Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2016

ALES *FINALE DU TROPHE DES RASETEURS*

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

Samedi 22 octobre 2016

Mission accomplie

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

Cette finale, ils la voulaient pour, une fois dans la saison, avoir leur course à eux, être sous les projecteurs et recevoir les récompenses en piste. Les raseteurs se sont pris au jeu et ont assuré le rendez-vous. Oui bien sûr, il y a eu des coups de mou mais l’impression d’ensemble reste sympathique. Chacun a raseté avec ses qualités et ses limites, certes, mais avec sincérité et sans tricher dans cette grande piste pas facile. Et ils en ont payé le prix avec les blessures de Moutet et de Moulin. Radouane Errik et Nabil Benafitou, à un point d’écart à l’entame, ont livré un bon duel. Nabil plus incisif en première partie puis gêné par la fatigue et des crampes, ne capitule qu’au dernier cocardier ; Radouane, peinant au début, sans trouver ses marques, puis faisant l’effort dès la reprise avec Camaï puis Trancardel et le premier gland de Milhaudois (7e), l’emporte de quatre petits points. Mention à Damien Moutet qui, à son habitude, est de toutes les attaques et que Castellas (3e) prive du final en le rattrapant à la planche lui infligeant une blessure entre-jambes. La course pâtira de sa sortie. Double mention à Jonathan Vic qui a tenu un bon rythme tout du long, remontant de la 10e à la 8e place, avec la manière. Notons de beaux éclairs de Mathieu Marquier ou par moments l’implication de Dimitri Fougère et le bon comportement général sous l’œil vigilant du président Joris Alvarez.
Côté cocardiers, le choix de la commission du Trophée Taurin, malgré les changements de dernière minute, s’est révélé adéquat et convaincant. D’un Mouret offensif en début de temps et rigoureux, à Milhaudois intempestif et finisseur via un Fétiche volontaire, un dangereux Castellas, puis le sans-faute de Camaï, la difficulté amenée par Triton, la maîtrise de Trancardel... L’ensemble a tenu la route.
Alès la Cévenole et Toro Alès Cévennes ont reçu les afeciouna avec savoir-faire dans ces arènes à l’architecture particulière. Ici l’aficion se vit entre traditions espagnoles et camarguaises. Et s’il est difficile d’attirer autant de monde aux arènes que pour les corridas et courses de la célèbre feria de l’Ascension, en ce samedi, il y a eu une belle animation autour et dans les arènes.
Chacun a tenu son rôle, mission accomplie !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaisePOINTS - PRIX
POINTS DE LA COURSE :
Marquier, 24 points ; Vic, 19,5 ; Errik, 16,5; N. Benafitou, 13,5; Fougère, 9; Moutet, 7,5; Ferriol, 3.

TROPHEE DES RASETEURS: 1er Errik, 296,5 points ; 2e Nabil Benafitou, 292,5 ; 3e Mathieu Marquier, 254 ; 4e Guillaume Cano, 199 ; 5e David Maurel (malade, absent), 184; 6e Damien Moutet, 166,5; 7e Fougère, 146 ; 8e Jonathan Vic, 145,5.
Prix FFCC au meilleur raseteur : Radouane Errik.
Prix du meilleur cocardier : Camaï de la manade La Vidourlenque.

*********

Premier avertissement de Castellas à Damien Moutet

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Course et saison réussies pour Jonathan Vic
 ici avec Fétiche du Joncas

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Nabil Benafitou et Mouret de Fournier

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ La roussataïo de Renaud Vinuesa

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Les élégantes et indispensables Arlésiennes

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

******************************

31/08/2015

SAINT-GILLES *AS*

Dimanche 30 août 2015

Four et Camaï séduisent la Biche

 saint-gilles,as,four,camai de la vidourlenque,course camarguaise

 ▲ Les lauréats en action

Hier. Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : Association des festivités. Président : Didier Gaillard. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, I. Benafitou, Bruschet, Moine. Gauchers : Aliaga, Four, J. Martin, Mebarek.Tourneurs : Khaled, C. Garcia, Fouque, F. Garrido, Daniel.
 
Il a la forme, le raset élégant et la main ferme, le Saintois ! Bastien Four revient sur le devant de la scène et, avec le volontaire Camaï de la Vidourlenque, séduit le jury de la Biche d’Or. C’est amplement mérité au vu d’une course intéressante où Roussillon (3e) impose sa difficulté et Moka (7e) fait un final en feu d’artifice. L’équipe blanche imprime un gros rythme mais flanche après Camaï et laisse le final à Bastien Four et Ilias Benafitou qui rivalisent pour faire briller Moka.
Germinal (Lautier).- Ne refuse rien quand les blancs enchaînent sur un gros rythme et avec ces crocheteurs confirmés ça va vite. Bruschet s’impose pour les deux ficelles.
Escamillo (Raynaud).- Tous ces blancs qui s’agitent ça l’énerve, il fonce dans le tas, et balance quelques planches au passage. Exerce une stricte sélection mais se gaspille encore avec les barrières. Se soulève après Allouani, force après J. Martin, gros engagement en musique sur Four (12e). Difficile à capter, garde ses ficelles.
Roussillon (Plo).- Aussi brouillon que les blancs aux rubans, il reste remuant mais riposte de bon cœur. De grosses enfermées sur Aliaga, Allouani. Repousse les tourneurs et se crée un large espace. Cité de loin, il prend le pas sur l’homme. Complique le jeu et use les blancs. Aliaga dans le berceau des cornes (2 fois) pour la 1re ficelle levée à la 13e, l’autre rentre. 3 Carmen et retour.

 

Camaï (La Vidourlenque).- Pas de round d’observation, il est de suite à température. Rigoureusement placé, sa vitesse fait mouche sur deux grosses enfermées (I. Benafitou, Bruschet). Vigilant au moindre départ, raccompagne fermement ses deux principaux adversaires Bruschet et Benafitou. Dans la grosse bourre pour sa 1re ficelle, il fait feu pour 2 minutes brûlantes. Et malgré ce, reste attentif et dispo pour quicher une fois de plus I. Benafitou et Aliaga. Rentre sa 2e ficelle de haute lutte. 6 Carmen et retour.
Serpatier (Espelly-Blanc).- Grosse fatigue ou crainte... les blancs restent en rade. Serpatier, lui, s’évade, cherche le combat. S’envoie méchamment sur Four, corne prête à frapper. Quelques sauts intempestifs dont un où il se blesse et doit réintégrer (12e).
Lucas (Cougourlier).- Se livre sincèrement et bacèle régulièrement. Gentiment au début, puis en rafale quand le rythme augmente. 7 minutes bien frappées. 5 Carmen et retour.
Moka (Le Rousty, hp).- Barricadier pétillant et fougueux, sans négliger le placement, il vient très fort aux planches. Four et Benafitou s’y mettent pour un gros final où les coups pleuvent (une bonne dizaine) accompagnés par la musique.
 

 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Four, 21 points ; Bruschet, 16 ; J. Martin, 10 ; Auzolle, 8;  Allouani, 2; I. Benafitou, 2 ; Aliaga, 2.
 
Trophée des Raseteurs : Moine, 8 points.