Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2017

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

palavas,zekraoui,cadenas,galentoun,course camarguaise

Trophée Albert-Dubout : 1er Ziko Katif. 2e I. Benafitou.
3e Maxime Favier.

Meilleur taureau de la finale: Galentoun de Lautier
Meilleur taureau de la saison : Mignon de Cuillé

Course du dimanche 24 septembre 2017

Ambiance tendue

palavas,zekraoui,cadenas,galentoun,course camarguaise

Guerrier et spectaculaire Galentoun
aux trousses de Cadenas

Youssef Zekraoui vient défendre sa place au Trophée des As, s’ajoutant aux raseteurs invités. C’est normal ! Du coup, le face à face pour la suprématie avec Joachim Cadenas électrise la piste et les gradins. Les taureaux deviennent arbitres.Malgré ce, la 2e partie va crescendo avec un Galentoun de Lautier extraordinairement explosif. Le jury du Trophée Albert-Dubout le déclare à juste titre meilleur de la course, et Mignon de Cuillé prend le prix de la saison (course du 8 mai). Le podium des raseteurs : 1er Katif (52 points) ; 2e I. Benafitou (48,5) ; 3e Favier (39).
Santen (Les Baumelles).- Vite fait les rubans. Santen fait front sans s’enflammer devant des raseteurs déjà à haute température. Dans le contexte, 8’45 de bonne facture. 2 Carmen et retour.
Andreloun (Raynaud).- Très remuant, agressif, ses sauts rendent les hommes prudents pour 5 minutes les rubans. Puis, se cale et se fait plus retors. Imprévisible, il rentre ses ficelles devant des blancs peu enclins à les ouvrir.
Biterrois (Rouquette).- ça lui tombe dessus et sa franchise est mise à rude épreuve. L’ambiance se délite et les raseteurs lui imposent un rythme difficile à soutenir. 7’50 sans souffler. 2 Carmen et retour.
Quarante Sous (Saint-Antoine).- En déplacement le plus souvent mais se soulève sur les rasets engagés (Zekraoui). Se stabilise un peu et sous la pression appuie ses finitions, envoie les cornes. Ficelle ouverte, c’est la ruée, le public se déchaîne, une à Zekraoui, l’autre à Cadenas. 13’30. 10 Carmen et retour.
Aptel (Cuillé). Il a la bougeotte, se montre brouillon, fougueux et brillant aux barrières. Frappe aux planches, bascule, traverse les bois. A 7 ans, il tient ses 12 minutes fantasques et bien rythmées. 7 Carmen et retour.

▼ Certes brouillon mais aussi brillant
Aptel se jette après Youssef Zekraoui

palavas,zekraoui,cadenas,galentoun,course camarguaise


Galentoun (Lautier).- Attaqué plein pot, les rubans volent vite avec déjà quelques actions aux planches. Tous les blancs sont au combat et le Lautier multiplie les finitions éclatantes. Bon gestionnaire, il se ménage aussi quelques temps de récupération pour repartir de plus belle. Une bonne quinzaine d’actions d’envergure pour autant de Carmen ainsi qu’au retour avec sa ficelle défendue de haute lutte.
Landié (Nicollin, hp).- Placement flottant mais force de frappe. Enchaîne avec envie et se propulse dans de multiples finitions. 10 minutes pétantes sous une nuée de Carmen.

▼ Landié de Nicollin pour un final explosif

palavas,zekraoui,cadenas,galentoun,course camarguaise


MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Cadenas, 51 points ; Zekraoui, 34,5 ; I. Benafitou, 13,5 ; M. Favier, 6 ; Allouani, 3 ; Errik, 3 ; Katif, 3
Course du dimanche 24 septembre. Entrée : 2/3 d’arène. Org. : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Cadenas, Chekade, Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, M. Favier, J.Martin, Zekraoui. Tourneurs : Garcia, Khaled, Cuallado, Bensalah, Estève.

09/05/2017

PALAVAS-LES-FLOTS * TROPHEE DES AS - 3e GRV *

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

Course du lundi 8 mai 2017 - 2e j. du Trophée Albert-Dubout

Extraordinaire Mignon !

Un 3e Grand Rerndez-Vous de toute beauté, gagné par Zekraoui.

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaiseAmbiance des grands jours avec un magnifique soleil, des arènes pratiquement pleines, une capelado orchestrée par Patrice Blanc, pleine de couleurs, de rythme pour les 20 ans de la feria et une course au sommet où Mignon étincelle, après un Castellas et Ulmet d’envergure, un brillant Cupidon et le retour gagnant de Greco après un an d’absence. Le tout parachevé par Pirate. Le duo Mignon - Zekraoui crève l’écran, et le gaucher imprime son art sur toute la course. Les points de bonification attestent de son implication et lui font remporter ce 3e Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin. L’ensemble des blancs est à féliciter, dont Katif et I. Benafitou qui terminent seuls à droite.

Castellas (Fabre-Mailhan).- Encerclé aux rubans, il tient tête et s’affirme aux ficelles sur des trajectoires un peu plus longues. Là il maîtrise même quand la bagarre s’intensifie, jusqu’à conclure. Droite-gauche, jamais il ne se relâche dans 13 excellentes et trépidantes minutes, plus 2 pour l’élastique qu’il rentre. 6 Carmen et retour.

Ubaye (Paulin).- Part en chasse et il faut le raseter sur ses déplacements. Bien obligé ! La 1re ficelle tient 4 minutes. Les hommes lui servent alors quelques belles longueurs qui l’avantagent. 7 minutes. 3 Carmen et retour.

Ulmet (Blanc).- De suite dans le bain, placement adéquat et présence jusqu’aux planches. Il se fait respecter par de belles anticipations. Les rasets courts de Zekraoui et des gauchers en général, régalent le public tout autant que les conclusions agressives (Aliaga, Favier). A droite c’est plus dur, et il crochète le bras d’Ayme qui doit sortir. Plus sélectif les 3 dernières minutes, mais 13’30 maîtrisées. 8 Carmen et retour.

Mignon et Zekraoui

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

 

Mignon (Cuillé).- Maître de la piste dès sa sortie, il attaque avec une fougue réjouissante, renvoyant les blancs à la cogitation. De là, c’est une leçon cocardière sans faute. Placement, anticipations (I. Benafitou, Zekraoui), trajectoires poussées (Aliaga, Favier) et cette corne qui traîne en finition. Mais c’est le duo avec Zekraoui qui enflamme les gradins, du très très haut spectacle d’une beauté à couper le souffle. Les ficelles sur les cornes, l’ovation que Mignon entend à son retour est à la hauteur de son quart d’heure parfait. 10 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin).- S’il ne tient pas en place aux rubans, quand son placement se stabilise, ses engagements aux planches sont poussés. Comme cette rafale Aliaga, Four, M. Favier sans respirer. Pour 8’ brillantes. 4 Carmen et retour.

Greco (Saint-Antoine).- Pour cette course de reprise, il a du gaz, trouve de suite les bons postes et sa préférence droitière. Et même si les gauchers tentent, c’est I. Benafitou et Katif qui se partageront le travail de belle manière, avec abnégation et courage. Greco, lui, s’engage pour des trajectoires émotionnantes scandées de plusieurs beaux coups aux planches. Conserve sa 1re ficelle (à 1000 €) pour cette belle prestation de retour. 7 Carmen et retour.

Pirate (Blatière-Bessac, 10 minutes, hors points).- Le final qu’il fallait avec ce Pirate qui frictionne les planches, montre un sacré caractère et fracasse tout à chaque occasion. Errik, Four, Favier vont au charbon et récoltent la tempête. Les bravos et la musique.


SAVOIR

Trophée des As : I. Benafitou, 24,5 (dont 2 points de bonification) ; Katif, 19 (dont 1 pt bonif) ; M. Favier, 16,5 ; Zekraoui, 16,5 (dont 3 pts bonif ; Aliaga, 13 (dont 1 pt bonif) ; Four, 12 ; Errik, 12 ; Ayme, 4,5.

Vainqueur du 3e GRV : Youssef Zekraoui.

Course du lundi 8 mai. Entrée : 5/6e d’arène. Org. CT Fiesta y Toros. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Katif, I. Benafitou, Ayme (sort au 3e). Gauchers : Aliaga, M. Favier, Four, Errik, Zekraoui. Tourneurs : Bensalah, Garcia, Jockin, Cuallado, F. Lopez.

La course camarguaise dans toute sa splendeur

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

Greco et I. Benafitou

Si la course camarguaise est une fête, elle s’est pleinement exprimée, lundi, à Palavas, avec la capelado orchestrée par Patrice Blanc. Sévillanes, Arlésiennes, chevaux camarguais et ibériques : couleurs, gaieté, tempo, originalité. Si la course camarguaise est un art, comment ne pas succomber aux arabesques et ballets des duos noir et blanc, où notamment Zekraoui et Mignon excellent.

Si la course camarguaise est un sport, les hommes ont fait démonstration d’assiduité, d’investissement pour les joutes les plus guerrières avec Castellas, le redoutable Ulmet ou le brillant Cupidon et le guerrier Pirate.

Mais la course camarguaise c’est aussi un catalyseur d’émotions. Devant le danger que fait planer Ulmet, ou pour accompagner Greco dans sa course de reprise après un an d’absence. Motivé, le taureau de Saint-Antoine a tout de suite pris ses repères, retrouvé ses penchants droitiers et, par quelques redoutables pétards aux planches, rassuré de son intégrité retrouvée.

La course camarguaise s’est aussi l’admiration portée aux hommes - manadiers ou raseteurs - qui permettent aux taureaux, les uns de naître et d’atteindre leur maturité, les autres de transcender leur terrible sens du combat. A ceux qui organisent enfin, merci de créer les conditions de ces grands moments de tauromachie et de partage.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER et MALI

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Maxime Favier et Castellas de Fabre-Mailhan

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Ubaye - Aliaga

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Ulmet enferme Zekraoui

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ MIGNON dans toute sa splendeur

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Avec Maxime Favier

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Avec Ziko Katif

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Cupidon

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Greco et Ilias Benafitou

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ et Pirate

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

▼ Le prix du 3e GRV à Youssef Zekraoui

palavas,grv,zekroui,mignon,greco,course camarguaise

*******************************

06/05/2017

COCARDIER

Samedi 6 mai 2017

La belle histoire de Greco
taureau de Camargue

GRECOPHCDANIEL.jpg

Double fracture au boulet (face et externe) droit. Diagnostic posé sur la blessure du taureau Greco en avril 2016. Presque un arrêt de mort. Mais à la manade Saint-Antoine, la famille Clauzel sait ce qu’abnégation et espoir veulent dire. Eux qui, ont accepté de subir un assainissement de deux ans (2005-2007) pour sauver leur race de cocardiers. Alors la blessure de leur taureau vedette, ils l’ont gérée au mieux jusqu’à la guérison presque miraculeuse. Lundi, Greco retournera en piste après plus d’un an d’absence. Alexandre Clauzel balance entre stress et bonheur : « La belle histoire c’est que Greco puisse ressortir et qu’il fasse une saison normale. Le traitement de sa blessure est une avancée pour lui et les taureaux en général. Après, Greco est un taureau de race, j’ai peur que lundi à Palavas, il ne se mettre trop vite dans le bain. C’est un guerrier ! S’il a gagné deux fois le prix du meilleur taureau de la finale des As, ce n’est pas pour rien ! Mais honnêtement, pour nous, ce qu’il va faire en piste, c’est l’inconnue totale. Et nous appréhendons... Bien sûr ! Mais le moment est fabuleux pour toute la famille ».
L’émotion sera également très forte dans les gradins alors "Suerte Greco"...

MARTINE ALIAGA
PHOTO CYRIL DANIEL

PALAVAS *TROPHEE DES AS, 8 MAI* interview

Samedi 6 mai 2017

Vincent Ribera et Sabri Allouani :
collaborateurs et amis

DSC_8447.JPGAu sein de l’organisation SAS Ribera, l’un est le patron Vincent Ribera, l’autre le conseiller technique Sabri Allouani. Les deux hommes se connaissent bien, s’estiment, se respectent. Le temps d’une interview croisée, nous avons rencontré ce tandem performant qui, sans trop se prendre au sérieux, travaille très sérieusement. Que ce soit sur la coordination des courses à Palavas, celles du Grau-du-Roi ou avec tous les artistes et spectacles dont la SAS Ribera assure la programmation.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Vincent Ribera : « Quand j’ai monté les courses à Palavas, en 2000.Sabri était alors raseteur et nos premiers contacts se sont faits là. Au départ j’étais plus axé corrida, mais bien imprégné de course camarguaise, c’est ma culture. Je me suis vraiment pris au jeu à Palavas avec Sabri ».

Sabri Allouani : « J’étais invité à raseter à Palavas, Vincent était patron des arènes, cela a créé des affinités. Une histoire qui dure depuis 20 ans ».

Quels sont vos rôles respectifs ?

V. R. : « Quand il rasetait, nous avons sympathisé, peu à peu.On a commencé timidement. Dans les années 2000, la feria était en plein essor, il fallait de grosses courses pour le succès que l’on connaît. A partir de là, Sabri a participé au casting des plateaux. Et depuis que j’ai la DSP au Grau-du-Roi, il tient le rôle de conseiller technique ».

S. A. : « J’ai de la chance de travailler avec lui. Je propose les taureaux, nous allons voir les manadiers ensemble, les raseteurs c’est plutôt moi. Mais pour les changements de dernière minute, taureaux et raseteurs, le choix se fait toujours à deux. On est complémentaires, Vincent voit plus le côté spectateurs, moi le côté raseteurs. Ces deux visions différentes s’équilibrent ».

Qualités de l’un et de l’autre ?

V. R. : « Nous avons un rapport de confiance. Qui peut mieux connaître les taureaux que Sabri ? Qui a la vision d’ensemble des raseteurs ? La gestion de la piste ? Il est compétent.

S. A. : «Vincent est exigeant, minutieux dans le travail. C’est un gestionnaire d’entreprise. Et même si c’est mon patron, on peut toujours discuter.

Défauts ?

V. R. (en souriant) : « Sabri a un fort caractère, il est un peu susceptible. Mais il s’améliore au fil du temps.Il n’avait que sa vision de raseteur, maintenant il prend conscience du métier ».

S. A. : « Il a le défaut de ses qualités : l’exigence. Un peu trop impulsif dans les décisions même si après on peut toujours argumenter. Mais boulot c’est boulot ».

Qu’est ce que l’un apporte à l’autre ?

V. R. : « Sabri me fait bénéficier de son savoir technique.Il m’alerte sur certains points notamment dans le choix des taureaux.J’essaie de comprendre, c’est là qu’il m’est indispensable. Après, on partage nos idées et on décide ».

S. A. : « J’ai découvert la vraie gestion d’une entreprise, je vois la rigueur que cela demande, j’apprends. Je rencontre aussi tous les artistes et humoristes que Vincent fait tourner. Ce métier me plaît énormément. Quant aux courses, aujourd’hui je regarde avec une autre vision, nous devons assurer un spectacle...»

PROPOS RECUEILLIS
PAR MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

PALAVAS * TROPHEE DES AS le 8 mai *

Samedi 6 mai 2017 - Course du lundi 8 mai

Palavas pour le 3e GRV

 PALAVASPUBLIC2.JPG

Quand on parle de vitrine de la course camarguaise, on pense obligatoirement à ce genre d’affiche. Quand le Trophée Taurin envisage un Grand Rendez-Vous, c’est évidemment sur ce style de plateau. Lundi, à Palavas-les-Flots, le concours de manades programmé est parmi les plus brillants qui puissent être proposés. Côté taureaux, chacun a la bonne place. Castellas de Fabre-Mailhan, son expérience lui servira pour tenir le premier rôle devant des raseteurs tout frais ; puis Ubaye de Paulin qui, aimant se dégourdir les pattes, trouvera là un défi pour affiner son placement. Quant à Ulmet, sa rigueur et sa propension à conclure, n’en font pas un adversaire facile. A la reprise, les hommes attaqueront la falaise, si l’on peut dire. Le double Biòu d’Or Mignon de Cuillé n’a pas son pareil pour imposer sa vision des choses. Greco de Saint-Antoine, lui, fera son grand retour en piste (lire ci-dessous). Quant à Cupidon de Paulin, c’est un attaquant de pointe, spectaculaire à souhait, parfait en 6e position. Pour conclure, la jeunesse arrogante de Pirate de Blatière-Bessac devrait idéalement convenir. En blanc, Zekraoui se rajoute à l’équipe en place lundi dernier (Katif, Aliaga, Benafitou, Four, Chekade, M. Favier, Rassir) et qui, en entente parfaite, a transmis une belle image de ce que le public attend des raseteurs. Avec, en préambule, un spectacle signé Patrice Blanc axé sur les 20 ans de la Feria... Il se pourrait bien que le spectacle atteigne les sommets, lundi sur le bord de la canalette.

Texte et photo

MARTINE ALIAGA

Réservations : 04 67 50 39 56

02/05/2017

PALAVAS - TROPHEE DES AS

Course du lundi 1er Mai 2017

AU TOP !!!

Laos et Sylverado s’imposent,Papalino et Marengo explosent

IMG_1194.JPG

 

Entrée : 2/3 d'arène. Organisateur : CTPR Biou y Toros. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Z Katif, J Soler, A Chekhkhade, I Benafitou, D Moine, S Aroca.  Gauchers : J Aliaga, S Rassir, B Four, M Favier. Tourneurs : JL Ull, C Garcia, F Jockin, M Bensalah, E Cuallado

1ere journée du Trophée Albert Dubout  où l’on retiendra les prestations sérieuses de Sylvérado et de surcroit compliquée de Laos, brillantes et puissantes de Papalino et surtout de Marengo, alors que Boer fait un bon 1er.

Chez les blancs, il n’y a pas réellement de meneur. Chacun se distingue et se met en valeur dans un parfait esprit d’équipe et en parfaire entente, tourneurs compris.

BOER sur Maxime FAVIER.JPGBoer (Occitane) : Débute en trombe avec de promptes répliques et actions aux planches. Sans trop parvenir à ce caler, il passe la vitesse supérieure derrière Chekhade (5), Rassir, Katif, Soler et I Benafitou en appuyant ses engagements. 9 Carmen plus retour avec ses ficelles.

Canio (Blatière-Bessac) : Rapidement dépouillé des CANIO sur Bastien FOUR.JPGpompons (2’) et jusqu’à la 10e, il va alterner fusées et ignorance. Par la suite, plus appliquée, il se cale aux planches et enclenche les départs volontiers et agressions à l’arrivée derrière Katif (2), Four (4), Favier et Rassir. Honneurs à son retour, joué 5 fois.

LAOS sur Maxime FAVIER.JPG

Laos (Cyr) : Calme, souverain et dominateur et avec l’œil aux aguets, sa prestation est sans faille. De son placement (extra) à ses vives réactions (anticipées surtout à droite) suivies de poursuites (serrées)  et ses déplacements opportuns, rien ne fait défaut. Ainsi les hommes ne se bousculent guère. Favier, I Benafitou, Chekhade signent de belles trajectoires. Son 2ème gland part à l’ultime minute d’une prestation allouée  d’un gros Carmen entendu 5 fois.

Sylvérado (Nicollin) : Toujours positionné à son avantage, les rasets, sont honorés et sur les plus SYLVERADO sur Jeremy ALIAGA.JPGallongés, de ses longes cornes effilées, il cherche à crocheter l’homme. Rassir, Favier, Chekhade, Aliaga et I Benafitou l’entraînent avec eux sous les honneurs, joués 6 fois ainsi qu’à son retour.

MUSTANG sur Sofiane RASSIR.JPGMustang (Cuillé) : Vroum !! Il en a sous le capot mais s’use à courir, par monts et par vaux dans une prestation agrémentée d’un saut derrière Rassir. Retour en silence avec ses ficelles.

Papalino (Chaballier) : Sans parvenir à se fixer, les rasets vont venir de PAPALINO sur CHEKADE.JPGtoute part entrainant des réactions irrégulières… En contreparties ses percussions à l’arrivée, pas moins d’une dizaine dont 2 avec saut (chekhade) sont toutes d’une aisance et d’une puissance irréprochable. Moult récompenses (6) pendant et rentrée avec un gland.

MARENGO sur RASSIR.JPGMarengo (Vellas) : Hors Point : Une brute à l’état pur que rien n’arrête. Tête basse, il part plein gaz dans le raset qu’il ne lâche qu’aux planches ou il se jette, contre ou par-dessous, outre mesure plus d’une douzaine de fois. Le bois est meurtri, le bois casse, les piliers prennent mal, le disque retenti (13 fois). Le final qu’il fallait….

Trophée des As : Favier 13.5, Four 10.5, I Benafitou 10.5, J Aliaga 10.5, Rassir 9, Katif 9, Chekhade 3

                          Texte et Photos Cyril Daniel

29/04/2017

PALAVAS-LES-FLOTS

Du Jusqu'au 8 mai
 
La Feria camarguaise
 
PALAVASBLOG.jpgIl y a les taureaux des rues et les taureaux des pistes. Et même si, cette année, les cousins espagnols font défaut, les spectateurs palavasiens les aiment tous. Pour attaquer cette Feria de la Mer 2017, pur concentré de Camargue,  les organisateurs leur offrent, ce soir à 18 h, une course d’école de raseteur pour s’imprégner de ce sport, issu des traditions, bien implanté dans la région, et transmetteur de grandes émotions. Offertes aussi les entrées aux deux courses camarguaises niveau Avenir (samedi 29 avril et 6 mai). Pour Vincent Ribera, coordonnateur des associations organisatrices : « Ces entrées libres permettront au plus grand nombre, et surtout aux néophytes et touristes, de découvrir ce qui se passe dans l’arène. Mais les afeciouna ne sont pas oubliés pour autant car, avec Sabri Allouani, nous avons choisi les taureaux et les raseteurs avec soin ».
Tout comme ceux du lundi 1er mai, où  les acteurs ont été triés sur le volet pour un plateau de qualité comptant pour  le Trophée des As, 1re journée du Trophée Albert-Dubout. En attendant le must des must, lundi 8 mai, avec une affiche telle que la Commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence l’a classée en Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin. On y attend, entre autres, le Biou d’Or en titre Mignon, le Biou de l’Avenir 2015 Cupidon de Paulin, le retour de Greco de la manade Saint-Antoine, et l’espoir de Blatière-Bessac, Pirate. Une seconde partie de feu qui promet le meilleur (nous y reviendrons la semaine prochaine).
En attendant, dès ce soir, direction Palavas, d’abord aux arènes (18 h, gratuit) puis dans les rues  pour les bandides (19 h), ensuite les quatre podiums distillés sur les quais, rive droite, rive gauche, place de l’église, aux arènes... La fiesta se poursuivra dans les bodegas, une tout proche des arènes, puis, au gré des commerçants palavasiens en ville. Que la fête commence !
 
MARTINE ALIAGA
 
Les temps forts du 1er week-end : samedi 29 avril,  11 h, arènes, jeux gardians. 16 h 30, course Avenir, gratuite.
Dimanche 30 avril, (journée du cheval), 11 h, abrivado ; 17 h, spectacle équestre Cavalegria. 22 h, feu d’artifice.
Lundi 1er mai, journée camarguaise, 11 h, concours d’avrivado, 8 manades. 16 h 30, 12 €, Course Trophée des As Occitane : BOER - Blatière-Bessac : CANIO - Cyr : LAOS - Nicollin SYVLERADO - Cuillé : MUSTANG - Chaballier : PAPALINO - Vellas : MARENGO (hp). Raseteurs : Aliaga, I. Benafitou, Chekade, M. Favier, Four, Katif, Rassir, Soler. 19 h, bandido, 8 manades.
 
Réservations : 04 67 50 39 56.

26/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 25 septembre 2016 - Finale du Trophée Albert-Dubout

La lutte pour la victoire
entre Katif et Benafitou
pimente le final

Les récompenses finales aux brillants
Cupidon de Paulin et Ajax d'Occitane

Si Cadenas avait été présent à la course (il était prévu mais actuellement blessé), si Favier avait participé à la course (blessé aussi), si Katif était en pleine possession de ses moyens (souffrant d'une ancien blessure)... ce concours de manades avec ces cocardiers-là et des raseteurs comme Ilias Benafitou, auteur d'une superbe fin de saison, aurait certainement atteint des sommets. Malgré ce, cette finale du Trophée Albert-Dubout laisse une bonne impression, les temps morts s'oublient avec des taureaux comme Cupidon et Ajax. Et la bagarre finale entre Katif et Benafitou rythmée par les coups aux planches d'Ajax se déguste avec délectation. A noter une saine compétition entre les deux protagonistes et une bonne ambiance en piste ce qui ne gâche rien au tableau.

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Une des actions d'envergure d'Ajax
aux trousses d'Ilias Benafitou


Le duel Katif - I. Benafitou pour le gain du Trophée Albert-Dubout enflamme, au final, la prestation guerrière d’Ajax. Ilias se fait coiffer sur le fil mais gagne le prix mérité de l’animateur. L’équipe des blancs en dessous lors des difficultés - notamment Laos - se rattrape avec panache pour de bons passages avec Canio, Pedro, Notaire, Cupidon et Ajax. Cupidon est récompensé de son excellente prestation par le prix du meilleur taureau des 2 courses et Ajax, par le prix du meilleur barricadier de la finale.
Regain (Les Baumelles).- En mouvement, ne laisse rien sans réponse et pousse jusqu’aux planches, avec un coup de revers sur les gauchers. Stable ou mobile, les hommes ne travaillent pas assez son unique ficelle qui rentre.
Canio (Blatière-Bessac) affiche une grosse envie de bagarre. Enchaîne, envoie les cornes et frappe en finition. Le Blatière a du punch et multiplie les rebellions, Chekade en fait les frais rattrapé aux planches. Une dizaine de grosses actions pour un quart d’heure très animé. 10 Carmen et au retour avec une ficelle.
Pedro (Lautier, remplace Desbana).- Il s’allonge dans le raset et se prête aux longs échanges, ne lâchant qu’au ras des planches. Les hommes tergiversent un temps. Entrepris, Pedro multiplient les anticipations, les enfermées, les arrivées serrées. I. Benafitou, rattrapé, bascule à la planche et doit passer à l’infirmerie. De belles longueurs avec Aliaga, Four et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Trouve les bons emplacements et attend que les hommes s’engagent. Surveille tout, autant dire qu’il n’est pas submergé. I. Benafitou lève le 1er gland à la 8e, la cocarde à la 10e. Les tentatives sont timides, Aliaga et Auzolle écartés, I. Benafitou le séduit pour quelques chaudes trajectoires. Maître de la piste, Laos rentre son 2e gland. 2 Carmen et retour.
Notaire (Cuillé).- Cocardièrement au point, il maîtrise tout (placement, anticipations, ripostes sèches jusqu’au ras des planches, enfermées) et domine les dix premières minutes. Les actions sont belles sur Katif, Poujol, Four, Aliaga, Benafitou. Il se durcit après, reste sur ses positions et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin).- Remuant au début, affinant son placement par la suite, il affiche vite ses qualités de finisseur pour 5’30 les rubans. Benafitou qui sent la victoire possible multiplie les beaux rasets où Cupidon s’engouffre et conclut. Le taureau monte en puissance, et pilonne les planches une dizaine de fois (Aliaga, Four, Benafitou). Un superbe quart d’heure crescendo. 10 Carmen et retour.

▼ Cupidon et Ziko

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Biterrois (Rouquette, hp).- Se livre avec générosité et montre du mordant aux barricades. Mais le rythme des hommes est trop lent et Biterrois reste sur son envie d’en découdre. Rentre ses ficelles.
Ajax (Occitane, hp).- Katif et Benafitou ex aequo, jouent la première place. A l’invite des deux, Ajax affiche sa brutalité dans les actions d’envergure. Poujol s’en mêle, Four, Auzolle aussi, Carmen s’emballe, et Ajax cogne, bascule, explose les planches. Ilias insiste, Ziko puise dans ses réserves, et la 1re ficelle dans son crochet lui donne la victoire. Mais quelle course d’Ajax !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
et MALI


Trophée des As : I. Benafitou, 18 ; Poujol, 12 ; Auzolle, 9 ; Aliaga, 7,5 ; Four, 7,5 ; Chekade, 3 ; Katif, 1,5.
Trophée des Raseteurs : Errik, 4 points.
palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaiseTrophée Albert-Dubout : 1er, Katif, 33,5 points ; 2e, I. Benafitou, 26. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur taureau des 2 courses : Cupidon de Paulin. Meilleur barricadier de la finale : Ajax d’Occitane.

Entrée : une petite demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Chekade (sort au 2e), Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, Four, Poujol, Mebarek. Tourneurs : Labrousse, Daniel, Ull, Fouque.

 ******************

▼ Canio déséquilibre Chekade
qui devra abandonner la course

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Anticipation de Pedro sur Ilias Benafitou

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Cupidon se soulève après Four

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

*******************

 

 

 

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

08/05/2016

PALAVAS *AS*

Samedi 7 mai 2016

La maestria de Serpatier

palavas,as,serpatier,course camarguaise


Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 4e, ennuis musculaires), Belgourari, I. Benafitou, Katif. Gauchers : Aliaga, Bouhargane, M. Favier (sort au 5e, ennuis musculaires), Four, Ouffe, Rassir. Tourneurs : Ull, Lopez, Estève, Fouque, Cuallado.


La 1re journée du Trophée Albert-Dubout démarre vraiment avec la prestation cocardière de Sylverado (4e), s’emballe avec la maestria de Serpatier et termine irrégulièrement avec Moka et Papalino. L’équipe blanche manque de cohésion malgré les bons moments menés par Katif et Belgourari.
Canio (Blatière-Bessac).- Bien dans les premiers rasets, il se déconcentre vite, se disperse, toujours en mouvement. Passe le col après Four, Katif, une ou deux séries et Katif met un terme à la 5e minute.
Ulysse (Rouquette).- L’équation est vite posée. Cul aux planches, il surveille tout, fuse méchamment mais ne démarre que sur les rasets très investis. Allouani, Katif multiplient les essais, puissamment frappés trois fois. A gauche, il se dédouble et les hommes restent aux abris. Compliqué vraiment. Rentre ses ficelles sur un Carmen contesté (plus 4 en course).
Nectar (Fabre-Mailhan).- Désordre chez les blancs, Bouhargane passe sous les pattes (sans mal). Mais Nectar semble absent et réagit par à coups. Quelques bons tête-à-tête où il force jusqu’aux planches. Mais aujourd’hui, c’est sans conviction. Garde ses ficelles.
Sylverado (Nicollin).- Placement, poursuites serrées, cornes dangereuses. Il joue la gamme du bon cocardier. Enchaîne, fait le pas et ne lâche qu’au ras des planches. Belgourari en deux rasets coup sur coup lève la 1re ficelle (11e). Plus sélectif en fin de temps, il pousse après Aliaga et I. Benafitou et garde une ficelle. 4 Carmen et retour.
Serpatier (Blanc-Espelly).- Ses rubans partent vite sur ses déplacements. Aux ficelles, il ne tient pas longtemps sa position, mais sa vitesse et son envie font la différence. Il monte en puissance. Belgourari le capte, l’arrivée est frappante, il prend de vitesse Rassir. Explosion avec bascule sur Rassir, encore, coup aux planches magistral sur Belgourari, et Rassir. De plus en plus dominateur au fil des minutes, il rentre une ficelle. Très bonne prestation. 8 Carmen et retour.
Moka (Le Rousty).- A vouloir tout prendre, il se montre brouillon. Aux ficelles, mieux positionné, il retrouve ses ardeurs barricadières (Rassir 2), bascule après Bouhargane. Il tire la langue mais ne refuse rien. Gros coups après Belgourari, Rassir. Epuisé, il rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Papalino (Chaballier, hp, 10 minutes).- Il est gaillard et passe allègrement les barrières mais du coup se déconcentre et oublie un peu les hommes. Pourtant quand il s’y met ses engagements sont puissants (Belgourari, 2, Bouhargane). Rentre ses glands. 2 Carmen et retour.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER


Trophée des As : Katif, 20 points ; Belgourari, 11 ; Four, 10 ; Favier, 6 ; Allouani, 3 ; I. Benafitou, 2, Bourhargane, 2 ; Aliaga, 2.