Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2014

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Dimanche 30 mars - 3e journée du Printemps des Royales : Manade Laurent

Indian le final explosif

 saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesPacha, meilleur de la première partie, et après un Roméo très joueur, le compliqué Fouquet fait monter l’intérêt pour finir par un Indian explosif (◄PHOTO SUR MARQUIS). Les hommes se sont montrés travailleurs, avec une prise de risque du jeune Ortiz et un bon Cartalade dans un ensemble où les bonnes intentions ont primé.

Blad de Luno n’en fait qu’à sa tête, se montre réticent parfois, beaucoup de déplacements. Une grosse fusée à la 8e sur Marquis. Il faut le forcer mais alors il peut être criminel comme sur Miralles (Carmen). Rentre une ficelle.

Cactus est un intermittent. Remuant et brouillon mais aussi offensif aux planches (Fougère, Ortiz) pour 5 minutes les premiers attributs. Un peu moins itinérant à partir de la 7e minute, il produit 2 minutes intenses. Après, il en a marre et saute seul. Mais trois belles actions sur Marquis pour finir. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Le beau Pacha en impose avec son physique avantageux et une belle présence dans les séries qu’il peut conclure aux planches (coup de barrière Marquis). Une fois placé, les hommes hésitent. Les enchaînements sont de qualité pour 11 minutes très intéressantes. 2 Carmen.

Roméo, aveuglé par sa méchanceté, jette son trop plein de sang dans de multiples évasions. Mais les hommes craignent ses réactions intempestives et surprises (Miralles, Fougère). D’autant qu’il envoie la banne dangereusement. Mais quel sauteur! Rentre un gland. 2 Carmen en piste.

saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesFouquet attaque par une grosse série, la corne à l’affût aux planches. Il ne lâche rien. Parfois se perd mais bien entrepris par les hommes, ses réactions sont vives et émotionnantes (Marquis, Cartalade ou Ortiz). Lui aussi rentre un gland après un très bon quart d’heure. 4 Carmen en course et pas au retour (?).

saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesDakota ► se livre en rafale aux premiers attributs. Il prend tout un peu comme ça vient. Surprend Cartalade en sautant après lui et soulève le raseteur. Heureusement sans mal. Poursuit les séries jusqu’à la 9’30. 3 Carmen et retour.

Au premier raset, Indian frappe après Ortiz. Vif, puissant et rapide, il chasse, et tient tout le monde à l’œil. Explosif, ses coups aux planches sont superbes et violents. Ibarra, Ortiz, Marquis, sont méchamment reconduits en frappes pétantes. Il finit superbement la course sous les applaudissements  gardant une ficelle au terme de ses 12 minutes. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Entrée : plein. Org. CT Le Bandot. Président : T. Cure. Raseteurs droitiers: Fougère, Miralles, Ibarra, Ortiz. Gauchers : Cartalade, Sanchez, R. Marquis, Gougeon. Tourneurs : Jockin, Fargier, F. Garrido, Ranc.

13/04/2012

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE : PRINTEMPS DES ROYALES

Dimanche 15 avril 2012 : 4e journée

Manade Laurent : le retour tant attendu

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,manade laurent,course camarguaiseLe 24 avril 2004, Daudet, Trentan, Clanclan, Téflon, Bambou et Castellas représentaient la manade Laurent au Printemps des Royales. L’élevage recevait alors le trophée de la victoire le jour de la finale (12 septembre).
Début 2005, le couperet de l’abattage pour raisons sanitaires tombait. Depuis, les afeciouna étaient orphelins de la race des Marquises. Le temps pour les manadiers de reprendre leur travail de sélection à - presque - zéro.
Mais grâce aux avancées de la génétique et à la persévérance d’Henri et Patrick Laurent, le sang royal baroncellien a été préservé. Ainsi revient, huit ans après le temps du Printemps à Saint-Laurent.
Dimanche, les jeunes héritiers de la “grasilhe” reprendront le flambeau de leurs glorieux aînés pour leur première sortie au Trophée de l’Avenir.
Déjà très suivis en Ligues (notamment la première à Aigues-Vives le 25 avril 2009), les pensionnaires de la devise “blanc, vert, rouge”devraient mobiliser les foules, pour cette 4e journée du Printemps des Royales. Aussi, mieux vaudra se présenter en avance aux arènes saint-laurentaise.

MARTINE ALIAGA


* Renseignements : Le Grand Café, tél. 04 66 88 12 35.

10/12/2009

L'AMICALE AUX MARQUISES

Dimanche 6 décembre 2009

CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES  AU PAYS DES LAURENT

IMGP2165.jpg
Dans la bergerie des Biou d'Or, les Amicaliers
autour de leur président Luc Pero

MA4.jpgL’Amicale des chroniqueurs et photographes taurins de course camarguaise et leurs proches ont passé une superbe journée dans le cadre magique des Marquises, hôtes de Henri, Annie, Patrick et Estelle Laurent, accueillants et disponibles. Après la visite de la nouvelle génération des fiers cocardiers à la Grasilho - « Nous recommençons une épopée nouvelle » dira le manadier - la cinquantaine de participants eut tout son temps pour discuter, échanger, confronter les idées. Et c’est bien là la justification de l’Amicale. Maintenir autant que faire ce peut, un lien entre les chroniqueurs (adhérents de l’asso.) des différents médias. C’est  parfois compliqué, mais la bonne volonté de quelques-uns garantit la pérennité de l’association depuis une quarantaine d’années.
Car force est de constater que la presse taurine est indispensable même si …
Henri Laurent en est certain : « Quoi qu’ils en disent, tous les manadiers regardent les journaux… on a envie de voir si notre taureau a fait le titre. Vous êtes le piment de la course camarguaise…» même si l’éleveur préfèrerait que les chroniqueurs ne relatent que le meilleur…
Bernard Fesquet qui recevait là un diplôme de l’Amicale en tant que personnalité de la bouvine et qui a « occupé toutes ses fonctions avec cœur », a aussi souligné « la course camarguaise a besoin de vous…» même si, pour lui aussi, il faudrait privilégier "le bon"… Partie prenante, critiquée parfois mais toujours au cœur de la course camarguaise, la presse taurine, par sa proximité, reste un maillon fort de la bouvine. Et l’Amicale une courroie de transmission...
Dans la bergerie des Biou d'Or, entre le verre de l’amitié offert par Pernod 51, les friandises de Rémy Martin et son épouse, la cartagène de Saint-Hilaire, et l’excellente  table des Marquises, les conversations reprenaient à l’infini sur les taureaux et la passion qui va si bien avec. What else ?  (Quoi d’autre?).

Martine ALIAGA
Photos MALI, Eric AUPHAN

MA3.jpg
Avec un plaisir évident et beaucoup de disponibilité
Henri Laurent s'est prêté aux nombreuses questions
des participants

QUATRE GARDIANS D'OUNOUR POUR LA DEVISE BLANC VERT ROUGE

MA2.jpgIls n'étaient pas peu fiers les quatre récipiendaires du diplôme d'honneur de gardian des Marquises remis par Henri, Annie, Patrick et Estelle Laurent à Luc Pero, Patrick Pons, Martine Aliaga et André Chamand. L'occasion, malgré les turbulences, de ressentir l'appartenance à la famille de la bouvine et de partager l'amour des taureaux.

PRESENT AUX MARQUISES, FRANÇOIS DE LUCAS
A INVITE LES CHRONIQUEURS
AU FESTIVAL DU FILM DE SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Une visite appréciée, celle de François de Luca, venu inviter l’ensemble des revistero à l'avant première de la prometteuse édition 2010 du film taurin à Saint-Geniès-de-Malgoirès (26, 27, 28 février) avec des affiches de films dévoilées : "Fanfonne Guillierme, la dame des gardians", "Sabri Allouani" et peut-être quelques minutes sur les chroniqueurs… Lui qui a reçu, au mois de mai dernier à la manade Janin, un diplôme taurin de l'Amicale pour toutes les images qu'il déroule sur le monde camarguais, garde un oeil émerveillé et donne un son juste aux hommes et aux bêtes qui font la bouvine.

LE DIPLOME DE L'AMICALE
POUR BERNARD FESQUET

bERNARD.jpgRaseteur, tourneur,  président de l'Association des raseteurs, président de la FFCC, de la commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, c'est une personnalité marquante de la bouvine que l'Amicale des chroniqueurs et photographes a mis à l'honneur. Et le grand moustachu n'a pas caché son plaisir (son émotion ?) d'être ainsi reconnu par la presse taurine.

***********************

▼ L'ACCUEIL PAR LA FAMILLE LAURENT

henri.jpg

 

LES FUTURS COCARDIERS PRETS POUR UNE EPOPEE NOUVELLE

patrick.jpg

 

TAUREAU.jpg

UN GRAND MERCI A
ESTELLE, PATRICK, ANNIE ET HENRI LAURENT

Sortie Marquises 075.jpg

*****************************************

19/11/2009

AMICALE DES CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES DE COURSE CAMARGUAISE

 

LOGO+ECRITURES EN CARRE 12x12 copie.jpgC'est une sortie exceptionnelle qui est proposée aux membres de l'Amicale des chroniqueurs et photographes de course camarguaise, le dimanche 6 décembre :  le domaine des Marquises de la manade Laurent spécialement ouvert pour eux.


Voici le programme :

à 10h, accueil par la famille Laurent et les gardians de  la manade à cheval. Direction les arènes où l'école taurine de Beaucaire rasètera des taureaux jeunes de l'élevage (offert par les manadiers).
Ensuite apéritif offert par Pernod 51 et déjeuner dans la bergerie des Biou d'Or où les jeunes filles en costume d'Arles serviront le repas.


MENU


Avec l'apéritif au buffet : brandade de Nîmes, tian de tapenade noire et verte,
poivrons grillés, anchois marinés, beignets de courgette, beignets d'aubergine,
guacamole, pommade de tomates séchées, riste d'aubergine.

Déjeuner : papeton d'aubergine son coulis tomate-basilic
Fricassée de taureau sauvage et sa timbale de riz de Camargue
Tome d'Arles et son mesclun à l'huile d'olive Vallée des Baux
Douceur au chocolat

 

Café, eau minérale, vin rouge cuvée Goya (cave de Beaucaire bouteilles cachetées) ;
vin rosé La belle pierre (cave de Beaucaire bouteilles cachetées)

 

* INSCRIPTIONS : les adhérents de l'Amicale trouveront leur bulletin d'inscription dans le courrier qui leur a été envoyé. Inscrivez-vous avant le 1er décembre auprès du trésorier Eric Auphan.

13/05/2009

TARASCON : LIGUE MANADE LAURENT

Samedi 9 mai 2009

LA GRASILHO PLEINE DE PROMESSES...

Tarascon 09 05 029.jpg

Tarascon 12x8.jpgA l’initiative du jeune club taurin Le Loustic (nom du célèbre cocardier des Marquises triple Biou d’Or d’affilé en 1965, 1966 et 1967) la cité du Roy René accueille une course de Ligue de la manade Laurent dont le retour draine une grosse affluence (500 à 600 personnes). Discours d’encouragement et remise de cadeaux avant que ne défile les stagiaires Allam, Chekhade, Favier, Jarroux, Martin et Sanchis suivis des Tarascon trophée.jpgtourneurs Patrice Rado et Tourki. Chekhade à droite et Favier à gauche sont les moteurs de la course bien secondés par Sanchis. Ils sont à l’origine des actions les plus spectaculaires. Allam s’illustre par moments tandis que Jarroux et Martin sont plus en retrait. Sans le précieux concours de la génétique, le sang Baroncellien aurait pu disparaître. Merci à la science et aux manadiers pour cette fabuleuse résurrection d’une noble lignée. Aujourd’hui elle retrouve sa place dans la bouvine avec des «bébés» de trois ans et demi (pleins de fougue, de bravoure, de méchanceté et de tenue de piste) qui n’ont pas laissé insensible les aficionas.


Le 593 (1er) saute mais a aussi des principes même s’il ne force pas l’allure. Le 619 (2e) est un petit taù plein de jus qui se dresse seul sur les gradins, saute, poursuit avec rage et laisse des forces physiques mais qui trouve des ressources mentales pour offrir un final hautement spectaculaire. Le 603 (3e) est bondissant mais dommage que sur la fin il se désunisse. A revoir. Le rapide 634 (4e) est méchant, brame, rugit à se faire saigner la corne. Un très bon spécimen qui lui aussi saute après l’homme.
Le 620 (5e) impressionne. Favier sur la première action y laisse le fond du pantalon tandis que les planches cèdent. Rapide il a lui aussi des dispositions spectaculaires. Le 606 (6e) est vaillant au possible. Coopératif il brille dans les séries. Le 636 (7e) a beaucoup de punch. Agile, il décuple son agressivité par des envolées après l’homme. Le 621 (8e) est démoniaque. Il rentre dans l’arène avec une agressivité folle. Il s’en prend si violemment aux planches qu’on craint qu’il n’y laisse une corne. Furieux, il se coince contre le platane en contre piste. Seuls Favier et Chekhade s’y risquent malgré le danger dans un final très mouvementé.

Tarascon Paul.jpgGeorges Garcin après les nombreux honneurs distribués en piste pouvait à nouveau faire résonner Carmen en l’honneur du retour gagnant de la Grasilho mais aussi pour les jeunes stagiaires volontaires. A l’embarquement, le petit Paul ne manquait pas une miette du retour des nouveaux descendants de la manade vers les prés des Marquises.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Tarascon 09 05 037.jpg

Tarascon 09 05 020.jpg

Tarascon 09 05 013.jpg

*****************

DANGER SUR FAVIER...

Tarascon 09 05 051.jpg
Tarascon 09 05 052.jpg
Tarascon 09 05 053.jpg
****************
LE RETOUR AUX MARQUISES
Tarascon 09 05 105.jpg

10/02/2006

MANADE LAURENT : HOMMAGE A TIGRE

TIGRE, RESTAURE, TRONE
A NOUVEAU AU MUSEE DE MARSILLARGUES

 

f7d1ffe0f20601adde368346c51ff18e.jpgUne des qualités des gens de bouvine est leur extraordinaire attachement  au passé. Ils ont aimé des taureaux, des raseteurs, des manadiers… et leur fidélité à leur égard ne se dément pas avec les années. Au contraire, les souvenirs patinés par les ans, enjolivés par les légendes qui se créent, nimbés du halo de la mémoire sélective, s'entretiennent, se cultivent et se transmettent.

A Marsillargues, les Amis du Musée, depuis 1949, recueillent patiemment les témoignages de la vie et de l'art populaires, petits et grands. Une salle y est dédiée à  la  culture du taureau. Costumes, tableaux, affiches, outils, etc. Et dans ce cocon, végétait le grand cocardier Tigre de la manade Laurent, empaillé, après sa mort en 1974, par Marcel Guillermet et Maurice Brioude.

Une des chevilles ouvrières des Amis du Musée, Noël Daniele (ancien raseteur, tourneur, ex-président des Amis du Musée), préoccupé du vieillissement de l'animal a remué ciel et terre pour le sauver.

7e34dadb30c752b24c2d07198f13a225.jpgEt ces jours-ci, Tigre a été pris en main, notamment par Luc Mézy, ancien raseteur, taxidermiste. Le spécialiste a nettoyé, rapetassé, remis des poils, de la couleur, rajeunit le regard, les naseaux, raffermi le socle, consolidé les sabots. Le fier cocardier, Bioù d'Or en 1959 et 1960, encocardé et porteur de sa devise - blanc, rouge et vert – avec ses bannes impressionnantes, est prêt, à nouveau, à défier le temps.

Noël Daniele caresse avec émotion le robe grise de Tigre : "C'était un grand cocardier, on ne pouvait le laisser mourir à nouveau sans rien faire".

Les grands cocardiers ne meurent jamais – dit-on – et ce sera vrai tant qu'il y aura des hommes pour conserver leur mémoire et transmettre leur fe.


*Le Musée est ouvert le mercredi de 15 h à 18 h, 2 euros gratuit pour les enfants.

  

TIGRE : SA VIE, SA CARRIERE

Il naît en avril 1952 aux Marquises, d'une vache d'origine Baroncellienne Joliette. C'est un des grands descendants de Vovo. Il débute en piste au Cailar en juillet 1955. En 1956, 1957 et surtout 1958, ses prestations à Remoulins, au Cailar, Orange, Bellegarde le font remarquer. Ses enfermées puissantes et ses grandes envolées au-dessus des barrières en font un fer de lance de la manale Laurent.

Les raseteurs associés à son nom sont des figures : Falomir, Soler, Pascal, Canto, San Juan.

1959 est l'année de sa consécration. Il court à Lunel, Châteaurenard, Arles, Beaucaire. Il est élu Bioù d'Or à Arles. 1960 sera aussi triomphale : Arles, Nîmes, Mouriès et le titre à Nîmes. Il court avec la Royale composée de Trompeur, Rascaillon, Bechet, Caraque, Teflon. En 62 et 63, il fait encore partie de la grande Royale avec Pascalon, Ramoneur, Bechet, Pirate, Caraque. Il terminera sa carrière en 1964 à Nïmes.

Tigre vivra tranquille dans les prés des Marquises jusqu'en 1974, sa robe devenant gris-blanc au fil des années.

 

 Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

*Sources :" Le Taureau de Camargue" de René Baranger.