Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/03/2017

AIMARGUES * JOURNEE FANFONNE GUILLIERME *

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Dimanche 5 mars 2017

Le bonheur du partage

La journée Fanfonne-Guillierme sonne le rassemblement des gens de bouvine. Pour rendre hommage à la célèbre manadière, pour se retrouver en ce début de saison, pour partager cette fe di biou qui se porte fièrement quel que soit l'âge et le degré d'implication : éleveur, cavalier (ière), Arlésienne,  groupe folklorique, raseteur...  élu, organisateur, photographe, chroniqueur ou simple spectateur.

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaiseEn ce premier dimanche de mars, toutes les routes de la fe mènent à Aimargues, berceau de la dame de Praviel. Les parkings, les rues, les places sont bondées. La bénédiction des chevaux est un corps à corps grouillant entre la place de l'église et la mairie où nombre de gardianou et gardianettes tiennent leur place, entre leurs aînés attentifs. Les mainteneurs sont là, les amazones sont là, les gardians et manadiers sont là... Filles et garçons réunis dans la même communion. La tradition est vivace, vivante, la transmission visible. L'abrivado fait passer le frisson entre les rangs serrés de spectateurs, la roussataïo enchante... L'acampado est chaleureuse.  La Reine d'Arles Mandy Graillon, le président FFCC Hadrien Poujol ou Thibaud Servière, président du comité des fêtes, témoignent de la prise de pouvoir de la jeunesse avec des discours engagés et sincères. Les élus et les aînés encadrent, soutiennent et parlent d'expérience... Cela fait un bien fou et augure d'une belle dynamique.

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Les biou de Guillierme
parachèvent la journée

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Bessoun met Ameraoui en danger

De toute leur jeunesse éclatante autour de leur aîné Bessoun (11ans), les bioù de la manade Guillierme ont parachevé cette belle journée de partage intergénérationnel. Dans les arènes bien garnies où le soleil joue à cache à cache avec quelques gouttes, les raseteurs ont pris des risques et du plaisir transmis aux gradins et la présidence récompense hommes et bêtes dans un Carmen général.

A droite, Cadenas (sort au 5e contusionné par Bessoun) avec Félix, Ameraoui, Montesinos, mène le bal tandis qu'à gauche Sanchez, Clarion, Robert, Brunel ne font pas de la figuration pour un rendu appréciable.

Lou Taï (7 ans) ouvre le bal avec générosité et multiplie les actions. Du placement, du cœur, de la générosité. Cadenas dans les cornes, puis Félix chauffent l'ambiance, Lou Taï accélère, enchaîne et frise les planches sans répit jusqu'à la 11e. Une très belle entame. 8 Carmen et retour.

Araire (6 ans) se montre plus brouillon mais, déterminé quand il se place, ses ripostes vont jusqu'à la limite. Ne lâche sa 1re ficelle que sur la trompette. 8 Carmen et retour.

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Araire - Marc Sanchez

Antonio (6 ans) flotte un peu, ne se laisse pas manoeuvrer, les blancs le testent. Bonne série où il passe le mourre (Sanchez) et ne perd son 2e gland qu'à 8'40. Poursuite haletante après Cadenas. Se sort de l'emprise quand les hommes se font pressants, garde du mordant et ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Avec expérience, Bessoun appuie au bon moment et se dédouble en finition. Dès la 30e seconde, il fait voltiger Cadenas et dans la foulée accroche Améraoui par le tee-shirt. Rapide et coupant le terrain, avec son placement décalé et ses accélérations en fin de raset, il accroît les difficultés. Tour à tour enfermés Félix, Ameraoui, Sanchez, Brunel s'en sortent juste. Grosse série pour finir et rentre une ficelle. 9 Carmen et retour.

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Bessoun - Félix

Ameloun (6 ans). Cadenas sorti, Félix et Améraoui sont aux manettes. Ameloun se laisse distraire mais se montre tellement rapide sur les reprises qu'il surprend plusieurs fois les blancs. Tout « vert » et pétillant, il se fait finalement respecter après avoir donné des chaleurs à Sanchez. Rentre ses ficelles en musique.

Bornegre (7 ans). Attaqué plein pot, il veut répondre à tout, se chauffe, se cabre après Ameraoui et se livre dans de longs enchaînements. Trois actions où il se soulève après Ameraoui. Prend de l'envergure aux planches après Sanchez et termine avec beaucoup de cœur en s'escampant méchamment après Robert. 12'30 brillantes.8 Carmen et retour.

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

Bornegre - Ameraoui

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER et M.A.

Entrée : ¾ d'arène. Organisateur : comité des fêtes. Président de course: Aurélien Laget. Raseteurs à droite : Cadenas, Félix, Montesinos, Ameraoui. Gauchers : Sanchez, Clarion, Robert, Brunel. Tourneurs : Khaled, Arnel, A. Perez.

 

03/03/2017

AIMARGUES *28e JOURNEE FANFONNE GUILLIERME*

Vendredi 3 mars  2017

Ce dimanche, honneur à Fanfonne

AIMARGUES2016PHCI.jpg

Comme les hirondelles annoncent le printemps, la journée Fanfonne-Guillierme ouvre la saison taurine camarguaise passant en revue ses symboles et convoquant toutes les générations.
Les Camarguais savent d’où ils viennent, cultivent les images du passé léguées par Fanfonne et trouvent dans l’incroyable modernité de la vie de leur icône, les clés de tous les possibles. Née Parisienne, dans un milieu aisé et cultivé, la Dame de Praviel a choisi une vie simple auprès des taureaux et des chevaux tout en évoluant dans les cercles des notables, poètes, écrivains et artistes. Centrée sur sa terre et son élevage mais ouverte sur le monde, la manadière a trouvé le juste équilibre.

Dimanche, la journée vantera les valeurs défendues par l’éternelle Demoiselle : le terroir, la langue, le costume, la bouvine... Entre les gens en costume, les manadiers, gardians à cheval, les spectateurs et l’après-midi les raseteurs, jeunes et têtes chenues prouveront ensemble la vitalité d’un art de vivre. La journée Fanfonne est la première manifestation d’une saison qui rythme la vie des Languedociens et Provençaux, au gré des fêtes et des sorties des taureaux.

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

AU PROGRAMME DE CE DIMANCHE 5 MARS

8h30, défilé dans les rues du village des groupes folkloriques provençaux, des manadiers et gardians, calèches et musiciens.
9h30, messe des gardians en provençal, église Saint-Saturnin.
10h30, bénédiction des chevaux place de l’hôtel de ville.
10h45, acampado sur le maintien des traditions, place du château et séance de dédicace du livre « La saga des Guillierme » écrit par Robert Faure.
11h30, abrivado de la manade Aubanel et roussataïo aller et retour de la manade Fourmaud, de l’avenue des Anciens-combattants aux arènes.

12h, apéritif dans la cour de l’école Fanfonne-Guillierme (à côté des arènes).

13h, repas traditionnel, salle Lucien-Dumas (sur réservation, 19 €).
LA COURSE :
AIMARESTEPOUS.JPG15 h, 10 €, comité des fêtes, dél. Eymonet. Chr. M. A .
Niveau Avenir. Manade Guillierme : Lou Taï, Araire, Antonio, Bessoun, Ameloun, Bornegre.
Raseteurs invités : Cadenas, Montesinos, Félix, Clarion, Sanchez, Robert, Brunel. Tourneurs : Khaled, Arnel, A. Perez.

Prévente des places de la course dans la cour de l’école de 7h30 à 8h30 et 12h à 13h30.

LE LIVRE

La Saga des Guillierme de Robert Faure

DSC_5064.JPGRobert Faure a connu et côtoyé Fanfonne Guillierme. De leurs rencontres, est né il y a quelques années le livre « Fanfonne Guillierme » écrit avec la bénédiction de la Dame d’Aimargues. Fort d’une somme de documents et photos, Robert Faure propose aujourd’hui « La saga des Guillierme » qui remonte l’histoire pour s’intéresser aux familles Larnac et Guillierme au XIXe et début XXe siècle.

L’auteur présentera son livre, ce dimanche à Aimargues.

***********

04/03/2016

AIMARGUES *HOMMAGE A FANFONNE GUILLIERME

Dimanche 6 mars 2016

Traditions et course, le lien fondamental

aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaise

En piqûre de rappel, juste avant que la saison débute, cette 27e journée hommage à Fanfonne-Guillierme fait le lien fondamental entre traditions et course camarguaise, entre “le pays” et les arènes, entre les gens de terroir et de piste. Tous ensemble, indissociables et complémentaires.
Malgré les années qui filent, l’hommage à la demoiselle d’Aimargues ne perd rien de sa ferveur. Toute la ville d’Aimargues s’implique, les manadiers et gardians sont toujours plus nombreux comme les gens en costume au sein desquels la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneurs impriment leur majesté. Nacioun Gardiano, confrérie des gardians, manadiers, gardians... tous seront là pour la bénédiction des chevaux après l’office célébré en provençal à l’Eglise Saint-Saturnin et pour défiler dans les rues jusqu’à la place du Château. Et quel bonheur quand après l’acampado, la roussataïo et l’abrivado se fraieront un chemin dans la foule.
Comme un point d’orgue sur cette journée de tradition, les cocardiers de la devise “azur et or” sont les premiers “cornes nues” à investir les pistes, aux derniers jours de l’hiver. Une course pour le plaisir et dans l’esprit de cette journée de fête.
 
MARTINE ALIAGA
 
aimargues,fanfonne guillierme,course camarguaisePROGRAMME
DU DIMANCHE 6 MARS 2016

8 h 30, défilé des groupes folkloriques provençaux, des manadiers, gardians, calèches et musiciens.
9 h 30, messe en provençal, église Saint-Saturnin.
10 h 30, bénédiction des chevaux.
10 h 45, acampado place du Château.
11 h 30, abrivado et roussataïo.
15 h, 9 €, Avenir HT, course des espoirs de Guillierme : Coute Negre, Rigau, Lou Linge, Cartahagène, Calignaire, Gravihous.
Raseteurs : Félix, F. Martin, N. Favier, Bernard, Katif, M. Sanchez, Clarion. Tourneurs : Jockin, Estève, Arnel.
 

 

05/03/2011

DIMANCHE A AIMARGUES

 

Aimargues.jpg

XXIIe JOURNÉE FANFONNE GUILLIERME

Fanfonne-Guillierme_jeune.jpg

(Voir le programme détaillé plus bas)

QUAND PASSE LA ROUSSATAIO 

aimargues,fanfonne guillierme,22è journèe

aimargues,fanfonne guillierme,22è journèeL'un des beaux moments de la journée Fanfonne Guillierme demain dimanche à Aimargues sera le passage de la roussataïo de Fourmaud.
Pour cela, juments et poulains sont partis ce matin (samedi) d'Aigues-Mortes pour rejoindre les prés du Cailar par la Tour Carbonnière. Là une halte réparatrice  au bouvaou d'Aubanel attendait bêtes et cavaliers accompagnateurs.
En début d'après-midi, tout ce petit monde a pris le chemin d'Aimargues où les attendait un pré bien fourni en fourrage, herbe tendre et eau pour une nuit de calme. Dimanche matin, vous pourrez admirer cavales et petits dans les rues d'Aimargues.

Texte et photos
Martine ALIAGA
 

aimargues,fanfonne guillierme,22è journèe

aimargues,fanfonne guillierme,22è journèe

aimargues,fanfonne guillierme,22è journèe

DIMANCHE 6 MARS
LE PROGRAMME

 9h, défilé dans les rues du village des groupes folkloriques provençaux, des manadiers et gardians, calèches et musiciens. 9h45, messe en provençal en l'église Saint-Saturnin. 10h45, bénédiction des chevaux devant l'église, place de l'hôtel de ville. 11h, acampado sur le maintien des traditions, jardin du Castellas, devant la statue de Mlle Guillierme. 11h30, abrivado, roussataïo (manade Fourmaud) de l'avenue des Anciens-combattants aux arènes. 12h, apéritif offert par le comité des fêtes et la municipalité dans la cour de l'école Fanfonne-Guillierme (à côté des arènes). 13h, repas à la salle Lucien Dumas, par le traiteur L'aubaisienne. Réservations jusqu'au 25 février, 17€, tél. 04 66 73 12 98.
15h, course des espoirs de la manade Guillierme. Avec Pique Pèbre, Lou Marquès, Capoulié, Coute Negre, Levant, Gastaboï. Raseteurs : H. Poujol, N.Benafitou, C. Garcia, Guyon, Bruschet, M. Sanchez. 9€, bandido après la course.

*******************

 

26/02/2009

AIMARGUES : JOURNEE FANFONNE

FANFO1.jpgIl y a vingt ans, disparaissait la manadière au chapeau noir. Depuis, le 1er dimanche de mars, Aimargues se pare d’or et d’azur, les couleurs de la manade Guillierme
Le rendez-vous est incontournable. Dimanche, ils seront tous là. De Provence et du Languedoc, les gens de bouvine mettront leurs pas dans ceux de l’emblématique demoiselle d’Aimargues, Antoinette Guillierme dite Fanfonne.
Toute la journée, les conversations évoqueront l’histoire de la plus étonnante des manadières qui de sa résidence aimarguoise de Praviel a écumé, à cheval ou au volant de sa célèbre 2 CV, toutes les drailles de Camargue. Une vie rustique digne d’un roman que d’ailleurs l’écrivain Robert Faure a amoureusement retracée.
Sans titre-1.jpg a.jpgDe la prime enfance parisienne à l’apprentissage du travail en manade, aux côtés du baile Joseph Jourdan. Puis avec Jacques et Armand Espelly, la conduite de l’élevage Guillierme. Tout cela dans un environnement culturel riche et éclectique. Fanfonne a délibérément choisi une vie proche des taureaux et a marqué de sa forte personnalité l’histoire de la bouvine.
Pour preuve, vingt ans après sa disparition, la mobilisation en son nom est toujours aussi fervente, à l’appel du comité des fêtes et de la municipalité d’Aimargues.
Dimanche matin, l’église Saint-Saturnin chatoiera, durant la messe en provençal, des riches couleurs des costumes. Les nombreux groupes folkloriques, la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur défileront ensuite pour rejoindre la place du Castellas, lieu de l’acampado, accompagnés de la Nacioun gardiano et de dizaines et dizaines de gardians. Les traditionnelles abrivado et roussataio concluront la matinée avant que les taureaux de Guillierme fassent briller les couleurs azur et or aux arènes. Fanfonne, au soir de sa vie, disait : « J’ai vécu une époque bien merveilleuse », dimanche à Aimargues, c’est un peu de ce temps-là qu’ils viendront tous rechercher.

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER

DIMANCHE 1er MARS : LE PROGRAMME

FANFO2.jpg* 9h, défilé des groupes folkloriques, manadiers, gardians, calèches, musiciens. 9h45, messe église Saint-Saturnin; 10h45, bénédiction des chevaux place de la mairie; 11h30, abrivado manade Baroncelli-Aubanel et roussataïo manade Fourmaud.
15h, course de la manade Guillierme avec Quihous, Mari-Peù, Ven-Larg, Lou Sar, Rabina, Oufanous. Raseteurs : Poujol, Moutet, N. Benafitou, Garcia, Ayme, Sabde, 9 euros. Bandido manade Baroncelli.
* Exposition de peinture et dédicace des ouvrages de Robert Faure : "Fanfonne Guillierme" et "Les Blatière", salle Georges Brassens (à côté de la mairie), ce vendredi, 18h30 ; samedi 10h-12h, 14h-18h ; dimanche, 10 h-12 h, 14 h-17 h.

23/01/2009

EN CAMARGUE AVEC FANFONNE GUILLIERME

FANFONNE.jpgQui se souvient qu'elle se prénommait Antoinette ? Pourquoi est-elle restée demoiselle ? Comment une Parisienne des années 1900 a attrapé la fe di biòu ? Pourquoi cette femme a marqué l'histoire de la Camargue ?

A l’heure où Aimargues commémorera les 20 ans de la disparition de Fanfonne Guillierme (le 1er mars 2009), Robert Faure répond à toutes ces questions dans la réédition - revue et augmentée – de son livre En Camargue avec Fanfonne Guillierme. Une histoire belle comme un roman, riche d’anecdotes racontées par la demoiselle elle-même, où l’on voyage de Paris à la Camargue en compagnie des icones camarguaises telles que Frédéric Mistral, le marquis de Baroncelli, Joseph d’Arbaud, Fernand Granon, Jean Hugo, etc. En filigrane, l’évolution tout au long du siècle de la vie dans les mas, les douleurs des guerres ( la 1re la prive de son fiancé qui, mutilé, la libère de sa promesse de mariage), les fêtes de tout un peuple de petite gens et de bourgeois liés par la passion des taureau.

Le plus marquant : l’éducation éclectique, ouverte sur le monde et totalement moderne de Fanfonne et ses frères et sœurs, pourtant issus d’un milieu protestant réputé austère. La proximité avec les artistes, intellectuels et politiques de l’époque. Le plus étonnant : les kilomètres parcourus à cheval entre Praviel, Les Saintes-Maries, Lunel, Aigues-Vives, Mouriès, Le Cailar, etc. pour visiter la famille, les amis ou les élevages.  Le plus émouvant : le tranquille apprentissage d’une petite fille  au dur métier de gardian et son incommensurable amour des chevaux, des taureaux… et de la liberté.

Fanfonne disait : « J’ai vécu une époque bien merveilleuse »... à la fin du livre,  on pense que c’est elle qui l’était… bien merveilleuse !

Martine ALIAGA

*En Camargue avec Fanfonne Guillierme", de Robert Faure, aux Editions Nouvelles Presses du Languedoc, 20€.
Dans la même collection et du même auteur "Les Blatière, des hommes et des taureaux", 25€

24/02/2008

AIMARGUES : JOURNEE FANFONNE

Dimanche 24 février

TRADITION ET MISE EN JAMBES

aa916087c8ce8c846365cc2711e1118c.jpg
MARI-PEU sur Damien Moutet

Il est un peu tôt pour faire courir les bioù mais, journée Fanfonne oblige, les Guillierme était hier de sortie. Belle affluence dans les curieux gradins aimarguois où il faut bien choisir sa place entre les barres des rambardes qui coupent la vue et les travées d'où certains angles sont occultés ; heureusement toutes les qualités ont été laissées à la piste. Un public certes supporters des Guillierme mais aussi de nombreux clubs taurins, raseteurs, manadiers et gens de taureaux pour assister à la première capelado de l'année – exemplaire de présentation. Menée par Auzolle qui étrenne son maillot aux manches bleu, blanc, rouge, suivi des frères Benafitou, Ouffe, Noguera, Moine, Oleskevich, Ferriol, Jourdan, Moutet, avec les tourneurs Duran, Zerti, Lebrun et Bensalah pour fermer la marche. Du haut de son donjon, Gérard Valentin a mené la course de sa spectaculaire diction.
Des six cocardiers, on a pu apprécier le bon comportement général face à dix raseteurs (dont la plupart des As  premier plan) dans ce contexte hors saison.

Plus en détail, on retient :
- la difficulté du Pounchu (4e) et du Sar (6e) qui gardent leurs ficelles. Le premier, avec ses longues cornes "astifine", a mené quelques actions dissuasives sur lesquelles les gauchers ont été plus nombreux à s'engager, malgré du flottement dans sa tenue de piste. Le second, brave au début sur les séries, a fait douter les hommes au fur et à mesure par ses poursuites en force et jusqu'aux planches où il s'est soulevé plusieurs fois à l'arrivée ;
- le bon comportement de Ramuncho (1er) qui sait se déplacer et faire un sévère tri dans les cites mais aussi appuyer ses finitions sans se départir de son calme ; 
- le panache de Mari Peù (5e), même s'il se laisse parfois distraire ou s'il se tanque pour récupérer, il n'en signe pas moins d'une dizaine de gros engagements en presque 14 minutes.
- restent Lou Renaire (2e) qui a beaucoup subi et n'a trouvé à mi-parcours que de gros coups de tête pour se défendre et Aurochs (3e) qui a offert une course en deux temps. D'abord, placé, il n'est abordé que prudemment à cause de sa vitesse d'exécution qui empêche de poser la main. Là il donne de bonnes séries conclues systématiquement. En revanche, aux ficelles (il en rentre une) il durcit sa position et campe sur son placement.

Martine ALIAGA 

38da9dc5abe43c6ec49d20808bab6437.jpg
LOU POUNCHU avec Nabil Benafitou
4658c274d79a82f6be4cee6eab735de6.jpg
MARI-PEU derrière Loïc Auzolle
Photos Luc PERO
*************************
En matinée
19e Souvenir de La Demoiselle
167e4ba14597fb1ebdd4cda752e0c57d.jpg
936d545eba2d43d46a5e1143279da5d2.jpgRendez vous incontournable pour les gens de traditions, de métiers camarguais, afeciouna, cette matinée dédiée à Mlle Fanfonne GUILLIERME réunit et attire toujours autant de monde. Après la traditionnelle messe provençale, le cortège des costumés, gardians, Arlésiennes, tambourinaïres, calèche pour sa Majesté la Reine d'Arles s'est dirigé vers la statue du Souvenir. Discours des officiels et place à l'abrivado suivie d'une roussataïo. Il est plus de treize heures, apéritif et repas avant la grand Course de la devise or et azur.
Texte et Photos Luc PERO
95fa234b2378d5e21777bba19a86d9dd.jpg
d54b9dc9ceb04d88261e6ce80765332e.jpg
71e254bd5704ac3d63f0d1e4afdc351d.jpg
dfeb09ce37bce1902ab06b59a5c9efc1.jpg
0633bafcd8e1934d26ce19c7204dd62d.jpg
11e4f6c1f8ea0490496182dd54ff56e5.jpg
a7a85c5c4d06e2b3cec90d763608e1e6.jpg

2e1e15c3fbe2041c62f36389a5ff3f9c.jpg
0e148f6614dde10aed21acf2d102037f.jpg

7f929df1cd55a08e4841e8c40082f145.jpg
a31e229321890113f07409578829ac14.jpg