Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/05/2018

VAUVERT * JEUDI DE L'ASCENSION *

vauvert,ascension,course camarguaise

Capelado avec Lou Pantaï de Vauvert
et l'Etoile d'Avenir d'Arles 
La Gardounenque et la manade Puig

Vendredi 11 mai 2018 - Course du jeudi 10 mai

Muiron dominateur en diable

Avec Aïoros pour la cocardière attitude
et Marengo en feu d'artifice

vauvert,ascension,course camarguaise

Muiron déboule à fond sur Geoffrey Robert

 

Cette journée d’estrambord vauverdoise termine avec le fracassant Marengo après avoir vibré à la domination de Muiron (4e) et la cocardière attitude d’Aïoros (3e). En blanc, Zekraoui, Chekade, Robert mènent le bal dans une équipe au travail correct. L’épisode des pelotes de Cupidon enflamme les débats, les raseteurs demandant à ce que des tours de ficelle soient levés. Les « pour », les « contre » se déchaînent... Le taureau revient en piste moins ficelé, mais ça casse un peu une ambiance que les éclats de Marengo ramènent au beau fixe.
Boer (Occitane, N.422).- Nonchalant dès sa sortie, ses rubans volent rapidement. Il n’est pas dans le coup en ce jour, malgré une paire de frappes (Zekraoui, Marignan, 1 Carmen) et 7’30 suffisent.
Vincent (Aubanel-Baroncelli, N.5108).- Vite fait les premiers attributs, il trouve les bonnes places pour se livrer sur les rasets de Félix et Marignan. Sort de l’emprise, et même s’il n’a pas son mordant habituel, offre 11 minutes cocardières. 2 Carmen.
Aïoros (Les Baumelles, N.612).- La course monte d’un cran. Poursuites vives, cornes pointées, placement ferme, le cocardier joue sévère. Allam rentre les reins, la corne frôle Zekraoui. A gauche, il appuie sur le champignon et les crochets restent loin des ficelles. De l’autre côté, il écarte Marignan. Jusqu’au bout après Robert, Zekraoui. Se décale des planches les deux dernières minutes et là il est moins convaincant mais le meilleur est fait. Rentre ses ficelles à 1 000 €. 6 Carmen et retour.
Muiron (Le Ternen, N.956).- Les rubans volent vite fait. Les hommes mettent ensuite du temps à l’attaquer. Le premier raset de Marignan est vivement avorté. D’autant qu’il en prend un et repart se placer. Robert passe juste. Attentif, le biòu impose sa loi pour des minutes de feu. Bouscule Robert à la planche, écarte Zekraoui, longueur émotionnante après Robert, se hisse au marchepied sur Zekraoui, coup de barrière après Martin, redoublé sur Robert. Benammar en catastrophe 2 fois. 1re ficelle à Robert à 1 300€, l’autre à la maison. 11 Carmen et retour.
Ourazy (Blanc, N.883).- Honore toutes les demandes avec vaillance, engage le poitrail. Mobile, aérien, soutient un rythme poussé et se déploie après Robert, Félix, Zekraoui, Ouffe. 11 minutes agréables. 4 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin, N.707).- Après son aller-retour au toril, le début de sa course est houleux pour les raseteurs. Le taureau est en pattes, impeccablement placé, il démarre au quart de tour sur Zekraoui obligé de se coucher, se cabre après Robert. Pas beaucoup attaqué, il mestrège, met ça finit bien avec quelques belles accélérations et coups de barrière dont un avec bascule sur Zekraoui. Rentre sa 2e ficelle. 5 Carmen et retour.

Marengo explose tout sur son passage,
ici derrière Zekraoui

vauvert,ascension,course camarguaise

Marengo (Vellas, pour 10 minutes).- Avant la trompette, il a déjà cassé des planches et basculé en contre-piste. Si passer sa tête n’est pas la difficulté majeure c’est après que ça se corse car c’est un bolide que les hommes ont dans le dos. Des coups énormes, puissants, méchants, les barrières explosent sous les coups de boutoir. Un spectacle à lui tout seul. Rentre sa 2e ficelle avec une bonne dizaine de Carmen.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER


Course du jeudi 10 mai.
As HT. Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : commission des festivités. Président : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Chekade, Félix, Marignan. Gauchers : Benammar, J. Martin, Robert (sort au 6e), Zekraoui, Ouffe, Allam. Tourneurs : Dumont, Lopez, Jockin, Moulin, Cuallado.

33e concours d'abrivado

1er Souvenir Pierre-Aubanel

vainqueur la manade des Montilles

vauvert,ascension,course camarguaise

Jury présidé par Bérenger Aubanel

*************

En piste, la roussataïo de la manade Puig

vauvert,ascension,course camarguaise

et la magistrale ferrade par Mathieu Lapierre
de la manade Saint-Pierre

avec rentrée de l'anouble en poids au toril

vauvert,ascension,course camarguaise

**************************

 

 

 

07/05/2016

VAUVERT *AS*

Jeudi 5 mai 2016 - Ascension

Katif et Aïoros en pleine ascension

vauvert,ascension,katif,aïoros,course camarguaise

Un duo très rapproché

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : commission des festivités. Président: Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Belgourari, Katif, Mascarin. Gauchers : M. Favier, Four, J. Martin, Poujol, Allam. Tourneurs: Estève, C. Galibert, C. Garcia, Fouque, Cuallado.


Ziko Katif retrouve son sourire, son envie et ses jambes, et du coup bonifie les cocardiers. Avec lui, Maxime Favier dont le style accrocheur fait frémir les gradins et Belgourari, sont les meneurs de ce concours dominé par un Aïoros cinglant de dangerosité. Plus Marcias bon premier, Vincent hautement cocardier, et le fougueux Margasse, voilà pour le quatuor de qualité. Jazz pour son côté spectaculaire.
Marcias (Fabre-Mailhan).- Dans la ruée aux premiers attributs, il se fait cueillir à froid et la 1re ficelle part dans la foulée. Après c’est une autre histoire, attentif à tout, il demande de l’investissement mais les ripostes sont sévères, il épingle Favier à la main, envoie la corne et se fait respecter. Rentre une ficelle. 4 Carmen ainsi qu’au retour, mérité.
Ivanhoé (Blatière-Bessac).- Prend tout sur ses déplacements, il faut le quicher pour qu’il se batte. Se soulève après Favier, Mascarin, Poujol (3 Carmen) au terme de quelques séries mais sans passer la vitesse supérieure. Rentre une ficelle.
Vincent (Aubanel-Baroncelli).- Sa vivacité réveille les gradins. Se déplace le long du pourtour, tient sa position, riposte au quart de tour. Danger pour Favier dans les cornes. Avec Katif, le couple fonctionne à merveille et les échanges se multiplient. Tient sa 1re ficelle jusqu’à la 11e, et la seconde rentre saluée par l’hymne du cocardier (déjà entendu 5 fois).
Aïoros (Les Baumelles).- A grandes foulées repousse les premiers assauts, cornes pointées. Aux ficelles, aux aguets, un peu décalé, fait parler sa vitesse dans les enchaînements. Le danger est présent, le cercle s’élargit. Four, Katif tutoient les cornes, Auzolle écarté, Favier dans le berceau. Cocardièrement supérieur, rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Margasse (Rambier).- L’étalon attaque avec fougue et si le placement est parfois pris à défaut, ses assauts à l’arrivée sont puissants. Impacts après Belgourari, Auzolle, brise après Katif. Quelques enfermées puis traverse les planches après Poujol. Margasse choisit ses partenaires et Ziko est récompensé de son assiduité par la 1re ficelle, l’autre rentre. 3 Carmen et retour.
Icare (Paulin). - Il a toujours ses envies barricadières et le prouve à plusieurs reprises (Katif, Favier, Auzolle, Poujol), mais il manque nettement de pétard. Ses ficelles rentrent sans éclats.
Jazz (Hervas, hp).- Les premières passes sont timides, les blancs au ralenti. Mais les impacts sont d’envergure après Poujol, 2 fois, Katif (3), Auzolle (2). Quelques séries conclues et Katif sur la sonnerie lève la 1re ficelle. 5 Carmen.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Belgourari, 14 points ; Katif, 12 ; Poujol, 8 ; Auzolle, 8 ; Favier, 5 ; Four, 4 ; J. Martin, 4.

29/05/2014

LE GRAU-DU-ROI *VACHES COCARDIERES*

 le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaises

Jeudi 29 mai 2014

VALSIERE, PELOTE, CIGALE et BIMBINETTE
SANS FORCER !
 
Tout  y était ...... Le beau temps, le monde sur les gradins (environ 1700 spectateurs), des cocardières à fort tempérament et d’autres plus vulnérables, du sérieux, du spectaculaire,  de l’argent sur les cornes mais les tenues blanches en avaient décidé autrement ne faisant, tout en restant respectueux, le minimum syndical au point d’entendre les tourneurs ( G Sagnier, A Duran, D Dunan) s’exclamer « essayez au moins, faites semblants » ou encore « si personne ne démarre je me lève vous m’avez gonflé maintenant »... Des cocardes à 500 € restent sur la tête ; une se lève à 490 € sur un raset coquin. Bref, vous l’avez compris, la course de vaches cocardières n’a pas atteint les sommets et pour cause...
Rien d’autre à dire à la sortie que de regarder dans le rétroviseur et regretter les années Jeanjean, Castel, Alteirac et Rouveyolles.  Si positivons quand même. On peut ressortir de cette course, en premier lieu Valsière de Chaballier suivie de Pélote du Ribansol, Bimbinette des Baumelles et la Cocardière d’Or en titre, Cigale de Ricard qui ont su saisir le peu d’opportunité  pour se mettre en valeur.
Chez les tenues blanches, aucun des 8 présents (Y. Perez, A Perez, J Pinter, S Mebarek , T Dumont, F Aliaoui, JL Ricci, M Charnelet, J Ferriol) n’est ressorti du lot, pourtant il n’en fallait pas beaucoup.
 
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Dumont - Bimbinette (Les Baumelles- n°004).- A son âge elle n’a plus rien à apprendre. Collée aux planches, elle sort volontiers, anticipe légèrement et baisse la tête au contact. Une série déclenche le disque tout comme à son retour au toril porteuse de ses ficelles.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Dumont - Pelote (Ribansol- n°601).- D’entrée se place et attend... Ne trouvant chaussure à son pied elle change de terrain, toujours dans les planches, et attend. A droite comme à gauche ça tarde à venir. Une grosse anticipation et une puissante finition sur Dumont fait tourner le disque renouvelé à sa rentrée porteuse de son 2e gland.
Astride (Bon- n°731).- Elle a tendance à regarder ou à aller voir (4 fois) ce qui ce qui se passe en contre piste. Rasetée, elle ne tiendra pas le rythme et après deux jolies actions sur Ferriol, laissera passer pas mal... Le Carmen touristique la raccompagne porteuse, malgré ce, de sa cocarde.
Désirade (Chapelle – n°929).- Seulement 5 ans, et déjà dans le grand bain... Une jolie finition sur Dumont, un saut dans l’élan derrière Ferriol sont venus meubler son temps de course,  ponctué par des séjours dans le couloir. Porteuse de sa 2nde ficelle elle retourne au toril en silence.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Ferriol - Valsière (Chaballier – n°605).- La Cocardière d’Or 2012 a la pêche et  entend bien le faire savoir. Faute de travail, elle promène. Mais quand celui-ci arrive, rien à voir avec une valse, c’est plutôt un rock acrobatique qu’elle effectue surtout dans ses arrivées aux planches aux trousses Ferriol (3) Ricci (2) Dumont et Mebarek.... Ricci la prive de sa cocarde à 490 € et  de son 2nd gland dans sa dernière minute de course récompensée par un 6e Carmen.
Hélèna (Blatière-Béssac – n°745).- Elle répond volontiers en jouant d’un coup de tête prononcé et en mettant à son actif trois séries où elle gagne les centre de la piste d’un raset à l’autre. Elle aussi retourne au toril en silence.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Charnelet - Cigale (Ricard – n° 679).- Vive, rapide, et toujours près des planches (sans s’y coller cependant) et elle attend, mais rien de vient. Seulement 2 rasets à la tête  sur laquelle reste accrochée la cocarde à 500 €. 2 Carmen, retour inclus, pour la Cocardière d’Or en titre.
Pour conclure Gaïa (Chaballier – n°601) rasetée au compte-goutte a bien assuré son rôle de dernière malgré qu’elle fut moins percutante qu’à l’accoutumée.....  Ricci, Charnelet, Ferriol et Mebarek se feront raccompagner au dessus des planches pour 5 Carmen, rentrée comprises...
Texte et photos
Cyril DANIEL