Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2015

ALESIEN DE BRIAUX

alesien,manade briaux,courses camarguaisesClaude et Lucien Briaux porteront toujours dans leur coeur le N.803 de leur manade. Leur cocardier vedette, celui qui a mis le nom de son élevage sur les plus grandes affiches. Alésien est parti au paradis des grands cocardiers le 15 décembre 2014. 

Le grand public avait découvert son potentiel  à Nîmes, lors du téléthon organisé par la FFCC le 10 décembre 2008, même si déjà Alésien s'était fait remarquer dans des pistes plus petites. De là sa carrière prend un tour d'envergure, la manade  Briaux avec. 2009 est pour lui une saison exemplaire couronnée à Barbentane du prix du meilleur taureau de la finale des Raseteurs. alesien,manade briaux,courses camarguaisesCoçardier sérieux et redoutable finisseur, les exploits d'Alésien sont largement repris par la presse taurine, entre autres au Grau-du-Roi, Palavas, Beaucaire, Vauvert, Châteaurenard, Mouriès, Arles, etc. tout au long des années suivantes.

Si Galliciannais a lui aussi fait parler de lui, aujourd'hui Nîmois, Perdigau ou Languedocien, et les jeunes qui montent plus les vaches, poursuivent la voie qu'Alésien a ouverte de belle manière pour ses couleurs "blanc, bleu, marron et jaune".

Repose en paix Alésien, toi qui nous a donné tant d'émotion.  Au paradis des cocardiers, les plus grands ont dû te faire une jolie place.

MARTINE ALIAGA
Photos archives LUC PERO

 

08/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS *AS* EXCELLENCE

Dimanche 8 mai 2011 - 2e journée du Trophée Albert-Dubout

ALESIEN - SPARAGUS - RODIN
LES ATOUTS DE L'EXCELLENCE

Ayme, Auzolle, Poujol meneurs d'une équipe à la hauteur

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Alésien sur Hadrien Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Matray, Oufdil, Outarka, Rassir. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Rouveyrolles, Dunan, C. Garrido, Kerfouche, Benzegh.

Alésien marque de son emprise la 2e journée du Trophée Albert-Dubout et 1re course Excellence du Trophée Taurin, Sparagus assure et Rodin déroule le tapis rouge. Voilà le trio majeur de la matinée. Ayme affirme son talent, Auzolle sait s’appliquer et Poujol régale dans une équipe où chacun tour à tour a allié technique, compétition et émotion. La satisfaction s’affiche au final. Présidence à la hauteur d’une course sans problème.

Un peu à court de compétition  - c’est sa première course - Petit Lou de Chaballier assume avec expérience les premiers assauts des dix hommes décidés. Des enchaînements rythmés et quelques enfermées pour 8 minutes. 2 Carmen et retour.
trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises"Il est en forme" apprécie unspectateur à la sortie en boulet de canon d’Alésien. C’est en patron que le cocardier des Frères Briaux va mener son quart d’heure. Cocardièrement irréprochable, occupation optimum du terrain, anticipations haletantes et agressions aux planches. Un cocardier qui se fait respecter c’est superbe, des hommes qui le défient c’est magnifique ! Ayme, Oufdil (photo) (3 fois), Poujol (3), Auzolle, Rassir (3) s’y collent, Alésien caracole. Et si Auzolle fait la 1re ficelle à l’arrache, il se rattrape de belle manière au raset suivant. Alésien lui rentre sa 2e ficelle, ovationné. 7 Carmen et retour.
Sparagus (Janin) reconnaît la piste au grand galop. Entrepris, il se livre avec vivacité. Aux ficelles, trouve les angles et délimite son terrain. Four, son meilleur partenaire, lui sert de belles invites et Sparagus passe la corne. Poujol se fait emporter. Vigilant, véloce, Sparagus trouve encore Poujol qui allonge les trajectoires (3) et lève la 2e ficelle presque sur la limite. 3 Carmen et retour.
Mathis de Lautier est plus réservé qu’avant mais se rappelle sa grande époque par quelques agressions bien frappantes. Matray (3), Outarka, Poujol, Ayme se font bombarder. Une ficelle au retour avec 4 Carmen et retour.
Vient l’heure des délices avec Rodin des Baumelles. Placé, il déroule ses belles anticipations. Les blancs sortent le grand jeu et lui servent des caviars qu’il avale goulument. Une belle présence aux ficelles en 11 minutes (et autant de Carmen) que le public savoure.
Brave sur le raset, Canberra de Saint-Pierre n’est pas un ange à l’abord des planches. Outarka y laisse un morceau de T-shirt. Explosif sur les invites de bonne qualité, Canberra soutient le rythme 7 minutes. 5 Carmen et retour.
Satis (Margé, hp) participe de bon cœur (4 Carmen), s’envoie en l’air et visite le pourtour. Encore quelques séries et actions aux planches avant que ne résonne un Carmen général pour le bétail et le travail des hommes.

 
MARTINE ALIAGA
Photos LUC PERO


Trophée des As (+ Excellence) : Ayme, 16 points (+10) ; Auzolle, 15 (+9) ; Poujol, 11 (+ 8);  Four, 9 (+7); A. Benafitou, 7 (+ 6); Matray, 7 (+ 6) ; Ouffe, 5 (+5).

▼ Sparagus et Hadrien Poujol

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

▼ Duo saintois : Anthony Ayme et Rodin des Baumelles

 

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Une arène bien remplie et au final une course très satisfaisante
Rodin - Matray

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

***********************************

 



19/09/2010

GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 19 septembre 2010 : 40e finale du Trophée de la Mer

ALESIEN ET ADIL BENAFITOU SUR LA VAGUE

TASSOU.jpg
A. Benafitou et TASSOU

Entrée : archi comble. Organisateur : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Gros, Jourdan, Outarka, Violet. Gauchers : A. et N. Benafitou, Ouffe, Poujol, Rassir. Tourneurs : Bensalah, Benzegh,  Kerfouche, Ranc, Ull. Fait marquant : Romain Gros se retire au second victime d’une pointe au mollet droit d’Alésien.


A.BENAF.jpgSi les peñas, bandas, groupes folkloriques apportent l’estrambord nécessaire aux grands rendez-vous, encore faut-il que la partie purement tauromachique suive. Eh bien hommes et taureaux se sont mis sur le même tempo pour offrir un concert digne des grands orchestres symphoniques. Adil Benafitou, vainqueur de ce 40e Trophée de la Mer, les raseteurs et les cocardiers ont joué à fond leur partition. Alésien de Briaux s’offre quand à lui un solo monumental.
Petit Lou (Chaballier).- S’il cède assez rapidement et facilement ses pompons, au fil des minutes, il devient plus agressif au point de sauter sur une belle invite de Poujol. Hélas il réintègre le toril sur blessure à la 9e minute. 3 Carmen.
Alésien (Briaux).- Etonnant, déroutant, ce taureau peut passer très facilement du type cocardier sérieux à celui du dangereux et explosif barricadier. Des enfermées criminelles (Rassir) et des arrivées barricadièrement époustouflantes notamment sur Poujol (un récital), Adil Benafitou (3 fois), Rassir (3 fois), Auzolle. La grande ovation et ses ficelles au retour. 8 Carmen.
Eros (Ricard).- Il promène les hommes sur toute la circonférence de la piste, et prend avec envie toutes les sollicitations. Son énorme bravoure dans les séries lui valent 5 Carmen en 15 minutes.
Athor (Daumas).- Cocardier respecté, il n’est pas soumis à forte pression et promène son monde. Pourtant, c’est lorsqu’on le bouscule qu’il révèle son tempérament batailleur. Il se donne bien sur quelques entreprises et rentre ses ficelles avec 4 Carmen.
Sparagus (Janin).- Par sa vélocité, sa vista et ses terribles anticipations, il annonce d’entrée les règles. Bon nombre d’attaques avortent, puis entrepris dans des séries, il défend ses ficelles avec beaucoup d’énergie. 14 minutes, 5 fois récompensées.
Tassou (Cuillé).- Magnifique de présentation, il est aussi  magnifique aux barrières. Des actions énormes sur A. Benafitou (4), Poujol (2), Rassir, Auzolle. Mais par manque de travail régulier, il s’évade dans le pourtour. Une ficelle au toril et 6 Carmen.
Nizam (Blatière-Bessac, hors points pour 10 minutes).- Le barricadier des Iscles a joué sa partition en se jetant une bonne dizaine de fois aux planches. Une ficelle au retour et 5 Carmen.

Texte et photos
Luc PERO


Trophée des As : A. Benafitou, 16 points ; Outarka, 13 ; Auzolle, 10 ; Ouffe et Jourdan, 5 ; Violet, 2 ; Poujol, 1.
RASSIR 12X12.jpgPalmarès du 40e Trophée de la Mer : 1er Adil Benafitou, 39 points ; 2. Auzolle, 29 ; 3. Outarka, 25.
Coup de cœur : Sofiane Rassir.►
Meilleur cocardier du Trophée : Valmont de Lautier (course du jeudi).
Meilleur cocardier de la finale : Alésien de Briaux.

LA FÊTE DU GRAU-DU-ROI se termine sur des arènes archi-combles. Entre le 11 septembre et ce dimanche, 69 taureaux et vaches appartenant à 28 manades différentes ont foulé le sable de la piste devant 26 000 spectateurs. Pour la petite histoire, 75 planches des barrières ont été changées, l’occasion d’un coup de chapeau à la redoutable efficacité des "pisteurs" graulens. Place au Revivre le week-end prochain.

OS PEXHINOS.jpg
********************
ALESIEN EN CONCERT
---------------
ALESIEN.jpg
▲ Une entrée en scène provocatrice

ALESIEN 1.jpg
▲ Avec Hadrien Poujol
ALESIEN 2.jpg
▲ Toujours sur Hadrien
ALESIEN POINTE.jpg
▲Une fusée sur Gros qu'il accroche au saut des barrières
ALES 3.jpg
▲ Avec Sofiane Rassir
ALES 4.jpg
▲ Terrible enfermée sur Rassir
ALES 5.jpg
▲ Encore sur Sofiane
ALES 6.jpg
▲ Et toujours avec Rassir
ALES 7.jpg
▲ Tiens encore Hadrien !


17/08/2010

LE GRAU DU ROI *AS*

Dimanche 15 Aout

GUEPARD, YVAN, RODIN, ALESIEN, NIZAM
FONT CHAVIRER LE GRAU

GUEPARDGROS.jpg

hispa.jpgGradins bondés avec en ouverture un tableau hispano-Camarguais,réalisé entre autres par le groupe l'Etoile de l'Avenir, Renaud Vinuesa et Olivier Boutaud. Une Capelado originale s'en suit et le traditionnel concours du 15 Aout pouvait débuter. En piste Gros, Violet fers de lance, Allouani, Poujol la classe à l'état pur, Auzolle batailleur, A.Benafitou, Ouffe et Moutet pour de bons passages. Cinq tourneurs. A la présidence Jacques Valentin dans une forme olympique prêt pour battre un record, "booste" au maximun les acteurs en s'époumonant pour annoncer les fortes primes. Tous les cocardiers ont dans l'ensemble répondu aux attentes d'un public satisfait à la fin de la course.

LANCIER de Lautier, a fait sa course habituelle, mettant parfois du danger sur les blancs ou les ignorant totalement.
ALESIEN de Briaux, si ce n'est pas trop sa place de sortie, il s'en accommode parfaitement et fournit une prestation sérieuse et spectaculaire. Des enfermées, des arrivées sérrées pour Gros, Benafitou, Ouffe, des coups de barrières et six fois la musique avec ses ficelles au retour.
EROS de Ricard, rentre ses ficelles aprés avoir joué dans le registre classique qu'il agrémente brillamment par des enchaînements toniques. Pour sa vaillance cinq fois la musique.
Aprés la pause, un peu de nostalgie avec les adieux de PESQUIE de Saumade, le barricadier va désormais rejoindre TRISTAN dans le prés des retraités.
YVAN du Pantaï, le petit taureau du Château d'Avignon fournit une fois de plus une prestation de haut niveau. Anticipations, enfermées et poursuites dangereuses (Auzolle 3 fois) c'est son registre qu'il étale volontiers. Allouani lui sert un caviar longueur de piste pour une arrivée percutante aux planches. Allouani encore travaille, et fait exploser la premiére ficelle que Moutet lève à 1200 Euros. La deuxième rentre et cinq Carmen sont entendus.
RODIN des Baumelles, est craint, d'ailleurs sa cocarde ne sera levée qu'à la septième minute. Le biou domine par son placement et sa vista pour faire avorter les attaques. Auzolle tente mais ... c'est Poujol qui parvient à le faire briller. On aurait aimé voir plus de travail car le taureau semblait être au top. Trois Carmen et les ficelles à 1500 Euros rentrent.
GUEPARD de Cuillé, au top il l'a été... comme à son habitude promeneur presque dilettante et pourtant il voit tout, s'intéresse à tout, surveille tout. Ses assaillants, Gros principalement sont gratifiés d'actions superbes ou l'engagement n'a d'égal que la dangerosité. Auzolle s'en mêle et subit le même traitement aux planches. En fin de quart d'heure Guépard se place et enchaîne une grosse série alors que les primes pleuvent sur sa ficelle... 50 Euros de plus, 100 Euros de plus, la ficelle est portée à 1900 Euros et la direction la porte à 2000 Euros, Gros esuie encore un monumental coup de barrière et la ficelle rentre. Public debout, ovation et des Carmen.
NIZAM de Blatière-Bessac, hors-points, difficile de sortir aprés les cracks, pourtant le Blatière pur jus va relever le défi et de belle manière. Un final explosif avec des actions d'une rare violence. Il brise plusieurs fois les planches, les traverse entièrement mais se prête aussi avec énergie au jeu des séries. Un feux d'artifice que les honneurs récompensent de nombreuses fois.

Texte et Photos Luc PERO

CAPELADO.jpg
La Capelado
PESQUIE.jpg
PESQUIE
ALESIEN.jpg
ALESIEN - Gros
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle
YVAN.jpg
YVAN - Auzolle
RODIN.jpg
RODIN - Poujol
GUEPARD-GROS.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD3.jpg
GUEPARD - Auzolle
GUEPARD 1.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD 2.jpg
GUEPARD - Auzolle
NIZAM.jpg
NIZAM - Gros
NIZAM 2.jpg
NIZAM suite de l'action au dessus
NIZAM 4.jpg
Après le passage de NIZAM
NIZAM 3.jpg
NIZAM et toujours Romain Gros




 

05/10/2009

FINALE DU TROPHÉE DES RASETEURS - BARBENTANE

Samedi 3 Octobre 2009

F. JOCKIN ET ALESIEN DEUX BEAUX VAINQUEURS

ZZZZZ.jpg
LA FINALE

Les cavaliers de l'Amicale Equestre de la Montagnette, les Arlésiennes du pays d'Arles, la pena de St Etienne du Grés, Marc Sérignan au micro et les arènes pleines, la capelado des raseteurs pouvait débuter. Jockin, Ricci, Fadli, Noguera, Savajano, Estevan, Moine, Ruiz et les quatre tourneurs, P.Rado, Lizon, Babacène, Ménargues saluent la présidence.
Cette finale qui a manqué de travail soutenu a tout de même valu pa la qualité des rasets et la correction exemplaire des hommes en blanc. Jockin en leader a honoré sa première place, tandis que Moine le plus constant a eu les faveurs du public,  Ruiz à gauche s'est particulièrement distingué. ALESIEN de Briaux frères mérite (aprés une saison exemplaire) le prix du meilleur cocardier de cette finale.

ALEJOCK 2.jpgGENEROUS de Nicollin, pour quelques belles poursuites notamment sur les gauchers. Ses ficelles au toril et trois Carmen.
ENZO de Chauvet, bizarre, brouillon, rien de bien positif à son actif. Quinze minutes.
RABINA de Guillierme, ficelé comme un taureau de protection il n'a pu faute de temps mettre en exergue son tempérament de guerrier. Il s'incline avec vaillance au bout de six minutes.
◄ALESIEN de Briaux, trouve trés vite sa place à droite du toril et de là se fait cocardièrement respecté (12 minutes les pompons). Barricadier à souhait il se soulève une bonne douzaine de fois au terme de belles poursuites. Ses ficelles au toril, une cascade de Carmen, l'ovation et le prix du jour pour sa maîtrise du combat, son côté spectaculaire, et le danger qu'il met aux barricades.
CORAIL de Gillet, paraît facile pourant il surprend Moine, l'enferme, l'attrape par le tee-shirt, le déséquilibre et l'envoie valser par dessus la barrière (juste un gros cordon...ouf!). Deux gros coups aux planches sur Ruiz et Ricci et le taureau devient distrait. Encore quelques enfermées (trop souvent honorées) et il rentre ses nombreux tours de ficelles en musique.
PATTON du Joncas, est celui qui a le plus souffert du manque de rythme. Dommage car il en avait sous le sabot. Quelques jolis coups, ses ficelles au toril et des Carmen.
SIFFLET de Blatière-Bessac, assez lourd dans ses répliques il effectue tout de même sous l'impulsion de Ruiz, Estevan, Jockin, Moine quelques belles actions aux planches, dont une où il bascule aprés Jockin. Musique

Texte et Photos Luc PERO

LA FRAYEUR... CORAIL - MOINE
****************************

CORAIL 1.jpg
CORAIL 2.jpg
CORAIL 3.jpg

LES REACTIONS A CHAUD APRES LA REMISE DES PRIX
**********************************************
GR 2.jpg

JOCK&Fils.jpgFrédéric JOCKIN (vainqueur du Trophée des Raseteurs pour la seconde fois consécutive) : «Comme l’an dernier cela fait plaisir de gagner. Ça récompense une saison. Ce que je retiens surtout c’est le plaisir de raseter car les deux dernières années aux As ont été difficiles. Je touche des têtes, je lève, je me régale et c’est l’essentiel».

Fabien GRAMMATICO (2e) : «Je suis déçu de ne pas avoir pu participer à la finale mais j’ai effectué une bonne saison avec la Cerise d’or, à Remoulins, les Charretiers à Rognonas, le Marius Gardiol à Beaucaire. Certainement une de mes meilleures saison donc c’est positif».

Jean Louis RICCI (3e) : «Je suis content car j’ai bien géré ma saison. Ma seule petite déception c’est ma 2ème place aux vaches car pour garder mon classement au trophée taurin je n'ai pas fait toutes les courses échouant à quelques points de la 1ère place».

BRIAUX.jpgDavid MOINE (4e) : «C’est dommage, la course a manqué un peu de rythme et d’envie au niveau des hommes. Je suis content de ma saison effectuée sans blessure et j’espère que cela va continuer. Je remercie les organisateurs pour leur confiance. Corail de Gillet je le connais mais il m’a surpris en se jetant fort au milieu, ensuite on ne réfléchit plus et j’aurais peut-être du me coucher».

Claude BRIAUX (de la manade Briaux Frères propriétaire d'Alésien, meilleur taureau de la finale des Raseteurs) : «Je suis fier de mon taureau et de mon équipe. Je suis ému car pour une petite manade âgée d’une dizaine d’années c’est la récompense de beaucoup de travail pour beaucoup d’émotion. Je souhaite ces moments de joie à beaucoup de mes confrères  ».

 

Propos recueillis par Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

20/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU (2)

Jeudi 17 Septembre 2009

JEUDI CHAUD ! POUR CYRIL

Lors de la deuxième journée du Trophée de la Mer, Cyril Garcia un des meilleurs hommes du jour, a pas mal payé de sa personne, heureusement sans conséquences graves.

FANAL-Garcia.jpg
Cyril avec FANAL de Cuillé
ALESI2N 1.jpg
ALESI2N 2.jpg
et ALESIEN de Briaux.
****************************
D.Siméon.jpg
Daniel Siméon, l'organisateur prévoit tout...
même le "Bob" pour le soleil !
Photos Luc PERO

17/09/2009

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Jeudi 17 septembre

LE TRIO : EMBRUN, MARCELLIN, ALESIEN

EMBRUN.jpg
EMBRUN sur Nabil Benafitou

 

Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Garcia, Jourdan, Outarka, Villard. Gauchers : A. Benafitou, N. Benafitou, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Beker, Bensalah, Benzegh, Kherfouche, Zerti.


FANAL 10x12.jpgDeux parties bien distinctes pour cette 2e journée du Trophée de la Mer. Une première bien raide et une seconde où les satisfactions l’emportent. Dix hommes en piste pour une ambiance parfois brouillonne avec toutefois de bons passages. Notamment avec Embrun, Marcellin et Alésien.
Lancier (Lautier).- Placé, il oblige à la réflexion. Il faut aller le chercher au plus près pour qu’il déclenche alors il se montre dangereux (Garcia, Jourdan, Allouani). Mais beaucoup trop de retenue par moments. Une ficelle rentre.
Fanal (Cuillé).- (photo çi-contre)Coureur, chasseur à l’entame, il a du mal à tenir le rythme imposé par les hommes. Mais il se met en colère et retrouve les pattes de ses jeunes années, s’envoie sur Garcia (3 fois dont un accrochage), A. Benafitou, Allouani (2). La pression  est forte, le président lui accorde un répit et dans la foulée, il cède sa 2e ficelle. 12 minutes agréables, 5 Carmen et retour.
Vidourlen (Mermoux).- Trop souvent décollé des plaches voire au milieu d’où il ne veut pas bouger. En revanche, près des planches, ses poursuites sont poussées voire corsées. Mais à ces moments-là, les hommes n’y sont plus trop allés. Les ficelles rentrent.
Embrun (Nicollin).- Les premiers échanges sont brouillons. Mais l’envie et la générosité d’Embrun trouvent preneurs notamment chez les gauchers qui régalent de belles longueurs conclues. Mais aussi des enfermées à droite (Jourdan, Auzolle) pour un bon quart d’heure 6 Carmen et retour.
Marcellin (Rouquette).- Vite délesté de ses premiers attributs, il trouve les bonnes positions aux ficelles. Marcellin gère et sait se sortir du paquet trop gourmand. Il se livre dans de beaux enchaînements, maître dans ses enfermées (Villard, N.Benafitou) et présent jusqu’aux planches. Attentif jusqu’au bout, il rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- La bourre du début ne le sert pas, et il se perd un peu. Pour vite se reprendre. Placé,  il s’engage dans une dizaine de  grosses actions aux planches, met en danger Garcia, Jourdan.   Au fil de son quart d’heure, Alésien gagne et se fait respecter jusqu’à rentrer ses ficelles en musique. 8 Carmen et retour.
Dragon (Blatière-Bessac, hp).- Chaud comme la braise, violent aux planches et méchant jusqu’à se faire mal. 10 minutes et des Carmen.
 
Martine ALIAGA
ALESIEN.jpg
ALESIEN et Victor Jourdan

Trophée des As : Allouani, 7,5 points ; Villard, 5,5 ; A. Benafitou, 4 ; Oufffe, 3,5 ; Outarka, 2,5 ; Auzolle, 1,5 ; Jourdan, 1.

08/07/2009

LUNEL-VIEL *As*

Mardi 7 juillet 2009

ALESIEN CLOTURE MAGISTRALEMENT

Alésien Villard.JPG
Alésien de la manade Briaux et Benjamin Villard

Petit à petit, cette course de lendemain de Cocarde d'Or prend du galon et instaure un rendez-vous plein d'intérêt suivi par une bonne cuvée de spectateurs. Il est vrai que le CT Lou Raset Escouleto Saint-Vincent s'implique beaucoup pour proposer des taureaux de qualité, des raseteurs à la hauteur, le tout servi dans la tradition avec groupe folklorique et Attelages de Lunel. Au final, la course tient ses promesses même si par moments les hommes sont à la peine et du coup ne mettent pas des gants. Les prix récompensent les plus assidus : 1. Villard, 2. A. Benafitou, et le cocardier Alésien de Briaux.
A la capelado, Jacques Valentin, président, salue les droitiers Allouani, Jockin, Villard ; les gauchers A. Benafitou, Ouffe, Mebarek, Sabde et les tourneurs Benzegh, V. Dengerma, Mata, Zerti. 

Courbet de Chaballier gère son placement et fait le tri mais ne refuse aucun raset engagé qu'il raccompagne férocement jusqu'au bout avec un léger coup de revers à gauche. Rentre ses glands. 3 Carmen. C'est toujours le même problème avec Faru de l'Aurore. Il court partout, se disperse, se gâche. Quand enfin il s'arrête, il ne trouve plus d'adversaire car là il faut calculer pour le passer. Seul Benafitou trouve le bon rythme et du coup cueille cocarde et glands. On en restera là. Mais pas facile ce biou ! Le jeune Fanfan de Caillan (7 ans)  ne se laisse pas aisément plumer. Il chasse, sort fort et va au bout. Surveille tout et ne lâche rien jusqu'aux planches plus quelques belles finitions (Allouani, Villard). 4 Carmen et les ficelles à la maison.
D'entrée Ruy Blas (Cuillé) annonce le degré de sa forme en ramenant fermement les audacieux,  plus un foudroyant coup de barrière sur Allouani,  ça calme ! Le rythme s'en ressent, Benafitou, Villard, Sabde essaient encore mais Ruy Blas domine totalement. Rentre ses ficelles, 3 Carmen. Du placement, de bonnes charges, un peu de déchet pour Samson (Saumade) mais du caractère à se chauffer au fil des minutes. Villard lui sert un caviar, Samson s'envoie sur Ouffe, Benafitou, Sabde. Intéressant. La cerise sur le gâteau, c'est Alésien de Briaux. Il annonce la couleur en tapant les planches. Et trouve vite les angles, pas bête la bête ! Avec ça attentif, franc, explosif. Il se cabre après Sabde, s'escampe sur Ouffe, s'explose après Benafitou et bombarde Villard. Le top pour finir. Garde un gland, ramène le prix à ses propriétaires et entend 7 Carmen. C'est pas beau ça !

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

Ruy Blas Allou.JPG
▲Enorme action de Ruy Blas sur Sabri Allouani
▼ Alésien sur A. Benafitou
Alésien Benafitou.JPG

22/03/2009

MANDUEL : JOURNÉE BRIAUX

Samedi 21 mars 2009

MANADE BRIAUX, UNE FAMILLE DE COEUR

BRIAUX.jpg

Deux frères, la famille autour, des amateurs motivés et choyés... A la manade Briaux, c'est toujours le coeur qui parle en premier. Et ce n'est pas Claude, ému aux larmes, en recevant cadeaux et fleurs du comité des fêtes de Manduel  et des proches, gardians et amis, qui dira le contraire, lui qui confesse : "Mon frère, il a monté la manade pour moi". Lucien... l'homme de l'ombre, qui couve tout son petit monde, attentif mais sans jamais vouloir se mettre en avant. Et ils ont tout fait les deux frangins pour que samedi, avec le concours des Manduelois, la fête des 10 ans de la manade soit complète : abrivado, apéritif, repas, course, bandido. Et si Lucien avoue "les dix premières années ont été difficiles", nous leur souhaitons que du bonheur pour les dix prochaines et les suivantes...

ALÉSIEN ET GALLICIANAIS
IMPRESSIONNANTS

ALESIEN.jpg 2.jpg
ALÉSIEN - N. Benafitou

Sortir une complète après dix ans seulement d'existence n'est pas évident. Pourtant les Briaux ont présenté, samedi, une course qui a tenu la route pour finir en apothéose. Sous la présidence de Cyril Daniel, huit raseteurs se présentent à la capelado entre les Arlésiennes de  "La flour de Camargue" et les gardians : Noguera, Gros, Garcia, Jockin à droite ; Errik, Sabde, N. Benafitou et Oleskevich à gauche, plus Bensalah, F. Garrido et S. Sanchez. Un groupe qui a fonctionné sans problème, souvent surpris par l'agressivité des taureaux, et duquel Nabil Benafitou ressort pour ses rasets propres et engagés, notamment avec les deux derniers Alésien et Gallicianais.

Alésien (5e, 11 ans) confirme tout le bien aperçu à Nîmes pour le Téléthon. Cocardier vigilant et puissant finisseur. Placé rigoureusement, il  choisit son terrain, ne se laisse pas emberlificoter, honore trois rasets et se replace. Il surveille tout, ses enfermées surtout à gauche sont redoutables et de toute beauté. Nabil Benafitou, courageux, est son meilleur partenaire ; Oleskevich se met en danger. Le disque tourne à plein régime. Superbe ! Les ficelles au toril. Alésien peut passer sans problème au plus haut niveau.
Le tau d'Argent de Saint-Rémy (2007), est toujours aussi beau, aussi explosif. Il fait le vide  en piste jusqu'à ce que Nabil, encore lui,  "parte au charbon" et Gallicianais (7 ans) de le bombarder à six reprises ; Gros se fait enfermer puis violemment catapulter tout comme Sabde après qui il fracasse les planches. Seule la cocarde du tau sera coupée - par Nabil - pour un final en fanfare.

Avant ces deux vedettes, Nîmois (4e, 5 ans) laisse présager de belles qualités. Attentif, il se livre poussant à la planche après les hommes pour 11 minutes pleines de promesses. Languedocien (3e, 8 ans), malgré quelques sauts, quand les hommes l'intéressent, il poursuit jusqu'au bout (Sabde, Jockin, Noguera, Garcia) n'hésitant pas à taper à la planche en 11 minutes. En premier, Marquis, 9 ans, ne laisse rien sans réponse avec une pointe de vitesse jusqu'à la planche pour 6 minutes. Quand au jeune TGV, deuxième, à quatre ans, il se laisse encore distraire et doit prendre le temps de mûrir.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

GALLICIANAIS le porte-drapeau de la manade.

GAL 1.jpg
GAL 2.jpg
*****************
DSC01940.JPG
DSC01938.JPG