Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/05/2016

MARGUERITTES *AVENIR*

Lundi 16 mai 2015

UN REGAL TOUT EN PRESSION !

Marguerittes, trophée de l'avenir

Un raset d'école de J. Soler sur Tavel

Troisième et dernier jour de Féria marguerittoise. Le concours de manade proposé tient ses promesses. De l’excellent 1er au très bon dernier, chacun joue son rôle, assume sa place et fait plaisir. Chez les hommes, c’est pareil, l’équipe est appliquée (à 2 moments prés), entreprenante, régulière, et étincelée par la pugnacité  de J Gaillardet, de G Robert et le style, très stylé de J. Soler. Les autres embrayent le pas et voilà. Il n’en faut pas plus !

Marguerittes, trophée de l'avenirEros (La Vidourlenque) : En puissantes déboulées, il répond avec détermination en accélérant sur la longueur. Ses arrivées ne sont pas piquées des vers. Soler, Gaillardet, Marquis (2) se font tamponner alors que Robert (sans suite) et Pradier seront mis à mal. Un premier de luxe pour 11’ récompensées par le disque, joué 10 fois. 

Finition sévère d'Eros sur Ch. Clarion 

Criquet (Raynaud) : D’entrée, Robert et Gaillardet se font embarquer alors que les pompons résistent 4 minutes. Aux ficelles, il maîtrise et ne s’engage que quand il peut prendre le pas sur l’homme.  Calé à proximité du toril, il impose son rythme et conserve ainsi ses ficelles. 3 Carmen et rentrée.                                                                                                                                                         Marguerittes, trophée de l'avenir

                                                                                                                         Vaujany conclut sur St. Dunan   

Vaujany (Martini) : Bouillonnant, il fuse sur tout au prix d’y laisser les principaux attributs en mois de 2’.   Par la suite tenant le périmètre, ses ripostes sont vives, enchaînées et raccompagnées (Dunan 2, Marquis et Oudjit).  6 Carmen pour 12 minutes intenses.

Tavel (Plo) : 3 minutes volontaires et on passe aux ficelles. Ses trajectoires sont alors limpides (Soler 2 – Clarion – Naïm) et concluent (Dunan). Tributaire de son début de course, la fin sera plus calme avant cette présence appuyée sur Clarion en dernière minute. Carmen au retour, joué 7 fois, avec ses ficelles.  

Severin (Cavallini) : On arrive rapidement aux ficelles (1’30). Ses réactions régulières sont franches malgré un léger coup de  tête et concluent derrière Gaillardet (3), Soler, Rado et Dunan avec de s’incliner avec le disque pour la 4eme fois aux 2/3  du temps réglementaire.

 ⇓ Severin tamponne J. Soler

Marguerittes, trophée de l'avenir

Rouveau (Ricard) Peu avantagé par sa grosse carcasse longiligne, surtout dans les rasets « coquins et courbés » et les séries, les percussions aux planches en fin de rasets allongés font un spectaculaire maître insulaire avec une envolée

derrière Naïm et une dizaineMarguerittes, trophée de l'avenir d’engagement derrière  Gaillardet (3), Robert (3), Soler (2) et Dunan. Le tout avec 7 Carmen pour un final                                                                              Rouveau et J. Gaillardet     ⇒

 

                                                                                                                                             Texte et Photos
  Cyril DANIEL

Trophée de l’Avenir : J Robert 23 – J Gaillardet 15 – J Soler 6 – Y Pradier 5 – S Dunan 5 – Y Naïm 3

Trophée des Raseteurs : JH Oudjit 6

Entrée : ¼ (environ 350). Organisateur : Club Taurin La Bouvina. Présidence : Christian Privat. Raseteurs : Droitiers :  JH Oudjit, J Soler, F Rado, Y Pradier (sort au 3), Stéphane Dunan (rentre au 3). Gauchers : C Clarion, Y Gaillardet, J Robert, Y Naim, R Marquis. Tourneurs : D Dunan, A Duran, F Levy

 

                  

22/03/2016

MARGUERITTES *AVENIR HT*

Dimanche 20 mars 2016

NOIRS ET BLANCS EN ANALOGIE

marguerittes,ct la bouvina,course camarguaise

Murano de Fournier avec Robert

Entrée : 1/5e d'arène. Organisateurs : Club Taurin La Bouvina. Présidence : Christian Privat. Raseteurs droitiers : V. Félix, Y. Pradier, JH Oudjit. Gauchers : C Clarion, J Gaillardet, L Garcia, J Robert. Tourneurs : M. Arnel, P. Rado, A. Duran.

Les hommes sont déjà en forme et les taureaux sortent de l’hiver. Mais lorsque les premiers s’adaptent aux seconds, la mayonnaise prend…. A l’arrivée,  le Duo (Brigand et Murano) de la Famille Fournier est en ce jour légèrement supérieur, El Paso (La Galère) n’est pas en reste alors qu’Elégant (Lautier) fait un bon premier.  Oudjit à droite et Robert à gauche sont les plus chanceux alors que le jeune Félix prend ses marques. Mais, chacun apporté sa pierre à l’édifice…

Elégant (Lautier) : Un premier qui va pousser ses répliques sur les rasets allongés. Anticipatif par moment, abordable dans d’autres, Robert (2) et Gaillardet (2) créeront l’émotion pour autant de Carmen rejoué à son retour porteur d’une ficelle.

El Paso (La Galère) : D’entrée, enferme Félix et s’illustre dans des séries rondement menées et sévèrement conclues. Secoué, avec hargne, il répond au coup par coup avant de se dégager. Termine derrière Félix et Pradier. 4 Carmen + Rentrée

Brigand (Fournier) : Calmement, il défend ses principaux attributs en se mettant en évidence derrière Robert, Gaillardet et Garcia où il tape. Sans quitter le périmètre, il défend son 2sd gland récalcitrant jusqu’à la dernière minutes sans flancher. 6 Carmen + Rentrée.

Couteron (Lautier) : Sérieusement, mais en toute franchise, même si ces réactions vives et se font cornes pointées en avant,  les hommes en viendront en bout en 11 minutes récompensées par le disque joué 2 fois.

Murano (Fournier) : Chaque provocation va trouver réponse et sera raccompagnée jusqu’au fil des planches. A l’aise dans les séries où il s’échauffe  et accélère sur les longueurs, il affiche une bravoure à toute épreuve, et conclut avec  la corne à l’arrivée. 13 minutes menées tambour battant pour 4 Carmen.

Farfadet (La Galère) : Abordé avec parcimonie il arpente la piste. Positionné, c’est à grandes foulées qu’il se jette sur le raset, pour conclure les plus serrés, tête sur les planches derrière Clarion, Pradier (2), Félix et Garcia.  Secoué, il répond jusqu’à bout de souffle jusqu’à en perdre pattes. 6 Carmen + Rentrée avec sa 2nde ficelle.

Texte et photo
CYRIL

02/07/2015

MARGUERITTES

Le CT La Bouvina aux Embiez

 marguerittes,ct la bouvina,les embiez,courses camarguaises

marguerittes,ct la bouvina,les embiez,courses camarguaisesUne fois de plus le clan Ricard, ambassadeur de la culture taurine aura mis un point d’honneur à faire découvrir nos traditions aux multiples néophytes débarqués sur  l’archipel à l’occasion de cette Féria.

marguerittes,ct la bouvina,les embiez,courses camarguaisesSi la représentation de la manade Lescot fut à la hauteur de sa réputation, la pena La Gardounenque quant à elle ne fut pas en reste à l’heure des convivialités, accompagnant  le Club Taurin La Bouvina de Marguerittes pour assurer une ambiance des plus torrides d’un bout à l’autre de l’île;

Ces derniers improvisèrent à l’heure de l’aïoli, un paquito géant qui entraina tout les convives de la salle Ste Marthe dans leur sillage…

Une journée qui restera mémorable, un grand bravo à tous !



Texte et photos
Eric MARC

 

24/05/2015

LANSARGUES *TROPHEE DE L'AVENIR*

Dimanche 24 mai 2015

Et avec le sourire !

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

Sofiane Rassir et Margasse

Entrée : 2/3 d’arène.  Org. : comité des fêtes.  Président : Philip Chabanon. Raseteurs droitiers : Cadenas, Caizergues, Faure, Ortiz, Roig, Vic. Gauchers : N. Benafitou, Rassir, Sanchez. Tourneurs : Ull, Noguera, Arnel.

Le sourire sur les visages au sortir de cette course plaisante tout du long, le sourire permanent de Rassir qui, du premier au 7e cocardier, a raseté avec panache, au sein d’une équipe blanche menant bon train. La cadence est soutenue pour les trois vaillants premiers desquels Teston ressort. La seconde partie est plus inégale mais maintient l’attention jusqu’au bout.

Epervier (Cuillé).- Cul aux planches parfois, en déplacement souvent, pour des ripostes poussées et quelques vibrantes enfermées (Rassir, Carmen). Sa franchise lui fait baisser pavillon à 7’30.

Genepy (Saumade).- Se prête au jeu jusqu’au ras des planches. S’allonge sur le beau cite de Cadenas, sort en force sur N. Benafitou. Se chauffe, enchaîne et conclut (Sanchez) pour 8’30 rythmées. 3 Carmen et retour.

Teston (Lou Pantaï).- Plus difficile à manœuvrer et surtout toujours susceptible de sauter après (Sanchez). Concentré lors des échanges, il sait se dégager. Pas un refus et pourtant il n’est pas épargné. Eprouvé, il prend quand même Rassir de vitesse et l’envoie bouler dans les tubes. Il s’est bien battu et rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Caruso (Saumade). - Vite fait les pompons le temps de chercher la bonne place qu’il ne tient pas longtemps. Très beaux duos avec Rassir, Cadenas enfermé. Plus stable, il sort en force, Faure s’y met pour des échanges de qualité. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Margasse (Rambier).- Il va vite, démarre au quart de tour, se place, à l’œil à tout. Chaudes poursuites après Cadenas, Rassir, superbe finition corne passée après Faure. Très cocardier, garde ses ficelles. 4 Carmen et retour.

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise► photo Papalino
aux trousses de Rassir
Papalino
(Chaballier).- Il n’a pas l’échine souple et les rasets de traverse lui sont autant d’épines plantées. En revanche, avec du champ, il se jette méchamment jusqu’à briser les planches (Rassir, Caizergues, Cadenas, Sanchez en musique). Un peu inégal, il rentre ses ficelles.

Ursin (Plo, hp).- Râle, trépigne, boulègue mais quand Rassir lui sert une superbe invite, la réaction est fulgurante : enfermée et conclusion brutale. Des sauts, beaucoup de verdeur, mais de la méchanceté et du caractère pour des qualités à affirmer. Ficelles à Pontevès. 2 Carmen et retour.

▼ PHOTO : Teston après Cadenas

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

▼ Teston sur Sanchez

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

▼ PHOTO : le boulet de canon d'Ursin après Sofiane

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

 Texte et photos

MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Faure, 14 points ; Cadenas, 6 ; Ortiz, 3.

Trophée des Raseteurs : N. Benafitou, 11 ; Vic, 6 ; Caizergues, 3 ; Sanchez, 2.

▼ L'art au poil près !

Petit délire capilaire du plus souriant des raseteurs 

Sofiane Rassir

marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

▼ L'équipe des Plo supportrice d'Ursin

 marguerittes,avenir,sofiane rassir,course camarguaise

*********************

 

16/02/2015

MARGUERITTES

 ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaises

Vendredi 13 février 2015

La manade Jean-Claude Blanc pour l'ouverture

ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaisesLa salle l'Escal a failli s'avérer trop petite pour recevoir les afeciouna pressés de connaître la saison taurine 2015 du CT La Bouvina, en présidence du maire et de La Souleiado de Margarido. Après une mise en bouche appréciée avec les films de Nicole et Gérard Osty puis celui sur l'enfant de Marguerittes Charles Chanat, les courses étaient détaillées, accent mis sur le credo du CT, la découverte d'un maximum de jeunes cocardiers. Dont ceux de la manade Blanc qui, ouvriront les arènes, le 29 mars succédant ainsi à la manade La Galère en 2014. Des concours de manades (8, 24, 25 mai et 25, 26 28 juillet pour la Margueritte d'Or), complète de Fabre-Mailhan le 23 mai et les Guillierme le 18 octobre. ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaisesFidélité aux manades habituelles mais aussi ouverture à une nouvelle, l'élevage Caillan qui mènera Chicharito le 8 mai. Neuf courses Avenir, trois Ligues, une de taureaux jeunes, une de tau et deux courses de nuit pour la fête, voilà un programme étoffé qui fait la part belle à la découverte.

Côté blancs, en alternance Gaillardet, Zbiri, Clarion, Robert, Gougeon, Ruiz, Pradier, Oudjit, Soler, Sabot, Bini, Castel, Bournel seront chargés de faire vivre ces rendez-vous et ce créer l'émotion.

ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaisesCar à La Bouvina, le relationnel est primordial. Pas de bling bling, ici on apprécie l'effort, la sincérité, le don de soi. Des liens tissés au fil des saisons avec les manadiers, les raseteurs, le public et les membres du club taurin, ce qui fera dire à Chantal Bourrely, la présidente : "Je remercie tous ceux qui nous aident, les sponsors, le public mais aussi le club taurin qui sont mes amis, ma famille... Sans oublier la presse taurine présente à toutes nos manifestations". 

Fort de ses 87 ans d'existence (création 1928), la Bouvina tient tranquillement sa route.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaises

 Les raseteurs Castel et Oudjit entourant Charles Chanat

LA SAISON

 

ct la bouvina,marguerittes,courses camarguaises

 

*******************

 

 

10/11/2014

MARGUERITTES * JUBILE CHARLES CHANAT *

Samedi 8 novembre 2014

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

 Un jubilé à l'image d'une carrière

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesCharles à l’entrée des arènes accueillant les spectateurs, Charles à la capelado surveillant le protocole, à la présidence rajoutant des annonces sur la feuille de Christian Privat, en piste gérant les différentes équipes de crocheteurs et rasetant avec son jumeau Jean tous les cocardiers, Charles en contre-piste taillant la bavette avec les amis, Charles n’oubliant personne dans son discours, distribuant les bouquets de fleurs et remerciant tous ceux qui l’ont accompagné depuis ses premiers pas à la tête des taureaux, en 2000. Attentionné, généreux, spontané, pour son jubilé comme pour sa carrière, samedi à Marguerittes, le gaucher Charles Chanat a tout donné. Jusqu’à son dernier raset avec Fonfon où, quiché et manquant de jambes plus l’émotion, il chute lourdement en contre-piste. Sur le coup, son épaule se trouvait à nouveau déboîtée. Clin d’œil - certes douloureux - à une carrière où le raseteur ne s’est jamais économisé. Heureusement, le docteur Romieux de remettre le solide Charles et son épaule dans le droit chemin, et le jubilé de reprendre son cours. Car si les rasets étaient terminés, il n’en était rien de la fête.

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesRetour en piste pour la sortie de Mithra de la Vidourlenque (taureau, aujourd’hui à la retraite, qui avait gravement blessé le raseteur en 2008) s’adressant à Charles par l’entremise de Jérémy Serrano : « Tu étais à ma dernière course, je me devais d’être à la tienne, au nom de tous les taureaux que tu as fait briller... ». Et les cadeaux de se succéder tout comme les belles phrases. Jean Chanat : « Tu n’as jamais triché... ». Luc Jeanjean, tourneur : « En tauromachie espagnole, on dirait que tu es un “tremendiste”, kamikaze, fou fou. Je te disais “Calme Charles, calme...” et toi “Appelle le taureau, appelle... Je veux le prix du meilleur animateur” ». Claude Dumas, tourneur : « Tu as toujours respecté les autres, tu étais intrépide, gonflé, surmotivé... »

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesDes anecdotes de piste mais au-delà de vrais liens d’amitiés. Au milieu de tous les siens, Charles Chanat pouvait savourer. Le raseteur a beaucoup donné aux organisateurs, aux taureaux, aux spectateurs, mais l’homme a aussi reçu. Du respect et beaucoup d’affection.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI - ERIC MARC

 

LES ACTEURS DE L'APRES-MIDI

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesLe CT La Bouvina de Marguerittes, les cavaliers de la manade Martini, le groupe La Souleïado de Marguerittes, les écoles de raseteurs de Bouillargues et Portiragnes, les amis Landais, Les présidents de course Christian Privat, Didier Gaillard et xxx, les raseteurs et tourneurs : Aubaterre, Jeanjean, Dumas, D. Martinez, Ménargues, J. Chanat, Bini, Oudjit, Bournel, Ouffe, Castel, Belgourari, Soler, Carrasco, Borego, etc. Un bon choix de taureaux, emboulés pour l’occasion, très participatifs, vaillants et super agréables : N.817 de Nicollin, 915 de Saint-Pierre, Braco de Martini, Manolo de La Galère, 1 jeune vache de la Vidourlenque rasetée par les “arpètes”, Letino de Fabre-Mailhan, Givalon de Cuillé, Que Navo du Grand Salan, Fonfon de la Vidourlenque, Mithra en présentation... Les clubs taurins Lou Bandot de Saint-Laurent, Lou Pougaou de Montfrin, l'Union taurine d'Aigues-Vives, le CT de Remoulins, Portiragnes, Bouillargues... et certainement quelques autres...

DES CLINS D'OEIL A...

Benjamin Bini avec Fonfon

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Jérémy Serrano, "arpète" N.1

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ LES DERNIERS RASETS DE CHARLES

Avec Manolo de La Galère

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Avec Fonfon de la Vidourlenque

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

***************************

06/11/2014

MARGUERITTES *JUBILE CHANAT*

Ce samedi 8 novembre 2014

Charles : "Ce qui m'a plu, c'est faire le spectacle"

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaises« C’est surtout pour dire merci à tous ceux qui m’ont soutenu…, insiste Charles Chanat. Moi, j’ai fait mon chemin. Je n’ai aucun regret. Mais je veux rassembler tous ceux qui m’ont supporté durant ma carrière… mon jumeau Jean et ma famille, mes amis, les clubs taurins qui m’ont fait confiance durant toutes ces années ». Il est comme ça Charles. A l’heure de poser définitivement le crochet, l’important pour lui c’est de faire plaisir aux autres. Et ils seront tous là, ce samedi, à Marguerittes pour faire la fête avec lui. Ceux de Bouillargues, où il a commencé, en 2002, ses potes de Ligues cuvée 2003, ceux de l’Avenir groupe qu’il intègre en 2004, à 17 ans, ceux du groupe 2 avec qui il a raseté jusqu’à sa dernière course en pointe. C’était à Aigues-Vives en septembre 2013 où son épaule l’a lâché (luxation).

CHARLESCHANAT1.jpgUn parcours tissé par des liens d’amitié indéfectibles en fil rouge d’une carrière dont le raseteur se souvient de chaque course, de chaque taureau. « Mon jubilé à Marguerittes ? Parce que c’est là où j’ai raseté la première fois à l’Avenir (NDLR : le 21 mars 2004), la complète de La Galère avec Nénuphar. Et puis c’est chez moi ». Et dès le départ, les chroniqueurs de noter ce gaucher volontaire et culotté qui fait briller les cocardiers. « En piste, avec les taureaux, j’étais content. J’avais envie de faire plaisir aux gens des gradins, aux manadiers… Envie qu’ils se régalent ». Les clubs taurins ne s’y trompent pas et Saint-Laurent-d’Aigouze, Montfrin, Aigues-Vives, Bellegarde et tant d’autres adoptent vite ce jeune plein de spontanéité, s’offrant aux taureaux et cherchant en retour l’attention voire l’affection des spectateurs. La Cigale d’Or en 2007, Le printemps des Royales en 2008, meilleur de la finale du Gland d’Or, la Clairette d’Or, meilleur raseteur de la saison pour l’Union des CT Paul-Ricard… sont ses Trophées de référence, parmi tant de récompenses de meilleur animateur. Comme à Béziers où distingué par l’UCT Biterrois, il se trouva aux côtés de Castella (le matador) pour recevoir son prix. « Un grand moment ! »
CHARLESCHANAT2.jpgCasse cou, spontané, sincère, les qualités d’un raseteur qui n’a pas ménagé son physique et privilégié les liens avec ses collègues de raset et les organisateurs. Comme avec le CT de Portiragnes qui lui permit de se refaire une santé, en 2006, après une blessure. « Notre amitié est partie de là, c’est un raseteur que j’estime beaucoup, exprime Gérard Massol, un petit gentil, plein de sympathie. Il est resté proche de l’école de raseteurs de Portiragnes et de Jean-Henri (Oudjit) ».

« J’ai toujours préféré l’ambiance des pistes moyennes ou petites, mais j’ai raseté tous les taureaux, tient à préciser Charles, j’ai pris beaucoup de coups mais un seul coup de corne, à Aigues-Vives, le 26 juin 2008 par Mithra de la Vidourlenque ». Le raseteur ne s’éternise pas sur cette grosse blessure. Il préfère évoquer des anecdotes qui l’ont marqué et qui résument un peu son état d’esprit : « C’était à Saint-Laurent, je m’échauffais dans la rue, puis je me suis retrouvé tout seul, les autres étaient déjà en piste. Quand je suis entré, les gens chantaient “Chanat! Chanat! Chanat!” J’étais intimidé mais tellement content… »

« Une autre fois, je rasetai avec Mathieu Schuller qui faisait briller… Moi, j’avais raseté tous les taureaux, ça m’a énervé. Alors quand Brechu, dernier de la course, est rentré, j’ai voulu ma part de bravo, je voulais que le public se souvienne de moi. J’ai fini sur la tête du taureau, ensemble aux planches. Moi c’est ça qui m’a toujours plu… Faire le spectacle ».

Alors quand en mars 2014, il a repris l’entraînement pour préparer son jubilé en cornes nues, et que l’épaule a à nouveau lâché, il a pris sa décision. En même temps, Charlène, sa compagne, lui avait offert le plus beau des cadeaux, Gabriel, aujourd’hui âgé de 8 mois. A 28 ans, il était temps d’arrêter. « Aujourd’hui, je suis membre du CT la Bouvina de Marguerittes, je reste au contact des taureaux en pays, dans les manades et aux courses aussi ».

Mais nul doute que samedi, Charles mettra tout son cœur dans cette après-midi spectacle entouré de tous ses amis. Et pour peu que le public scande son nom, les taureaux trouveront sur leur trajectoire, ce toujours jeune raseteur intrépide et tellement attachant. «Chanat! Chanat! Chanat!»

MARTINE ALIAGA
PORTRAIT DE CHARLES : LUDOVIC NIGUES
PHOTOS DE COURSE :  ARCHIVES MIDI LIBRE

*****************

PROGRAMME SAMEDI 8 NOVEMBRE
A MARGUERITTES

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaisesA partir de 14 h, 5€, course spectacle,
avec les cavaliers de la manade Martini, la Souleïado de Margarido, les taureaux emboulés de Cuillé, Fabre-Mailhan, Vidourlenque, Grand-Salan, Saint-Pierre, La Galère, Nicollin, Martini.

Animé par les amis-raseteurs  de Charles, les écoles de raseteurs de Bouillargues, Portiragnes, etc.
Apéritif après la course.
20 h, soirée salle La Friande à Marguerittes, 20€.
Réservations : tél. 06 18 59 46 68 - 06 68 26 25 40 - 06 16 79 52 12.

20/02/2014

MARGUERITTES : CT LA BOUVINA

Vendredi 7 février 2014

Discussion et soirée pour ouvrir la saison

 marguerittes,ct la bouvina,courses camarguaises

marguerittes,ct la bouvina,courses camarguaisesChaque club taurin a son style pour présenter sa saison. A Marguerittes, le CT La Bouvina présidé par Chantal Bourrely (► photo), ouvre désormais sa soirée par une discussion autour de la course camarguaise. 

Cette année, le thème était “Razeter hier, raseter demain”. Bien mené par Francis Trinquier, le débat n’a jamais été “rasant” et ses interlocuteurs Gérald Rado et Loïc Auzolle, se sont montrés honnêtes et généreux dans leurs réponses.

Morceaux choisis.

Gérald, fort de son histoire familiale « cinq oncles du côté de mon père presque autant de ma mère », a remonté le temps évoquant son père. Loïc, natif du Cailar,  a trouvé naturellement sa voie auprès des bious : «C’est devenu une passion, j’en ai fait un métier».

Question : Les jeunes raseteurs aujourd’hui

Loïc : « Certains commencent dans les rues. Et les jeunes un peu plus citadins viennent après à la piste ».

Gérald : « En tant qu’éducateur, je vois des jeunes qui viennent des encierros. Ils font le sens inverse de nous. Une fois qu’ils rasètent, ils vont en pays. Nous, c’était souvent aux “vache-apéritif” qu’on trouvait notre place en piste.

Question : les rasets...

Gérald : « Aujourd’hui les rasets sont stéréotypés. Mon oncle Georges me diait chacun à son style, laisse-les raseter....»

Loïc : « Les taureaux aussi ont évolué. Beaucoup sont plsu gais, plus spectaculaires, ça modifie aussi notre comportment. Il y a moins de taureaux solides, qui sse tiennent. Il y a donc une évolution du raset ».

Question : préparation physique

Gérald : « Les anciens disent qu’ils étaient en pleine forme fin juin, début juillet. Le début de saison c’était leur entraînement. Et puis ils faisaient la fête...

Loïc : « Il y avait beaucoup plus de courses aux As. En 2013, j’ai fait 38 courses mais que dans des grandes arènes. Donc il faut se préparer et s’entraîner pour profiter des taureaux surtout les plus exigeants ».

Question : la compétition

Loïc :  « Aux As, il y a des société privées et des régies municipales qui ont le souci de faire des bénéfices... ou du moins de rendre des comptes.... On ne pourrait pas revenir à ce qu’une ou plusieurs personnes gèrent l’ensemble des courses ».

Gérald : « Peu de raseteurs entrent en piste quand il reste des places. Ils ne veulent courir que quand ils sont invités. Dommage car plus tu rasètes, plus tu es en forme... »

Question : les apoderado

Gérald : « A l’école taurine, on les aid la première année, après ils doivent apprendre à se gérer. Nous on avait une parole... ».

Loïc : « D’apoderado j’en ai pas. Je m’occupe de mon calendrier avec mon père. Le problème des entrants, c’est qu’ils vont raseter gratuitement (sans invitation) à certains endroits .... C’est un cercle vicieux...»

Question : les tourneurs

Loïc : « C’est un gros débat. L’évolution du travail des tourneurs par rapport à avant où les taureaux se tenaient davantage.Et puis il n’y avait pas la limitation du nombre de raseteurs en piste. Chacun avait son tourneur qui se levait du milieu une fois son raseteur passé. Aujourd’hui, un tourneur peut agir pour plusieurs raseteurs. Là aussi c’est à double tranchant».

Gérald : «J’ai un genou qui m’embête. Je ne serai pas à 100% en 2014, j’ai préféré ne pas m’engager auprès d’Hadrien Poujol.... Le problème de nos jours c’est que le raseteur n’est pas patron de son tourneur... Pour ma part, non, c’est le raseteur qui doit prendre sa responsabilité...».

Question : évolution de la course camarguaise

Gérald : «A Arles pour la Cocarde d’Or, on est revenu 30 ans en arrière (piste ouverte à tous les raseteurs). D’autres compétitions mériteraient peut-être cette ouverture. Mais avant les taureaux se battaient devant 30 ou 40 raseeurs. Aujourd’hui, il est devant huit. Aussi je comprends les manadiers qui ne veulent pas mettre leurs grands taureaux à la C. O....».

Loïc : «Je pense qu’on devrait professionnaliser le Trophéedes As pour responsabiliser tout le monde. Il faut vraiment lui rendre sa vitrine par un grand pas en avant.... Il y a beaucoup de très bons raseteurs».

Conclusion très sage de Francis Trinquier : «Il faut de l’éthique pour un comportement basé sur le respect de chaque partie prenante ». 

Et après la présentation de la saison, l’autre débat pouvait  commencer autour d’un fin et délicieux buffet concocté par les petites mains féminines du CT La Bouvina. Bravo les filles!

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

PROGRAMME 2014

30 mars : complète de La Galère.

7 mai : Ligue Plo, Ricard, Gillet.

8 mai : Souenir Pierre-Linarès, concours.

6 juin : Ligue Blanc, Baumelles, Richebois.

7 juin : concours de manades

8 juin : 60 ans de la manade Fabre-Mailhan, complète. Le soir bodega aux arènes.

9 juin : concours

24 juillet : Ligue Lautier, Bon, Le Rhône.

25 juillet : Ligue Fabre-Mailhan, Didelot, Fournier.

26 juillet : Marguerite d’Or, concours.

27 juillet, Trophée Achille-Luc, Marguerite d’Or 2e, concours.

28 juillet : tau neufs.

Mardi 30 juillet : finale de la 52e Marguerite d’Or, 28e Trophée Rami, 12e Souvenir Marcel-Mailhan, concours.

31 juillet : Ligue Guillierme, Ribaud, Les Chanoines.

6 septembre : Ligue La Galère, Raynaud, Nicollin.

19 octobre, course complète de Guillierme. 

Raseteurs invités en alternance : Gaillardet, Allam, Marquis, Chanat, Zbiri, Pradier, Roig, Oudjit, Cadenas, Santelli, Bouhargane.

02/08/2011

MARGUERITTES *AVENIR* FINALE DE LA MARGUERITE D'OR

Mardi 2 août 2011

LA FLEUR A GRAMMATICO

ESCAMILLO,  un ténor dans la course

 

marguerittes,finale de la marguerite d'or,grammatico,escamillo,courses camarguaises
ESCAMILLO de la manade Raynaud... Enormissime !!!

 

 

Entrée : le plein (gratuit).
Organisateur : CT La Bouvina.
Président : Christian Privat.
Raseteurs droitiers : Chig, Faure, Moine, Violet, Grammatico.
Gauchers : Aliaga, Martin, Alarcon, Sanchez (sort au 3e), Mebarek (rentre au 4e).
Tourneurs : Grando, Patou, D. Martinez, Zerti.


marguerittes,finale de la marguerite d'or,grammatico,escamillo,courses camarguaisesFabien Grammatico remporte la Marguerite d’Or avec 37 points devant Aliaga (28), Martin (21), Faure reçoit le Coup de Coeur Marcel Mailhan. Le prix du Trophée Rami récompensant le meilleur cocardier revient, sans conteste, à Escamillo de Raynaud, auteur d’un quart d’heure d’anthologie. Tancrède clôture avec un exceptionnel brio cette belle finale.
Mourven (Gillet).- Pas facile d’essuyer les plâtres mais le biou s’en tire fort honorablement avec, à son actif, quelques jolies poussées notamment sur Martin qui lui ravit ses 2 ficelles. Musique. 12 minutes.
Lou Saunié (Blanc).- Une grosse minute pour les attributs. Puis, il défend durement sa 1re ficelle en se montrant moins vulnérable. Il enferme logiquement la seconde. Deux fois les honneurs.
Escamillo (Raynaud).- Un départ tonitruant avec une dizaine de coups de barrière, le temps des pompons (4 minutes). Aux ficelles, il continue le récital, dès que les hommes lui en donnent l’occasion. Une superbe envolée sur Chig, planches brisées sur Martin, bascule avec bris derrière Aliaga, rebascule sur Faure pour les plus gros coups (vingt-et-un en tout). Avec une maîtrise cocardière de haut niveau, il enferme ses ficelles, écoute de nombreuses fois la musique et rentre sous l’ovation du public debout.marguerittes,finale de la marguerite d'or,grammatico,escamillo,courses camarguaises
Lou Cran (Guillierme).- Bien armé, les hommes hésitent à le taquiner. Virulent sur le raset, il fait aussi voler les crochets. Grammatico fait parler son expérience, mais trop compliqué pour les hommes présents, Lou Cran rentre son second gland avec 5 Carmen.
Octave (Joncas).- Il se promène beaucoup trop pour bénéficier d’un bon traitement. Moins sollicité lorsqu’il se cale, c’est beaucoup mieux. Rentre ses ficelles, 4 Carmen  plus retour pour quelques actions méritoires.
Pharaon (Fabre-Mailhan).- Lui aussi très véloce, se livre avec  à propos dans de bons enchaînements. Des coups de barrière sur Mebarek, Martin, Aliaga, Moine, dans une lutte acharnée pour la 1re ficelle. D’autres actions, 7 Carmen plus retour.
Tancrède (Nicollin, hp).- Sort avec un pétard d’enfer et, entrepris, se montre volontaire et spectaculaire à souhait avec des coups de barrière puissants, sauts ou bascules. Un final idéal pour une multitude de Carmen.

 

Texte et Photos Luc PERO

 
Trophée de l’Avenir : Alarcon, 12 points ; Martin, 8 ; Aliaga, 5.

 

 

marguerittes,finale de la marguerite d'or,grammatico,escamillo,courses camarguaises
▲TANCREDE pour un final explosif▼marguerittes,finale de la marguerite d'or,grammatico,escamillo,courses camarguaises

 

 

 

27/07/2010

MARGUERITTES *AVENIR*

Mardi 27 juillet:  Finale de la Marguerite d'Or

  AYME, RASSIR, GRAMMATICO LE PODIUM
MARCIAS LE MEILLEUR COCARDIER

RASSIR.jpg

 

 

Entrée : plein (gratuit). Organisateur : CT La Bouvina. Président : C. Privat. Raseteurs droitiers : Ayme, Fougère, Grammatico.
Gauchers : Aliaga, Errik, Rassir, Sanchez, Allam (rentre au 4e). Tourneurs : Bouchité, Curtil, Grando, Ménargues.

DSC04009.jpg 2.jpgFélicitations aux raseteurs qui ont travaillé ce concours avec un esprit de compétition bénéfique à une finale. Le podium de la Marguerite d’Or s’établit : 1er. Ayme, 52 points ; 2e. Rassir, 45 ; 3. Grammatico, 40.
Campardin (Blanc).- Sévère premier qui défend ses ficelles en gardant les angles. Il en perd une, rentre l’autre en musique déjà entendue sur une enfermée après Rassir.
Roquetier (Guillierme).- Compliqué, il désarçonne les hommes par son coup de revers et ses incessants déplacements. Aucun refus, des séries et parfois des finitions dans quinze minutes cinq fois honorées. Une ficelle au toril.
Cancarel (Raynaud).- Cornes arrondies, on comprend il tape fort dans les planches au terme. Brave sur le raset, mais doté d’un coup de tête, et d’une ficelle récalcitrante, le biòu prend une rouste. Rassir lève cet ultime tour sur la sonnerie. 4 Carmen.
Maï (Les Baumelles).- Il ne trouve pas sa place et erre beaucoup. A la 8e minute, il prend les angles et l’affaire se corse. Plus dur, mais irrégulier, il rentre ses ficelles en musique déjà deux fois jouée.
GRADINS.jpgMarcias (Fabre-Mailhan).-(Photo en haut) Peu craint à sa sortie, il est attaqué avec entrain et répond coup pour coup aux assaillants. Puis, il devient plus sérieux et donne des répliques de qualité. Des coups de barrière, deux sauts sur Rassir et ses ficelles à la maison pour 5 Carmen et le prix du jour.
Pluvier (Nicollin).- N’est pas étouffé et garde le terrain près des planches. Une grosse enfermée sur Rassir. Il change bien de terrain et protège sa seconde ficelle qu’il rentre. 4 Carmen.
Poker (Plo, hp).- Il compte pour la Marguerite d’Or. 48 pour Ayme, 47 pour Rassir, les deux glands pour Ayme et la Marguerite est fleurie pour Anthony. 15 minutes. Musique.

 

Texte et Photos Luc PERO


Trophée de l’Avenir : Rassir, 12 points ; Errik, 12 ; Ayme, 9 ; Fougère, 8 ; Sanchez, 4 ; Aliaga, 1.

 

GRAMMA.jpg
Grammatico et MAÏ ▲ - Ayme et POKER ▼
AYME.jpg