Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/02/2016

CLUBS TAURINS ORGANISATEURS

Samedi 13 février 2016 - ACTO - 6e assemblée générale

Actifs et largement impliqués

acto,assemblée générale,courses camarguaises

De g. à d.  :Serge Colombaud intervenant pour le Scamandre, Rémi Dumas,
Aurélien Laget, Alain Laget, Ludovic Estevan

Une brochette de jeunes dirigeants aux côtés de cadres expérimentés

acto,assemblée générale,courses camarguaisesLe Scamandre et sa nature protégée... Le Mas des Iscles et les cocardiers légendaires de Blatière. Quelques pas pour passer de l’un à l’autre et d’un seul coup se sentir appartenir à ce monde enchanté où les hommes respectent l’environnement et ceux qui l’occupent. Animaux des roubines et étangs, oiseaux, taureaux, chevaux...

acto,assemblée générale,courses camarguaisesL’ACTO a choisi le bon endroit pour exprimer la fe de ses clubs taurins organisateurs... et la bonne personne - Jacques Blatière - pour donner le coup d’envoi d’une assemblée générale bien dans cet esprit : « Le taureau est au centre de nos préoccupations, il est garant d’espaces protégés, garant de l’économie, garant des traditions et vecteur touristique... Respectons-le dans l’arène, dans les rues, en pays... Il faut donner l’exemple ».
Et l’ACTO en est un bon. Elle qui s’implique depuis des mois pour trouver un remède à la crise de la FFCC. Comme l’expliquait Aurélien Laget dans le bilan moral : « Nous avons travaillé d’abord dans le comité de pilotage avec deux de nos membres puis nous nous sommes incrits sur la liste de Jacques Mailhan pour participer au prochain comité directeur ». Seule association de clubs taurins affiliée à la FFCC, l’ACTO sera donc représentée par Sébastien Gonfond, Frédéric Niguet, Aimé Hugon et Aurélien Laget.
acto,assemblée générale,courses camarguaisesDes précisions furent ensuite apportées par Aimé Hugon sur la situation fédérale : « Nous avons dix mois pour agir avant de nouvelles élections en 2017. La nouvelle équipe sera accompagnée par un expert-comptable et un conseil d’éthique et surveillance est envisagé ». L’accueil des différents élus étant positif, les futurs dirigeants de la FFCC jouent le jeu de la transparence. L’idée d’une grande course (Nîmes, Arles) pour aider la Fédé suit son chemin. Pour le vote du 29 février, de nouvelles dispositions ont été mises en place (Nous y reviendrons, prochainement, NDLR) et Alain Laget, président de l’ACTO fera partie de la commission de vote...

acto,assemblée générale,courses camarguaisesLéopold Rosso, élu au Conseil départemental du Gard et président du centre du Scamandre, allait dans le même sens : « Promouvoir, défendre la culture et l’économie camarguaise, c’est le but recherché par nous tous et félicitations dans la conjoncture actuelle de vous engager...»
Seule ombre au tableau, le manque d’adhérents à l’association ce qui fera réagir le représentant du CT d’Uchaud : « L’ACTO sert à diffuser l’information, pourquoi ne sommes-nous que vingt... » Une réflexion à creuser et peut-être une piste ouverte « en invitant les meilleurs acteurs des courses de nos clubs taurins à l’assemblée générale »...
Après un film pédagogique et efficace proposé par Serge Colombaud du Scamandre, les conversations se poursuivaient avec un estrambord crescendo dans la salle chargée d’histoire des Iscles.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER


ACTO : président Alain Laget. Vice-présidents Nicolas Beltri, Rémi Dumas. Secrétaires Jacques Servière, Aurélien Laget. Trésorier Ludovic Estevan.

acto,assemblée générale,courses camarguaises

******************************

02/11/2015

ACTO *REUNION*

L'ACTO (association des clubs taurins organisateurs)
organise une réunion d'information sur les difficultés de la FFCC
ce mercredi 4 novembre, à 18 h 45, à Montfrin

Tous les clubs taurins, adhérents ou non de l'association,
sont invités à y participer.

Rendez-vous à la salle Madeleine-Béjard
(et non plus salle du Cercle)
avenue du cocteur Félix-Clément.

 



25/02/2015

ACTO *ASSEMBLEE GENERALE*

Samedi 7 février au Domaine de Méjanes

L'ACTO liste ses interventions
et trace ses piste de travail

L’assemblée générale de l’ACTO s’est déroulée le samedi 7 février 2015 au Domaine de Méjanes, terres de la manade Ricard, en présence d’une cinquantaine de représentants des clubs taurins adhérents.  La FFCC était représentée par son secrétaire Lucien Pallix. Après avoir souhaité la bienvenue aux participants pour cette 5e assemblée générale, le président Alain Laget tenait à avoir une pensée pour tous les aficionados disparus cette saison et notamment pour Jean Mathieu qui soutenait notre association ainsi que ses membres dont il était très proches. Les remerciements sont allés à nos hôtes du jour : la manade Ricard, représentée par  Xavier Guillot et à l’hostellerie de Méjanes Mr et Mme Ayme pour leur accueil.

Le président a tenu à souligner la persévérance de son prédécesseur, Sébastien Gonfond, qui pendant 4 années a oeuvré pour la reconnaissance de l’ACTO. Le trésorier énumérait rapidement les chiffres d’un bilan financier positif. Le secrétaire présentait ensuite un bilan moral et une activité qui prouvent bien l’investissement conséquent de l’ACTO en faisant un interlocuteur incontournable pour les instances fédérales.

Chiffres et actions 2014 :
- 24 CT adhérents à l’ACTO soit près de 25 % des CT organisateurs (8 dans les BDR et le Vaucluse, 12 dans le Gard et 4 dans l’Hérault)
- Depuis la dernière AG, le bureau s’est réuni 6 fois élaborant les demandes et  souhaits à transmettre à la FFCC mais également avec la volonté d’être reconnu  par celle-ci et de pouvoir siéger au comité directeur.
- Un assemblée générale extraordinaire s’est déroulée en novembre pour  modifier les statuts afin d’être en conformité avec ceux de la fédération.
- Participation, dans le calme, d’une trentaine de ses représentants lors du comité directeur du 17 février 2014. Cette intervention a permis de maintenir les tarifs de sortie à l’avenir tels quels.

- Lettre au Président de la région pour s’étonner que le Trophée Sud de France, financé par des fonds publics, ne concernait que 8 % des clubs taurins.  Résultat : pas de réponse du président mais pas de suite donnée à ce trophée.
- Communiqué lu en début des courses de ligue suite au vote confus lors du Congrès 2014 congrès entraînant l’augmentation du tarif de sortie alors qu’aucune information n’avait été faite lors des AG départementales.
- Demande de séparation de l’approbation des bilans moraux et financiers lors du Congrès
- Intervention quant au report de courses
- Proposition pour l’élaboration du calendrier
- Augmentation du nombre de stagiaires ainsi que de l’accession en Avenir
- Demande d’intégrer les commissions calendrier, administrative et juridique.
- Eclaircissement sur la situation des organisateurs privés itinérants.
- Demande de clarification au niveau médical, ambulance et infirmerie
- Demande que les lettres de rappel de cotisations soient « plus douce » surtout  quand elles ne sont pas justifiées
- Démarrer les courses de présélections plus tôt dans la saison
- Participation des membres du bureau à la manifestation de soutien à l’encierro à l’Eyraguaise.

Pas mal pour cette jeune association qui compte bien continuer dans sa défense des intérêts de tous les clubs taurins. Après l’approbation de ces bilans, les questions diverses donnèrent lieu à de nombreux échanges et propositions pour lesquelles le secrétaire fédéral donna réponse ou pris note
- Revoir la contribution fédérale sur les entrées. Dans l’attente de cette révision, demande de plafonnement de celle-ci au montant payé par les grandes  arènes
- Demande forte des membres de l’ACTO pour un nombre plus conséquent de stagiaires qui accèdent au trophée de l’Avenir et aux Ligues
- Concurrence des grandes arènes pour l’organisation de courses à l’avenir
- Informations sur les nouveautés 2015

Le secrétaire fédéral, après avoir mis en avant la qualité des débats et la sérénité dégagée dans cette assemblée, apporta quelques précisions sur les nouveautés : remplacement de taureaux; modalités lors de blessures de raseteurs; révision nombre de raseteurs et tourneurs pour les courses de taureaux jeunes; révision du nombre de tours de ficelles.
Certains autres points sont encore à l’étude et devraient être adoptés lors du prochain comité directeur.
Les discussions engagés mais courtoises et correctes étant terminées, le verre de l’amitié fut partagé avec entrain suivi d’un délicieux repas et terminé par la visite de la manade où les participants constatèrent que, malgré le vent, les biou de Méjanes n’avaient pas perdu leur embanage ainsi que leur corpulence.

Enfin les clubs taurins qui voudraient rejoindre l’ACTO ou soumettre leurs propositions peuvent contacter l’association à l’adresse mail acto@orange.fr ou s’adresser directement à un des membres du bureau.
Une prochaine réunion désignera le nouveau bureau mais d’ores et déjà la cotisation annuelle reste fixée à 20 €.

Compte rendu transmis
par l'Association des Clubs Taurins Organisateurs

12/02/2014

ACTO

Samedi 1er février 2014 - Mas d'Anglas

Les clubs taurins organisateurs pas contents !

acto,mas d'anglas,course camarguaise

Le bureau :  Alain Laget, Sébastien Gonfond
Christian Garrido, Jacques Servière

acto,mas d'anglas,course camarguaiseMais pas contents du tout les membres de l’Association des clubs taurins organisateurs ! Réunis en assemblée générale le samedi 1er février, au Mas d’Anglas, la cinquantaine de présents et le bureau ont listé les raisons de leur colère. Et une discussion très ouverte s'est engagée entre la salle et la table des élus de l'asso. (Sébastien Gonfond président (► photo), Alain Laget membre du  CA, Christian Garrido trésorier, Jacques Servière secrétaire adjoint). Raymond Querel, présent représentant la  FFCC, malgré sa bonne volonté, n'a pas pu répondre aux attentes de l'ACTO.
Les griefs : en priorité le manque d’écoute de la part d’une FFCC qu’ils ont soutenue lors des dernières élections. Et ce ne sont pas les réponses fédérales  (reçues la veille de l’AG) aux questions posées par les clubs taurins qui mettront de l’huile dans les rouages.
Alors les bénévoles réitèrent leurs demandes. D’abord, pour un calendrier bouclé plus tôt. La Fédé promet de le mettre à disposition en novembre pour la saison 2015.
Raseteurs de Ligue : actuellement deux raseteurs confirmés doivent être alignés. L’ACTO demande que du 1er mars au 15 juin et du 16 septembre à la fin de saison, il n’y ait que des stagiaires en piste. A quoi la fédé oppose le nombre pas assez élevé d’élèves et la difficulté de mettre en adéquation leur nombre et celui des courses. Quant à faire monter plus de jeunes en Ligue, la Fédé répond qu’un jeune ne peut accéder à la catégorie supérieure que s’il en a les qualités.
Les organisateurs demandent également que les taureaux “classés” As sortent au tarif Avenir pour les courses de cette catégorie. Réponse fédérale: les taureaux “classés” ont pour vocation de sortir aux As.
Autres vœux : moins de gratuité pour les raseteurs et les pseudo-photographes.
L’ACTO n’est pas d’accord non plus pour une augmentation du prix des attributs même en Ligue.
Contribution fédérale : les organisateurs des courses aux As vont subir une augmentation de leur contribution  alors que les grandes arènes ont un forfait.
Subvention : la Région Languedoc-Roussillon verserait une subvention à certains club taurins et quelques manadiers pour organiser des courses gratuites. L’ACTO demande que la subvention aille à la FFCC pour aider les clubs taurins. Une lettre a été préparée pour les maires et le Conseil régional en ce sens pour dénoncer cette subvention non équitable. Serge Denis (CT Le Trident Saint-Georges-d’Orques) : “L’argent pourrait servir à des courses pédagogiques pour les écoliers”.
acto,mas d'anglas,course camarguaiseArnaud Fesquet (► photo) de résumer “Toute les propositions fédérales sont à la charge des clubs taurins, maintenant il faut se faire entendre. L’ACTO représente 70% des spectateurs. Et en plus nos adhérents font de la qualité. Alors...”.  Alain Laget : “Les membres de l’UCTI (Union des clubs taurins indépendants) ont les mêmes demandes”... Serge Hermet : “De toute façon le but de la FFCC est de faire baisser le nombre de courses”.
Et vu “la difficulté de dialoguer avec la FFCC”, Jacques Servière propose d’en demander un organigramme.
Et le ton de monter : “La saison commence dans un mois, il faut être conscient de notre force. Il faut que ça bouge”.
Sébastien Gonfond : “On n’a même pas le droit d’assister aux comités directeurs. C’est usant. Il faut se battre. Le respect des bénévoles est primordial”.
Des moyens de lutter :“On n’a qu’à refuser de payer les cotisations... Il faut prendre des mesures collectives, être solidaires...” 
Et Alain Laget de conclure : “Signez les pétitions, nous allons demander un rendez-vous à la FFCC, si les réponses sont les mêmes, il faudra passer à l’action”.
Pour l’instant donc la discussion est toujours ouverte... mais jusqu’à quand ?

MARTINE ALIAGA

* Autres points : le bureau se réunira prochainement pour élire son président. L'organigramme de l'ACTO a été modifié pour un poste de président, deux vice-présidents, un trésorier, un secrétaire, plusieurs membres. Le tiers sortant a été renouvelé. Entrent au conseil d'administration Alain Laget, Francis Trinquier, David Cotelli. Les finances sont saines avec un sole créditeur de 1759,84€. La carte de membre est à 20€/club taurin.

 acto,mas d'anglas,course camarguaise

*****************************

 

 

09/02/2012

ACTO : ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 4 février 2012 à la manade Raynaud

Pas si "Bisounours" que ça !

 acto,assemblée générale,course camarguaise

Le bureau de l'ACTO :
Rémi Dumas, Aurélien Laget, Sébastien Gonfond et Christian Garrido

Il y a des réunions où l’on tourne autour du pot sans oser aborder le fond des choses. Pas à l’ACTO. Au nom des 39 clubs taurins qui la composent, le président Sébastien Gonfond, tout en prônant toujours le dialogue avec toutes les parties prenantes de la course camarguaise, a listé les questions qui font débat, lors de l’AG de l’ACTO, dernièrement  à la manade Raynaud. Un président conciliant mais pas si “bisounours” que ça.
Après les comptes rendus moral et financier d’Aurélien Laget et Christophe Garrido, le débat s’est largement ouvert. Laurent Hénin n’occultant aucun point.  Le secrétaire de la FFCC se montrant très disponible, pédagogue mais pas convaincu ni convaincant sur tous les sujets et avouant parfois ses limites : “Le Ministère des Sport veut de la stabilité... Nous risquons de perdre son agrément. Depuis 1975, des accords ont été signés (notamment sur l’URSSAF)... C’est compliqué. On ne pourra pas tout résoudre en un an”.
Premier sujet : Ça coince entre les clubs taurins et les grandes arènes... Le dialogue a été rompu, il y a des problèmes de concurrence (Ligues, courses gratuites...) et surtout de contribution financière. En effet, si les CT reversent 0,20€ sur un billet d’entrée à la FFCC, les grandes arènes, elles, ont négocié un forfait qui leur est très favorable.
Laurent Hénin: “Les grandes arènes demandent la baisse des attributs en contrepartie de l’annulation du forfait. La FFCC propose de réunir tous les organisateurs... Si la Fédé demande un effort au CT, il sera demandé aux grandes arènes un effort équivalent”
Effectivement, confrontée à des problèmes de trésorerie, la Fédé a demandé aux clubs taurins une augmentation des licences. Mais “Où est passé l’argent de la Fédé?, demande Sébastien Gonfond, nous sommes prêts à payer plus mais nous voulons savoir le pourquoi?”
Laurent Hénin: “Nous avons perdu la subvention de la Région qui a été reversée à une école taurine... (à Barcelone semble-t-il, ndlr). On a aussi perdu 10 000€ du Ministère car on ne s’est pas entendu... Mais nous avons rendez-vous fin mars à la Région”.
- Et pour la “Fe di biou”, l’appel d’offres a-t-il été lancé?
- L. H.: “Non, mais cette année, nous allons économiser 7 000€ sur la Fe di biou, elle va être excédentaire...”
Autre point d’achoppement, le poids de l’AGNS sur la Fédé.
Sébastien Gonfond: “Les gardians amateurs aident certes les manadiers mais n’apportent rien à la course camarguaise... Nous devrions demander la dissolution de cette association, qu’ils se retirent ou qu’ils restent à leur place”.
Laurent Hénin : “Serge Evesque est d’accord pour diminuer l’importance de son vote”.
Reste que les modifications de statuts de la Fédé doivent passer par une assemblée générale et qu’on ne voit pas comment ils pourraient changer (sous entendu au détriment de l’AGNS) si celle-ci, forte de plus de 400 licenciés, est la seule à pouvoir faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre...
L’ACTO poursuit donc son dialogue avec les raseteurs, les manadiers, le Trophée Taurin, les présidents de course..., regrette que les clubs taurins soient scindés en deux associations, espère renouer avec les grandes arènes, et si elle ne se positionne pas contre la FFCC, elle ne signera pas un chèque en blanc.
Réaliste et optimiste, Sébastien Gonfond renvoyait l’assemblée au verre de l’amitié en concluant: “Il y a encore des bons taureaux, de bons raseteurs et des spectateurs qui payent leur place...”
Ouf !

Texte et photos
Martine ALIAGA

acto,assemblée générale,course camarguaise

****************************

27/01/2012

ACTO - UCTI : DES CLUBS TAURINS MOBILISÉS

Après les réunions hivernales des deux associations de manadiers, des raseteurs, des clubs taurins organisateurs de l'ACTO,  les rendez-vous consultatifs et autres comité directeurs de la nouvelle équipe fédérale,  l’heure semblait plutôt à la discussion ouverte. Chacun à l’écoute des autres dans un climat un peu plus apaisé ? L'UCTI dans sa dernière réunion avance sur une autre chemin moins consultatif. Les deux associations de clubs taurins (ACTO-UCTI) restent mobilisées, chacune a listé ses propositions, choisi son ton et sa manière d'argumenter.
Voilà ci-dessous de quoi vous faire une idée. 

ACTOBURO.jpgFin 2011, à Méjanes, l’ACTO avait réuni ses adhérents et invité manadiers, Trophée Taurin, présidents de course et raseteurs, pour décortiquer le questionnaire soumis à ses clubs taurins (36). De là, des discussions très ouvertes ont étayé des réponses… parfois contradictoires. Pas facile de cerner la course camarguaise.
Extraits : le constat, si les trois-quarts des CT voient leurs entrées baisser, pour un quart il y a une augmentation du nombre des spectateurs.  Conseil est donc donné d’être vigilant sur la qualité des plateaux proposées, « Il ne faut pas faire des courses au rabais ». Il faut limiter la concurrence déloyale en se concertant davantage (ne faire des taureaux emboulés qu’en semaine ou le matin). Au niveau des Ligues : les limiter dans les grandes arènes… Difficulté d’élaborer un calendrier cohérent. Tout le monde veut restreindre le nombre de courses mais –presque- personne ne veut en enlever… Trop d’entrées gratuites aux arènes… Retour à la ficelle blanche… Etablir un calendrier de courses de Ligue avec organisateurs, manadiers et raseteurs…

ACTO PUBLIC.jpg


Les manadiers sont intervenus, Nicolas Noguera, président des raseteurs, a fait part des propositions de son association (lire AG des raseteurs) et  n’a pas été avare d’explications.
Frédéric Bon : « Les manadiers ont de plus en plus de charges, les organisateurs pourraient louer les taureaux par 2 ou 3 ». Eugène Guillot : « Au sein de l’association des manadiers, il y aura une commission pour cerner le métier de manadier » (pour éviter les dérives). Jacques Mailhan, président des manadiers « les professionnels qui veulent s’engager à la FFCC sont à la merci d’amateurs (sous entendu les gardians amateurs), il faut faire réétudier les statuts. Je propose que chaque corporation soit représentée par des collèges qui éliront leurs représentants, manadiers, raseteurs, organisateurs, Trophée Taurin, gardians salariés, etc. »
Du grain à moudre pour Sébastien Gonfond, président de l’Acto qui souhaite « travailler tous ensemble » et pourquoi pas éditer une charte de qualité pour tirer la course camarguaise vers le haut.  La concertation et le rassemblement doivent primer ».

 

Le 20 janvier, à Manduel, c’était au tour de l’UCTI de rassembler ses adhérents pour une assemblée générale.

 UCTIBURO.jpg

Un ton un peu plus « belliqueux » dixit Gilles Roccia qui a réaffirmé en préambule que la création de l’UCTI s’était justifiée par les clubs taurins ne se reconnaissant pas dans l’ACTO et pour élire des membres au comité directeur fédéral, après « la mascarade des raseteurs aux Saintes » (Ndlr : au congrès 2011). Raymond Vendrel a listé les nombreuses réunions tenues pour défendre au mieux les intérêts des clubs taurins. Le secrétaire de l’UCTI a rappelé que 8 sièges sur 9 avaient été obtenus pour siéger au comité directeur FFCC mais qu’il y avait « quelques difficultés avec la nouvelle équipe fédérale ». Le trésorier Raymond Querel donnait le bilan financier à 328,71 € en solde créditeur pour 47 adhérents.

UCTIPUBLIC.jpg

Joël Dijon passait en revue les propositions retenues : à savoir la vérification de l’encocardement par l’organisateur ; le retour à la ficelle blanche et reconnaît « qu’on se rejoint souvent dans les propositions avec l’autre association de CT ». En revanche, certaines demandes de l’UCTI n’ont pas été retenues en comité directeur (sur le site  ffcc.info, la fédé communique qu’un autre comité directeur se tiendra pour rediscuter de plusieurs points) : comme la baisse des prix des attributs ; la révision du nombre de raseteurs dans les petites pistes ; le choix des groupes (1, 2, 3) par des gens neutres… ; une commission de discipline donnant des sanctions par amendes pour les raseteurs ; et un peu plus de transparence quand un raseteur sort pendant la course ; trop de places gratuites aux entrées, etc...
Restent des prises de position internes à l’UCTI : le président de course reste maître de ses décisions (ndlr : par rapport aux juges de piste)… ; il faut s’entendre entre clubs taurins pour les dates ; proposition de 6 taureaux pour toutes les courses, 7 uniquement aux finales… ; liste les présidents de course bénévoles pour aider les clubs taurins...
Laurent Hénin, représentant la FFCC, présent à l'AG, remercie l’UCTI, «  C’est grâce à vous que nous avons été élus… Il y a 1 880 licenciés dans les clubs taurins… ».  Quant à la Fédé : « On essaie de calmer la tempête, on a risqué la perte de l'agrément ministériel et on a perdu des subventions. Malgré tout, depuis septembre, on a commencé à réunir tout le monde. Il y a encore des points à discuter avec les manadiers et les raseteurs, les organisateurs, c’est pourquoi, différents points n’ont pas été votés au comité directeur…. Chacun doit être responsable.. »
La conclusion revenait à Gilles Roccia : « L’UCTI a su rester à sa place à l’inverse d’une association que je ne nommerais pas... Sous l’égide de la FFCC nous sommes prêts à discuter mais nous ne ferons que peu de concessions. Nous sommes les vaches à lait de la course camarguaise. Il faut que nous soyons reconnus et respectés »… Belliqueux… donc.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

26/12/2010

AG DES CLUBS TAURINS ORGANISATEURS

Samedi 18 décembre 2010 à la manade La Galère

Petit à petit l’ACTO fait son nid

1.jpg

Jeunes, motivés, enthousiastes...
Ils ont des idées et de la bonne volonté

Dernièrement, les clubs taurins organisateurs ont tenu leur assemblée générale. Quarante-sept clubs taurins organisateurs ont été séduits par l’idée de se réunir et ont adhéré à l’ACTO. Après seulement un an d’existence d’existence, l'association, par la voix de son président Sébastien Gonfond, peut se vanter « d’avoir été un outil déclencheur et... d’avoir trouvé notre place ». Aurélien Laget, secretaire, retrace l’année écoulée riche de nombreuses réunions de travail: « Après l’assemblée constitutive, nous avons rencontré la FFCC, les manadiers, les raseteurs, l’association des présidents de course, les grandes arènes et le Trophée Taurin». De quoi se présenter et s’installer « dans la concertation et la transparence, insiste Sébastien Gonfond, satisfait que l’ACTO soit désormais présente au bureau fédéral : « Nous faisons remonter les problèmes des clubs taurins » et siège à la commission du calendrier.
Parmi les problèmes soulevés : la presque centaine de courses annulées pour 2011 a porté à discussion. Les clubs taurins en ont d’eux-mêmes déprogrammées, la FFCC en a-t-elle refusé ? Entre affirmations et dénégations des uns et des autres, pas de réponse claire... Les amendes pour courses annulées en 2010 sont un autre sujet. Là aussi difficile de se faire une idée... mais l’ACTO suit les dossiers (sic).
Quant à la saison prochaine, les perspectives sont les suivantes : les organisateurs pourront inviter les raseteurs qu’ils désirent selon un quota mimum d’hommes plus un entrant. Un gain de liberté donc pour ces clubs taurins de moyennes ou petites pistes qui ont apparemment moins souffert que certaines grandes du désintérêt des spectateurs en 2010. Ou qui, peut-être, ont offert des plateaux plus équilibrés et/ou plus excitants.
En conclusion, défendre les taureaux, les raseteurs et les clubs taurins tout en restant indépendants... C'est le credo de Sébastien Gonfond et la ligne de conduite de l'ACTO.


Martine ALIAGA


Le bureau : Sébastien Gonfond, Aurélien Laget, Christian Garrido. Réélus après vote: Bernard Audibert et Rodolphe Bantzé.
Bilan financier 2010 : solde créditeur de 695,62 €

2.jpg

La manade La Galère (Mas de la Galère, Mas Thibert,  Arles) offre de magnifiques espaces à découvrir et des installations (salles) de tout premier plan. Un lieu à découvrir,  la gentillesse de René Lambert et ses gardians en prime.
Tél. 04 90 98 70 43 - 04 90 98 74 72.

04/07/2010

ASSOCIATION DES CLUBS TAURINS ORGANISATEURS

embleme.jpgMercredi 30 juin 2010, à la manade Occitane

LE DEBAT EST LANCÉ
LE CONSTAT POSÉ

Le feu couve depuis le dernier congrès de la FFCC (et certainement plus avant), et la mauvaise humeur ambiante qui se diluait les années précédentes dans les bonnes courses où le public était au rendez-vous, s’étale cette année au grand jour exacerbée par le bas niveau des rencontres dominicales et des décisions fédérales contestées. La course camarguaise traverse une période de turbulences, les clubs taurins, les raseteurs, les manadiers, le public souffrent, l’ACTO ouvre le débat et a invité à cerner les problèmes.  En attendant  de lister des solutions. Une initiative louable qui a réuni une centaine de personnes sur les 380 invitations lancées, « mais les plus importants sont venus », constate, assez content de la soirée, Sébastien Gonfond. Rappelons que la FFCC a décliné l’invitation à participer, le président Itier s’en est expliqué (ffcc.info).
Voyons les débats. Le président des clubs taurins organisateurs, entouré de Christian Garrido, Aurélien Laget , Rémi Dumas et de jeunes à la technique, explique en préambule sa volonté de soumettre des propositions à la FFCC, après avoir mal vécu sa première participation au comité directeur où il s’est senti « humilié » et surtout pas pris au sérieux, ni écouté et encore moins entendu. La parole est ensuite donnée aux participants, dans le calme, et avec un minutage précis qui a évité les longs monologues.


En voici quelques extraits.

Les organisateurs (clubs taurins) ont noté : une forte baisse de fréquentation ; le calendrier trop chargé ; le peu d’émotion ressenti sur les gradins ; les raseteurs formatés déjà en Ligue, et qui rasète dans la facilité ; critique des régies municipales, concurrence déloyale ; peu d’implication des raseteurs, manque de dialogue, problème des tourneurs «  qui sont toujours sur le dos des taureaux, on doit être loyal avec les taureaux ».

Nogue.jpgLes raseteurs (sont intervenus Guyon, Noguera, Bini, Fargier, Fougère) : ils regrettent « le manque de communication entre nous (raseteurs), avant on se régalait, maintenant on nous jette l’enveloppe et c’est fini. Il y a un problème de mentalité ; en piste ça rasète aux pompons et plus rien face aux difficultés » ; « il faut commencer par résoudre les problèmes au bas de l’échelle, chez les jeunes. Il faut les envoyer voir ce qu’il se passe dans les manades » ; « Nous on a des règlements, et les taureaux sortent avec trop de ficelle. Il faut que les manadiers respectent aussi les règles. Les organisateurs prennent des raseteurs avec des invitations moindres… » ; « contre les glands primés séparément »…

Moucadel.jpgLes présidents de course (Marc Moucadel, Thierry Cure) : les glands séparés, c’est au président de savoir si le taureau doit être arrêté ou pas, cette histoire de gland participe à la mauvaise ambiance.

Les manadiers (Guyot, Cuillé, Fabre-Mailhan, Blatière-Bessac, Vinuesa, Espelly) : au sujet des prophylaxies, «  si vous ne nous aidez pas, on s’en sortira pas ; le spectacle doit se faire entre le taureau et le raseteur. Un Ricard.jpgtaureau ça se respecte ». Problème des manadiers non éleveurs ; les éleveurs souffrent financièrement ; tout le monde doit se remettre en question ; problème d’élever des taureaux sauvages dans de grands espaces ; réservoir de taureaux jeunes qui « s’usent vite » ; pas assez de course de taureaux jeunes ; veiller au langage en piste notamment les tourneurs ; penser aux taureaux c’est l’élément principal de la course camarguaise. « Nous sommes là grâce au taureaux, il est au centre, on doit le respect à cet animal mythique » ; « il faut donner de l’émotion, savoir prendre des risques et faire plaisir au public » ; problème dans les écoles taurines, trop de carreaux ; il faut éduquer les jeunes raseteurs ; « il faut que les organisateurs prennent les meilleurs taureaux et les meilleurs raseteurs, faire moins de courses » ; « c’est la volonté des hommes qui améliorera les choses… ».

Trophée Taurin : Domynique Azéma : « le Trophée est très critiqué, mais on n’a rien trouvé de mieux pour D A.jpgl’instant ». Aimé Hugon « Les grandes arènes sont la vitrine, il faut que les CT et les grandes arènes travaillent ensemble »…

Après que chacun ait listé ses doléances, un aficionado a élargi les problèmes : « Le public aussi est responsable, on essaie de faire venir les nouveaux arrivants mais, de notre côté, l’aficion n’a pas été transmise entre les générations. Il faut expliquer que la course camarguaise, ce n’est pas les taureaux emboulés, pas les spectacles de rue… »
D’autres voix se sont élevées pour relever les mauvaises mentalités, le manque de respect…

Bref, un état des lieux plus morose peut-être que la réalité mais – et c’est le côté positif - que tous souhaitent améliorer. La solution passe par une remise en question de tous, le dialogue, l’entente entre les parties et ce fameux respect des uns envers les autres… Mais ça ce n’est pas que le problème de la bouvine, c’est aussi celui de la société. En revanche, si la course camarguaise se cherche un meneur, un réconciliateur, une vérité… un seul étendard, le taureau.

Et le clin d’œil de la soirée, en guise de grand effort de conciliation, l’apéritif était offert par Ricard et 51.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

 herde.jpg