Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/11/2014

FILM "CAMARGUE, LA POETIQUE DE L'ETANG"

Vendredi 14 novembre 2014

Les manadiers sont-ils aussi des poètes ?

camargue,la poétique de l'étang,dvd,documentaire sur la camargue,courses camarguaisesLa Camargue est poésie, elle est créatrice d’émotion. Son charme, sa beauté, ses bêtes, ses gens et ses mystères ont été chantés par les Félibre. Mais les manadiers sont-ils poètes ? C’est la question que s’est posée Jérémy Durand, au terme de ses études de cinéma, après avoir goûté à l’Occitan, à la « Bête du Vaccarès » et plus largement à l’œuvre de Joseph D’Arbaud et du Marquis de Baroncelli. « L’idée était de retrouver dans le quotidien des manades ce que j’avais vu dans la littérature ».

Alors le jeune homme qui a grandi entre Valence et Bagnols-sur-Cèze et passé quelques vacances en Camargue, s’immerge dans le milieu des éleveurs de taureaux de course camarguaise. Durant plus d’une année, il va suivre sans jamais intervenir quatre d’entre-eux dont il va filmer le travail et la relation avec leurs bêtes.

« Je me suis fondu dans le décor, en laissant la personnalité de chacun s’exprimer. Les interviews sont venues, par la suite, étayer leur ressenti». Le parti pris de couleurs atténuées renforce l’intimité des propos. Feu de cheminée, intérieurs calfeutrés, lueurs tamisées d’une écurie ou d’un toril… paysages noyés… Hormis la lumière crue des images de courses camarguaises – peu nombreuses. Comme les deux faces d’une même passion, l’une exposée, l’autre intérieure.

Et nos quatre manadiers - Frédéric Raynaud, Patrick Laurent, Claude Chaballier et Antoine Clauzel – de se livrer par petites touches.

L’osmose avec la nature, le devoir de mémoire et celui de la transmission, une identité à défendre, le privilège d’un métier dur mais passionnant et cet attachement viscéral et presque inexplicable au taureau et à la terre… Voilà la teneur du film. Etonnant, captivant, émouvant.

MARTINE ALIAGA

PRATIQUE

Côté technique

Le tournage : environ 14 mois. Une centaine d’heures d’images. « Je maîtrise la technique de par ma formation donc j’ai tourné seul et j’ai fait le montage, explique Jérémy Durand. Avec quelques amis pour le son, puis la finition, le mixage et l’étalonnage ont été réalisés par des profesionnels. La société Kanari Films l’a produit. J’ai commencé en mars 2011, le film est sorti en juillet 2014. Il a rencontré un bon accueil, nous faisons un deuxième tirage. Et Kanari Films m’a demandé de travailler sur un autre projet ».

Où trouver le DVD

“Camargue la poétique de l’étang”, documentaire de 65 minutes : renseignements sur www.701images.com. 

En vente dans la région : à Nîmes chez “Cultura” à Carré Sud. Arles “Harmonia Mundi” et “Boutique des passionnés”. Les Saintes-Maries-de-la-Mer chez Jacques Guillaume.

 

14/08/2013

MAGAZINE

L’utopie réalisée du Marquis

 magazine,folco de baroncelli-javon,camargue

Photo faisant partie de l'exposition de Serge Migoule

Folco de Baroncelli-Javon a protégé la Camargue, inventé les codes vestimentaires et le protocole des fêtes gardianes. Défendant toujours les peuples opprimés.

La Camargue lui doit tout... ou presque. Son identité, sa notoriété et son périmètre sanctuarisé. Folco a donné sa vie pour dépasser le rêve. Un héritage moral aujourd’hui maintenu et transmis.

Le gentilhomme, Marquis de Baroncelli-Javon, est un érudit tombé en amour pour la Camargue. Un poète à la conscience politique forte, indigné de la suprématie parisienne et du sort des minorités quelles qu’elles soient. Un intellectuel si proche de sa terre qu’il l’a transcendée. Un amoureux de sa langue provençale qu’il parle et défend de toute son âme.

Né à Aix-en-Provence, Folco partage son enfance et son adolescence entre Avignon, Nîmes et Bouillargues. Les vacances se passent aux Saintes-Maries-de-la-Mer près de sa grand-mère, Madame de Chazelle. Là, au contact des chevaux et des taureaux, il va imaginer la Camargue idéale, portée par une chevalerie combattant pour l’honneur et la gloire de sa région. Faite non plus de gardiens de taureaux, de moutons ou d’ouvriers agricoles mais de gardians, fiers de leurs chevaux, de leur travail et de leur costume. De jeunes filles et femmes, belles dans leurs tenues traditionnelles, exaltées par des fêtes colorées. D’une nation identifiée revendiquant ses origines, ses us et sa langue.

À 20 ans, sa rencontre avec Frédéric Mistral est déterminante. Ensemble, ils vont créer le journal L’Aïoli et Folco va s’inspirer de la fête des Vierges d’Arles pour installer dès 1904, le “Coumitat vierginenco” - prémices de la Nacioun Gardiano -, chargé de la festò vierginenco. Dans le même temps, son idée de revenir à la race originelle des taureaux de Camargue devient évidente. À l’époque, les bêtes sont “croisées” avec du bétail espagnol. Lou Marquès n’aura de cesse de retrouver la pureté au sein de sa manade Santenco qu’il installe sur les terres de Cacharel, puis au Mas de l’Amarée, ensuite au Mas du Simbeù.

Sa verve littéraire et ses prises de position en faveur des minorités lui font côtoyer les intellectuels et les felibre. Avec force et conviction, il va se battre pour améliorer le sort des indiens d’Amérique qu’il découvre au Cirque de Buffalo Bill alors en tournée en Europe. Une grande et longue amitié naîtra entre “Jacob white eyes” et “Ziktala Wasté” (oiseau fidèle, nom donné au Marquis par les indiens). Le sort des vignerons en 1907 l’indigne tout autant. Son passage aux armées (1915) sera marqué de tout son antimilitarisme. En 1921, il est de la levée des Tridents pour défendre la corrida et les courses camarguaises. Plus tard, il s’engage avec la Nacioun Gardiano contre le projet d’assèchement de l’étang de Vaccarès. Il se battra avec les Gitans, il s’opposera à la ligne téléphonique aérienne jusqu’au phare de la Gachole et propose rapidement de protéger la Camargue par un statut approprié (amorce du Parc naturel régional actuel). Il prend aussi fait et cause pour les Républicains lors de la guerre d’Espagne...

Mais la gestion n’est pas l’art premier du poète et les misères pleuvent sur la manade. Malade, le Marquis en sera réduit à s’installer aux Saintes-Maries jusqu’à son décès le 15 décembre 1943.

Le chevalier laisse en héritage ses œuvres littéraires, mais aussi son utopie devenue réalité : une nation gardiane qui, 70 ans après sa disparition, perdure et s’accroît.

MARTINE ALIAGA

maliaga@midilibre.com

L’EXPO

Le trésor de Folco

magazine,folco de baroncelli-javon,camargue

Serge Migoule n’aurait jamais pensé, en 2008, se retrouver, cinq ans plus tard, à la tête d’un trésor de 3 000 documents déroulant  tesque de recherche notamment au Palais du Roure, à Avignon, où il a scanné, répertorié, classé des archives et de nombreuses photos.  

La première exposition à Langlade (Gard) s’est enrichie, et aujourd’hui ce sont 940 photos qui sont proposées aux visiteurs. Un voyage chronologique et parfaitement légendé qui permet de suivre Folco tout au long de sa vie. En filigrane, se dessine l’époque fin 

XIXe et début XXe siècles, entre bourgeoisie des villes et petites gens des mas camarguais, les fêtes, les rencontres, les grands personnages et les figures du temps passé.

Après Nîmes, Sommières, Le Cailar dernièrement, et d’autres à venir, c’est la mairie d’Avignon qui, 70 ans après la mort du Marquis, proposera du 24 octobre au 3 novembre, de repartir à la découverte de la vie de cet illustre compatriote. 

Pour tous renseignements sur l'expo : Serge Migoule, 06 50 11 31 91.

* Lire L'intégralité de l'article dans Camargue 'Une terre er une passion", magazine Midi Libre, 2,90 € chez les diffuseurs de presse *

28/11/2012

EDITION *MEDITERRANEENNES*

edition mondial livre,alain laborieux,robert faure,"mediterranéennes",poèmes,camargue,courses camarguaisesAlain Laborieux et Robert Faure unissent leurs talents pour "poétiser" la Camargue, le Midi et plus largement la Méditerranée. Deux touche-à-tout au service du ressenti sudiste : ambiance festive, solaire, ventée où les toros, taureaux, chevaux se devinent... évasions aussi dans les feux des déserts ou sur les flots bleus aux mirages des îles... dans la moiteur des tavernes... dans les garrigues et les étangs...

Le Gardois Robert Faure (écrivain, photographe) se pose ici en peintre subliminal, l'Héraultais Alain Laborieux (écrivain, journaliste, photographe) travaille les mots pour rimer joliment des strophes imagées, parfois langoureuses, nostalgiques ou enfiévrées.


* Méditerranéennes, Mondial Livres, 15€*

06/08/2011

PAS DE FÊTE VOTIVE SANS...

 

l'AÏOLI !

AIOLI DESSIN.jpgL'Aïoli des Académiciens

"Aïoli !" Mot sonnant comme un salut gaillard !

D'Avignon à Marseille il est un étendard.

Emblème culinaire en terres de Provence

Il engendre gaieté, amour et pétulance.

Pour unir ceux qui l'aiment, il est avantageux

Tant son parfum puissant éloigne les fâcheux.

L'aïoli est en soi un éloquent symbole

Des valeurs des pays où court la Farandole:

L'or de l'œuf est fortune, rondeur, fécondité,

L'ail est puissance mâle, santé, virilité

Quand à l'huile d'olive, impériale maîtresse

C'est elle l'unité, 1 'harmonie, la richesse.

L'aïoli est parfait quand fou trissoun ten dré (1),

Quand le pilon de bois, dans la sauce dorée,

Tient droit tel Priape redoutable et vainqueur

Dans l'onctueux parfum qui chavire les cœurs.

L'Académie des Amoureux de l'Aïoli,

Chaque année, réunie en un conclave, élit

Parmi les cuisiniers du pays des cigales

Celui dont la recette lui paraît idéale.

Voici celle que fait, lors de grandes agapes,

Henry Estévenin, de Châteauneuf-du-Pape.

Truculent moustachu, buveur et quintalien

Il est le "Grand Aillé" des Académiciens.

Pour que ton aïoli soit de bonne facture

Tout doit bien être à la même température :

L'huile, l'ail et les œufs, le mortier, le pilon

Sont préparés la veille ou le matin selon

Que tes invités viennent dîner ou souper:

Car voilà un travers qu'il convient de stopper,

On n'est pas dans le nord, c'est à midi qu'on dîne

Et le soir que l'on soupe en terres comtadines!

Pour six convives il te faut douze gousses d'ail

Dont tu ôtes les germes pour faire un bon travail.

Quatre beaux jaunes d'œuf, du sel, du poivre blanc,

Beaucoup de jus de coude et un pichet de blanc.

Le vin, dans l'aïoli, ce n'est pas pour la sauce

Mais pour le cuisinier dont la soif est très grosse!

À l'aide du pilon, dans un mortier de marbre,

Tu écrases en pommade ail et sel, sans palabre.

Tu mets tes jaunes d'œufs et tu tournes, tu tournes,

Qu'aucune distraction, jamais, ne te détourne,

Pendant deux, trois minutes pour tout bien mélanger.

Puis laisse reposer dans un coin ombragé,

Juste le temps de boire deux ou trois bons canons

Avec tes acolytes, devant le cabanon.

Reprend ton appareil et coince le mortier

Entre tes deux genoux, et serre volontiers.

Eloignes les badauds et concentre-toi bien,

C'est là que ça se passe: ou c'est tout, ou c'est rien!

Tu commences à verser ton huile goutte à goutte

En tournant de bon cœur, d'un seul sens, tu t'en doutes.

Si tu suis la recette très rigoureusement,

L'émulsion doit se faire assez rapidement.

Quand l'aïoli a pris, verse en un fin filet

Ta bonne huile d'olive. Mais pas sur ton gilet!

Maintiens ton mouvement régulier jusqu'au bout

Ne mollit pas surtout. S'arrêter, c'est tabou.

Si elle est réussie, elle doit être épaisse,

Onctueuse, dorée, mais pleine de finesse.

Le pilon, en son sein, tient droit sans se vautrer.

Présentant ton chef d' œuvre, dit: "Lou trissoun ten dré" !

Traditionnellement, l'aïoli accompagne

La morue dessalée, seul poisson des campagnes.

Fait-là tremper deux jours dans de l'eau fraîche et claire

Que tu changes souvent sans souci des horaires.

En de belles portions il te la faut trancher,

Juste avant de servir tu la feras pocher.

Fais bouillir à l'avance œufs durs et escargots,

Du chou-fleur, des carottes et de verts haricots,

Des patates, bien sûr, une pleine fourchée

Que, pas plus que les œufs, il ne faut éplucher.

Sers ces aliments chauds dans des plats séparés

Et, trônant au milieu, l'aïoli vénéré.

Que boire avec ce plat? La question reste ouverte.

Sur ce point important, l'Académie concerte.

Du rouge, du blanc sec, ou même du rosé

Si c'est servi bien frais, on peut tout écluser.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

Ingrédients et proportions pour six personnes:

Pour la sauce: - six gousses d'aï!, blanc de préférence, desquelles vous enlever les germes, - deux cuillerées à café de sel fin, - quelques tours de poivre blanc du moulin, - deux jaunes d'œuf, - trois-quarts de litre d'huile d'olive vierge extra A.O.C.. Vallée des Baux.

Attention: faites en sorte que tous ces ingrédients soient à la même tem­pérature. C'est primordial pour prévenir tout ratage (on dit alors, si ce malheur arrive, que l'aïoli a "cagué").

Pour le plat: - un kilo de morue sèche que vous ferez dessaler, - un kilo de carottes, - un kilo de haricots verts, éventuellement quelques bettera­ves rouges, - douze œufs durs, - trois douzaines d'escargots de mer (les "bioù", escargots dont la coquille présente des cornes), - trois douzaines d'escargots des garrigues provençales, - 3 kilos de pommes-de-terre cui­tes à la vapeur.

Les vins conseillés

L'Académie des Amoureux de l'Aïoli, autorité incontestée en la matière, a longuement travaillé - verre en main - sur le délicat problème des vins les plus aptes à accompagner l'aïoli.

Le poisson qui en constitue une partie essentielle incite a pencher pour des vins blancs secs. Les légumes cuits à la vapeur appellent des vins rosés. La délicatesse des fragrances de l'huile d'olive s’accommode fort bien de vins rouges charpentés. Mais la puissance de la sauce dominée par l'ail ne s’accommode que... d'eau prétendent certains Académiciens. On ne peut tout de même pas aller jusqu'à de telles extrémités.

Essayez donc des blancs de Cassis, Châteauneuf-du-Pape, Cairanne, Rochegude, Picpoul de Pinet ; des rosés Tavel, Chusc1an, Valréas, Vaison­le-Romaine, Côtes-de-Provence; des rouges de Vacqueyras, de Lirac, de Sablet, de Rasteau, de Violès, des Costières de Nîmes.

 

 Texte et dessin recueillis par L.Pero

11/06/2009

LA LOCATAIRE DU " MAS DE PIOCH "

Chaque année à la même époque " Dame cigogne ", vient aux alentours des Saintes Marie de la Mer dans son " HOME "  devant le Mas de Pioch, propriété du manadier Laurent Cavallini sur la route des Saintes à Arles. Vous pouvez lui faire un petit bonjour en ralentissant à cet endroit !!!


2.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg
0.jpg

Luc PERO 



03/04/2009

DU CÔTÉ DE PIOCH-BADET

LE " MERCATO " DE CAVALLINI

SALINIE.jpg

La retraite de SALINIÉ, une nouvelle sélection,
des nouvelles recrues, une page est tournée à Pioch-Badet.

TAUZIN-SIFFLEUR 3.jpgA l’heure où les Clubs de Football faisaient leur traditionnel marché de la mi-saison, Laurent Cavallini se mettait lui aussi en quête de nouvelles recrues. Le manadier Saintois soucieux de pouvoir honorer sérieusement ses contrats 2009, trouvait l’opportunité de renforcer son éffectif en acquérant des cocardiers de valeur sûre chez un confrère. Une occasion qu’il ne manqua pas et voilà que FUSAIN, BASTIDON, FOSSEEN, ROGNONAIS etc… Veau8x12.jpgdébarquent à Pioch-Badet. Ceci nous incita à faire une visite du côté des Saintes. Au cours de la promenade, le pélot nous expliqua le « Pourquoi » d’une telle démarche : « J’ai avec mon nouveau bayle-gardian, révisé mes choix de sélection et dans l’attente des nouveaux produits, il me fallait bien du matériel pour courir sans léser les organisateurs qui me sont fidèles depuis mes débuts… ». Explications données, nous avons continué notre chemin en admirant les cocardiers nés sur le pays, SIFFLEUR, LEBRAOU, TAUZIN, CHENEBIER et le retraité SALINIE. Un petit tour ensuite par les taureaux jeunes issus de la nouvelle sélection (ils pètent la santé !!!), pour terminer par le clos des vedélières dont quelques unes sont déjà accompagnées de leurs progénitures. Pour les anciens et nouveaux pensionnaires de Pioch, la saison peut commencer, l’équipe est prête à relever tous les défis… !

Texte et Photos Luc PERO

************************

LES NATIFS DE PIOCH

SIFFLEUR.jpg
SIFFLEUR
TAUZIN.jpg
TAUZIN
CHENEBIER.jpg
CHENEBIER
********************
DES RENFORTS
FOSSEEN.jpg
FOSSÉEN
FUSAIN.jpg
FUSAIN
********************
UN PEU DE MUSCU... PENDANT LA TRÊVE !!!

DISPUTE 1.jpg
DISPUTE 2.jpg
*******************
LA MATERNITÉ
Vedelières.jpg
Vedelières.jpg 2.jpg
Veau.jpg


 

04/03/2009

VINS ET BOUVINE POUR UNE CUVÉE

affiche du ternen.jpg

* Cuvée spéciale de la Manade du Ternen, à l’occasion de la sortie de sa première course complète, le samedi 11 Avril à 15h  aux Arènes de Baillargues

 

* Péché de Bacchus Blanc.De terroir colluvions, cépage sauvignon. Pour l’apéritif, le poisson  et les coquillages :

De robe jaune paille, nez expressif et floral, bouche fraîche, typée et agréable à déguster entre 12° et 14°.

 

* Feu du Diable. De terroir colluvions exposés sud, cépage grenache, cinsault, syrah, accompagne tout le repas  légèrement frais entre 14° et 16°. Ce rosé pale et limpide , nez fruité, bouche légère et fruitée final très agréable.

 

* Péché de Bacchus, terroir galets roulés exposés sur les coteaux sud, ce vin rouge accompagne tout le repas légèrement frais  entre 14° et 16° à une robe vermillon aux reflets violacés, nez fruits rouges, cassis, framboises, bouche très plaisante, fruitée.

 

La cuvée spéciale de la manade du ternen, sera disponible dans les points de ventes suivant au prix de 4€ la bouteille à partir du 15 avril 2009: Manade du Ternen Mas des Cabidoules 34130 Candillargues. Les coteaux de ST Christol av de la cave coopérative 34400 St Christol. Tabac Presse  centre commercial les Costières 34130 ST Aunés

16/02/2009

UN WEEK END A CAMAGRI

LA CAMARGUE ATTITUDE AU MAS DE LA CURE

Tri 1.jpg
Concours de tri

 

8x8.jpgLe gratin de la race des chevaux Camargue a investi le Mas de la Cure. Rosée du Sambuc, Signau de l’Aure, Sultan de Saint-Gabriel, Lascar du Roure, Kakao du Mas… Que des nobles vous dis-je ! Crinières au vent par un Mistral de gueux, pieds sûrs dans l’eau qui noie les terres, le Camargue est à son affaire ! Il démontre, si besoin est, son aptitude dans toutes les situations. Dans ce décor digne des plus belles cartes postales illustrant le Parc de Camargue, les dignes descendants de Crin Blanc  ont rivalisé avec fougue dans le tri de bétail, les parcours en pays, la maniabilité ou la ferrade tandis que dans les différentes carrières, les éleveurs ont présenté leurs plus beaux spécimen.

Malacarne.jpgSamedi, l'hommage à Jean-Luc Malacarne (décédé en décembre dernier), initiateur du domaine de la Cure, de la Maison du Cheval et de Camagri rassemblait élus, organisateurs et public dans la carrière désormais baptisée à son nom. L’occasion pour Marc Jalabert (président de l’Association des éleveurs de chevaux de race Camargue) de déclarer : « Le souvenir de Jean-Luc est très présent. L’AECRC est prête à reprendre le flambeau dans le sillage de ce qu’il aurait voulu ». Jean Pierre Clauzel, président de la Maison du cheval, s’adressant particulièrement  à Armande Malacarne et Jérémy, épouse et fils de Jean-Luc : « C’est grâce à lui que nous sommes ici aujourd’hui ».
Lhuring.jpgDimanche, l'un des temps forts était consacré à Tanpis du Mas, l'étalon père et grand-père de prestigieuses lignées, tel Quinsau du Claud son fils. Tanpis a fait une magnifique entrée dans la carrière mené en dextre par Joël Luhring monté sur Quinsau, au milieu d'étalons et d'une roussataio de sa lignée. Rappelons que Tanpis est le fils de Felibre du Mas, l'un des deux chefs de file de l'élevage de la famille Jalabert.

Entre les stands (artisans selliers, artistes, ferronniers, habillement, bijoux, etc.), les boxes, les carrières et le pays, les très nombreux visiteurs, gens de chevaux et de bouvine, ont - malgré le vent et le froid, célébré comme il se doit les fameux chevaux gris-blanc qui portent fièrement les couleurs de la Camargue.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

 

 Quelques stands

A.jpg
A1.jpg
DSC00808.JPG
Concours de coursejado
A3.jpg
A4.jpg
Concours de maniabilité
A7.jpg
A8.jpg
A9.jpg
Hommage à Jean-luc Malacarne
A5.jpg
A6.jpg

 

 

DEMAIN DES PHOTOS DE L'HOMMAGE A " TANPIS DU MAS "

09/02/2009

CAMAGRI : LE SALON DU CHEVAL CAMARGUE

DSC_0365.jpg

Samedi 14 et dimanche 15 février

 

LE CAMARGUE DANS TOUS SES ETATS

 

Tête cheval 6x9.jpgLe Mas de la Cure va retentir ce week-end des hennissements des incontournables partenaires des gardians.  Ils méritaient bien un salon  ces Camargue gris, rustiques et endurants à l’effort, symboles de tradition, de liberté.  Deux jours rien que pour eux, emblématiques ambassadeurs de la terre où ils sont nés. L’Association des éleveurs de chevaux de race Camargue (AECRC), forte de ses 228 adhérents, épaulée par la Maison du Cheval Camargue, le Conservatoire du Littoral, la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, prend donc ses quartiers dans ce lieu béni des dieux au sein du Parc naturel régional de Camargue. Le but : présenter et mettre en valeur toutes les qualités du Camargue dans les différentes disciplines où il excelle, le tri de bétail, la ferrade, le parcours en pays. Des concours, des présentations d’étalons, chevaux à la vente, artisans, présentation de matériel, tout est réuni sur le site pour célébrer le meilleur ami de l’homme camarguais, son cheval.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

LE PROGRAMME

Tout le week-end, présentation de chevaux d’élevages en main et montés, d’étalons, de chevaux disponibles à la vente et animations.
Samedi 14 février : 9 h, épreuve de qualification loisirs modèles et allures ; 10 h, 1re manche du concours de tri de bétail, trophée Crin Blanc 1re partie ; 11 h 30, concours de ferrade ; 12 h, inauguration et hommage à Jean-Luc Malacarne ; 14 h 30, épreuve de qualification loisirs, comportement ; 14 h 30, 1re manche du concours de tri de bétail, Trophée Crin Blanc, 2e partie.
Dimanche 15 février : 10 h, 2e manche du concours de tri de bétail, Trophée Crin Blanc, 2e partie ; 10 h, épreuve de maniabilité (chronométré) avec le soutien de l’Association vendarguoise équitation et élevage Camargue ; 10 h, concours de parcours de pays avec le soutien de l’Ecurie des Dunes ; 11 h, hommage à "Tanpis du Mas" ; 14 h 30, 2e manche du concours de tri de bétail, Trophée "Crin Blanc" 2e partie ; 14 h 30, épreuve de maniabilité (chronométré) avec le soutien de l’Association vendarguoise Equitation et élevage Camargue ; 14 h 30, concours de parcours de pays avec le soutien de l’Ecurie des Dunes ; 17 h, remise des prix des concours.

* Salon du Cheval Camargue, Mas de la Cure (route d’Arles aux Saintes-Maries, face au Château d’Avignon), Les Saintes-Maries de laMer. Entrée gratuite.

L'ASSOCIATION DES ELEVEURS DE CHEVAUX DE RACE CAMARGUE
- AECRC -

IMG00011.jpg- Les membres : 228 éleveurs dont  dans le berceau 101 manades et 52 hors manades; hors berceau 75. Le président : Marc Jalabert ; responsables com. Languedoc-Roussillon Max Rascalou, PACA Marc Jalabert ; secrétaire Aurélien Jouvenel du Parc Naturel Régional de Camargue.
- Le but : la mise en valeur et la promotion du cheval Camargue par l'organisation d'événements ; la gestion du Stud book.
- Historique :
1964, naissance de l'AECRC.1967, recensement des élevages. 1978, reconnaissance officielle de la race du cheval Camargue en partenariat avec les Haras Nationaux Le Stud Book du cheval Camargue est inclus dans le livre généalogique des races françaises de chevaux de selle. 2003, agrément du ministère pour intervenir dans la sélection et l'amélioration génétique.
- Les manifestations :
tests d'aptitude des étalons au tri des taureaux : concours de chevaux de selle ou de loisir, de pouliches et poulinières, participations aux salons du cheval (régionaux ou nationaux) et Salon international de l'Agriculture et Camagri.

* En savoir plus : www.terre-equestre.com/cheval-camargue/aecrc.php
* Contacts Aurélien Jouvenel : 04 90 97 19 25 - 06 18 01 00 94


01/08/2008

CLIN D'OEIL A L'IMMORTELLE 2 CV...

MARGUERITTES 29 - 07

L'ART SE DECLINE SOUS TOUTES FORMES ET SOUS TOUS SUPPORTS

d6267c13e70d9752b34853bc58eac121.jpg
cf9c6e8ba736dfa7ffbdd9edfbe0f72d.jpg
3f2a585aabe4d8e166d1a7a4d1696492.jpg

 

Photos Luc PERO