Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2013

AU PANTAÏ

Samedi 7 décembre 2013 - A LA MANADE DU PANTAÏ

Au pays d’Yvan et Gavot

GAVOTYVAN.jpg

Les deux vedettes posant pour les photographes

Samedi dernier, par une belle journée ensoleillée malgré le vent, Hubert et Françoise Manaud, propriétaires de la manade Lou Pantaï aux Saintes-Maries-de-la-Mer, avaient convié organisateurs, amis et amateurs, à un rassemblement amical et convivial marquant la fin de la saison.

Le maître des lieux et ses hôtes sont partis à la rencontre tout d’abord des vaches et de leur progéniture. Ensuite visite aux cocardiers qui ont fait ou feront demain les heures de gloire de la devise “bleu et blanche”. L’occasion de saisir sur le vif, deux taureaux marquants de la manade, le retraité Yvan et Gavot. L’élevage qui a fêté en 2012 son 20e anniversaire se porte bien avec les Beleu, Boncœur, Felibre, Pernen et Saint-Louis, entre autres.

De retour au Mas de Bardouine, les discussions animées  se sont poursuivies autour d’un excellent apéritif dînatoire jusqu’en milieu d’après-midi.

CYRIL DANIEL

08/08/2010

PEROLS *AS*

Dimanche 8 août 2010

ROMAIN GROS VAINQUEUR DE COEUR

GROS 2.jpg

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie taurine. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Gleize, Gros, Marquier, Mascarin, Moutet, Rey. Gauches : A. Benafitou, Clarion, Ferriol. Tourneurs : Dunan, Lebrun, Molins, Ull, Zerti.


De cette 36e finale de la Ficelle d’argent, je ne vous parlerai que du meilleur : les 50 ans des arènes fêtés d’un envol de colombes ;  le décorum soigné avec La Gardounenque, le Velout pescalune, les cavaliers de la manade Robert Michel ;  le public debout pour ovationner Didier Abellan ;  les dédicaces de Jacques Valentin à la mémoire de Bruno Bourrier, frère de Michel (Le Fri) décédé accidentellement... Et surtout  le panache d’un jeune raseteur de l’Avenir, Romain Gros (3e dans les prix) qui a enflammé le cœur des spectateurs ainsi que le quart d’heure magistral de Gavot du Pantaï, meilleur taureau des trois courses. Sans oublier, les rasets émotionnants de Mascarin.
Et si la Ficelle va à Adil Benafitou,  49 points ; 2e Marquier, 32, c’est sans efforts particuliers à signaler.

Générous (Nicollin).- Davantage disponible sur les droitiers, il gère tranquille les débats avec quelques accélérations (Carmen).13 minutes.
Catalan (Daumas).- 4 Carmen. Après huit minutes de la meilleur veine (placement, corne dangereusement passée et conclusions sévères, notamment sur Gros), il se fait réticent. Rentre ses ficelles.
Vazel (Chauvet).- 3 Carmen et retour. Lui a envie, mais inexpliquablement les blancs calent devant sa franche générosité. Gros trace les plus belles trajectoires et l’embarque aux planches. Les ficelles rentrent.
Gavot (Lou Pantaï). - 8 Carmen et retour.Avec son placement sans faille, et sa corne dangereuse, Gavot demande de l’engagement, de la technique, voire de la témérité. Et là Romain Gros s’investit, les enfermées se succèdent (6), l’émotion au bout, pour les plus belles actions. Mascarin pour quelques rasets courts, Benafitou sévèrement raccompagné pour un quart d’heure de domination et les ficelles à la maison.
Banaru (Fabre-Mailhan).- 2 carmen et retour.Volontaire, c’est dans le registre classique que Banaru mène ses 13 minutes. Avec une "poussette" sur Mascarin qui traîne et un cabrage sur Gros. Agréable.
Gastaboï (Guillierme).- Avec toute son énergie et son envie, il se fait surprendre aux pompons. Peu d’élégance chez les blancs, qui ne lui laisse le temps de briller qu’en très peu d’occasions. Mais Gastaboï se révolte sur Rey, s’engouffre après Mascarin, tape sur Gros, et Rey pour 8 minutes et 5 Carmen.
Notaire (Cuillé, hp).- Superbe taureau de 5 ans, au placement rigoureux  et que sa fougue emporte après les hommes jusqu’à ce qu’il se blesse et réintègre prématurément le toril. Carmen au retour.


Martine ALIAGA
Voir autres photos sur Benjibiou


Trophée des As : A. Benafitou, 17 points ; Gleize, 9 ; Mascarin, 8 ; Rey, 6 ; Moutet, 3 ; Marquier, 2.

 

REPORTAGE PHOTO DE BENJI

 

PEROLS5.jpg
▲ Romain Gros fait la pige aux As en prenant
des risques avec Gavot
▼ Adil Benafitou avec toute la classe et la facilité qui le caractérisent
tel qu'on aimerait le voir plus souvent.
Ici avec Gavot
PEROLS4.jpg
Romain Mascarin dans un raset court dont il a le secret
malgré un physique pour le moins alourdi
embarque Banaru (5e)
PEROLS2.jpg
Gros continue son festival
avec Gastaboï (6e)
PEROLS3.jpg

L'émotion au rendez-vous pour un hommage
à Didier Abellan

Les arènes debout pour ovationner

l''ancien raseteur

 

PEROLS1.jpg

Hubert Manau félicité pour le prix à Gavot (manade du Pantaï)
par Christian Valette, maire de Pérols.

Celui-ci n'a pas été oublié
avec une dédicace spéciale à la remise des prix

pour son implication dans la course camarguaise

 

PEROLS6.jpg

**************************

26/04/2010

GAVOT - MOUTET, CHAUD DEVANT...

 A Vauvert Dimanche 25-04

B.jpg
C.jpg
D.jpg
Photos L.PERO

 

25/04/2010

VAUVERT *AS*

Dimanche 25 avril

 

 

UN BIEN TRISTE CONSTAT

RODIN.jpg

Une poussée de Rodin sur Adil Benafitou
 

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : Service animation. Présidence : Michel Bourrier. Raseteurs droitiers : Jourdan, Moutet, Roux, Toureau, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Cartalade, Clarion, Oleskevich. Tourneurs : Bensalah, Beker, Lebrun, Mata, Zerti.


Première journée du Trophée Camargue Médical et dès la première partie, une constatation ou une évidence, il n’y a aucun leader côté blanc pour "prendre" la course à son compte. Désolant… Le public d’ailleurs se fait entendre à plusieurs reprises. Après la pause, A. Benafitou se décide mais douze ficelles restent sur les têtes. Edifiant à ce niveau… non ?
Catalan (Saumade).- Un premier de choc qui trouve en Adil Benafitou un partenaire de choix. Sélectif, il joue de la corne au passage et change bien de cite. Aux ficelles, il manque de travail et les rentre en bon premier.
Petit Lou (Chaballier).- Une très bonne entame de course avec des répliques sérieuses, nombreuses et de qualité. Les pompons levés, la pression manque. Puis, Villard, Moutet, Benafitou font l’effort et malgré ce, il rentre ses ficelles après avoir écouté 4 Carmen.
Catalan (Daumas).- Beaucoup de peps chez ce jeune cocardier qui tient bien la comparaison malgré un travail soutenu et désordonné. Une grosse action sur Roux ponctue ses meilleures enfermées. Calé aux planches, il attend les sollicitations et le peu qu’il reçoit est honoré avec une corne menaçante. Ses ficelles au toril, 4 Carmen.
A.jpgGavot (Pantaï).-► Très vite, il se rend maître du jeu et le ton du sérieux est donné sur une enfermée éblouissante après Adil Benafitou. Adil encore l’embarque dans une longueur. Villard imprudent frôle l’accrochage. Cocardier, Gavot sélectionne durement en fin de course mais pour clôturer il enferme, bouscule Moutet qui se blesse en basculant contre la barrière. 3 fois la musique et une ficelle au toril.
Rodin (Les Baumelles).- Dès sa sortie, se positionne et change intelligemment de terrain. Il oblige Villard à rompre, puis c’est au tour de Clarion et le cercle s’élargit autour de lui. Les sifflets fusent. Clarion, A. Benafitou le font briller et Villard à la faute s’en tire très bien. Dominateur, Rodin se fait applaudir sur les magnifiques cites de Clarion et Benafitou, des Carmen et une ficelle au toril.
Clodomir (Bon).- Dès le premier raset, il s’envole derrière Moutet. Puis Villard, Clarion, Roux, Moutet sont raccompagnés contre ou au-delà des barrières. Des sauts inutiles, du spectacle pour 15<TH>minutes et trois Carmen.
Tzigane (Saint-Pierre, hp).- Des coups de barrière, des principes, il est à revoir dans un autre contexte. Musique et ficelles au toril.


Texte et photos
Luc PERO 


Trophée des As : A. Benafitou, 19 points ; Villard, 11 ; Clarion, 5 ; Jourdan, 4 ; Moutet, 4.
Trophée des Raseteurs : Roux, 8 points.


CLODOMIR.jpg
Un peu de spectacle avec CLODOMIR

15/03/2009

BELLEGARDE : INAUGURATION DES ARENES

Dimanche 15 mars 2009

GAVOT ET VILLARD
LES PREMIERS LAUREATS

GAVO.jpg
Les deux vainqueurs.

 


DSC01786.jpg a.jpg11h30 : la foule est au rendez-vous ! Villageois, gens de métier, de bouvine, les Arlésiennes et  la peña La Gardounenque fin prêts pour l’inauguration des arènes. Juan Martinez, maire et conseiller général, insiste sur le pouvoir des traditions et le devoir de les faire perdurer avant de couper  le ruban et d’ouvrir le grand portail en fer forgé de la nouvelle structure. Celle-ci aux nouvelles normes se présente très ensoleillée, seuls quatre platanes de l’ancien plan subsistent. Côté visibilité, hormis le premier rang, toujours trop éloigné, les spectateurs sont bien installés sur les gradins en béton. La piste inchangée convient aussi bien aux hommes qu’aux cocardiers qui avaient rendez-vous à 15h, pour le concours.
RAM.jpgRamuncho de Guillierme coupe lui aussi le ruban inaugural en sortant du toril. Puis impose une sévère réserve. Les hommes ne trouvent pas la solution et lui laissent son second gland. Musique. Gregau de Fabre-Mailhan s’est donné sans retenue et après quelques allonges, il entend le disque dans onze minutes. Sévero de Ribaud, le vieux briscard en a encore sous les sabots. Des belles répliques toujours dangereuses à l’arrivée pour plusieurs fois les honneurs et une ficelle au toril.
Avec Gavot du Pantaï, c’est tout bon ! Placement, déplacement, anticipations et finitions dangereuses avec la corne. Ses enfermées et son sérieux lui valent ainsi de nombreux Carmen et le prix de la journée. Brillant dans les enchaînements, Leventi de Plo résiste neuf minutes plusieurs fois honorées. Distrait et désordonné, Co Blanco de Lautier a du mal à rentrer dans sa course. Cependant, quelques belles actions déclenchent le disque. Une ficelle au toril. Encore un peu tendre pour ce niveau, Estrelloun de Caillan s’en sort toutefois remarquablement bien en étant un excellent barricadier. Musique maintes fois.
Des dix raseteurs, Villard, Auzolle, Poujol, Moutet et Rey sont les plus constants.


Texte et photos Luc PERO

RAMUNCHO.jpg
RAMUNCHO - Villard
VANNIER.jpg
VANNIER - Moutet
SEVERO.jpg
SEVERO - Villard
GAVOT.jpg
GAVOT - Poujol
LEVENTI.jpg
LEVENTI - Villard
CO-BLANCO.jpg
CO-BLANCO - Martinez
ESTRELLOUN.jpg
ESTRELLOUN - Villard

01/07/2008

MONTFRIN 29-06 *Avenir*

Dimanche 29 juin

GAVOT SERIEUSEMENT, CANBERRA SPECTACULAIREMENT
ET QUIHOUS PAR MOMENTS
*************

c3253e9dc3740983bc2607260a6e5751.jpg
Bruschet ne touchera pas la tête de GAVOT sur cette action...
7dc614e6baa2193668245b1f2673bfe3.jpgArène pleine, capelado et folklore de toute beauté, le concours pouvait débuter. Hélas il ne fut pas à la hauteur des espérances ! Cependant tout ne fut pas négatif loin s'en faut. GAVOT magistral, CANBERRA spectaculaire à souhait et QUIHOUS coriace ont assuré leurs prestations. Gros, Bruschet, Violet, Four ont pour les hommes fait le max, Ayme, Ricci, Brohan, Ibanez moins en vue n'ont quand même pas flemmardé. Cuallado, Ranc, Rouveyrolles sont parfaits dans leur rôle.
FARFADET de F.Mailhan, beaucoup de bravoure mais une fin difficile. Une ficelle au retour et des Carmen. ARISTOTE de Chauvet, mis à part un gros coup sur Four le reste... . QUIHOUS de Guillerme, trés retors à droite, à gauche il est criminel. son parcours aujourd'hui n'est pas son meilleur mais la difficulté avec lui est toujours présente. Ses ficelles au toril et des Carmen. GAVOT du Pantaï, c'est le cocardier par excellence. Placement, anticipations, finitions meurtrières à la barrière, c'est tout bon. Il rentre ses ficelles et reçoit de nombreux et mérités Carmen. ARAGON de Ribaud, brouillon et peu en verve, sa course manque de liant et de tonus. Quelques actions et la musique au retour avec une ficelle. JASON de Saumade, huit gros coups aux planches pour le fun, le reste est moins convaincant. Des Camen. CANBERRA de St Pierre, termine par un festival de coups de barrière. Coince Bruschet à la planche. Du panache pour un concert de Carmen.
Texte et Photos Luc PERO
2f49523d5594879f5bcad9b5ae234f13.jpg
GAVOT
cbdad11b753095a4276f77b12c2bc49a.jpg
QUIHOUS
bb7ad76c8750cee0f6c97cacc97260af.jpg
CANBERRA

08/10/2007

BIOU D'OR ET AMBIANCE DES FINALES

Le week-end passé : Lansargues et Châteaurenard

 

CAMARINA BIOU D'OR 2007 ENTRE DANS LA LEGENDE 

medium_CAMARINA.2.jpg

L'événement du week-end est, comme chaque fin de saison, l'élection du Bioù d'Or 2007. Camarina est sorti vainqueur des votes de la Commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Pas de grosse surprise. Avec 23 voix, quatre pour Mathis et un nul, le taureau de Chauvet était de toute façon favori. 

Camarina entre donc dans le cercle très fermé des doubles Bioù d'Or après sa couronne de 2005. Il rejoint ainsi Tigre, Rami, Ventadour, Rousset, Président, Tristan et Virat. Loustic et Barraïé, avec trois titres chacun, restent l'exception. "Camarina a fait une excellente saison, commente Bernard Fesquet, président de la commission, satisfait du vote, il a bien commencé à Arles et excellemment terminé à Châteaurenard. Mathis (Bioù d'Or 2006), a commencé très fort notamment cette énorme course à Palavas en mai, mais, au fil des courses, il a fait des fautes de jeunesse. A 8 ans, il aura l'occasion de se rattraper c'est sûr".
Camarina, à 13 ans, recueille le fruit, certes de sa saison (meilleur taureau de la Palme d'Or à Beaucaire et des Maraîchers à Châto), mais aussi celui de son énorme carrière. Ne serait-ce que ses quatre participations d'affilée à la finale du Trophée des As (2003, 2004, 2005, 2006) et le prix du meilleur taureau à chaque fois, plus le titre de Bioù d'Or 2005.
Tout au long de ces années, les redoutables coups aux planches du barricadier de Cadenet ont suscité de grands moments: "Camarina a toujours créé une ambiance festive. Il a fait passer un souffle nouveau sur la course camarguaise, s'enthousiasme Maryse Chauvet, qui remercie le Trophée Taurin, les raseteurs et tous les groupes camarguais qui ont reconnu la valeur de Camarina. Encore une fois, Camarina a vaincu malgré les contradictions...". La Camargue a élu son nouveau roi et les nombreux supporters de Camarina peuvent à nouveau se réjouir, le Seigneur de Camargue porte haut les couleurs de la Provence.

medium_PUBLIC.6.jpg
Le public attentif comptabilise au cours du dépouillement
medium_Annonce.jpg
"CAMARINA de la manade Chauvet est élu avec 13 voix..."
medium_MARYSE.jpg
Maryse CHAUVET au nom des siens, remercie...

AMBIANCE

LES DEUX PREMIERES FINALES
ONT MANQUE DE PEPS

Samedi, à Lansargues :  les blancs du groupe 2 ouvraient le bal avec la finale du Trophée des Raseteurs. Les satisfactions : le public s'est déplacé en nombre sous un beau soleil retrouvé, nombre de raseteurs en contre piste sont venus supporter leurs homologues, l'ambiance en piste a été bonne, Romain de Mermoux, haut la main, récompense le travail d'un "petit" manadier qui n'a pas caché son grand plaisir de recevoir le prix. Les bémols : un manque de faste et d'enthousiasme général, certains taureaux ont déçu.

medium_Brochette.jpg
Sympa ! des raseteurs supporters !
medium_LA_CREPE.jpg
Jean-marie MERMOUX, un manadier heureux
medium_GASTABOÏ.jpg
Le bayle de ROMAIN, LEBRUN dit GASTABOÏ éclate de joie
medium_DEFILE_1.jpg
LE DEFILE FINAL

Dimanche à Châteaurenard : tous les espoirs, blancs et noirs, se retrouvaient pour la fête de la jeunesse. Une jeunesse un peu éteinte, les raseteurs n'exprimant que très peu l'enthousiasme qui sied à leur âge, hormis le vainqueur Christophe Clarion dont la joie faisait plaisir à voir. L'étincelle de l'après-midi est venue de tous ces jeunes supporters de Clarion et de Bournel, venus en nombre de Saint-Laurent d'Aigouze et de Bouillargues, bien décidés à emballer les gradins. Les noirs ont, eux aussi, dans l'ensemble laissé leur pétard au toril et certains moments ont été longuet. Si Rodin amène le titre de Bioù de l'Avenir à la manade des Baumelles - l'expérience a payé - un bel avenir se dessine pour Gavot du Pantaï qui, à 5 ans, a apporté la difficulté.

medium_PANCARTE.2.jpg
medium_bouillargues.2.jpg
medium_supporter_saintoois.jpg
Les supporters ont poutant bien tenté de faire monter la pression...
medium_CLARIBEK.2.jpg
Le vainqueur et son tourneur
medium_PODIUM.2.jpg
La traditionnelle photo



Texte Martine ALIAGA - Photos Luc PERO