Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/07/2011

ARLES COCARDE D'OR

Lundi 4 juillet 2011

Vainqueurs de la 80e édition

JULIEN REY ET CO BLANCO DE LAUTIER

 arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises
En action les deux vainqueurs

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

 

 

Meilleur Arlésien Benjamin VILLARD 4 pts

 

 

 

 

 

 

LA LIBERTÉ VA SI BIEN A LA COCARDE

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

Un air de liberté retrouvée a soufflé lundi sur les arènes d’Arles. La Cocarde d’Or vieillissante et sombrant dans le commun, s’enflamme pour ses 80 ans. Elle redevient unique.

Piste ouverte à tous les raseteurs – inimaginable pour les moins de 30 ans – , frontal, garrot… La curiosité piquée au vif, les afeciouna ont bien garni les gradins (entre 6 et 7000), les raseteurs émoustillés par l’enjeu ont participé avec envie, les manadiers ont stressé pendant le quart-d’heure de leur taureau mais ont donné leur aval.

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

Premiers assauts

Alors comment ça s’est passé ? Devant la nouvelle Reine d’Arles, la capelado semblait ne jamais finir… des raseteurs, des raseteurs, des raseteurs… et des tourneurs. Une nuée blanche prête à en découdre. Aïe aïe aïe le premier taureau.

Bambou de Chauvet voit une tornade s’abattre sur lui. Des milliers de rasets, mais il fonce dans le paquet, ne se laisse par enfermer. Chez les blancs, ça court, ça saute en vrac, des gamelles en contre-piste à tout va… Les droitiers passent à gauche, les gauchers lèvent à droite… les tourneurs on ne sait pas. Mais attention, Bambou ne perd pas le nord, il repère Khaled et sprinte toute la piste à sa poursuite, Martin-Cocher bousculé à la planche, le « quite » pour Ayme, danger sur Matray, Alarcon. Puis calé au portail, Bambou pare au plus pressé et accompagne de la tête. Le tournis le guette, sans répit, mais dans la cohue, peu touchent la tête, Bambou rentre ses ficelles, très bon premier de Cocarde. 3 Carmen et retour.

Farfadet (Fabre-Mailhan) lui opte pour les déplacements. Slalomant dans le peu de place qu’il trouve, il court et prend les rasets à la volée. Inlassablement, il répond à tout ce qu’il peut. Puis, vidé, se contente de hocher la tête. 13 minutes éprouvantes. 2 Carmen.

Frédéric Raynaud se rousigue quand sort son Caillet. Pourtant, il va tirer son épingle du jeu, à son rythme. Caillet, en mouvement, choisit ses partenaires. Gardant son sang froid, il amorce une série, puis fuse sur Martin-Cocher. Côté blanc,  ça se calme un peu. L’animation repart pour la 1re ficelle, Caillet s’économise mais quand il sent l’homme tout près, il sait être dangereux. Dernière minute, il en laisse passer, mais explose  les planches en musique après Gros. Rentre une ficelle et obtient les honneurs réclamés par le public qui suit les débats avec intensité.

Rey est en tête devant Four, Villard, Matray…

A la reprise, Mornès d’Allard sort tout molligas… statique. Il essaie par moments de s’échapper mais subit. Acculé dans l’angle à droite de la présidence, il se révolte et manque d’escagasser Matray. Frayeur, émotion… le gladiateur saintois s’en tire avec un T-shirt en lambeau mais repart aussitôt au combat. Mornès lui balaye le peu d’espace qu’on lui laisse de ses cornes. Estevan vole au-delà des planches, Moutet idem.  Collé aux bois, pour un dernier tour de ficelle, Mornès est débordé. Vivement la trompette. Martin-Cocher gagne un beau jack-pot, la 1re ficelle à 600€. L’autre rentre.

Le garrot, le garrot… Titouan de Cuillé arrive le temps d’un flash back en 1935. Mais Titouan manque de jus, cherche l’échapatoire et se retrouve à traîner la meute blanche au cul. Quelques belles révoltes sur Auzolle, Matray, Gros… Traverse les planches après Matray (Carmen). Les blancs s’essayent en vain au lever de garrot… pas facile. Matray en lève la moitié… Auzolle est proche de l'exploit... Du coup, les raseteurs oublient les ficelles et Titouan les rentrent. Musique.

Rey est en tête devant Auzolle, Poujol, Four …

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaisesCo Blanco de Lautier a de l’expérience, elle va bien lui servir. L’issue est proche pour les hommes. Co Blanco se déplace, sélectionne et rétorque violemment aux planches. Dressé après Poujol, il projette Rey, allonge quelques trajectoires ou ignore. Il gère. Matray est toujours à fond, dans les cornes ; il y a un peu plus de place, alors Poujol se fait voir et les coups de barrière pleuvent, la corne dangereuse. Et dans ce moment intense, Julien Rey lève la 1re ficelle. Un beau quart d’heure qui vaut à Co Blanco une belle ovation et le prix mérité. 6 Carmen.

La Cocarde 2011 est à Julien Rey. Le raseteur droit sur la barrière, bras levés, exprime toute sa joie. Il rentre dans l’histoire aux côtés de son homonyme vainqueur en 1930 et 1931.

Quand Oufanous de Guillierme sort, la Cocarde est donc terminée, mais les blancs ne lèvent pas le pied. Aussi le temps semble long pour le cocardier malgré sa vaillance et quelques engagements aux planches pour dix minutes et les honneurs.

Voilà une Cocarde d'Or qui a tenu ses promesses. Les spectateurs ont avalisé. Intensité, émotions, belle tenue des raseteurs malgré le nombre, un peu de compassion pour les taureaux... Une fois par an, à l'ancienne... Pourquoi pas ?

MARTINE ALIAGA
Photos LUC PERO
CHRISTIAN ITIER (cet aprem)

LES PRIX - LES POINTS

80e Cocarde d'Or : Julien Rey, 10 points ; 2. Martin-Cocher, 9 ; 3. Auzolle, 6.
Prix des Arlésiens : Villard, 4 points.

Meilleur taureau : Co Blanco de Lautier.

Trophée des As : Rey, 11 points ; Martin-Cocher, 9 ; Matray, 8 ; Auzolle, 7 ; Four, 5 ; Marquier, 5 ; Poujol, 5 ; Villard, 4 ; Clarion, ,4 ;  Sabatier, 4 ; Ayme, 2 ; N. Benafitou, 2 ; Chekade, 1.
Trophée des Raseteurs : Miralles, 3 points.
Trophée de l'Avenir : Fouad, 3 points ; Alarcon, 2.

LES PARTICIPANTS

Raseteurs droitiers : Auzolle, Marquier, Ayme, Chekade, Oufdil, Matray, Moutet, Rey, Sabatier, Gros, Villard, D. Maurel, Gleize, Sanchis, Estevan, Beaujard, Miralles, T. Dumont, Salinesi, Lévy...

Raseteurs gauchers : Four, Ouffe, Poujol, Martin-Cocher, Clarion, N. Benafitou, Sabde, Ferriol, Khaled, Oleskevich, Lafae, Mebarek, Tortel, Ricci, Cartalade, Fadli, Fouad, Alarcon, Errik...

Tourneurs : Dunan, Molins, T. Garrido, Kerfouche, Bensalah, Galibert, G. Rado, Mata, Ull, Lebrun.

MICKAEL MATRAY
UN GLADIATEUR DANS LA COURSE

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

Du premier au dernier taureau, le Saintois s'est jeté éperdument à la tête des taureaux. Pas payé en attributs mais quelle envie, quelle énergie ! Ci dessus avec Bambou. Ci-dessous avec Farfadet, puis en danger avec Mornes.

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

 

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

LE GARROT

Collé sur le dos de Titouan, 5e, le garrot primé 200€ et valant 2 points pour la Cocarde, a donné bien du fil à retordre aux raseteurs. Les plus assidus et adroits ont été Mickaël Matray et Loïc Auzolle. Et si Mickael en prend la moitié, Loïc a le meilleur geste..
Photos▼

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

arles,cocarde d'or,julien rey,co blanco de lautier,courses camarguaises

*************************************