Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/05/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS

Dimanche 3 mai 2015 - 1er Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin

En deça des espérances...

 palavas-les-flots,course camarguaise

Chico de Lautier (3e) le  plus complet de l'après-midi avec Bastien Four

Entrée : 3/4 d’arène. Org. CT Fiesta y Toros. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, I. Benafitou, Chekade, Katif, Errik. Gauchers : Aliaga, Four, J. Martin, Ouffe. Tourneurs : Khaled, Garcia, Fouque, P. Rado, Estève.

A l’image d’une météo humide et poisseuse, la course n’a jamais vraiment décollé. L’affiche pourtant promettait le meilleur, frappée du label Grand-Rendez-Vous du Trophée Taurin. Mais les cocardiers, certainement rincés par des semaines de pluie, sont restés en deçà de leur réputation. Il y a des jours où ce n’est la faute de personne, la course camarguaise c’est aussi çà ! Chico (3e) fournit la prestation la plus complète et il y eut de bons passages en seconde partie mais pas assez pour enflammer. Four, Chekade, Allouani, Aliaga pour les raseteurs les plus en vue dans un ensemble travailleur.

Quito (Fabre-Mailhan).- Collabore plus ou moins en tricotant souvent des cornes mais réussit de belles fusées avec conclusions. Et le brin de la première ficelle dans le crochet de Four sur la sonnerie. 7 Carmen et retour.

Mollières (Cuillé).- Attaqué dans le désordre, il se révolte sur Four et Katif (Carmen). Il se déplace opportunément le long des planches, mais une blessure l’oblige à rentrer à la 5e minute.

Chico (Lautier).- Vif et coopératif jusqu’au ras des planches. Se livre sur un bon rythme, enferme Chekade, met la corne en finition. Aliaga dans le berceau, beaux engagements après Chekade, Auzolle. Rentre sa 2e ficelle (la première n’ayant pas été accordée après litige). 10 Carmen et retour.

palavas-les-flots,course camarguaise◄ PHOTO MALI :
a
nticipation de Banaru sur Chekade

Banaru (Le Rhône).- Occupe stratégiquement la piste, le long des planches. Les blancs calculent, lui, voit tout. Première intervention sérieuse sur Chekade. Quand les hommes tardent, il part en chasse et retourne se placer plus loin. Belles anticipations (Chekade, Aliaga) et des longueurs où il pousse. Mais sans sa rigueur et son autorité habituelles. Tient sa 1re ficelle jusqu’à la 13e et la 2e, fortement primée, enflamme enfin la piste et les gradins pour une dernière minute à la hauteur, dont il sort vainqueur. 4 Carmen et retour.

Ubaye (Paulin).- Le Biòu de l’Avenir 2014 est attaqué dans le désordre sur ses déplacements. Sans se poser vraiment, il distille quelques actions, le beau raset d’Aliaga est récompensé d’une envolée superbe (Carmen) mais huit minutes suffisent.

palavas-les-flots,course camarguaise► PHOTO ITIER : Gréco catapulte dangeureusement Ilias Benafitou
Gréco
(Saint-Antoine).- Directement cul aux planches, et premier scud sur Chekade, réplique violemment après Katif et Allouani. Ne se jette pas pour rien mais quand ça vaut le coup, il se décuple pour bombarder (Chekade, Benafitou). Presque 10 minutes de qualité. 6 Carmen et retour.

palavas-les-flots,course camarguaisePHOTO MALI :
les orthèses d'Optimus n'ont pas tenu tout son temps de course.

Optimus
(Les Baumelles, hp).- Equipé d’orthèses (protections) aux pattes avant, Optimus ne tient pas en place, joue la poudre d’escampette plusieurs fois, mais ne manque pas l’occasion de se balancer après Four, Auzolle, et 2 fois sur Katif. Les primes montent, les blancs temporisent et laisse filer les 11 minutes de son temps. Décidément quand ça ne veut pas...

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

Trophée des As : Four, 28 points ; Auzolle, 26 ; Allouani, 18 ; I. Benafitou, 16 ; Chekade, 14 ; Aliaga, 12 ; Ouffe, 6 ; Martin, 4 ; Errik, 4

GRECO

 

palavas-les-flots,course camarguaise

 

OPTIMUS

 

palavas-les-flots,course camarguaise

 

palavas-les-flots,course camarguaise

******************

28/09/2014

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 29 septembre 2014 - Finale du Trophée Albert-Dubout

Mignon la maîtrise, Pourpier l’insolence

Un rythme plan plan pour cette finale du Trophée Albert-Dubout mais aussi de très beaux moments où tout s’enflamme. Quatre cocardiers pour se régaler chacun dans son style, Aïoros le TGV, Mignon la maîtrise, Cardinal l’alternatif (un coup je brille, un coup j’éteins), et Pourpier, l’insolence flamboyante. Côté blancs, si Allouani gère, Chekade s’investit pour le très bon et parfois le moins bien, Rassir sur certains taureaux et Katif sur toute la deuxième partie.

Satix (Daumas).- Du placement, de l’envie dans les séries, des sauts, et des actions poussées notamment après Chekade. Rentre ses ficelles avec un peu trop de Carmen et retour mérité.

Mollières (Cuillé).- Sérieux par moments mais aussi des envies de se promener. De bonnes phases où il attaque fort aux planches et puis, suivant le rythme des hommes, de longs passages. La 2e ficelle pour Allouani sur la sonnerie. Des Carmen et retour.

Aïoros (Les Baumelles).- Vigilant, surveille les départs, et raccompagne à grande vitesse. Coupe le terrain et se projette dans des accélérations à couper le souffle, notamment avec Chekade. Série où il fait la loi et impose son rythme. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Mignon (Cuillé).- Physique parfait, cuir lustré, fringant, d’entrée placé. Mignon maîtrise ses sujets. Il fait le pas et fait avorter nombre de rasets. Coupe cocarde à la 7e. Attentif à tout, pousse dans toutes les actions. Aux ficelles, Katif dans le berceau, Allouani idem. Sort fort sur Rassir, Allouani. Bravo taureau. Les ficelles à la maison. 7 Carmen et retour.

Cardinal (Lautier).- Il ne paye pas de mine, avec son petit gabarit et son air de ne pas y toucher. Mais branché sur le courant alternatif, il produit de très bons passages où agressif aux planches il balance méchamment la corne et quelques petits coups de mou. Mais au final une impression tonique. Rentre une ficelle. Moult Carmen.

Pourpier (Saumade).- Physique irréprochable et un air insolent de loubard. D’ailleurs d’entrée il traverse les planches sans avertir. Des séries à fond, méchamment conclues, et souvent en bascule. Bons déplacements. D’un coup s’enrage sur le portail et le dégonde. Arrêt de 7 minutes. A la reprise, tout aussi insolent, il continue son show, coups de barrière sur Ziko, Chekade en rafale, des sauts, des actions à faire frémir après Katif, Chekade. Bref un super quart d’heure et les ficelles pour lui. Un concerto de Carmen.

Trencardel de Bon (hors points, 10 minutes).- Ce n’est pas le taureau de supplément mais le superflu. Pas attaqué, produit deux gros investissements sur Rassir.

MARTINE ALIAGA

**********

TROPHEE ALBERT DUBOUT

1er Sabri Allouani, 52 points. 2. Amine Chekade, 42. 3. Ziko Katif, 31.

Meilleur cocardier de la saison : Garlan des Baumelles.

Meilleur de la finale : Mignon de Cuillé.

Coup de cœur à Chico de Lautier.

TROPHEE DES AS

Chekade, 18 points ; Allouani, 14 ; Rassir, 7 ; Katif, 7 ; Errik, 7 ; Allam, 1.

***********

Entrée : 1/3 d'arène. Organisateur : CT Fiesta y toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Katif, Chekade, Violet. Gauchers : Errik, Allam, Rassir. Tourneurs : Daniel, Bensalah, Ull, T. Garrido.

29/04/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 29 avril -  1re journée du Trophée Albert-Dubout - Royale de Cuillé

Mignon - Guépard, l'axe royal des Cuillé

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

La formidable action de Guépard sur Adil Benafitou

Moins chatoyante qu’à Lunel, la Royale de la manade Cuillé a marqué cette après-midi palavasienne par Mignon et Guépard. Indien n’a pas eu l’occasion de briller tant les hommes ont montré leurs limites. Trois raseteurs seulement se sont mis au niveau de l’ardeur des taureaux de Cuillé : Adil Benafitou, Amine Chekade et Julien Ouffe.

Scapin passe le poitrail deux fois à la planche sur les premiers assauts. Puis il tempère sous une multitude de rasets pour 4 minutes les premiers attributs. Calé dans l’angle, il ne refuse rien mais ne se sort pas de l’emprise. Se rebelle après Chekade qui travaille la 1re ficelle, puis sur A. Benafitou, Violet, encore Chekade (2 fois). 12 minutes, 5 Carmen et retour.
Mobile, Loubard se fait cueillir les pompons en 1 minute. Par la suite, il exploite simultanément tous les angles, gérant au mieux l’espace. Les blancs rament. Des séries bien menées, une enfermée sur Schuller, une belle longueur d’Adil... Et malgré un nombre incalculable de rasets (stériles), rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Indien promène, rode, chasse et prend quelques rasets à la traverse. Les blancs ne se précipitent pas. Une bonne trajectoire d’Allouani, Chekade, une anticipation sur Ayme, quelques sauts d’ennui, et Indien rentre ses ficelles sans forcer. 1 Carmen et retour.

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaisePlacé d’entrée, ◄ Mignon est prêt... Pour qui le premier raset ? Chaud comme la braise, le beau cocardier attend. Puis Adil Benafitou, après quelques essais infructueux, laisse parler son talent pour la coupe, la cocarde et un gland. Ouffe suit. Mignon donne une leçon de maintien. Quand Chekade le défie, se fait enfermer et arrive plein gaz aux planches, Mignon dans les reins, le Carmen est de mise tout comme les applaudissements. Les ficelles à la maison en musique.
Pas de répit pour Racanel, pas d’égards non plus. A deux, à trois, tous tentent leur chance. Seuls Chekade, Ouffe allongent les gestes. Mais Racanel se rebiffe de temps à autres et conclut. Sa vaillance extrême est maintes fois récompensée, tout comme son retour en musique à la 14e.
Guépard voit s’envoler ses pompons dans une rafale d’où émergent Outarka et Chekade. Aux ficelles, changement de registre. Placé le Guépard guette et punit en envoyant une corne rageuse (Chekade). Y’a pas foule pour le défier. Si ! Adil Benafitou sur un long cite. La riposte est foudroyante, Guépard paraît même le tenir entre ses pattes avant de l’écraser contre le mur puis de basculer. Enorme ! Dans la foulée, Chekade pleine piste est méchamment raccompagné. Re-tampon après Chekade, Ouffe, corne pointée sur Outarka. Malgré une boîterie bien visible, le Guépard rentre avec ses ficelles sous les applaudissements nourris. 6 Carmen plus retour.
La messe est dite et les acteurs vidés. Œnologue n’a pas eu à sortir le grand jeu pour afficher sa belle envie de monter aux planches. Adil Benafitou, Chekade, encore eux, pour quelques belles actions... Musique.

MARTINE ALIAGA
(Photos C. ITIER)

Trophée des As : Adil Benafitou, 14 points ; Ouffe, 14 ; Chekade, 9 ; Outarka, 8 ; Allouani, 5 ; Schuller, 3.

La magnifique enfermée de Mignon sur Amine Chekade

 palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

▼ Julien Ouffe, ici avec Racanel

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

*****************************


25/09/2011

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

 

 Dimanche 25 septembre 2011 - Finale du Trophée Albert-Dubout

 SPARAGUS LE MEILLEUR... AMADEUS LE PRIX ?

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
SPARAGUS surclasse ses adversaires, comme ici avec A. Ayme

 

Entrée : demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 5e), Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka. Gauchers : A. Benafitou, N. Benafitou, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, Bruno, Dunan, Kerfouche.


palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaisesPlutôt monotone cette finale du trophée Albert-Dubout. Avec des hommes timorés (plusieurs broncas), sauf Adil Benafitou et Amine Chekade et des cocardiers pas toujours au top, hormis Sparagus le plus cocardier et le plus complet du jour et Amadeus complexe, l’après-midi ne fut guère réjouissant. Le palmarès : 1. Ayme (33 points) ; 2. Auzolle (32) ; Adil Benafitou (27). Meilleur taureau de la saison : Guépard (Cuillé) ; de la journée : Amadeus (Lautier). A noter la bonne présidence de J. Valentin qui prime et octoie les Carmen à bon escient.

Petit Lou (Chaballier).- 14 ans et pourtant toujours cette volonté et cette faculté à mettre les hommes en danger à la barrière (Chekade, Ayme). 8 minutes très agréables 5 fois récompensées.
Saint-Gillois (Les Baumelles).- Franc, il se livre avec bravoure et cède très vite ses principaux attributs. Toujours sur le même tempo, il parvient à tenir 8 minutes.
Mollières (Cuillé).- Généreux, parfois brillant, il impose petit à petit sa façon de jouer. De belles actions aux planches dont certaines dangereuses dans 12 minutes 5 fois honorées.
Yvan (Lou Pantaï).- Sur le premier raset digne de ce nom, il enferme Outarka (2 fois) puis se soulèvera sur Allouani (3 fois), Chekade. Ensuite, avec l’aide des raseteurs peu motivés, il se cale et sélectionne durement. Il termine par une belle action sur Outarka et rentre ses ficelles avec 5 Carmen.
Sparagus (Janin).- Comme à son habitude, il fait le ménage en jouant de sa rapidité et de ses déplacements. Aux ficelles, son placement fait réfléchir les blancs, et sur Chekade, Adil Benafitou, les ripostes sont de belle facture. Sérieux et surtout volontaire, il finit par totalement s’imposer pour rentrer fièrement ses deux ficelles. 4 fois les honneurs.
Amadeus (Lautier).- Un petit gabarit, vif et disponible le temps de lui ravir cocarde et glands. Moins sollicité, mais bien positionné pour les fils jaunes, il délivre quelques séries en ayant un comportement assez irrégulier. Avec une manque de travail évident, il rentre ses ficelles et entend 6 Carmen pour un bon quart d’heure. A noter une grosse enfermée sur Chekade.
Languedocien (Briaux).- Hors points pour 10 minutes. Le biòu est franc. Mais avec un cœur énorme. Il apporte ainsi la note spectaculaire avec de gros coups dont un avec planches brisées et bascule sur Ouffe. Une ficelle au toril et des Carmen.

 


Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As : A. Benafitou, 16 points ; Chekade, 15 ; Allouani, 9 ; Ayme, Auzolle, Ouffe, 6.

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
AMADEUS, du bon, des lacunes, mais prend toutefois... le prix du jour ?

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
Adil Benafitou le plus combatif, effectue une belle remontée pour une troisième place méritée.

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
SPARAGUS tape au bois

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
Avec SPARAGUS, Amine Chekade s'applique

 

 


 

 

08/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS *AS* EXCELLENCE

Dimanche 8 mai 2011 - 2e journée du Trophée Albert-Dubout

ALESIEN - SPARAGUS - RODIN
LES ATOUTS DE L'EXCELLENCE

Ayme, Auzolle, Poujol meneurs d'une équipe à la hauteur

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Alésien sur Hadrien Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Matray, Oufdil, Outarka, Rassir. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Rouveyrolles, Dunan, C. Garrido, Kerfouche, Benzegh.

Alésien marque de son emprise la 2e journée du Trophée Albert-Dubout et 1re course Excellence du Trophée Taurin, Sparagus assure et Rodin déroule le tapis rouge. Voilà le trio majeur de la matinée. Ayme affirme son talent, Auzolle sait s’appliquer et Poujol régale dans une équipe où chacun tour à tour a allié technique, compétition et émotion. La satisfaction s’affiche au final. Présidence à la hauteur d’une course sans problème.

Un peu à court de compétition  - c’est sa première course - Petit Lou de Chaballier assume avec expérience les premiers assauts des dix hommes décidés. Des enchaînements rythmés et quelques enfermées pour 8 minutes. 2 Carmen et retour.
trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises"Il est en forme" apprécie unspectateur à la sortie en boulet de canon d’Alésien. C’est en patron que le cocardier des Frères Briaux va mener son quart d’heure. Cocardièrement irréprochable, occupation optimum du terrain, anticipations haletantes et agressions aux planches. Un cocardier qui se fait respecter c’est superbe, des hommes qui le défient c’est magnifique ! Ayme, Oufdil (photo) (3 fois), Poujol (3), Auzolle, Rassir (3) s’y collent, Alésien caracole. Et si Auzolle fait la 1re ficelle à l’arrache, il se rattrape de belle manière au raset suivant. Alésien lui rentre sa 2e ficelle, ovationné. 7 Carmen et retour.
Sparagus (Janin) reconnaît la piste au grand galop. Entrepris, il se livre avec vivacité. Aux ficelles, trouve les angles et délimite son terrain. Four, son meilleur partenaire, lui sert de belles invites et Sparagus passe la corne. Poujol se fait emporter. Vigilant, véloce, Sparagus trouve encore Poujol qui allonge les trajectoires (3) et lève la 2e ficelle presque sur la limite. 3 Carmen et retour.
Mathis de Lautier est plus réservé qu’avant mais se rappelle sa grande époque par quelques agressions bien frappantes. Matray (3), Outarka, Poujol, Ayme se font bombarder. Une ficelle au retour avec 4 Carmen et retour.
Vient l’heure des délices avec Rodin des Baumelles. Placé, il déroule ses belles anticipations. Les blancs sortent le grand jeu et lui servent des caviars qu’il avale goulument. Une belle présence aux ficelles en 11 minutes (et autant de Carmen) que le public savoure.
Brave sur le raset, Canberra de Saint-Pierre n’est pas un ange à l’abord des planches. Outarka y laisse un morceau de T-shirt. Explosif sur les invites de bonne qualité, Canberra soutient le rythme 7 minutes. 5 Carmen et retour.
Satis (Margé, hp) participe de bon cœur (4 Carmen), s’envoie en l’air et visite le pourtour. Encore quelques séries et actions aux planches avant que ne résonne un Carmen général pour le bétail et le travail des hommes.

 
MARTINE ALIAGA
Photos LUC PERO


Trophée des As (+ Excellence) : Ayme, 16 points (+10) ; Auzolle, 15 (+9) ; Poujol, 11 (+ 8);  Four, 9 (+7); A. Benafitou, 7 (+ 6); Matray, 7 (+ 6) ; Ouffe, 5 (+5).

▼ Sparagus et Hadrien Poujol

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

▼ Duo saintois : Anthony Ayme et Rodin des Baumelles

 

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Une arène bien remplie et au final une course très satisfaisante
Rodin - Matray

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

***********************************

 



01/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS * AS*

Dimanche 1er mai, 11 h, Royale de Cuillé

LA REVANCHE DU GUÉPARD

palavas-les-flots,royale de cuillé,course camarguaise

Guépard - Outarka : le duo émotion !

 

Pari gagné pour les organisateurs, les spectateurs ont répondu présent à l'heure de l'apéro sous une température idéale (3/4 d'entrée). Satisfaction avec le Biou d'Or Guépard, sélectif à souhait aux ficelles. Un bémol quant à l'ordre de sortie : Viennois (1er) n'arrive pas à la cheville du titulaire de ce poste dans la Royale, Titouan (blessé) ; Guépard 6e ? ; déception avec Renoir ; Tassou hors points pas raseté.

Les hommes, pleins de bonnes intentions, n'ont pas tenu la distance et on manqué d'ambition, de jambes et d'audace... peut-être l'heure (11h) difficile à gérer pour les organismes... Mais assurément il manque toujours un meneur dans la course camarguaise. Pierre Cuillé avait raison quand il déclarait (en référence à l'énorme course de sa Royale à Palavas l'an dernier) : "ce jour-là, le huitième cocardier était Sabri Allouani"... Malgré ce constat, les rasets d'Ayme, Auzolle, Poujol, Matray, Outarka ont pris par moment de fort belles ampleurs, de jolies tentatives de David Maurel, Four et Adil Benafitou trop intermittents, Rassir pas dans le coup.

Viennois : indiscipliné, brouillon, se contente de chasser, de sauter et envoie méchamment la corne quand il veut bien prendre le raset. Rentre ses ficelles.

Le prix de la vaillance à Loubard qui ne refuse vraiment rien. Des séries, des séries et des séries. Défend sa 2e ficelle avec courage et d'ailleurs la rentre.  9 Carmen et retour.

Avec Mollières, la difficulté monte d'un cran. Sans quitter les planches, ses répliques sont sèches (Poujol, Matray) et ses conclusions sévères (Auzolle, Outarka, Matray). Il utilise toute la piste, s'envoie avec force sur Auzolle, anticipe Matray qui s'implique et lève la 1re ficelle. L'autre rentre en musique (+ 4 Carmen pendant).

Mignon alterne les sauts et le placement rigoureux qui oblige les blancs à calculer. Deux fois, Poujol est écarté de la trajectoire, Auzolle éconduit, belle riposte sur Benafitou et Poujol. Neuf minutes les pompons. Baisse un peu d'intensité en fin de course mais a posé assez de problèmes pour garder ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Renoir se livre bravement mais sa course manque de liant. Les hommes baissent le pied, l'ambiance retombe. Un beau coup sur Poujol, deux actions d'Auzolle, gros coup aux planches sur Poujol (2) et Matray. Rentre une ficelle en musique (+ 2 Carmen).

Il laisse ses pompons en 3 minutes de reconnaissance de la piste. Mais aux ficelles,  Guépard trouve sa place pour placer des actions criminelles où sa vitesse et son superbe engagement font passer le frisson. Outarka frise la correctionnelle, Matray, Maurel, Ayme subissent ses agressions. Le chasseur à l'oeil vif et anticipe les trajectoires. Jusqu'à cette série de trois rasets superbes - Ayme, Poujol, Outarka - où Guépard se montre intraitable. Deux longues trajectoires un peu vaines de Poujol et Auzolle pour faire vibrer le touriste. Puis plus rien... Les blancs sont à plat, le public gronde. Poujol tente une dernière, Matray se fait  méchamment bouler jusqu'aux tubes. Guépard retourne au toril avec ses ficelles, le public se lève pour l'applaudir. Des Carmen.

Le char d'assaut Tassou (hors points) fracasse à tout va, saute un peu trop, pas raseté, un spectaculaire pour finir mais gaspillé... Dommage

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

palavas-les-flots,royale de cuillé,course camarguaise

Anthony Ayme : et si c'était lui la relève !

*****************************

 

27/09/2009

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 27 septembre 2009

LEVENTI AVEC PANACHE ! ALLOUANI ENCORE... !

Gastounet.jpg
GASTOUNET et Sabri pour la parade finale !

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Fiesta y toro. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Daniel, Jockin, Outarka, Mascarin. Gauchers : Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Kerfouche, Zerti.

Le Trophée Albert-Dubout est, une fois de plus, remporté par Allouani juste devant Ouffe et Jockin. Meilleur taureau de la saison Rodin des Baumelles et sur la journée ▼Leventi de Plo. Un prix spécial est attribué à Michou pour l’ensemble de sa carrière.
Leventi.jpgForest (L’Argentière).- Peu raseté à sa sortie, il faut attendre la 4e minute pour voir les véritables premiers échanges. Rien de bien saillant en début de prestation, puis sur la fin, avec un peu plus de travail, il se déride et effectue quatre jolies poursuites sur Allouani (3), Ouffe et deux sauts derrière Allouani, Jockin. Ficelles au toril et 4 fois la musique.
Varenne (Lautier).- Travaillé avec parcimonie et presque exclusivement par Julien Ouffe, le biòu ne peut donner sa pleine mesure. Heureusement, en fin de parcours, la 2e ficelle donne lieu à quelques belles séquences que le disque honore cinq fois.
Michou (Les Baumelles).- Pour la dernière sortie de sa carrière en Languedoc, Michou affiche encore son tempérament et son talent de cocardier. Placement, sélection et finitions font toujours partie de ses qualités. Peu sollicité, il réintègre le toril porteur de ses ficelles. Carmen en course ainsi qu’à son retour saluant l’ensemble de sa carrière.
Leventi (Plo).- Devant le peu d’ardeur des hommes, il n’a aucun mal à imposer sa supériorité. Puis, quand même, les hommes s’enhardissent et c’est un festival d’enfermées sur Outarka, Jockin, ainsi que des séries hautement rythmées et conclues cornes aux planches qui cèdent sous l’impact de la corne. Du beau spectacle pour 8 Carmen et l’ovation au retour avec une ficelle.
Pesquie.jpgClovis (Margé).- Toujours en mouvement, il n’est raseté que sur ses déplacements et malgré ce, il se soulève sur Ouffe, Martin-Cocher, Outarka ; bascule sur Allouani et donne des enchaînements pour 4 Carmen dans 12 minutes.
Pesquié (Saumade).- ►Le grand barricadier du mas de l’Abbaye a encore tamponné comme à ses plus belles années. Ouffe, Outarka, Allouani, Martin-Cocher, Jockin sont gratifiés d’actions superbes. Quelques plages de récupération mais au final ses ficelles au toril et des Carmen.
Gastounet (Saint-Pierre, hp).- Il a assuré sa partition. Du spectacle avec d’énormes coups de barrière sur Allouani, Outarka, Ouffe. La musique et un gland au retour.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As : Ouffe, 16 points ; Outarka, 10 ; Allouani, 9 ; Martin-Cocher, 8 ; Oleskevich, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 20 points.

 

*******************

LEVENTI UN BRILLANT VAINQUEUR

Leventi Outrka.jpg
Avec OUTARKA
Leventi.jpg Jockin.jpg
JOCKIN
Leventi.jouffe pg.jpg
OUFFE
Leventi.jpg Outar 2.jpg
OUTARKA

05/05/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 4 mai, 2e journée du Trophée Albert-Dubout

 

LE SOLEIL, LE PUBLIC, DES TAUREAUX...
MAIS IL A MANQUE LE PETIT PLUS

 

aed7a4af3546362f7de0ba2ad5408ada.jpg
Il n'a manqué qu'un cheveu de panache, un doigt de folie, un zeste d'élégance pour que les arènes ne s'enflamment. Il n'a manqué que le petit plus qui fait d'une bonne course - et elle le fut avec quatre taureaux à voir -  un moment inoubliable, extraordinaire. Côté satisfaction, la fréquentation avec une arène pleine à 99% démontrant que les rendez-vous palavasiens sont maintenant bien installés. Avec une capelado soignée, défilent, sous la présidence de Jacques Valentin: Allouani, Jourdan, Outarka, Villard, Matray, Marquier, Clarion, Martin-cocher, Martinez, Ouffe ; tourneurs : Mata, Zerti, Beker, T. Garrido, Abbal.
Si, en première partie, Sauron, 3e, retient l’attention, la seconde est très dense avec Rodin très cocardier, Lebrau explosif, Mathis hargneux mais un peu en dessous. Il faut dire qu’on attend tellement de lui...
Villard fait de beaux gestes et une belle moisson, suivi d’Allouani, efficace. Matray, Ouffe, Marquier, Outarka par moments. Un seul rappel à la bienséance du président à Beker et Abbal a suffi pour que les débats se déroulent correctement.
Figaro (Margé).- Quand ça chauffe, il laisse passer. Malgré quelques belles longueurs de Villard et Marquier, ce sont neuf minutes sans difficulté.
Chanéac (Chaballier).- Toujours en mouvement, il ne trouve pas sa place. Une belle anticipation sur Marquier, quelques séries où il s’allonge plutôt sur les droitiers dans de bonnes répliques. 8 minutes.
5e96f93d3b445d4d5596dbea3ac93293.jpg
Sauron et ses anticipations 
Sauron (Fabre-Mailhan).- D’entrée ses vives réactions provoquent quelques frayeurs. Placement, anticipation, Sauron va au bout des actions. Plus sélectif sur sa 2e ficelle, il pousse fort dans ses ripostes notamment sur Outarka, Villard et Matray. Retour en musique avec une ficelle et 4 Carmen en course.
588bca4497f2c2e337ca55d0d016d1f1.jpg
Rodin et Villard , la palme de l'élégance
Rodin.- Il murit le cocardier des Baumelles ! Sa vitesse d’exécution fait toujours merveille, son placement impeccable. Il sort comme une bombe sur les cites et les plus téméraires - Villard et Ouffe - sont gratifiés d’anticipations et de poursuites puissantes. 12 minutes, 9 Carmen.
4562fd927e91b50f736750e9d948b107.jpg
Lebrau, le bulldozer en action 
Lebrau (Plo).- Certes, il est franc sur le raset, et laisse parfois passer mais quand il s’envoie aux planches, il est énorme. Treize coups de barrière, dont deux époustouflants (Ouffe, Clarion) plus un où il bascule après Martin-Cocher.... Et une ficelle au toril, avec onze Carmen pour le barricadier du jour.
c7b2ba233bf437f9165ec409cfb5b220.jpg
Mathis - Outarka : petits gabarits, grosses émotions 
Mathis (Lautier).- Etrangement calme à sa sortie mais il catapulte Outarka qui cherche son pied au saut. Avec un placement flottant et quelques rasets pas terminés, il exprime toutefois une belle rage dans des coups aux planches puissants : Villard (2), Allouani (2), Ouffe. Mais, Villard abrège en dix minutes en levant les deux ficelles. 5 Carmen.
464f5b637267ce1bd4bb8215eba8507d.jpg
Mathis - Villard : dans le feu de l'action 

Eva (Ricard, hp).- Une vache pour finir c’est une idée à la mode mais si elle n’est pas plus rasetée qu’un taureau... Alors... Pourtant, Eva a du placement et s’envoie en force comme un barricadier. Deux fois..
Martine ALIAGA

 

Photos Christian ITIER

28/04/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 27 avril : 1re journée du Trophée Albert-Dubout

LE SERIEUX A VIDOURLEN ET PETIT LOU
LE SPECTACLE A MINIMA POUR TASSOU

4cbbc7afc383cbc3d15cc1ecb9cb3b74.jpg
PETIT LOU et Mickaël Matray

 

f81f9b3cfe9e0796450c97ac197ad219.jpgUne course de feria - et notamment à Palavas où la Feria de la Mer attire une majorité de spectateurs non initiés - ne fait pas nécessairement appel aux mêmes ressorts qu'une course suivie par les aficionados de la discipline.  De fait, le public préfère les taureaux gais aux cocardiers sérieux. Aussi, les deux meilleurs de la course, Vidourlen (1er) et Petit Lou (2e) n'ont sûrement pas été appréciés à leur juste valeur, alors que Tassou (7e hors points) qui aurait pu déclencher la liesse par ses frasques, sa méchanceté et ses qualités barricadières, n'a pas été assez sollicité durant ses dix minutes de présence, laissant une impression finale un peu d'inachevé. Ajoutons que Vidourlen, sorti en 1re position au grand dam de son manadier, remplaçait en fait la défection de Gévaudan (Rouquette), victime de la nouvelle règle fédérale imposant sept taureaux et non huit comme prévu par les organisateurs.

b71a95e14d4b749048f90789f264ca94.jpgAprès une belle capelado (La Gardounenque, Lis tambourinaïres de l'Estang de l'Or, le Velout pescalune, les cavaliers de Vitou), se présentaient en piste Allouani, Jockin, Marquier, Outarka, Jourdan, Gleize, Matray, Clarion, Martinez, Oleskevich, plus Mata, Lebrun, Beker, Duran, Benzegh, sous la présidence de Jacques Valentin.

ca39b62bf1eeebfec7877ba8a925cb36.jpgVidourlen (Mermoux).- Après deux premières minutes rudes où il fait face à une rafale de blanc par de bons déplacements et des poursuites dangereuses, Vidourlen gère au mieux cette première place qui n'est pas la sienne. Un bon coup de revers et un placement judicieux, plus une bonne dose d'agressivité lui permettent de rentrer une ficelle. 6 Carmen.

0a05f3e3130498e604e4a9faddf3f2d2.jpgPetit Lou (Chaballier).- Il n'aime pas se faire quicher et fonce dans le tas. Pas facile à manoeuvrer, il profite de la grandeur de la piste pour balader les hommes. Petit Lou fait le tri et s'il n'apprécie pas trop les reprises, il pousse dangereusement dans les rasets longs risquant à tous moments de s'envoyer derrière l'homme. 2 Carmen.

96597ade39977052c0dc67be13439a91.jpgFaucon (Nicollin). Toujours en mouvement, et quelques sauts intempestifs, c'est l'assaut. Les hommes se gênent, ça crée quelques tensions qui finalement servent ses 9 minutes de course. 

30bc0bb384f79bb385cd21386dd1fcf2.jpgVoltigeur (Vitou).- Très sollicité sur ses déplacements, on en arrive vite aux ficelles. Sans difficulté majeure, l'intensité du travail lui fait signer de beaux engagements aux planches. Les hommes se plaignent de l'encocardement et, finalement, dans le brouhaha et la trompette de rentrée du taureau, la 2e ficelle va à Jockin. 6 Carmen.

856d13b1173ba20165bb00dc2224ecbb.jpgCondor (Lautier).-  Un cocardier classique et franc qui donne dix minutes de générosité. Il endort la vigilance des hommes et Allouani se fait coincer au saut à la planche. Une grosse estifilade au tibia pour le raseteur qui doit sortir. 6 Carmen.

56c784d1d5ede7fefae3473327d6c6e4.jpgCaïman (Margé).- Agréable partenaire qui se soulève à la planche pour peu que le raseteur reste devant mais qui se laisse trop manoeuvrer et qui manque de conviction. 9 minutes. 4 Carmen.

0767785fb16078b111f44217efa077f0.jpgTassou (Cuillé, hors points, dix minutes).- Il est magnifique, méchant, plein de sang. Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de clients pour solliciter son gros potentiel. Malgré ce, il fait le spectacle et sème l'affolement en contrepiste, le public est ravi. Bien sûr des Carmen.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

05/03/2008

PALAVAS-LES-FLOTS

LA FERIA DE LA MER ET LA FINALE DU TROPHEE DE L'AVENIR

d9b592f5883d8d3213ee51cc59a54ae5.jpgLors d’un week-end très taurin, la semaine dernière, les organisateurs palavasiens ont dévoilé le programme de la Feria de la Mer 2008 (25 au 30 avril et 1er au 4 mai), toujours avec le souci de présenter toutes les tauromachies, en plus des Espagnols et Camarguais, les Landais débarqueront en 2008 à Palavas pour une journée du Sud-Est, le 3 mai. Si les affiches des corridas présentées par Robert Margé sollicitent les meilleurs de la discipline, les courses camarguaises – avec Sabri Allouani aux commandes – ne sont pas en reste. Sont annoncés: le 27 avril, Voltigeur (Vitou), Vidourlen (Mermoux), Petit Lou (Chaballier), Co Blanco et Condor (Lautier), Caïman (Margé), Faucon (Nicollin) et le 4 mai, Figaro (Margé), Sauron (Mailhan), Lebrau (Plo), Chanéac (Chaballier), Rodin (Les Baumelles), Mathis (Lautier) et Eva (Ricard). En alternance, Allouani, Villard, Outarka, Moutet, Marquier, Clarion, Jourdan, Martinez, Ouffe, Martin-cocher, Oleskevich et Jockin seront sollicités.
7f90696048e52ab00232bf071c025612.jpgLe scoop de la soirée était annoncé par Vincent Ribera : longtemps désirée, la finale du Trophée de l’Avenir, le 5 octobre, venait de tomber dans l’escarcelle palavasienne. Une piste idéale pour la course camarguaise, un nombre suffisant de places, une ville-station balnéaire attrayante pour passer la journée, Palavas-les-Flots voit tous ses atouts récompensés.
Les aficionados et les organisateurs espèrent énormément en cette programmation gardant en mémoire la course historique du 6 mai 2007 où pour la première fois les portes des arènes ont été fermées avant le début d’une course qui restera dans les annales notamment grâce au trio Mathis-Allouani-Villard. Ils seront tous les trois à Palavas en 2008.

Martine ALIAGA