Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/04/2009

BEAUCAIRE 19-04 - 1re journée du MUGUET D'OR

ORAGES ! Ô RAGE...

YVAN.jpg
YVAN le Terrible...

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Affaires taurines.
Présidence : R. Arnaud.
Raseteurs droitiers : Auzolle, Villard, Mascarin, Moutet, Marquier.
Gauchers : Khaled, Four, Martin-Cocher, G. Martinez.
Tourneurs : Fouque, Mata, T. Garrido, Lebrun, V. Dengema

...Ô désespoir pour les nombreux afeciouna venus assister au retour officiel de la marque à la grasilho. Mais Madame la Météo en a décidé autrement, et à la sortie du 6e taureau, stop ! Il faut dire aussi que tout avait bien commencé et le concours était on ne peut plus intéressant avec un Yvan impérial, Leventi excellent, Verdaou à la hauteur et Petit Lou très bon premier. Les raseteurs dans leur ensemble ont travaillé avec correction tout en donnant un rythme soutenu au débat.
Petit-Loup (Chaballier).- Voilà un excellent premier qui change opportunément de terrain tout en étant très assidu lors des échanges. A son aise, sur les longs cites des droitiers, il se signale dans de belles enfermées sur Villard, Marquier, Moutet. Onze minutes récompensées et fortement applaudies.
Corail (Paulin-Niquet).- Le grand banu, malgré ses bons déplacements et sa bonne volonté, ne peut effectuer plus de sept minutes. Agréable.
Leventi (Plo).- Avec vigueur il se livre dès les premiers cites en abandonnant rapidement ses rubans. Aux ficelles, une longue série fait retentir le disque. Puis, des belles enfermées sur Martinez, Villard, Moutet, Four, Martin-Cocher font à nouveau retentir le disque. Toujours dans le tempo, il n’a de cesse de répliquer en frappant bas au terme de ses actions. Treize minutes de bonne facture.
Yvan (Le Pantaï).- D’entrée "il met les hommes à l’heure" en les obligeant dès les premiers cites à rompre. Sérieux, avec de dangereuses anticipations, il n’est pas étouffé et se retrouve rapidement maître du jeu. Au fur et à mesure, ses réactions se font de plus en plus brillantes, et beaucoup plus dangereuses. Posant d’énormes problèmes, il réintègre facilement ses ficelles au toril après avoir écouté de nombreux Carmen.
Verdaou (Allard).- Après deux minutes de course, interruption à cause de la pluie. Il ressort quelques minutes plus tard, et s’impose par un bon placement et de belles finitions barricadières qui sont d’ailleurs récompensées de nombreuses fois. Il rentre ses ficelles après un quart d’heure sérieux.
Mirabeau (Saint-Pierre).- Il pénètre en piste mais rentre aussitôt, l’orage refaisant des siennes.


Trophée des As : Villard, 12 Points; Four, 10; Marquier, 7; Auzolle, 6 ; Mascarin, 6; Martin-Cocher, 5; Khaled, 2; G. Martinez, 2; Moutet, 1.

Texte et Photos Luc PERO

 

DSC02878.JPG
Danger sur Moutet avec PETIT LOU
DSC02880.JPG
CORAIL - Auzolle
DSC02888.JPG
LEVENTI - M. Cocher
LEVENTI.jpg
LEVENTI - Villard
LEVENTI 2.jpg
LEVENTI - Marquier
YVAN.jpg
YVAN du Pantaï
YVAN 1.jpg
YVAN - Martin-Cocher
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle

DSC02902.jpg
VERDAOU - Mascarin

 

07/10/2008

LE GRAU-DU-ROI *AS*

SAMEDI 4 OCTOBRE : FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

UNE ALLEGORIE COLOREE ET EMOUVANTE

Cape 1.jpg

 

arenes.jpgOn ne peut plus parler de "capelado", c'est trop court. Allégorie semble approprié. Daniel Siméon et Patrice Blanc ont laissé parler leur cœur et leur (grand) talent pour transmettre leur amour de la course camarguaise et du florilège des traditions. D'entrée, ils embarquent les spectateurs pour un voyage de rêve où pas un des acteurs n'est oublié. Un soleil (une rose des vents ?) marque le milieu de la piste d'où rayonnent les noms des cocardiers et des raseteurs inscrits sur le sable, ponctués d'Arlésiennes au firmament de leur magnifique maintien. Dans le doux soleil automnal, et un Mistral un peu calmé pour l'occasion, les oriflammes claquent, les couleurs chantent, la musique transcende. Chaque tenue blanche rejoint alors sa branche, chaque manadier le nom de son cocardier. C'est beau ! Etudié sans être rigide, solennel sans être kitch. Le public est comme… enchanté.
SANCHEZ.jpgAlors dans ce cercle magique, Stéphane Sanchez est appelé. Le discret Stéphane, après maints ennuis musculaire et l'âge aidant, met un terme à sa carrière. Il n'a pas été oublié. Pour lui, les aficionados se lèvent et des pointes de chaque rayon, une Arlésienne monte le rejoindre au point culminant du soleil pour lui offrir le plus émouvant des hommages. Et comme dans un délicat ballet, le raseteur se voit couvert de roses. Un rêve éveillé, une émotion inoubliable. Superbe !


Martine ALIAGA


LES REACTIONS APRES LA FINALE


Jok 4x9.jpgFrédéric Jockin, 1er : «Je suis super content. Après une descente des As et une saison dernière difficile;j’ai vraiment pris du plaisir et retrouvé de bonnes sensations. J’avais treize points d’avance et j’ai géré mais il a fallu quand même s’accrocher. Finir premier, c’est une énorme satisfaction ».

Jean Louis RICCI (3e) : «C’est pour moi une belle saison, sans blessures surtout après mes déboires de la saison passée. J’aurais peut être pu disputer la victoire finale mais avec mes ennuis musculaires, je me prépare doucement en début de saison pour pouvoir contenter tous les organisateurs qui comptent sur moi en juillet-Août. Ce qui compte c’est d’avoir été régulier».

Cédric MIRALLES (4e): «Je reviens de blessures et je ne savais pas trop ce que la saison allait donner avec mon genou. Il y a du plaisir à raseter dans ce groupe mais la compétition des As manque un peu. Je suis satisfait et j’espère que cela va continuer».

Rodolphe ROUX (5e) : «Je suis assez fier de ma 5e place car depuis le 13 juillet, je cours avec une fracture du péroné en serrant les dents même si depuis une quinzaine cela va mieux. La course était bien montée avec des taureaux cocardiers en première partie et des taureaux plaisants et barricadiers en seconde».

PLO.jpgJean Louis PLO (Manadier Vainqueur) : «Leventi a fait une très bonne course. Il confirme sa très bonne saison ce qui fait plaisir. La course a été bonne dans l’ensemble ce qui est une réussite pour ce trophée. Léventi a mis un peu plus de difficulté que certains autres taureaux mais c’est le jeu de la course. Je considère donc que cela c’est très bien passé pour lui et pour nous».

Stéphane SANCHEZ (Coup de cœur): «Cela m’a fait plaisir qu’on pense à moi surtout au Grau du Roi où j’ai réalisé presque toute ma carrière. Cela m’a rappelé des bons et des mauvais souvenirs mais je garde surtout les bons. Ce n’est pas facile d’aller chercher un prix quand tu rasète plus. Cela fait chaud au cœur et c’est pour cette raison que j’étais ému».

SANCHO 1.jpg


Eric AUPHAN

 

06/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

LE GRAU DU ROI : samedi 4 octobre 2008

 

Jockin.jpg
Frédéric JOCKIN, un vainqueur heureux !

Ambiance.jpgUn décorum imaginé par Daniel Siméon, mis en place par Patrice Blanc, la capélado a été majestueuse, un beau cadeau pour ces raseteurs du Groupe 2 souvent chahutés... ! L'affiche côté cocardiers était prometteuse et si tout fut loin d'être parfait l'ensemble ne fut pas ennuyeux. LEVENTI de Plo remporte sans surprise le prix de la journèe, mais tous les autres cocardiers ont eu des séquences méritoires a proposer.
Au micro J. Valentin assure comme les quatre tourneurs nommément désignés: Bouchité, Fernandez, Grando, P.Rado.
Défilent devant un trés nombreux public: Bonhomme, Grammatico, Jockin, Mirallés, Moine, Noguera, Rici, Roux, Ruiz, Savajano, P.Thierry.

PETIT LOU de Chaballier, nous a paru moins incisif qu'à son habitude. Néanmoins quelques belles enfermées lui valent deux Carmen.
LOU.jpgSAURON de Fabre-Mailhan, lui aussi manque de mordant, mais sur Moine et Noguera en particulier, il donne de trés bonnes répliques. Puis ça s'anime aux ficelles et les séries se succèdent pour quatre Carmen.
PAZAC de Daumas, vite épouillé de ses pompons, il défend âprement ses ficelles dans les enchaînements en s'aidant d'un mauvais coup de revers. Sérieux et bien positionné il en rentre une et entend cinq fois les honneurs.
RUY BLAS de Cuillé, à son rythme il éffectue un quart d'heure brillant. A son actif plusieurs beaux coups de butoir pour cinq Carmen.
LEVENTI de Plo, de suite dans le feu de l'action il se donne à fond sur tous les cites et vient conclure cornes dans les planches. Beaucoup plus dominateur aux ficelles qu'il rentrent, il réalise encore quelques belles allonges au cours de non moins belles séries. Sept fois les honneurs et le prix de la journèe.
FLAMENCO du Joncas, n'est pas dans un grand jour ! toutefois le rythme beaucoup trop lent imposé par les hommes ne l'avantage pas. Résultat quelques timides embardées pour trois Carmen.
PRIMADIE de Siméon, du sang à revendre pour ce biou qui aurait mérité une oppostion plus conséquente. Il clôture avec le brio qu'on lui connaît cette finale en écoutant plusieurs fois la musique.

Texte et Photos Luc PERO

LEVENTI jo 2.jpg

Les deux Lauréats F. JOCKIN et LEVENTI de Plo
******************
******************
LA COURSE EN IMAGES
PETIT LOU de Ckaballier
PETIT LOU.jpg
SAURON de Fabre-Mailhan
SAURON.jpg
PAZAC de Daumas
PAZAC 1.jpg
PAZAC 2.jpg
RUY BLAS de Cuillé
RB1.jpg
RB2.jpg
RB3.jpg

LEVENTI de Plo
LEVENTI 1.jpg
LEVENTI 2.jpg
LEVENTI 3.jpg
FLAMENCO du Joncas
FLAMENCO.jpg

PRIMADIE de Siméon
PRIMAD.jpg
PRIMADIER 2.jpg


20/07/2008

BEAUCAIRE : 2e JOURNEE DE LA PALME D'OR *AS*

Dimanche 20 juillet

AVÉ BEAUCAIROIS
ROMAIN TE SALUTANT !

074684e0d6a6f2c274b4b396dd320199.jpg
ROMAIN de Jean-marie MERMOUX

f0278f14b13ae1afa6904f12b25a54d8.jpgEntrée : 4/5e d’arène.
Organisateur: Affaires taurines.
Présidence : Raymond Arnaud.
Raseteurs droitiers :Allouani, Auzolle, Moutet, Villard.
Gauchers : Bouchet, Khaled, Martinez, Martin-Cocher, Mebarek, Poujol.
Tourneurs : Benzegh, T.Dengerma, Duran, Fouque, T.Garrido.
Fait marquant : Duran se fait expulser au 7e taureau.


Cet acte 2 de la Palme d’Or a permis à Sabri Allouani, revenant de blessure, de se hisser directement à la 2e place du classement et ainsi de pouvoir prendre part à la bataille pour la victoire finale. Chez les cocardiers, c’est la consécration pour Romain de Mermoux, mais Leventi est à créditer d’une excellente sortie.
ROI (La Galère).-Il réintègre le toril à la 9e minute sur une blessure à l’œil, jusque là il avait donné une réplique fort valable.
AUROCHS (Guillerme).- C’est sur un rythme endiablé qu’il est attaqué de toutes parts. Il se défend en donnant du revers, puis en accentuant sa réserve. Malgré le travail des hommes et quelques épisodiques bonnes répliques, les minutes sont longues. Rentre une ficelle.
3407e68a10df99d823eed4b286f679ac.jpg◄ROMAIN (Mermoux).- Il fait le ménage dès les premières minutes, puis, se livre sans se laisser submerger car ses ripostes sont de la meilleure veine. Aux ficelles, il se place et l’affaire se complique. Il anticipe fort et change opportunément de terrain ce qui gêne les hommes. Sérieux, son comportement purement cocardier est récompensé à trois reprises. Rentre ses ficelles fortement applaudi.
VIRAT (Nicollin).-En accord avec le Trophée Taurin, il est présenté, sans que ses points bien sûr ne soient comptabilisés, pour un hommage rendu à sa glorieuse carrière beaucairoise. Il va rester dix minutes en piste pour quelques belles actions et un gros Carmen d’honneur qui lui est attribué à sa rentrée.
LEBRAOU (Plo).-D’entrée, il tape sur Villard, Mebarek, Poujol, Bouchet, Allouani et les rasets pleuvent. Ça se calme aux ficelles, moins de cites et peu d’actions. De plus, sa course se termine en queue de poisson, il rentre sur une boîterie après une grosse action derrière Poujol.
13f9465c1c0ad21d3e323efee7e4f0fc.jpgLEVENTI (Plo).-►Assez vite délesté de ses principaux attributs, l’orage passé, les beaux rasets font leur apparition. Le taureau alors brille sur les longues poursuites conclues cornes dans les bois. Bien positionné, il fait feu de tous côtés et les actions se succèdent pour de nombreux Carmen dans treize minutes.
ANGELUS (Lautier).-Le petit taureau est vif, rapide, spectaculaire et se plaît dans la bourre. Lorsque c’est le cas et surtout sur les droitiers, il tamponne fort. Moins disposé en fin de parcours, il rentre ses ficelles. Des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

 Palme d’Or
 Villard, 17 points; Allouani, Auzolle, 13; Moutet, Poujol, 12.

ROMAIN ET ALLOUANI, DUEL AU SOMMET

14fe59dba7dc138a1ff3eb5e9a656639.jpg
80e8e028304e39299b1746cacb281d0b.jpg
9f4f149d83d11b540f09e93288b5918f.jpg
731272d83fb3d2dc603cd256147ee21e.jpg

***************

9ed200e13b14603ce8cb0bf9da5c5f3c.jpg
Même amoindri VIRAT reste toujours dangereux !