Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2013

AU PANTAÏ

Samedi 7 décembre 2013 - A LA MANADE DU PANTAÏ

Au pays d’Yvan et Gavot

GAVOTYVAN.jpg

Les deux vedettes posant pour les photographes

Samedi dernier, par une belle journée ensoleillée malgré le vent, Hubert et Françoise Manaud, propriétaires de la manade Lou Pantaï aux Saintes-Maries-de-la-Mer, avaient convié organisateurs, amis et amateurs, à un rassemblement amical et convivial marquant la fin de la saison.

Le maître des lieux et ses hôtes sont partis à la rencontre tout d’abord des vaches et de leur progéniture. Ensuite visite aux cocardiers qui ont fait ou feront demain les heures de gloire de la devise “bleu et blanche”. L’occasion de saisir sur le vif, deux taureaux marquants de la manade, le retraité Yvan et Gavot. L’élevage qui a fêté en 2012 son 20e anniversaire se porte bien avec les Beleu, Boncœur, Felibre, Pernen et Saint-Louis, entre autres.

De retour au Mas de Bardouine, les discussions animées  se sont poursuivies autour d’un excellent apéritif dînatoire jusqu’en milieu d’après-midi.

CYRIL DANIEL

08/05/2013

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 5 mai 2013, en matinée - Grand-Rendez-vous du Trophée Taurin - Première journée du Trophée Albert-Dubout

DU BON DUBOUT (ALBERT)

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Scipion de Saumade et Amine Chekade

Un rendez-vous sérieux pour un Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin, première journée du Trophée Albert-Dubout. Les hommes ont calé au 6e taureau de la matinée mais se sont montrés au niveau auparavant. Mention à Chekade, qui reçoit l’approbation de la commission du Trophée Taurin, et à Errik, travailleur à tous les taureaux et souvent sur les rasets d’attaque.

Et si Garlan et Marcia livrent de belles joutes chacun dans son style, Yvan et Scipion font grimper la note qui aurait pu exploser si Pourpier avait eu plus d’occasions de briller.

Prosper (Blatière-Bessac).- Coureur, prend les rasets ou pas. Pas très engagé avec les droitiers pour quelques belles poursuites gauchères. 9’30.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

▲ ça passe juste pour Loïc devant Yvan

Yvan (Le Pantaï) force le respect. A 13 ans, le taureau du Pantaï est toujours aussi vigilant et ses pointes de vitesse le font vite respecter par des hommes qui l’avaient attaqué la fleur au fusil. Des enfermées superbes (Errik, Auyme, Auzolle, Chekade), des séries, une bonne gestion de la piste. Avec expérience, il se ménage quelques temps de récupération puis repart au combat jusqu’à rentrer ses ficelles. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo sur Outarka - Scipion (Saumade) met d’entrée les pendules à l’heure sur les plus pressés à choper les pompons. Agressif, remuant, il s’enfile de longues séries sous les applaudissements et des finitions tapantes la corne en embuscade. Auzolle, Errik, Poujol, Chekade, Ayme sont plusieurs fois raccompagnés avec fracas, et ce magnifique coup de barrière sur Outarka. La bagarre sur la 1re ficelle est rude, mais Scipion à la tête au combat et rentre l’autre. 8 fois la musique et les spectateurs qui scandent le Carmen de retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Avec Chekade, un beau duo - Garlan (Les Baumelles).- A blanc, de loin, à la reprise... ça ne se bouscule pas pour le premier raset. Bien sûr cul aux planches, Garlan surveille. Chekade relèvera le défi pour la coupe et les deux glands en récompense. De belles sorties sur Outarka, Allouani, Chekade, Ouffe, Garlan ne fait le déplacement que si ça vaut le coup. Quelques séries, le taureau durcit son jeu et rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik aux avants-postes - Marcia (Fabre-Mailhan).- Généreux sans lâcher un pouce de terrain. Les longues séries sont conclues cabré à la poursuite des hommes. Droite, gauche, Marcia y va de bon cœur et tamponne allégrement. 13 minutes pétillantes et de qualité. 7 Carmen et retour.

Brutus (Lautier).- Ça se gâte un peu. Les hommes baissent pavillon et Brutus s’éteint. Trop de temps morts, des séries, mais Brutus manque de charge et l’intérêt décline. Rentre une ficelle, 1 Carmen et 1 généreux au retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik toujours à la manoeuvre - Reste Pourpier (Saumade, hors points). Il est en forme, les hommes un peu moins. Errik s’y colle, Pourpier s’explose. Dommage que les blancs ne lui donnent pas plus d’occasions  de briller car sur Outarka, Auzolle, Ayme ou Poujol, ses engagements sont superbes. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER 

Entrée : 2/3 d’arène. Orgagnisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Poujol, Errik. Tourneurs : Khaled, G. Rado, Baccou, Ull, T. Garrido.

Trophée des As : Poujol: 22 points ; Auzolle et Chekade, 20; Errik, 16; Villard, 8; Allouani, 6; Ayme, 4; A. Benafitou, 2; Ouffe, 2.

17/08/2010

LE GRAU DU ROI *AS*

Dimanche 15 Aout

GUEPARD, YVAN, RODIN, ALESIEN, NIZAM
FONT CHAVIRER LE GRAU

GUEPARDGROS.jpg

hispa.jpgGradins bondés avec en ouverture un tableau hispano-Camarguais,réalisé entre autres par le groupe l'Etoile de l'Avenir, Renaud Vinuesa et Olivier Boutaud. Une Capelado originale s'en suit et le traditionnel concours du 15 Aout pouvait débuter. En piste Gros, Violet fers de lance, Allouani, Poujol la classe à l'état pur, Auzolle batailleur, A.Benafitou, Ouffe et Moutet pour de bons passages. Cinq tourneurs. A la présidence Jacques Valentin dans une forme olympique prêt pour battre un record, "booste" au maximun les acteurs en s'époumonant pour annoncer les fortes primes. Tous les cocardiers ont dans l'ensemble répondu aux attentes d'un public satisfait à la fin de la course.

LANCIER de Lautier, a fait sa course habituelle, mettant parfois du danger sur les blancs ou les ignorant totalement.
ALESIEN de Briaux, si ce n'est pas trop sa place de sortie, il s'en accommode parfaitement et fournit une prestation sérieuse et spectaculaire. Des enfermées, des arrivées sérrées pour Gros, Benafitou, Ouffe, des coups de barrières et six fois la musique avec ses ficelles au retour.
EROS de Ricard, rentre ses ficelles aprés avoir joué dans le registre classique qu'il agrémente brillamment par des enchaînements toniques. Pour sa vaillance cinq fois la musique.
Aprés la pause, un peu de nostalgie avec les adieux de PESQUIE de Saumade, le barricadier va désormais rejoindre TRISTAN dans le prés des retraités.
YVAN du Pantaï, le petit taureau du Château d'Avignon fournit une fois de plus une prestation de haut niveau. Anticipations, enfermées et poursuites dangereuses (Auzolle 3 fois) c'est son registre qu'il étale volontiers. Allouani lui sert un caviar longueur de piste pour une arrivée percutante aux planches. Allouani encore travaille, et fait exploser la premiére ficelle que Moutet lève à 1200 Euros. La deuxième rentre et cinq Carmen sont entendus.
RODIN des Baumelles, est craint, d'ailleurs sa cocarde ne sera levée qu'à la septième minute. Le biou domine par son placement et sa vista pour faire avorter les attaques. Auzolle tente mais ... c'est Poujol qui parvient à le faire briller. On aurait aimé voir plus de travail car le taureau semblait être au top. Trois Carmen et les ficelles à 1500 Euros rentrent.
GUEPARD de Cuillé, au top il l'a été... comme à son habitude promeneur presque dilettante et pourtant il voit tout, s'intéresse à tout, surveille tout. Ses assaillants, Gros principalement sont gratifiés d'actions superbes ou l'engagement n'a d'égal que la dangerosité. Auzolle s'en mêle et subit le même traitement aux planches. En fin de quart d'heure Guépard se place et enchaîne une grosse série alors que les primes pleuvent sur sa ficelle... 50 Euros de plus, 100 Euros de plus, la ficelle est portée à 1900 Euros et la direction la porte à 2000 Euros, Gros esuie encore un monumental coup de barrière et la ficelle rentre. Public debout, ovation et des Carmen.
NIZAM de Blatière-Bessac, hors-points, difficile de sortir aprés les cracks, pourtant le Blatière pur jus va relever le défi et de belle manière. Un final explosif avec des actions d'une rare violence. Il brise plusieurs fois les planches, les traverse entièrement mais se prête aussi avec énergie au jeu des séries. Un feux d'artifice que les honneurs récompensent de nombreuses fois.

Texte et Photos Luc PERO

CAPELADO.jpg
La Capelado
PESQUIE.jpg
PESQUIE
ALESIEN.jpg
ALESIEN - Gros
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle
YVAN.jpg
YVAN - Auzolle
RODIN.jpg
RODIN - Poujol
GUEPARD-GROS.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD3.jpg
GUEPARD - Auzolle
GUEPARD 1.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD 2.jpg
GUEPARD - Auzolle
NIZAM.jpg
NIZAM - Gros
NIZAM 2.jpg
NIZAM suite de l'action au dessus
NIZAM 4.jpg
Après le passage de NIZAM
NIZAM 3.jpg
NIZAM et toujours Romain Gros




 

17/05/2010

NIMES *AS*

Dimanche 16 mai 2010 : 1re journée du Trophée Jean Lafont

LES RASETEURS EN PANNE
LES COCARDIERS DOMINENT OUTRAGEUSEMENT
LE PUBLIC EST DÉÇU

Entrée : environ 2000 personnes. Org. : Simon Casas Prod. Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 6e), Outarka (sort au 1er), Jourdan, Sabatier, Violet.
Gauchers : A. Benafitou, Cartalade, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Bensalah, Benzegh, Kerfouche, Ranc.

LES COCARDIERS : 1. Espeloufi de Fabre-Mailhan ; 2. Petit Lou de Chaballier ; 3. Joli Coeur de Fabre-Mailhan ; 4. Pasteur de Fabre-Mailhan ; 5. Yvan du Pantaï ; 6. Rodin des Baumelles ; 7. Saint-Rémois de Fabre-Mailhan, hp (prestation écourtée après un gros choc).

* Sabri Allouani, après un raset sur Rodin, prend un choc au burladero en sautant. Il annonce qu'il ne reviendra en piste que pour sa despedida à Lunel.

PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER

Adil Benafitou et Joli Coeur

A1.jpg
Pasteur et Violet
A2.jpg
Allouani et Rodin
A3B.jpg
******************************************

09/10/2009

58e FINALE DU TROPHEE DES AS

LES HOMMES

EN PLACE POUR LA CAPELADO ARLESIENNE

 

CAPELADO.jpg

 

Dimanche, c’est la 58e finale du Trophée des As. Douze valeureux raseteurs vont affronter sept redoutables cocardiers dans l’amphithéâtre arlésien où Sabri Allouani va décrocher un 9e titre. Un record de victoires difficile à battre. Cette saison, il réalise le grand chelem avec la prestigieuse Cocarde d’Or et la Palme d’Or. Champion expérimenté et sportif accompli, il n’a plus ses jambes de vingt ans mais sa soif de victoire est intacte.
Son dauphin Benjamin Villard est pétillant. Toujours loyal et respectueux envers le public il l’est aussi avec ses adversaires noirs et les avantage souvent dans des rasets spectaculaires. Un chouchou auprès du public. Après une année d’absence, Alexandre Gleize est de retour avec une soif de rasets. Toujours souriant, il ne s’économise pas et se transforme souvent en leader de course. Un sympathique retour. A gauche, le jeune Saintois Bastien Four effectue une saison pleine d’espoir. Parti sur les chapeaux de roue, il marque un peu le pas mais sa première saison est très prometteuse. Le vainqueur 2007 Loïc Auzolle est un travailleur. Un peu en manque d’efficacité cette année, on peut compter sur lui et sur son abnégation. Honnête, Julien Ouffe s’implique toujours loyalement dans son rôle et ne déçoit jamais. Un gaucher virevoltant dont la présence est un gage de réussite.
Élégant, Hadrien Poujol déçoit rarement mais perturbé par des ennuis physiques à répétition, il a du mal à retrouver son meilleur niveau. Il s’offre une méritoire 7e place. Habitué au podium, Adil Benafitou a eu un début de saison difficile. Il s’accroche et fait parti des bons gauchers du moment. Avec plus de constance, il peut viser plus haut. Le physique est le point fort de Mathieu Marquier, un garçon pétri de qualités qui a tout pour réussir mais doit parfois se faire violence devant la difficulté. D’un caractère trempé, Victor Jourdan est le combattant type. Insensible aux chocs, il paye souvent de sa personne mais n’abdique jamais. Fougueux, Damien Martin-Cocher est capable de rivaliser avec les meilleurs et sait avantager les taureaux pour des actions souvent spectaculaires. Après un début en demi-teinte, David Sabatier revient dans le coup et effectue une bonne fin de saison.
Au classement, les jeux sont faits et même si quelques places sont incertaines, on espère que tous auront à cœur de briller de mille feux.

Eric AUPHAN

Photo C. ITIER

08/10/2009

FINALE DU TROPHEE DES AS : LES COCARDIERS

SEPT DONT UN EN OR

 

Voici la présentation des sept cocardiers qui vont fouler le sable du grand amphithéâtre Arlésien au vu des courses effectuées au Trophée des As. La surprise, c’est l’absence de Rodin (5e) blessé et la sélection de Petit Lou. Ce dernier s’intercale en seconde position mais est capable de créer une bonne surprise. Géricault reste sur une superbe victoire à la Palme d’Or, Pasteur étrennera son titre, Coyote aura l’occasion de s’affirmer un peu plus au haut niveau, Yvan a les moyens de viser le prix du meilleur taureau s’il est dans les mêmes dispositions que l’année dernière et Mathis devrait offrir le feu d’artifice final. Dans l’ordre de sortie.

GERICAULT (Chauvet) N ° 013 - 9 ans - 3 sorties (19/04 Grau du Roi - 24/05 Istres - 27/07 Beaucaire). Peu sorti mais pétillant comme le champagne, le petit taureau de Cadenet a prouvé lors de la Finale de la Palme d’or en remportant le prix du meilleur taureau de la compétition qu’il pouvait s’imposer dans n’importe quelle arène.
PETIT LOU (Chaballier) N° 7196 - 12 ans - 6 sorties (19/04 Beaucaire - 03/05 St Rémy de Provence - 21/06 Grau du Roi - 12/07 Beaucaire – 18/08 Le Crès - 06/09 Nîmes). Habitué à ouvrir les hostilités le taureau est du genre coriace. Il faut de la technique pour ravir les attributs du cocardier de Lunel-Viel capable de sauter en contre piste pour chercher l’homme ou le spectateur. Il saura se faire respecter.
EMBRUN (Nicollin) N° 061 - 9 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 26/04 Vauvert - 23/05 Marsillargues - 21/06 Sommières - 22/08 Beauvoisin – 17/09 Grau du Roi) Pourrait faire de belles vagues si les hommes arrivent à surfer entre ses cornes. Un Nicollin plein de vaillance qui ne demande qu’à extérioriser ses qualités et toute sa noblesse.
PASTEUR allou.jpg◄ PASTEUR (Fabre-Mailhan) N° 128 - 8 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 17/05 Grau du Roi - 14/06 Lansargues - 18/07 Lunel - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi) Le bioù d’or réalise une saison complète. Il est vif et maîtrise l’anticipation à merveille et quand son adversaire blanc le tire dans des rasets avantageux, il sait finir de façon rageuse aux planches. Placement, intelligence, il n’est pas facile à manœuvrer des deux côtés. Espérons que le bioù d’or ne rate pas sa finale comme cela est si souvent arrivé.
COYOTE (Caillan) N° 209 - 7 ans - 4 sorties (15/03 Mauguio - 13/04 Mouriès - 23/08 Eyragues - 13/09 Châteaurenard). Il est le plus jeune mais déjà une sérieuse difficulté. Difficile, il est appréhendé par les raseteurs qui ne sont pas légion à se bousculer sur son frontal. Seul le duo Allouani - Villard semble le maîtriser et à son âge il est un sérieux candidat pour la saison prochaine.
YVAN VILLARD.jpg► YVAN (Lou Pantaï) N° 020 - 9 ans - 6 sorties (23/03 Vauvert - 19/04 Beaucaire - 05/07Chateaurenard - 27/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi). Toujours régulier le petit bioù du mas de Bardouine maîtrise le combat à merveille. C’est le cocardier type qui gère l’espace et anticipe à merveille même si cette saison il a baissé le pied à deux reprises. Sa finale l’année dernière avait été somptueuse, souhaitons qu’il en soit de même cette année. 
MATHIS.- (Lautier) 812 - 11 ans - 07 sorties (14/03 Saint Martin de Crau - 19/04 Grau du Roi - 10/05 Palavas - 31/05 Les Saintes Marie de la Mer - 12/07 Beaucaire - 15/08 Grau du Roi - 13/09 Châteaurenard). Le bioù d’or 2006 a un côté spectaculaire capable d’enchanter les gradins. Nul doute que le taureau du mas de Reboul sera à la hauteur de l’évènement et terminera la course sur une note barricadière.
Quant à RODIN (Les Baumelles) N° 911 - 10 ans - 6 sorties (13/04 Lunel - 10/05 Palavas - 12/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 06/09 Nîmes). Initialement prévu en cinquième position le taureau ne pourra pas participer à la finale en raison du réveil d’une blessure contractée lors de sa dernière course à Nîmes. Dommage pour les afeciouna, le taureau et la course camarguaise.

 

Eric AUPHAN

Photos C. ITIER

21/09/2009

LE GRAU-DU-ROI : 39e FINALE DU TROPHEE DE LA MER

Dimanche 20 septembre 2009

SUCCES POPULAIRE :
DU BON, DU TRES BON ET QUELQUES DECEPTIONS

GRAU1.jpg

L'affiche promettait et les spectateurs ont répondu présent. Bien avant l'heure de la capelado, Le Grau plein comme un oeuf s'attend à la fête totale et patiente enchanté du tri en piste proposé par l'équipe de Renaud Vinuesa. A la présidence Jacques Valentin, assisté de Régis Fesquet, salue à la capelado les droitiers Allouani, Auzolle, Garcia, Jourdan, Outarka, Villard, les gauchers A. Benafitou, Mebarek, Ouffe et les tourneurs Benzegh, Beker, Bensalah, Mata, Zerti. Il mènera les débats sereinement en faisant monter les enchères et l'ambiance bien à propos, sans aucun problème avec des acteurs blancs, en ce jour, bien disciplinés. Pourtant, malgré la qualité de certains échanges, l'arène n'a jamais basculé dans la folie des grands jours. Pourquoi ? Celui qui a la réponse détient la clef du paradis camarguais.

GRAU2.jpgLES TAUREAUX : Pasteur (Fabre-Mailhan, 5e ◄ photo avec Allouani) remporte les suffrages. C'est mérité. Le cocardier des Bernacles dominateur, attentif, a compliqué le jeu par sa vista, sa solidité, ses anticipations et rentre ses ficelles superbement primées. Yvan (Le Pantaï, 4e) a alterné le bon et le moins bon mais ses quatre minutes (de la 10e à la 14e) ont été un modèle du genre. Flamenco (du Joncas, 3e) n'a pas été raseté au bon tempo. Les rasets au compte-goutte ne sont pas son fort, c'est quand les enchaînements s'accélèrent qu'il brille. Là les hommes n'ont pas assez insisté. Clodomir (Bon, 7e hors points Trophée, comptant pour la Mer, en supplément dix minutes) a bien joué son rôle aidé des blancs. Guépard (Cuillé, 6e) n'était pas dans un bon jour, il a manqué de mordant et de sollicitations.  Gregau (Saumade,  1er) ponctue son quart d'heure de quelques agressions et Bambou (Chauvet, 2e) s'éteint à la 8e.

LES HOMMES : Allouani maîtrise au mieux sa fin de saison. Il s'implique notamment avec Pasteur avec qui il décline la gamme des rasets réservés aux grands. A. Benafitou et Ouffe s'investissent tout au long de l'après-midi et prennent respectivement la 3e et 2e place. Villard, assidu, mouille le maillot et Garcia, toujours appliqué et propre dans son bon travail. 

LE PALMARES : Meilleur taureau, Pasteur de Fabre-Mailhan.
Meilleurs raseteurs : 1. Allouani ; 2. Ouffe ; 3. A. Benafitou.

GRAU3.jpg

▲ Julien Ouffe avec Clodomir de Bon
▼ Adil Benafitou avec Yvan du Pantaï
GRAU4.jpg
▼ Benjamin Villard et Flamenco du Joncas
GRAU5.jpg
****************************************
LA COURSE
Gregau (Saumade).- En mouvement, répond à tout avec des accélérations parfois bien abouties (Jourdan, Auzolle, Allouani 2 fois et A. Benafitou). 1 ficelle au toril 5 Carmen et retour.
Bambou (Chauvet).- Tou feu tout flamme à sa sortie, des réactions sévères qu'il accompagne de la corne (Allouani, Ouffe, Garcia), un escrimeur qui impose la réflexion. Mais à la 8e, cul aux planches, sélectionne jusqu'à ne plus rien vouloir. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen pendant, plus rentrée (contesté).
Flamenco (Le Joncas).- Les premiers attributs se volatilisent en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. Aux ficelles, il n'est pas assez sollicité et perd en concentration sans trouver son placement. Dommage, car dans les dernières minutes, où là les rasets s'enchaînent, Flamenco se chauffe notamment pour conclure rageusement sur Villard,  Garcia, Jourdan, Ouffe. Les ficelles à la maison. 3 Carmen et retour.
Yvan (Le Pantaï).- Il alterne les déplacements brouillons où il est vulnérable, les placements  dans les planches d'où il laisse passer et les très bons moments où, surtout avec A. Benafitou et J. Ouffe, on retrouve le cocardier qu'on aime, coupant le terrain, offensif jusqu'aux planches, dangereux par sa vitesse. Le raset du jour : celui de Julien qui l'embarque le long des planches et qui dure... dure... jusqu'à l'explosion aux bois. Aussi du danger avec Benafitou, anticipé ; Outarka quiché ; Villard pressé. Des Carmen (7 tout de même !) et retour.
Pasteur (Fabre-Mailhan).- Placement et déplacements maîtrisés, puissance, rapidité. Deux petits pas de côté pour fermer la porte et la vista en prime. Prend deux rasets (qu'avec ceux qui le défient dans son terrain) et se repositionne. Anticipations et longs rasets (Allouani 4 fois, Villard 2 fois, Auzolle, Outarka) sont de purs moments d'aficion ; sans parler de ce long site de Sabri qui finit en explosion aux planches. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Guépard (Cuillé).- Sans se placer, au petit trot, honore des séries qu'il conclut de belle manière quelques fois (Allouani, Outarka, Villard). C'est avec Benjamin Villard, qui lui propose de longs échanges qu'il va le plus briller même si aujourd'hui il manque de mordant et aussi de solliciations. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.
Clodomir (Bon, hp).- On oublie son gros gabarit et ses cornes impressionnantes vu la légéreté avec laquelle il saute en contre-piste. Met du coeur derrière les hommes et mieux vaut s'accrocher haut aux tubes. Des coups de barrière sur Auzolle, Ouffe, Allouani, Villard, A. Benafitou la musique en boucle et les ficelles au toril.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

15/08/2009

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS* 14-08

Vendredi 14 août 2009 : TROPHEE DES IMPERIAUX 2009

VILLARD ET PASTEUR EMPEREURS DES SAINTES

Empereurs.jpg
Devant Beaujard et Bonhomme les deux empereurs s'affrontent.

Ce Trophée des Impériaux aurait pu être une réussite... mais quand on ne met pas tous les atouts dans son jeu, on s'expose à quelques risques ! Côté cocardiers le plateau paraissait alléchant avec trois taureaux de haut niveau comme base. Mais le hic... est venu des hommes ! Défection sur blessure pour deux engagés et personne en remplacement... résultat six pour assurer ! Allouani, Auzolle, Guyon, Villard à droite - Martin-Cocher, Poujol à gauche ! Aux Saintes cela fait un peu léger ! Alors à quoi bon sert ensuite de se lamenter et de rejeter la faute sur X ! Les spectateurs eux ont été lésés. En fin de course pour couronner le tout une remise de prix qui ne satisfait pas tout le monde, loin s'en faut ! Faudra peut-être revoir la formule pour l'an prochain...
LOU RAINAIRE de Guillerme n'a guère de vigueur mais avec un bon coup de tête resiste douze minutes.
MOURIESEN de Chauvet exclusivement gaucher, ils ne sont que deux alors quelques poursuites et une ficelle au toril.
MATUTE de St Antoine a de trés belles réactions dans des anticipations et des finitions intéressantes sur les hommes dans quinze minutes cinq fois honorées.
YVAN du Pantaï est vite dépouillé de ses rubans. Aux ficelles, positionné, il offre des répliques de la meilleure veine et pousse ses anticipations jusqu'au bout sur Poujol, Villard, Martin-Cocher, Auzolle et Allouani qui frise la correctionnelle. Dominateur il rentre sa première ficelle à 800 Euros. Musique plusieurs fois bien entendu.
PASTEUR de Fabre-Mailhan d'entrée c'est deux gros coups de barrière sur Allouani, Villard. Puis il manque totalement de travail mais brille sur les cites de Villard et de Poujol. Maitre de la piste, il dirige à sa guise les départs et enferme sans être inquiété sa première ficelle à 800 euros. Des Carmen.
RODIN des Baumelles effectue aujourd'hui une bien belle prestation. Toujours à la recherche de l'affrontement il trouve en Benjamin Villard un adversaire de choix. Poujol se mêle aussi du jeu, mais Rodin tient bon la barre et ses répliques poussées font retentir de nombreuses fois le disque. Première ficelle au toril à 1000 euros.
PESQUIE de Saumade, hors points pour six actions aux planches dont quatre sur Villard. Musique.

Texte et Photos Luc PERO

YVAN du Pantaï

YVAN VILLARD.jpg
YVAN ALLOU.jpg
YVAN POUJOL.jpg
PASTEUR de Fabre-Mailhan
PASTEUR ALLOU.jpg
PASTEUR VILLARD.jpg
RODIN des Baumelles
RODIN ALLOU.jpg
RODIN VILLARD.jpg

06/07/2009

CHATEAURENARD *AS*

Dimanche 5 juillet 2009

YVAN SERIEUX PRETENDANT, AGASSOUN TERRIFIANT…

Un petit trois quarts d’arène pour le TAC quand Philippe Gibert annonce la capelado effectuée par Allouani, Auzolle, Gleize, Moutet, Rey, Villard à droite et Clarion, Four, Khaled, Martin-Cocher, Thierry à gauche accompagnés des tourneurs Benzegh, Dengerma, Dunan, Garrido, Matta. Après une première partie décevante, Yvan réveille les gradins et Agassoun termine en semant la terreur. Léventi pris dans la tourmente s’en tire honorablement et Romain après une super entame baisse de régime. Chez les blancs Gleize et Four sont omniprésents tandis que Villard, Clarion et Auzolle méritent la citation. Martin-Cocher par moments manque de régularité. Moutet, Rey et Khaled sont très effacés mais Thierry sort de sa botte quelques jolis rasets pour ce niveau. Allouani sort à la fin du 6e taureau sans explication ? Quelques Carmen de plus à Yvan n’auraient pas été usurpés.
Ça décoiffe pour ESPELOUFI (Fabre-Mailhan) qui subit une attaque en règle mais gère avec intelligence la pression qui s’estompe aux ficelles. Rentre en silence. Mobile et centriste, HUGO (Joncas) est raseté à l’emporte pièce. Son coup de revers est dissuasif mais il enferme Villard pour le premier Carmen de la course. Même s’il frappe sur Auzolle à la fin et conserve ses ficelles l’ensemble est monotone. 2 Carmen et retour. ROMAIN (Mermoux) calme tout le monde. Placé, la pagaille n’est pas de mise et ses cornes pointées vers l’avant sont un danger. Dommage sur la fin il s’éteint. 1 Carmen en piste.
Avec placement, vitesse et anticipation, YVAN (Lou Pantaï) élargit le cercle. Son sens du combat est inouï. Four Gleize et Clarion nous régalent. Sur Allouani la poursuite interminable se termine en catastrophe. Gleize passe juste mais retente avec la première ficelle dans le crochet. Superbe prestation d’un sérieux prétendant. 3 Carmen (sans compter ceux oubliés) et rentrée. Quarante cinq secondes et on attaque les ficelles de LEVENTI (Plo) qui sans démériter offre six minutes trente pétillantes avec des séries sous la présidence et les cornes souvent présentes à l’arrivée. 6 Carmen dont retour. De la vaillance et trop de générosité pour VALMONT (Lautier) dont les hommes profitent en cinq minutes. Une grosse action sur Villard pour un Carmen et rentrée. AGASSOUN (Blanc, hors points) joue les terreurs. On le sent motivé, méchant, agressif. Il dicte sa loi et le peu de rasets entrevus dévoile un potentiel spectaculaire. Auzolle et Villard sont percutés violemment (2), Clarion est poursuivi au-delà des planches. Il cherche les spectateurs sur le mur et conserve ses ficelles. A revoir absolument (peut-être dans les points ?).

Eric AUPHAN


 
Trophée des As : Gleize (17) Four (13) Auzolle (7) Villard (6) Martin-Cocher (4) Allouani, Clarion (2) Khaled, Moutet (1).
Trophée des Raseteurs : Thierry (4).

20/04/2009

BEAUCAIRE 19-04 - 1re journée du MUGUET D'OR

ORAGES ! Ô RAGE...

YVAN.jpg
YVAN le Terrible...

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Affaires taurines.
Présidence : R. Arnaud.
Raseteurs droitiers : Auzolle, Villard, Mascarin, Moutet, Marquier.
Gauchers : Khaled, Four, Martin-Cocher, G. Martinez.
Tourneurs : Fouque, Mata, T. Garrido, Lebrun, V. Dengema

...Ô désespoir pour les nombreux afeciouna venus assister au retour officiel de la marque à la grasilho. Mais Madame la Météo en a décidé autrement, et à la sortie du 6e taureau, stop ! Il faut dire aussi que tout avait bien commencé et le concours était on ne peut plus intéressant avec un Yvan impérial, Leventi excellent, Verdaou à la hauteur et Petit Lou très bon premier. Les raseteurs dans leur ensemble ont travaillé avec correction tout en donnant un rythme soutenu au débat.
Petit-Loup (Chaballier).- Voilà un excellent premier qui change opportunément de terrain tout en étant très assidu lors des échanges. A son aise, sur les longs cites des droitiers, il se signale dans de belles enfermées sur Villard, Marquier, Moutet. Onze minutes récompensées et fortement applaudies.
Corail (Paulin-Niquet).- Le grand banu, malgré ses bons déplacements et sa bonne volonté, ne peut effectuer plus de sept minutes. Agréable.
Leventi (Plo).- Avec vigueur il se livre dès les premiers cites en abandonnant rapidement ses rubans. Aux ficelles, une longue série fait retentir le disque. Puis, des belles enfermées sur Martinez, Villard, Moutet, Four, Martin-Cocher font à nouveau retentir le disque. Toujours dans le tempo, il n’a de cesse de répliquer en frappant bas au terme de ses actions. Treize minutes de bonne facture.
Yvan (Le Pantaï).- D’entrée "il met les hommes à l’heure" en les obligeant dès les premiers cites à rompre. Sérieux, avec de dangereuses anticipations, il n’est pas étouffé et se retrouve rapidement maître du jeu. Au fur et à mesure, ses réactions se font de plus en plus brillantes, et beaucoup plus dangereuses. Posant d’énormes problèmes, il réintègre facilement ses ficelles au toril après avoir écouté de nombreux Carmen.
Verdaou (Allard).- Après deux minutes de course, interruption à cause de la pluie. Il ressort quelques minutes plus tard, et s’impose par un bon placement et de belles finitions barricadières qui sont d’ailleurs récompensées de nombreuses fois. Il rentre ses ficelles après un quart d’heure sérieux.
Mirabeau (Saint-Pierre).- Il pénètre en piste mais rentre aussitôt, l’orage refaisant des siennes.


Trophée des As : Villard, 12 Points; Four, 10; Marquier, 7; Auzolle, 6 ; Mascarin, 6; Martin-Cocher, 5; Khaled, 2; G. Martinez, 2; Moutet, 1.

Texte et Photos Luc PERO

 

DSC02878.JPG
Danger sur Moutet avec PETIT LOU
DSC02880.JPG
CORAIL - Auzolle
DSC02888.JPG
LEVENTI - M. Cocher
LEVENTI.jpg
LEVENTI - Villard
LEVENTI 2.jpg
LEVENTI - Marquier
YVAN.jpg
YVAN du Pantaï
YVAN 1.jpg
YVAN - Martin-Cocher
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle

DSC02902.jpg
VERDAOU - Mascarin