Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2011

ASSOCIATION DES ELEVEURS DE TAUREAUX DE COURSE CAMARGUAISE

BILAN D'UN QUART DE SIÈCLE

BLOG.jpg

Une partie des éleveurs de l'AETCC
entourant leur présidente Françoise Peytavin

Baptisée officiellement le 21 janvier 1987 par une douzaine de jeunes manadiers, l’association des éleveurs de taureaux de race Camargue (AETRC) se présentait alors ainsi : président Georges Navarro ; secrétaires Françoise Renard (Peytavin), Roger Andréo ; trésoriers : Francis Fassi et Jean-Claude Legaz ; membres : Aliaga père et fils, Jean-Pierre Chazot, Guy Jaussoin, Alain Lopez, Jean Pinedon, Daniel Porras. « Que de chemin parcouru depuis septembre 1986 et la première réunion dans un petit café de Carnon où nous n’étions que 6 ou 7 », se souvient Françoise Peytavin, présidente de l’AETCC (Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise) – ancienne AETRC – depuis 1991. Cette année, c’est donc le 25e anniversaire et Françoise mesure le chemin parcouru : « Une génération a passé, certains enfants sont maintenant aux commandes, trois des membres fondateurs toujours là (NDLR Peytavin, Caillan, Andréo). Cet anniversaire est celui de la maturité. Au nombre des satisfactions, si auparavant on pouvait citer les noms des quelques cocardiers de notre assoc. qui « sortaient » aux As, aujourd’hui on cite les manades. Neuf élevages ont couru toute la saison aux As, seize. Sur les 33 manadiers de l’AETCC, c’est pas mal ».

Et la fête anniversaire s’annonce belle pour Pentecôte au Grau-du-Roi. On peut déjà citer trois jours d’animation autour des arènes,  une course complète de l’AETCC aux As le samedi 11 juin et une mixte le lundi 13. Ainsi qu’une belle initiative graulène :  courant avril et mai, chaque samedi, deux manades essaieront 8 taureaux (école taurine) dont les deux meilleurs feront l’ouverture de la course aux As du 12 juin.

Réunis au Mas de Rousty le 8 janvier pour une longue après-midi de travail, les manadiers de l’AETCC ont fait le point par la voix de leur présidente. Au niveau sanitaire « on voit un peu le bout du tunnel. Les aménagements faits pour sortir plus rapidement en cas de problème, ont donné satisfaction. Grâce au bon travail en liaison avec les services vétérinaires, raisonnablement, personne ne devrait être trop ennuyé cette année ». En revanche ce qui inquiète les éleveurs c’est la baisse annoncée du nombre de courses, en particulier les Ligues « Ce sont les petites manades qui vont en faire les frais, déjà que c’est compliqué de sortir en Ligue… ». Quant aux diverses modifications annoncées dans les règlements, l’AETCC y est plutôt favorable : « on va plutôt dans le bon sens… ». Tout comme le fait de primer le premier gland : « nous trouvons que c’est pas mal, laisser un peu de temps au temps… et faire durer le plaisir ». Idem pour la suppression du frontal « Il y a sûrement moins de blessures ».

Et au terme de ce quart de siècle, l’AETCC affiche une belle sérénité. Outre l’effort permanent de valoriser l’élevage du taureau pour la course camarguaise, l’assoc. affirme sa volonté de bannir « le mauvais travail » et «  les mauvaises habitudes » tout en essayant de privilégier l’entraide et la convivialité. Une orientation qui porte ses fruits, on pourra la mesurer toute la saison.

Martine ALIAGA

·     * L’AETCC a accueilli cette année son trente-troisième membre, la manade des Montilles d’Albaron, menée par Brunot Quet.


LES COCARDIERS VEDETTES

Parmi les cocardiers en vue des manadiers de l'AETCC, on peut citer Estreloun et  Coyote de Caillan, Hebus d'Agu, Petit Lou de Chaballier, Crespin et Typhon du Brestalou, Priam et Menelas du Ternen, Lou Conse, Barri, Campestre du Grand Salan, etc.

PETIT LOU NIMES CI2.jpg

Petit Lou avec Christophe Clarion à Nîmes
(Photo C. ITIER)

********************************