Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/08/2010

VAUVERT *AS*

Dimanche 23 Aout - Trophée Camargue Médical

AUZOLLE D'UN PETIT POINT

CLARION.jpg
Christophe CLARION auteur des plus beaux cites du jour
9X12.jpgUne petite demi-arène, peu d'ambiance, peu d'argent sur la tête des taureaux, travail au compte-gouttes, hier on était dans les "Minimas" à Vauvert. Le Trophée Camargue Médical revient donc à Auzolle qui devance d'un petit point Villard. Benjamin s'adjuge le prix du meilleur animateur. ATHOR► de Daumas reçoit le prix du meilleur cocardier sur l'ensemble de la compétition, pas sur sa prestation du jour. Michel Bourrier au micro invite Auzolle, Villard, Moutet, Jourdan, Clarion, Poujol, Cartalade, Khaled et leurs cinq tourneurs à prendre part à la Capelado.
SAMSON de Saumade, cinq minutes trente de présence et un Carmen inutile en course.
CAMPARDIN de Blanc, il répond avec bravoure dans des séries où il subit mais resiste douze minutes cinq fois honorées.
EMBRUN de Nicollin, bien "mollégas" le biou ! Puis aux ficelles il gagne en tonicité pour faire des frayeurs à Khaled qui rate le marche-pied, à Moutet imprudemment engagé. Belles actions sur Clarion et cinq Carmen dont deux bien généreux.
ANDALOU de Blanc-Espelly, calé devant le toril il est moins dominateur qu'à son habitude. Entre sérieux et grande réserve la différence est bien mince. La première ficelle (700 Euros) à Poujol sur la sonnerie. Trois Carmen.
ATHOR de Daumas, pas dans un grand jour non plus ! Il saute seul, manque de mordant mais n'a pas la pression qui lui convient. Rentre ses ficelles (800 Euros) et deux fois la musique.
CHOUAM de Blatière-Bessac, sauteur, fuyard, une embardée et deux coups de barrières ne justifient pas la musique une fois, en course.
Pour clôturer MADEMOISELLE, la Cocardière d'Argent de Blatière-Bessac faisait à 15 ans ses adieux à la piste qui l'a vu débuté. Ce n'était pas le jour, elle rentre sa cocarde faute de combattants. Musique.
Texte et Photos Luc PERO
KHALED.jpg
Aïe, aïe Khaled...
VILLARD.jpg
ANDALOU et Villard

05/07/2010

ARLES 79e COCARDE D'OR

Lundi 5 juillet 2010

VILLARD VAINQUEUR SANS GROSSE CONVICTION
GROS L'ESPRIT "COCARDE D'OR" LUI VA SI BIEN
MORNES LE COCARDIER DE L'APRES-MIDI

TETE.jpg

Où sont les As ? Où est l'esprit Cocarde d'Or ? Où est l'envie ? Où est l'honneur ?
Cette après-midi encore, le public s'est demandé ce qu'il faudrait à certains raseteurs - ceux qui sont en tête des As, notamment - pour s'enflammer, se lâcher, transmettre de l'émotion. Enfin se livrer à la poursuite d'un rêve qui pour d'autres raseteurs valaient de s'arracher le coeur et les tripes. La Cocarde d'Or c'était ça... avant ! Hier, un pâle reflet de ce GRAMMA.jpgqu'on a eu appelé le combat des gladiateurs. Enfin bref ! Le seul à entretenir la petite flamme, hier, a été un jeune du Trophée de l'Avenir qui a tenu la dragée haute aux As : Romain Gros a fait plaisir et à gagné à l'applaudimètre, le coeur des afeciouna.
Un autre raseteur mérite la citation : ◄Fabien Grammatico. Il a tenté sa chance jusqu'au bout. Avec un bel enthousiasme, Fabien a retrouvé ses jambes de 20 ans pour raseter tous les cocardiers. De quoi rappeler la belle Cocarde d'Or de 2001 où au terme d'une grosse bagarre avec Sabri Allouani, il était sorti vainqueur de la course. On peut y associer Arnaud Bonhomme.

Les émotions - douloureuses celles-là - sont venues aussi de l'accrochage de Julien Ouffe par Ramuncho de Guillierme, premier à sortir. Aux dernières nouvelles, Julien souffrirait d'un coup de corne au bras et d'un à la cuisse. A confirmer. Surpris par le taureau près des barrières, le raseteur s'est retrouvé malmené à terre. Heureusement, des jeunes de l'école taurine d'Arles, en contre-piste, ont attrapé le taureau par la queue permettant à Julien de se dégager.
Autre baroulage, celui d'Adil Benafitou par Brun de Lautier. Des commotions mais pas plus pour Adil. Et Benjamin Villard obligé de passer sous l'estribo, après avoir été déséquilibré par Paludier de Margé (6e)

Les cocardiers, souvent déboussolés par l'assaut aux premiers attributs, ont pour la plupart rentré leurs ficelles (les 2 pour Ramuncho, Brun, Martegau, Espeloufi et Mornès, une pour Insolent). Un petit plus d'intérêt à Insolent de Nicollin (3e) qui s'est battu avec beaucoup de brio, placement et déplacements bien gérés ; Martégau (4e) qui a fait du large sans forcer, plus quelques gros coups de "méchantise" aux planches et surtout Mornès d'Allard (7e) qui a terminé avec intensité, beaucoup d'énergie et qui est justement récompensé pour le plus grand bonheur de son manadier.

Voilà les premières réflexions.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

OUFFE EN MAUVAISE POSTURE DEVANT RAMUNCHO...

OUFFE 1.jpg a.jpg
OUFFE 2.jpg b.jpg
OUFFE 3.jpg c.jpg
***********************
ADIL BENAFITOU EN DIFFICULTE DEVANT BRUN...
BENAF 1.jpg a.jpg
BENAF 2.jpg b.jpg

05/06/2010

SAINT-MATHIEU-DE-TREVIERS *AS*

Samedi 5 juin 2010

VILLARD ET FLAMANT SUR LE PIC

Entrée: 300 environ. Org. : CT Le Saint-Loup. Présidence : Michel Bourrier. Raseteurs droitiers : Garcia, Sabatier, Villard, Beaujard (se retire au 3e sur douleur au genou). Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Sabde. Tourneurs : Bensalah, Dunan, Kerfouche.

C’est une bien pâle image de la course camarguaise qui nous a été présentée ce samedi. Hormis le noble Flamant de Nicollin, le reste des taureaux fut tristounet. Les hommes quant à eux n’ont guère fait mieux que nos footballeurs contre la Chine. Le 6e Trophée de la ville revient à Villard et Flamant.
Samson
(Saumade). – Bien calé aux planches, il use de bons déplacements et se défend honorablement dans un premier temps. Une bonne série, quelques poursuites appuyées mais le reste est moins convaincant. Une ficelle rentre et 2 Carmen.
Badaïre
(Nicollin).- Il ne trouve pas sa place le temps des pompons. Mieux positionné par la suite, il donne quelques réparties de bonne facture mais manque énormément de travail. Accroche Villard (sans mal) avant la barrière. Ficelles au toril.
Vidourlen
(Mermoux).- Laisse partir rapidement ses principaux attributs. Et puis c’est morne plaine au pied du Pic. Peu de rasets, l’ennui pour le public et pour le taureau. Un enchaînement malgré tout et musique 2 fois avec ses ficelles au toril.
Romain
(Mermoux). – Il est craint, beaucoup trop au vu de son comportement. Très retors, il baisse outrageusement la tête au contact et ne coopère qu’avec parcimonie. Ficelles au toril. Et 7 minutes pour le réintégrer.
Darius
(Saumade).- Malgré son âge, 9 ans, il est encore un peu tendre à ce niveau. Volontaire, il honore tous les cites et se montre agréable durant 13 minutes de présence.
Flamant
(Nicollin).- La vaillance qui caractérise l’élevage avec un peu de brio supplémentaire aux planches pour 15 minutes qui relèvent le niveau du concours. Pour ses séries et ses coups de butoir (une bonne dizaine), six Carmen et le prix du jour.

Luc PERO



Trophée des As : Villard, 6,5 points ;
A. Benafitou, 6 ; Sabatier, 4,5 ; Ouffe, 3,5.

 

11/04/2010

BEAUCAIRE : 1re JOURNÉE DU MUGUET D'OR

Dimanche 11 avril 2010

VILLARD PREND LES COMMANDES DU MUGUET...

Beaucaire 11 04 014.jpg
Villard en tête aprés la 1ère journèe.

Entrée : ½ arène. Organisateur : Affaires Taurines. Présidence : R. Arnaud. Raseteurs droitiers : Beaujard,   Jourdan, Marquier, Miralles, Moutet, Villard, Violet. Gauchers : Cartalade, Four, Khaled. Tourneurs  : Beker, C Garrido, Lebrun, Mata, Zerti.

Dans la vaste piste beaucairoise ce fut souvent la vague blanche aux attributs et le calme plat à presque toutes les ficelles. Néanmoins, Villard prend les commandes à distance devant Four tandis que Marquier et Jourdan se placent. Grévin termine bien la première partie. Co Blanco et Véran sont costauds et Espadon termine brillamment.

L’unicorne SANTOS (Chauvet) court fuse et se dégage comme il peut aux rubans. Il se soulève aux ficelles sur Villard mais réintègre le toril à la septième sur blessure à l’œil. 1 Carmen. 
Beaucaire 11 04 043.jpgCABOSSE (St Pierre) subit un assaut en règle aux pompons puis desserre l’étreinte aux ficelles grâce à un meilleur placement et des poursuites cornes pointées sur Violet et Moutet. Sa fin de course manque de pression blanche et il rentre une ficelle en musique jouée deux fois.
Deux minutes intenses puis GREVIN (Baumelles) promène les blancs et les attend. Classique, aller à la tête est plus difficile que d’en sortir. Bousculé sur la fin il offre un joli final mais conserve ses ficelles. 1 Carmen et rentrée.
Rapide, CO BLANCO (Lautier) annonce d’entrée la couleur aux planches. Barricadier, il fait l’effort une dizaine de fois sur Four (4), Villard (2), Jourdan, Miralles, Khaled et Cartalade. Dangereux, il accuse un peu le coup sur la fin mais conserve ses ficelles. 5 Carmen et rentrée. Coureur, VERAN (Allard) n’y voit que du blanc aux attributs puis aux ficelles il chasse, contrôle et serre Villard de très près. Généreux, il tape sur Violet (2) et Villard. Il passe son examen de passage grande piste avec mention et rentre se première ficelle fortement primée. 3 Carmen et retour.
Trapu, NEVERS (Blatière) est assailli mais c’est un cogneur. Il fonce tête baissée dans les planches sur Villard (2) et Jourdan, les brise sur Moutet et les démonte après Four. Lourdaud, il saute et crée la frayeur après Zerti. Il décourage les hommes et conserve lui aussi ses ficelles. 1 Carmen et rentrée.
Pétillant aux planches, ESPADON (Saumade) offre douze minutes étincelantes avec une dizaine de grandes actions aux bois. Il est vif, rapide et accélère à la sortie du raset mais sait aussi se mettre en valeur sur es séries. Un espadon frétillant qui termine sur une bonne note avec 6 Carmen et retour.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Four (13), Villard (11), Marquier (8), Jourdan (6), Cartalade (3), Moutet (2), Violet (1).

Trophée des Raseteurs : Beaujard (4).

 

Classement Muguet d’or : Villard (17), Four (13), Marquier (11), Jourdan (8), Cartalade et Violet (3), Beaujard et Moutet (2).

 

Beaucaire 11 04 071.jpg
ESPADON et Violet
Beaucaire 11 04 033.jpg
CO-BLANCO et Jourdan

22/03/2010

MEJANES

A GARLAN (Les Baumelles) et B.Villard
le 1er Trophée du Vaccarès

GARLAN.jpg

Photos Luc PERO

 

Entrée: ½ arène. Organisateur: PFM. Présidence: P Gibert. Raseteurs droitiers: Auzolle, Ayme, Miralles, Rey, Villard, Violet Gauchers: A & N Bénafitou, Errik, Four Tourneurs: Bensalah, Dengerma, T Garrido, Mata, Ranc

 

ARLESI 4.jpgMalgré le temps incertain, les arènes de Méjanes enregistrent une belle affluence pour le premier trophée du Vaccarès embelli par la présence de la péna de St Etienne du Grès, les demoiselles de la reine d’Arles et les arlésiennes en charrette. L’ensemble taureaux-raseteurs est cohérent et compétitif même si les deux derniers taureaux passent rapidement sans démériter à ce niveau. Garlan est la difficulté majeure et Verdaou un solide cocardier qui s’affirme. Villard meilleur animateur est talonné par Auzolle, Adil Bénafitou et Four déjà très affûtés.

Hargneux et agressif aux planches, GÉRICAULT (Chauvet) offre un peu plus de dix minutes généreuse face aux raseteurs déjà bien en jambes qui lui font réaliser quelques actions percutantes. 3 Carmen et rentrée.
Plus accessible, GREGAU (Saumade) d’abord volontaire subit la loi des hommes malgré deux fortes poussées derrière Villard et Auzolle dans presque neuf minutes avec 2 Carmen et retour.
En moins d’une minute Auzolle s’octroie les attributs de JODIAS (Nicollin). Aux ficelles, le bioù met du cœur au combat avec des arrivées percutantes sur Miralles, Violet et Auzolle mais six minutes suffisent pour lui faire réintégrer le toril. 3 Carmen.
Cocardier solide, VERDAOU (Allard) trouve peu à peu sa place et ne lâche rien facilement. Coup de revers, engagement et agressivité sont les principes qu’il met le plus souvent en évidence avec Four qui lève la première ficelle à la quatorzième. 8 Carmen et retour.
D’entrée positionné cul aux planches, GARLAN (Les Baumelles) engendre l’hésitation. Les premiers rasets tardent. Ses poursuites sont fulgurantes et Adil Bénafitou est enfermé sèchement à plusieurs reprises. Aller à la tête est problématique car le taureau est en permanence aux aguets. Adil Bénafitou lève le premier gland à la dernière minute d’une prestation dominatrice. 6 Carmen dont rentrée.
La petite étoile, ESTRELLOUN (Caillan) brille une demi-douzaine de fois aux planches dans de puissants coups de barrière mais lorsqu’il s’éloigne du terrain des planches il est vulnérable face à des crocheteurs expérimentés qui lui laissent peu de chance en sept minutes. 6 Carmen et rentrée.
Décidé, GASTABOÏ (Guillerme) se jette sur tous les rasets avec conviction et cornes pointées en avant. Quelques percussions aux planches mais lui aussi ne dépasse pas les sept minutes face à des crocheteurs adroits. Il rentre néanmoins bouche fermée avec de la réserve sous les sabots. 5 Carmen et retour.

 

Eric AUPHAN

 

GERICAULT.jpg
GERICAULT - Auzolle
GARLAN 1.jpg
GARLAN - A.Benafitou
ESTRELLOUN.jpg
ESTRELLOUN - Villard

11/11/2009

VERGEZE : COMPLETE DE BLATIERE

Mercredi 11 novembre 2009

C'EST LA FIN DE SAISON QUOI !

 

VERGEZE2.jpg
Césarion met le turbo après Benjamin Villard

Panturle.- Un beau gabarit qui trouve immédiatement les terrains appropriés pour défendre ses attributs. Il distribue de bonnes ripostes parfois conclues dont un puissant engagement après Villard. Collabore avec franchise dans les enchaînements et Benafitou cueille la 2e ficelle à la 13e. 2 Carmen.Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : commission des festivités. Président : Dijol. Raseteurs droitiers : Chig, Garcia, Gros, Marquier, Villard. Gauchers : A. Benafitou, M. Sanchez. Tourneurs : Bensalah, Euzeby, Mata, G. Rado

Température idéale pour cette clôture de la saison vergézoise. Sept cocardiers de Blatière-Bessac  travaillés par un cocktail de raseteurs As-Avenir d’où ressortent Marquier, Benafitou, Villard dans une course qui ne s’est jamais emballée si ce n’est sur les facéties de Chouan. Ambiance décontractée en piste et sur les gradins, c’est la fin de saison quoi !

Manillon.- En mouvement ou placé, il n’est pas toujours intéressé par le jeu. Trois conclusions mollassonnes sur Villard, une sur Chig  et une série pour rentrer ses ficelles.
Mintau.- Le Long des planches, il n’en fait qu’à sa tête et il faut vraiment le rentrer pour qu’il participe ce que font le mieux Benafitou, Marquier et Villard. Une grosse conclusion sur Marquier, à la 14e, et il rentre ses glands aidé de "Patience" le simbeu. Carmen diversement apprécié.
Jivago.- En mouvement, il ne facilite pas les beaux rasets. Pourtant, sur un bon cite de Benafitou, il passe à travers les planches. Parfois distrait, il manque de jus dans l’ensemble même s’il s’emporte vigoureusement sur un superbe raset de Marquier. Rentre sa 2e ficelle sans convaincre. 2 Carmen.
Césarion.-
Cocardièrement placé, il palnte quelques belles accélérations (Marquier, Villard) et met le turbo après Villard. Mais les hommes tournent au ralenti. Ça s’anime enfin avec des séries ponctuées aux planches, notamment après Villard et Benafitou. La 2e ficelle au toril. 5 Carmen.
Napoléon.- Montre d’entrée de l’agressivité, du coup les blancs s’en méfient. Attentif, facile sur le raset, mais imprévisible, à tout moment il peut fuser. Il s’emporte après Villard, conclut sur Marquier, sans plus. Napoléon s’est frisé les cornes, il a eu les blancs à l’esbrouffe. Rentre ses ficelles en silence.
VERGEZE3.jpg◄ Chouan.- Que voilà un convalescent en pleine forme. Un sauteur de première qui franchit allégrement les barrières. Séquence émotion avec Villard qu’il surprend en contre-piste. Du coup, rideau, les blancs ne s’aventurent guère devant ce méchantas. Si ce n’est les deux dernières minutes, où , raseté, il déploie beaucoup de punch déclenchant enfin les applaudissements et y laissant cocarde et pompons. Les ficelles au toril en musique.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Mathieu Marquier un des meilleurs animateurs
de cette après-midi, ci-dessous avec Césarion

vergeze1.jpg
CHOUAN - Villard.jpg
Chaud le Show CHOUAN/Villard !


18/10/2009

VENDARGUES : 7e TROPHEE ROGER-ITIER

Dimanche 18 octobre

DES CONFIRMÉS ET DES PROMETTEURS

Entrée: plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Garcia, Jourdan, Outarka, Villard. Gauchers:Cartalade, Ouffe, Poujol. Tourneurs: Beker, T. Dengerma, Kerfouche, Mata, Zerti.

Ruy Blas de Cuillé pour le meilleur taureau de la saison
, Trophée Roger-Itier ; Mascarat (manade Bon) meilleur espoir pour sa course du 29 mars, Trophée Eugène-Cammal ; et Benjamin Villard, prix du raseteur pour son travail aux ficelles («Et le reste», dixit Serge Hermet), voilà les prix attribués par le CT La Muleta en clôture de sa saison. Azzaro dernier taureau de la course du jour aurait mérité au moins un accessit.
Les gradins bien remplis témoignent de l’intérêt pour ce concours Cuillé, Lagarde, Ricard qui a tenu ses promesses, raseté sur un rythme tonique jusqu’à parfois obliger le président à intervenir pour calmer le jeu. Villard, la locomotive, et Poujol se font – bien – voir, aidés de Ouffe, Outarka par moments.
Eigouzo (Lagarde).- Il allie placement et actions dangereusement offensives ponctuées de nombreux Carmen. Sur sa 2e ficelle qu’il rentre, il durcit sa position et demande des rasets de plus en plus engagés où là il tape (Outarka). Musique.
Chivas (Ricard).- Affiche sa méchanceté et tamponne de bon cœur. Certes, il se disperse un peu mais sur les longs rasets de Villard (4), Poujol, Ouffe, il conclut et parfois bascule. Villard met un terme à la 12e, Chivas à ses trousses. 5 Carmen et retour.
Eros (Ricard).- Remuant, il met du jus dans ses poursuites, se montrant excellent partenaire dans de nombreux enchaînements. Poujol, Ouffe, Villard lui servent des rasets de classe qu’il honore goulûment mais avec un peu de naïveté. Une ficelle rentre, 4 Carmen et retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Malgré son expérience, les hommes le soumettent à un dur régime. Pourtant maître de son terrain, il reste vigilant et se révolte en se dressant après Poujol, Garcia, coince le pied de Jourdan, se cabre après Ouffe et signe un énorme engagement après Villard. 6 Carmen, rentre une ficelle.
Janeiro (Ricard).- Qui osera le premier raset<TH>? Du centre, Janeiro toise les blancs… attend et s’évade, s’évade… Villard ose et coupe la cocarde (à la 7e). Janeiro étale sa vitesse d’exécution finissant de glacer ses adversaires. Pourtant, Villard replonge dans les cornes et cueille la cocarde (9e), alors Janeiro se désintéresse et lâche comme sur le petit enchaînement qui suit. Ce qu’il attend Janeiro c’est la faute, l’hésitation, le ralentissement de l’homme et là il explose. Comme sur Villard (13e), le seul à essayer encore… Le second gland au toril en silence.
Racanel (Cuillé).- La palme du courage à ce classique généreux qui ne refuse rien et à qui les tourneurs mettent une pression inutile. Magnifiques les longueurs de Villard, Garcia, Poujol, Ouffe... Racanel s’engouffrant sans jamais refuser. 13’30 avec 6 Carmen et retour.
Azzaro (Lagarde).- Six ans, pétris de qualité, que voilà un bel espoir<TH>! Du placement, de la méchanceté, il déboule après les blancs et se balance haut. Des coups de barrière puissants où il zèbre le pantalon de Ouffe, bombarde Villard… Azzaro dicte sa loi jusqu’à rentrer ses ficelles. Des Carmen.

Martine ALIAGA

 

APARTÉ
UN PETIT AIR DE MATERNELLE

Aux trois premiers taureaux chacun rasète à sa main, passe à peu près à son tour... Et tout d'un coup - on est déjà au 4e taureau - les tourneurs se fâchent, se gênent, se disputent... jusqu'au rappel à l'ordre du président de course. Là un ange passe, regards innocents... "Non c'est pas moi, c'est lui...". Bon ça se calme... Mais Ruy Blas a vu pendant un moment 36 chandelles... Janeiro pas de problème, il n'y a que Villard pour le passer. Arrive Racanel, (trop) bon comme un bon pain, pas une once de vice, rasets longs superbes... Et d'un coup rebelote, en piste, on s'insurge, on se bouffe le nez... Intervention présidentielle... "Euh oui, mais ils avaient fait trois rasets d'affilée et là c'était à nous"... Un peu juste quand même et même injuste pour Racanel qui a vu le KO de près. Et ça repart tranquillou... Etonnant non ! Allons messieurs, à l'âge que vous avez... elle est loin la cour de l'école maternelle !

12/10/2009

FINALE DES AS : LE COIN DES SUPPORTERS

Chacun a supporté son idole dans la bonne humeur et sans débordements intempestifs. A l'applaudimètre, les deux principaux raseteurs de la saison se sont partagés les applaudissements.

▼ LES SABRINISTES

3SUPPORALL.jpg

LES BENJISTES

 

1SUPOR.jpg

*********************

FINALE DES AS : LA COURSE

Dimanche 11 octobre 2009

UNE COURSE TRES COCARDIERE
ET LA - BONNE - SURPRISE DE LA PREMIERE PARTIE

 

Entrée : presque plein, environ 10 000 spectateurs. Présidence : Claude Chevalier. Organisateur : SA Jalabert Frères.
Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Jourdan, Marquier, Sabatier, Villard.
Raseteurs gauchers : A. Benafitou, Four, Martin-Cocher, Ouffe, Poujol.
Tourneurs : Benzegh, Dunan, T. Garrido, Mata, Zerti.

Une course très cocardière où il a manqué un barricadier pour clôturer avec panache, notamment pour le grand public. Mais un ensemble de qualité avec une première partie agréablement surprenante, un Biou d'Or (4e) qui, a 8 ans, a goûté à la grosse compétition sans démériter mais sans dominer totalement non plus. Pasteur a toutefois une marge de progression pour une prometteuse carrière.

1GER.jpg◄ 1er - Géricault (Chauvet)
Agressif et toujours dangereux aux planches, il ne cède rien du terrain qu'il défend. Un oeil sur la contre-piste, menaçant sur chaque intervention qu'il conclut spectaculairement après Jourdan, Villard, Four, Allouani. Benji dans les cornes, tape après Four, des séries, des coups aux planches... Excellent premier qui rentre une ficelle. Et le prix du meilleur taureau du jour décerné par la Commission du Trophée Taurin en totale adéquation avec le public.
6 Carmen et retour.
(Photo avec B. Villard).

2PETITL.jpg► 2 - Petit Lou (Chaballier).- Comme au précédent, les hommes mènent un train d'enfer. Petit Lou lâche facilement ses premiers attributs. Mais ne se laisse pas leurrer, attentif à ce qui se passe en piste et derrière les planches où il aimerait bien faire du large. Poujol lui sert de belles courbes dans lesquelles Petit Lou s'engouffre ; Marquier, Allouani, Villard le provoquent, il ne refuse rien présent jusqu'aux bois. Allouani ouvre, travaille et lève la 1re ficelle ; à Marquier la seconde à la limite du temps. Très bonne prestation. 7 Carmen et retour (Photo avec A. Gleize).

3EM.jpg3 - Autre style avec Embrun (Nicollin).- Soumis à gros rythme au début, brave et généreux il prend tout. Sans refus et sans difficulté non plus. L'intensité du début tombe un peu et alors, en tête à tête, Embrun pousse plus fort après Poujol, Auzolle, serre Poujol, A. Benafitou et encore Poujol pour quelques sévères répliques.  Voilà de quoi bien clôturer la première partie. 1 ficelle rentre avec 3 Carmen et retour (Photo avec L. Auzolle).

**********

 

4PAS.jpg

Les vainqueurs du 58e Trophée Taurin Midi Libre - La Provence
Sabri Allouani et Pasteur Biou d'Or

▲ 4 - Pasteur (Fabre-Mailhan).- Il se fait surprendre sur ses déplacements pour ses premiers attributs. Mais attention, ses  engagements sont puissants et conclus, Auzolle, Villard (2). Le tempo s'accélère : superbe anticipation sur Villard puis un long raset de Poujol, encore Villard, coup de barrière sur Auzolle. Le biou peine mais fait face. Cul aux planches, pour sa 2e ficelle, il laisse passer l'orage mais  reste vigilant et envoie une corne menaçante sur Auzolle. Pasteur se garde en fin de parcours et ramène une ficelle primée à 2 000 euros. 7 Carmen et retour.

5CO.jpg◄ 5 - Coyote (Caillan).- Il attaque, déterminé dans ses poursuites et défend sévèrement son terrain. Du coup les blancs ne lui sautent pas dessus. Dangereux, il surprend Four qu'il cueille à la planche (heureusement sans mal), et gratifie Marquier, Villard de belles ripostes. Un peu sévère pour cette 5e place, il garde une ficelle attribuée à Auzolle au détriment, me semble-t-il - de Ouffe. 1 Carmen et retour (Photo avec Hadrien Poujol).

6YV.jpg► 6 - Yvan (Le Pantaï).- Comme d'hab. son début en piste est brouillon et il se laisse plumer. Mais par une grosse réaction sur A. Benafitou, une anticipation sur Sabatier, une magistrale enfermée sur Poujol, une attaque sur Benaf dont il coince la jambe à la planche, plus un léger accrochage sur Jourdan, il retrouve le style que le public lui aime. En revanche, en alternance des passages à vide même s'il finit fort avec une longueur sur Gleize, sur Poujol, anticipation Benafitou, s'engage fort avec Benjamin ; et encore Benafitou pour plusieurs corps à corps. 14 minutes en dent de scie avec 8 Carmen et retour (Photo avec B. Four).

▼ 7 - Mathis (Lautier).- Offensif, il fait monter l'ambiance avec ses caractéristiques agressions aux planches. Villard fait le spectacle et mouille le maillot. Mais Mathis s'engage plus ou moins et manque lui aussi de détermination. Il faut le motiver et rester avec lui  ce que  font Villard, Allouani, Poujol, Auzolle, Marquier... avec plus ou moins de réussite. Rentre une ficelle. Des Carmen et retour (Photo avec B. Villard).

 

7MAT.jpg

 

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER

 

*************************************

 

09/10/2009

58e FINALE DU TROPHEE DES AS

LES HOMMES

EN PLACE POUR LA CAPELADO ARLESIENNE

 

CAPELADO.jpg

 

Dimanche, c’est la 58e finale du Trophée des As. Douze valeureux raseteurs vont affronter sept redoutables cocardiers dans l’amphithéâtre arlésien où Sabri Allouani va décrocher un 9e titre. Un record de victoires difficile à battre. Cette saison, il réalise le grand chelem avec la prestigieuse Cocarde d’Or et la Palme d’Or. Champion expérimenté et sportif accompli, il n’a plus ses jambes de vingt ans mais sa soif de victoire est intacte.
Son dauphin Benjamin Villard est pétillant. Toujours loyal et respectueux envers le public il l’est aussi avec ses adversaires noirs et les avantage souvent dans des rasets spectaculaires. Un chouchou auprès du public. Après une année d’absence, Alexandre Gleize est de retour avec une soif de rasets. Toujours souriant, il ne s’économise pas et se transforme souvent en leader de course. Un sympathique retour. A gauche, le jeune Saintois Bastien Four effectue une saison pleine d’espoir. Parti sur les chapeaux de roue, il marque un peu le pas mais sa première saison est très prometteuse. Le vainqueur 2007 Loïc Auzolle est un travailleur. Un peu en manque d’efficacité cette année, on peut compter sur lui et sur son abnégation. Honnête, Julien Ouffe s’implique toujours loyalement dans son rôle et ne déçoit jamais. Un gaucher virevoltant dont la présence est un gage de réussite.
Élégant, Hadrien Poujol déçoit rarement mais perturbé par des ennuis physiques à répétition, il a du mal à retrouver son meilleur niveau. Il s’offre une méritoire 7e place. Habitué au podium, Adil Benafitou a eu un début de saison difficile. Il s’accroche et fait parti des bons gauchers du moment. Avec plus de constance, il peut viser plus haut. Le physique est le point fort de Mathieu Marquier, un garçon pétri de qualités qui a tout pour réussir mais doit parfois se faire violence devant la difficulté. D’un caractère trempé, Victor Jourdan est le combattant type. Insensible aux chocs, il paye souvent de sa personne mais n’abdique jamais. Fougueux, Damien Martin-Cocher est capable de rivaliser avec les meilleurs et sait avantager les taureaux pour des actions souvent spectaculaires. Après un début en demi-teinte, David Sabatier revient dans le coup et effectue une bonne fin de saison.
Au classement, les jeux sont faits et même si quelques places sont incertaines, on espère que tous auront à cœur de briller de mille feux.

Eric AUPHAN

Photo C. ITIER