Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/06/2014

ASSOCIATION DES ANCIENS RAZETEURS

Manade Raynaud – Samedi 14 juin 2014

Raseteur un jour, raseteur toujours

manade raynaud,anciens razeteurs,courses camarguaise

Joël Passemard (au centre) mis à l'honneur
par le président Roger Pascal, au micro Jacques Roumajon

Raseteurs ils ont été, raseteurs ils sont toujours. Les cocardiers ont marqué leur chair et leur âme d’une empreinte indélébile.  Et quand ils se retrouvent, très vite, cocarde, glands et ficelles sont au centre des conversations. Souvenirs de piste, d’attributs levés, de trophées gagnés, d’entraide entre les hommes en blanc, tout cela passé au tamis des années, pour n’en garder que le meilleur.

Samedi dernier, réunis à la manade Raynaud, les membres de l'associations des anciens razeteurs n’ont pas manqué de refaire les courses mais sans oublier le plaisir d’être ensemble. Après une matinée à visiter les cocardiers du Grand Radeau, la bonne centaine de convives a poursuivi les festivités sous la loupio et dans la salle de la manade Raynaud. Là le bureau de l’association créée en 1987 -  Roger Pascal, président, et sa fidèle garde rapprochée Roger César vice-président, Vincent Ferris trésorier, Jeannot Ribot, secrétaire – s’est démultiplié pour que chacun profite de l’ambiance.

Au tableau d’honneur, cette année, le raseteur Saint-Gillois, Joël Passemard à qui un tableau peint par Jean Marignan, le représentant avec Ventadour, a été offert. Jacques Roumajon, chargé du discours d’accompagnement, retraçait sa carrière : « Il avait du talent, ce petit, pour raseter les Pascalet, Goya, Ventadour… Il fallait beaucoup de talent pour raseter aux côtés des Castro, Dumas, Jouanet, Pellegrin… Tu as remporté de nombreux trophées (Muguet d’Or, Palme d’Or avec Meneghini, Margueritte d’Or, Damour à Lunel, etc.). A 18 ans, tu rasetais au Trophée des As et tu n’as pas été épargné par les blessures (Vallespir, Santiago ou Pernen…) Tu as fait ton  jubilé à Marguerittes, puis tu t’es consacré au comité des fêtes de ta ville de Saint-Gilles. Je le dis avec fierté, tu a été mon parrain pour entrer à l’Association des raseteurs… » Et Jacques Roumajon de saluer « ton épouse Bernadette qui a su te supporter dans les bons et les mauvais moments, ainsi que tes deux filles ». Toujours aussi discret,  Joël Passemard se disait très heureux de cette distinction.

Maître de cérémonie, Roger Pascal ne manquait pas de remercier Guy Marchand d’avoir officier à la grillade du déjeuner et congratulait Gérard Martin, 85 ans, adversaire de Vovo pour la postérité, toujours prêt à dégainer les photos de ses exploits. N’empêche que ces anciens des pistes sont captivants quans ils évoquent leurs jeunes années. Tel Roger César se souvenant qu’il partait raseter en stop, en vélo puis, les premiers francs aidant, en mobylette avant d’accéder à la voiture… Qu’il dormait au plus près de chez un qui le véhiculait le lendemain… Que les attributs levés lui ont permis de s’élever socialement. Et surtout « quand on marchait ensemble, on partageait tout, tourneurs compris, même avec les plus titrés. Et si l’un avait été blessé, il recevait aussi sa part ». L’ancien raseteur lansarguois, toujours au fait de la course camarguaise, d’analyser : « Cela a bien changé, ils ne s’entendent pas assez entre eux… quand je vois des ficelles rentrer à 1 000€ … Mais il y a toujours de bons taureaux, des raseteurs et des spectateurs pour les voir, c’est la société qui a évolué ».

Et pour débrider un peu plus l’ambiance, Régine Pascal entrait en scène pour quelques extraits de son nouvel album « Femmes de Camargue », un très punchy « fête votive » mettant le feu à la salle et  « Que la Camargue est belle » repris à la cantonade. Le président Roger pascal pouvait conclure en demandant une standing ovation pour Régine, les Raynaud et la Camargue, sans oublier de saluer la manadière Nicole Rébuffat.

Texte et photos (d'autres photos à venir)
MARTINE ALIAGA

27/02/2014

AIMARGUES

Dimanche 2 mars 2014

La Royale Azur et or pour la XXVe journée Fanfonne

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaise

Fanfonne là-haut doit être très fière. Tout d’abord parce que 25 ans après son départ, les gens de bouvine participent avec ferveur chaque année à cette journée commémorative. Le déroulement en est immuable. Venus de toute la Provence et du Languedoc, les gardians et les Arlésiennes colorent le parcours pavoisé d’azur et d’or. Du parvis de l’église Saint-Saturnin à la place du Château puis aux arènes, les rues sont investies par les chevaux, les attelages et les taureaux que la foule suit pas à pas. Un vrai succès qui ne se dément pas d’année en année.

Autre satisfaction pour l’illustre manadière, cette Royale programmée à 15h15, et qui présage, au vu de la saison 2013, d’un excellent niveau. Une vraie Royale avec chaque cocardier - dont la renommée est établie - bien à sa place. Deux premiers solides (Coute Negre et Lou Cran), le bombardier Gasto Boï, troisième. Et une seconde partie époustouflante avec le redoutable Estepous (meilleur taureau de la finale des Raseteurs à Mouriès), le dangereux voltigeur Aroujo, le menaçant et volontaire Bessoun. 

Alors bien sûr, il est bien tôt dans la saison pour tirer des plans sur la comète, mais ces taureaux-là (âgés entre 11 et 7 ans) ont les atouts pour jouer un grand rôle en 2014. 

Résultat du travail de sélection du jeune manadier Hubert Espelly et avant lui son père Christian, les taureaux actuels de Guillierme mettent leur manade au tout premier plan. 

Héritier de Jacques et Armand, Hubert mène l’élevage de la grande dame de la bouvine sur la bonne “draille”. De cela aussi, c’est sûr, Fanfonne aurait été très fière.

MARTINE ALIAGA

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaiseLA COURSE : 15h15, 10€, Comité des fêtes, dél. Eymonet. Royale de la manade Guillierme. Niveau As.

Coute Nègre, Lou Cran, Gasto Boï, Estépous, Aroujo, Bessoun. 

Groupe 1. Raseteurs invités : Auzolle, Belgourari, Bruschet, Guyon, R. Marquis, Poujol, Sanchez.

Tourneurs :  C. Galibert, Lizon, Noguera, S. Sanchez, Ull.

 

04/12/2013

PRESIDENTS DE COURSE

Dimanche 24 novembre 2013 - AG à la manade Occitane

Le difficile exercice d'être président de course

 apcc,courses camarguaise
Le bureau de l'APCC

Pris en tenaille en étant affilié à la fédération et aux organisateurs, il n'est pas toujours aisé de pouvoir prendre la juste décision

 

« Quand on fait partie d'une association c'est pour, en cas de coup dur, être solidaires et défendre un de nos membres, sinon ce n'est pas la peine d'en faire partie ». Voilà ce qu'a exprimé le président de l'APCC Marc Moucadel à sa troupe réunie dimanche passé à la manade Occitane au cours de leur assemblée générale.

Un appel donc à l'unité et à la solidarité suite à la condamnation (Voir ci­-dessous) de Jacques Valentin après la course du 15 août au Grau du Roi, qui, sans surprise, laisse des traces pas prêtes de s'effacer : « C'est une sanction démesurée et nous espérons qu'elle sera levée au plus tôt ».
Du coup on  peut s'interroger sur les réels pouvoirs des présidents de course camarguaise et leur marge de manoeuvre ? Là est toute la subtilité et la controverse de la situation. Etre ou ne pas être en somme. En effet  qu'ils soient bénévoles ou pas, qu'ils officient dans une petite ou grande arène, il ne faut pas oublier les organisateurs (présidents de Clubs Taurins, organisateurs privés ou responsables de régies municipales), qui veillent au bon déroulement de leur course.
Pour en connaître (un peu) sur le sujet en étant au plus près des acteurs, certes on grossit l'image, mais dans les cas extrêmes (et celui du Grau-du-Roi en est un) le patron donne les ordres et l'employé s'exécute. Fût­-ce au détriment du règlement.
La solution passerait­-elle alors par la désignation des présidents par la Fédération ? « Nous y sommes totalement opposé » fait entendre Marc Moucadel. Et, pour le coup, nous sommes assez d'accord puisque d'autres présidents ne faisant pas partie de l'APCC, et se trouvant devant des problèmes à régler, en reste très souvent à l'intention sans pour autant passer à l'action.
Malgré ce, si la critique est plus facile que l'art d'excercer, la très grande majorité des présidents de course, comme ceux de l'association, ne se voilent pas la face et veulent continuer d'assumer leur tâche, avec toutefois la totalité des cartes en main. A commencer par une connaissance indéniable du règlement et une communication de la part de la FFCC dont il dépende.

A cet effet, Marc Moucadel avait convié aux débats Jean Claude Paponneau, président de la Commission des arbitres au sein de la Fédération, pour lui soumettre les doléances, entre autres sur l'utilité des juges de piste. Et Jean Claude de répondre : « Je ne sais pas à ce jour si les juges de pistes repartiront l'an prochain mais j'enregistre toutes vos demandes que je ne manquerai pas de transmettre au président fédéral Gérard Batifort ».
« Un  président qui m'a promis que je ferai partie de la Commission d'arbitre » prolongea Marc Moucadel. Alors, en attendant un fascicule (promis et réactualisé) où sera retranscrite la marche à suivre des présidents, il leur a été remis (à l'initiative de l'association) une feuille de course pratique et bien détaillée.
« Lorsque un taureau est en piste il n'appartient plus au manadier et encore moins au gardian, mais uniquement à la présidence »
dixit Claude Chevalier devant les dérives de ceux cités à vouloir commander à la place de la présidence.
Un exemple parmi tant d'autres de la difficulté, notamment pour les courses du Trophée des As, à donner la meilleure image de marque de la course camarguaise. « Personne ne peut être parfait et s'il y a des erreurs de commises on essaie de les améliorer. L'intelligence humaine fonctionne et je ne vois pas pour quoi cela ne le serait pas en course camarguaise » s'exprima le conseiller général du Gard Patrick Bonton.

Devant donc ces états de fait, reste malgré tout la question essentielle : à savoir si la course camarguaise, avec ses différents intérêts particuliers, est apte à supporter et à faire appliquer un règlement - ou plutôt tous ses règlements - sans état d'âme ? La réponse est dans la question.

 

PATRICK PONS
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

 

1) Jacques Valentin : suspension de sa licence pendant un an et interdiction d'exercice de toutes fonctions pendant la même durée et cela à compter du 1er janvier 2014. Précisons que, comme Sabri Allouani suspendu deux ans, Jacques Valentin interjette appel de cette décision.

L'ASSEMBLEE EN BREF

 Côté moral : au cours de son rapport, le secrétaire Nicolas Manchon a mis en exergue le manque de tenue des raseteurs lors des capelado. Que les adhérents sont 14 dans le Gard, 6 dans l'Hérault et 5 dans les Bouches du Rhône. Sans oublier d'avoir une pensée pour leur collègue Georges Garcin décédé en cours d'année.

Côté finance : le trésorier Claude Chevalier avec des comptes au centime d'euros près, fait ressortir un solde positif de 219, 20€ dans les caisses.

Le saviez vous : lorsqu'un raseteur blessé est remplacé par un autre raseteur n'ayant pas effectué la capelado, si ce même raseteur se blesse ou est gravement blessé, la responsabilité de l'avoir autorisé à entrer en incombe au président et peut se retourner contre lui. "Il faut très rapidement clarifier ce point du règlement pour cette prochaine temporada" a exprimé à juste titre Marc Moucadel.

Porte ouverte :  avec 24 ­présidents­ de recenser au sein de l'APCC, le président Marc Moucadel n'a pas manqué au cours de la réunion de bien préciser que la porte reste ouverte à tous ceux qui voudraient les rejoindre. L'union faisant la force.

Travailler ensemble : demande est faite de travailler ensemble avec la Fédération pour la formation des nouveaux présidents de course.

Une seule course : sur 90 présidents licenciés à la FFCC une bonne soixantaine n'ont effectué qu'une seule course dans la saison.

Piège de cristal : "les taureaux sont des verres de cristal qu'il faut protéger et ne pas les casser. C'est vous les présidents de course qui avaient la possibilité de l'éviter notamment chez les taureaux jeunes. Ensuite une fois confirmés, certes il y a les arbitres, le règlement, mais pensez aussi à l'éthique de la course camarguaise" de dire Etienne Villiet le manadier de l'Occitane.

 apcc,courses camarguaise

*****************

21/11/2013

LES AMIS DE LA DEVISE "ROUGE ET VERT"

 

Mas d'Anglas.JPGLe dimanche 17 novembre, l’association "Les Amis de la devise rouge et verte" a réuni ses adhérents et amis au Mas d’Anglas, fief de la manade Nicollin.

En fin de matinée, une visite aux cocardiers aimablement conduite par Jean-Pierre Gelly, fut très appréciée par les participants.

L’apéritif qui suivit permit maints échanges et un retour sur la saison réalisée par les bious "rouge et Vert" mais également sur l’ensemble de la temporada 2013.

Suivit le traditionnel repas servi par le Traiteur du Littoral qui régala l’ensemble des convives.

L’après midi, une projection de films de Mathieu Arnaud et Jean-Pierre Delon permit à tous un retour dans le passé bien agréable et empreint de beaucoup d’émotions.

La nuit tombait sur le "pays" lorsque chacun reprit sa route non sans avoir noté la première rencontre 2014 fixée au 19 janvier. Une journée où chacun sera le bienvenu (adhérent ou pas),

Tous les renseignements seront donnés en temps voulu par le président de l’association, Fernand TOULOUSE  à l’adresse MAIL suivante :  jacquot.fernand@wanadoo.fr

 

02/11/2012

VENDARGUES *17e TROPHEE DES VIGNERONS*

 vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise
Sous le soleil, les arènes pleines, une course intéressante (Alésien et Rassir)

Jeudi 1er novembre 2012

HORACIO ALIAS “DOMINATOR”

vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

Les vainqueurs du jour : Horacio de Cuillé et Romain Bruschet

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Bruschet, I. Benafitou, Outarka. Gauchers : Aliaga, N. Benafitou, T. Mondy, Ouffe, Rassir (se blesse et sort à l’entracte). Tourneurs : Bensalah, Grando, Kerfouche, Labrousse.

Provence et Languedoc réunis sous le beau soleil vendarguois, voilà une clôture en beauté pour le CT La Muleta avec une course agréable à suivre tout du long. Horacio brode un quart d’heure XXL face à un Bruschet taille patron. Les autres cocardiers affichent leurs qualités bien servis par les blancs dans l’ensemble. Le tout tient bien la route.
Sargahon (Nicollin) baroule, chasse et choisit ses adversaires. Irrégulier dans ses ripostes mais, quand l’homme est dans son collimateur, il accélère méchamment. A l’affût de la moindre faute, son agression est fulgurante quand Ouffe bronche à la planche. Garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- Placé, il tient l’équipe en respect. Ça cogite avant de l’attaquer d’autant que les réponses sont violentes (coups de barrière Rassir, Bruschet, Ouffe), pour 6’30 les pompons. Les rasets d’attaque de Bruschet sont superbes. Aux ficelles, belle anticipation sur Bruschet, puis Alésien durcit son comportement mais presse encore Rassir (2) et Aliaga. Les ficelles sur les cornes, à 14 ans, respect Alésien ! 8 Carmen et retour.
Pégase (Lagarde).- Remuant, rapide, certes brouillon et avec une tenue de piste aléatoire mais les hommes ne le rasètent pas à son avantage, non plus ! Sollicité, il néglige parfois la finition. Rassir fait l’effort à plusieurs reprises mais Pégase se rebelle et, dans une belle envolée, lui coince méchamment la jambe. Rentre une ficelle.
Horacio (Cuillé).- Cul aux planches, il renvoie à grande vitesse les blancs réviser leur technique. Seul Bruschet ose pour de superbes et émotionnantes trajectoires où Horacio pousse jusqu’au fil des planches. Anticipations sur Ilias Benafitou (2), Bruschet, Ouffe blackboulé en contre-piste, Aliaga s’y met pour 2 belles actions, et toujours Bruschet. Un sacré dominateur cet Horacio ! Les ficelles à la maison avec 8 Carmen et retour.
vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise◄ Oundo (Plo).- Une friandise qui se livre dans les enchaînements et frappe en finition. Tour à tour Nabil et Ilias Benafitou, Aliaga, Ouffe, Bruschet l’emmènent pour 8 minutes agréables. 5 Carmen et retour.
Rabino (Raynaud).- Sort avec un brave pétard qui s’exprime dans ses finitions aux planches. Franc, il appuie ses sorties de tout son gros gabarit. Il manque un peu de place et de rein pour s’exprimer à son avantage et les blancs en prennent la mesure par des rasets courts. Mais chaque cite est raccompagné de digne manière. 13’30 de bonne facture et 1 minute de plus pour l’élastique.
Clodomir (Bon).- A son rythme mais avec coeur et panache, il conclut toutes les actions. Des coups de barrière en veux-tu en voilà (Allouani, Ouffe, Aliaga), parfois très haut et fort (Outarka, N. Benafitou), des bascules (Allouani, Outarka), et une “vuelta de campana” en contre-piste après Aliaga. Une ficelle sauvée et 9 Carmen au final.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER



Palmarès 2012
Meilleur taureau espoir de la saison, Trophée Eugène-Cammal : Jupiter de Laurent.
Meilleur taureau de la saison, Trophée Roger-Itier : Horacio de la manade Cuillé.
Meilleur raseteur de la saison : Sofiane Rassir.
Meilleur taureau Trophée des Vignerons : Clodomir de la manade Bon.
Meilleur raseteur de la course des Vignerons : Romain Bruschet.
Meilleur raseteur stagiaire de la saison à Vendargues : Zacharian Katif.

 vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

▲ Rabino de Raynaud et Jérémy Aliaga

▼ Clodomir de Bon et Lahcène Outarka

vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

*************************


17/10/2012

BELLEGARDE *VIDEOS DE LA FETE*

 rendez-vous,courses camarguaises

DES VIDEOS DE JEROME CONTESTIN

Samedi 13 octobre

Dimanche 14 octobre

18/07/2012

COCARDE D'OR *LES VAINQUEURS*

 

1928 : Paul Bonel, dit Granito

1929 : Léopold Margailla1930 : Julien Rey

1931 : Julien Rey

1932 : Auguste Berbedes

1933 : Pas de course

1934 : Patrice Denamo, dit Patris ou Merlusse

1935 : Pas de course

1936 : Jean Boncoeur

1937 : Jean Boncoeur

1938 : Antony Rossignol

1939 : René Azaïs

1940 : Pas de course

1941 : Charles Fidani

1942 : Charles Fidani

1943 : Charles Fidani

1944 : Pas de course

1945 : Louis Arnaud

1946 : Lucien Volle

1947 : Lucien Volle

1948 : Lucien Volle

1949 : Lucien Volle

1950 : André Douleau

1951 : Lucien Volle

1952 : Lucien Volle

1953 : Charles Fidani

1954 : Roger Douleau

1955 : Lucien Volle

1956 : André Douleau

1957 : Manolo Falomir

1958 : André Soler

1959 : Roger Douleau et Manolo Falomir

1960 : André Soler

1961 : Roger César

1962 : Francis San-Juan

1963 : Roger Pascal

1964 : André Soler

1965 : Roger César

1966 : Roger César

1967 : Robert Marchand

1968 : Jean-Claude Fabre

1969 : Robert Marchand

1970 : Daniel Pellegrin

1971 : Roger César

1972 : Xavier Ruas

1973 : Robert Marchand

1974 : Patrice Meneghini

1975 : Patrick Castro

1976 : Patrice Meneghini

1977 : Gérard Barbeyrac

1978 : Robert Marchand

1979 : Frédéric Lopez

1980 : Gérard Barbeyrac

1981 : Christian Chomel

1982 : Christian Chomel

1983 : Jacky Simeon

1984 : Christian Chomel

1985 : Christian Chomel

1986 : Christian Chomel

1987 : Christian Chomel

1988 : Christian Chomel

1989 : Christian Chomel

1990 : Thierry Ferrand

1991 : Frédéric Durand

1992 : Thierry Ferrand

1993 : Thierry Ferrand

1994 : Thierry Ferrand

1995 : Laurent Baldet

1996 : Ludovic Zerti

1997 : Stéphane Rouveyrolles

1998 : Mouloud Bensalah

1999 : Mouloud Bensalah

2000 : Thierry Félix

2001 : Fabien Gramatico

2002 : Sabri Allouani

2003 : Hadrien Poujol

2004 : Hadrien Poujol

2005 : Sabri Allouani

2006 : Sabri Allouani

2007 : Sabri Allouani

2008 : Michaël Matray

2009 : Sabri Allouani

2010 : Benjamin Villard

2011 : Julien Rey

2012 : Hadrien Poujol

 

29/04/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 29 avril -  1re journée du Trophée Albert-Dubout - Royale de Cuillé

Mignon - Guépard, l'axe royal des Cuillé

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

La formidable action de Guépard sur Adil Benafitou

Moins chatoyante qu’à Lunel, la Royale de la manade Cuillé a marqué cette après-midi palavasienne par Mignon et Guépard. Indien n’a pas eu l’occasion de briller tant les hommes ont montré leurs limites. Trois raseteurs seulement se sont mis au niveau de l’ardeur des taureaux de Cuillé : Adil Benafitou, Amine Chekade et Julien Ouffe.

Scapin passe le poitrail deux fois à la planche sur les premiers assauts. Puis il tempère sous une multitude de rasets pour 4 minutes les premiers attributs. Calé dans l’angle, il ne refuse rien mais ne se sort pas de l’emprise. Se rebelle après Chekade qui travaille la 1re ficelle, puis sur A. Benafitou, Violet, encore Chekade (2 fois). 12 minutes, 5 Carmen et retour.
Mobile, Loubard se fait cueillir les pompons en 1 minute. Par la suite, il exploite simultanément tous les angles, gérant au mieux l’espace. Les blancs rament. Des séries bien menées, une enfermée sur Schuller, une belle longueur d’Adil... Et malgré un nombre incalculable de rasets (stériles), rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Indien promène, rode, chasse et prend quelques rasets à la traverse. Les blancs ne se précipitent pas. Une bonne trajectoire d’Allouani, Chekade, une anticipation sur Ayme, quelques sauts d’ennui, et Indien rentre ses ficelles sans forcer. 1 Carmen et retour.

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaisePlacé d’entrée, ◄ Mignon est prêt... Pour qui le premier raset ? Chaud comme la braise, le beau cocardier attend. Puis Adil Benafitou, après quelques essais infructueux, laisse parler son talent pour la coupe, la cocarde et un gland. Ouffe suit. Mignon donne une leçon de maintien. Quand Chekade le défie, se fait enfermer et arrive plein gaz aux planches, Mignon dans les reins, le Carmen est de mise tout comme les applaudissements. Les ficelles à la maison en musique.
Pas de répit pour Racanel, pas d’égards non plus. A deux, à trois, tous tentent leur chance. Seuls Chekade, Ouffe allongent les gestes. Mais Racanel se rebiffe de temps à autres et conclut. Sa vaillance extrême est maintes fois récompensée, tout comme son retour en musique à la 14e.
Guépard voit s’envoler ses pompons dans une rafale d’où émergent Outarka et Chekade. Aux ficelles, changement de registre. Placé le Guépard guette et punit en envoyant une corne rageuse (Chekade). Y’a pas foule pour le défier. Si ! Adil Benafitou sur un long cite. La riposte est foudroyante, Guépard paraît même le tenir entre ses pattes avant de l’écraser contre le mur puis de basculer. Enorme ! Dans la foulée, Chekade pleine piste est méchamment raccompagné. Re-tampon après Chekade, Ouffe, corne pointée sur Outarka. Malgré une boîterie bien visible, le Guépard rentre avec ses ficelles sous les applaudissements nourris. 6 Carmen plus retour.
La messe est dite et les acteurs vidés. Œnologue n’a pas eu à sortir le grand jeu pour afficher sa belle envie de monter aux planches. Adil Benafitou, Chekade, encore eux, pour quelques belles actions... Musique.

MARTINE ALIAGA
(Photos C. ITIER)

Trophée des As : Adil Benafitou, 14 points ; Ouffe, 14 ; Chekade, 9 ; Outarka, 8 ; Allouani, 5 ; Schuller, 3.

La magnifique enfermée de Mignon sur Amine Chekade

 palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

▼ Julien Ouffe, ici avec Racanel

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

*****************************


02/02/2012

BIOU SOUS LA NEIGE

aurore2BLOG.jpg

Alors qu'un épisode neigeux est annoncé (jeudi 4 février), déjà mardi après-midi, à la limite du Gard et de l'Hérault, les flocons ont enchanté le pays d'hiver de la manade de l'Aurore (Mauguio, route de Lansargues) sur les hauteurs de Pompignan.

auroreBLOG.jpg

AURORE3BLOG.jpg

Photos Gérard Batifort (CT Joujou du Crès)

16/07/2010

LUNEL - TROPHEE R.DAMOUR

Jeudi 15 Juillet 2010

LES " CUILLÉ " REGALENT...
AUZOLLE GAGNE LE DAMOUR
ET GARDE LA TÊTE DU MUSCAT

Auzolle - Guepard.jpg
De TITOUAN à RENOIR jamais le public n'a eu à se plaindrede la présentation et des prestations des cocardiers, tous différents, mais tous intéressants ce qui en fait la force et la qualité principale de cette Royale. A la capelado devant une bonne demi-arène neuf raseteurs et cinq tourneurs saluent J.Valentin le président de course. Si Auzolle, A. Benafitou prennent la course c'est souvent à l'invinctive de Sabri Allouani "Le Boss" qui s'est encore permis quelques rasets à couper le souffle. Pour le reste de la troupe le palmarés reflète trés bien leur assiduité. Le Trophée Roger Damour revient à Auzolle devant A. Benafitou et Amélie Cuillé reçoit un prix qui récompense l'ensemble des cocardiers de cette Royale. 
Classement Trophée des As:Auzolle 8 - A.Benafitou 7,5 - Jourdan 1 - Four 1 - Jourdan 1 - Ouffe 1 - Mebarek 1.
LA COURSE
TITOUAN.jpgTITOUAN, ses sept premières minutes sont tonitruantes, des séries, des explosions aux barrières (une dizaine).Emoussé par cette débauche il s'accorde quelques minutes de répit. Il termine fort en s'envoyant violemment sur Four en particulier et garde ses ficelles. Six Carmen.
RUY BLAS, poser la main entre ses cornes est un exercice pour virtuose. Cocardier il se fait respecter en usant d'un coup de tête sur le raset et d'un autre à l'arrivée. Jourdan se retrouve pendu par le basket à la planche, Four déséquibré au saut des barrières des enfermées, des coups de butoirs pour conserver un gland et entendre six fois les honneurs.
MOLLIERES,passé l'acquisition des pompons agrémenté d'une belle action sur Allouani, le travail se raréfie. Deux belles séries bien conclues dans une course sérieuse et brillante où il conserve une ficelle et Carmen peut retentir quatre fois.
GUEPARD,chasseur d'hommes il anticipe bon nombre de départs et met les hommes au pas. Dés qu'il sent le raseteur à sa portée le biouse dédouble et frappe méchamment comme sur Auzolle. Maître des opérations il termine par une grosse action sur Allouani. Il rentre sa première ficelle (600E)et entend cinq Carmen.
MIGNON, pas tant que ça, du moins pour son caractère. Cul à la planche, rapide comme une formule 1,on attend la quatrième minute pour voir le premier cite par A.Benafitou qui avec Auzolle seront ses rivaux du jour pour de longues poursuites. Un saut sur Adil, trés cocardier il rentre aisément ses ficelles. Quatre Carmen.
RENOIR, les jeux n'étant pas faits entre Auzolle et Benafitou personne ne gratte vraiment le taureau. En fin de course un peu de préssion et le biou frappe plusieurs fois pour quatre Carmen et une ficelle au toril.
Texte et Photos Luc PERO
.