Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2017

FFCC *72e CONGRES*

DSC_5278.JPG

Lundi 13 mars 2017

Quitus au président

DSC_5303.JPGIl apprend vite le jeune président fédéral, Hadrien Poujol.A Lansargues, hier, devant environ 500 personnes, sa parole aisée avec ce qu’il faut de solennité, la pointe d’humour qui va bien et la rigueur nécessaire au sérieux des thèmes abordés, ont permis à ce congrès de se dérouler dans de parfaites conditions. Face aux licenciés et aux élus, son baptême du feu est réussi et sa crédibilité posée. Il pourra aussi s’appuyer sur une équipe solide soudée par le travail effectué en 2016 et qu’il a tenu à remercier dans son ensemble, soulignant particulièrement le rôle de Jacques Mailhan et Florence Clauzel.

Les grandes lignes

Le président lançait ensuite les grandes lignes pour les 4 ans à venir : « Les efforts porteront sur la protection des jeunes taureaux. Nous voulons moderniser, assurer le spectacle dans les arènes, équilibrer les prestations de taureaux de plus en plus nobles face à des raseteurs très sportifs. Equilibrer mais sans faire de règlements qui monteraient les corporations les unes contre les autres ». Les écoles de raseteurs seront pourvues d’une charte droits et devoirs ; un plan de formation se prépare avec l’Education nationale pour créer des classes Sports études. « Avec le Trophée Taurin Midi Libre - La Provence et les quotidiens régionaux, les relations sont bonnes, nous voulons avancer dans le sens du taureau et pour plus d’équité sportive pour les raseteurs ». Pour cela, seront mises en place avec le Trophée, trois catégories de courses (lire ci-contre). Les courses de promotion sont programmées. La commission culture et traditions est créée, elle a pour but de protéger et de transmettre les valeurs fondamentales ; la commission communication se mobilisera pour valoriser l’image de la course camarguaise. Quant aux finances, la régle c’est « l’éthique au cœur du fonctionnement soit chaque dépense justifiée pour le bien de la FFCC ».

Tour à tour les intervenants ont rendu compte : Jacques Mailhan, ex président et actuel vice-président ; Christian Vallat, secrétaire ; Florence Clauzel, ex trésorière et membre du comité directeur, Christian Bagout expert comptable, M. Pibarot commissaire aux comptes, Serge Sastre trésorier, Christophe Pellenc urgentiste, Sébastien Attias pour le bilan sanitaire des élevages et Mandy Graillon Reine d’Arles avant que le diplôme fédéral soit remis à Gérard Barbeyrac, le tout entrecoupé d’images sur grand écran.

Hier à Lansargues, les licenciés se sont montrés satisfaits et les élus à l’écoute. Avec la sérénité retrouvée et de l’enthousiasme à partager pour envisager un avenir prometteur construit tous ensemble.

 

L'accueil de Michel Carlier

DSC_5285.JPGMichel Carlier, maire de Lansargues, a ouvert ce 72e Congrès FFCC avec un plaisir visible après avoir rappelé le glorieux passé taurin du village et de ses arènes ainsi que le souvenir de Pierre, grand-père d’Hadrien Poujol, Lansarguois bon teint: « Lansargues a vu courir Le Senglié et les cocardiers de Granon et accueilli des Biou d’Or ; nous avons une quinzaine de raseteurs parmi nos habitants, Roger César par exemple... »

Le maire a aussi évoqué « deux drames, les décès de Robert Brès (portier, 1993) et Pierry Gibert (raseteur, 2001)». Il a remercié les présidents des CT de Lansargues - CT Frédéric-Durand et Le Garrot, ainsi que celui du comité des fêtes Nicolas Noguera, chevilles ouvrières de cette journée festive. « Nos populations changent, a-t-il conclu, il faut faire connaître nos traditions.Je souhaite un Congrès rassembleur pour défendre nos taureaux ».

PAROLES D'ELUS

Jacques Mailhan
« Il y a des périodes qui comptent, comme les 18 mois qui viennent de passer. Enfant de Camargue, j’avais le devoir de préserver nos traditions. C’est un réel bonheur de travailler et de partager avec toute l’équipe fédérale, bonheur de transmettre à Hadrien. Je tiens à remercier les licenciés et les élus pour leur mobilisation pendant la crise 2016. 2017 sera l’année de la stabilisation, les bases sont établies. Les amis nous sommes sur la bonne voie ».

Christian Vallat
Le secrétaire Christian Vallat s’est chargé du bilan d’activité : « 2016 a été une année charnière pour gérer la dette et l’agrément du Ministère des sports acquis jusqu’en 2010 ».
Il a donné les chiffres suivants sur l’année 2016 : 2 499 licenciés (départements 11, 24, 75, 95 et 99, 5 licences ; Bouches-du-rhône, 760 ; Gard, 1051 ; Hérault, 639 ; Vaucluse, 44. Nombres de courses : 756 pour un nombre total de spectateurs de plus de 352 000 se déomptant en 87 courses aux As, 324 Avenir, 114 taureaux jeunes, 184 Ligue, 26 promotion, 21 Vaches cocardières.
Réunions : 9 comité directeur, 5 commission finances, 7 commission calendrier, 11 sportive, 3 médicale. 6 animations pédagogiques dans les écoles ou au Scamandre touchant 401 enfants. En 2016, un maximum de report de courses ont été possibles en respectant la régle d’un rayon de 30 km pour éviter la concurrence. Sur 830 programmées, 756 ont eu lieu. Au comité directeur, Eric Mauras (liste Triol) a été cooptée à l’unanimité en remplacement de Daniel Martinez.

lansargues,congrès,barbeyrac,mandy graillon,hadrien poujol,course camarguaiseFlorence Clauzel
«La FFCC revient de loin, l’augmentation des licences, la diminution des coûts et la recherche de financement ont permis de passer le cap. Nous avons relevé le défi. Et je remercie les licenciés qui ont entériné l’augmentation des licences, les élus, les associations qui nous ont octroyé des subventions et aides exceptionnelles. Il y a eu un véritable engagement autour de Jacques Mailhan et maintenant d’Hadrien. Je prends du recul à contrecœur mais je reste au comité directeur et disponible pour la FFCC».

Serge Sastre

Le nouveau trésorier, après avoir fait voter l’approbation des comptes donnés par l’expert comptable Christian Begout a lancé le thème de l’année 2017 : «une année de transition de l’exceptionnel au pérenne».

 

DSC_5281.JPG

DSC_5294.JPG

De g. à d. Florence Clauzel, Patrick Vignal député,
Hadrien Poujol (caché) par Mandy Graillon

Reine d'Arles,
Aude Raynaud, demoiselle d'honneur,
Jacques Mailhan

PAROLES DE PASSIONNES

Nous ne pouvions clôturer les comptes rendus du Congrès sans laisser la parole à ceux qui, en marge de la garde rapprochée du président Hadrien Poujol (vice-président, secrétaire, trésorier, comptable...), ont, eux aussi, apporté leur passion à la cause commune.

lansargues,congrès,barbeyrac,mandy graillon,hadrien poujol,course camarguaiseL’urgentiste Christophe Pellenc fait partie du comité directeur. Il s’est réjoui « d’avoir 4 ans pour pouvoir mettre en place, avec la commission médicale, une vraie filière de soins passant par les hôpitaux et la rééducation des sportifs (Nîmes, Avignon, Cap Breton...); un réglement médical sera établi pour les courses et les jeunes raseteurs devront acquérir les gestes des pemiers secours, par exemple l’usage d’un défibrilateur... » Le bilan médical 2016 est stable sur le le plan des accidents : 65 déclarés pour 2/3 de tramatologie sportive et 1/3 de coups de cornes. Quant au dopage, 3 courses ont été contrôlés soit 17 raseteurs pour 17 résultats négatifs.

Sébastien Attias (GDS des Bouches-du-Rhône) lui, dresse le bilan sanitaire des élevages et, s’il constate « un assainissement des cheptels, il avertit : les maladies émergentes font planer la menace et amènent des contraintes constantes pour les manadiers». L’IBR est au centre de toutes les attentions et les discussions vont bon train. Pour peser sur les décisions, la filière devra s’appuyer sur un réseau reconnu au niveau national.... Affaire à suivre.

L’au revoir de Mandy

lansargues,congrès,barbeyrac,mandy graillon,hadrien poujol,course camarguaiseQuant à Mandy Graillon, Reine d’Arles, même avec un soupçon de nostalgie dans la voix pour ses dernières semaines de règne, elle a eu les mots vrais, forts qui ont fait lever la salle : «Il n’y a pas de forteresse imprenable, il n’y a que des combats mal menés (Vauban). Vous, Hadrien, Jacques... vous avez donné vos tripes pour sauver la Fédération... Maintenant, Hadrien, tu représentes la jeunesse et l’audace pour l’avenir...» Assistant à chaque congrès, avec ses demoiselles d’honneur - ce dimanche Aude Raynaud - la Reine a rappelé les beaux souvenirs et les émotions en piste « pendant ces trois années, nous sommes venues dans vos villages de tous les départements taurins, il n’y a pas de frontières, il y a seulement la fe di biou. » Elle a conclu : « Il n’y a de pérennité que dans la transmission...». Reine énergique et militante, cette belle dame de bouvine laissera un grand souvenir aux afeciouna.

Le diplôme fédéral d'honneur à Barbey...

lansargues,congrès,barbeyrac,mandy graillon,hadrien poujol,course camarguaise

Gérard Barbeyrac à droite, ses enfants,
son épouse Monique


Il s’est avancé entre les rangs serrés des licenciés debout lui faisant haie d’honneur au son de
L’air du toréador joué par La Gardounenque. Aujourd’hui à la retraite après avoir tenu le poste de DTN à la FFCC, Gérard Barbeyrac recevait le diplôm

e d’honneur fédéral pour service rendu à la course camarguaise. Service rendu, c’est rien de le dire tant il fut - et il est toujours - dévoué à la course camarguaise. Après une carrière de raseteur couronnée par deux
Cocarde d’Or (1977 et 1980) puis tourneur, gérant ensuite les jeunes élèves et les « grilles » des courses, Barbey a gagné la reconnaissance de plusieurs générations de raseteurs, manadiers, organisateurs. Son expérience et sa passion des taureaux en font une figure dont l’avis compte dans le milieu taurin. Respect !

lansargues,congrès,barbeyrac,mandy graillon,hadrien poujol,course camarguaise

Textes MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

24/02/2017

FFCC *ELECTIONS*

Vendredi 24 février 2017

La nouvelle vie d'Hadrien

A 34 ans, Hadrien Poujol devient président
et dirigera l'instance fédérale pendant 4 ans


ffcc,hadrien poujol,course camarguaiseSi le nouveau comité directeur n’est pas encore installé officiellement, Hadrien Poujol, en tête de la liste victorieuse du vote des licenciés vendredi dernier, s’est vite remis au travail. Déjà très impliqué dans l’équipe précédente, et sur la base des projets présentés pendant la campagne, ce tout jeune homme de 34 ans, endosse le costume de président avec beaucoup d’enthousiasme. Il prône la modernisation et la valorisation de la course camarguaise, le respect de tous les acteurs et le culte du taureau. Rencontre.

Que s’est-il passé depuis vendredi dernier ?

Beaucoup de choses.Passées l’émotion et la joie d’être élue, l’équipe s’est remise au boulot. On se connaît bien après cette année 2016 chargée et je suis bien entouré. Chacun avec ses compétences et sa disponibilité, tous avec l’envie d’avancer. Je les remercie d’ailleurs encore pour le travail déjà accompli et celui à venir. La tâche est énorme...

Depuis le début de semaine, tout s’est accéléré bien sûr : préparer le comité directeur du 28 février, la mise en place des projets, les demandes de subventions, la gestion de la saison 2017 dont le Congrès à Lansargues (lire ci-dessous ndlr) dans quinze jours.

Avez-vous pris votre licence de raseteur ?

Oui, oui, je ne peux pas arrêter comme ça, je vais mal le vivre. J’ai passé 20 ans en piste, 17 ans en courses cornes nues dont 16 ans aux As. J’ai encore envie de raseter une année avec mes collègues, tous ces jeunes talentueux. Je vais faire peu de courses et mon jubilé est prévu à Vauvert en octobre. A moi d’être exemplaire et de séparer le président du raseteur, d’ailleurs à la Fédé, on s’organisera de sorte que tout soit carré.

Quel est le planning pour les prochains jours?

Tout d’abord mettre le comité directeur en place, faire fonctionner les commissions, entériner les règlements pour la saison - on va y être très vite -. Nous avons déjà beaucoup travaillé en amont avec les raseteurs, les manadiers, les clubs taurins, le Trophée Taurin et tous les autres acteurs. Dans toutes nos consultations cet hiver, on a bien vu que le taureau est central, qu’il faut le protéger, qu’il faut se pencher sur l’équilibre entre spectacle et compétition. Plus largement, nous mettrons en marche les projets sportifs notamment en direction des jeunes et tous les dossiers évoqués cet hiver.

Comment appréhendez-vous votre premier Congrès?

Il faut que tout soit bien fait côté institutionnel et financier afin que les licenciés soient informés. La FFCC doit donner une belle image pour asseoir la confiance et retrouver son rang. J’aimerais que le Congrès soit dynamique, on va préparer des images... J’espère aussi que ce sera une fête, celle du renouveau et du rassemblement.

 

PROPOS RECUEILLIS
PAR MARTINE ALIAGA

 

 

Les élus au comite dirécteur

Dans l'ordre d'inscription sur les listes : 29 élus liste Poujol, 6 élus liste Triol

 

Hadrien POUJOL, Jacques MAILHAN, Serge SASTRE, Jean-Marc SOULAS, Christian VALLAT, Hicham FADLI, Florent LUPI, Francis TRINQUIER, Aurélien LAGET, Loïc AUZOLLE, Florence CLAUZEL, Aimé HUGON, Joaquim CADENAS,Frédéric NIGUET, Patrick LAURENT, Julien MALIGE, Florent TEDESCHI, Françoise PEYTAVIN, Benjamin BINI, Bérenger AUBANEL, Patrick GARCIA, Bruno PECOUT, Patrick PASCAL, Iris LAFON, Marc MOUCADEL, Christophe PELLENC, Kevin DROUILLE, Bruno QUET, Christel BESSER 

Nicolas TRIOL, Daniel MARTINEZ, Marie-José QUEREL, Michel BAPTISTE, Joël DIJON, Benjamin BLANC

11/12/2014

RASETEUR

Vendredi 12 décembre 2014

2014, une année compliquée pour Hadrien Poujol

Saturation, fatigue... en cours de saison, le raseteur a décidé de se mettre en retrait. Pour mieux redémarrer.

hadrien poujol,raseteur,course camarguaiseLe public a tout de suite remarqué ses qualités quand il a débuté au Trophée de l’Avenir et le suit de près depuis l’an 2000, où à 18 ans, il rejoint le Trophée des As. Hadrien Poujol a multiplié depuis, année après année, les victoires et les récompenses. Pourtant mi-2014, le Vauverdois se met en stand by des pistes et s’accorde une pause. Le temps de la réflexion. Mais à 32 ans, le meilleur gaucher de sa génération n’a pas dit son dernier mot.
Berger un temps, “bistroquet” aujourd’hui, peut-être organisateur demain mais raseteur dans l’âme... toujours. Hadrien fait le point.

Pourquoi avoir arrêté de raseter en cours de saison ?

En 2012, j’ai fait une des plus belles saisons de ma carrière. Le 1er septembre avec la naissance de ma fille Anna, j’étais comblé. Mais la même semaine, je prends une rouste par Mérou, puis par Valmont. Et deux coups de corne par Ulysse de Rouquette à Saint-Rémy (20 cm dans la poitrine, 15 cm dans la fesse). En février 2013, je reprends le bar des Halles à Vauvert. D’où une surcharge de travail, une mauvaise préparation hivernale. Malgré ce, je finis 4e au Trophée des As, au terme d’une saison où mon entente avec Ratis de Raynaud a peut-être été l’arbre qui cachait la forêt (PHOTO ci-dessus). Je me prépare bien tout l’hiver mais, à la reprise, j’ai senti que ça n’allait pas. Je rasetai mal, rien ne se goupillait comme il faut. Début mai, je passe sous les pattes de Caruso de Saumade à Palavas, puis en juin, à Beauvoisin, je suis bousculé par Manolo de La Galère... A Sommières, j’ai pas fait un raset... Alors j’ai décidé de faire une pause.

Le temps de la réflexion ?

Oui. Je rasète depuis que j’ai 14 ans. L’accumulation des courses, des saisons, le surcroît de travail au bar... J’étais à saturation. Pour être bien en piste, il faut que je m’éclate. Je rasète par passion, d’abord pour moi, pour montrer qui je suis, puis bien sûr pour le public... Quand tu entends les sifflets, ça fait pas plaisir.... Alors ces quelques mois d’arrêt, ça m’a fait du bien. J’ai réfléchi. Malgré la carrière que j’ai faite, je me suis rendu compte que tout s’arrête vite, le téléphone ne sonne plus, on est vite oublié. Mais finir comme ça, sur un échec ça ne me plaisait pas.

Et comment l’envie est revenue ?

Août et septembre sans taureaux, je me suis senti bien mais fin septembre, quand les finales ont pointé le nez, je râlais de ne pas en faire partie. L’envie est revenue. Alors j’ai décidé que je rasèterai à nouveau. Je veux reprendre, me régaler. J’ai gardé intacts ma passion et mon esprit de compétiteur et si la reprise se passe bien, je vais tout tenter pour bien faire.

En même temps, vous avez décidé de répondre à la délégation de service public du Grau-du-Roi, pour la saison 2015. Pourquoi ?

Effectivement, avec Nicolas Noguera, nous avons monté un dossier pour organiser la saison 2015 aux arènes du Grau-du-Roi. On s’est dit qu’il fallait se lancer, c’est bien beau de parler, à un moment il faut s’investir et faire bouger les choses. On y croit, on a bossé. On est sur l’empreinte qu’a laissée Daniel Siméon, une façon moderne de gérer avec de la qualité, des plateaux variés, etc. Nous sommes jeunes (32 et 38 ans), pleins d’idées et nous pouvons tous les deux nous organiser au mieux pour une présence maximum au Grau. Pour ma part, le côté professionnel est stabilisé, j’aurai le temps.

Pourrez-vous tenir pied partout ?

Si on est choisis pour gérer les arènes du Grau, le choix sera crucial pour moi mais je ne serai pas raseteur et organisateur en même temps. Je me dois d’être sincère même si cela me fait du tort... Je ne mélangerai pas les genres. Je mettrai ma carrière de raseteur entre parenthèses. Le choix de la municipalité du Grau-du-Roi devrait être connu en mars, ce sera bien assez tôt pour décider.

Propos recueillis
par MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

 

23/10/2011

VENDARGUES *9e Trophée Roger-Itier*


Dimanche 23 octobre 2011

ANGELO - DUBONNET - TASSOU - CAMERONE
QUE DU BON

 vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Dubonnet - Poujol

Il n’y a guère eu que le temps, à Vendargues, hier, pour être chagrin. Car en piste, après une première partie très correcte, la seconde a réchauffé les coeurs.
La grosse équipe de raseteurs a parfois trop pesé sur certains taureaux, en contrepartie il n’y a pas eu  de temps morts et les meilleurs ont combattu et brillé.
Gregau (Saumade) fait un très bon premier. Surpris d’entrée puis faisant face aux assauts avec de belles ripostes et/ou finitions (Chekade, Allouani, Carmen). 8 minutes 30 solides face à une équipe de blancs déterminée.
Pluvié (Nicollin).- Acculé aux planches, il défend ses premiers attributs dans un tout petit périmètre. Au fur et à mesure, gère et sort de l’emprise tout en restant brave et disponible pour de belles séries (Carmen). Défend sa 2e ficelle de la 3e à la 13e minute, de belle manière. Les honneurs au retour.
vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaiseAvec Aliaga. Pavoun (Vinuesa).- Avec du jus, il se livre le long des planches et tire de belles longueurs après Outarka, Poujol (Carmen), bascule après Aliaga. Très sollicité, il subit un peu mais donne de bonnes réactions sur Erik, Poujol (Carmen). 10 minutes trente agréables et retour en musique.
Angelo (Aubanel).- D’entrée affiche un caractère autoritaire, il fait du large et calibre les blancs de chaque côté des planches. Chacun sa place. Raccompagne puissamment  Allouani, et bien calé dicte  sa loi. Offensif sur Outarka, change de terrain, demande de l’engagement, anticipe Poujol, conclut sur Chekade droit devant, Poujol encore. Une prestation haut de gamme avec 6 Carmen et retour avec ses ficelles.
Dubonnet (Ricard).- Un gros gabarit qui se jette aux trousses des blancs, toujours en mouvement. Une multitude de gros coups aux planches après Ouffe, Poujol, Errik, Aliaga, Chekade, énorme  encore sur Poujol. Et la 2e ficelle presque au terme du temps dans le crochet de Chekade. Une très bonne course saluée par un concerto de Carmen.
Tassou (Cuillé).- Offensif d’entrée, remuant, se fait avoir sur ses déplacements puis corse l’addition en forçant sur Poujol. Une fois arrêté, il fait réfléchir et Aliaga s’essaie au grand frisson, Tassou aux trousses. Hadrien se fait raccompagner méchamment. Tassou accepte une longue série et perd un peu de vigueur au vire-vire mais termine superbement après Poujol, à la 11e. Ses deux ficelles dans le crochet du gaucher. 5 Carmen et retour.
Le jeune Camerone de Paulin attaque par une longue enfermée après Allouani, un coup de barrière sur le même, et une deuxième superbe enfermée sur Chekade. Belles qualités de placement, et concluant dans les poursuites. Volontaire avec du cœur pour des finitions intenses aux planches (Chekade, Outarka, Errik, Aliaga, Poujol). Sans refus pour dix très belles minutes. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Angelo - Chekade

▼ Dubonnet - Ouffe

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Tassou - Poujol

▼ Camerone - Allouani

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise


LES PRIX DE LA MULETA
Sur la saison, prix Trophée Roger-Itier, à DUBONNET de Ricard.
Sur la course à ANGELO d’Aubanel.
Raseteur de la course :  Hadrien Poujol.
Souvenir Eugène-Cammal aux deux meilleurs espoirs de la saison :
CHAMBAO et PELICAN de la manade Bon.

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ La grande famille du CT La Muleta et les récompensés de la journée.

************************************