Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/02/2015

Association des Gardians non salariés

Dimanche 8 février 2015 - Les gardians amateurs à Saint-Just

DITES-­LE AVEC QUELQUES COUPS DE FERS...

agns,gardians non salariés,courses camarguaises

 

agns,gardians non salariés,courses camarguaisesQuelle est la bonne formule afin que les adhérents de l'AGNS soient motivés pour se déplacer le jour de leur assemblée générale?  "Le matin, l'après­-midi, le soir, un vendredi, un samedi, et cette fois­-ci un dimanche matin avec le déjeuner, mais vous pouvez constater que ce n'est pas pour ça que ça fait venir plus de monde" se désole le président Serge Evesque dans une salle Bernadette-Lafon de Saint­-Just clairsemée. Même en restant lucide, ça sonne creux, mais pour autant la poignée de fidèles et le bureau, à défaut de charge héroïque assume leurs responsabilités.

A commencer par un coup de trident au président fédéral Gérard Batifort, absent et pourtant membre de l'AGNS et convoqué à ce titre. A l'évidence un dialogue tendu s'est instauré avec la fédé, depuis que la troupe des gardians a fait clairement savoir qu'elle n'était pas favorable à ce que ce soient les licenciés qui mettent encore une fois la main à la poche pour renflouer les caisses de la fédération. "Une augmentation de 5€ de la licence nous étions d'accord, mais de 20€ ce n'est pas normal" réaffirme Serge Evesque, qui n'hésite nullement à dénoncer le ­forfait cadeau­ fait aux grandes arènes sur les entrées, et estime la perte à 20000€ pour les caisses fédérales: "Quand on dit que l'AGNS plombe le budget fédéral, c'est faux. Je sais ce que l'on coute, mais je sais également ce que coutent les autres associations, beaucoup plus, et notamment celle des raseteurs".

Ensuite un coup de fer aux 15-­20% de cavaliers qui ne sont pas assurés: "C'est très grave autant pour le cavalier (ière) que pour l'organisateur" s'alarme Serge Evesque. En exemple les deux accicents, celui de la bandido de Franquevaux qui a plongé un gardian dans le coma, et à l'accident qui a couté la vie à une cavalière à Aigues-Mortes".
"
Ces événements tragiques nous rappellent s'il en était besoin, que notre sport est dangereux. Je précise que ces personnes-là n'étaient pas licenciées et que leur accident n'a pas impliqué de tiers" indique le secrétaire Nicolas Reynes dans son rapport moral, où il en ressort seulement 6 sinistres déclarés pour 2014 et tous concerne des chevaux échappés: "D'où la nécessité de prêter une attention toute particulière aux clôtures".
Malgré ce ­bon­ bilan, le problème majeur de l'AGNS reste celui de l'assurance, et ce qu'elle soit française ou étrangère: "De toute façon, sport ou culture, la responsabilité civile est la même pour tout le monde. Actuellement on prospecte mais nous n'avons toujours pas de réponse" exprime Serge Evesque. Car toute la difficulté des gardians est justement de s'assurer les services d'une bonne assurance. Mais existe-­t-­elle vraiment dans cette époque procédurière où beaucoup ouvrent le parapluie. Et comme le fait remarquer l'un deux "Tous les manadiers ont besoin des amateurs et ce seraient à eux en priorité de nous défendre". C'est bien là toute la complexité de ce milieu taurin qui fonctionne aux trois quarts, grâce et avec du bénévolat.

PATRICK PONS

LE PIED A L'ETRIER

En chiffre: l'AGNS c'est 275 gardians à cheval et 25 à pied.

Côté finance: les dépenses s'élèvent à 64330, 96€, les recettes à 62342 €, reste un solde positif au 31 décembre de 3588, 09€.

Economie: celle qui sera faite avec le concours de ferrade où vu le manque d'entrain des participants, puis le coût et le travail que l'organisation représente, il ne sera pas reconduit pour cette année." Avec une perte de 2822,83€ pour celui du 4 octobre dernier, autant faire rentrer l'argent avant et le programmer après...." dixit le trésorier Jean­Marie Domenech

Point assurance: "Des demandes de devis à plusieurs compagnies, autre que celle d'AXA, ont été faites et les réponses reviennent négatives. Deux autres courriers n'ont rien donné pour l'instant" précise le président Evesque.

Proposition: "Si la fédé veut des sous elle n'a qu'à fixer une vraie cotisation aux grandes arènes, créé une billetterie fédérale, faire licencier 100% des gardians qui font courir, faire payer aux clubs taurins 12 licences sur 12 au lieu de 1 sur 12... cela permettrait de financer les besoins de la fédération" argumente Serge Evesque.

Précisions: "Le matériel informatique est à l'AGNS, nous achetons les fournitures du bureau et faisons le travail de secrétariat. De plus Serge Evesque ne se fait pas rembourser ses deux trajets hebdomadaires pour les permanences à la fédé. Celle­ci nous fournit un bureau et des chaises, l'électricité et l'affranchissement du courrier" précise le secrétaire Nicolas Reynes.

Participations: Ils sont trois membres, Serge Evesque, Jean Louis Vaquette et Pierre Richard participant aux réunions fédérales, cela donne 9 comités directeurs, une commission administrative et une de sécurité. Sans parler évidemment des représentations hors cadre fédéral.

Le 1/3 sortant: Denis Rocarpin, Gilles Roccia, Guilhem Pommier et un nouveau Michel Térond.

24/01/2014

AGNS

Lundi 12 janvier 2014
Rencontre à la FFCC avec Serge Evesque et Jean-Louis Vaquette

Le blues de l’AGNS

agns,gardians amateurs,courses camarguaisesAprès une assemblée générale décevante, samedi 11 janvier  – seulement 30 personnes présentes à Bellegarde -  le président des gardians non salariés se dit « démoralisé ». Serge Evesque, à la tête de l’AGNS depuis une dizaine d’années, regrette : « les adhérents ne s’intéressent qu’à la  licence et surtout à l’assurance. Sur 300 gardians à cheval et une trentaine à pieds, seuls 10% se sont déplacés ». Piètre récompense pour ceux qui ne ménagent pas leur peine pour gérer les licences et les dossiers au mieux avec les assurances (AXA en l’occurrence) quand surviennent les accidents. Le président ne baisse pourtant pas les bras : « Heureusement, en 2013, il n’y a eu que 5 ou 6 accidents peu importants. Les assureurs sont difficiles à trouver et à conserver car ils craignent les gros dommages, notamment en abrivado, et surtout les risques corporels. D’où les augmentations de tarif surtout chez les gardians et les raseteurs ». Malgré ce, Serge Evesque maintient l’idée qu’il « faut que tout le monde soit licencié. On sait que 20% des cavaliers d’abrivado ne le sont pas. Un grand nombre de gardians sur les torils non plus ». Suivant en cela la ligne fédérale même si les rapports avec celle-ci et notamment son président Gérard Batifort, « sont un peu difficiles ».

Depuis Saint-Gilles en 2010 où, l’AGNS avec ses 800 amateurs (environ) avait fait capoter les votes au Congrès de la FFCC, sous la présidence d'Henri Itier, l’association a été montrée du doigt et a régulièrement perdu des adhérents. Trop de poids, trop de pouvoir ont estimé les autres licenciés. « Il y a eu la pression pour que l’AGNS ne s’occupe plus de rien », se souvient Serge Evesque. Jean-Louis Vaquette, membre du bureau poursuit : « Les manadiers pensent que l’AGNS s’occupe uniquement des manadiers d’abrivado. C’est faux ou du moins ce n’est pas que cela. Des gardians et non des moindres sont chez nous comme Jean-Pierre Durrieu depuis sa retraite ou Jeoffrey Barbeyrac ». D’autre part « Aujourd’hui, deux membres seulement de l’AGNS (4 antérieurement) siègent au comité directeur, on s’en accommode mais on l’a mal vécu. Pourtant j’avais travaillé sur les statuts… Donc nous sommes un peu amer ».

Pourtant, fort de son compte rendu financier « Mes comptes sont nickels, on ne peut rien me reprocher. Et nous continuons à tenir nos permanences », Serge Evesque garde pourtant le cap « J’essaie toujours d’aller dans le bons sens dans le droit fil de la FFCC. On attend le Congrès, on verra bien… ».

Malgré ce, restent plus de 300 amateurs à gérer,  alors, la foi toujours bien chevillée au cœur, le bureau de l’AGNS poursuit son chemin. Demain sera un jour meilleur.

MARTINE ALIAGA

Le bureau de l’AGNS : Serge Evesque président, Jean-Marie Domenech trésorier, vice-président Denis Rocarpin, secrétaire Pierre Richard. Trois nouveaux membres au bureau : Joël Dijon, Patrick Jacquelot, Fabrice Marquis.

L’AGNS donne rendez-vous le 13 avril à Méjanes, le matin, pour son concours de ferrades.

L’AGNS rappelle que la validité de la licence et donc de l’assurance court du 1er février au 31 janvier de l’année suivante.

La licence des cavaliers amateurs  : 202 € (dont 8€ pour l’AGNS, 15€ pour la FFCC, 179€ pour l’assurance). Gardians amateurs « à pied » : 119€ (dont 8€ pour l’AGNS, 15€ pour la FFCC, 95€ assurance).

03/02/2012

ASSOCIATION DES GARDIANS NON SALARIÉS

Assemblée générale le 21 janvier, à Vestric

Serge Evesque prêt à faire des concessions

 

agns,serge evesque,courses camarguaises

L'an dernier, à pareille époque, lors de leur assemblée générale à Lunel, les gardians de l'AGNS Association des gardians non salariés) avaient brillé par leur absence (à peine une dizaine). Avec 500 membres, une impression de grand vide était ressentie par le président Serge Evesque et son bureau. Mais cette fois, la tendance s’est inversée avec une quarantaine de cavaliers présents à la salle polyvalente de Vestric. Une mobilisation sans surprise, car il faut dire que depuis ça galope du côté des amateurs.
Alors, aprés les bilans moral et financier retracés et approuvés de Nicolas Reynes et Jean-Marie Domenech, le président Serge Evesque de rentrer à bride abattue dans le vif du sujet. Celui où l'on reproche à l’AGNS (434 licenciés à ce jour ), par le biais du statut du mode électoral, de faire pencher les pouvoirs réglementaires de la course camarguaise au sein de la Fédération. Passant la 1re, Serge Evesque de rappeler que "Avant les élections fédérales la 2e liste d'opposition nous a contacté mais pas écouté. Du coup on s'est organisé autrement et nous sommes restés avec Henri Itier. Voilà pourquoi cette rancoeur s'est établie, entre autres, entre manadiers et nous, et cette haine perdure du fait qu'on n'a pas voulu les suivre pour monter la 2e liste”.
Une fois (résumé) ceci dit, Serge de passer la 2e “Dans toutes les associations, manadiers, raseteurs, tourneurs, ce sont les conseils d'administrations qui prennent les décisions. Nous également. Je rappellerai que 30 clubs taurins se sont abstenus, 60 ont voté contre eux, et que je ne leur tenais pas la main à voter. Moi je ne tenais que celle de l'AGNS”.
C'est justement sur ce cas précis que cela coince sévèrement. Et lors de la présidence par intérim à la fédération du trio Brunot Pécout, Benjamin Villard et Jacques Mailhan, Serge d'enclencher la 3e “Jacques Mailhan m'a demandé de lui faire une proposition écrite sur le mode électoral. Je l'ai fait, il m'a dit c'est bon et au moment de le soumettre en comité il y a eu recul. Pourquoi? Je ne sais toujours pas”.
Puis une fois les chevaux lancés à bride abatue de passer la 4e “Il y en a marre de taper sur l'AGNS car il n'y a aucune animosité entre gardians et manadiers (chez qui tous nous montons). D'ailleurs ceux-ci nous remercient sans arrêt aux remises des prix, alors il faut cohabiter, vivre et discuter ensemble. Quant au mode électoral je vous le dit je suis prêt à faire des concessions”.
Des propositions, en fait, qui rejoignent celles de Laurent Hénin, secrétaire général de la FFCC, lequel dans la ligne droite en vue de l'arrivée passa la 5e “Les problèmes de l'an dernier (2011) n’étaient qu'une histoire d'hommes avec des règlements de comptes. Une fois ceux-ci terminés (il y a eu des démissions depuis), on a entamé des discussions avec toutes les associations. Démocratiquement le mieux c'est une licence-une voix où tout le monde s'exprime. On a étudié par là même 12 licences = 1 voix (qui correspond aux critères du vote actuel des clubs taurins), et Serge devrait trouver 30 personnes pour aller voter avec 12 pouvoirs. Cela a été retenu en comité directeur mais pas approuvé par le Ministère des Sports qui ne l'a donc pas validé car il semblerait que 12 pouvoirs est un peu trop. Juridiquement c'est compliqué, on y retravaille”.
Evidemment. Puisque, apparemment, ce ne serait pas tout à fait le désidérata des manadiers et raseteurs. A suivre donc.

Patrick PONS

 
Côté finances:
L'AGNS c'est 409 cavaliers et 25 à pieds, soit 434 adhérents. Entre les dépenses, concours de ferrades, paiement cartes, diverses factures de fonctionement, cotisations reversées à la FFCC.... puis des recettes, le nouveau solde est de 5 109, 17€. Un bilan stable.
Côté activités:
Comités directeurs, réunions de bureau, commissions administrative, juridique et règlement, puis commissions des finances plus le congrés aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les responsablesont participé à 23 réunions fédérales. Plus des participations à : l’inscription de la course camarguaise au patrimoine immatériel de l'UNESCO; la sécurité des abrivado des plages; aux réunions de l'ACTO et des Vaches Cocardières. Satisfaction du concours de ferrades à Méjanes au domaine Paul-Ricard, mais qui ne sera pas reconduit par son coût élevé. Par contre le festival d'abrivado d'Alès qui a été un franc succès est maintenu.
Sur le point “assurances”, notons une baisse du nombre et de la gravité des sinistres: 12 de déclarés, 5 ne sont pas couverts et sur les 7 tous n'ont pas renvoyé les justificatifs demandés. Néamoins il y a eu de grosses sommes de remboursées: 11 000€ pour un véhicule endommagé par un cheval échappé suite à une ouverture malveillante; 12 000€ à une dame mordue au pouce en donnant du pain; 17 000€ pour une dame bousculée par un cheval et 215 000€ pour le jeune gardian dans le coma.

02/02/2010

GARDIANS NON SALARIÉS

16 janvier 2010

L'AGNS GALÈRE FACE AUX ACCIDENTS

AGNS.jpg

Plus de soucis mais moins d'adhérents malgré l'investissement des bénévoles du bureau

Environ 600 adhérents en 2009 (après en avoir compté 800 précédemment), une dizaine seulement dans la grande salle du Relais Culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer pour l’assemblée générale. Le travail des bénévoles du bureau de l’AGNS n’est pas payé de retour. Et pourtant Serge Evesque et son bureau ne comptent pas le temps passé en permanences, réunions mensuelles, gestion des licences et démarches diverses en cas d’accident. Pour le secrétaire Guilhem Pommier, la coupe est pleine : « Il y a beaucoup de travail pour régler les problèmes, ce sont des obligations fortes pour des bénévoles », du coup il souhaite prendre du recul et fait un appel à candidature. AGNS.jpgSerge Evesque, président de l’AGNS, dresse le tableau de la situation : il y a de plus en plus d’accidents lors des spectacles de rue ; ils coûtent de plus en plus chers ; la recherche des responsabilités est croissante dans des procédures qui se multiplient. Alors, face aux Compagnies d’assurance qui posent de plus en plus de conditions et une inflation des cotisations, la licence fédérale serait la seule solution. Serge Evesque met en avant « la mutualisation qui permet un prix intéressant de l’assurance mais avertit, si les adhésions diminuent – NDLR : comme semble s’y attendre l’association – la licence augmentera » ; et le président Itier de renchérir : « monter à cheval sans licence, c’est de la folie, la licence protège le cavalier, le gardian à pied, le manadier ». Mais ces discours semblent avoir du mal à passer car, selon les chiffres de l’AGNS, sur environ 2500 gardians non salariés, 600 sont licenciés/assurés, 10 à 15% ne sont pas assurés du tout. Question : comment sont donc assurés les environ 1600 gardians non licenciés restants ? Et pour quelles garanties ?
Et pour couronner une ambiance déjà morose, le président Itier évoquait les accidents des gardians comme « un problème qui devient insoluble sans compter la crainte des contrôles anti-dopage pour les chevaux et taureaux, le risque d’obligation de protections pour les gardians, etc. »
2010 s’annonce donc bien chargé et compliqué pour l’AGNS. Reste que les assurances sont le problème majeur de l’ensemble des gardians non salariés.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

DES CHIFFRES ET DES LETTRES

- Composition du bureau : président Serge Evesque, secrétaire Guilhem Pommier, trésorier Jean-Marie Domenech

- Permanences à la FFCC : tous les lundis

- Adhérents : 554 cavaliers, 40 à pied

- LICENCE 2010 : gardian à cheval (assurance responsabilité civile et juridique, individuelle accident, cotisation AGNS + FFCC) 208 €, possibilité d'options supplémentaires.
Gardian à pied,  (assurance responsabilité civile et juridique, individuelle accident, cotisation AGNS + FFCC) 138 €, possibilités d'options complémentaires.
Facultatif : abonnement 1 an à la Fe di biou.

- Port de la bombe, protections aux tibias, et formation des cavaliers ont été proposés par l'assurance AXA mais refusés par l'AGNS.  Reste que la FFCC "préconise vivement l'usage de protections".

- FINANCES : l'association compte un solde disponible de 16 447 €

- RENDEZ-VOUS : une journée est prévue à Méjanes avec un concours de ferrade, d'abrivado et une course.

- APERITIF : en clôture, pour fêter la nouvelle année et le plaisir de discuter entre représentants de la municipalité des Saintes-Maries, les invités et les adhérents, la Sté Ricard représentée par Arnaud Fesquet offrait l'apéritif.


30/01/2008

GARDIANS NON SALARIES

Samedi 26 janvier, à Baillargues

DES BENEVOLES GERENT DES BENEVOLES

eb9d7e6a133b798b09ff9e10ceaf4c7e.jpgC'est une belle démonstration de bénévolat qu'ont donnée les gestionnaires de l'Association des gardians non salariés dans le cadre de leur assemblée générale. Chapeau à Jean-Marie Domenech trésorier, Serge Evesque président, Guilhem Pommier, secrétaire ! A la tête de 781 cavaliers et 37 gardians à pied - pour seulement une trentaine de présents à la réunion - l'AGNS fait preuve d'une bonne dose d'altruisme et de dévouement. Le président, sans se départir de sa simplicité et d'un ton affable, a expliqué tout le travail que représente la gestion des licences, des assurances et des risques liés à la pratique de la monte dans les taureaux ainsi que la préparation des deux journées phares de l'association (concours de ferrades). Rappelons que la licence (124 €) couvre les risques pour le gardian et un à cinq chevaux. Pour cela, le bureau se réunit une fois par mois et tient des permanences à la Fédé les lundis et vendredis. Ce sont beaucoup d'heures de travail. Et si le bureau se dévoue sans compter, il aimerait bien préparer la e9d94c5ec6311d0602de0d72356e88e1.jpgrelève. Pour cela, l'association est largement ouverte "surtout aux jeunes pour de nouvelles idées". D'ailleurs, la main d'Isabelle Mugnier, cavalière à la manade de l'Aurore, se lève... elle est chaleureusement accueillie au sein de l'assoc.

Mais le grand souci porte sur les spectacles de rues qui génèrent beaucoup d'accidents, la Charte des abrivadeurs n'étant - semble-t-il - pas assez respectée. Serge Evesque connaît bien son sujet, il ne stigmatise aucun des acteurs mais démontre un ensemble de pratiques : des manadiers "obligés" d'accepter des parcours plus ou moins sécurisés ; des cavaliers en recherche d'adrénaline ; des jeunes en fête pas assez responsabilisés ou mal encadrés par les municipalités. "Pour faire rigoler quelques-uns, on envoie des gens à l'hôpital. Il faut mettre le frein à certains excès pour maintenir les traditions et pour que nous puissions vivre notre passion". Pour étayer ses propos, il s'appuie sur le résultat 2007 des accidents où la d4d381869d5441a8b355f1175ba34c8e.jpgligne des indemnités journalières suit une courbe croissante vertigineuse. A la proposition d'André Turquay, vice-président de la FFCC, de sensibiliser aux risques les nouveaux adhérents par une journée de prévention, l'AGNS préfèrerait pour l'instant une action de la Fédé auprès des municipalités. Henri Itier abonde dans le même sens : "Les élus ont un rôle prépondérant dans les spectacles de rue, il faut faire des efforts pour sensibiliser aux risques, la Charte des abrivadeurs fait pourtant référence dans les procés, un courrier sera envoyé à tous les élus pour rappeler les régles de sécurité...". Le maire de Baillargues qui "reçoit avec plaisir tous les gens de bouvine" fait part de son expérience : "Nous sommes très vigilants à ce que les manadiers d'abrivado soient munis de la licence fédérale, nous réunissons plusieurs fois les jeunes avant la fête, les encadrons et restons vigilants sur la sécurité". c3cf81f3bcda36448b9783f4722e8290.jpgJean-Luc Meissonnier en profite pour parler des innovations baillarguoises pour 2008 : "Après les barrières en polyéthylène, nous mettons en place des cameras pour filmer les courses. Les images seront disponibles à l'entracte au quartier VIP des arènes, cela nous servira aussi d'archives et permettra aux jeunes des écoles taurines de se voir en situation et de corriger éventuellement leurs défauts".

Voilà, en substance, la teneur des propos de cette assemblée, propos cohérents et explicites tenus par des gens responsables qui mettent leurs compétences et leur temps au service du plus grand nombre pour que vive la bouvine.

Martine ALIAGA

 

SURPRISE...  SURPRISE...

d189b1e8a5cbcb04f074026f338c12c1.jpgHenri Itier et André Turquay avaient bien gardé le secret. A la fin de l'assemblée générale,  Serge Evesque, président de l'AGNS, tout surpris, a reçu le diplôme fédéral des mains du président de la Fédé.