Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2016

BIOU D'OR

Vendredi 16 décembre 2016 - Au Domaine des Pavillons à Générac

Il était une fois Mignon

cuillé,mignon,générac,course camarguaise

Garden party à la gloire d'un magnifique cocardier
fruit d'un élevage bien mené

Il était une fois Mignon, prince du domaine des Pavillons. En ce temps-là, la gente famille Cuillé menait élevage de nobles taureaux sur ses terres de Générac. Et, en ce début décembre, recevait les admirateurs de Mignon, tous réjouis de l’attribution du titre suprême - le Biou d’Or 2016 - à leur favori.

Une assemblée qui, après avoir visité le célèbre cocardier sur ses terres, se rassemblait autour de la famille pour écouter retracer la vie de leur héros d’abord par Jean-Pierre Cuillé : « L’an dernier on fêtait le 1er Biou d’Or de Mignon et j’insistais sur l’importance du clan familial. Cette année je voudrais parler de Mignon. J’ai conservé tous les articles de presse qui lui ont été dédiés depuis ses débuts. Et de sa première course, sous son nom, à Pélissanne en mars 2009 jusqu’à Vauvert le 20 octobre 2016, il n’a jamais été mauvais, plus ou moins brillant mais le plus souvent triomphant. Preuve de ses qualités et de sa longévité... ».
Une carrière soulignée par Julie Zaoui, directrice du Trophée Midi Libre- La Provence : « La commission du Trophée ne s’est pas trompée. Un Biou de l’Avenir et deux Biou d’Or à Mignon, ce n’est pas un hasard... »

Propos corroborés par Jean-Pierre Gugliermotte, directeur commercial et événementiel de Midi Libre, qui rajoutait : « La victoire de ce cocardier à un goût particulier cette année. Après un début de saison difficile, la fête a été belle à Nîmes pour la finale et Mignon est un beau vainqueur. Les traditions rassemblent et les journaux accompagnent tout cela. Nous sommes heureux d’être là ». Frédéric Touzellier, maire de Générac, soulignant, quant à lui, « l’ancrage de la famille Cuillé et de cet élévage que nous aimons dont Mignon porte actuellement la dynamique ».
Restait à Pierre Cuillé à remercier « tous ceux qui nous aident à maintenir notre élevage, les gardians et les partenaires. Mignon sortira 7 fois - peut-être 8 - en 2017. Je souhaite lui offrir une fin de carrière en pleine possession de ses moyens. S’il donne des signes de faiblesse nous l’arrêterons. Et nous voulons, si possible, des adieux à la hauteur de sa carrière. A savoir, en 2018, une course à Générac où il n’a jamais couru et surtout la dernière à Lunel où il a toujours triomphé... »
Et pour compléter l’histoire en forme de conte, il faut savoir qu’au temps de sa jeunesse, Mignon fut de nombreuses fois marié et qu’il eut beaucoup d’enfants...


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Mignon prince des Pavillons

cuillé,mignon,générac,course camarguaise

*****************

 

 

 

21/05/2014

HOMMAGE A GUEPARD

Mardi 20 mai 2014

guépard,cuillé,biou d'or 2010,courses camarguaisesLa nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux où les hommages au Biou d'Or 2010 sont émouvants. Le magnifique taureau de la manade Cuillé, Guépard, est mort, à 13 ans. Aussitôt les images des magnifiques combats qu'il réalisa dans les arènes notamment à Lunel, Palavas et au Grau-du-Roi reviennent en mémoire.

Ci-dessous quelques uns des comptes rendus à la gloire du N.134, à sa beauté et à sa hargne.

MIDI BLOGS -  2010

Quel beau Biou d’Or ! A 9 ans, la vedette de Cuillé a un tempérament de feu, le charisme d’un roi, la dangerosité du félin et un sang bouillant qui l’emporte. Craint, son tempérament explosif pousse les blancs à essayer de le berner. Sa générosité parfois est mise à rude épreuve. Les trop grands espaces  lui sont un terrain de chasse qu’il parcourt à grandes foulées et sur lesquels il se disperse. Mais toujours il revient au combat. Avec hargne, méchanceté et ténacité. Oui, le fer de lance de l’élevage vaut bien une couronne. Le sang baroncellien est à nouveau récompensé… Hourra !

MIDI BLOGS LE 7 OCT 2010 - LA SAISON DE GUEPARD

Dans la Royale de la manade Cuillé, je demande le N.134. Auréolé de son titre de Biòu d’Or, le magnifique spécimen possède un caractère emporté, et du félin dont il porte le nom, l’allure de chasseur et la dangerosité. Guépard est un cocardier redoutable, violemment spectaculaire.
Guépard, bien né et à la carrière déjà avantageuse jusque là, a explosé en un bel après-midi de 1er novembre 2009, finale du Trophée Pescalune. Ce quart-d’heure a marqué les esprits. S’appropriant la piste, Guépard soumit, ce jour-là les hommes à sa loi après avoir accroché Sabri Allouani et failli percuter Adil Benafitou. Au maximum de sa domination, il rentra son second gland sous les acclamations et la musique.
Son histoire était en marche. Et bien entouré par ses congénères de la Royale de la manade Cuillé qui enchante les afeciouna depuis trois ans, le beau ténébreux a tracé sa route royale.
A Lunel, (28 mars 2010), s’il laisse cueillir ses glands - péché de générosité -  il se montre intraitable aux ficelles qu’il ramène. A Palavas (2 mai), - l’une des plus belles courses cette saison - le Guépard déchainé, bagarreur jusqu’à basculer en contre-piste marque de sa griffe Nicolas Violet et rentre une ficelle.
Le 6 juin au Grau, il fait trembler les hommes et lever les gradins. Redoutable, la corne dangereuse, il s’approprie la piste et c’est à Moutet qu’il zébre la fesse. Ses ficelles bien en place. Pour le Muscat à Lunel en juillet, c’est un cocardier sans concession que les blancs retrouvent sur leur chemin et qui garde jalousement ses ficelles. Quant au 15 août, au Grau-du-Roi, malgré le travail des hommes, c’est très haut vers les tubes qu’il cherche Gros de la corne et Auzolle qu’il accroche par la chaussure, rentrant encore ses ficelles. Ne parlons pas de Nîmes, où après de grosses actions sur Jourdan et Auzolle, et une fois son terrain délimité, peu ont osé s’aventurer. Ficelles sur les cornes.
Voilà l’itinéraire du Biòu d’Or 2010, le Guépard élégant et chasseur qui a entendu monter les primes de ses ficelles toute la saison et qui, tête haute rentrant au toril, n’a pas vu dans son dos, les arènes debout.

MIDI BLOGS LE 6 JUIN 2010

LE QUART D’HEURE DU GUEPARD AU GRAU AVEC LA ROYALE

Guépard.- Il sort comme un boulet de canon et impose son physique de toute beauté et son caractère de bagarreur. Craint, il chasse, l'oeil à tout ce qui bouge et n'a pas à sortir le grand jeu pour dominer.  Déjà Moutet frôle la correctionnelle en étant magistralement anticipé, et Auzolle entend les planches craquer derrière lui. A. Benafitou lance de longues trajectoires qui parfois n'aboutissent pas, Auzolle dépassé, Guépard zèbre l'espace proche d'Outarka. Moutet encore doublé, récidive et se fait rattraper au saut. La marque du Guépard sur sa fesse. Avec méchanceté, le redoutable lance la corne sur Marquier et se dédouble sur Auzolle qui démarre... Du grand... du beau... Les hommes essaient encore. Bravo. Adil Benafitou allonge la trajectoire, c'est magnifique. Auzolle emporté, Moutet qui revient se fait serrer de près, Marquier tente, Moutet pour l'orgueil sur la sonnerie. Pendant ce temps, la ficelle est montée, montée, 1000, 1200€... Guépard s'en fiche, il les ramène à la maison, il part au toril tête haute, dans son dos les arènes sont debouts.

A LUNEL, l'accrochage de Sabri Allouani

guépard,cuillé,biou d'or 2010,courses camarguaises

COMPTE RENDU PAR VIDOURLE
 FINALE DU PESCALUNE 1er NOVEMBRE 2009

Dès les premiers cites, Guépard se lève sur Jourdan, puis le biou promène les hommes. Allouani s'engage et l'action à la planche est phénoménale : pantalon déchiré mais cocarde dans le crochet. Dans la foulée, A. Benafitou à son tour frôle l'accrochage pleine piste. La tension est au maximum, le biou maîtrise tout. La fin de course alors que le 1er gland est à 450€ est haletante et spectaculaire. Guépard rentre son 2e gland sous l'ovation et entend une kyrielle de Carmen.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS VIDOURLE - CHRISTIAN ITIER

*************************

 

19/11/2012

JONQUIERES SAINT-VINCENT

Dimanche 18 novembre 2012

La recette d'une belle clôture

 jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

Sous les ors des platanes, les gradins affichent archi plein.

Une pincée de chance pour une météo conciliante. Un club taurin enthousiaste - L'Aficion - éclatant de jeunesse  autour de son président Rachid. Des manadiers et bayles en phase. Un plan à la bonne dimension où la proximité avec les cocardiers et les raseteurs participe à l'ambiance. Des spectateurs en nombre qui veulent emmagasiner le maximum d'images avant la trêve hivernale. Des cocardiers jeunes et fougueux pleins de promesses. Et voilà une clôture bien dans l'esprit des amoureux de la bouvine qui couronne la bonne saison jonquiéroise et la temporada taurine 2012. 

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaisesBien avant l'heure, la halle du marché déborde de voitures, et les spectateurs se pressent sur les étagères. Rachid accueille tout le monde avec sa bonhommie habituelle,  les raseteurs se chauffent, dans les chars et au toril, ça bacèle à tout va, les jeunes cocardiers s'impatientent. Au final, le 845 de Cuillé, 5e, et le 703 de Bon 6e, (◄photo) ressortent pour les prestations les plus abouties dans cet ensemble de taureaux très jeunes (3 à 5 ans), remarquables de présentation, et dont les qualités naissantes témoignent de la bonne santé des deux manades présentes.

Le N.701 de la manade Bon est en piste, ses glands aux couleurs de la manade ravissent le public, et déjà les afeciouna réservent ces attributs aux raseteurs. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Très sollicité, le jeune taureau se montre vaillant sous les assauts. Se livre avec rythme et garde une ficelle. Bonne entrée en matière. 4 Carmen et retour.
L'étalon N.834 de Cuillé est impressionnant de fougue. Toujours le long des planches, un peu brouillon, il s'enrage après les planches. Les blancs ne lui font pas de cadeaux mais ne lèveront que sa cocarde. Musique.
Avec son moure de bébé, le N.926 de Bon s'escampe de bon coeur après Grammatico. Naïf, les grosses séries le laissent langue pendante mais il garde du jus pour encore sauter après Moine. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Le 841 de Cuillé est un tau froid et réfléchi. Pousse fort après Moine, Grammatico cambre les reins, ça passe juste. Errik fait le job. L'étalon se réserve parfois, démonte les barrières, saute après... pour 8 minutes les glands. Laisse une impression mitigée, rentre une ficelle, 2 Carmen et retour.

 

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

(▲ photo) A la reprise, le 845 de Cuillé, affiche sa méchanceté, casse tout, saute, râle et s'approprie la piste. S'envoie méchamment sur Aroca, Salinesi. De magnifiques et nombreux engagements aux planches après Ruiz, Aroca, Grammatico... Errik pour la cocarde et un gland, ce sera tout pour cet étalon aux nombreuses qualités. 6 Carmen et retour.

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

Magnifique étalon, (▲ photo) ce 703 de Bon (baptisé Folco). Cul aux planches, il fait cogiter les blancs. Errik pour les premiers rasets. Imposant par son gabarit, sérieux dans son occupation de la piste, ses conclusions sont abouties. Un, deux rasets et il frappe (Errik, Grammatico, Moine, Ruiz). Un sérieux client qui rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Plus léger le 833 de Cuillé, se jette à fond dans les enchaînements. Les raseteurs lèvent le pied, le taureau manquera de sollicitations. Placé, se livre, une belle conclusions sur Ruiz, et un saut par surprise, pour un gland qui rentre. 2 Carmen et retour.
Le dernier cocardier de la saison, N.841 de Bon est tout neuf. Il pète le feu et les gradins s'animent. Saute haut, court partout, rode, chasse. Leste, désordonné mais plein de vie, sa fougue réjouit les étagères, et l'ultime raset de la temporada pour David Moine. Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : archi plein. Organisateur : CT L'Aficion. Président : Garcin. Raseteurs droitiers : Grammatico, Moine, Aroca, Salinesi. Gauchers : Errik, Lafare (claquage au 3e), Ruiz. Tourneurs : Joseph, Lieballe.


16/04/2011

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *Avenir *

Samedi 16 avril 2011 - 5e journée du Printemps des Royales

DU SANG, DE L'AGRESSIVITÉ ET UN PEU D'INCONSTANCE
POUR LES JEUNES CUILLÉ

 

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,cuillé,courses camarguaises

Icham Oufdil, auteur des plus beaux rasets de l'après-midi

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,cuillé,courses camarguaisesTemps parfait pour cette 5e journée du Printemps des Royales où les spectateurs remplissent les arènes (3/4). On attend beaucoup des taureaux de Cuillé, trop certainement et si la course a révélé de gros tempéraments très agressif, pleins de sang et de belles promesses, restait à la fin un sentiment d'inachevé. A garderl es rasets d'Oufdil sont engagés et élégants et quelques bons passages des gauchers Alarcon et Aliaga, Favier toujours border line pour l'émotion. Des sept cocardiers : Litec (2nd) et Horacio (4e) m'ont semblé les plus prometteurs, Oenologue (6e) doit confirmer. (Photo : Dalloz a l'âme primesautière)
saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,cuillé,courses camarguaisesA la capelado, raseteurs droitiers : Valette, Noguera, Oufdil, Cano ; à gauche, Alarcon, Aliaga, (photo) Favier, Clarion. Tourneurs : Estève, Cuallado, Babacène, Grando.

SCAPIN : Aucun refus pour ce cocardier au bon placement qui se donne sans grande difficulté à ceux qui gèrent la charge et la finition agressive aux planches. 7 Carmen et retour avec ses ficelles.

LITEC : Il va vite et s'engouffre à toute bombe dans le sillage des blancs. Un peu surpris par les premiers assauts, sa volonté fait merveille pour des enfermées au terme desquelles il tape férocement. Oufdil lui déroule des longueurs et le mène aux planches. Rentre une ficelle, 7 Carmen.

VAGABOND : Dissipé et inattentif, du fait, il n'a pas droit à de très beaux gestes. Il subit dans les séries mais a assez de jus pour se jeter après Oufdil (2 Carmen). Rentre une ficelle sans- me - convaincre.

HORATIO : Emotion quand il se jette d'entrée sur Favier. Avec un placement à son avantage, il ne se fait pas prier et course les blancs avec rapidité jusqu'à sauter parfois dans l'élan. Mais trois gros coups aux planches tout de même sur Oufdil, Alarcon ou Favier pour un taureau au potentiel très cocardier. Rentre ses ficelles, 4 Carmen.

DALLOZ : beaucoup trop de déchets pour ce jeune taureau qui saute et ressaute à n'en plus finir et ne trouve pas sa place. En revanche de la férocité quand bien cité, il percute après Oufdil, Favier. 3 Carmen.

OENOLOGUE : Mobile, rapide et susceptible de poursuites bien conclues. De belles enfermées sur Favier, Aliaga et des coups aux planches Aliaga, Alarcon. Termine par un tampon après Favier et un bel engagement sur Clarion. Une ficelle au toril. 4 Carmen.

MODIANO : Vite rendu sur les hommes, comportement brouillon et physiquement profilé. Des trajectoires  parfois décousues, mais bien cité peut s'engager à fond. Ficelles au toril. 2 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,cuillé,courses camarguaises

Maxime Favier toujours très engagé dans ses actions
pour les frissons de l'après-midi

*************************

 


29/12/2010

BIOU D'OR

Vendredi 17 décembre au Château de Générac

GUEPARD
PARCE QU'IL LE VAUT BIEN

BLOG1.jpgIl fallait bien un château pour fêter le Seigneur de l’année 2010 . La moyenâgeuse bâtisse  de la cité gardoise a dernièrement accueilli ses vassaux pour un hommage festif . Gentes dames et damoiseaux ont chanté les louanges du fauve et de la famille qui l'a fait naître et élevé. Oyez, Oyez, Guépard est entré dans la galerie des Biou d’Or.

C’était pas gagné d’avance… 2010 commence sous de noirs auspices pour la manade Cuillé. Bloquée pour des mesures sanitaires, la famille fait bloc, se démène, souffre mais ne plie pas. Le long chemin de l’assainissement commence. La Royale qui depuis plusieurs années déplace les aficionados est autorisée à courir, Guépard attaque son chemin royal.  Les complètes permettent aux taureaux plus jeunes de s’aguerrir… Les organisateurs font confiance jusqu’à la libération totale. Et Guépard s’impose au Trophée Taurin Midi Libre – La Provence pour le titre final.

Quel beau Biou d’Or ! A 9 ans, la vedette de Cuillé a un tempérament de feu, le charisme d’un roi, la dangerosité du félin et un sang bouillant qui l’emporte. Craint, son tempérament explosif pousse les blancs à essayer de le berner. Sa générosité parfois est mise à rude épreuve. Les trop grands espaces  lui sont un terrain de chasse qu’il parcourt à grandes foulées et sur lesquels il se disperse. Mais toujours il revient au combat. Avec hargne, méchanceté et ténacité. Oui, le fer de lance de l’élevage vaut bien une couronne. Le sang baroncellien est à nouveau récompensé… Hourra !

4 Biou d’Or pour 40 ans d’existence. Après Rousset (1981-1982), Pythagore (2000) et Guépard, c’est le travail de toute une famille qui est mis en exergue. Car derrière le Biou d’Or, la pépinière des vert et blanc est riche d’une race qui n’en finit pas de donner à la course camarguaise ses plus beaux fleurons.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

ILS ONT DIT

BLOGGUE2.jpg

De gauche à droite, Jean-Pierre Cuillé, Domynique Azéma (directrice du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence), Henri Itier (président de la FFCC), Pierre Cuillé et Frédéric Touzellier (maire de Générac)

  Jean-Pierre Cuillé a tenu à partager la joie de ce 4e Biou d'Or pourles 40 ans avec toute la famille et notamment son épouse Sylvie : "tout le monde participe".
Domynique Azéma a commenté avec humour : "Si les raseteurs ne sont pas bons, c'est la faute au Trophée ; S'il y a moins de monde aux arènes, c'est lafaute au Trophée, S'il pleut le jour de la finale, c'est la faute au Trophée... Mais si on est là ce soir, c'est grâce au Trophée".
Henri itier a souligné "Ce Biou d'Or est l'aboutissement d'un travail, d'une sélection et une victoire sur le doute".
Pierre Cuillé à associé les gardians et la famille "Tous ceux qui nous ont aidés, 2010 avait mal commencé, merci à ceux qui nous ont fait confiance surotut pour les taureaux jeunes. Les 40 ans de la race couronnés par le Biou d'Or, on est ravis".
Quant à Frédéric Touzellier, maire de Générac, il a félicité toute la famille Cuillé : "Biou d'Or, et Biou de l'Avenir, c'est le grand chelem de la cours camarguaise pour les 40 ans de l'élevage".

BLOGGUE3.jpg


GUEPARD.jpgLA SAISON 2011
DE GUEPARD

Pierre Cuillé :
"En 2011, Guépard défendra son titre avec détermination. Il ira à Beaucaire, Palavas, Lunel, Beaucaire, Les Saintes-Maries de la Mer, u
ne course en septembre, et la finale en octobre à Arles s'il est retenu par le Trophée Taurin (le litige avec Luc Jalabert est oublié..."

 

 

05/09/2010

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

Dimanche 5 septembre 2010 : 15e finale du Printemps des Royales

ALIAGA - CUILLE, LES FLEURS DU PRINTEMPS

NAPO.jpg
NAPOLEON et Outarka les bouquets de la Finale

Entrée : plein. Organisateur : CT Lou Bandot. Présidence : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Bournel, Outarka, Schuller. Gauchers : Aliaga, Sabde. Tourneurs : Beker, Grando, Sanchez.

10x10.jpgLe nombreux public (fidèle) est sorti satisfait de cette 15e finale du Printemps du Royale. Certes la présence de 2 ou 3 raseteurs supplémentaires aurait été bénéfique. Malgré ce, les blancs présents se sont "décarcassés" pour sortir le maximum. ◄Aliaga mérite une mention spéciale pour son engagement total avec tous les cocardiers. Côté taureaux, Tancrède excellent rate de peu la victoire au profit du dangereux Napoléon.
Youri (Cuillé).- Meilleur à gauche sur les bons cites d’Aliaga, il ne rechigne pas pour autant sur les enchaînements. Deux grosses poursuites sur Outarka, Aliaga. Une ficelle au toril et 5 fois la musique pour ce bon premier.
Carabin (Fabre-Mailhan).- Disponible il se jette bien dans le raset et vient frapper cornes en avant au terme de l’action. Un bon placement, des belles enfermées sur les deux côtés et une ficelle rentre. 4 Carmen.
Pescaïre (Lagarde).- Pas facile le banu, rapide et bien positionné, il garde 8 minutes ses pompons. Peu inquiété aux ficelles, il domine ses adversaires par un comportement très cocardier. Ficelles à la maison et 2 Carmen.
Napoléon (Blatière-Bessac).- D’un placement approximatif, il gêne pourtant les hommes qui hésitent à l’affronter (réputation oblige). Aliaga s’y colle bien à gauche, et les droitiers suivent. Il saute sur Aliaga (2 fois), Bournel (2), Outarka et effectue quelques coups de barrière pour 5 Carmen. Ficelles aux Iscles.
Tancrède (Nicollin).- Débute par une envolée sur Schuller et récidive sur Outarka. Puis, il bascule derrière Bournel, tape sur Outarka et saute sur Sabde et Schuller pour 15 minutes très brillantes. Six fois la musique en récompense et une ficelle au Cailar.
Verdier (Saumade).- Craint, très craint, sa prestation nous laisse toutefois dubitatifs. Moins saignant qu’à son habitude, il a semblé manquer d’agressivité devant des hommes toutefois assez timorés. Quelques actions, 2 Carmen et ficelles au retour.
Picaros (Cuillé, hp).- Le très véloce tau s’est bien prêté au jeu des séries et a parfois conclu spectaculairement. Un final enjoué pour plusieurs Carmen.

Texte et photos
Luc PERO


Trophée de l’Avenir : Aliaga, 19 points ; Bournel, 6 ; Schuller, 6 ; Sabde, 3.

LE PALMARES

Meilleure Royale : manade Cuillé
Meilleur raseteur du Printemps : Jérémy Aliaga
Meilleur cocardier de la finale : Napoléon de Blatière-Bessac
Meilleur animateur de la finale : Lahcène Outarka

1.jpg
Les fleurs du Printemps pour la manade Cuillé et J. Aliaga
NAPO2.jpg
La revanche gagnée d'Aliaga sur NAPOLEON
TAN.jpg
L'excellent TANCREDE sur Schuller
VERDIER.jpg
VERDIER sur Aliaga
PICA.jpg
PICAROS pour bien finir.

16/07/2010

LUNEL - TROPHEE R.DAMOUR

Jeudi 15 Juillet 2010

LES " CUILLÉ " REGALENT...
AUZOLLE GAGNE LE DAMOUR
ET GARDE LA TÊTE DU MUSCAT

Auzolle - Guepard.jpg
De TITOUAN à RENOIR jamais le public n'a eu à se plaindrede la présentation et des prestations des cocardiers, tous différents, mais tous intéressants ce qui en fait la force et la qualité principale de cette Royale. A la capelado devant une bonne demi-arène neuf raseteurs et cinq tourneurs saluent J.Valentin le président de course. Si Auzolle, A. Benafitou prennent la course c'est souvent à l'invinctive de Sabri Allouani "Le Boss" qui s'est encore permis quelques rasets à couper le souffle. Pour le reste de la troupe le palmarés reflète trés bien leur assiduité. Le Trophée Roger Damour revient à Auzolle devant A. Benafitou et Amélie Cuillé reçoit un prix qui récompense l'ensemble des cocardiers de cette Royale. 
Classement Trophée des As:Auzolle 8 - A.Benafitou 7,5 - Jourdan 1 - Four 1 - Jourdan 1 - Ouffe 1 - Mebarek 1.
LA COURSE
TITOUAN.jpgTITOUAN, ses sept premières minutes sont tonitruantes, des séries, des explosions aux barrières (une dizaine).Emoussé par cette débauche il s'accorde quelques minutes de répit. Il termine fort en s'envoyant violemment sur Four en particulier et garde ses ficelles. Six Carmen.
RUY BLAS, poser la main entre ses cornes est un exercice pour virtuose. Cocardier il se fait respecter en usant d'un coup de tête sur le raset et d'un autre à l'arrivée. Jourdan se retrouve pendu par le basket à la planche, Four déséquibré au saut des barrières des enfermées, des coups de butoirs pour conserver un gland et entendre six fois les honneurs.
MOLLIERES,passé l'acquisition des pompons agrémenté d'une belle action sur Allouani, le travail se raréfie. Deux belles séries bien conclues dans une course sérieuse et brillante où il conserve une ficelle et Carmen peut retentir quatre fois.
GUEPARD,chasseur d'hommes il anticipe bon nombre de départs et met les hommes au pas. Dés qu'il sent le raseteur à sa portée le biouse dédouble et frappe méchamment comme sur Auzolle. Maître des opérations il termine par une grosse action sur Allouani. Il rentre sa première ficelle (600E)et entend cinq Carmen.
MIGNON, pas tant que ça, du moins pour son caractère. Cul à la planche, rapide comme une formule 1,on attend la quatrième minute pour voir le premier cite par A.Benafitou qui avec Auzolle seront ses rivaux du jour pour de longues poursuites. Un saut sur Adil, trés cocardier il rentre aisément ses ficelles. Quatre Carmen.
RENOIR, les jeux n'étant pas faits entre Auzolle et Benafitou personne ne gratte vraiment le taureau. En fin de course un peu de préssion et le biou frappe plusieurs fois pour quatre Carmen et une ficelle au toril.
Texte et Photos Luc PERO
.
                                                                                                                                                     

20/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU (2)

Jeudi 17 Septembre 2009

JEUDI CHAUD ! POUR CYRIL

Lors de la deuxième journée du Trophée de la Mer, Cyril Garcia un des meilleurs hommes du jour, a pas mal payé de sa personne, heureusement sans conséquences graves.

FANAL-Garcia.jpg
Cyril avec FANAL de Cuillé
ALESI2N 1.jpg
ALESI2N 2.jpg
et ALESIEN de Briaux.
****************************
D.Siméon.jpg
Daniel Siméon, l'organisateur prévoit tout...
même le "Bob" pour le soleil !
Photos Luc PERO

04/05/2009

PALAVAS - 3 MAI - AS

FLAMBOYANTS LES " CUILLÉ "
RENOIR, TASSOU, TITOUAN METTENT LE FEU...

RENOIR.jpg
RENOIR a retrouvé son peps !

 

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : CT Fiesta y toros.
Présidence : J. Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, Noguera.
Raseteurs gauchers : Martin-Cocher (sort à la pause), Martinez, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Beker, Benzegh, V. Dengerma, Tourki, Zerti.


Cette 1re journée du Trophée Albert-Dubout démarre on ne peut mieux avec une première partie solide, sérieuse mais aussi spectaculaire. La seconde partie s’avère brillante et "émotionnelle" à souhait. Les hommes sont tous à féliciter pour leur travail de grande qualité.
FANAL.- Un premier volontaire dans les échanges, efficace dans son placement et ses déplacements et bon finisseur. Intelligemment et brillamment, Fanal gère son quart d’heure avec des coups de boutoir sur Allouani (4), Noguera, Martinez, Jockin pour 6 Carmen.
MERLIN.- Pas de round d’observation, de suite dans le rythme, il défend ses pompons en s’aidant d’un gros coup de revers. Aux ficelles, calé contre les barrières, il délivre de superbes enfermées. Sérieux, il rentre ses ficelles après avoir écouté cinq fois le disque.
TITOUAN.- Toujours aussi fantasque, il aime la bagarre et le contact des planches et ne s’en prive pas. A ce rythme, il s’octroie des plages de répit mais repart toujours au combat avec la même agressivité. Sur la fin, moins sollicité mais plus réservé, il conserve ses ficelles. Ses multiples coups de boutoir dont une bascule après Allouani, lui valent six Carmen.
GUEPARD.- Il ne tient pas en place, mais bien cadré par les blancs, il se signale dans des poursuites dangereuses menées au bout. Difficile et compliqué aux ficelles, les hommes tergiversent et le biòu domine. 5 Carmen pour son côté spectaculaire.
RACANEL.- Abordable, les hommes ne le ménagent pas mais les taureaux répond présent dans des enchaînements et des conclusions brillantes. Dix minutes et cinq fois le disque.
TASSOU.- D’entrée c’est un coup de barrière sur Allouani puis c’est une envolée contre le burladero sur le même homme. Raseté avec prudence Allouani puis Jourdan l’emmènent dans de belles envolées. Encore et toujours Sabri le consent au mieux et le taureau brille dans quinze minutes six fois récompensées et une ficelle au toril.
RENOIR (hp).- La vedette de l’élevage semble avoir retrouvé ses moyens car d’entrée il s’envole derrière Martinez. Attentif à tout, le taureau répond coup pour coup et se soulève de multiples fois sur Jourdan, Jockin, Allouani, Martinez, pour un final tout feu tout flamme. Emotion lorsqu'il ramène Outarka en piste en le crochetant au saut de la barrière. La musique et l’ovation générale saluent son retour.

 


Trophée des As : Allouani, 14 points ; Ouffe, 11 ; Outarka, 6 ; Jourdan, 5 ; Martin-Cocher, 4 ; Martinez, 3.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 11 points ; Noguera, 3.

 

Texte et Photos Luc PERO

 

 

FANAL.jpg
FANAL
MERLIN.jpg
MERLIN
TITOUAN.jpg
TITOUAN
GUEPARD.jpg
GUEPARD
RACANEL.jpg
RACANEL
TASSOU.jpg
TASSOU
*************
RENOIR malmène L. Outarka
RENOIR 1.jpg
RENOIR 2.jpg
RENOIR 3.jpg

06/04/2009

LUNEL 1ère JOURNÉE DU " PESCALUNE "

LES " BISCORNUS " FONT LA LOI

R B anticip.jpg
Pas facile aujourd'hui " RUY BLAS "

 On espérait RENOIR, GUEPARD pour les grands moments...Que nenni ! ce sont ceux dont on attendait rien de plus que leur respectable valeur, qui ont dominé de leurs étranges " embannages " la course Royale de la manade Cuillé. En effet les deux biscornus RUY BLAS dominateur, TITOUAN cabotin, coriace mais spectaculaire et sérieux qui ont déjoués tous les pronostics en fournissant les deux plus complètes prestations.
A la capelado, sous les ordres de Jacques Valentin la crème des As (à quelques exceptions prés)défile. Allouani, A.Benafitou, Villard, Moutet, Poujol se montrent les plus entreprenants et les plus éfficaces. Jourdan, Mirallés, Ouffe en dessous. Une belle satisfaction la bonne intégration et adaptation du jeune Bastien Four, qui a rasté avec audace mais avec intelligence aussi.
MERLIN a fait un premier valable, mais il devrait descendre dans l'ordre de course car il a peiné à ce poste si difficile. Des bonnes réparties et la musique plusieurs fois.
TITOUAN réalise une course trés solide. De la sélection lorsqu'il le fallait et des enfermées tonitruantes et méchamment conclues lorsque l'occasion se présentait. Des Carmen.
RUY BLAS en cocardier chevronné a conduit sa course sérieusement, spectaculairement par moment et seuls les hommes forts (Allouani, Benafitou) l'ont affronté avec loyauté et courage. Musique bien entendu.
GUEPARD défend sa 2ème ficelle dés la deuxième minute et la conserve jusqu'à la dixième. Peu convaincant et mal encocardé, on attend une revanche...
RACANEL surpris au départ, mais ensuite trés bien travaillé, il offre une partition de qualité avec des séries, des conclusions et une volonté recompensée par de nombreux Carmen.
RENOIR nous donne un petit aperçu de ses grandes qualités barricadières, mais son encocardement (lui aussi...) trés léger ne lui permet de faire qu'un petit passage en piste. Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

TITOUAN-Four.jpg
TITOUAN - Four
TITOUAN- FOUR 2.jpg
TITOUAN - Four
GUEPARD-Benaf.jpg
RACANEL - A.Benafitou
RENOIR-Four.jpg
RENOIR - Four