Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/04/2016

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

Samedi 16 avril 2016 - Printemps des Royales

Un vert et blanc nommé Rubicon

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,manade cuillé,course camarguaise

▲ Méric en difficulté devant l'intransigeant Rubicon

Entrée: 2/3 d’arène. Organisateurs: CT Lou Bandot. Présidence: Thierry Cure. Raseteurs droitiers: Bressy, Faure, Félix, Montesinos. Gauchers: Clarion, Méric, Robert, Sanchez. Tourneurs: Arnel, Fouque, Grando.


Dans le cadre du Printemps des Royales, la course de la manade Cuillé a reposé sur la prestation de Rubicon. Et à un degré moindre, Coubertin. Dans l’ensemble le public est resté sur sa faim… Mention doit être faite aux hommes pour leur implication sans temps mort, en parfait respect des taureaux avec un plus cependant en 1re partie à Vincent Félix alors que Christophe Clarion du premier au dernier, semble retrouver ses jambes de vingt ans.

▼ Vincent Félix travaille la ficelle de Campagnol

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,manade cuillé,course camarguaise

Campagnol.- Cinq petites minutes ou avec franchise, il répond sans difficulté majeure. 1 Carmen.
Ventoux.- Plus expérimenté et sans jamais quitter les planches, il se montre présent en poussant ses réactions jusqu’à la limite. Imposant son rythme, il rentre une ficelle avec le disque joué pendant sur une série.
Coubertin.- D’entrée, enferme Félix, anticipe Méric et tape des cornes en conclusion derrière Robert (2) et Clarion. Bien que n’étant pas à l’aise dans la pression, il honore chaque site, en appuyant davantage derrières les gauchers où il se dresse à l’arrivée. 5 Carmen plus rentrée.
Rubicon.- Sans conteste le meilleur en ce jour. Placé, il épie tout ce qui se passe. Vif, il s’engage avec force, en coupant légèrement et avec une corne qui frôle les bras. Méric, dans un raset d’école s’embarque avec lui et lui ôte sa cocarde (10e), Méric remet ça... Avec hargne, Rubicon s’engage dans les séries. Sa course monte en intensité au fil du temps, ne cédant que sa cocarde et un gland. Applaudissements nourris et le disque joué 5 fois le raccompagnent.
Veyron.- Il en a sous le capot. Sans cesser de courir en slalomant entre les hommes, il défend ses principaux attributs 8 minutes. Un peu plus assagi aux ficelles, il va se la jouer dans l’irrégularité. Rentre ses ficelles en silence.
Pavillon.- Un début où il s’impose par son placement et son engagement, certes naïf sur les rasets qu’il conclut au fil des barrières. Mais au fil du temps, a tendance à durcir sa course ou à se montrer attiré par la contre-piste. Retour en silence avec ses ficelles.
Talanquera (hp).- Avec volonté, il va remuer sa grosse carcasse pour honorer chaque site ou séries qui lui seront proposés en venant au bout chaque fois, mais la finition manque. Dommage. 1 Carmen plus rentrée.


CYRIL DANIEL
PHOTOS CYRIL DANIEL ET CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir: Félix, 15 points; Robert, 11; Méric, 9; Montesinos, 5.

10/12/2015

AU DOMAINE DES PAVILLONS

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises

Samedi 5 décembre 2015

Autour de Mignon,
la passion partagée par tous les Cuillé

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises

MIGNON2015.jpgLa famille Cuillé reçoit. Parents, enfants, conjoints, petits-enfants, filles et garçons, tout le monde est là, attentif et concerné. Visite des taureaux, fête champêtre au Mas des Pavillons... en toute simplicité mais rien ne manque. Ni personne.
Les fondateurs de la manade en 1970 Jean-Pierre, Philippe, Bertrand et Françoise ont laissé place à Pierre, Vincent, Benjamin, Amélie... Mais l’esprit reste le même de génération en génération: patience et transmission. Jean-Pierre Cuillé évoque le travail accompli et le cocardier Mignon - le centre d’intérêt de la journée: «Aujourd’hui, ce sont mes enfants et leurs conjoints qui sont à la tête de la manade. Ils ont tous des activités professionnelles mais vivent leur passion ensemble. Tous ont participé à la carrière de Mignon... Et c’est un très bon taureau. Il a eu la malchance d’être Biòu de l’Avenir, en 2010, la même année que Guépard était Biòu d’Or. Puis il a été blessé. Mais il a retrouvé toute sa place en piste en 2014, avec de très bonnes courses. Ainsi qu’en 2015. Le titre de Biòu d’Or 2015 couronne donc une belle carrière plus qu’une saison exceptionnelle».
Patience et transmission
pourraient définir l’élevage
Le créateur de l’élevage portait des remerciements particuliers à la Commission du Trophée Taurin: «Les membres de la commission ont la lourde tâche de désigner le Biòu d’Or. Comme pour tous les jurys, prendre une décision est difficile. Ce qui est certain c’est que vous êtes des afeciouna et que vous avez délibéré en toute intégrité».
La co-directrice du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, Domynique Azéma brossait alors le portrait élogieux du beau Mignon, évoquant: «sa domination, sa maestria, ses anticipations, bref son intelligence», ne manquant pas d’énumerer les cinq Biòu d’Or et quatre Biòu de l’Avenir de l’élevage et rappelant que «derrière ces taureaux, il y a des hommes et des femmes, toute une grande famille...»
manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaisesPierre Cuillé, porte-parole de la génération actuelle, a remercié ses invités: «Aujourd’hui, tout le monde de la bouvine est là. Pour pouvoir célébrer la carrière d’un taureau comme Mignon, il faut qu’il y ait des petites arènes et des grandes». Le manadier élargissait son propos en pointant les problèmes actuels de la FFCC: «Je ne comprends pas pourquoi les acteurs de la course camarguaise sont divisés. Il faut se recentrer sur la Fédé qui nous permet de vivre. Nous devons faire en sorte de maintenir notre culture».
Et devant l’assemblée réunie, l’éleveur concluait par des remerciements aux partenaires et ce vœu qui est allé droit au cœur de Jean-Pierre Gugliermotte et Joëlle Calvet du Team Promotion Midi Libre: «J’encourage Midi Libre et La Provence à perpétuer l’accompagnement de la course camarguaise dans les quotidiens. Nous avons vraiment besoin de vous».

MARTINE ALIAGA

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises


Cinq Biòu d’Or : Rousset en 1981 et 82. Pythagore en 2000. Guépard en 2010. Mignon en 2015.
Quatre Biòu de l’Avenir : Paco en 1978. Rousset en 1979. Le Fri en 1983. Mignon en 2010.

06/10/2015

MIGNON BIOU D'OR

Mardi 6 octobre 2015

Pierre Cuillé évoque Mignon

"Un parcours à l'image de sa vie"

mignon biou d'or,manade cuillé,course camarguaise

Portrait d'un cocardier "régulier, appliqué, sobre..."

mignon biou d'or,manade cuillé,course camarguaiseBelle gueule et physique avantageux, à 12 ans, Mignon amène son 5e Biòu d’Or à la manade Cuillé, après son titre de Biòu de l’Avenir en 2010. « C’est sa neuvième année de piste, et cette récompense que nous avons tous accueillie avec beaucoup de satisfaction, témoigne d’une saison 2015 à l’image de sa vie. C’est un cocardier régulier, appliqué, sobre. Comme il l’a démontré lors de ses six sorties. Des courses pas des plus faciles majoritairement dans de grandes arènes face à une grosse opposition (Mauguio, Le Grau deux fois, Nîmes, Beaucaire, Vauvert où il a chaque fois rentré ses ficelles, NDLR) ». Une valeur sûre donc et ce malgré en 2013, un arrachement des ligaments à la patte : « Ce sont les aléas d’une carrière à rectifier avec du temps et de la patience. Nous l’avons soigné, c’est pas un exploit ! Quand tu es éleveur, il faut se donner les moyens de prendre le temps ». Et la patience a été récompensée remettant en piste un Mignon qui se fait respecter par sa gestion de la piste, ses anticipations.... et son moral de combattant à toute épreuve. C’est bien ce qu’avait décelé son manadier, puisque « Mignon a été étalon et ses fils sortiront l’an prochain ». Quelle meilleure carte de visite qu’un papa Biòu d’Or.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

02/12/2011

PRESIDENTS DE COURSE : AG

Dimanche 27 novembre 2011

UN COUP DE BLUES ET BEAUCOUP D'ESTRAMBORD

B1.jpg

 Le bureau de l'APCC : de g. à d.
Philippe Gibert, Claude Chevalier, Marc Moucadel, Jacques Valentin
Raymond Arnaud.  A droite, Norbert Nesti, représentant la FFCC

Face aux adhérents de l'Association des présidents de courses camarguaises, les membres du bureau ont la tête des mauvais jours. Jacques Valentin vient d'annoncer sa démission du poste de secrétaire;
Au fil de la discussion, débat viril mais correct et très ouvert
Jacques Valentin : "Tout va pour le mieux mais il y a eu quelques dysfonctionnements qui ne me plaisent pas. Je reste dans l'association quand même. Il n'y a pas eu assez de réunions de l'APCC cette année et il il n'y a plus de représentant à la FFCC".
Marc Moucadel, président, se défend : "J'ai quand même participé à quatre réunions du calendrier (fédéral). Je reconnais que cette année, il y a eu dysfonctionnement mais j'ai une activité professionnelle chargée et je me suis investi dans les élections de la FFCC. C'est peut-être une erreur de ma part, je n'ai pas été assez disponible pour l'Asso. Au comité directeur (FFCC), j'ai démissionné  pour une seule raison, on n'a pas voulu m'intégrer dans le bureau fédéral. Et pour cause, il n'y a pas eu de vote. De plus, je n'ai jamais été invité à la FFCC... alors que des points ont été soumis au vote et que j'étais représentant de l'Asso des présidents. Je me suis senti exclu. Je ne suis pas un homme de paille.
Après, il est arrivé une nouvelle équipe, un bureau interimaire où il y a 4 présidents de course. Ces gens-là feront en sorte des défendre les intérêts des présidents".

Norbert Nesti, représentant la FFCC, en tant que vice-président : "On est là jusqu'en 2013 pour rassembler le maximum de monde. On est huit au bureau, on veut faire avancer les choses. Je vous propose une réunion".
Marc Moucadel : "On n'est pas opposé à la FFCC... il y a aussi les autres parties prenantes manadiers, raseteurs..."
Norbert Nesti a mal supporté les T-shirts anti Fédé à la finale : "Il y a une nouvelle équipe, il faut bosser ensemble".
Philippe Gibert : "Pour l'instant, la nouvelle équipe n'a jamais rencontré ni les présidents de course, ni le Trophée Taurin..."
Norbert Nesti : "En ce moment, peu de monde joue le jeu"...
Et la conversation de s'élargir aux adhérents
Le président de course peut-il influer sur la présentation des raseteurs à la capelado ?
Marc Moucadel : "Il faut demander aux organisateurs de gérer les raseteurs..."
La salle réagit : "Les raseteurs se doivent d'être présents à la capelado c'est un signe de respect du public...", "L'éducation doit commencer dans les écoles de raseteurs"..., "Aux capelado de la Palme d'Or et de la finale du Pescalune de Lunel, c'est un comble, ils sont arrivés en vrac", "Il ya des arènes, comme au Grau, où ça se passe bien..."...
Marc Moucadel : "Nicolas Noguera, président des raseteurs (excusé, pour cause de journée des anciens raseteurs à Méjanes) en est très conscient..."

D'autres problèmes sont évoqués : l'encocardement... le rôle des délégués "qui sont là pour noter et faire un rapport en cas de problème et pour vérifier l'arrivée du docteur..".
Et Claude Chevalier, trésorier, de relativiser : "Déjà à Vauvert, il y a 30 ans,  c'étaient les mêmes réflexions...
Eternelle bouvine qui ressasse son passé sans fin et n'en tire jamais les leçons... mais qui toujours est sauvée par l'enthousiasme et la passion de ses parties prenantes et qui, finalement, a foi en l'avenir.
Petit à petit le sourire revient sur les visages et tous de se diriger vers les charrettes pour aller visiter les taureaux. Les taureaux... ceux qui rassemblent.

Texte et photos
Martine ALIAGA

CR du trésorier Claude Chevalier : solde positif 2011, 505€.
L'APCC donne rendez-vous le dimanche 5 février à la manade Allard pour la remise des cartes d'adhérents.
Le remplacement du secrétaire Jacques Valentin se fera en bureau en février 2012

 

3B.jpg

**************

L'ACCUEIL CHALEUREUX ET FAMILIAL DES CUILLÉ

 4B.jpg

L'apéritif "à la cale" sur la terrasse du mas

 

1TAUREAUXbl.jpg

Visite des taureaux

5CUILLE.jpg

La bonne humeur retrouvée

*********************************



08/08/2009

PYTHAGORE OU LA REVANCHE DU VILAIN

PYTHAGORE3.jpgDans les grands classeurs de Pierre, toutes les sorties des cocardiers de la manade Cuillé sont consignées. Et quand on évoque Pythagore, c’est avec bonheur qu’il feuillette les pages à la recherche des 65 courses de ce taureau pas comme les autres. Pas comme les autres ? C’est rien de le dire… il n’y a qu’à le regarder. Une grosse carcasse un rien déguingandée et cette corne droite cassée déviée vers l’œil, l’autre restant dressée. Pas vraiment un éphèbe le biòu !
« Il a été victime des méthodes modernes… le passage au couloir de contention, c’est là qu’il s’est cassé la corne, lors de sa première vaccination, en 1992 », explique Pierre Cuillé. Pourtant dès ses premiers pas dans une piste, en 1994 – aux arènes d’Aigues-Mortes aujourd’hui disparues – « il a marqué mon esprit, c’était un volcan, un hystérique». Vu son physique disgracieux, « on avait un peu honte de le sortir, avoue son propriétaire, les gens rigolaient quand il entrait en piste, en plus il sautait partout, se montrait brouillon… mais toujours avec plus d’envie de se battre que les autres ».
L’heure de la revanche allait bientôt sonner pour ce biòu si laid et si fantasque. En 1997, à Montfrin, « il exécute une course terrible… après, il n’a plus été irrégulier, cela a été le déclic ». Dès lors, le vilain ne sera plus moqué. A la force de son caractère violent et explosif et de son terrible punch, il va gagner sa place dans les grands rendez-vous où ses terribles coups de barrière et ses poursuites au-delà des planches après les raseteurs ou les spectateurs font vibrer le public.
P & R.jpgMéchant, hargneux, bagarreur, « chaque fois qu’il a blessé quelqu’un, il l’a mordu, botté, boxé, fait voler, pas souvent encorné… mais c’était très violent », se souvient le manadier.
La rouste dont a été victime Jean-Claude Jourdan, codirecteur du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence, le 12 mars 2000, dans la contre-piste de Châteaurenard, est encore dans les mémoires. Pierre Cuillé raconte aussi : « Christian Chomel m’avait fait le plaisir en 1996, avant de quitter les pistes, de venir le raseter à Générac, avec Frédéric Durand. Pythagore était encore très brouillon, et Frédéric s’était fait écraser dans les gradins, la main coincée entre la corne tordue et le frontal ». Pas commode le Quasimodo de la course camarguaise !
Pierre Cuillé pioche au hasard des coupures de presse: « 1999, il s’était "escampé" haut au Grau-du-Roi… Nîmes, une envolée jusqu’au boudin derrière Thierry Félix », le Grau en juin « rentre sa cocarde après douze terribles coups de barrière dont huit avec saut ; une rouste à Christian Garrido en août au Grau et une finale du Pescalune gagnée. Ah ! 2000, la consécration avec le Biòu d’Or et 2001, meilleur taureau de la finale du Trophée des As »; 2002, 2003, 2004 « il rentre ses glands à Mauguio, mais aux Saintes en août, physiquement il marque le pas… Et le 24 octobre 2004, il fait une despedida mémorable avec Tristan à Lunel ».
Ainsi au terme de dix ans de piste, Pythagore acquit le respect dû aux grands cocardiers mais en plus il gagna le cœur des afeciouna. Plus jamais de lui on ne se moqua... témoins les applaudissements qui l’accueillaient dès son entrée en piste. C’est la suprême fierté pour ses propriétaires.
Aujourd’hui, à 19 ans, ce fils de Saintois n’a d’autre souci que de déguster sa luzerne et les granulés de sa "gamate", malgré quelques rhumatismes et surcalcifications vestiges de ses frasques passées.
Ces derniers temps, Renoir s’est refait la santé en sa compagnie et a profité de son régime privilégié. « On ne peut plus le laisser avec les autres taureaux. Ici, il est bien, le pays est sec même l’hiver, l’été il y a de l’ombre. On le respecte et puis ça fait plaisir de l’avoir tout près ».
Dans les grands classeurs de Pierre, Pythagore étale ses victoires et ses trophées mais c’est de l’émotion et même de l’affection qui transparaissent quand le manadier évoque son disgracieux et formidable  barricadier.


Martine ALIAGA
Photos Luc PERO