Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/10/2007

MEJANES : STARS DE DEMAIN

SAMEDI AU DOMAINE PAUL-RICARD DE MEJANES
dc416e95214a44c6e6bf649d74b87cc6.jpg
LES JEUNES RASETEURS EN VEDETTE

En attendant d’être -peut-être - les Stars de demain, hier à Méjanes les jeunes raseteurs ont été les stars de la journée. Dans cette même arène du domaine de Méjanes, où dès le début des années 1960 naissait la première école taurine menée par Francis San Juan, Soler et fréquentée par Dumas, Pando, Imbert... quelques-unes des 270 jeunes recrues ont eu l’occasion de monter leur savoir-faire.
Sous les yeux de Dominique Perron, président national des clubs taurins Paul-Ricard et d’Henri Itier, président de la Fédération française de la course camarguaise accompagnés de nombreux membres de l’UCTPR et de la FFCC, la 4e finale de Stars de demain a réuni les quinze écoles de raseteurs, leurs éducateurs, leurs familles, leurs proches.
«Il y a de plus en plus de monde au fil des années à Méjanes, dit Nicolas Triol, président de la commission sportive. Les écoles marchent bien, cette année Pérols et Beaucaire ont repris, l’année prochaine trois reouvriront dont Saint-Gilles et Mauguio. On peut d’ailleurs remercier les éducateurs bénévoles qui ont la responsabilité de mener les élèves devant les taureaux. Et au delà d’apprendre à raseter, les participants approchent le milieu de la course camarguaise, l’élevage, etc.. Les écoles font un formidable travail pédagogique d’imprégnation et de sensibilisation».
849e93f18b57795f05862edaa7a699ab.jpgIllustration de ces propos en piste et dans les gradins. Sur le sable, que ce soit avec les vaches, le matin, ou les taureaux emboulés l’après-midi, les élèves ne chôment pas et rasétent avec enthousiame sous l’œil avisé de Gérard Barbeyrac, DTN, qui ne laisse rien passer: "Attendez qu’il (le taureau) finisse. Là tu peux partir.... Pose la main...Attention, il saute...". Les coaches techniques venant supporter leurs poulains05841ee67621f05667b784470be22fab.jpg ne manquent pas en contrepiste, parmi tant d’autres Gérald Rado, Morade, Tourki, Jorquera ou Fadli... Alors bien sûr, les gestes sont souvent fébriles et les courbes joliment amorcées finissent parfois en dents de scie, mais certains ont du "biais" et tous de l’envie. Il faudra les suivre.
Pour Henri Itier: «La participation est excellente, le travail de fond de la FFCC porte ses fruits. Certains clubs taurins ont même organisé un déplacement en car pour venir. Ceux qui, il y a quelques années, décriaient les écoles taurines, peuvent constater aujourd’hui que cette polititique axée sur les jeunes est en train de porter ses fruits. Les aficionados de demain sortiront de là».
Au final de cette belle journée, si un raseteur Cyril Imbert de Fos-sur-Mer, le cocardier de Nicollin (devant le Siméon et le Ricard) et le jeune chroniqueur Loïs Jodar du CT de Vendargues ont reçu des prix, le travail réalisé toute l’année par l’ensemble des participants mérite lui un "Carmen". 

Martine ALIAGA

* Le prix du photographe de demain sera décerné ultérieurement après délibération du jury au siège de la FFCC
0ccd8a0913458190c80ef975e1b99778.jpg
b87a5140f46b2f10a5d1f2f61ca93ff2.jpg
b017df6e183235b1837ede71621d505a.jpg
a14080876701f40404a2ce1f8b5c86f5.jpg
984c026bcca2643529091367eef7ec34.jpg
8ac21c9740c16fa89f5047030a4fbcb9.jpg
8e27b33e301c398fffb218f640d6693c.jpg
Photos L. PERO