Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2016

NIMES : LES COCARDIERS DE LA FINALE DES AS

Course du dimanche 9 octobre 2016 à Nîmes


Place aux Seigneurs de Camargue

mignonPHCD.jpg


Mignon de Cuillé est un emblématique
représentant de la race. Ph Cyril Daniel


Ils sont la fierté de leurs éleveurs et la gloire de la course camarguaise. Emblème du peuple de bouvine, les cocardiers focalisent l’attention des spectateurs. Tous noirs certes pour les néophytes mais tellement différents au physique, au mental et au comportement en piste ou en manade pour les habitués.
Le Biòu d’Or 2016 pourrait à lui seul symboliser la race entière des biòu camarguais en plus de l’élevage de la famille Cuillé, tant ses qualités sont avantageuses.
Mignon cumule la beauté de ses formes et la rigueur dans le combat. Port altier qu’il soit au pré ou dès sa sortie du toril, cornes parfaites, œil vif. Dominateur dans le duel avec les raseteurs, intelligent dans son placement, il oblige ses adversaires à la réflexion. Cocardier dans l’âme, il force le respect.
A Nîmes, ce dimanche, il honorera sa deuxième couronne consécutive de Biòu d’Or. Il sortira en 4e position, après l’entracte... A tout seigneur, tout honneur.


MARTINE ALIAGA


LES SEPT COCARDIERS
BOER2015PHMALI.jpgBOER (Occitane, N. 422)
Ce sera le premier à affronter l’équipe blanche. Et à cette place, il sait faire. Après avoir mal débuté la saison avec courses à Palavas (8/05) et Vendargues (22/05) annulées à cause du mauvais temps, ses sorties 2016 à Beaucaire (17/7) et au Grau-du-Roi (15/8) ont été d’un très bon niveau avec en plus de la vaillance, des finitions aux planches. Un excellent number one si ce n’est le meilleur.
BANARU (Le Rhône, N. 507)
BANARUPHCI.jpgLe Biòu de l’Avenir 2013 a gravi les échelons sans difficulté en adaptant son comportement aux situations et aux pistes. Son bon sens de l’anticipation, ses accélérations fulgurantes obligent souvent les tenues blanches à réfléchir avant de se hasarder. D’Arles à Fontvieille en passant par Montfrin, Beaucaire, Lunel, Châteaurenard, il a été au cœur des discussions.

ULMET (Blanc, N.511)
Comme client, c’est un client. Côté placement, pas grand reproche à faire. Souvent menaçant sur le raset avec cornes pointées, il devient une réelle menace dans ses arrivées au-dessus des bois notamment derrière les gauchers où elles demeurent plus prononcées. Le Grau (1/05, 11/09), Châto (12/06), Beaucaire (17/07) où il remporte le Prix Camarina, et Pérols (14/08) ont fait son calendrier 2016.
MIGNON (Cuillé, N. 349)
Le Biòu d’Or en titre a fait un sans-faute cette saison que ce soit dans les pistes moyennes (Lansargues 12/06, Mauguio 10/4, Sommières 4/09) ou les grandes (Arles 25/03, Beaucaire 24/04 et 24/07, Nîmes 12/05, Châteaurenard 3/07 ou le Grau 15/08). Imposant de par son placement, il n’en demeure pas moins incisif par ses anticipations assorties d’une menace permanente. Cocardier connu et reconnu, c’est avec un large suffrage d’avance sur ses concurrents qu’il a été élu Biòu d’Or 2016.
SCIPIONPHCD.jpgSCIPION (Saumade, N. 525)
C’est la bravoure à l’état pur. Il enchaîne les rasets sans retenue et au moment où personne ne s’y attend, il devient menaçant à l’arrivée par un engagement, cornes pointées. Il a prouvé à Châto (17/0, 3/7), Lunel (16/05) le Grau (11/à6 et 11/à9) et Vauvert (21/à8) qu’il avait sa place pour les grands rendez-vous. Pour preuve ce double trophée de fin de saison au Grau-du-Roi en remportant le prix du meilleur taureau du Trophée de la Mer et meilleur taureau de la saison en suite du Souvenir Olivier-Arnaud et le Trophée Camargue Médical à Vauvert.
POURPIER (Saumade, N. 514)
Présent dans les grands rendez-vous, il a su honorer sa devise à chacune de ses sorties (Châteaurenard 17/04 et 11/09, Lunel 16/5, Grau 12/06, Saintes-Maries de la Mer 14/08) en se montrant à la fois cocardier par son placement et ses vives réactions et spectaculaire dangereux par ses arrivées très engagées aux planches. Le Trophée des Impériaux aux Saintes-Maries et le prix de la saison à Châteaurenard, Le Trophée Pescalune et le Souvenir Patrick-Castro sont venus confirmer son parcours sa faille entrevu lors de la finale de la course des ligues en 2010.

JUPITER (Laurent, N. 619)

JUPITERLAURENTPHCI.jpgIl marque le grand retour de l’élevage des Marquises au haut niveau de la compétition. Généreux, barricadier, moral d’acier, il se livre sans retenue sans s’avouer vaincu, même dans les moments les plus compliqués.
Hors points à Beaucaire (24/04, prix du Muguet d’Or), Nîmes (12/5, Prix de la Ville de Nîmes), et Châto (11/9, meilleur de la Finale des Maraîchers) et avant dernier à Beaucaire (17/07), au Grau-du-Roi (15/08, Trophée Etienne-Mourrut). Voilà le final assuré pour bien conclure l’après-midi.

 


Texte CYRIL DANIEL
Photos CD, CI et MALI

POURPIER DE SAUMADE

POURPIERPHCD.jpg

ULMETBLANCPHCI.jpg

▲ Ulmet de Blanc

 *******

11/10/2014

FINALE DU TROPHEE DES AS *LES COCARDIERS*

Pour la finale du Trophée des As le dimanche 19 octobre 2014 à Nîmes

D’Horacio à Ratis les 7 cocardiers de la finale
 
HORACIO (manade Cuillé).- N.443. 10 ans.
Sorties : 13/04 Lunel. 4/06 Nîmes. 19/07 Lunel. 15/08 et le 18/09 Le Grau-du-Roi.
Gardant sévèrement son terrain, Horacio est redouté pour ses anticipations et autres enfermées. Pierre Cuillé : « Cocardier sérieux, il fait une belle saison. Il sera premier à Nîmes, je considère que participer à une finale est un honneur et que l’ordre de la course n’a aucune importance ».
ESCAMILLO (Raynaud).- N.456. 10 ans.
Sorties : 13/04 Les Saintes. 4/06 Nîmes. 29/06 La Grande-Motte. 19/07 Lunel. 3/08 Pérols. 28/09 Saint-Geniès-des-Mourgues.
« Après avoir gagné la Marguerite d’Or, il y a quelques années, explique Frédéric Raynaud, il a eu un trou pendant un an et demi. Mais, depuis, il s’est totalement repris. Très méchant, il sait gérer ses courses. Après de grosses conclusions, il récupère, se déplace avant de repartir de plus belle. Excellent à Nîmes, le prix de la ville à La Grande Motte, bien mais un peu court à Lunel, très bon à Pérols et explosif à Saint-Geniès-des-Mourgues ».
SUGAR (Saint-Gabriel).- N.526, 9 ans.
Sorties : 27/04 Châteaurenard. 29/05 Alès. 17/07 Lunel. 10/08 Mauguio.
«Sugar fait une très belle saison, explique Luc Lopez, son bayle. S’il se laisse surprendre pour la cocarde et les glands, aux ficelles, il est craint par ses anticipations et ses conclusions les cornes en avant. Plus mûr cette année, il a été excellent à Alès, avec une domination totale».
finale du trophée des as,les cocardiers,courses camarguaisesGARLAN (Les Baumelles).- N.055, 14 ans.
9/05 Palavas. 29/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 27/07 Sommières. 15/08 Le Grau. 14/09 Châteaurenard.
Auréolé de son 3e Biòu d’Or, Garlan fait la saison la plus complète de sa carrière. « Il a fait du cent pour cent, dit Joël Linsolas. Une saison exceptionnelle par son comportement, sa tenue de piste, son sérieux, sa maîtrise. A 14 ans, les années ne lui pèsent pas. Nous sommes très fiers de lui". Sur 6 courses, Garlan rentre trois fois une ficelle, trois fois les deux, avec une régularité de métronome et une totale gestion de la piste. Un taureau qui se fait craindre et respecter.
ULMET (Blanc).- N.511, 9 ans.
27/04 Châteaurenard. 29/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 3/08 Sommières. 31/08 Fontvieille.
«15 jours après sa course de juin du Grau, explique Jean-Claude Blanc, une grosseur est apparue au poitrail due à une fracture aux basses côtes. Un morceau de cartilage qui se balade lui procure une grosse inflammation». Suivi par le vétérinaire (ponction et antibiotiques) qui a validé chacune de ses autres sorties, Ulmet a joué le grand jeu. «S’il court beaucoup en début de course, après, avec ses anticipations dangereuses et ses conclusions spectaculaires, il défend et garde ses ficelles qu’il a toujours rentrées. Il gagne le prix sur la saison au Grau-du-Roi et à Châteaurenard, le Crochet d’Argent à Fontvieille. Il a déjà un beau palmarès et à 9 ans, il reste prometteur. Après la finale, il sera opéré et pourra se reposer jusqu’à la saison prochaine».
GRECO (Saint-Antoine).- N.644, 8 ans. 8/05 Palavas. 13/07 Beaucaire. 15/08 Le Grau (blessure).
Florence Clauzel évoque sa saison: «Greco s’est blessé au Grau-du-Roi après un choc sur un poteau. Il a eu un traumatisme interne au poitrail et à l’épaule droite. L’hématome s’est résorbé mais l’ostéopathe a dû le manipuler. Après un grand repos, il pourra courir à la finale, si on avait le moindre doute il n’y serait pas allé. C’est un cocardier complet, avec un super placement, des anticipations et des actions d’envergure aux planches. Sa violence nous fait peur, on tremble à chaque fois. Notre vœu c’est qu’il dure aussi on essaie de gérer au mieux sa carrière».
RATIS (Raynaud).- N.560, 9 ans. 8/05 Palavas. 20/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 19/07 Lunel. 17/08 Les Saintes. 14/09 Châteaurenard.
Frédéric Raynaud analyse la saison du Biòu d’Or 2013: «Sa blessure à Palavas pour sa première sortie, lui a fait manquer le début de saison et il n’était toujours pas dans son assiette à Vauvert en mai. Mais il s’est requinqué et remporte le prix du Muscat à Lunel, les Impériaux aux Saintes (ex aequo avec Scipion) et fait une très belle finale des Maraîchers à Châto».
 

 

MARTINE ALIAGA