Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/12/2017

DISPARITION

Vendredi 15 décembre 2017

Yvan... plus qu'un taureau

2017YVANPHCD.jpgUn jour de 2001, Yvan était arrivé en terre saintoise, mené anouble des terres de Saint-Hilaire de Beauvoir et du Mas du Grand Vallat, par Yves et Anne Janin. Avec quelques jeunes congénères, il repeuplait le pays orphelin de ses cocardiers fauchés par la suspicion de tuberculose et redonnait espoir à la famille Manaud.

Un jour de 2006, à 6 ans, Yvan époustouflait le grand public dans les arènes de Lunel et recevait le titre de Biòu de l’Avenir. Sa fougue, son placement, sa vitesse d’exécution donnaient des ailes à ce petit gabarit attentif et anticipateur. Et jusqu’en 2013, le N.020 du Pantaï devenait l’incontournable nom à avoir à l’affiche, comblant ses propriétaires et ouvrant les arènes à ses copains de manade.

Un jour de décembre 2017, Hubert a trouvé Yvan couché, mort. A 17 ans, il était parti. Alors une nouvelle étoile s’est allumée au ciel de Bardouine.

Hubert, Françoise, Clotilde, Florence, les enfants, sans oublier Julien le bayle, sont bien peinés. Mais toujours, le nom d’Yvan restera gravé en lettres d’or sur la devise bleue et blanche. Yvan... plus qu’un taureau, un symbole, une référence, celui du renouveau puis de la pérennité du Pantaï.

MARTINE ALIAGA
PHOTO CYRIL DANIEL

08/06/2010

CLUB DES RASETEURS

Samedi 5 mai 2010

LA PASSION A VIE

 

RASE3.jpg

 

L'envie ils l'ont toujours, mais avec l'âge ce qui était possible avant ne l'est plus aujourd'hui. Mais les papés du raset ont la passion chevillée à vie dans la tête et le cœur.
Pour leur traditionnelle sortie, samedi à la manade Lou Pantaï à Bardouine en Camargue, ils ont été accueillis par Hubert et Françoise Manaud. En pareille concentration d'anciennes gloires du crochet, la course camarguaise a été "habillée" pour l'été. Que ce soit à la buvette campagnarde ou à table, les discussions ont été animées: «J'étais à Nîmes le 16 mai, j'ai vu des taureaux rechercher désespérément des raseteurs. Demain (ndlr lire dimanche), j'irai au Grau-du-Roi, après je verrai car ça manque de travail», exprime le président Roger Pascal qui en connaît un bout sur le sujet. Et ce aux oreilles attentives de Loïc Auzolle venu saluer amicalement ses aînés. «Alors vous ne viendrez pas à Châteaurenard dimanche prochain?», demande-t-on à Roger.«Mais oui, à chaque fois je dis pareil et après je suis le premier à partir. Promis je viendrai».
Entre deux pastagas et le reste, le moment pour mettre à l'honneur un de leur collègue Lucien Plagne de Gallician, qui leva en 1953 aux arènes de Lunel, dans une piste inondée par la pluie, la cocarde à 50 000F au taureau Président de Thibaud. Un exploit devant (et à l'abri) des Soler, Canto, San Juan, Falomir et Pascal, lequel lui remit un tableau, du peintre Jean Marignan, représentant cette riche anecdote d'époque. L'heure passant autant vite que les années, par petits groupes les copains se sont séparés. Et d'entendre en boucle «A demain alors?»
Evidemment! Que serait pour ces hommes de passion des dimanches sans taureaux?

Texte et photos
Patrick PONS

 

RASE4.jpg

Avec les raseteurs, la convivialité est de mise.
Et l'indispensable Coupo Santo avec la marraine de l'association
Régine Pascal.

***********************************************

26/04/2010

GAVOT - MOUTET, CHAUD DEVANT...

 A Vauvert Dimanche 25-04

B.jpg
C.jpg
D.jpg
Photos L.PERO