Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/07/2011

LUNEL-VIEL *Avenir*

Dimanche 3 juillet 2011

ALBATOR LE MAITRE
DE LUNEL-VIEL

 lunel viel,avenir,albator,course camarguaise
ALBATOR pousse sur Jockin

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT “Lou Bioù”. Présidence : Florent Tedeschi.
Raseteurs droitiers : Charnelet, Caizergues, Jockin, Miralles. Raseteurs gauchers : Alarcon, Fargier, Ruiz. Tourneurs : Babacene, Causse, Lizon, Sanchez.

 

Si Albator s’avère le meilleur du concours, Regain qui mériterait d’être vu au niveau supérieur, et Cancarel au moral d’acier, ont honoré leurs devises. Charnelet à droite, efficace, élégant et Alarcon à gauche, travailleur, ont dominé leurs adversaires.
Ségur (Felix).- Fuyard, il faut le coincer pour qu’il accepte les reprises. Se signale sur quelques enfermées après Charnelet, Jockin. Rentre ses ficelles.
Cancarel (Raynaud).- Attaqué de toutes parts, il offre sa bravoure et vient frapper cornes en avant au terme. Sans aucun refus, il résiste brillamment pendant 12 minutes, 5 fois honorées.
Albator (Rousseau).- Après un départ où il paraît naïf, il parvient à s’imposer par un bon placement et des ripostes sérieuses, dangereuses en conclusion. Aux ficelles, il dirige aisément la manœuvre et son esprit combatif décourage les hommes qui lui laissent ses ficelles. 7 Carmen.
Regain (Les Baumelles).- Il cherche sa place et chasse beaucoup. Arrêté, il maîtrise et peu d’hommes rentrent dans son terrain. Très sérieux, il complique la tâche des hommes qui ne trouvent pas les solutions adéquates. Un gland au toril et 4 Carmen.
Pirate (Lou Pantaï).- Bizarre, cul aux planches, il peut anticiper et pousser ou bien ignorer les cites. Il est toutefois difficile à juger car il ne reçoit que peu de véritables sollicitations. Il ne concède qu’un gland.
Callagan (Lagarde).- Pour un 6e, il n’a pas apporté la brillance barricadière attendue. Un Carmen sur une petite série et une ficelle au toril.

Texte et photos
LUC PERO

Trophée de l’Avenir : Charnelet, 14 points ; Alarcon, 10 ; Caizergues, 6.
Trophée des raseteurs : Ruiz, 9 pts ; Jockin, 6.

 

 

 

26/06/2010

LA GRANDE-MOTTE *AVENIR*

Samedi 26 juin 2010


QUAND L’ORCHESTRE JOUE JUSTE... C'EST UN REGAL !

A1.jpg
Albator (Rousseau, 3e) un taureau à voir plus souvent.
Ses poursuites sont puissantes, son âme cocardière, son coeur énorme.
▲ Photo : Ayme, dans les cornes,  gère la charge violente.


Excellente ambiance du côté des Pyramides pour cette première journée du week-end grand-mottois. Et une course sans fausse note où l’orchestre blanc joue juste sur des notes noires au diapason. Un sérieux morceau en puissance et avec cœur d’Albator  et les envolées lyriques de Ténor et Ménélas dans un bon ensemble. En soliste, Oufdil ressort.  Mais tous participent au mieux.
Pagis de L’Ilon ne refuse rien mais semble un peu mollasson. S’investit plus sur les droitiers, et tricote parfois avec les gauchers. 12 minutes. 1 Carmen et retour.
Bérange de Rambier s’investit à fond dans les premiers rasets. Toujours en mouvement, essuie quelques "coquinades" mais de belles poussées sur Oufdil, Ayme, Clarion. Termine par une série où il perd pied. 8 minutes.
Albator de Rousseau, c’est la bonne surprise. Un cocardier puissant, toujours dans les planches, qui charge les blancs, sans refus. Droit sur l’estribo après Fougère, une belle anticipation sur Oufdil, parfois un coups de revers, et des séries enfilées au pas de charge.  Un cœur énorme pour défendre sa 2e ficelle qu’il rentre de haute lutte. 5 Carmen et retour.
Escamillo de Raynaud est un teigneux. Il sort des planches avec fureur mais n’apprécie que les droitiers. Ayme et surtout Oufdil allonge les courbes. Très - puis trop - sélectif, il oblige à l’application. 11 minutes. 2 Carmen.
A 5 ans, Zeus du Brestalou veut être au four et au moulin.  Du coup, ses premiers attributs se volatilisent vite. Mais pour les séries, il est champion. Sans rechigner, il  valse droite gauche, une accélération sur Clarion et les belles allonges d’Oufdil. 9 agréables minutes. 5 Carmen.
Avec une bonne tenue de piste, Ténor de Lautier semble ne pas y toucher. Illusion. Une fois la tête passée, le taureau accélère et souvent percute à l’arrivée. Tous les raseteurs participent,  les enfermées  et les coups aux planches se succèdent. 8 Carmen, le prix du jour et les ficelles au toril.
Ça déménage avec Ménélas du Ternen. Un beau gabarit qui s’engage à fond et violemment.  Les planches craquent pour des coups puissants après Clarion, Aliaga, Oufdil, Charnelet, Fougère. Du moral aussi pour répondre à des séries soutenues. Avec ça du placement pour un réel espoir qui termine au mieux cette belle après-midi dans un récital de Carmen.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Entrée : 1/3 d'arène. Organisateur : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Rasteurs droitiers : Ayme Oufdil, Charnelet, Fougère. Gauchers : Aliaga, N. Benafitou, Clarion, Errik. Tourneurs : Grando, Zerti, Rouveyrolles, Abbal.
En ouverture : deux taureaux de la manade Lopez sont rasetés par l'ET de Mauguio.
Le Trophée souvenir Michel Séverac récompense Anthony Ayme et Ténor de Lautier.
Trophée de l'Avenir : Ayme, 20 ; Fougère, 13 ; Errik, 11 ;Oufdil, 9 ;  Charnelet, 5 ; Aliaga, 2.

A2.jpg

Peut-être un supporter de la Juventus, ce joli cocardier blanc et noir magnifiquement embanné.
Assagi -  Zeus (Le Brestalou, 5e) n'a que 5 ans -  sa vaillance, ses accélérations et sa robe atypique
devrait lui valoir une belle cote d'amour.
Avec lui, Oufdil a fait profiter de belles trajectoires allongées.
▼ Oufdil, encore, qui retrouve ses plus beaux  gestes.
Ici avec Ténor (Lautier, 6e).
Un cocardier qui n'hésite pas à s'emporter après l'homme.

A3.jpg

Après Priam, Le Ternen sort son autre arme fatale.
Le bombardier Ménélas (6 ans, 7e hp).
Une bombe au moral sans faille qui enchaîne aussi bien
les coups aux planches qu'il fracasse que les séries.
▼ Sur Aliaga...

A5.jpg

...Sur Charnelet

A4.jpg
************************************