Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/10/2011

MOURIES *39e FINALE DES OLIVES VERTES*

L’HUILE DE COUDE DE CHEKHADE...

 Mouries 08 10 042.jpg

▲ Amine Chekhade et Mignon (Cuillé) 

Entrée: 1/3 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Chekhade, Marquier, Moutet, Sabatier. Gauchers: Clarion, Ferriol, Lafare, Ouffe. Tourneurs: Bensalah, Dumas, Kherfouche, Lebrun, Molins.

Temps frisquet, venteux et avec un public clairsemé pour cette finale 39ème Finale des Olives vertes reportée. Il n’aura manqué qu’un brin de réussite à Amine Chekhade pour refaire son retard (18 points à la capélado). Volontaire et gagneur il est le grand bonhomme de la journée avec Ouffe. Soulignons la jolie percée de Ferriol qui manque le podium d’un point. Marquier a du mal à mettre de l’huile dans les rouages. Côté noir, après l’honnête entame de Dilun, Alésien et Mignon (meilleur cocardier) sont les taureaux majeurs de la course.
Vite privé de ses rubans, DILUN (Fabre-Mailhan) met de l’huile dans les séries en musique et réserve la plupart de ses finitions cornes pointées pour Chekhade. Treize minutes trente bien remplies. 8 Carmen et retour. Placé devant le toril, ANGÉLUS (Lautier) réalise une grosse percussion après Marquier puis sur Chekhade. Jusqu’à mi-course il est concerné puis aux ficelles il lache prise insensiblement et finit calme comme une mer d’huile. 4 Carmen. Coureur, OCTAVE (Joncas) livre ses attributs sur des déplacements bien huilés. Peu concerné il lache le plus souvent le raset. S’il s’améliore pour la seconde ficelle, il la rentre en silence. 1 Carmen.
Vite collé aux planches, ALÉSIEN (Briaux) élargit le cercle. Il jette de l’huile sur le feu aux planches après son principal adversaire Chekhade (4) mais aussi Ouffe et Lafare. Il pose problème et se décolle un peu sur la fin mais conserve un gland. 9 Carmen dont retour. Vif, MIGNON (Cuillé) trouve le bon angle et déboule à 3000 avec une odeur d’huile essentielle. Seuls Ouffe et Chekhade le citent arrêté. Imposant de maîtrise, il se déplace à bon escient, saute après Ouffe et sème le désarroi en contre piste. Chekhade survolté revient à 4 points mais Marquier prend le second gland sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée. Imposant, PHÉNIX (Bon) frappe à plusieurs reprises et finit par sauter après l’homme. Tout baigne dans l’huile mais aux ficelles les hommes se regardent, le délaissent et sa fin de course est décousue. 4 Carmen. Volontaire, GAU-GALIN (Guillerme) se bat avec générosité. Il met beaucoup de cœur à l’ouvrage, tape sur Sabatier et Chekhade qui revient à trois points mais Ouffe clôture sa course avant le terme et fige le classement. 5 Carmen et rentrée.

Mouries 08 10 004.jpg

▲ Dilun (Fabre-Mailhan) sur Chekhade.

▼ Basco percutant à la poursuite de Marquier.

Mouries 08 10 012.jpg

Mouries 08 10 029.jpg

▲ Alésien (Briaux) très percutant après Chekhade.

Mouries 08 10 046.jpg

▲ Mignon (Cuillé) accroche le pantalon de Julien Ouffe.

Texte et photos Eric AUPHAN

Palmarès 39e Finale Olives vertes : 1er Marquier 57 points, 2nd Chekhade 54, 3e Sabatier 30, 4e Ferriol 29, 5e Ouffe 28. Meilleur cocardier Mignon manade Cuillé.

24/10/2010

VENDARGUES

Dimanche 24 octobre 2010

TROIS TAUREAUX ET LA PLUIE...

VALLOU.jpg

Entrée : 1/2 arène. Organisateur :CT La Muleta.  Présidence :Marc Moucadel.Raseteurs droitiers :Allouani, Jockin, Guyon, Miralles. Gauchers : Aliaga, Errik, Poujol, Rassir, Sabde. Tourneurs : Lizon, Grando, Ménargues.

Tout avait pourtant bien débuté avec en ouverture deux très bons taureaux de Saint-Pierre pour l’Ecole taurine de Vendargues. Puis un sympathique pas de deux équestre réalisé par les deux petites-filles du président de la Nacioun Gardiano Guy Chaptal. Malheureusement, la pluie s’est invitée et a tout gâché. Seuls les trois premiers cocardiers ont pu fouler le sable humide des arènes. Bien dommage car on sentait que l’équipe de raseteurs emmenée de chaque côté par de sacrés chefs de file - Allouani et Poujol - avait envie de faire du bon boulot.
A l’initiative du CT La Muleta, les possesseurs du billet d’entrée d’aujourd’hui, pourront accéder avec ce titre au concours de manade du 1er novembre. Chapeau !
Trélus (Nicollin).- Un solide premier qui se livre bien dans un bon début de course. Ensuite, il se réserve quelque peu et conserve une ficelle tout en distribuant encore quelques belles répliques. 2  Carmen en course.
Grenadier (Hervas).- Malgré la pluie, ça rasète ! Et le biòu répond, lui, avec plus ou moins de peps en baissant la tête au contact. Il ne démérite pas quand ça chauffe et rentre une ficelle au toril.
Porto (Plo).- Ce jeune cocardier qui relève de blessure se montre à son avantage dans les séries même s’il a toutefois du mal à passer la vitesse supérieure. Malgré ce, il frappe sur Allouani, et serre Guyon, Rassir, Poujol dans dix minutes quatre fois récompensées. La pluie redouble et la course est arrêtée.

Luc PERO

19/01/2008

FFCC COMITE DEPARTEMENTAUX

Mercredi 16 janvier

PREMIERE DES TROIS REUNIONS A SAINT-MARTIN-DE-CRAU

e307471445f6b8d9e8abb21f6fb55cf0.jpg
C’est dans la salle A Qui Sian Ben à l’initiative de la FFCC que sont retrouvés gardians, manadiers, raseteurs, organisateurs, présidents de courses et tous ceux qui gravitent dans le petit monde de la bouvine pour la présentation des propositions 2008. Après le discours de bienvenue de Jérôme Dumas président du CTPR de Saint-Martin, le premier adjoint de la ville s’est félicité de la construction des nouvelles arènes saint-martinoises même s’il n’occulte pas les menaces sanitaires qui pèsent sur la course camarguaise. Il rappelle qu’il faut rester vigilant. Après les vœux du président fédéral Henri Itier, Maurice Mousset et Denis Rocarpin - remplaçant Vincent Stéfanelli excusé - ont entériné la saison 2007 et renouvelé à l’unanimité le bureau pour 2008 pour les commissions départementales 13 et 84. A la tribune : Françoise Peytavin présidente de L’AETCC, Sophie Chapelle-Brugeas présidente de l’association des manadiers d’abrivado, Jacques Mailhan président de l’association des manadiers, Nicolas Noguera président de l’association des raseteurs et des représentants de la FFCC. Devant une assistance attentive et nombreuse, Henri Itier annonce que le forfait licence des organisateurs passe de 10 à 12 membres mais les grands points évoqués lors des 3 commissions avec les parties prenantes sont :
Entérination de 2 courses As Elite par dimanche et 3 s’il s’agit de pistes moyennes ce qui en 2007 aurait eu un effet dopant pour les entrées.
Encocardement expérimental en 2008. Suppression de la coupe du frontal et mise en place d’une cocarde coulissante à tous les niveaux pour diminuer le nombre de blessures. Une polémique s’engage sur la cocarde et donne lieu à des discussions engagées. Il faut essayer, pas essayer, Gleize, Ferrand montent au créneau et cette pratique ne se fera peut être que lors des courses d’école taurine et de ligue (ex-protection). Jacques Mailhan explique que cette mesure vise à protéger le taureau et n’a pas pour but de nuire au raseteur. Si on n’essaie pas on ne peut pas juger de son opportunité. Il propose d’effectuer un test six mois sachant que rien n’est irréversible.
Transformation des courses de protection en courses de ligue. Exemple des centres de formation dans les autres disciplines. 24 heures de repos seront obligatoires entre deux courses pour les stagiaires. La finale des courses de ligue sera précédée de deux demi-finales. Traçage d’une bande située à 3 ou 4 mètres des planches pour les écoles taurines et certaines courses de ligue pour habituer à partir de la planche.

Ce sont les points majeurs mais à trop vouloir chaque année règlementer ne vas t’on pas vers une accumulation de points de contrôle ?, vers une complication des règles ? Certes ces décisions semblent prises pour le bien de la course camarguaise mais ensuite il faut arriver à les faire appliquer. Henri Itier rappelle que les présidents de course ont des pouvoirs mais qu’il ne faut pas qu’ils soient frileux pour les utiliser.

Les autres annonces se font dans la continuité mais rien de révolutionnaire si ce n’est la création d’une Coupe de France dont la finale aura lieu le 27 octobre à Beaucaire. 10 à 15 courses devraient servir de base pour le décompte des points des raseteurs avec des bonus de 5 points attribuables par un jury. La finale se déroulerait avec les 4 meilleurs droitiers, les 4 meilleurs gauchers et 2 entrants.

Le président demande aux animateurs de course d’informer le public de la sortie d’un raseteur avant la fin de la course (avec si possible les raisons de son retrait).

Le quota de raseteurs à inviter dans chaque piste est épineux pour certaines, avec en plus les périodes A et B plus le nombre de raseteurs aux As qui risque d’être en diminution pour cette année. Comment trouver le nombre suffisant dans la catégorie. Nicolas Noguéra est clair. Il y a de la difficulté à trouver des raseteurs au groupe élite mais aucune concession n’est envisageable sur le nombre d’invités. De grosses concessions ont déjà été faites par le passé.

La Fédération augmente le nombre de stagiaires dans les pistes de Noves, Barbentane, Aigues-Vives et Saint-Mathieu-de-Tréviers pour les courses de Ligue. Leur nombre passe de 6 à 8.

Le 7e taureau doit être instauré dans un esprit de découverte avec si possible un taureau brillant pour une durée de 10 minutes. Huit taureaux c’est soit disant interdit comme fait remarquer le président à Bruno Pécout faisant référence au trophée des Maraîchers espoirs. Réponse du berger à la bergère, qu’en est-il pour la finale du Trophée de l’Avenir ?

Un point important à gérer par les organisateurs c’est la gestion des refuges en contre piste (burladéro). En 2007 deux tourneurs ont subi de graves blessures pour ne pas avoir pu se mettre en sécurité (Patrick Siméon et Max).  Il faut s’assurer que ces emplacements puissent être disponibles pour les tourneurs, gardians, raseteurs et juges de piste).

Et enfin pour les spectacles de rue les organisateurs doivent s’assurer que les manadiers qu’ils choisissent sont bien détenteurs de leur licence garantissant leur affiliation à la Fédération ce qui implique la carte verte et l’assurance.

Enfin le président donne rendez-vous pour les Camarguaises le 2 mars dans les arènes d’Aigues Vives. Il est 23 heures 20. La séance est levée mais les discussions vont encore bon train.

Eric AUPHAN
f330655452bc5b08b13e068a8ceeb16c.jpg

 

01/12/2007

BISTOURNAGE A CANDILLARGUES

SAMEDI 1er DECEMBRE

LE TERNEN BISTOURNE TROIS DOUBLEN

 

c763af6927535c7c6bf3fa1168133de3.jpgPlein soleil près de l'Etang de l'Or. A Candillargues (Hérault), les manadiers Andréo Bernard et Rogé de la manade du Ternen reçoivent les amis et les clubs taurins. L'occasion de bistourner quelques jeunes exemplaires largement teintés du sang du Joncas et de faire connaître le mas des Cabidoules coquettement installé. Une belle journée sous le signe de la convivialité et en point d'orgue la présentation par diaporama des cocardiers  (très bonne idée) tels Figaret ou Priam qui font honneur à une devise qui affiche 25 ans d'âge.

M. A. 

da73fa88a80d5451e88f2cfce0c79e1e.jpg

 

3d9f8301d3cb1a91fb509b967af11f6a.jpg

09/11/2007

MANADE GUILLIERME

Samedi 3 novembre, à Baillargues

HUBERT ADOUBE PAR LE CLAN ESPELLY 

b53f21fb7c5620614c5beee4d4e61784.jpg« Fils ton tour est venu…». Par ces mots, Christian Espelly, en charge de la manade Guillierme, transmet les responsabilités de l’historique élevage à Hubert, 18 ans. « Votre frère est fou d’endosser cette folle passion qui nous brûle tous ici, poursuit-il pour ses deux autres enfants, puis pour Hubert, depuis 87 ans, les anciens ont partagé souffrance et bonheur… à toi maintenant les soucis et les plaisirs ». Dans la salle, les invités ont la "larmette" à l’œil ; sur l’estrade, le mince jeune homme essuie ses yeux mais prend la parole d’une voix assurée : « C’est une grande chance et une lourde responsabilité mais c’est un rêve fabuleux de continuer ce que Mademoiselle Guillierme, Jacques, (NDLR : le grand-père), Armand (le grand-oncle) et Christianfb32e9cd48a87c19557e00b3b9e05ceb.jpg ont construit. Je m’efforcerai de suivre le chemin tracé, d’être loyal et droit ». Tout est dit. Malgré son jeune âge, Hubert a choisi sa voie en toute connaissance de cause et s’il n’est pas encore un homme fait, sous les traits juvéniles un vrai caractère se dessine. De la timidité encore, mais déjà l’intelligence à choisir ses mots, à ne point trop en dire, à écouter beaucoup.

Il reçoit l’héritage d’une famille qui a vécu pleinement mais durement son amour des taureaux. Rentrée gardianou à la 527a316274148f606da5a1ce28c689ee.jpgmanade Grand-Guillierme fondée en 1920, Jacques est le premier Espelly au service de Fanfonne (1938), il est rejoint par Armand (1944). Et dans ces années-là, guerre, après-guerre – le métier de gardian est pour le moins rude. Il fallait avoir un amour démesuré et le cuir bien tanné au temps des troupeaux gardés à bâton planté, isolé de tout et privé du peu de confort que conférait l’époque. Si le métier a bien changé, la récompense reste toujours la même : les taureaux qui portent haut la devise azur et or. Chin Cheï, Galapian, Segren, Estepous, Tegel, Raouba Vesso, aujourd’hui Lou Pounchu, Quilhous… De tout ce travail, de tous ces cocardiers, Hubert est le dépositaire.

Et devant témoins. Pour fêter tout à la fois le départ à la retraite de Christian, la fin de saison, les "fameuses barrières" e67c1b80094e6b8f267ab6e4cb2d0a74.jpgdes arènes, la municipalité de Baillargues et le CT Le Sanglier, après une course des taureaux de Guillierme aux arènes, avaient réuni, samedi dernier les clubs taurins, la FFCC, les amis, les proches pour une fête amicale à l’Espace Vigneron. Jean-Luc Meissonnier, maire de Baillargues, exprimait « l’honneur d’être le témoin d’une transmission de responsabilité entre un père et son fils ». Henri Itier, président de la FFCC, souhaitait « une bonne retraite à Christian et bon vent à Hubert. A 18 ans, c’est important qu’un jeune s’investisse. Il faut du courage… Bravo ! » Quant à Bernard Calatayud, président e23b965fee322c5f6bebe7217c5a4634.jpgdu club taurin, il soulignait : « Une page de la manade Guillierme se tourne mais l’histoire entre cet élevage et le club taurin continue, elle a commencé avec Papotin, Claudius, Lambada ou Raouba Vesso, aujourd’hui c’était la despedida de L’Enclume, en 2008 la jeune génération sera encore à Baillargues ».
Chaudement entouré par les amateurs de la manade, toujours épaulé par Christian, discrètement et tendrement conseillé par sa maman Josée, Hubert peut commencer à tracer sa route. Jacques et Armand sont toujours là et sûr que là-haut Fanfonne lui garde un œil bienveillant.

Martine ALIAGA

 

1021440df8b7660d7a74d511682be4cf.jpg

23/10/2007

VENDARGUES : LES NICOLLIN

Dimanche 21 octobre, course complète de Nicollin
 
LE 5e TROPHEE ROGER-ITIER
EN ROUGE ET VERT
 
Un reportage photo signé Christian ITIER, membre du CT La Muleta
 
Entrée : 1/2. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Auzolle, Moutet, Outarka, Violet, Roux. Gauchers : Mebarek, Santiago, C. Garrido. Tourneurs : Fouque, Labrousse, Lebrun, Grando.
 
Les taureaux de la manade Nicollin se sont montrés brillants, participatifs. Si Virat (4e) marque le pas mais garde toujours ses qualités de placement et ses enfermées, c'est Tibère (7e) qui remporte le prix, un espoir généreux qui sait terminer aux planches. Thibaud est un premier qu'il faut bouger. Péricles (2e) mobile et généreux plus quelques évasions. Pour Antenor (3e), des actions aux planches et beaucoup de bravoure. Benvengu (5e) promeneur en début de temps puis réalise des actions appuyées. Pluton (6e) se livre avec panache pour conclure brillamment.
 
medium_VENCAPE.jpg
 Huit raseteursà la capelado
**********************
 
medium_VENTHI_003.jpg
Thibaud et Santiago
*****************
 
 
medium_VENPERI.jpg
Péricles et Auzolle
***************
medium_VENANTE.jpg
Anténor et Roux
*************
medium_VENVIRAT.jpg
 Virat et Mebarek
**************
 
medium_VENBEN.2.jpg
 Benvengu et C. Garrido
*******************
medium_VENPLU.jpg
 
Pluton et Moutet
**************
medium_VENTIB.jpg
Les lauréats : Tibère et Lahcène Outarka 
*********************************
medium_VENPRIX.2.jpg

L'apéritif et la remise des trophées
****************************
*****************************

06/10/2007

FINALE DU TROPHEE L'AVENIR : PRESENTATION

DIMANCHE 7 OCTOBRE A CHATEAURENARD

UNE BELLE AFFICHE PLEINE D'ESPOIRS

medium_chateaurenard.jpg

 

Les afeciouna se rendront à Châteaurenard plein d'espoirs. Si, il y a quelques années, il était difficile de trouver des cocardiers en devenir, ce n'est pas le cas cette année, ni l'an passé d'ailleurs. Et la finale 2006 à Lunel a prouvé la bonne qualité du cheptel. Ces taureaux jeunes feront-ils les grands rendez-vous de demain, c'est un autre débat ! Pour l'instant savourons, sur le papier, la composition de cette finale 2007, en gardant à l'esprit que le passage dans une grande piste (Châteaurenard), sera pour certains une première. Quant aux raseteurs, ils ont prouvé tout au long de la saison leur enthousiasme et leurs qualités, à eux aussi de faire de cette finale une réussite.

Qui sera Bioù de l’Avenir dans la grande piste de la cité des Maraîchers ? Difficile de se hasarder à un pronostic devant le potentiel des jeunes cocardiers. Les voici en présentation dans l’ordre de sortie :
medium_HUGO.2.jpgHUGO (Joncas)
8 ans - 5 sorties (08/05 Grau du Roi–26/05 Marguerittes–24/06 grande Motte–31/07 Marguerittes-19/08 Mouriès). Comme tous les Joncas il a besoin de pression pour donner le meilleur. Vaillant, il court beaucoup et peut avoir de bonnes réactions. Patrice Brouillet confie : «Il sait se mettre en colère sur la fin mais il faudra qu’il tienne la distance car la pression sera énorme».
DIEGO (Blatière-Bessac)
8 ans - 4 sorties (08/04 St Laurent d’Aigouze-20/05 Vauvert-01/07 Montfrin-29/07 Baillargues-26/08 St Chaptes) Régulier et auteur d’une bonne saison, ce sauteur (issu d’une vache pure Blatière) s’est stabilisé. Il chasse, se livre bien, sait se déplacer dans une grande piste et possède la méchanceté des Iscles.
medium_COUTARD.2.jpgCOUTARD (Fabre-Mailhan)
 7 ans - 5 sorties (25/03 St Laurent d’Aigouze-08/05 Marguerittes-10/06 Paluds de Noves-11/08 Montfrin-09/09 St Laurent d’Aigouze) Venu sur le tard, ce fils de Blaise est préféré à Pasteur (trop jeune). Il a plus de métier et ne se laisse pas enfermer. Combattif, il finit de plus en plus anticipateur et Pascal croit en lui : «En 2006, il n’a pas subi à la Palme d’argent à Beaucaire et ne devrait pas subir à Châteaurenard».
GAVOT
(Lou Pantaï) 5 ans - 6 sorties (29/04 Rognonas-28/05 Eyragues-24/06 Montfrin-21/07 Remoulins-21/08 Pernes les Fontanes-15/09 Vallabrègues) Avantagé par son physique et ses grosses cornes, il a un bon placement et son anticipation fait merveille. Intelligent et rapide, il est difficile à manœuvrer des deux côtés. Vainqueur à Pernes, Vallabrègues et prix de la saison à Rognonas c’est costaud.
RODIN (Les Baumelles)
8 ans - 5 sorties (18/03 St Martin de Crau-20/05 Châteaurenard-08/07 Lunel-12/08 Les Saintes Marie-16/09 Grau du Roi). A son âge il connaît son métier et s’est déjà frotté avec succès aux As comme aux Saintes (prix des Impériaux). Il sort à la place de vedette dans une piste qui lui a réussi. Joël Linsolas déclare : « Son ¼ d’heure en mai a marqué les esprits et s’il pouvait faire le même dimanche ?». Un potentiel de vainqueur qui ne permet pas la faute.
medium_GUINGUE_1b.jpgGUINGUE (Caillan)
5 ans - 3 sorties (24/06 Eyragues-10/08 Châteaurenard-09/09 Remoulins). Ce jeune bioù a du potentiel au bout de cornes. Barricadier, il est capable d’exploits comme après Valette à Châteaurenard ou Estévan à Remoulins. Il connaît la piste (meilleur taureau de la saison des Maraîchers espoirs) mais l’opposition sera de taille. Peut être la surprise ?
L’artiste PICASSO (Chauvet) 7 ans - 4 sorties (13/05 Sommières-17/06 Noves-08/07 Montfrin-15/08 Paluds de Noves) a toutes les qualités. Sa vélocité et sa façon de se tourner rendent l’approche très compliquée. Rapide, cocardier, barricadier et vainqueur sur la saison aux Paluds, c’est la future vedette de Cadenet. René Serme élogieux tempère : «C’est un tout bon mais Châteaurenard est une grande piste».
GUEPARD (Cuillé)
6 ans - 5 sorties (18/03 St Laurent d’Aigouze-01/05 Paluds de Noves-13/07 Générac-05/08 Montfrin-09/09 St Laurent d’Aigouze). Le fauve du Grand Badon a déjà une réputation. Félin et rapide comme l’éclair, il sait rugir de façon intense aux barrières et montrer les griffes au-delà des planches comme à Montfrin (sa meilleure course). Un dévoreur d’espaces sur qui il faudra compter....

    LES HOMMES

 Au classement rien n’est figé pour cette génération douée de raseteurs qui va tout donner pour clôturer la saison en beauté. Les voici en présentation dans l’ordre du classement.
Leader, medium_cario.jpgChristophe CLARION a toujours été dans le trio de tête. Ce gaucher (à fort caractère) audacieux et téméraire s’implique à chaque course. Blessé au bras à Vallabrègues le 19 juin par Rhodanien, il effectue un retour en fanfare au mois d’août et revient sur Marquier. Combattif, il ne craint pas l’adversité. Talonné de près il peut aller jusqu’au bout. 961.5 points.


Son dauphin medium_marqu.jpgMathieu MARQUIER possède un physique avantageux mais n’attaque la compétition que mi-avril. Second l’an dernier à cause d’une blessure il a les moyens de gagner car en plus du physique il possède la technique et l’efficacité. Un droitier élégant et loyal qui défendra ses chances. 944 points.

 


Troisième, Bastien FOUR est lamedium_four.2.jpg révélation. Longtemps en tête, le jeune saintois issu des protections rétrograde à cause d’une blessure aux tendons de la main à Cabannes le 25 juillet (Plus d’un mois d’arrêt). Il reprend le 02 septembre et remonte sur le podium à la force du crochet. Battant, il remporte la cocarde d’argent, participe à la Palme d’0r mais ne peut défendre ses chances au gland d’or. Un pur gaucher travailleur et respectueux du public. 756.5 points.
Nicolas VIOLET est assuré de la quatrième place. En progression, c’est une valeur sure qui ne rechigne jamais à l’effort notamment devant la difficulté. Un droitier redoutable et apprécié. 746 points.
Dernière année au trophée de l’Avenir pour David MOINE et pourtant toujours le même enthousiasme. Un battant toujours sur la brèche qui donne à chaque fois le meilleur de lui-même. Un petit droitier grand par le talent. 694.5 points.
Encore un gaucher travailleur avec Nabil BENAFITOU. Auteur de remarquables prestations il tire parfois les autres vers le haut et subit souvent les assauts spectaculaires des cocardiers. Il lui manque juste un peu de régularité pour grimper au classement. 662.5 points.
Marc BOURNEL est capable d’authentiques exploits. Il forme avec Daniel Martinez son tourneur un duo de premier ordre. 632 pts.
Rémi GUYON, David MAUREL, Julien REY complètent cette jeune équipe porteuse d’avenir.

Eric AUPHAN 

                                                                                    

18/08/2007

DESPEDIDA DE SCAMANDRE (MAANADE BOCH)

SON DERNIER DUO
AVEC SABRI ALLOUANI

medium_SCA_4.2.jpg

"Je préfère l'arrêter avant qu'il ne décline" explique le manadier Philippe Boch, la voix enrouée d'émotion. "C'est une page qui se tourne, désormais Scamandre est à la retraite". Vendredi, à Lansargues,  le cocardier Bioù d'Or 2003 a défendu ses attributs pour la dernière fois.

medium_Valen_5x5.jpgUne arène pleine qui se lève pour un taureau, un président de course, Jacques Valentin, qui a du mal à terminer son discours d'hommage retraçant la carrière de l'animal, un Carmen long comme une larme furtive qui s'échappe et descend lentement sur la joue... Scamandre, la tête haute, traverse la piste et rentre une dernière fois au toril sous l'ovation.

Et le public de se rappeler des meilleurs moments qu'il a partagés avec le taureau : ses premières courses en 1993, en école taurine à Vendargues. 1996, 3e aux courses de taù des Saintes-Maries-de-la-Mer. 1997, 2e à la finale des protections. 1998, les premiers trophées. 1999, meilleur taureau de la finale du Trophée de l'Avenir à Châteaurenard. A partir de 2000, Scamandre affirme son caractère de cocardier, coriace, qui sait enfermer l'homme et finir dangereusement aux planches. 2002, première participation à la finale du Trophée des As. Sa plus belle année c'est 2003 où en juillet, il s'impose à la Palme d'Or et en octobre reçoit la consécration suprême, le titre de Bioù d'Or. Mais, blessé au sternum et opéré, il mettra du temps à revenir au plus haut niveau qu'il retrouvera en 2005. 2006, il participe à la finale du Trophée des As confirmant sa réputation de cocardier qu'il faut solliciter dans son terrain en se méfiant de ses terribles conclusions.

Pour son dernier quart-d'heure, l'homme avec qui il a partagé ses plus belles courses, lui a servi avec respect les rasetsmedium_ALCCAM.jpg que le cocardier affectionne. Sabri Allouani, sans tourneur, face à face, l'a capté pour déclencher sa charge et finir avec lui aux planches. Le raseteur a toujours su, face à ce redoutable adversaire défendant rigoureusement son terrain, l'intéresser, le provoquer, plonger dans le berceau des bannes, et dans l'espace restreint qui reste, s'échapper... les redoutables cornes souvent dans son dos. ... Un combat loyal où deux adversaires se combattent durement mais se respectent. Le dernier raset de Sabri, sans crochet, a donné la mesure de la connivence entre l'homme à l'animal. On ne saura jamais ce qu'il se passe dans la tête d'un taureau, mais on jugerait que Scamandre connait et apprécie Sabri.  Le long face à face du raseteur en contre piste et de Scamandre, les yeux fixés sur l'homme en blanc, dans le silence frissonnant des gradins muets, restera un moment rare que chacun emportera dans sa mémoire.  La fin d'un duo exceptionnel ! "Carmen" !

Martine ALIAGA 

medium_FaF_ace.jpg
medium_allouscamandre.jpg
medium_allosca_2.jpg
***************
medium_LE_DER_2_des_ders.jpg
LE DERNIER...
medium_SCAMANDRE_face2.jpg
BONNE RETRAITE TAUREAU !
Photos L. PERO

09/08/2007

FIEVRE APHTEUSE


L'HISTOIRE  : suite à deux foyers de fièvre aphteuse en Angleterre, les courses camarguaises et autres manifestations taurines ont été interdites

L'EFFET PAPILLON

medium_repos.jpg

Le battement d'aile d'un papillon à un bout de la planète peut déclencher par le souffle d'air qu'il engendre des réactions en chaine et transformer la vie à l'autre bout. C'est bien sûr un raccourci littéraire mais depuis hier, on est en plein dedans.

LES FAITS
Deux foyers de fièvre aphteuse sont décelés en Angleterre dans une ferme près de la ville de Pirbright aussitôt les frontières anglaises sont fermées aux animaux (bovins, porcins, ovins, caprins) par l'Union européenne. Et pour éviter une épizootie  (le virus de la fièvre aphteuse se propage très rapidement), les pouvoirs publics français décrètent une interdiction des rassemblements et des mouvements de ces animaux. (J.O. N.180 du 5/08). Résultat : les courses camarguaises, abrivado, bandido, encierros, etc, sont interdits.

medium_repos_2.jpgCONSEQUENCES
La nouvelle tombe mardi matin (7 août) et bouleverse tous les programmes des fêtes du Languedoc-Roussillon et Bouches-du-Rhône. A Pérols, Lansargues, Castries, Le Cailar, Montfrin, etc., les aficionados et les organisateurs désemparés parent au plus pressé. Mais les taureaux resteront au pré même si, dans certains endroits, les mesures tardent à être appliquées. Apparemment des problèmes de communication et ou du moins de synchronisation entre ministère de l'Agriculture, Préfecture et mairies... Quoi qu'il en soit, la Fédération française de la course camarguaise en relation avec les Directions des services vétérinaires confirme l'interdiction jusqu'à nouvel ordre et travaille pour infléchir ou assouplir les mesures. A savoir autoriser les sorties d'une seule manade en course complète par exemple.

MERCREDI 8 AOUT
Mercredi matin. Un arrêté du 7 août modifie l'arrêté du 4 août en apportant des dérogations mais en des termes pour le moins flous "Il peut être dérogé aux dispositions prévues.... dans des conditions précisées par instruction du ministre chargé de l'agriculture"... On attend des explications.  Un nouveau texte est en préparation au Ministère de l'Agriculture et une réunion se déroulera à Bruxelles avec les ministres concernés dans la journée. On peut raisonnablement penser que des allègements vont avoir lieu.

Mercredi midi : effectivement, les courses de taureaux d'un même élevage ont été possibles. A certaines conditions : que tous les medium_repos_3.jpganimaux présentés proviennent d’un même élevage ; qu'il soit être procédé à un examen clinique sur les animaux avant leur sortie. Cet examen clinique les déclarant sains. Les animaux présentés doivent être isolés à l’issue de la manifestation pendant au moins 72 heures. Les animaux sont isolés pendant les 10 jours suivant la tenue de la manifestation, et peuvent de nouveau être mélangés au troupeau à l’issue de cet isolement si aucun signe clinique n’est apparu. 

JEUDI 9 AOUT
CE MATIN :
La réunion de mercredi après-midi à Bruxelles maintient la restriction et donc  ne permet pas les rassemblements de plusieurs manades. C'est à dire pas de concours. Actuellement, se déroule une réunion au ministère de l'Agriculture avec les DSV. On en saura plus en début d'après-midi pour les courses prévues ce week-end.

14 h 50 : la FFCC informe que les restrictions sont levées.
ON REDEMARRE ! OUF !

VENDREDI 10 AOUT
Toutes les courses initialement prévues pour le week-end et le 15 août auront lieu plus la course de Châteaurenard (Trophée des Maraîchers espoirs) prévue mardi reportée à cet après-midi  (vendredi) et la finale du Gland d'Or à Montfrin, annulée mercredi, reportée à samedi après-midi.

   

Martine ALIAGA

06/08/2007

PEROLS le 5-08 *AS*

UN PETIT BRIN
DE FICELLE
 
medium_leventi_1.jpg
Puissant Leventi derrière Benafitou 
 
Tranquille première course pour la Ficelle d'Argent. Sept hommes en piste (Allouani, C. Garcia, Fougere,  Jockin à droite ; à gauche Nabil Benafitou et Deslys ; Benzegh, Bensalah et Cano tournent), quelques bons passages et des temps morts (2 ficelles levées). C'est le lot des courses du mois d'août. Allouani en meneur, le plus appliqué est C. Garcia ; les deux jeunes N. Benafitou et Fougère s'en sortent bien à ce niveau. Lanza (3e, Blatière-Bessac) et Leventi (5e, Plo) ont été les plus intéressants, Carmen au retour pour eux deux ainsi que pour Mistral (Languedoc, 7e). Présidence sans souci.
Cabrian (1er, Saumade), intermittent, il a, bien cité, quelques réactions violentes, une sur un superbe raset de N. Benafitou et une action conclue sur Garcia. Pas très chaud, Blaise,  le taù de Fabre-Mailhan (2e), mais pour lui les hommes se mettent à l'unisson pour lui tirer de belles finitions où il s'envoie aux planches. Lanza (Blatière-Bessac, 3e) est un promeneur dans son début de course mais il se chauffe et percute volontiers sur les droitiers, notamment C. Garcia qui exploite au mieux ses qualités. A gauche, N. Benafitou n'arrivera pas à le consentir. Lanza termine par une puissante action à la planche qu'il casse après Fougère.
Avec expérience (14 ans) et un beau reste de vitesse, Jonas de Lautier gère les débats. Craint pour sa rapidité d'intervention puis souvent réticent, il est délaissé. Leventi (5e, Plo), un gros gabarit volontaire en diable et franc comme l'or. Quelques chaudes anticipations et de beaux enchaînements où tous les hommes s'impliquent.  En revanche, Sylvio (6e, Siméon) n'a pas très envie. Malgré les bonnes premières minutes, il se perd en déplacements incessants qui ne facilitent pas les bons rasets. Allouani et Benafitou le citent de loin, mais ses engagements ne sont pas convainquants.
Reste le 7e, hors points, Mistral (du Languedoc). Dommage, car peu raseté, il a quand même affiché de sérieuses qualités. Hargneux, placé, et des envies d'en découdre jusqu'à la conclusion. Ce Mistral-là sera à revoir.
Martine ALIAGA 
Photos Christian ITIER 
medium_cabrian2.jpg
 Une des deux belles actions de Cabrian
 
medium_BLAISE1.jpg
 S'il n'a pas levé, Fougère a bien travaillé.
Blaise se soulève volontiers après lui.
 
medium_lanza_1.jpg
Lanza fait un bon troisième. Allouani prend la cocarde, un gland et coupe le frontal. 
 
medium_Mistral_1.jpg
Un taureau à revoir, c'est Mistral (7e hors points).
Deslys passait par là.