Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2011

ARLES *FINALE TROPHEE DES AS* (1)

Dimanche 9 octobre 2011

GARLAN PORTE HAUT SA DEVISE BRODEE D'OR
SAINT-REMOIS JUSQU'A EPUISEMENT

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

Julien Rey et Garlan

A CHAUD PREMIERES REFLEXIONS

Géricault bien mais moins combattant qu'espéré, Embrun bof !,  Athor très cocardier, Garlan à la hauteur de son titre de Biou d'Or, Guépard alterne les assauts meurtriers et les moments de doute, Valmont par à coups et Saint-Rémois un hallucinant barricadier (prix du meilleur taureau de la finale).

Auzolle, Villard, Ouffe et, surtout Julien Rey (meilleur animateur de la finale) mènent la course, Poujol et Four de bons passages.

LA COURSE

Entrée : 3/4. Organisateur : SA Jalabert Frères. Président : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Chekade, Marquier, Vkllard, Moutet, Rey, Sabatier. Gauchers : Four, Ouffe, A. Benafitou (sort en cours), Poujol, Martin-cocher (sort après un choc avec Géricault), Clarion. Tourneurs : Dunan, Kerfouche, Benzegh, T. Garrido, Bensalah, Molins. Invité d'honneur : Bari Khaled.

Après une entrée en matière superbe pour fêter le 60e anniversaire du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence (nous y reviendrons), la course attaque par Géricault de Chauvet. Nettement moins dominateur et agressif que d'habitude, mais quand même offensif  et rageur sur quelques coups (Villard, Poujol, Rey). Sait se sortir de l'enfermement blanc et termine sur de la réserve mais en ayant été concluant sur Rey, Four, Villard et renvoyé Martin-Cocher au vestiaire, accroché au pied.  14'30, 2 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▲ Géricault (Chauvet) et le vainqueur du Trophée des As.

Embrun (Nicollin).- Son style c'est "je-fais-un-peu-ce-que-je-veux" sans me faire violence. Placement aléatoire qui entraîne du désordre chez les blancs et gros coup de tête dissuasif sur les avant-bras. Les hommes tergiversent et on peut les comprendre. Une enfermée sur Clarion pour 1 Carmen et retour avec ses ficelles en silence.

 finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Embrun (Nicollin) et le dauphin des As Bastien Four.

Athor (Daumas).- C'est du bon cocardier. Cornes pointées quand les rasets s'enchaînent. Avec un peu de flottement au début mais il sait vite se reprendre. Aux ficelles, bien placé, raccompagne sévèrement (Villard) et se délimite un large territoire où il est patron. Peu se présentent. Seuls Villard et Auzolle tentent avec la manière. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Athor (Daumas) avec le Saintois Anthony Ayme.

Garlan (Les Baumelles).- Sort fringant et s'enfile une belle série. Vite calé, les échanges sont vifs, Garlan est au diapason. Aux ficelles, le Biou d'Or ne s'en laisse pas conter : des anticipations de belle facture (Chekade, Rey, Poujol, Villard), il coince le pied d'Hadrien à la planche. Encore des anticipations et des changements de terrain.  Rey, Auzolle, sur de beaux cites allongés...ça le fait bien. Après un beau quart d'heure, Garlan ramène une ficelle à 2 200€. 5 Carmen et retour. Applaudissements mérités.

 finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Garlan (Les Baumelles) enferme Julien Rey meilleur animateur.

Guépard (Cuillé).- Autant il se laisse tondre comme un "bioulet", autant au tête à tête, il se montre criminel. Laisse filer facilement ses pompons sur ses déplacements mais quand Villard le provoque ou Auzolle, Rey, Poujol, les réponses sont brutales et la corne va chercher l'homme très haut. 12 minutes inégales mais au moins 6 attaques meurtrières de toute beauté. 6 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▲ Guépard (Cuillé) haut sur les barrières à la poursuite de Benjamin Villard.

Valmont (Lautier).- Navigue et éclate méchamment Benjamin Villard aux planches, serre Rey dans le berceau de ses cornes. Même s'il se décolle parfois des planches, dans les moments où il est bien en place, il sort avec vivacité et force sur Rey, Ouffe, Poujol. Sa rapidité fait souvent mouche (Chekade, Ouffe, Four). Rentre une ficelles, 5 Carmen et retour.

 Saint-Rémois (Fabre-Mailhan)

▼ Avec Loïc Auzolle une des innombrables actions

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

Pas de round d'observation, aussitôt c'est Raging Bull dans toute sa splendeur et sa violence. Des coups à répétition après les hommes (Poujol, Rey, Auzolle,), il s'enrage et tape après les tourneurs, les spectateurs... Prend toutes les invites avec une vaillance extrême qui pourrait passer pour de la facilité. Mais au gré de ses tampons, il écrase les chevilles, coine les pieds, met des coups... Nombre de raseteurs boîtent... mais l'ambiance est chaude et, après quelques temps de récupération bien légitimes accordés à Saint-Rémois (demandé notamment par les tourneurs et les raseteurs), le barricadier de Fabre-Mailhan repart au combat. Les raseteurs se mettent au diapason, ça envoie de partout, pour des actions aux planches sur Auzolle, Rey, Four, Villard, Ouffe pour les plus en phase. Plus d'une vingtaine d'actions tellement engagées qu'on en a mal pour lui, si vaillant, si extrémiste... tout donner jusqu'au bout, jusqu'à la blessure, jusqu'à l'épuisement. Le public, survolté et bouleversé, est debout. L'ovation est énorme et le prix de la journée obligatoire. Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
et ERIC AUPHAN

▼ Poujol et Garlan

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▼ Une attaque meurtrière de Valmont sur B. Villard

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▼ Parmi les innombrables actions de Saint-Rémois
Julien Rey a souvent été son meilleur partenaire

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

***********************

 


 

31/08/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Dimanche 30 août 2009 
BOLERO, FALLONE, ÇA SWINGUE !
DSC07960 copie.jpg
BOLERO de Iris Lafon
 
Entrée : le plein. Organisateur : CT Le Trident.  Présidence : J. Valentin.  Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, C. Galibert.
Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Mebarek, Oleskevich.  Tourneurs : Benzegh, Beker, Bensalah. Fait marquant : exclusion pour un taureau du tourneur Bensalah.

C’est la clôture de la fête votive et les adieux de Christophe Galibert aux arènes de Saint-Geniès. Le concours n’a pas toujours captivé les présents mais Bolero et Fallone ont su mettre du rythme et se faire apprécier. Les hommes sont parfois studieux, parfois désordonnés.
Préférido (Vitou).- Nous avait habitués à plus de mordant dans la gestion du combat. Certes quelques poursuites mais rien de bien saillant dans quinze minutes.
Fier (Nicollin).- Se laisse ravir ses principaux attributs sans réaction spéciale. Aux ficelles, il subit et réagit sporadiquement avec quelques timides finitions. Puis la pression se relâche et il enferme sa seconde ficelle. Une fois la musique.
Boléro (Lafon).- Si pour les pompons il est quelque peu étouffé, aux ficelles les rasets coulés main sur le frontal de Clarion, Benafitou lui permettent de briller sur de belles longueurs. Il assure aussi de bons enchaînements et anticipe plusieurs actions pour quinze minutes sept fois honorées. Son duel avec Clarion est énorme de même que l’envolée qu’il effectue sur Allouani. Ses ficelles au toril et l’ovation.
Fallone (Janin).- Il sort avec la pêche et dans la foulée saute seul. Revenu en piste, il se donne bien volontiers et met du brio dans des finitions sur Allouani, Jourdan. Il retape encore plusieurs fois et saute sur Allouani dans neuf minutes quatre fois récompensées.
Ven Larg (Guillierme).- Il résiste bien aux attributs et donne une réplique ponctuée de quelques finitions. Petit à petit, il durcit sa garde et enferme ainsi ses ficelles.
Samson (Saumade).- Un tourneur étant exclu cela nuit peut-être au rendement du cocardier. Quoi qu’il en soit, c’est sans artifice, si ce n’est quelques poursuites timidement conclues que le biòu offre dans ses quinze minutes de présence. 2 Carmen.
Sifflet (Blatière-Bessac, hp).- Sur la première attaque, il saute sur Jockin, puis il brise les planches sur Clarion, tape sur Jourdan. Des Carmen et le dernier raset de Christophe Galibert.

VIDOURLE
DSC07966 copie.jpg
FALLONE de A et Y Janin
 
Trophée des As : Allouani, 17 points ; Jourdan, 10 ; Outarka, 9 ; Oleskevich, 8 ; Clarion, 4.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 18 points.

05/04/2009

BEAUVOISIN - LIGUE Languedoc-Roussillon

UNE LIGUE SANS LEADER...

DSC02261.jpg a.jpg

DSC02248.JPGUne bonne petite chambrée sur les gradins des coquettes arènes beauvoisinoises mais point d’enthousiasme malgré quelques bons passages. Les stagiaires essentiellement de 1ère année ont eu du mal à emballer la course. Aliaoui, Azzaoui, Caizergues, Jarroux, Lazard et Martin en première partie puis Allam, Aroca, Auphan, Bennour, Boufrouh et Boyer en seconde. Seul Aliaoui (3e année et cela se sent) s’implique vraiment. Azzaoui lui en détection est transparent. Les autres sont en apprentissage aidés des tourneurs Boutavin et Sagnier. Les Nicollin ont du sang et parfois même un peu trop. Le 459 (1er) est franc mais sauteur il se désintéresse trop sur la fin. Le 513 (4ème) saute seul ou après les hommes mais passe trop de temps en contre piste. Le 520 (8ème) est le plus intéressant. Vif, rapide et doté de bons principes, il termine tout au ras des planches. Les Fabre-Mailhan ont du cœur. Le 444 (2ème) trouve d’entrée sa place et pose problème jusqu’au terme. Le 329 (4ème) n’a pas couru depuis DSC02244.JPGun an et demi suite à une blessure. Vaillant il anticipe et se donne des deux côtés sans retenue avec un cœur énorme. Le 514 (7ème) est méchant. Il débute calmement mais finit très fort notamment lorsque Boufrouh est placardé contre la planche, soulevé sur les cornes et déshabillé (t-shirt et pantalon en lambeaux – voir les photos plus bas) mais heureusement sans blessure. Fortement commotionné il reviendra courageusement au dernier. Les Ricard ont du pétard aux barrières. Le 474 (3ème) est craint. Il rentre la totalité de ses attributs de par ses envolées sur les rasets à blanc. Le 470 (6ème) est vif, rapide. Pourtant, entrepris il s’avère coopératif aux planches avec une façon particulière de freiner des pattes arrières mais peu inquiété lui aussi rentrera tous ses attributs....

Texte Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

*******************

LA " ROUSTE " de Boufrouh

DSC02254.JPG
DSC02255.JPG
DSC02256.JPG
DSC02257.JPG
DSC02258.JPG

10/12/2008

TELETHON A NIMES

Samedi 6 décembre

LES TRADITIONS CAMARGUAISES EN "DIRECT LIVE"

DSC00195.jpg a.jpg

 

DSC00321.jpg a.jpgDans de nombreuses arènes, la bouvine a soutenu, comme à son habitude, le Téléthon. La nouveauté c’est qu’à Nîmes, il y avait la télé. L’abrivado de la manade Leron, la capelado et des moments de course ont été retransmis par France 2, avec les interview de Henri Itier, Sabri Allouani sous les yeux surpris et intéressés de Natasha St-Pier. Au final, tout le monde y a trouvé son compte, entre une action de solidarité, la bonne aubaine de la médiatisation et en plus, pour les aficionados - nombreux sur les gradins - quelque biòu à voir avant l’hiver.
DSC00451.JPGRetour sur ce samedi de solidarité camarguaise à Nîmes : après un passage au restaurant camarguais du CT Buous i cavaus où officiait l’école hôtelière de Nîmes, direction les arènes. Avec l’achat de devises aux bénévoles de la FFCC (1106 euros pour la bonne cause), les spectateurs ont profité d’une brillante capelado chorégraphiée par Patrice Blanc avec Arlésiennes, gardians et les jeunes des écoles de raseteurs (170 élèves). La mini course a pleinement satisfait et les trois taureaux de Briaux ont permis l’échange (notamment le second cocardier Alésien) face aux raseteurs Clarion, Ouffe, Sabde, Martinez, Rey, Moine, Allouani, tourneurs Benzegh, Rado, Zerti, sous la présidence de Jacques Valentin... jusqu’à la bandido, départ à l’intérieur des arènes, suivie d’une grappe d’élèves raseteurs. Un bel aperçu des traditions au service d’une noble cause.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO

ABRIVADO MANADE LERON

DSC00198.jpg a.jpg
DSC00199.jpg a.jpg
DSC00220.jpg a.jpg
DSC00226.jpg a.jpg
DSC00233.JPG
SUR LE PARVIS DES ARÈNES
DSC00253.jpg a.jpg
DSC00247.JPG
DSC00261.jpg a.jpg
AUX ARÈNES
DSC00269.jpg a.jpg
DSC00283.jpg a.jpg
DSC00292.jpg a.jpg
DSC00335.jpg a.jpg
DSC00337.jpg a.jpg

* Sur FFCC.INFO des images de Nîmes

 

09/05/2008

MOURIES 8-05 *AS*

VITE FAIT, BIEN FAIT... 

dcde3aee7ab6c5756b7ed3672f9bddcf.jpg
Difficile aprés-midi pour les Nicollin

.  

.  

Sur le même moule, les six taureaux de la royale Nicollin ont eu du mal à tenir la distance. Face à des hommes décidés et expéditifs (Auzolle, Matray, Marquier, Priaulet, Roux, Sabatier à droite et Clarion, Martin-Cocher, Oleskevich à gauche plus cinq tourneurs ) ils n’ont pu opposer que leur bravoure et leur vaillance. Matray et Auzolle sont les leaders, Marquier malheureux aux ficelles s’affirme, Bouchet et Sabatier insistent, Roux tire son épingle et Martin Cocher n’aime pas la bourre.c42a77d8917b0deb2d22706e22ee09c2.jpg A la Présidence P. Gibert ne commet aucune faute. Peut-être un record avec ◄ROUCASSIER qui malgré son coup de revers est délesté des rubans en vingt sept secondes. Volontaire il cède ses ficelles au terme de sept minutes ponctuées d’une action après Matray. Plus vif, THIBAUD ne résiste pourtant que deux secondes de plus aux pompons. Franc et sans vice, il pousse jusqu’au ras des planches dans huit minutes rythmées mais dieu que ça rasète. Un Carmen. Sur le même tempo (une minute dix aux rubans) les hommes tournoient autour de SIXTE  qui soulève les planches et passe souvent la tête au dessus des bois mais il n’a que sa vaillance à offrir à des hommes qui ne lui laissent aucun répit pendant onze minutes pleines de courage. Un Carmen et rentrée. Décidé, ARNAUD résiste mieux car il est capable d’appuyer ses poursuites mais il se laisse distraire par les tourneurs. Sur Matray ses actions sont percutantes et il donne le meilleur pendant la bourre aux ficelles qu’il concède à la douzième. Trois Carmen dont rentrée. caf7a45aa0fdb6092fc60f2adcc4ef35.jpgANTENOR se laisse raseter pendant cinq minutes certes volontaires et agrémentées de deux Carmen mais sans difficulté pour les hommes.  Sur orbite par les satellites blancs PLUTON se jette d’un raset à l’autre sans► retenue pour cinq minutes trente dignes d’un marathon. D’un moral à toute épreuve il réintègre le toril en musique entendu une fois. Un aficionado lance près de   moi : «J’espère qu’ils ont un abreuvoir dans le toril…»                                                                  

Texte et Photos Eric AUPHAN

20/10/2007

LANSARGUES LE 20.10 : SOLIDARITE

AU PROFIT DE L'EBAE

MERCI A EUX, MERCI POUR EUX

medium_DSC_0108.jpg

Le club taurin Frédéric-Durand de Lansargues a su motiver les bonnes volontés (manadiers, raseteurs, sponsors, spectateurs, etc.) pour organiser cette course au profit de l'EBAE (une association qui oeuvre au profit des enfants atteints de cette maladie orpheline qu'est l'épidermolyse bulleuse). Et quand, à la fin de l'après-midi, les petits malades ont reçu pleins de fierté et de joie, les maillots dédicacés par les raseteurs, les bénévoles du club taurin ont dû se sentir bien dans leurs pompes. Merci à eux, merci pour eux.

Débarrassés de la pression de la saison et pleins de bonnes intentions, les sept blancs (Clarion, Ouffe, Jourdan - sort blessé au 2e - Jockin, Santiago, Valette, Malige) et leurs tourneurs (Beker et Lizon) se sont donné dans la joie et la bonne humeur. Il faut dire que le bétail de Margé leur a facilité la tâche par sa volonté à participer.

La course s'est ouverte par une jolie capelado où les Arlésiennes et les raseteurs accompagnés des enfants ont écouté les explications de Thierry Tosas, président de course, sur cette terrible maladie.

LA COURSE : hormis le premier, DON JUAN et le dernier CABANIER (manade Crémier) peu communicatifs, tous les cocardiers de Margé ont montré de réelles qualités saluées par de multiples Carmen. SATIS (2e) vif et plein de santé, met du jus à poursuivre au delà des planches. Plus sollicité, plus explosif. Un quart d'heure crescendo. ATOR (3e) du haut de ses cinq ans est un rapide qui pointe la corne au contact, met du peps dans les séries et conclut. CAÏMAN (4e), pas vraiment attaqué, il se disperse par moments. Mais, bien sollicité, il enchaîne des séries où il s'envoie dangereusement, plus des finitions percutantes. GAMBAY (5e) avec sa corne mogon, il est toujours en déplacement mais reste disponible et ne refuse rien. Volontaire, il participe bravement, et se soulève volontiers. Il sort vainqueur de son combat sur la 2e ficelle qu'il rentre. CLOVIS (6e) lui aussi se balade beaucoup mais franc et vaillant, il n'hésite pas à se dresser à la planche et à s'envoyer dans de longues séries.

Au final, un après-midi qui réchauffe les coeurs, heureusement car il faisait un froid de chien !

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

medium_SATIS.jpg
SATIX
medium_CAÏMAN.jpg
CAÏMAN
medium_CAÏMAN_2.jpg
CAÏMAN

 

 

02/09/2007

LUNEL-VIEL le 1.09 *AVENIR*

LES MERMOUX SE DEGUSTENT SANS MODERATION
medium_ROMAIN.2.jpg
ROMAIN intraitable rentre sa cocarde.

 
Ce week-end, le muscat et les vins coulent à flot à Lunel-Viel et pour rester dans le jus de la treille, voyons ce que nous a réservé la cuvée 2007.
Les vignerons invités (Fougère, Jockin, Jourdan, R. Mondy, N. Benafitou et Santiago, plus V. Dengerma, Molins, Siméon) n'ont pas vendangé les attributs (4 ficelles levées sur 12) et si les jeunes cépages de Saumade et Janin (4 ans) se sont montrés bien verts (mis à part Guadalix, sérieux), ce sont les Mermoux - Romain et Gitan (7 ans) - à maturité qui ont enchanté les papilles.
Le CT Lou Raset s'est dépensé pour offrir une capelado élaborée avec l'Escouleto Saint-Vincent et les Attelages de Lunel. Les bouquets et les bouteilles récompensent Jockin et N. Benafitou et, bien sûr, Romain de Mermoux.

Guadalix (Janin).- Sans se placer, il ne rechigne pas à la tache donnant des poursuites abouties sur Benafitou (2), Fougère. Mieux positionné, sur la 2e ficelle, il se livre franchement et avec force. 11 minutes, 2 "Carmen" et retour.

Romain (Mermoux).- D'entrée, il occupe les angles dont il sort avec férocité pour des anticipations et des enfermées sévères. Attentif, intraitable sur les rasets à blanc, il conclut dangereusement sur Jourdan, Benafitou. Trop rigoureux pour ce niveau, il rentre encocardement intact dont la cocarde à 230 euros. 5 "Carmen" plus retour.

Gaillardet (Saumade).- Il se gaspille par des sauts incessants.

Gitan (Mermoux).- L'autre coriace de l'après-midi. Calme, placement irréprochable, l'œil à tout, il fait avorter nombre de départs. Même tourné de la contre piste, il sort trop fort pour mettre la main et serre de près Jockin, Benafitou et Jourdan. Sur la fin, les hommes le sollicitent sur un rythme plus soutenu et ses réponses se font un peu trop sélectives. 5 "Carmen" plus retour avec un gland.

Espadon (Saumade).- Encore brouillon, il va au bout de ses poursuites et finit parfois. Benafitou, Fougère sont gratifiés d'actions conclues même si son jeune tempérament l'emporte au-delà des planches. 2 "Carmen".

Vauban (Janin).- Cul à la planche, il est vif et enchaîne à grande vitesse dans les séries, baissant la tête au contact. Brave sur le raset et très vaillant, il se bat jusqu'au bout et rentre un gland récalcitrant.  2 "Carmen" et retour.

Martine ALIAGA
medium_GITAN_2.2.jpg
GITAN possède de gros moyens.
**************
LES RECOMPENSES
medium_MERMOUX.jpg
J.Marie MERMOUX
medium_JOCKIN.jpg
F.JOCKIN le totalisateur
medium_NABIL.2.jpg
N.BENAFITOU l'animateur
Photos L. PERO

25/08/2007

BEAUVOISIN le 25.08 *AS*

LE 9e TROPHEE ROGER PASCAL
A BARI KHALED
*******************

medium_T.Pascal.jpg

Cette course royale de la manade Nicollin a surtout valu par le duel psychologique et tactique que se sont livré les deux prétendants au titre suprême. Aujourd’hui S. Allouani a eu la main gagnante et par ailleurs s’est même imposé physiquement et moralement. L. Auzolle plus nerveux et moins serein que ces derniers temps a plié devant la maîtrise du leader.
Mais le vainqueur du jour, c’est Bari Khaled le meilleur des trois bons gauchers présents (Ouffe et Martin-Cocher). Toujours aussi besogneux le Saint Gillois au travail intense et correct n’a pas volé la récompense.
Les autres raseteurs Jourdan, Sabatier, ont bien oeuvrés, seul Bini est bien perdu à ce niveau et se retire à l’entracte.
AFOUGA, en une minute trente, perd ses pompoms et ne répond que par intermittence jusqu’à sa rentrée. Huit minutes trente.
GAUCELM fournit quelques bonnes répliques, puis aux ficelles l’attentisme des hommes lui permet de les conserver jusqu’à la treizième.
SIXTE, une minute trente et on passe aux ficelles. Réponds à une bonne série et Carmen. Puis les chefs de file se regardent, se surveillent, se testent et le temps passe. Deux coups de barrière sur Allouani, Jourdan pour la musique qui sera rejouée une fois sur un enchaînement. Rentre une ficelle avec les honneurs.
FAUCON répond mais subit, aussi saute deux fois pour récupérer. Un Carmen dans huit minutes.
ARNAUD se livre bien au début puis s’occupe trop souvent des spectateurs du pourtour. Il faudra la gnaque de Khaled et de Martin-Cocher pour le sortir de ses errements. Bien emmailloté au niveau de la base des cornes il peut conserver une ficelle. Des Carmen.
ANTENOR, bien dans la trempe de la "Marque", vaillant, il se met en valeur sur des gauche-droite bien menés, conclus au fil des barrières ou dans des arrivées museau au dessus. Onze minutes et des Carmen.
TIBERE, hors points, deux gros coups sur Sabatier, un sur Auzolle, un sur Ouffe il est raseté au compte gouttes et donne peut-être pas le maximum de ses capacités. 12 minutes.

 

Texte et photos Luc PERO

TIBERE un espoir pour la "Marque"

medium_Tibere_1.jpg
medium_Tibere_2.jpg
medium_Tibere_3.jpg

20/08/2007

ST-GEORGES-D'ORQUES le 19.08 *AVENIR*

SEPT COCARDIERS... ET MARC BOURNEL

medium_Sans_titre-1.3.jpg

medium_DSC_1051.jpgMarc Bournel a bien fait de passer par Saint-Georges, dimanche. Des quatre raseteurs à la capelado (Sagnier, Fulcrand, Arnel), il est le seul à avoir raseté. Le mérite revient aussi à son tourneur Daniel Martinez qui, tout l'après-midi, a calmement motivé son jeune équipier. Heureusement, le public - nombreux - après une superbe matinée à l'ancienne, éclusait  tranquillement un non moins superbe apéro et digérait un copieux repas, et, de fait, ne s'est pas montré très exigeant. Dommage pour les cocardiers qui ont dû se demander pourquoi on les avait triés aujourd'hui. Toutes les ficelles sauf une sont rentrées, plus les glands de Preferido, un gland de Floridor, un de Kouffa et la cocarde de Mistral. Le président de course, Cyril Daniel a fait le maximum et a vite primé pendant les rares moments d'animation. Les prix du Trophée Michel-Laurens vont à Kouffa et ... Marc Bournel.

En première partie, Preferido de Vitou, Falco du Ternen et Floridor de l'Occitane ont vu passer, de loin, quelques pantalons blancs et quelquefois le crochet de Bournel a levé quelque attribut.

Kouffa de Plo, 4e, a été un peu plus sollicité. Donnant quelques séries enchaînées où il termine la corne pointée. Attentif, Kouffa n'aime pas qu'on essaie de le couillonner et ferme la porte aux imprudents. Le Bombero (Saint-Pierre, 5e). Sans difficulté majeure, il attend tranquillement que ça se passe et s'envoie sur l'homme à l'occasion comme sur Bournel, à la 9e. Idéfix (Le Brestalou, 6e) s'est promené pendant un quart d'heure. Quant à Mistral (Vellas, hp), sa hargne a fini de dissuader les blancs, une anticipation sur Arnel, deux finitions musclées sur Bournel et il rentre encocardé pour sa prochaine course. Bon... tout le monde à la bandido.

Martine ALIAGA 

25/06/2007

SOMMIERES le 24-06 *AS*

UNE COURSE TRES AGREABLE
DANS UN CONTEXTE FAVORABLE

medium_SOM1.2.jpg

  La Royale de Lafont – et qui plus est à Sommières – c'est un peu comme une réunion de famille. Tout le monde se retrouve autour de l'emblème rouge et vert dans un même esprit. Entre respect pour "l'ancien" et espoir dans les jeunes. Bien avant que les retrouvailles ne commencent, on sait qu'on ne gardera que le meilleur.

Et du meilleur il y en a dans cette Royale de Nicollin, pleine de vaillance, de volonté, de franchise, de "brillance". La course a été bonne. Certes ! Même si le "Carmen" général de la fin n'était pas indispensable. Enfin… dans le contexte…

Les bons points

Les hommes ont été exemplaires : Jourdan, Khaled, Martin-Cocher, Sabatier, Martinez, Matray, Perez, Lopez. Ils ont raseté dans l'esprit.

Les taureaux : douze très volontaires minutes pour Médée (1er) ; passons sur Pouderous (2e, 8 minutes ) ; très bon Barras, vif, fougueux qui se soulève à plusieurs reprises plus quelques anticipations (rentre une ficelle).

medium_SOM2.jpgVirat (4e) est raseté avec tout le respect qu'inspire un double Bioù d'Or. Quand il capte le raseteur, son engagement est total, comme sur Jourdan, Khaled, Matray où il casse les planches, ou encore Sabatier et Perez. Ses déplacements sont applaudis comme il se doit et malgré quelques absences, sa sortie avec ses ficelles est ovationnée.

Anténor (5e) s'envoie vivement dans les séries. Au fil des minutes, il conforte son placement en restant très réactif et poussant ses conclusions. 13 minutes.

Pluton (6e) est un excellent partenaire. Brave, franc, vaillant. Il s'engage fort aux planches et fait pétiller ses réponses. Mais pourquoi l'arrêter à la 8e, alors que sa course va crescendo. Il termine, les douze minutes, sur un très bel engagement  après Martinez.

Jodias (7e, hp) a tout le temps de faire admirer son superbe physique et sa vitesse. Sur la fin, mieux raseté, il se place idéalement pour sortir comme une bombe sur les quelques candidats qui s'y collent.

Martine ALIAGA 
medium_SOM3.jpg
 

 

medium_SOM4.jpg