. Dengerma, T. Garrido, Fouque, Patou, Zerti n'ont pas fait de la figuration. Côté cocardiers: MARCELLIN du Joncas par son tempérament brillant s'adjuge le prix, mais GITAN de Mermoux trés cocardier ne l'aurait pas volé.

PROTIS de Navarro, bien trop brave pour soutenir la comparaison à ce poste. Trois Carmen.

55383369f18a960370ff861454303806.jpg

ACACIA de Cuillé, les ans commencent à peser (14), la retraite n'est pas trés loin.

530dafcad1ac4b101cae924e5a4b95f2.jpg
GITAN de Mermoux, cocardier du bout des sabots à la pointe de ses cornes, il va se faire respecter et fournir une course trés sérieuse. Avec une dizaine de grosses enfermées, il écoute sept fois les honneurs.
01875b667c8b531ae0ecebfe02045dd5.jpg
7ff41faba8d552667bad0ada690364be.jpg
LANCIER de Lautier, ne vient que d'un côté, use d'un mauvais coup de revers et garde ainsi ses ficelles.
0e5ee77d175997bbb8285e0c5a58dba3.jpg
453383fb81cd9f6c0666916c05ac339c.jpg
MARCELLIN du Joncas, de la générosité pour de nombreuses séries vivement effectuées. Des conclusions au fil des barrières et parfois même le coup aux planches. Des Carmen et le prix du jour.
ba8c50a4b732e57a76aab58d09a9baf4.jpg
06237ada447da9a882bb98623b5d254d.jpg
447a57eaa05448bb2d270102fd5a38e3.jpg

BASTIDON de Lagarde, bien calé dans les planches il est d'une rigueur extrême. Rentre ses ficelles grâce à un sacré coup de tête.

82bcc0c4d39f5a0524a4c796e5448504.jpg

PAVOUN de St Pierre, hors points pour un taureau qui apporte le danger par un comportement irrégulier et fantasque, ce n'est peut-être pas une solution idéale. Une formidable envolée sur Ouffe, mais sera trop peu travaillé.

cc0fe297e9662fe4967fa9dd61d1a3e9.jpg
ad5a6af6d59e55037f0faec0d5faa69f.jpg
Texte et Photos Luc PERO

 




 


25/08/2008

EYRAGUES *AS*

Dimanche 24 août - 1re journée de la Corne d'Or

MATUTE LA FORME OLYMPIQUE

cfd67259a22e96922ebccdb67936f2b7.jpg

19eb47ab1dfaf4eb237add2a0f51f681.jpgGradins archicombles pour la première journée de la Corne d’Or organisée par le club taurin La Bourgine du sympathique président Pierre Pancin. A la capelado les huit invités Auzolle, Mascarin, Matray, Villard, Lafare, Martin-Cocher, Martinez, Ouffe aidés des tourneurs Fouque, Garrido, Patou, Zerti.
La course n’aura prévalu que par la belle prestation de Matute dans une forme vraiment olympique. Les autres trop tendres ou peu décidés déçoivent. Dans cette compétition avec un bonus aux ficelles (4 points au lieu de 3) Auzolle (20) et Ouffe (18) sont au coude à coude suivis de près par Mascarin (15) et Matray (13) puis Martin Cocher (9) et Villard (5). La finale (cet après-midi) s’annonce indécise pourvu que les biou s’en donnent la peine.
f36d2cc4a2161a41b93f4ff41b56e7cc.jpgQuelques actions d’éclat sur Auzolle (3), Villard et Matray mais trop de réserve aux ficelles pour un TABARLY (Bon) en manque de concentration et de conviction. Il les conserve sans convaincre. Deux Carmen.
Volontaire, RUBIS (Lou Pantaï) paye sur l’ongle tous les rasets venant de la droite. Toujours prêt à la riposte, il offre une combativité intéressante mais rarement à gauche et garde une ficelle.
Même s’il enferme fort à droite, MATUTE (St Antoine) lâche rapidement ses attributs mais aux ficelles il devient un combattant redouté. Villard pose la main à plusieurs reprises pour les plus belles émotions de l’après-midi notamment lorsqu’il se fait sévèrement bousculer à l’arrivée. Un final très tonique et vigoureux avec six Carmen dont rentrée.
Sans difficulté, VANNIER (Fabre-Mailhan) se donne avec vaillance des deux côtés pendant sept minutes d’une grande disponibilité. 3 Carmen et rentrée.
Rapide et agressif aux planches parfois sur les tourneurs, QUIHOUS (Guillerme) fait impression sauf à Ouffe qui prend coupe, cocarde et glands. De puissantes poussées aux bois sur Martinez (2), Villard, Auzolle et Ouffe mais trop d’absences qui gâchent sa première course à ce niveau. 2 Carmen.
SAINT GILLOIS (Les Baumelles) et ses longues cornes honore tout. En bon cocardier il se place intelligemment. Jamais à la faute, dommage qu’il ne force pas son talent à la sortie du raset. Onze minutes et un Carmen.
Avec le brave CHAMBORD (Ribaud, hp) c’est la vie de château pour les hommes qui profitent de sa générosité en huit minutes sans répit. 2 Carmen généreux...

Texte et Photos Eric AUPHAN

MATUTE A LA POURSUITE DE B. VILLARD

d2cb004f9fc709298ff2078c4c9d97e8.jpg
058eca3739e0e4ed613eae2aaee6055e.jpg
a54d76c736de25b741858cdca17f628c.jpg

05/11/2007

EYRAGUES : 25 ANS DE LA MANADE CAILLAN

Samedi 3 novembre

UN COYOTE RUSE COMME UN RENARD

61752219f51f1ffe251e8261a1838091.jpg
COYOTE sur Biscarrat

Entrée : trois quart d'arène. Organisateur : CT La Bourgine. Présidence : P. Pancin. Raseteurs droitiers : Bournel, Biscarrat, Deville, Gleize, Roux. Gauchers : Deslys, Martin Cocher, Thierry. Tourneurs: Cuallado, Martinez, Jorquéra.

25 ans que la manade Caillan existe. Un quart de siècle et beaucoup de labeur et de sacrifices pour arriver à la composition de cette royale. Au micro Pierre Pancin ému relate le parcours de Francis Fassi (et François son fils). En 1982 les vaches de Pinedon reçoivent l’apport du sang Lapeyre puis Joncas et enfin Lagarde. Les premiers résultats sont probants pour la devise orange et marron (c’était la couleur de la voiture de Francis) avec Avise, Vidalet, Baladin, Pernois et surtout Toubab. Revenue d’Uzès au Moulin St Vincent à Maillane, la manade est abattue pour cause de suspicion de tuberculose. Francis est loin d’être abattu et la chance lui sourit rapidement avec un lot de taureaux et vaches d’origine Guillerme qui donne immédiatement des résultats. On croise les doigts pour cette jeune manade qui peut enfin se projeter vers l’avenir.

A la capelado huit raseteurs. Trois jouent le jeu. Martin-Cocher, Biscarrat et Bournel tandis que les autres sont soit intermittents, soit aux abonnés absents et c’est bien dommage car mis à part le premier taureau, tous méritaient un travail soutenu qui ne viendra pas. Irrégulier, BIMBO semble avoir un penchant à gauche mais il n’est pas dans un bon jour. Il refuse trop de sollicitations et de ce fait conserve une ficelle en silence. L’affaire s’avère beaucoup plus compliquée avec COYOTE (2 Carmen) qui trouve immédiatement les angles. Rapide, il enferme Biscarrat ce qui a le don d’intimider les hommes. Placé au toril, il contrôle et se déplace à bon escient. Bournel arrive juste puis doit rompre le raset. Une action sur Martin Cocher et on est déjà à la dernière minute d’une domination totale mais Bournel insiste et coupe la cocarde fortement primée tandis que Biscarrat essuie une dernière action aux planches. Il n’a pas trouvé d’adversaire à sa taille. Pas difficile à la tête, FANFAN (4 Carmen) redonne confiance aux blancs. Vaillant au possible des deux côtés il brille sur les séries avec parfois des conclusions intéressantes. Agréable et tonique il concède sa seconde ficelle sur la sonnerie au terme d’un joli combat. Surpris et vite délesté de ses pompons, SABATOUN (6 Carmen) est très coopératif. Aux ficelles un meilleur placement et des finitions tête au dessus des barrières en font un client respecté. Il s’engage à plusieurs reprises aux planches après Martin Cocher, Biscarrat et Thierry ses principaux adversaires mais c’est Deville opportuniste qui cueille la seconde ficelle sur la sonnerie. Aujourd’hui, GUINGUE (3 Carmen) est moins tonique qu’à Châteaurenard. Il faut dire que d’entrée les raseteurs ne lui font pas trop de cadeaux. Pourtant on le sent capable de l’exploit comme quand il percute Roux. Il assure plusieurs séries de rasets avec brio et se dégage bien (trop bien peut être). Il lui manque la pression et de ce fait il conserve ses deux ficelles. On sent ESTRELLOUN (2 Carmen) décidé. Il a du pétard, lui qui l’an dernier n’avait pu briller à cause d’une blessure à sa sortie du toril. Seulement voilà les hommes ont déjà fini leur course et ne lui feront réaliser que le minimum. Trois actions sur Roux, Biscarrat et Gleize alors qu’on pouvait finir en feu d’artifice. Le cocardier attend souvent, saute seul alors Bournel coupe la cocarde dans le dernier tiers, Martin cocher lève un gland, Biscarrat s’offre courageusement la cocarde à deux minutes du terme et Martin Cocher s’y recolle pour l’autre gland. Voilà c’est tout, on sent que la saison a été longue pour les raseteurs. Le président annonce Carmen pour la prestation du bétail pour la plus grande joie des nombreux supporters de la manade. Pierre associe dans cet élan festif les raseteurs, mais le méritaient-ils ?

Texte et Photos Eric AUPHAN 

2559ea15c83a7bea0cbc0316e1170dce.jpg
FANFAN sur Bournel
9530b8344c6a10e2ed2ab1a9e0793646.jpg
GUINGUE sur Roux
49dbef016791214a3cd200039131d54f.jpg
GUINGUE sur Martin-Cocher
7d71bd233eb59de91e78ffe8fa7359eb.jpg
GUINGUE et Roux
4e51fe83bb1d1d0dec15c060c7646623.jpg
ESTRELLOUN - Gleize