Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 25 septembre 2016 - Finale du Trophée Albert-Dubout

La lutte pour la victoire
entre Katif et Benafitou
pimente le final

Les récompenses finales aux brillants
Cupidon de Paulin et Ajax d'Occitane

Si Cadenas avait été présent à la course (il était prévu mais actuellement blessé), si Favier avait participé à la course (blessé aussi), si Katif était en pleine possession de ses moyens (souffrant d'une ancien blessure)... ce concours de manades avec ces cocardiers-là et des raseteurs comme Ilias Benafitou, auteur d'une superbe fin de saison, aurait certainement atteint des sommets. Malgré ce, cette finale du Trophée Albert-Dubout laisse une bonne impression, les temps morts s'oublient avec des taureaux comme Cupidon et Ajax. Et la bagarre finale entre Katif et Benafitou rythmée par les coups aux planches d'Ajax se déguste avec délectation. A noter une saine compétition entre les deux protagonistes et une bonne ambiance en piste ce qui ne gâche rien au tableau.

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Une des actions d'envergure d'Ajax
aux trousses d'Ilias Benafitou


Le duel Katif - I. Benafitou pour le gain du Trophée Albert-Dubout enflamme, au final, la prestation guerrière d’Ajax. Ilias se fait coiffer sur le fil mais gagne le prix mérité de l’animateur. L’équipe des blancs en dessous lors des difficultés - notamment Laos - se rattrape avec panache pour de bons passages avec Canio, Pedro, Notaire, Cupidon et Ajax. Cupidon est récompensé de son excellente prestation par le prix du meilleur taureau des 2 courses et Ajax, par le prix du meilleur barricadier de la finale.
Regain (Les Baumelles).- En mouvement, ne laisse rien sans réponse et pousse jusqu’aux planches, avec un coup de revers sur les gauchers. Stable ou mobile, les hommes ne travaillent pas assez son unique ficelle qui rentre.
Canio (Blatière-Bessac) affiche une grosse envie de bagarre. Enchaîne, envoie les cornes et frappe en finition. Le Blatière a du punch et multiplie les rebellions, Chekade en fait les frais rattrapé aux planches. Une dizaine de grosses actions pour un quart d’heure très animé. 10 Carmen et au retour avec une ficelle.
Pedro (Lautier, remplace Desbana).- Il s’allonge dans le raset et se prête aux longs échanges, ne lâchant qu’au ras des planches. Les hommes tergiversent un temps. Entrepris, Pedro multiplient les anticipations, les enfermées, les arrivées serrées. I. Benafitou, rattrapé, bascule à la planche et doit passer à l’infirmerie. De belles longueurs avec Aliaga, Four et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Trouve les bons emplacements et attend que les hommes s’engagent. Surveille tout, autant dire qu’il n’est pas submergé. I. Benafitou lève le 1er gland à la 8e, la cocarde à la 10e. Les tentatives sont timides, Aliaga et Auzolle écartés, I. Benafitou le séduit pour quelques chaudes trajectoires. Maître de la piste, Laos rentre son 2e gland. 2 Carmen et retour.
Notaire (Cuillé).- Cocardièrement au point, il maîtrise tout (placement, anticipations, ripostes sèches jusqu’au ras des planches, enfermées) et domine les dix premières minutes. Les actions sont belles sur Katif, Poujol, Four, Aliaga, Benafitou. Il se durcit après, reste sur ses positions et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin).- Remuant au début, affinant son placement par la suite, il affiche vite ses qualités de finisseur pour 5’30 les rubans. Benafitou qui sent la victoire possible multiplie les beaux rasets où Cupidon s’engouffre et conclut. Le taureau monte en puissance, et pilonne les planches une dizaine de fois (Aliaga, Four, Benafitou). Un superbe quart d’heure crescendo. 10 Carmen et retour.

▼ Cupidon et Ziko

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Biterrois (Rouquette, hp).- Se livre avec générosité et montre du mordant aux barricades. Mais le rythme des hommes est trop lent et Biterrois reste sur son envie d’en découdre. Rentre ses ficelles.
Ajax (Occitane, hp).- Katif et Benafitou ex aequo, jouent la première place. A l’invite des deux, Ajax affiche sa brutalité dans les actions d’envergure. Poujol s’en mêle, Four, Auzolle aussi, Carmen s’emballe, et Ajax cogne, bascule, explose les planches. Ilias insiste, Ziko puise dans ses réserves, et la 1re ficelle dans son crochet lui donne la victoire. Mais quelle course d’Ajax !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
et MALI


Trophée des As : I. Benafitou, 18 ; Poujol, 12 ; Auzolle, 9 ; Aliaga, 7,5 ; Four, 7,5 ; Chekade, 3 ; Katif, 1,5.
Trophée des Raseteurs : Errik, 4 points.
palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaiseTrophée Albert-Dubout : 1er, Katif, 33,5 points ; 2e, I. Benafitou, 26. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur taureau des 2 courses : Cupidon de Paulin. Meilleur barricadier de la finale : Ajax d’Occitane.

Entrée : une petite demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Chekade (sort au 2e), Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, Four, Poujol, Mebarek. Tourneurs : Labrousse, Daniel, Ull, Fouque.

 ******************

▼ Canio déséquilibre Chekade
qui devra abandonner la course

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Anticipation de Pedro sur Ilias Benafitou

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Cupidon se soulève après Four

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

*******************

 

 

 

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

08/05/2016

PALAVAS *AS*

Samedi 7 mai 2016

La maestria de Serpatier

palavas,as,serpatier,course camarguaise


Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 4e, ennuis musculaires), Belgourari, I. Benafitou, Katif. Gauchers : Aliaga, Bouhargane, M. Favier (sort au 5e, ennuis musculaires), Four, Ouffe, Rassir. Tourneurs : Ull, Lopez, Estève, Fouque, Cuallado.


La 1re journée du Trophée Albert-Dubout démarre vraiment avec la prestation cocardière de Sylverado (4e), s’emballe avec la maestria de Serpatier et termine irrégulièrement avec Moka et Papalino. L’équipe blanche manque de cohésion malgré les bons moments menés par Katif et Belgourari.
Canio (Blatière-Bessac).- Bien dans les premiers rasets, il se déconcentre vite, se disperse, toujours en mouvement. Passe le col après Four, Katif, une ou deux séries et Katif met un terme à la 5e minute.
Ulysse (Rouquette).- L’équation est vite posée. Cul aux planches, il surveille tout, fuse méchamment mais ne démarre que sur les rasets très investis. Allouani, Katif multiplient les essais, puissamment frappés trois fois. A gauche, il se dédouble et les hommes restent aux abris. Compliqué vraiment. Rentre ses ficelles sur un Carmen contesté (plus 4 en course).
Nectar (Fabre-Mailhan).- Désordre chez les blancs, Bouhargane passe sous les pattes (sans mal). Mais Nectar semble absent et réagit par à coups. Quelques bons tête-à-tête où il force jusqu’aux planches. Mais aujourd’hui, c’est sans conviction. Garde ses ficelles.
Sylverado (Nicollin).- Placement, poursuites serrées, cornes dangereuses. Il joue la gamme du bon cocardier. Enchaîne, fait le pas et ne lâche qu’au ras des planches. Belgourari en deux rasets coup sur coup lève la 1re ficelle (11e). Plus sélectif en fin de temps, il pousse après Aliaga et I. Benafitou et garde une ficelle. 4 Carmen et retour.
Serpatier (Blanc-Espelly).- Ses rubans partent vite sur ses déplacements. Aux ficelles, il ne tient pas longtemps sa position, mais sa vitesse et son envie font la différence. Il monte en puissance. Belgourari le capte, l’arrivée est frappante, il prend de vitesse Rassir. Explosion avec bascule sur Rassir, encore, coup aux planches magistral sur Belgourari, et Rassir. De plus en plus dominateur au fil des minutes, il rentre une ficelle. Très bonne prestation. 8 Carmen et retour.
Moka (Le Rousty).- A vouloir tout prendre, il se montre brouillon. Aux ficelles, mieux positionné, il retrouve ses ardeurs barricadières (Rassir 2), bascule après Bouhargane. Il tire la langue mais ne refuse rien. Gros coups après Belgourari, Rassir. Epuisé, il rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Papalino (Chaballier, hp, 10 minutes).- Il est gaillard et passe allègrement les barrières mais du coup se déconcentre et oublie un peu les hommes. Pourtant quand il s’y met ses engagements sont puissants (Belgourari, 2, Bouhargane). Rentre ses glands. 2 Carmen et retour.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER


Trophée des As : Katif, 20 points ; Belgourari, 11 ; Four, 10 ; Favier, 6 ; Allouani, 3 ; I. Benafitou, 2, Bourhargane, 2 ; Aliaga, 2.

PALAVAS *AVENIR*

Samedi 7 mai 2016, 11 h - Complète de Saumade

Bravos en noir et blanc !

Entrée : 1/10e d'arène. Organisateurs : CT Fiesta y Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs  droitiers : G Cano, A Charrade, D Fougere, C Martinez, H Oufdil. Gauchers : A Benafitou, N Benafitou, Y Martin, M Meric. Tourneurs : J Daniel, O Abbal, JR Grando.

Excellente tenue des pensionnaires de la manade Saumade, en cette matinée palavasienne animée par une équipe de blancs entraînée par A Charrade, M Meric, N Benafitou et G Cano, exempte de tout reproche tant sur le point quantitatif que qualitatif.  Dans ce contexte, les biou de La Grande Abbaye en ouvert de fort belle manière le week-end camarguais en bord de mer.

D’Arbaud : Un premier par excellence  qui se place et s’engage fort derrière Cano, Martin, A et N Benafitou et Charrade. Anticipe A Benafitou dans une course de bon premier récompensée par le disque joué 6 fois.

Llorca : Mobile, cocarde et glands partent en 3 minutes. Aux ficelles, c’est un partenaire idéal qui brille dans les séries et se lève derrière Charrade dans 8 minutes pour 5 Carmen retour inclus.

Genepy : Plein de bravoure, il répond à tout et conclut sur Charrade, Oufdil et Fougere. Dans la bourre, il se surpasse et brille sous l’air de bizet qui ne cesse de raisonner (4 fois), tout comme à son retour après 10 minutes intenses.

Caruso : D’apparence distrait, il n’en est rien après 2 minutes de chauffe. Ses ripostes sont de plus en plus serrées (A et N Benafitou, Charrade, Martin, Meric) et son placement s’affirme au fil du temps. Il connait la musique et mène la cadence, sans se laisser surpasser un instant. Tel un ténor, il s’impose et rentre ses ficelles. 9 Carmen plus rentrée.

Tourtoulen : Rapide, il part sur le raset pour le conclure en frôlant le bois de la corne ou en passant la tête derrière Méric, Martin, Charade(4). Sans aucun refus, il rentre éprouvé avec ses ficelles accompagne du disque pour la 9 e fois. 

Medoc : Rapidement cède ses principaux attributs en se cabrant aux planches à l’arrivée derrière N Benafitou. Son tempérament de cogneur s’affirme encore sur A Benafitou (2), N Benafitou (2), Charrade (3) où l’action est puissante. 7 Carmen plus renttrée avec une ficelle. 

Rascaillan (Hors Points). Les hommes lèvent le pied (et on les comprend tant ils ont donné) mais Rascaillan laisse tout de même entrevoir de sérieuses qualités récompensées par l’Air de Bizet joué par la pena.

                                                                                                                                             CYRIL

Trophée de l’Avenir : A Charrade 13, Y Martin 11, M Meric 3

 

27/09/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 27 septembre 2015

A Four et Biterrois le Trophée Albert-Dubout

 palavas,biterrois de rouquette,course camarguaise

 ▲Les lauréats

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Chekade, Katif. Gauchers : Aliaga, Favier, Four. Tourneurs : Daniel, Estève, Fouque, Khaled, Tourki.

La saison pèse dans les jambes des raseteurs (ou la proximité de la course de la finale) et le rythme leur a été imposé par les cocardiers, Desbana, puis crescendo, Mesrine, Biterrois et Margasse. Et si l’ambiance a mis du temps à s’installer dans les gradins, au final la finale du Trophée Albert-Dubout laisse une très belle impression. « A Garlan, Seigneur des Baumelles et Seigneur de Camargue, Palavas dit merci », a conclu Christian Jeanjean, maire de la ville, à l’issue de la remise des prix, en hommage à la carrière du triple Biòu d’Or des Baumelles.

Avec 80 points, Bastien Four remporte haut la main le prix de la saison ainsi que Pourpier de Saumade, à Biterrois celui de la finale.

Viennois (Gillet, remplace Gregau). - Répond avec plus ou moins d’allant à un rythme trépidant qui retombe vite. Deux trois jolies poursuites après Four, Aliaga, Katif et laisse sa 1re ficelle à 14’30 sans convaincre.

Lebrau (Cyr).- Cornes pointées, il ne se laisse pas manœuvrer, prend souvent le pas sur les hommes et pousse ses actions au ras des planches. Le travail au compte-gouttes ne le sert pas mais bien cité par I. Benafitou, la poursuite est intense, l’anticipation sur Katif tout autant. Serre Aliaga et menace Chekade de ses cornes. Pas facile, rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.

Desbana (Lautier).- Il ne paye pas de mine mais avertit vite les hommes: vitesse, attention, percussion sont ses atouts. Du coup les débats s’animent et l’émotion passe (enfermée sur Katif, Favier), coups aux planches (Four 2), Chekade. Le Lautier domine et ne laisse sa cocarde qu’à la 14e. Patron, il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Garlan (Les Baumelles).- Se délimite un large terrain... chasse gardée. Placement et déplacements idéalement gérés. Qui pour le 1er raset ?. 5 minutes de tergiversations, le public gronde. Très sélectif à droite c’est avec Bastien Four qu’il collabore le mieux pour 10 minutes les rubans. Les primes aux ficelles s’envolent (1 500 €), il en reste maître bien sûr, malgré quelques essais de Katif et I. Benafitou. 8 Carmen et retour.

Mesrine (Vinuesa).- Se déplace avec prestance, et offre 5 minutes de feu aux rubans. De multiples coups puissants et violents avec bascule et fracas de planches. Le tempo tombe un peu ensuite mais Mesrine honore tous les cites et rentre ses ficelles sans forcer. 5 Carmen et retour.

Biterrois (Rouquette).- A 7 ans, affiche son envie et sa grande volonté avec franchise. Et quel panache aux barrières ! Des engagements sincères et d’envergure (une quinzaine) où les planches cèdent sous les rafales. Une ficelle à la maison et le prix du jour avec la musique, déjà jouée une douzaine de fois.

Margasse (Rambier, hp).- L’étalon impose son physique, son calme, sa rigueur de placement et une impressionnante méchanceté aux planches. Cornes punitives aux barrières, vitesse, vista, Margasse joue toute la gamme du cocardier finisseur. Un très beau final au rythme des Carmen, pour un gland qui rentre.

MARTINE ALIAGA

▼ Superbe final avec Margasse

palavas,biterrois de rouquette,course camarguaise

▼ Joël Linsolas reçoit les honneurs
pour la dernière course et la carrière de Garlan

palavas,biterrois de rouquette,course camarguaise

POINTS - PRIX

Trophée des As : Four, 25,5 points ; Favier, 13,5 ; Katif, 12 ; Chekade, 10,5 ; I. Benafitou, 6 ; Allouani, 3 ; Aliaga, 3.

Trophée Albert Dubout : 1er, Four, 81 points ; 2. Chekade, 42 ; 3. Favier, 30. Meilleur animateur, Ziko Katif.

Meilleur cocardier de la finale : Biterrois de Rouquette.

Meilleur cocardier de la saison (course du 8 mai), Pourpier de Saumade.

Prix spécial à Garlan pour ses adieux à Palavas et l’ensemble de sa carrière.

***********

26/09/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Samedi 26 septembre 2015

Frustration !

Le public a exprimé sa frustration à l’issue de cette course d’étalons qui a sérieusement manqué de travail. 3 cocardes, 10 glands et 14 ficelles qui rentrent, ça fait beaucoup! Et malgré les efforts de Julien Ouffe le plus impliqué, la monotonie voire l’ennui ont envahi les gradins. Et pourtant, parmi les huit beaux spécimens, certains ont laissé deviner de réelles qualités.

Priam du Pantaï (6 ans) ouvre les débats montrant de bonnes dispositions dans sa gestion de la piste. Sollicité, il se jette dans le raset sans trop aller au bout. Et garde son 2e gland. Le magnifique Sobrero de Vellas (5 ans) est, lui aussi, vite en place. Il en impose. Mais qui pour le premier raset? Le fauve garde son terrain et se jette après l’homme. Ouffe, Sanchez sont prestement ramenés et l’explosion après Alarcon est grandiose. Tous les attributs au toril. Calme, le tout jeune Tatane de Lautier (5 ans) se montre bravet sur le raset, saute dans l’élan et perd beaucoup de temps en contre-piste. 1 jolie série. Ramène ses glands. C’est un bébé, Cardet ! Le Laurent a 3 ans, démarre sur tout ce qui bouge avec fougue. Montre sa vaillance sur une très longue série en musique. Puis se laisse raseter sans assurer la finition. Rentre une ficelle. 

Brut de décoffrage, Beluguet de Nicollin, toujours dans le terrain des planches, affiche de l’envie par quelques belles interventions frappantes après Ouffe. Mais ses nombreux sauts coupent sa prestation. En même temps, il n’a que 3 ans ! Rentre tous ses attributs. A grandes foulées, Madiba de Blatière-Bessac (4 ans) fait admirer son physique avantageux. Bien positionné, il attend longtemps. Entrepris, il se livre sincèrement dans de beaux enchaînements et rentre 1 ficelle. L’expérimenté Cupidon de Cavallini (8 ans) n’attend que les blancs pour étaler sa pointe de vitesse et sa violence en finition. Il faudra attendre la 7e minute, pour une invite de Ouffe méchamment conclue. Une action sur Caizergues et ce sera tout. Rentre sa cocarde, un gland et le reste. palavas,étalons,course camarguaiseCherchant le combat, Picasso de Chaballier (4 ans) “monte” sur les hommes. Se place, pour quelques passes de loin. Un vrai coup de barrière sur Ouffe où il bascule. Montre son agressivité et des qualités prometteuses. Seule sa cocarde lui est ravie.

MARTINE ALIAGA

Entrée: 500 à 600 personnes environ. Organisateur: CT Fiesta y Toro. Président: Jacques Valentin. Raseteurs droitiers: Aroca, Caizergues, Chig, Fougère. Gauchers: Aliaoui, Alarcon, Ouffe, Sanchez. Tourneurs: Arnel, Joseph.

10/05/2015

PALAVAS *AVENIR*

Samedi 9 mai 2015

Picpoul la petite bombe à retardement

palavas,picpoul de michel,jérémy aliaga,course camarguaise

L'explosion après Aliaga

 

Entrée : entre 3 et 400 personnes. Organisateur : CT Fiesta y Toros. Président : Jacques  Valentin. Raseteurs droitiers : Katif, Charrade, Soler, Ibarra. Gauchers : Aliaga, Méric, Fouad, Allam. Tourneurs : Joseph, Estève, Grando, Rouveyrolles.

Picpoul rencontre Aliaga et vice-versa. Le jeune taureau de Robert Michel (6 ans), après un peu de flottement, s'adapte vite à la grande piste, et, petit à petit monte en puissance à l'invite du raseteur, pour des conclusions d'envergure. Avant lui, Cheyenne (2e) étale sa grande vaillance, Cigalon (3e) est le cocardier du jour, Bastidon (5e) sera à revoir tout comme Papalino (7e). Les raseteurs de l'Avenir n'ont pas donné de rythme ni de coeur à la course, les deux As Aliaga et Katif ont apporté leur expérience bénéfique. Palavas c'est grand et pas que pour les taureaux !

Péléon (Daumas).- Prend une volée aux attributs et semble sonné. Du coup, il se renferme et se fait très dur.

Cheyenne (Layalle).- Bien entrepris, il se livre dans de longs enchaînements. Courageux, même s'il navigue un peu le long des planches, il s'applique à prendre tous les rasets. Droite gauche, pas un refus, pour 11'30 de vaillance. 6 Carmen et retour.

palavas,picpoul de michel,jérémy aliaga,course camarguaisePHOTO Cigalon et Soler
Cigalon
(Fabre-Mailhan).- Le lègère anticipation mailhanesque au départ de l'action qui corse le débat, autant d'engagement à droite qu'à gauche, quelques accélérations jusqu'aux planches et un moral à se battre jusqu'au bout. Du bon cocardier classique qui rentre ses ficelles. 10 Carmen et retour.

Pacha (Laurent).- Beau gabarit, lourd et peu motivé. Participe sans grands éclats, bien embarqué par Aliaga, pousse dans l'action, une paire de série (Carmen) pour 8 minutes. Musique au retour.

palavas,picpoul de michel,jérémy aliaga,course camarguaisePHOTO Bastidon et Méric
Bastidon
(Les Baumelles).- Mobile, leste pour passer les barrières, et personne en vue pour le tester arrêté. Les deux As, Katif et Aliaga, font l'effort. Belle longueur avec Aliaga, action sur Katif. Mais quand il envoie méchamment la corne à l'arrivée après Allam, on se dit qu'il a quelque chose et qu'il faudra le revoir. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

palavas,picpoul de michel,jérémy aliaga,course camarguaise◄ PHOTO Picpoul après Aliaga
Picpoul
(Michel). - Il n'impressionne pas a priori. Cherche sa place mais montre d'entrée sa vaillance en passant le mourre à plusieurs reprises. Aliaga lui propose alors de longues trajectoires et ça lui plait à Picpoul ! Il se chauffe, force et explose aux barrières. Après, la moutarde lui monte au nez, Charrade l'a dans son dos pour des arrivées pétantes où le taureau bascule. Idem sur Pradier et le dernier coup de barrière, après Aliaga est énormissime. 13 minutes a mas et en fanfare.

Papalino (Chaballier, hors points).- Lui pourra ressortir rapidement. Les blancs ont déserté la piste, personne en vue, alors il batifole, saute, promène, chasse. Katif fait l'effort et Papalino s'envoie comme un bolide. Ce sera tout ! Dommage !

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l'Avenir : Charrade, 12 points ; Méric, 4 ; Soler, 1 ; Fouad, 1

08/05/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Vendredi 8 mai 2015 - Trophée Dubout (2e journée)

Royale de Saumade

Des hauts et des bas jusqu’à Pourpier

trophée des as,palavas,les saumade,course camarguaise

Pourpier à l'attaque

Entrée : 2/5e (environ 1 500 personnes). Organisateur : Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Allouani, Katif, Chekade, D. Maurel. Gauchers : Aliaga, Four, N. Benafitou, Favier, J. Martin. Tourneurs : Khaled, Cuallado, Estève, Garcia, P. Rado.

Pourpier (6e), remuant, méchant et concluant, sonne l’heure des réjouissances. Les hommes jouent avec le feu devant ce beau cocardier agressif. Avant lui, chaque taureau montre un caractère différent et si Scipion est toujours aussi fantasque, Médoc fait parler sa fibre barricadière. Four, Chekade, Aliaga et Allouani sont les plus réguliers et les auteurs des meilleures actions.

Django.- Tient bien les planches et ne cède pas un pouce de terrain. Opère la sélection, fuse parfois. Plus engagé après les gauchers, il rentre facilement ses ficelles.

Castor.- Mobile, il collabore de bon cœur et se montre parfois pressant aux planches (Chekade, Martin) jusqu’à coincer la jambe à Favier (sans trop de mal). Il tient le rythme dans de longs enchaînements jusqu’à 14’30. 4 Carmen et retour.

Jacob.- Baroule, se cabre après Allouani, c’est brouillon. Le duo qu’il forme avec Chekade fonctionne bien. Il a son rythme Jacob, et quand les blancs l’ont compris, les échanges s’allongent et le taureau pousse jusqu’aux planches. Pas mal mais 7 Carmen ? Mamma mia ! Rentre une ficelle en musique.

Scipion.- En ce jour, il préfère casser des planches que conclure sur l’homme. En revanche, stratégiquement, il est au point. Se cale, prend les séries, puis repart de l’autre côté, tape tout seul de temps en temps. Les hommes s’en méfient quand même et avec raison car quand le rythme monte, il conclut, il anticipe et se rebelle. Du coup, rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Clovis.- Vaillant, franc et classique, il avale les séries avec un net penchant sur les gauchers et multiplie les longueurs à l’invite des hommes. 13 minutes plaisantes certes mais pas 9 Carmen !

Et voilà le beau Pourpier ! Sa méchanceté est totale, il agresse les hommes aux planches, tape en rafales, bascule, brise, saute après. Avec du rythme, de l’envie. Les hommes se relaient pour encaisser les coups de barrière. Jusquà ce qu’il saute par surprise et bouscule avec rage  Jérôme Martin en contre-piste (apparemment épaule ou côté meurtri). Pourpier rentre une ficelle après un quart d’heure de très bonne qualité tout en musique... méritée. 

Médoc (hors points).- Les blancs sont lessivés mais Médoc, toujours en vadrouille, est chaque fois au rendez-vous aux planches. Cinq beaux coups de barrière et musique.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

11/05/2014

PALAVAS *AS*

Dimanche 11 mai 2014, 11 h - Royale de la manade Laurent

Les Laurent sous la coupe des blancs

Le matin le vent ne s’était pas encore levé sur Palavas et  la dernière course camarguaise de la feria. Sauf en piste, où les cocardiers de la manade Laurent ont subi de véritables bourrasques.  Aucun n’a réussi à s’imposer et à vraiment se faire respecter. Des beaux cocardiers de 8 ans, pas encore assez aguerris. Les bonnes ripostes de Sisco et Cyrano, les 2 premiers,  n’équilibrent pas les nombreux refus. Entrepris, Cassius (4e) craint pour ses aller-retour au-dessus des planches, lâche quelques salves mais trop souvent aussi le raset. Troubadour (3e) et Teflon (5e) n’ont que leur bonne volonté à défendre face à la voracité des hommes. Bizet, malgré ses évasions, ne tient que 6 minutes. Reste Jupiter qui termine  avec brio par des coups aux planches de plus en plus mordants. Mais 8 minutes, c’est court.

Au fil de la course, les raseteurs se sont enhardis sentant les cocardiers à leur portée, et si Ziko Katif et Jérémy Aliaga (surtout en première partie pour le gaucher) s’appliquent, si Chekade s'investit et si Allouani fait parler de temps à autres son expérience et sa main toujours bien placée, l’ensemble du travail est brouillon face à la facilité, les tourneurs rajoutant à la cacophonie.

Sisco.- Essuie une rafale avant de se caler et se réserver. Quelques fusées et beaucoup de refus. Bien sur Aliaga, Allam, Ouffe et Katif sur lequel il bascule en musique. Les ficelles rentrent. Un long quart d'heure.

Cyrano.- Beaucoup de déplacements, des sauts, mais aussi des séries en tricotant des cornes et baissant la tête où il pousse fort et parfois se cabre. Aux ficelles, souvent décollé, il alterne les belles trajectoires avec Ziko et Chekade et les actions bâclées. 5 Carmen et un tout petit à la sortie.

Troubadour.- Raccompagne avec vigueur sur ses déplacements. Les hommes ne lui laisse pas le temps de se poser. Aux ficelles, ses ripostes sont intéressantes et il s'engage fort à plusieurs reprises. Mais les blancs abusent de sa franchise et il perd ses ficelles dans la pagaille. 7 minutes, 2 Carmen et retour.

Cassius.- Vite posté, personne pour le citer arrêté alors il se livre à son sport favori, le saut des barrières aller-retour. Les hommes le craignent. Katif coupe la cocarde à la 4e, saut après Ayme, brise les planches après Katif, anticipe Favier mais lâche aussi le raset. Pour 8 minutes les premiers attributs. Quelques échanges qu'il abandonne au bout du 3e cite. Mais il sait aussi s'envoyer aux planches Favier, (2 fois), Ouffe et un superbe pour finir sur Katif. Les ficelles à la maison pour un quart d'heure en dent de scie. 4 Carmen et retour.

Teflon.- Volontaire, il est assailli et s'évade. Les blancs ne lui font pas de cadeaux et les premiers attributs volent dans le désordre. Il n'a pas une grosse tenue de piste et subit des séries d'enfer. Trop tendre face à l'appétit des hommes. Il a pourtant des arguments en tête-à-tête, frappe après Chekade. Et laisse sa 2e ficelle sur un rude enchaînement où il s'incline après avoir conclut 2 fois. 13 minutes, 4 Carmen et retour.

Bizet.- Du mouvement, beaucoup d'évasions, à 3'30 il ne reste plus qu'une ficelle. Quelques enchaînements plus tard, Sabri rappelle, pour ceux qui l'auraient oublié, que malgré sa main gauche protégée par une coquille, la droite est toujours magique, les deux ficelles dans le crochet. 5 minutes.

Jupiter (hors points).- Beaucoup de déplacements, des évasions certes mais aussi une belle envie après l'homme. Favier, Katif, Ayme bombardés à plusieurs reprises mais c'est surtout Chekade qui s'implique jusqu'à un rude contact final où Jupiter le tacle sévèrement et violemment, à la limite de la cornada. Le Beaucairois lève l'unique ficelle à la 8e minute. Des Carmen.

 

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/2 arène. Org. CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Allouani, Chekade, Katif. Gauchers : Aliaga, Allam, Errik, Favier, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Cuallado, Bensalah, Daniel, Estève.

Trophée des As : Ayme, 18 points ; Allouani, 17 ; Favier, 8 ; Chekade, 7 ; Katif, 6 ; Aliaga, 6 ; Allam, 4 ; Outarka, 4.

10/05/2014

PALAVAS-LES-FLOTS *AVENIR*

Vendredi 9 mai 2014

Entre As et Avenir

Entrée : environ 400 personnes. Org. : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Chekade, Faure, Moine. Gauchers : Bouhargane, Errik, Gaillardet. Tourneurs : Noguera, Lopez, Lieballe, Bensalah.
La complète de Cuillé balance entre As et Avenir. Mais dans cette piste à la surface importante, six raseteurs c’est juste et l’après-midi en a subi quelques langueurs. Malgré l’apport de 3 hommes des As, 1 groupe 2, l’ensemble a manqué de cohésion, surtout en 2e partie. 13 ficelles sur 14 rentrent... Pareil pour les taureaux de Cuillé - trois de 9 ans, deux de 8, deux de 7 - parmi lesquels Poulidet (4e) fait le meilleur quart d’heure.
Sorbier.- Un cocardier qui se tient et qui, bien cité, sort en force. Agressif et concentré jusqu’au bout du quart d’heure, il conserve une ficelle après plusieurs enfermées du plus bel effet. 3 Carmen et retour.
Givalon.- Très remuant au début, bien entrepris, il assure de multiples séries vaillantes et volontaires. Intéressant, rentre ses ficelles avec 5 Carmen et retour.
Mandarin. - Quand les hommes mettent du rythme, il répond présent par des enchaînements rythmés où il frise les planches et les mollets. Quelques duos serrés avec Chekade et rentre ses ficelles 5 Carmen et retour.
Poulidet.- Beaucoup de déplacements pour une entame brouillonne. Mais mis au travail les ripostes sont à la hauteur. Un peu fantasque, un peu remuant, mais avec du caractère, un Cuillé comme on aime. Termine en lançant la corne en conclusion sur Gaillardet puis Chekade. Les ficelles à la maison. 8 Carmen et retour.
Dalloz.- Au grand galop, prend les rasets de passage. Se chauffe et se cabre après Chekade, s’emporte après Errik, serre Faure, bascule après Chekade, enferme Gaillardet. Mais trop de vagabondages et pas assez d’assiduité des blancs. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.
Joaillier.- Fonce sur tout ce qui bouge mais se montre brave sur le raset. Malheureusement, il s’est blessé à la bouche à sa sortie du toril et le manadier le rentre à la 5e.
Izoir (7e hp).- Pète le feu mais ne trouve personne pour partager sa rage. Quelques actions décousues... pas assez pour séduire.


MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Bouhargane, 12 points ; Gaillardet, 3.