Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2016

BIOU D'OR

Vendredi 16 décembre 2016 - Au Domaine des Pavillons à Générac

Il était une fois Mignon

cuillé,mignon,générac,course camarguaise

Garden party à la gloire d'un magnifique cocardier
fruit d'un élevage bien mené

Il était une fois Mignon, prince du domaine des Pavillons. En ce temps-là, la gente famille Cuillé menait élevage de nobles taureaux sur ses terres de Générac. Et, en ce début décembre, recevait les admirateurs de Mignon, tous réjouis de l’attribution du titre suprême - le Biou d’Or 2016 - à leur favori.

Une assemblée qui, après avoir visité le célèbre cocardier sur ses terres, se rassemblait autour de la famille pour écouter retracer la vie de leur héros d’abord par Jean-Pierre Cuillé : « L’an dernier on fêtait le 1er Biou d’Or de Mignon et j’insistais sur l’importance du clan familial. Cette année je voudrais parler de Mignon. J’ai conservé tous les articles de presse qui lui ont été dédiés depuis ses débuts. Et de sa première course, sous son nom, à Pélissanne en mars 2009 jusqu’à Vauvert le 20 octobre 2016, il n’a jamais été mauvais, plus ou moins brillant mais le plus souvent triomphant. Preuve de ses qualités et de sa longévité... ».
Une carrière soulignée par Julie Zaoui, directrice du Trophée Midi Libre- La Provence : « La commission du Trophée ne s’est pas trompée. Un Biou de l’Avenir et deux Biou d’Or à Mignon, ce n’est pas un hasard... »

Propos corroborés par Jean-Pierre Gugliermotte, directeur commercial et événementiel de Midi Libre, qui rajoutait : « La victoire de ce cocardier à un goût particulier cette année. Après un début de saison difficile, la fête a été belle à Nîmes pour la finale et Mignon est un beau vainqueur. Les traditions rassemblent et les journaux accompagnent tout cela. Nous sommes heureux d’être là ». Frédéric Touzellier, maire de Générac, soulignant, quant à lui, « l’ancrage de la famille Cuillé et de cet élévage que nous aimons dont Mignon porte actuellement la dynamique ».
Restait à Pierre Cuillé à remercier « tous ceux qui nous aident à maintenir notre élevage, les gardians et les partenaires. Mignon sortira 7 fois - peut-être 8 - en 2017. Je souhaite lui offrir une fin de carrière en pleine possession de ses moyens. S’il donne des signes de faiblesse nous l’arrêterons. Et nous voulons, si possible, des adieux à la hauteur de sa carrière. A savoir, en 2018, une course à Générac où il n’a jamais couru et surtout la dernière à Lunel où il a toujours triomphé... »
Et pour compléter l’histoire en forme de conte, il faut savoir qu’au temps de sa jeunesse, Mignon fut de nombreuses fois marié et qu’il eut beaucoup d’enfants...


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Mignon prince des Pavillons

cuillé,mignon,générac,course camarguaise

*****************

 

 

 

14/07/2014

GENERAC *VACHES COCARDIERES*

Dimanche 13 juillet 2014

Cigale, Valentine, Baïonnette, heureusement !
 
Commencée avec près de 20 minutes de retard sans raison apparente  (si ce n’est des bruits de toril pour un désaccord sur l’ordre de sortie) du moins, sans aucune excuse donnée,  ce concours de manades (qui avait enregistré complet car gratuit) a valu par la prestation des 3 dernières vaches qui ont été dignes et au niveau du Trophée Philippe Thiers.
Si le Carmen final joué par la présidence dirigée par Bruno Pascal fut totalement déplacé pour l’ensemble du bétail, celui récompensant le travail des 3 tourneurs (G. Sagnier, D. Dunan, D Labrousse) et 7 raseteurs (C. Castell, T Dumont, G. Douville, J. Ferriol, C Miralles, N. Paparone , M. Sanchez) fut tout  fait logique et mérité.
Au trio titré, sans contexte supérieur et prometteur, il convient d’ajouter, même si elle n’a plus rien à prouver vu son âge (12 ans) et sortie première Christine (La Galère) qui sans trouver de terrain à sa guise va répondre pour apporter au fil du temps des finitions percutantes aux trousses de Ferriol, Miralles (2), Douville (2 dont 1 avec saut) et Sanchez avec saut. Elle entend le Carmen final joué 5 fois.
Seconde, Gitane (Blatière-Bessac) -4ans- d’entrée saute à blanc, récidive 2 fois dans la foulée et le président de course, la voyant boiter lui fait réintégrer le toril. J
uste après, Lili (Les Baumelles) -6ans- a comme point fort son placement. A la vue des tourneurs, elle recule le long des planches avant de partir sur le raset, où, une fois l’homme passé, elle ralentit ou abandonne la trajectoire. Rentre dans ce contexte ses ficelles avec le Carmen de courtoisie.
générac,vaches cocardières,course camarguaise◄ Photo Vestricoise - Douville
Quatrième, Vestriçoise (Cavallini) –7 ans- propulse en contre-piste et malmène T. Douville dès le premier raset. Volontaire elle accepte les séries noyées par ses sauts (7) inutiles.  2 Carmen en course rejoué à sa rentrée.
Juste avant la pause, oui juste avant la pause, car il y a 5 vaches en 1re partie et 3 en 2nde, Emma (Briaux) –6ans- manque de métier. Elle enferme Miralles d’entrée de jeu, accepte une timide série, puis le reste demeure très brouillon décevant ainsi, surtout que l’on s’attendait à voir la 4 ans des sélections.  Dommage et regrettable.
 
générac,vaches cocardières,course camarguaise► Photo Cigale - Miralles Boissons fraîches, chichis et crêpes dégustés, place à la Cocardière d’Or en titre, Cigale (Ricard) –8ans- qui de son placement impeccable va s’élancer sans rechigner derrière les plus téméraires pour ne terminer sa course qu’aux planches où elle se lève comme derrière Sanchez, Miralles, Ferriol. Dominatrice, elle s’impose sans forcer et entend son 5e Carmen à son retour au toril.
générac,vaches cocardières,course camarguaise◄ Photo Baïonnette - Sanchez
Juste après, avec  Baïonnette (Pagès) –6 ans- la course allait encore monter intensité. Vive, elle a l’œil partout. Sanchez, sur un raset hasardeux doit rentrer les fesses pour s’en sortir. Sollicitée à un rythme soutenu, elle fait front et ne lâche rien. Miralles (2), Castell (3), Sanchez (2), Ferriol et Douville (3) seront gratifiées de grosses actions aux planches. Le disque tourne en quasi-continu (11 fois) renouvelée à son retour au toril pour un parcours sans faute, pour la lauréate des courses de sélections 2013.
générac,vaches cocardières,course camarguaise► Photo Valentine - Douville
Pour conclure, Valentine (Chaballier) –4 ans- ne va pas non plus faire de cadeau aux planches en tapant violemment sur Sanchez (5), Douville (2) et Ferriol (2) en fin de jolies poursuites  sous l’air de Bizet pour autant de fois renouvelé à sa rentrée.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Points : Douville 4 – Dumont 9 – Ferriol 14 – Paparone 2 – Sanchez 13 – Castell 4 – Miralles 7