Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/01/2008

FFCC : COMITE DEPARTEMENTAL DE l'HERAULT

Vendredi 25 janvier

CALME PLAT

 

e5663336f96d5b61da3cbc7aa5bd34bd.jpgEnviron deux cents personnes asssistaient à la dernière des trois réunions proposées par la FFCC où, après les comptes rendus moral et financier du comité de l'Hérault, le renouvellement du bureau est passé comme une lettre à la poste.
A la tribune, le représentant du club taurin local Le Dardailloun ; le maire de Saint-Just Hervé Dieulefès ; Claude Barral pour le Conseil général de l'Hérault ; André Turquay et Vincent Bayol, respectivement vice-président et trésorier de la Fédé et élus du comité héraultais ; Henri Itier, président de la FFCC ; Nicolas Noguéra, président des raseteurs ; Nicolas Triol responsable de la commission sportive de la Fédé et Robert Michel pour les manadiers.

Par rapport aux propositions de la FFCC pour la saison 2008, rien de plus qu'aux deux autres assemblées (voir le compte rendu d'Eric Auphan à Saint-Martin-de-Crau) si ce n'est que l'idée d'une cocarde qui tomberait dès que coupée a été abandonnée en cours de route. Apparemment la concertation en amont entre manadiers, raseteurs, Fédé a fonctionné.

a6df52b27f3ddcfb06a5e8802aca46ab.jpgDans l'ensemble, Henri Itier maintient les grandes lignes ébauchées au cours des exercices précédents. Quelques exemples : éduquer les jeunes raseteurs (en s'appuyant sur les Ligues comme centres de formation subventionnés) ; affirmer la course camarguaise en tant que sport (cela passe par un renfort des contrôles... des crochets ou antidopages et le respect du réglement) ; accroître la sécurité (moins de courses pour les stagiaires raseteurs ; laisser les burladeros libres pour les raseteurs, tourneurs ou juges de piste ; demander la licence fédérale - gage d'assurance fiable et de carte verte - aux manadiers et cavaliers lors des spectacles de rue...).

Une soirée tranquille pour les représentants de la FFCC qui ont évacué rapidement les quelques questions posées. De quoi rester dubitatif connaissant ce milieu taurin toujours prompt à ergoter et à s'enflammer. Ce calme plat va-t-il se prolonger ? Auquel cas la FFCC pourrait se prévaloir d'un beau plébiscite.

Quoi qu'il en soit les licenciés voteront lors du Congrès le dimanche 2 mars, à Aigues-Vives.

Martine ALIAGA

 

24/01/2008

FFCC COMITE DEPARTEMENTAUX

Mercredi 17 janvier

SECONDE REUNION A CODOGNAN ( GARD )

dbb8e995c935be269c4f8cf317bf23a7.jpg

Hormis les kilomètres qui séparent St Martin de ab2c73d965bd46bec26017a96a4c3c71.jpgCrau à Codognan, rien de nouveau n'a bouleversé ce second monologue du Président Itier. Seules deux ou trois questions un peu gênantes que le Président a éludé avec le talent qu'on lui connaît. En attendant la réunion de St Just (Hérault) le compte-rendu de la séance de St Martin sert de base de références.

 

Luc PERO

19/01/2008

FFCC COMITE DEPARTEMENTAUX

Mercredi 16 janvier

PREMIERE DES TROIS REUNIONS A SAINT-MARTIN-DE-CRAU

e307471445f6b8d9e8abb21f6fb55cf0.jpg
C’est dans la salle A Qui Sian Ben à l’initiative de la FFCC que sont retrouvés gardians, manadiers, raseteurs, organisateurs, présidents de courses et tous ceux qui gravitent dans le petit monde de la bouvine pour la présentation des propositions 2008. Après le discours de bienvenue de Jérôme Dumas président du CTPR de Saint-Martin, le premier adjoint de la ville s’est félicité de la construction des nouvelles arènes saint-martinoises même s’il n’occulte pas les menaces sanitaires qui pèsent sur la course camarguaise. Il rappelle qu’il faut rester vigilant. Après les vœux du président fédéral Henri Itier, Maurice Mousset et Denis Rocarpin - remplaçant Vincent Stéfanelli excusé - ont entériné la saison 2007 et renouvelé à l’unanimité le bureau pour 2008 pour les commissions départementales 13 et 84. A la tribune : Françoise Peytavin présidente de L’AETCC, Sophie Chapelle-Brugeas présidente de l’association des manadiers d’abrivado, Jacques Mailhan président de l’association des manadiers, Nicolas Noguera président de l’association des raseteurs et des représentants de la FFCC. Devant une assistance attentive et nombreuse, Henri Itier annonce que le forfait licence des organisateurs passe de 10 à 12 membres mais les grands points évoqués lors des 3 commissions avec les parties prenantes sont :
Entérination de 2 courses As Elite par dimanche et 3 s’il s’agit de pistes moyennes ce qui en 2007 aurait eu un effet dopant pour les entrées.
Encocardement expérimental en 2008. Suppression de la coupe du frontal et mise en place d’une cocarde coulissante à tous les niveaux pour diminuer le nombre de blessures. Une polémique s’engage sur la cocarde et donne lieu à des discussions engagées. Il faut essayer, pas essayer, Gleize, Ferrand montent au créneau et cette pratique ne se fera peut être que lors des courses d’école taurine et de ligue (ex-protection). Jacques Mailhan explique que cette mesure vise à protéger le taureau et n’a pas pour but de nuire au raseteur. Si on n’essaie pas on ne peut pas juger de son opportunité. Il propose d’effectuer un test six mois sachant que rien n’est irréversible.
Transformation des courses de protection en courses de ligue. Exemple des centres de formation dans les autres disciplines. 24 heures de repos seront obligatoires entre deux courses pour les stagiaires. La finale des courses de ligue sera précédée de deux demi-finales. Traçage d’une bande située à 3 ou 4 mètres des planches pour les écoles taurines et certaines courses de ligue pour habituer à partir de la planche.

Ce sont les points majeurs mais à trop vouloir chaque année règlementer ne vas t’on pas vers une accumulation de points de contrôle ?, vers une complication des règles ? Certes ces décisions semblent prises pour le bien de la course camarguaise mais ensuite il faut arriver à les faire appliquer. Henri Itier rappelle que les présidents de course ont des pouvoirs mais qu’il ne faut pas qu’ils soient frileux pour les utiliser.

Les autres annonces se font dans la continuité mais rien de révolutionnaire si ce n’est la création d’une Coupe de France dont la finale aura lieu le 27 octobre à Beaucaire. 10 à 15 courses devraient servir de base pour le décompte des points des raseteurs avec des bonus de 5 points attribuables par un jury. La finale se déroulerait avec les 4 meilleurs droitiers, les 4 meilleurs gauchers et 2 entrants.

Le président demande aux animateurs de course d’informer le public de la sortie d’un raseteur avant la fin de la course (avec si possible les raisons de son retrait).

Le quota de raseteurs à inviter dans chaque piste est épineux pour certaines, avec en plus les périodes A et B plus le nombre de raseteurs aux As qui risque d’être en diminution pour cette année. Comment trouver le nombre suffisant dans la catégorie. Nicolas Noguéra est clair. Il y a de la difficulté à trouver des raseteurs au groupe élite mais aucune concession n’est envisageable sur le nombre d’invités. De grosses concessions ont déjà été faites par le passé.

La Fédération augmente le nombre de stagiaires dans les pistes de Noves, Barbentane, Aigues-Vives et Saint-Mathieu-de-Tréviers pour les courses de Ligue. Leur nombre passe de 6 à 8.

Le 7e taureau doit être instauré dans un esprit de découverte avec si possible un taureau brillant pour une durée de 10 minutes. Huit taureaux c’est soit disant interdit comme fait remarquer le président à Bruno Pécout faisant référence au trophée des Maraîchers espoirs. Réponse du berger à la bergère, qu’en est-il pour la finale du Trophée de l’Avenir ?

Un point important à gérer par les organisateurs c’est la gestion des refuges en contre piste (burladéro). En 2007 deux tourneurs ont subi de graves blessures pour ne pas avoir pu se mettre en sécurité (Patrick Siméon et Max).  Il faut s’assurer que ces emplacements puissent être disponibles pour les tourneurs, gardians, raseteurs et juges de piste).

Et enfin pour les spectacles de rue les organisateurs doivent s’assurer que les manadiers qu’ils choisissent sont bien détenteurs de leur licence garantissant leur affiliation à la Fédération ce qui implique la carte verte et l’assurance.

Enfin le président donne rendez-vous pour les Camarguaises le 2 mars dans les arènes d’Aigues Vives. Il est 23 heures 20. La séance est levée mais les discussions vont encore bon train.

Eric AUPHAN
f330655452bc5b08b13e068a8ceeb16c.jpg