Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/07/2018

AIMARGUES *AS*

Lundi 9 juillet 2018 - Course du dimanche 8 juillet

 

A Boer et Ciacchini le Léo-Dupont

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaise

Les 120 ans de La Ballestilla ont été fêté
dans la qualité, la bonne humeur

Ambiance joyeuse pour fêter les 120 ans de La Ballestilla - Trophée Léopold Dupont avec les Cabidoules du Cailar et La Malaïgue d’Or à la capelado, un lot de taureaux bien choisi où s’illustrent Boer (prix), Mousquioun et Hélias et des hommes dans un bon esprit. Sur sa lancée de la Cocarde d’Or, Jérémy Ciacchini, porté par son fan-club, totalise et soulève le bouquet, bonne reprise de Vincent Félix bien en vue avec Four et Zekraoui.

Boer (Occitane).- Offensif d’entrée sur Aliaga et Charrade pour 1’50 les rubans. A son rythme, à sa guise, il mène sa course avec autorité, expérience et de nombreuses percussions. Sans refus, livre 11 belles minutes laissant ses ficelles à Four. 6 Carmen et retour.

Caberne (Raynaud).- Il faut l’intéresser de près pour que son humeur belliqueuse ressorte. Serre Charrade, se soulève sur Félix, Four. Balade les hommes et ponctue sur les plus engagés (Zekraoui, Félix). Plus stable aux ficelles qu’il rentre, il durcit son jeu. 2 Carmen et retour.

Mousquioun (Nicollin).- Sur un faux départ, Charrade se fait surprendre et manque le recevoir sur lui. Le bel étalon trouve les bons postes, livre une belle série.Les hommes se méfient de ses réactions agressives et intempestives. Lui, change de terrain et impose ses envies pour 10 minutes les rubans. Les primes montent montent, il s’envoie sur Aliaga.Mais les hommes n’insistent pas et les ficelles rentrent. 2 Carmen et retour.

Vincent (Aubanel Baroncelli).- Se place opportunément et livre une partition classique avec de belles sorties (Zekraoui). Décalé, il se fait chiper ses rubans. Pousse la corne après Bruschet. De belles trajectoires avec Félix (3). Une longueur avec Ciacchini puis Félix, et Bruschet lève la 2e ficelle au bout du temps. 3 Carmen et retour.

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaiseAroujo
coince
la cheville
d'Aliaga

Aroujo (Guillierme).- 30 secondes et impact sur Charrade. Sans trop se placer, s’envoie aux barrières (Zekraoui). Les hommes ont un coup de mou qui dessert le taureau qui promène. Belle action aux trousses de Four, une série et coince la cheville d’Aliaga (obligé de sortir). Décoche en rafale sur Ciacchini, Four qui font l’effort et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaiseHélias
aux trousses
de Vincent Félix

Hélias (Blatière-Bessac).- Remuant et querelleur, il frictionne les planches. Entrepris, il se livre rageusement et conclut méchamment. Les coups se multiplient (Bruschet, Ciacchini 4, Four, Félix). Hélias se bat et rentre une ficelle. Bien les hommes, bien le taureau ! 7 Carmen et retour.

Aptel (Cuillé, hp, 10 minutes).- Pas trop titillé, se dégourdit les pattes, s’évade mais repère Ciachini et lui fait traverser la piste dare dare. Quelques belles actions aux planches et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos LAURENT SONZOGNI et MALI

Course du dimanche 8 juillet. Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT La Ballestilla. Président : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Bruschet, Ciacchini,, Félix, Charrade. Gauchers : Aliaga (sort au 5e), Zekraoui (sort au 6e), Four, Alarcon. Tourneurs : Perez, Lopez, Beaujard, Khaled, Galibert.

Trophée des As : Ciacchini, 20 points ; Four, 14 ; Félix, 11 ; Bruschet, Charrade, 6 ; Aliaga, 3 ; Zekraoui, 2.

Trophée Honneur : Alarcon, 4.

Au fil du temps, les différents présidents du CT La Ballestilla : Robert Roux, Jean-Paul Dumas, Michel Puech, Jacques Servière, Régis Conesa, Frédéric Curtil

03/07/2018

ARLES *86e Cocarde d'Or*

Course du lundi 2 juillet 2018

Une Cocarde d'Or comme on les aime
Jérémy Ciacchini
entre dans l'histoire

Encore une fois les émotions ont été fortes. Encore une fois les raseteurs impliqués ont donné jusqu’à la limite. C’était pas gagné, au vu de la morosité ambiante après un dimanche sans passion en piste, les rues d’Arles bien tranquilles en matinée...Et puis, petit à petit, les afeciouna ont pris le chemin des arènes. Pas un record d’entrée, certes mais un nombre conséquent de spectateurs.

La capelado charmait l’assemblée de ses belles images colorées avec les chevaux lourds pour un repiquage à l’ancienne, Renaud Vinuesa et les gardians, les juments et poulains, le ballet des Arlésiennes, gens en costume et une nourride de petits puis la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur en selle...

Des moments paisibles et joyeux avant que la trompette libère une quarantaine d’hommes sous un cagnard de plomb. La nuée s’abattait alors sur Cortex des Baumelles, Marcia de Fabre-Mailhan et Vallespir de Blatière-Bessac dans un désordre attendu et total où, après quelques minutes de combat, les noirs jouant des cornes, tentaient plus ou moins de contenir les assaillants entre quelques embardées aux planches et beaucoup de hochements de tête. Entracte, Zekraoui, 8 ; Ciacchini, 4 ; Cadenas, 3. Chacun garde ses chances.

A la reprise, avec Muscadet, le duel Ciacchini, Zekraoui se précise mais Cadenas n’abdique pas. Liber de Saumade avec ses déplacements tire son épingle du jeu et les cadors s’exposent.

Monro de Bon sort avec du pétard et un arsenal de coups aux planches. Alors la folie s’empare des hommes, les trois (Ciacchini, Zekraoui, Cadenas) dans les cornes jouent leur va-tout, Zekraoui passe sous les pattes, les corps à cornes sont intenses. Ciachini fait les deux glands et s’impose d’un petit point devant Zekraoui.

Voilà Jérémy Ciacchini le vainqueur de la 86e Cocarde d’Or. La bataille a été rude et belle. Monro, lui, garde ses ficelles et sa combativité lui fait remporter le prix du meilleur taureau. C’est mérité !

La Cocarde d'Or 2018 a tenu ses promesses, Jérémy Ciacchini fait un beau vainqueur, ses adversaires ont été à la hauteur. Bravo !

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER (cet aprem)

Trophée des As : Ciacchini, 22,5 ; Zekraoui, 21 ; Cadenas, 10, 5 ; Auzolle, 6 ; Katif, Ouffe, Michelier, J. Martin, 3.

Trophée Honneur : Arlarcon, 6

Trophée de l’Avenir : F. Garcia, El Mahboub, 3

Cocarde d'Or : Jérémy Ciacchini, 13 points ; Youssef Zekraoui, 12 ; Joachim Cadenas, 7.

Meilleur Arlésien : Loïc Alarcon.
Meilleur cocardier (prix Charles Farine) : Monro de Bon
Meilleur animateur (prix Luc-Jalabert) : Jérôme Martin
Coup de coeur des arènes à l'ancien raseteur Roger Pascal.

Taureau par taureau

C’est le patrimoine local et la riziculture qui introduit cette 86e Cocarde d’Or avec une magnifique capelado. Les gardians s’articulent autour des très nombreuses arlésiennes, enfants et hommes présents qui, avec la pena, commencent à créer l’ambiance. La Reine d’Arles et ses Demoiselles d’Honneur apparaissent à cheval avant que 46 tenues blanches défilent bien décidées à faire leur place en ce jour particulier. Et la compétition fut, pour à la clé, un titre, une histoire. A la fin de la première partie, Jérémy Ciacchini s’est déjà fait remarqué en se détachant tout comme Youssef Zekraoui. Mais c’est la seconde partie qui va les départager à un seul point, tant ils se battent pour les attributs. A leurs côtés, Joachim Cadenas fait une entrée timide mais persiste. Jérôme Martin se démène, prend des risques, manque de chance mais soulève le prix du meilleur animateur. Les taureaux quand à eux ont tenu leur rôle et ont bien servi : Cortex fait face et encaisse sa place de premier, Marcias se défend très bien et Vallespir s’engage. Après l’entracte, Muscadet crée la pagaille, Liber se donne à cœur, Monro départage avec bravoure et ramène le prix au Mas de Peint tandis que Sauvage tient le large, en dernier peu secoué.

CORTEX (Les Baumelles).- Le top départ est donné et il ouvre la compétition armé de sa redoutable corne gauche. D’un coup de tête appuyé, se dégage comme il peut et garde son gland 9 minutes avant que le jeune Florentin Garcia ne s’en empare. Vient cogner le rouge des cornes et change déterminé de terrain avant qu’Ouffe ne se jette sous le marchepied. Epuisé, subit un peu sur la fin mais rentre fortement applaudi en musique, avec ses ficelles.

MARCIAS (Fabre-Mailhan).- Lui aussi ne lésine pas sur la violence du coup de tête. Combattant, donne la réponse et passe la tête sur Zekraoui, Auzolle et Cadenas. Change d’espace et conserve son gland jusqu’à la 6ème. Se sent plutôt bien devant le toril et y fait sa place aux ficelles tout en se permettant de belles poursuites. Mène une défense très honorable mais s’avère privé de Carmen, ce qui réveille la colère de l’amphithéâtre. En entend deux au fil de sa course d’où il préserve les ficelles.

VALLESPIR (Blatière-Bessac).- Il en veut le pensionnaire des Iscles et fait face à la tornade blanche avec caractère. S’exprime en finitions à plusieurs reprises, frappe sur Cadenas et Zekraoui qui va chercher son 2nd gland et sa 1ère ficelle. Les ardeurs se calment pour sa seconde, il la garde sur les cornes et réintègre le toril en musique déjà entendue 3 fois.

MUSCADET (Chauvet).- Une première frayeur pour Martin se poursuit avec Ciacchini qui reste au sol, sans mal. Se soulève après Zekraoui et entend le disque. Donne des à-coups de ses longues cornes mais, piégé au milieu, s’impose dangereux par ses fusées soudaines dans le tas, se dégageant de la pression. 1 Carmen, les ficelles au toril.

LIBER (Saumade).- Mobile, fait à sa manière et longe le tour de piste. Une fois posé, vient jusqu’au bout et se montre vaillant. Attentif, s’investit dans la guerre, part en vadrouille de l’autre côté et continue sans rien lâcher. Rentre l’ultime tour de sa seconde ficelle sous les applaudissements nourris du public. 2 Carmen et rentrée.

MONRO (Bon).- En force tranquille, promène faisant mine de sauter et sans se laisser bousculer. S’envoie dans les planches à deux fois avec Cadenas. Il est plongé dans le bain quand la bagarre Ciacchini/Zekraoui reprend et réveille la compétition, montrant une vaillance réfléchie et des actions aux bois. Zekraoui insiste et s’effondre, passant dessous. Sa 1ère ficelle atteint 3000€ mai il retourne au toril avec elle quand Ciacchini célèbre sa victoire. 8 Carmen et rentrée.

SAUVAGE (Lautier, hp).- Sans ex-æquo, les rasets sont plus fluides et Sauvage se révèle avec plus d’aisance. Offre des coups de barrière sur Miralles, Chig et Auzolle et demeure aux aguets. Les poursuites vives sont ponctuées sèchement aux planches. 3 Carmen et rentrée avec ses ficelles.

 

ANGELIQUE

Les réactions

 

Jérémy Ciacchini, vainqueur 86e Cocarde d'Or

"Cette 1ère victoire me fait vraiment plaisir. L'année dernière je finis 3ème avec une blessure à la cuisse. Aujourd'hui je me suis battu, je n'ai rien lâché jusqu'au dernier taureau. J'étais épuisé mais cette victoire fait vraiment plaisir. Youssef a bien raseté, il a été adroit, ça s'est joué à un point, ça s'est joué à rien jusqu'au dernier taureau. L'année dernière ça s'est joué à 2 points du premier. Cette année je n'ai rien lâché et je suis récompensé."

Youssef Zekraoui, 2e

"Une course vraiment bien. J'ai essayé de ne pas penser à mon coup de corne d'hier malgré les points. C'est plus mon pied gauche avec la rupture du tendon qui m'a fait souffrir vu que c'est mon pied d'appui. Je reprenais hier, physiquement c'est dur après un mois d'arrêt mais j'ai la rage, c'est ce qui me fait avancer."

Joachim  Cadenas, 3e

"Un grand manque de compétition, le temps de me réadapter aux taureaux et ça reviendra. C'était dur physiquement, je me suis fait mal à l'entorse et au tibia mais bon c'est le jeu et Jérémy mérite sa cocarde d'or. Elle a été plus qu'honorable pour lui."

 

Frédéric Bon, manadier pour Monro, prix du meilleur taureau

"Je suis content. La Cocarde d'Or fait partie des compétitions mythiques de la course camarguaise et encore plus pour un Arlésien comme moi. C'est une grande fierté comme pour le prix de la finale, de gagner dans ses arènes, dans sa ville. Une fierté pour moi, pour mon père qui est là-haut, pour les gens qui m'entourent et qui travaillent avec moi au quotidien. Je pense qu'on a vu une belle Cocarde d'Or avec une belle bagarre d'hommes comme on l'espère à chaque édition. La victoire de Jérémy est méritée. Quand on met un taureau ici, c'est un pari : ou ça marche ou ça marche pas, là en l'occurrence je pense que le taureau s'est bien débrouillé."

 

Medhi Ait Idir, bayle gardian manade Bon

"Ça représente une grande fierté pour la manade Jacques Bon et même si ce n'est pas moi qui l'ai fait naître, pour mon amour propre et celui de la manade, on est très content. Monro a tiré son épingle du jeu,ce n'était pas gagné d'avance car il était beaucoup effrayé en début de course. Il a fini par se caler et faire ce qu'il sait faire ; il a fait des enfermées, il est allé jusqu'au bout comme il a l'habitude de faire et a confirmé ses qualités."

 

Naïs Lesbros, 23e Reine d'Arles

"C'était une belle Cocarde d'Or avec une capelado magnifique et je tiens à remercier Céline et Jean-Luc pour leur investissement. Une course intense qui se joue au coude à coude jusqu'au dernier. Félicitations à Youssef qui s'est battu, à Joachim qui a bien travaillé malgré son retour de blessure, à Jérôme Martin pour le prix du meilleur animateur et bien sûr à Jérémy, pour lequel je suis très heureuse puisque c'est également un ami dans la vie mais mon devoir de réserve ne me permet pas de m'exprimer plus sur le sujet."

Propos recueillis
par STEPHANIE GAUD

 

21/05/2018

LE GRAU-DU-ROI *AS HT*

le grau-du-roi,médoc,aliaga,zekraoui,ciacchini,course camarguaise

Lundi 21 mai 2018 - Course du dimanche 20 mai

Le beau succès de Médoc

le grau-du-roi,médoc,aliaga,zekraoui,ciacchini,course camarguaise

Un coup de barrière de Médoc
d'une violence folle sur Jérémy Aliaga

L’affiche était d’envergure, elle a tenu ses promesses mais pas forcément avec les taureaux qu’on attendait le plus. A l’issue c’est Médoc qui se taille un beau succès dans un ensemble de qualité où Apache, Pourpier, Chico et Cruchot tiennent les spectateurs en haleine. Aliaga, Ciacchini et Zekraoui se montrent les plus convaincants au sein d’une équipe où chacun a apporté. Avec une ouverture aux couleurs camarguaises menée par le Mas de la Comtesse et des guitares gitanes, la course a plu, le public s’est retiré satisfait et n’a pas ménagé ses applaudissements.

Canio (Blatière-Bessac).- Attaqué tous azimuts, il se défend sur un petit périmètre, avec des réponses imprévisibles. Comme cette bascule sur Ull et ses conclusions sur Zekraoui (2). 10 minutes.

Chico (Lautier).- Cible son partenaire qu’il course à toute vitesse. Ce sont les gauchers qui l’intéressent le plus pour de chaudes longueurs.Bouhargane se fait rattraper et coincer la cheville au saut. Aliaga, Errik, Zekraoui sont prestement raccompagnés et Chico rentre ses ficelles. 8 Carmen et retour.

Cruchot (La Galère).- Premiers attributs sur ses déplacements puis se tient pour de bonnes ripostes. Distribue droite-gauche sérieusement jusqu’au ras des planches. Ciacchini gère avec sang-froid deux trajectoires mal débutée. Se réserve un peu sur la fin mais pointe sur Chekade. 4 Carmen et retour.

▼ Apache et Ciacchini

le grau-du-roi,médoc,aliaga,zekraoui,ciacchini,course camarguaise

Apache (Cuillé).- Des planches il tient les hommes à distance. S’il n’aime pas les reprises, c’est en tête-à-tête qu’il excelle avec ses anticipations et sa vitesse. Des rasets émotionnants avec Aliaga, Zekraoui, Ciacchini font monter la température dans le public. Garde une ficelle, 4 Carmen et au retour, applaudi.

▼ Apache et Zekraoui

le grau-du-roi,médoc,aliaga,zekraoui,ciacchini,course camarguaise

Médoc (Saumade).- Le premier raset d’Aliaga finit en boulet de canon, haut et fort. Réplique sur Ciacchini. Les blancs ne lui sautent pas dessus, alors il part en chasse. Conclut sur Zekraoui (2) et Chekade pour 6 minutes les rubans. En déplacement le long des planches, se fait respecter par ses finitions agressives puis conforte sa domination en ponctuant méchamment encore après Zekraoui (2), Chekade, Errik. Rentre ses ficelles sous les applaudissements avec 8 Carmen et retour.

Pourpier (Saumade).- Posté, il surveille tout et fait avorter les départs. Bascule après Aliaga, conclut sur Martin (2). 5 minutes les rubans. Craint, ce n’est pas la bousculade à sa tête. Puis une série se dessine. Alors qu’il se montre pourtant moins tranchant en fin de temps, il fournit une énorme riposte sur le beau cite de Ciacchini. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

▼ Pourpier sur Ciacchini

le grau-du-roi,médoc,aliaga,zekraoui,ciacchini,course camarguaise

Pino (Les Baumelles pour 12 minutes).- Il ne trouve pas sa place et promène beaucoup. Difficile à tenir, il monte sur tout ce qui bouge. Indiscipliné, même les rasets engagés ne l’intéressent que modérément. Le 2e gland part à la 10e. Pas le bon jour pour Pino. Carmen au retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Course du dimanche 20 mai.

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Chekade, Ciacchini, F.Martin, Dunan. Gauchers : Aliaga, Bouhargane (sort blessé au 2e), Errik, Zekraoui. Tourneurs : Fadli, Lopez, Cuallado, Ull (exclu fin du 3e et 4e), Beaujard.

12/05/2018

ALES *Niveau AS HT*

Samedi 12 mai 2018 - Course du jeudi 10 mai

Hélias et Massena
enflamment le Temperas

ALESHELIASPHLS.jpg

Course complète qui a satisfait le nombreux public pour terminer en apothéose avec la paire Hélias et Massena. L’équipe blanche a travaillé dans un bon esprit, Four et Ciacchini remportent les prix.
Aparicio (Rouquette, N.714).- Cul aux planches d’entrée, il répond par à coups, pointe sur Aliaga, 4 minutes pour les pompons. Aux ficelles, Aliaga le force mais il vient par intermittence pour terminer en roue libre. Rentre ses ficelles. 1 Carmen.
Izarac (Vinuesa, N.238).- Fuse puis s’évade tout seul. Raseté en déplacements, Four le tire un max pour la cocarde. Réactif sur les gauchers, mais à droite ce n’est pas pareil. S’engraine dans une petite série où il laisse le 2e gland à Ciacchini. 1 Carmen.
Lucky (Le Joncas, N.850).- Pris au vire-vire dès sa sortie, il laisse sa cocarde. Prend ensuite une rafale pour les glands en 1 minute. Continue avec un coup de barrière sur Bruschet, idem après Ciacchini. En suivant, une grosse série en musique avec deux grosses enfermées sur Aliaga et Clarion. 6 Carmen plus rentrée.
Mousquioun (Nicollin, N.001).- Tau de belle présentation avec une grosse pointe de vitesse et un bon placement au début. Le cercle s’agrandit. Il se chauffe dans une énorme série où il laisse beaucoup de jus pour la cocarde et un gland. Garde ses ficelles. 5 Carmen plus rentrée.
Hélias (Blatière-Bessac, N.921).- Un vrai Blatière qui annonce la couleur en tamponnant 3 fois de file sur Ciacchini. Barricadier, il continue puis serre Michelier qui se fait des frayeurs. Grosse envolée sur Bruschet. Véritable démolisseur sous les ola du public. Conserve ses ficelles sous l’ovation. 8 Carmen et rentrée.
Massena (Cuillé, N.856).- Au début, il se donne sans venir au bout puis monte le ton avec plusieurs coups de barrière. Il anticipe sur Bruschet qui s’en sort grâce au « quite » des blancs. Se place pour terminer et contrôle jusqu’à la fin. Un quart d’heure agréable. 7 Carmen et rentrée.


REMY MARTIN

PHOTO LAURENT SONZOGNI


Course du jeudi 10 mai. Niveau As HT. Entrée : plein. Président : Joris Alvarez. Organisateur : Toro Alès Cévennes. Raseteurs droitiers : Michelier, Bruschet, Ciacchini, Ayme. Gauchers : Aliaga, Clarion, Four, Errik. Tourneurs : Beaujard, Arnel, Ull, Fouque, Khaled.
Prix du meilleur cocardier, Hélias de Blatière-Bessac. Prix aux raseteurs : Four et Ciacchini.