Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2010

FONTVIEILLE *GRAINES DE BOUVINE*

L’EPANOUISSEMENT DES GRAINES DE BOUVINE…

Fontvieille 18 09 187.jpg

Fontvieille 18 09 180.jpgC’est dans les arènes Fontvieilloises que s’est déroulée la 3e Finale de Graines de Bouvine organisée par la Communauté des Communes de la Vallée des Baux en partenariat avec la FFCC. Après six courses de sélection les meilleures graines ont été sélectionnées et ont offert un après-midi très captivant. Sous la présidence de Philippe Bayle défilent les droitiers Habib Bouha, Jérémy Ciachini, Allan Daumas et Florian Hernandez suivi des gauchers Kévin Gauthier, Thibaud Servières et Walid Zini. Ils sont accompagnés des tourneurs Hicham Fadli et Gérald Rado. Tous ont grandement participé à la réussite de la journée avec un plus au vainqueur du jour ◄Zini très loyal avec des rasets arrêtés parfait. Le second Daumas est d’une efficacité redoutable et sait déjà raseter comme un vieux briscard. Il a un gros potentiel. Hernandez est à l’origine des actions les plus spectaculaires. Ciachini est très volontaire, Bouha et Gauthier ont un gros potentiel physique qu’ils doivent plus utiliser et Servières est actif.

Chez les cocardiers de nombreux Carmen honorent leurs prestations notamment le n° 411 de Chauvet (4e). Il remporte le prix du meilleur taureau avec une course qui est allée crescendo avec des séries bien conclues mais aussi bien aidé par les super rasets de Zini.
Le n° 520 de Gillet (1er) ouvre les débats de façon très spectaculaire mais c’est un coureur qui a un moral à toute épreuve. Il remporte le second prix.
Le n° 503 de Chapelle Albert (5e)
à un gros atout avec une forte anticipation et des principes, dommage qu’il se décolle un peu des planches et ne termine pas toujours sauf sur la fin ou chaud bouillant il envoi valser en contre piste Servières puis Hernandez dans un final généreux.
Le n° 173 Guillerme (2nd) est vaillant et pousse souvent au ras des planches quand il sent l’homme à sa portée. Il concède la totalité des attributs mais de façon méritante.
Le n° 646 Plo (3e) est sauteur puis se prête au jeu avec même quelques actions spectaculaires mais il laisse des forces en contr- piste. A revoir plus aguerri.
Pour terminer le n° 610 Gros (6e) va clôturer agréablement et de façon volontaire même s’il manque un peu de punch on termine sur une bonne note.
La remise des prix s’effectue en piste avec le faste traditionnel, ne restait plus qu’à lever le verre de l’amitié à l’éclosion des ces graines de bouvine…

Texte et photos

Eric AUPHAN

Fontvieille 18 09 080.jpg
Le 411 de Chauvet sur Hernandez
Fontvieille 18 09 087.jpg
Le 411 de Chauvet sur Walid ZINI

30/08/2010

FONTVIEILLE *AS*

FONT AS 1.jpg

Dimanche 29 août 2010

UN 40e CROCHET D’ARGENT EN MANQUE D’ECLAT

dmc.jpg

Entrée : Plein. Organisateur : CT Fontvieillois. Présidence : P Bayle. Raseteurs droitiers : Gleize, Marquier, Mascarin, Moutet, Sabatier. Gauchers : A Bénafitou, Errik, Martin Cocher, Poujol. Tourneurs: Dunan, Dengerma, Galibert, Lebrun, Ull.

Superbe décorum avec la pena La Gardounenque et les Arlésiennes de Fontvieille accompagnées par la demoiselle du moulin et sa demoiselle d’honneur pour cette 40e finale. On retiendra la victoire de Lieutenant pour sa très belle entame, le pétillant de Géricault meilleur barricadier et le final de Banaru très volontaire. Il a manqué de la compétition chez les blancs pour que la mayonnaise prenne. Un manque de travail évident sur certaines ficelles. Martin Cocher peu en réussite remporte le trophée sans opposition. Bénafitou se hisse second avec les deux ficelles de Banaru. Moutet et Sabatier très actif après la pause sont à citer mais le prix de l’animation revient logiquement à Errik qui amène sa fraîcheur et son enthousiasme tandis que les anciens vainqueurs sont honorés.

Face au rush blanc, le vaisseau de LIEUTENANT (Lautier) tient le cap et fait dans le sérieux. Un premier idéal qui contrôle cul aux planches et se livre méchamment. Il met en danger Moutet à deux reprises et conserve une ficelle avec brio et en musique jouée quatre fois.
En mouvement, BATELIER (Ribaud) navigue aux rubans et pousse des séries toniques en se soulevant à l’arrivée. Aux ficelles il subit une grosse bourre pour la première et se bat avec beaucoup d’énergie. Il garde la seconde. 3 Carmen et rentrée.
Rugueux, MIRABEAU (St-Pierre) se donne généreusement pour les attributs mais aux ficelles il durcit le ton et les blancs ne font pas les efforts et sa course devient décousue mais ce n’est pas sa faute.
Agressif, GERICAULT (Chauvet) se jette sur tout ce qui bouge y compris les tourneurs et les juges de piste. Un comportement belliqueux et barricadier qui lui permet petit à petit de prendre le dessus sur les blancs et de rentrer une ficelle en musique entendue à cinq reprises.
Franc et sans terminer ses poursuites VENT LARG (Guillerme) donne du tonus aux blancs. Dix minutes vaillantes et malgré une pointe infligée sous l’aisselle à Errik sans difficultés. 1 Carmen.
Le cardinal noir MAZARIN (Joncas) semble décidé et cloue souvent les cornes aux planches mais reçoit une avalanche de rasets certains pas toujours orthodoxes et n’a guère l’occasion de briller si ce n’est derrière Martin Cocher (2) et Poujol. Avec son coup de revers il garde ses deux ficelles. 3 Carmen.
Vif et plein de jus, BANARU (Fabre-Mailhan) termine par treize minutes pleines de combativité. Anticipations, enfermées et actions percutantes sur Poujol (2), Sabatier, Gleize. Une belle vaillance pour 8 Carmen et retour.

Eric AUPHAN


Palmarès : 40e crochet d’argent Martin-Cocher 34 points. 2e Bénafitou 23 points. Meilleur animateur Errik.
Meilleur cocardier Lieutenant Manade Lautier. Meilleur barricadier Géricault Manade Chauvet.


Trophée des As : Sabatier (11), A Bénafitou (9), Gleize(8), Moutet (7), Marquier (6), Martin Cocher (3), Poujol (3).

FONT2.jpg

▲ Géricault de Chauvet à l'attaque sur David Sabatier

▼ Mazarin du Joncas et Damien Martin-Cocher

FONT3.jpg
*************************************

FONTVIEILLE *AVENIR*

Samedi 28 août
ARES LE PETIT GUERRIER NOIR
FONT ARES FAVIER.JPG
Arès et Maxime Favier : l'émotion

Entrée: ¼. Organisateur: CT Fontvieillois. Présidence: P Bayle. Droitiers: Chekhade, Gautier, D Martinez. Gauchers : Favier, Ferriol, Ghorzi. Tourneurs: Bensalah, Cuallado, Duran.

Après une première partie facile pour les blancs, les noirs après la pause prennent le dessus et manquent cruellement de travail aux ficelles. Néanmoins Martinez gagne la lutte aux points et Ferriol remporte le prix de l’animation. Chekhade les épaule généreusement. Favier est à l’origine d’actions spectaculaires. Gautier rasète propre mais à son rythme et Ghorzi assure le minimum. En première partie les bioùs subissent même Campouceù le seul à rentrer ses ficelles avec de nombreux refus. En seconde partie tous les taureaux rentrent leurs ficelles et manquent de pression. Quatre combattants aux qualités intéressantes mais non exploitées. Remise des prix en piste avec la demoiselle du moulin, sa demoiselle d’honneur et les arlésiennes de Fontvieille. S’il reçoit la musique sur trois séries,
HELIOS (Gillet) ne termine que rarement ses poursuites. Malgré une sortie aux As six jours plus tôt, il effectue douze minutes honnêtes.
Vaillant mais sans difficulté BASILIC (Ribaud) embaume le piste pendant huit minutes. Un gentil parfum non répulsif pour les blancs malgré une odeur de danger sur un départ à deux Ghorzi-Favier qui se termine en bascule aux planches. 1 Carmen et retour.
Après un début agressif, CAMPOUCEU (Allard) campe sur ses positions aux ficelles. Malgré quelques fusées il frise le statique et de ce fait conserve ses ficelles malgré l’insistance des hommes. 2 Carmen.
Comme le dieu de la guerre, ARES (Lautier) vif et rapide se jette avec vigueur dans la bataille. Poursuites rapides, cornes dangereuses et concentration de tous les instants pour une poursuite émotionnante après Favier qui sent la corne. Une boule de nerf au sens du combat aiguisé qui domine aux ficelles et les rentre en musique jouée à cinq reprises.
Surpris en soixante secondes aux rubans, CANELET (Blanc) remet les pendules à l’heure aux ficelles. Il voit tout, se tourne et guette la moindre faute. Il tape après Martinez et saute après Gautier dans une course dominatrice aux ficelles. 3 Carmen et rentrée.
Rapide mais sauteur, ARLATEN (Fabre-Mailhan) une fois calmé, attend, se place et déboule à grande vitesse après les blancs mais sans pouvoir étaler toutes ses qualités aux ficelles par manque de pression. A revoir. 3 Carmen et retour.
Venimeux, SCORPION (Chauvet) empoisonne la vie des blancs. Certes, il perd ses attributs sans démériter face à Martinez qui assure la victoire finale. Toujours bien placé, aux ficelles il n’aura pas l’opposition nécessaire pour briller alors il se déplace et on reste sur notre faim. Carmen au retour.

Texte et photo
Eric AUPHAN

Palmarès : 1er Crochet d’argent Espoir Damien Martinez 33 points. Meilleur animateur Ferriol. Meilleur cocardier Arès Manade Lautier.

Trophée de L’Avenir : D Martinez (18) Ferriol (11) Chekhade (9) Gautier (6) Ghorzi (5) Favier (4).

 

FONT D. MARTINEZ CANELET.jpg

▲ Damien Martinez, le vainqueur et Canelet de J.-C. Blanc.

▼ Les prix à D. Martinez et J. Ferriol
FONT AVENIR PRIX.jpg

***********************************

 

24/05/2010

FONTVIEILLE *AS*

Lundi 24 mai 2010

CATOULI - GASTABOI
UN FINAL TOUT FEU TOUT FLAMME

Fontvieille 24 05 015.jpg
Villard appliqué totalise

Entrée : ¾.   Organisateur : CT Fontvieillois. Présidence : P Bayle. Raseteirs droitiers : Gleize, Marquier, Moutet, Rey (sort au 5e), Sabatier, Villard, Violet. Gauchers : Martin Cocher, Mébarek (sort au 7e ), Ouffe. Tourneurs : Dunan, Dengerma, Kherfouche, Mata, Molins.

 

La 2e journée du Crochet d’Argent réconcilie avec les As qui nous offrent un final spectaculaire à souhait avec le duo Catouli - Gastaboï. Un duo qui termine la course sous une pluie de Carmen. Villard prend la tête du trophée et totalise. Avec lui Martin Cocher est assidu, Moutet opiniâtre, Marquier n’est présent qu’en première partie et Sabatier a peu de réussite.
Pour la manade Blanc : CAMPARDIN (2e) est vite délesté des pompons mais ses poursuites sont appliquées. Aux ficelles cul aux planches il fait preuve de beaucoup de vaillance jusqu’à pointer les cornes aux bois. Une résistance farouche qui lui permet de conserver quelques brins. 6 Carmen et retour.
Fontvieille 24 05 090.jpgBATISTOU (4e) se jette fort mais sans coup de tête les crochets font mouche. Aux ficelles, il serre Villard et appuie quelques poursuites mais sur la fin il faut le tirer. Quatorze minutes honnêtes. 4 Carmen.
Quel sang ce CATOULI (6e)► Franc sur le raset, quand celui-ci est rectiligne l’arrivée termine en contre piste parfois jusqu’au burladéro (Martin Cocher) ou bien haut (Gleize). Une dizaine d’envolées franches et trois coups de barrières percutants pour neuf Carmen et retour avec ses ficelles.
Pour la manade Guillerme : LOU POUNCHU (1er) résiste aux premières vagues assidues. Il ne pousse pas mais se dégage intelligemment. Sur la fin se cantonne au toril mais ne perd sa seconde ficelle que sur la sonnerie. 3 Carmen et retour.
Franc, LOU SAR (3e) est raseté de façon peu orthodoxe. Il ne résiste que six minutes mais y met beaucoup de cœur.
Volontaire, VARADERO (5e) se soulève aux planches après Sabatier et pointe les cornes à l’arrivée mais les hommes accélèrent. Il résiste de façon honorable un peu plus de neuf minutes Avec 5 Carmen et rentrée.
GASTABOÏ (7e)hp, sort avec la niaque jusqu’au bout des cornes. Explosif aux planches, la volonté d’en découdre se lit dans ses yeux et sous ses sabots. Une douzaine d’actions très puissantes et des séries rondement menées font résonner dix Carmen et retour sous une belle ovation. Que demander de plus.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Trophée des As : Villard (24), Marquier (10), Martin Cocher, Moutet (8), Mébarek, Rey (6), Ouffe (5), Violet (4), Gleize, Sabatier (2). 

Crochet d’Argent : Villard (40), Martin-Cocher (18), Marquier (15), Four (14), Violet (11), Auzolle (10)

 

***********************

 

Les envolées de CATOULI sur Martin-Cocher et Gleize

Fontvieille 24 05 106.jpg
Fontvieille 24 05 107.jpg
Fontvieille 24 05 114.jpg
Fontvieille 24 05 115.jpg
Fontvieille 24 05 116.jpg

 

 

 

02/05/2009

FONTVIEILLE : ROYALE DE RIBAUD

Vendredi 1er mai 2009

SEVERO CHEF DE FILE
D'UNE GENERATION PLEINE DE PROMESSES

Fontvieille 01 05 004.jpg

RIQUET.jpgUne bonne entrée pour le CT Fontvieillois. Sous la présidence de Philippe Bayle excellent défilent les droitiers Gleize, Marquier, Mascarin, Moutet, Moulin, Sabatier et les gauchers Khaled, Martin-Cocher, Martinez. Oleskevich. Ils sont aidés des tourneurs Dunan, Dengerma, Kherfouche, Max. Honorée à la capElado pour son cinquantenaire, la manade Ribaud respire car la Royale rajeunie a donné satisfaction avec Sévero, Riquet, Tamarin et Laurier. Chez les raseteurs le premier mai n’est pas chômé surtout pour Gleize à la pointe du combat et efficace tout comme Martin-Cocher. Moutet, Marquier, Sabatier et Martinez tirent leur épingle tandis que Mascarin est toujours aussi adroit pour exploser les ficelles.
L’expérimenté, SEVERO (10 Carmen et rentrée) tient son rang et ouvre la voie avec des fusées, des enfermées frémissantes (Mascarin arrive in-extrémis) et des coups de barrière qui lui permettent de conserver une ficelle. Costaud et sérieux le vétéran. RIQUET (4 Carmen et retour) est brillant et raccompagne tambour battant, les cornes pointées et sans refus. Un coup de barrière sur Martinez, un saut après Marquier et il garde ses ficelles de façon méritoire. Comme une sucrerie VIENNOIS (1 Carmen) s’offre avec bravoure des deux côtés. Les hommes en profitent pendant huit minutes même s’il tente une rébellion pour l’attribution de la seconde ficelle.
Vedette en devenir TAMARIN (8 Carmen dont retour) se place et se déplace intelligemment. Il trouve les angles, profile ses longues cornes à l’arrivée et dans la bourre aux ficelles effectue de puissantes actions dans douze minutes d’excellente facture. Treize minutes classiques pour JURASSIEN (4 Carmen et rentrée) peu ménagé mais vaillant sur les séries et les reprises. Combatif il sélectionne parfois mais se donne à fond aux ficelles. Volontaire, DANSEUR (Carmen au retour) a un sacré moral pour résister aux attaques ininterrompues pendant huit minutes. Il se chauffe mais Martin Cocher ouvre puis Mascarin explose la seconde ficelle. LAURIER est un véritable espoir (5 Carmen et retour) Dix minutes spectaculaires avec des coups de barrière prononcés parfois en bascule ou des sauts rageurs. Un jeune cocardier bien parti pour reprendre le flambeau de la manade du Mas Clavel.

Texte et Photos Eric AUPHAN

SEVERO - MASCARIN, CHAUD DEVANT...

1.jpg
2.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg

 

26/01/2009

FONTVIEILLE


3e BIOU D’OR CAMARINA EN APARTÉ...

 

Camarina 013.jpg

thumbnailCAWA6CXF.jpgJeudi 22 Janvier 2009, 21 h, un petit flux de véhicules s’ accapare le parking de la salle polyvalente de Fontvieille où François De Luca vient présenter en avant première son film sur Camarina et son troisième Bioù d’Or.
Un mois jour pour jour, avant l’avant première du Festival du film taurin et camarguais de Saint-Géniès-de-Malgoirès, les membres du club taurin Fontvieillois, Maryse Chauvet, René Serme, la presse et votre serviteur font partie des privilégiés de la soirée. François explique pourquoi cette projection privée : «J’ai décidé de faire ce film Camarina 004.jpgsur Camarina après sa course de Nîmes. C’était un pari car au mois de juin difficile de savoir qui sera Bioù d’Or. La machine s’est mise en route avec 3 à 4 caméras par course mais réussir un film sur un Bioù d’Or n’est pas aisé. Je voulais faire un film sur sa saison. Camarina n’est pas Bioù d’Or grâce a sa famille mais grâce a sa saison exemplaire. Alors quand Camarina a été programmé à Fontvieille, j’ai appelé Philippe Bayle pour me rendre à la manade Chauvet où je me doutais qu’ une matinée au triage était prévue. Rendez vous m’a été  donné le matin à 8 h aux arènes où j’ai été un peu surpris du nombre d’ anciens qui préparaient, balayaient, rangeaient. J’avais l’impression qu’ils allaient recevoir pas Sarko mais presque. A partir de cet instant, je me suis dis, mon film il est là. Le début et la fin sont ici avec les gens de Fontvieille et du club taurin. Une fois le film fini, je me suis dit Saint -Géniès est un peu loin et même s’il ne faut qu’une heure et quart j’ai pensé que si des personnes devaient voir le film en avant première c’ était bien le club taurin de Fontvieille. J’ai aussi pensé à la presse pour connaître leur ressenti et faire ainsi d’ une pierre deux coups».
L’ essentiel est dit, la lumière s’éteint une première fois pour trois bandes annonces. Une belle rencontre film d’Yves Martrenchard journaliste de France 3 et Charles Faget mettant en scène un portrait complet de Jean Marignan puis "Sabri Allouani message épistolaire d’une afeciouna" pour qui François rajoute : «Sabri quoi qu’on en dise c’ est le meilleur. On ne peut pas dire d’une personne qu’elle n’est pas bonne si elle gagne huit fois un trophée. Un miracle je veux bien mais huit miracles ce n’est pas possible». Et enfin "Taureaux de légende" qui rappelle les exploits des Sanglier, Vovo, Gandar, Goya et Barraïe. Rapides mais suffisamment alléchantes ces bandes annonces donnent le ton. La lumière revient juste un instant pour que Philippe Bayle précise micro en main : «Le club taurin Fontvieillois est très heureux de recevoir François. C’est un passionné qui ne cherche pas à vendre ses films mais juste à faire partager sa passion et c’est admirable».
Camarina 007.jpgL’obscurité envahi la salle et l’œil du projecteur envoie les premières images. La lumière s’ouvre sur l’écran avec les arènes de Fontvieille. C’est parti pour vingt minutes de bonheur. François a réussi son pari du mois de juin. L’assistance est sous le charme et Charles Faget conteur exceptionnel de 88 ans d’une voix vibrante scotche le spectateur aux images. Pas un bruit mais des rires pour accompagner les boutades pleines d’humour des anciens du club taurin. Tout le long du film on vibre au parcours du chouchou de Cadenet, on frissonne lorsque Martin Cocher lève les bras au ciel et laisse éclater sa joie après avoir réussi à lever un gland à la Palme d’Or, on retient son souffle lors du dépouillement, on tremble lorsque Poujol est malmené à Vauvert et à Nîmes et enfin on est ému lorsque les membres du club taurin témoignent de l’engouement généré par leur bioù fétiche.
Il faut reconnaître l’objectivité du réalisateur qui, avec un parallèle avec Renoir autre prétendant, nous rappelle que rien n’était acquis. Il a su mettre en valeur les qualités de courage et de combativité d’un taureau qui rentrera certainement dans le gotha des bióu de légende. Il a su habilement trouver le fil conducteur et mélanger des images des coulisses et de l’environnement avec des images de piste. Après le générique de fin, Maryse Chauvet émue promit qu’elle serait présente pour la projection dans le Gard. Alors oui il faut aller voir ce film mais aussi tous les autres. Rendez vous était donc pris pour les 20, 21 et 22 Février 2009 à Saint-Géniès-de-Malgoirès mais avant cela il ne restait plus qu’à déguster la galette des rois. La couronne était bien sûr pour Camarina !

 

Texte/Photos Eric AUPHAN

Camarina 020.jpg
Camarina 018.jpg