Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2012

BEAUCAIRE *AS* FINALE DE LA PALME D'OR

 beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaises

Lundi 30 juillet 2012

Julien Ouffe et Saint-Rémois
vainqueurs de la 85e Palme d'Or

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesLes cocardiers ont souvent été "juste" pour une finale de Palme d'Or face à une équipe bien décidée à raseter et à lever. Julien Ouffe (46 points, photo avec Racanel de Cuillé, 7e) s'offre la Palme devant Hadrien Poujol (40). Juju l'Héraultais a mené ces quatre courses avec sobriété, ténacité, efficacité. Une victoire méritée pour ce gaucher apprécié et dont la Palme est la première compétition majeure à son palmarès. Félicitations !
Hadrien Poujol a, lui aussi, fourni un énorme travail. Plus intermittents mais bien présents Four, Rey, Gleize, Villard, Sanchis, Errik.
  
Organdi tire son épingle du jeu face à la horde blanche, rentre une ficelle. Et fait un honnête premier. Et pourquoi pas Carmen au retour ? 
Alésien (Briaux, 4e) fait un bon quart d'heure, alternant déplacements, sélection et percussions. Rentre ses ficelles. Racanel (7e) termine avec vaillance et un brin d'autorité.

Le prix du meilleur taureau de la Palme est attribué à Saint-Rémois de Fabre-Mailhan pour sa course exceptionnelle du 15 juillet.

Arènes bien remplies, capelado élaborée évoquant l'oeuvre du Marquis de Baroncelli, course parfois brouillonne dans l'ensemble. Julien Ouffe et Hadrien Poujol se tirent la bourre mais après un rappel à l'ordre des tourneurs, le duel reste correct.

Organdi (Plo).- Rude tâche pour lui que de recevoir les charges de 11 raseteurs frais et motivés. Mais, il sort avec du pétard et, à l'attaque, les cornes frôlent les fesses. Calé au toril, quand le harcèlement se fait trop pressant, il ignore. En revanche, bien consenti, il se livre avec de belles sorties (Gros, Poujol, 2 fois, 2 Carmen, Errik, Sanchis). De la retenue, certes, mais il se bat. Rentre une ficelle (en silence ?)

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesLou Cran (Guillierme, photo avec Hadrien Poujol).- Autre style, le cocardier aime le mouvement. Au début, il prend tout sans finir en tricotant des cornes. Très décollé, les blancs ne savent pas trop comment le prendre d'autant qu'il va vite. Sur les enchaînements, il se donne mais ne convainq pas (1 Carmen). Rentre une ficelle. 

Fanfaroun (Nicollin).- Prend tout en vrac en se déplaçant le long des planches. Prend une rafale dans un désordre total où il ne trouve pas les ressources pour s'échapper. La première ficelle pour Four à 3'30. Il a un peu d'air pour la 2e, du coup il s'en sort mieux mais 8 minutes suffisent.

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesAlésien (Briaux, photo avec Bastien Four).- Cul aux planches, il impose sa sélection, se cabre sur Ouffe, se dégage et reprend position dans la longueur. Surveille son terrain jusqu'à ce que Poujol l'emporte de belle manière pour une explosion à la hauteur, double sur Four. Positionné au toril, il laisse passer l'orage pour 5 minutes les pompons. Aux ficelles, il se dégage et reprend son poste. Belle sortie sur Allam, coups de barrière sur Poujol, Gleize. Pétarde droit comme un "i" aux planches sur Poujol (deux fois), conclut méchamment sur Outarka, énorme sur Four. Conserve ses ficelles au terme d'une course intelligente où il a alterné bonne gestion de la piste, déplacements et conclusions. A 14 ans, que demander de plus. Bravo Alésien ! 4 Carmen et retour.

Héliodor (Lautier).- A fond les premiers échanges pour 1 minute les pompons. Héliodor rode, chasse, sa vitesse d'exécution et ses finitions au ras des planches ont de l'allure, belle enfermée sur Poujol, 3 Carmen. Sur sa 2e ficelle, placé, la charge est moins forte mais il allonge de belle manière sur Poujol. 9 minutes.

Mérou (Saumade).- Affiche d'entrée sa méchanceté mais trace des trajectoires improbables sous l'assaut, il est vrai sauvage, des raseteurs. Mérou ignore, refuse ou fonce dans le tas. Se révolte sur Outarka pour 4 minutes les premiers attributs. Placé au toril, brise les planches après Villard, coup de barrière sur Poujol (1 Carmen) et reprend ses errements. Khaled se fait propulser, passe le mourre après Ouffe. Gleize fait les deux ficelles en 2 minutes. 11 minutes au total.

Racanel (Cuillé).- Les hommes ne sont toujours pas rassasiés, Julien Ouffe gère son avance avec calme, sobriété et une belle efficacité. Poujol baisse un peu les bras, Four, Sanchis se montrent. Racanel reste disponible mais raccompagne avec puissance et une bonne gestion de l'espace sans rester figé. Quelques conclusions bien abouties sur Four, Ouffe. Julien a gagné, il allonge les trajectoires, Racanel au diapason. 11 minutes 30 de bonne facture. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : presque plein. Organisateur : Affaires taurines. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Villard, Errik, Gros, Outarka, Rey, Sanchis. Gauchers : Ouffe, Poujol, Four, Allam. Tourneurs : Khaled, G. Rado, Fouque, Sanchez, Kerfouche.

Trophée des As : Gleize, 8,5 points ; Ouffe, 6 ; Villard, 5,5 ; Poujol, 4,5 ; Errik, 4 ; Sanchis, 3,5 ; Rey, 2,5 ; Gros, 1,5 ; Four, 1,5.
Palme d'Or : Ouffe, 46 points ; Poujol, 40 ; Villard, 35.
Meilleur taureau de la Palme d'Or : Saint-Rémois de Fabre-Mailhan pour sa course du 15 juillet.

27/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 3e journée de la Palme d'Or

 Jeudi 26 juillet 2012

 La course aux 3 Biou d'Or a été intense

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Julien Ouffe en tête de la Palme avec Garlan

 beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaisesLa compétition entre les hommes, la valeur des taureaux a tenu en haleine le nombreux public remplissant les arènes Paul-Laurent. Les trois Biou d'Or, en 2e partie, ont fait honneur à leur titre chacun dans son style. Les trois premiers ont parfois subi la pression des raseteurs mais se sont bien battus. Les blancs ont donné l'ampleur et l'intensité nécessaire à une course de ce niveau. Julien Ouffe se place en tête de la Palme avant la finale de lundi, Poujol à deux points, ça promet ! Reste qu'Outarka, Rey, Villard apportent leur pierre à l'édifice, Sanchis, Errik, Gleize, Four avant sa blessure (sort à l'entracte), Gros et Allam jouent le jeu.

Géricault (Chauvet) catapulte d'entrée Violet et prend une rafale de rasets pour 1 minute 20 les pompons et un "cabrage" sur Villard. Aux ficelles, il a le temps de se positionner et d'affiner sa sélection. Outarka en danger dans le berceau des cornes qui le cherchent, une action d'envergure sur Gros. La 2e ficelle ouverte déclenche une bataille intense où Géricault se bat comme un diable. Ouffe arrête le chrono à la 11e. 3 Carmen et retour.

Périclès (Nicollin). Lui dont les raseteurs se méfient habituellement car il "envoie" grave, se prend une tempête dans laquelle tête baissée il essaie de cibler une proie. Mais peine perdue, il ne sait plus où donner des cornes. Passe le mourre quelquefois (Poujol), mais se laisse saouler devant tant de blanc. Villard allonge pour une belle explosion aux planches. Sur la fin, harcelé, le taureau abdique et ne charge plus. Outarka pour l'unique ficelle. 12 minutes, 2 Carmen et retour.

Papagaï de Lagarde.- 1 minute 45 pour les pompons qui partent en mouvement. Papagaï se sauve de la mêlée par ses déplacements. Quand il se place, il enfile les enchaînements sans mollir. Allam prend sa chance et trouve une grosse conclusion. La pression retombe enfin et Papagaï en profite. Une série encore et Ouffe conclut à la 12e. 2 Carmen et retour.

Pasteur (Fabre-Mailhan).- Visite la piste, se cale, tape sur Poujol, déclenche sur Villard, Poujol. Superbe anticipation sur Poujol. Aux ficelles, se "tanque" et choisi subtilement ses adversaires. Il faut plonger à la tête pour que le briscard prenne la peine de riposter mais alors là c'est chaud. Poujol et Ouffe sont les plus entreprenants, c'est vrai qu'à droite Pasteur ignore. Pourtant Gros est superbement raccompagné. Laisse sa 1re ficelle à Ouffe à la 14e, au terme d'un quart d'heure intéressant de ce sévère cocardier à l'ancienne. 4 Carmen et retour.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Pasteur et Hadrien Poujol

 

Garlan (Les Baumelles) reconnait les lieux à grandes foulées. Cul aux planches, il se dégage opportunément et se délimite un périmètre. A l'affût, les hommes calculent. Poujol dans un mouvement superbe. Les raseteurs tentent de le "carotter" sur ses déplacements mais Garlan déjoue les ruses. 8 minutes les glands. Hadrien Poujol exécute de superbes rasets d'attaque, Rey pas toujours dans les règles mais avec ténacité. Et la 1re ficelle rentre à 1 300€. 4 Carmen et retour.

Guépard de Cuillé.- Il alterne les déplacements où il est vulnérable, le bon positionnement et les attaques musclées aux planches. Des coups énormes notamment sur Rey (2), Villard (3), Gros. Aux ficelles, il n'est pas assailli et quand il se place, il répond cocardièrement. Sanchis le cite de loin et Guépard sort le grand jeu pour une agression caractérisée aux planches qu'il manque traverser. Il en reste lui-même sur le cul. Espérons sans mal. Outarka, très en jambe, s'octroie la première ficelle à 1060€, la 2e rentre sous les applaudissements. 6 Carmen et retour.

Reste Castellas (Fabre-Mailhan) hors point pour le Trophée mais comptant pour la Palme. Soumis à un rythme intense, il laisse rapidement ses pompons sans refuser le combat. Il ne sort pas de l'emprise à tous les coups, mais livre une prestation où sa vaillance ressort. La lutte pour les ficelles s'amplifie, Poujol pour la 1re, Errik la seconde. 3 Carmen et retour.

 MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ouffe, 7,5 points ; Outarka, 5,5 ; Poujol, 4,5 ; Villard, 4 ; Rey, 3 ; Gros, 2 ; Gleize, 1 ; Sanchis, 1 ; Four, 1 ; Violet, 1,5.
PALME D'Or : Ouffe, 33 points ; Poujol, 31 ; Villard, 24 ; Four, 23 ; Sanchis, 17.

FICHE TECHNIQUE : Entrée : presque le plein. Organisateur : Affaire taurines. Président : Raynaud Arnaud. Raseteurs droitiers : Gros, Outarka, Violet, Sanchis, Rey, Villard, Gleize. Gauchers : Errik, Four (sort à l'entracte), Poujol, Allam, Ouffe. Tourneurs : Fouque, G. Rado, Khaled, Sanchez, Labrousse.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Guépard auteur de quelques engagements
gratinés, ici sur Villard

et une explosive arrivée sur Sanchis.

********************************

 

 

16/05/2010

LANSARGUES * AVENIR*

Dimanche 16 mai 2010

LES BLANCS MENENT LE BAL

Entrée : 150 personnes environ. Org. : Comité des fêtes. Président : C. Daniel. Raseteurs droitiers : Jockin, Malige, Noguera, Toureau,Valette. Gauchers : Guin, Ricci, Sabde. Tourneurs : Baccou, C. Galibert, S. Sanchez.

Avec deux pull  et une casquette, il faisait bon à Lansargues... Et on n'a pas eu beaucoup de raisons de se réchauffer.  Heureusement, les blancs majoritairement lansarguois - mais les "estrangers" aussi - s’entendent, se motivent, se soutiennent et forcent les taureaux qui, dans leur majorité, avait l’esprit ailleurs. Ce sont les blancs  qui ont "fait" la course.
Cabri (Saumade).- Les hommes en tire le meilleur pour quelques enchaînements et une chaude poursuite sur Sabde (2 Carmen). Les ficelles au toril.
Fourquaten (Lou Pantaï).- Participe pour les pompons, puis les blancs doivent lui arracher ses réparties dans 12 minutes.
Cigalon (Lautier).- Avec vivacité se livre agréablement. Aux ficelles, tous le monde participe pour de beaux échanges. Noguera lève la 1re ficelle à la 14e. L’autre rentre en musique 3 fois déjà jouée.
Beleu (Lou Pantaï).- le plus intéressant. Très cocardier dans son comportement, Valette, Guin s’appliquent pour de beaux gestes. Se chauffe sur de longues séries où tous font l’effort en musique (3) La 2e ficelle au toril avec les honneurs.
Castellas (Lautier).- Ce chasseur qui peut lâcher l’action pour poursuivre un autre but, se livre avec conclusions (2 fois pour 2 Carmen), plus un saut avec Jockin, et garde 8 minutes ses pompons. Un prestation un peu décousue et les ficelles rentrent. Carmen.
Marlin (Saumade).- Se prête aux échanges et termine droit sur l’estribo avec une préférence pour les gauchers. Après un temps morts, les blancs l’entreprennent et Marlin se livre barricadièrement dont une formidable action après Valette. 5 Carmen et retour avec ses ficelles.
Mafate (Lagarde (hp, 10 mn). Du jus, de la méchanceté, mieux vaut ne pas rester dans sa ligne de mire. Brave sur le raset, c’est l’arrivée qui est percutante. Un énorme envol après Valette, tape encore après Malige (2), Noguera, Valette et encore Malige pour le dernier assaut. 5 Carmen et retour.

Martine ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Sabde, 11 points ; Valette, 8 ; Guin, 7.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 12 ; Ricci, 6 ; Noguera, 3 ; Malige, 2 ; Toureau, 2.

21/09/2009

LE GRAU-DU-ROI : 39e FINALE DU TROPHEE DE LA MER

Dimanche 20 septembre 2009

SUCCES POPULAIRE :
DU BON, DU TRES BON ET QUELQUES DECEPTIONS

GRAU1.jpg

L'affiche promettait et les spectateurs ont répondu présent. Bien avant l'heure de la capelado, Le Grau plein comme un oeuf s'attend à la fête totale et patiente enchanté du tri en piste proposé par l'équipe de Renaud Vinuesa. A la présidence Jacques Valentin, assisté de Régis Fesquet, salue à la capelado les droitiers Allouani, Auzolle, Garcia, Jourdan, Outarka, Villard, les gauchers A. Benafitou, Mebarek, Ouffe et les tourneurs Benzegh, Beker, Bensalah, Mata, Zerti. Il mènera les débats sereinement en faisant monter les enchères et l'ambiance bien à propos, sans aucun problème avec des acteurs blancs, en ce jour, bien disciplinés. Pourtant, malgré la qualité de certains échanges, l'arène n'a jamais basculé dans la folie des grands jours. Pourquoi ? Celui qui a la réponse détient la clef du paradis camarguais.

GRAU2.jpgLES TAUREAUX : Pasteur (Fabre-Mailhan, 5e ◄ photo avec Allouani) remporte les suffrages. C'est mérité. Le cocardier des Bernacles dominateur, attentif, a compliqué le jeu par sa vista, sa solidité, ses anticipations et rentre ses ficelles superbement primées. Yvan (Le Pantaï, 4e) a alterné le bon et le moins bon mais ses quatre minutes (de la 10e à la 14e) ont été un modèle du genre. Flamenco (du Joncas, 3e) n'a pas été raseté au bon tempo. Les rasets au compte-goutte ne sont pas son fort, c'est quand les enchaînements s'accélèrent qu'il brille. Là les hommes n'ont pas assez insisté. Clodomir (Bon, 7e hors points Trophée, comptant pour la Mer, en supplément dix minutes) a bien joué son rôle aidé des blancs. Guépard (Cuillé, 6e) n'était pas dans un bon jour, il a manqué de mordant et de sollicitations.  Gregau (Saumade,  1er) ponctue son quart d'heure de quelques agressions et Bambou (Chauvet, 2e) s'éteint à la 8e.

LES HOMMES : Allouani maîtrise au mieux sa fin de saison. Il s'implique notamment avec Pasteur avec qui il décline la gamme des rasets réservés aux grands. A. Benafitou et Ouffe s'investissent tout au long de l'après-midi et prennent respectivement la 3e et 2e place. Villard, assidu, mouille le maillot et Garcia, toujours appliqué et propre dans son bon travail. 

LE PALMARES : Meilleur taureau, Pasteur de Fabre-Mailhan.
Meilleurs raseteurs : 1. Allouani ; 2. Ouffe ; 3. A. Benafitou.

GRAU3.jpg

▲ Julien Ouffe avec Clodomir de Bon
▼ Adil Benafitou avec Yvan du Pantaï
GRAU4.jpg
▼ Benjamin Villard et Flamenco du Joncas
GRAU5.jpg
****************************************
LA COURSE
Gregau (Saumade).- En mouvement, répond à tout avec des accélérations parfois bien abouties (Jourdan, Auzolle, Allouani 2 fois et A. Benafitou). 1 ficelle au toril 5 Carmen et retour.
Bambou (Chauvet).- Tou feu tout flamme à sa sortie, des réactions sévères qu'il accompagne de la corne (Allouani, Ouffe, Garcia), un escrimeur qui impose la réflexion. Mais à la 8e, cul aux planches, sélectionne jusqu'à ne plus rien vouloir. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen pendant, plus rentrée (contesté).
Flamenco (Le Joncas).- Les premiers attributs se volatilisent en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. Aux ficelles, il n'est pas assez sollicité et perd en concentration sans trouver son placement. Dommage, car dans les dernières minutes, où là les rasets s'enchaînent, Flamenco se chauffe notamment pour conclure rageusement sur Villard,  Garcia, Jourdan, Ouffe. Les ficelles à la maison. 3 Carmen et retour.
Yvan (Le Pantaï).- Il alterne les déplacements brouillons où il est vulnérable, les placements  dans les planches d'où il laisse passer et les très bons moments où, surtout avec A. Benafitou et J. Ouffe, on retrouve le cocardier qu'on aime, coupant le terrain, offensif jusqu'aux planches, dangereux par sa vitesse. Le raset du jour : celui de Julien qui l'embarque le long des planches et qui dure... dure... jusqu'à l'explosion aux bois. Aussi du danger avec Benafitou, anticipé ; Outarka quiché ; Villard pressé. Des Carmen (7 tout de même !) et retour.
Pasteur (Fabre-Mailhan).- Placement et déplacements maîtrisés, puissance, rapidité. Deux petits pas de côté pour fermer la porte et la vista en prime. Prend deux rasets (qu'avec ceux qui le défient dans son terrain) et se repositionne. Anticipations et longs rasets (Allouani 4 fois, Villard 2 fois, Auzolle, Outarka) sont de purs moments d'aficion ; sans parler de ce long site de Sabri qui finit en explosion aux planches. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Guépard (Cuillé).- Sans se placer, au petit trot, honore des séries qu'il conclut de belle manière quelques fois (Allouani, Outarka, Villard). C'est avec Benjamin Villard, qui lui propose de longs échanges qu'il va le plus briller même si aujourd'hui il manque de mordant et aussi de solliciations. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.
Clodomir (Bon, hp).- On oublie son gros gabarit et ses cornes impressionnantes vu la légéreté avec laquelle il saute en contre-piste. Met du coeur derrière les hommes et mieux vaut s'accrocher haut aux tubes. Des coups de barrière sur Auzolle, Ouffe, Allouani, Villard, A. Benafitou la musique en boucle et les ficelles au toril.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

15/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU

Dimanche 13 septembre 2009

OMEGA (Ricard) MET L'AMBIANCE

OMEGA 1.jpg
Outarka - Kerfouche une équipe unie dans les moments chauds !
OMEGA 2.jpg
Ouffe imprudent qui ne s'accroche pas...
OMEGA 3.jpg
...s'en tire finalement bien, Ouf !

06/08/2009

CASTRIES *AS*

Mercredi 5 août 2009

13e GRAND PRIX DE LA VILLE :
OUFFE - AIGLON ET GLEIZE

ouffe AIGLON Occitane.jpg
Julien Ouffe à la tête d'Aiglon de l'Occitane

Il y a des jours où la mayonnaise ne prend pas. Mercredi, à Castries, malgré le décorum des grands jours et des arènes pleines, la course ne s'est jamais emballée. Les hommes (Allouani - sort à l'entracte, blessé), Gleize, Jourdan, Outarka, Sabatier, Ouffe, Poujol, M. Sanchez et Sabatier plus Beker, T. Dengerma, Dunan, Benzegh, Zerti) ont raseté par à coups, réservés par moments et en désordre à d''autres. Les prix récompensent justement les plus assidus. Quant aux taureaux, hormis Aiglon, le casting n'était pas à la hauteur.
Pourtant Eigouzo (Lagarde) avait bien attaqué par 8 minutes agressives et violentes mais se retient trop par la suite. Othello (Blatière-Bessac), trop raide. Pavoun (Saint-Pierre) irrégulier et brouillon.
Gleize BARRAS Nicollin.jpgLe seul à sortir son épingle du jeu c'est Aiglon de l'Occitane qui a imposé son envie et sa puissance. Il n'honore que les cites francs par de grosses poursuites jusqu'aux planches où il met la corne. Cocardier, il domine facilement et rentre ses ficelles. La "bravitude" de Lou Sar (Guillierme) ne rencontre que l'à peu près des blancs. Quant à Barras ( Nicollin) s'il sort avec du peps (► photo avec Gleize), il s'éteint peu à peu. Pour terminer, Bartabas (Lautier), à 10 ans, sort hors points pour le Trophée Taurin mais compte pour le prix du jour, en supplément dix minutes... - Va comprendre Charles - Raseté, en rythme par Gleize et Ouffe qui se disputent la première place, et Sabatier, le biou se livre correctement et "fait péter" le coup de barrière du jour sur Sabatier.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

18/07/2009

LUNEL - FINALE DU MUSCAT *AS*

Samedi 18 juillet 2009

A. BENAFITOU ET PASTEUR DE FABRE-MAILHAN
LAUREATS D'UN MUSCAT PEU FRUITE

 PASTEUR.jpg
PASTEUR - Allouani

ADIL.jpgUn trois-quart des gradins garnis pour cette Finale. Jacques Valentin un peu trop généreux avec les honneurs préside et invite les hommes à défiler au milieu des Arlésiennes et gardians. Allouani, Villard, Gleize, Outarka et Marquier pour les droitiers. Pour les gauchers A. Benafitou, Ouffe, Four et cinq tourneurs.

Cette Finale qui ne restera pas une référence en la matière a permis tout de même à PASTEUR, MARCELIN de se mettre en évidence et à PESQUIE de faire encore apprécier ses talents de barricadier.

BENVENGU de Nicollin, six minutes trente de présence pour un premier c'est trop insuffisant.
CHANEAC de Chaballier, sans placement il effectue une course sans grand relief, si ce n'est quelques belles poursuites sur Marquier, Four. Un carmen en course.
MARCELIN de Rouquette, sans trop quitter le terrain des planches il n'a de cesse de répondre en concluant parfois avec brio sur Four, Allouani, Gleize, Ouffe dans dix trés bonnes minutes cinq fois honorées.
ARLESIE.jpgPASTEUR de F.Mailhan, ne garde pas trés longtemps ses pompons mais aux ficelles c'est plus retors... plaçé, peu travaillé, il fait souvent avorté mais donne aussi des réponse de qualité en anticipant. Pour son sérieux plusieurs fois les honneurs.
PESQUIE de Saumade, à treize ans il gère en vieux briscard. Pas un grand tonus mais tout de même des gros coups aux barricades qui lui valent le disque à de multiples reprises.
TASSOU de Cuillé, il est craint... pourtant jamais bien plaçé il se défend par son côté fantasque. Saute seul trop souvent. Carmen en course et à la rentrée ?
BELORI de Nicollin, hors points, des Carmen pour des séries...

Texte et Photos Luc PERO

MARCELIN.jpg
MARCELIN - Allouani
PESQUIE.jpg

23/05/2009

MARSILLARGUES *AS*

Samedi 23 mai

LE 1er TROPHEE LOUIS NICOLLIN POUR JULIEN OUFFE
Ouffe 1.jpg
Julien OUFFE en action

Entrée: le plein. Organisateur: mairie. Présidence: en alternance, Michel Bourrier et Jacques Servière. Raseteurs droitiers: Allouani, Jourdan, Guyon, Villard. Raseteurs gauchers: N. Benafitou, Ouffe, Santiago. Tourneurs: Benzegh, Béker, Bensalah, Mata, Zerti.

Loulou.jpgPremier trophée Louis Nicollin avec, bien entendu comme support, une complète de l’élevage à la devise "rouge et verte". La victoire finale revient à Julien Ouffe. On regrettera malgré tout le manque de travail régulier de la part des raseteurs. Par instants, toutefois, Ouffe, Villard, Allouani et Nabil Benafitou ont emballé les débats.
Insolent.- Dès les premiers cites, il se soulève sur Benafitou, Allouani, Jourdan, Villard, Guyon, tout en cédant facilement ses pompons. Aux ficelles, plus sélectif, il défend la seconde jusqu’à la 9e minute. 3 Carmen.
Arnaud.- Très distrait, il est difficile de capter son attention et peu intéressé par le jeu de la piste, il ne réagit qu’exceptionnellement à certaines attaques. Un Carmen en course sur des conclusions.
Generous.- Un sacré coup de revers et ses glands résistent 6 minutes. Un manque évident de rythme ne lui permet peut-être pas de se mettre en valeur car sur les gauchers Ouffe et Nabil Benafitou, il montre des bonnes intentions. Une ficelle au toril et Carmen au retour.
Embrun.- S’il n’est pas très assidu sur les droitiers en début de course, en revanche, les gauchers Nabil Benafitou, Julien Ouffe sont gratifiés de superbes enfermées. Puis sur Ouffe, c’est très chaud à l’arrivée et le taureau termine bien supérieurement à droite comme à gauche. Il conserve ses ficelles et entend Carmen à 5 reprises.
Flamant.- Un peu craint parce que sauteur (Villard, Allouani), il se donne toutefois avec franchise et sans trop poser de problème. 11 minutes.
Périclès.- Bien calé, il est compliqué et les stratégies souvent échouent. D’ailleurs, sa cocarde n’est coupée qu’à la 7e minute. Disponible, il demande du travail qui ne vient pas. Sur Santiago, il frappe et récidive sur Allouani, Jourdan. Il garde ses ficelles et écoute de nombreux Carmen.
Belori.- (Hors points). La bravoure de la race avec du brio en finition et le disque joue plusieurs fois dans 9 petites minutes.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As: Villard, 7 points ; Allouani, 6,5 pts ; Ouffe, 5,5 pts ; Guyon, 5 pts ; N. Benafitou, 3,5 pts ; Jourdan, 2.
Ouffe 2.jpg
EMBRUN trés dangereux pour les gauchers, içi J. Ouffe...
Ouffe - prix.jpg
Le vainqueur du jour

29/09/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 28 septembre

UN SEDUISANT SPARAGUS

f698a37b21243a9eb67a8a3de6a562f0.jpg
SPARAGUS de Anne et Yves Janin
La feria de Palavas est maintenant bien installée, il faut dire que les organisateurs (CT Fiesta y toro), Vincent Ribeira, la municipalité) mettent le paquet et sont plein de ressources. En dé but de semaine, de la course prévue, il a fallu passer en quelques heures à une course 100% héraultaise (langue bleue oblige) et il faut reconnaître que le concours a tenu la route même s'il a manqué d'intensité. La bonne surprise est venue du dernier, le jeune Sparagus d'Anne et Yves Janin qui remplaçait au pied levé Voltigeur de Vitou, blessé le matin même.
Et c'est devant une bonne demi-arène que la capelado se déroulait avec la pena La Gardounenque pour faire monter l'ambiance, les toujours superbes Arlésiennes du Velout pescalune, les tambourinaïres de l'Estang de l'Or, les gardians de la manade Vitou. A l'appel du président Jacques Valentin se présentaient Allouani, Jockin, Noguera, Outarka, Schuller, Gros, Brohan (sort au 2e) à droite ; Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe à gauche ; tourneurs Benzegh, Zerti, Tourki, Mata, Fernandez.

De ce concours de manades ressortent le sérieux Azérac (Paulin-Niquet) et le jeune Sparagus. A 5 ans, le cocardier des Janin a séduit par son envie d’en découdre. Si Allouani mène les débats, Jockin et Noguera se mesurent toujours pour la 1re place du Trophée des Raseteurs, Ouffe fait plaisir, Schuller et Oleskevich par moments, Outarka sur la fin.
Le Trophée Albert-Dubout remis avec un beau décorum va à Allouani (48 points, sur les deux courses); meilleur taureau de la saison, Rodin des Baumelles (course du 4 mai). Meilleur de la finale: Sparagus de la manade Anne et Yves Janin. Et le président de course de terminer par les remerciements d'usage avec une dédicace particulière aux manadiers Janin et au public, ce qui fut très apprécié.
Gévaudan (Rouquette).- Il slalome entre les hommes et se fait raseter à la traverse livrant une bonne série. Puis, du centre, il contrôle et attend le raset engagé pour débouler. Ouffe, Allouani, Oleskevich le défient pour des poursuites serrées mais le quart d’heure est longuet.
Chanéac (Chaballier).- Mobile, il ne refuse rien et se livre dans de belles séries. Gros s’aventure et est obligé de se coucher. Chanéac change de terrain opportunément et défend sa 2e ficelle bravement pour 8 minutes agréables. 3 Carmen et retour.
Bolero (Lafon).- Très sollicité, il met tout son cœur à répondre. Les jeunes (Gros, Schuller, Oleskevich) s’enhardissent pour quelques poursuites serrées, Ouffe lui offre de belles longueurs et s’octroie ses deux ficelles. 11 minutes, 2 Carmen et retour.
Azérac (Paulin-Niquet).- Placé, il s’envoie fort et oblige Allouani à lâcher la trajectoire. Fait le tri des cites et enferme sévèrement (Schuller, Noguera). Présent jusqu’aux planches, il se cabre après Gros et se montre dangereux sur Outarka, Oleskevich. Sérieux, il rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Fallone (Janin).- Toujours le long des planches, c’est un bon partenaire, même si à 7 ans, il est parfois naïf. Sans refus, il se montre dangereux en finition comme après Schuller où il passe la corne. 8 minutes, 1 Carmen ainsi qu’au retour.
Caïman (Margé).- Il ne se fixe jamais et son quart d’heure reste brouillon malgré quelques belles conclusions sur Allouani (2), Outarka (3). Les ficelles rentrent en musique.
Sparagus (Janin, hp).- Remplace Voltigeur de Vitou, blessé. Il a fière allure du haut de ses 5 ans, du sang, de la vitesse et du placement. Les blancs ne se bousculent pas. Allouani se lance, il est obligé de rompre, Outarka traverse la piste plein pot, Ouffe et encore Outarka sont anticipés. Sparagus rentre un gland et ses ficelles, porteur de grands espoirs pour sa devise. Des Carmen.
Martine ALIAGA
7c04dbd15f6f4c29fb1da5fe80553180.jpg
SPARAGUS un sacré espoir...
Photos (Archives) Luc PERO


28/08/2008

FINALE DE LA CORNE D'OR 25-08 *AS*

EYRAGUES 25-08

J. OUFFE REMPORTE LA CORNE D'OR
MARCELLIN DU JONCAS MEILLEUR TAUREAU

2bc443a042a2a763963ef6fa5496c345.jpg
Julien Ouffe et son tourneur Ludovic Zerti

21eda52d90de2bb467a6f05534f445e0.jpgAu terme d'une finale âprement disputée, J. Ouffe gagne la 31e Corne d'Or, devant L. Auzolle. Pour la troisième place, c'est le "jeune" R. Mascarin qui s'en empare. B. Villard pas classé effectue comme à son habitude du bon travail, de même que G. Martinez. Matray, Auzolle, Lafare et Martin-Cocher et les tourneurs T. Dengerma, T. Garrido, Fouque, Patou, Zerti n'ont pas fait de la figuration. Côté cocardiers: MARCELLIN du Joncas par son tempérament brillant s'adjuge le prix, mais GITAN de Mermoux trés cocardier ne l'aurait pas volé.

PROTIS de Navarro, bien trop brave pour soutenir la comparaison à ce poste. Trois Carmen.

55383369f18a960370ff861454303806.jpg

ACACIA de Cuillé, les ans commencent à peser (14), la retraite n'est pas trés loin.

530dafcad1ac4b101cae924e5a4b95f2.jpg
GITAN de Mermoux, cocardier du bout des sabots à la pointe de ses cornes, il va se faire respecter et fournir une course trés sérieuse. Avec une dizaine de grosses enfermées, il écoute sept fois les honneurs.
01875b667c8b531ae0ecebfe02045dd5.jpg
7ff41faba8d552667bad0ada690364be.jpg
LANCIER de Lautier, ne vient que d'un côté, use d'un mauvais coup de revers et garde ainsi ses ficelles.
0e5ee77d175997bbb8285e0c5a58dba3.jpg
453383fb81cd9f6c0666916c05ac339c.jpg
MARCELLIN du Joncas, de la générosité pour de nombreuses séries vivement effectuées. Des conclusions au fil des barrières et parfois même le coup aux planches. Des Carmen et le prix du jour.
ba8c50a4b732e57a76aab58d09a9baf4.jpg
06237ada447da9a882bb98623b5d254d.jpg
447a57eaa05448bb2d270102fd5a38e3.jpg

BASTIDON de Lagarde, bien calé dans les planches il est d'une rigueur extrême. Rentre ses ficelles grâce à un sacré coup de tête.

82bcc0c4d39f5a0524a4c796e5448504.jpg

PAVOUN de St Pierre, hors points pour un taureau qui apporte le danger par un comportement irrégulier et fantasque, ce n'est peut-être pas une solution idéale. Une formidable envolée sur Ouffe, mais sera trop peu travaillé.

cc0fe297e9662fe4967fa9dd61d1a3e9.jpg
ad5a6af6d59e55037f0faec0d5faa69f.jpg
Texte et Photos Luc PERO