Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/12/2016

AMERBCC *AG DES MANADIERS*

Mercredi 30 novembre 2016


La Raço di biòu aux Marquises

manadiers raço di biou,course camarguaise

Jacques Mailhan, président, Marie-Pierre Callet
élue des Bouches-du-Rhône

Patrick Laurent


Entre protection des taureaux et nouvelles réglementations sanitaires, une matinée de travail studieuse pour les éleveurs.
La salle des Biòu d’Or de la manade Laurent, si chargée d’histoire, accueillait, mercredi passé, l’assemblée générale de l’Association des manadiers éleveurs de la Raço di Biòu pour courses camarguaises sous la présidence de Jacques Mailhan. Grand nombre de ces professionnels avaient fait le déplacement pour suivre les différentes interventions et faire part de leurs problèmes au quotidien. Jacques Mailhan ouvrait la matinée en saluant « d’une manière générale la bonne tenue des courses en 2016 et félicitant les heureux propriétaires de Mignon Biòu d’Or (manade Cuillé) ; Marengo Biòu de l’Avenir (Vellas), du trio de taureaux vainqueurs du Trident d’Or (Gillet) et Octopussy Cocardière d’Or (Chapelle) ».
Le président listait ensuite les sujets problématiques de la profession : les aléas financiers de la FFCC, la parution de l’arrêté ministériel IBR (rhinotrachéite infectieuse bovine), l’instruction complexe des dossiers PAC, des trésoreries difficiles à maintenir à l’équilibre, la crise de la viande... Florence Clauzel, en charge de la commission finance fédérale, rendait compte du travail de l’équipe en place depuis février, qui a épongé la dette, remis les comptes de fonctionnement à l’équilibre et travaille sur la pérennisation de l’institution.
Le temps ensuite d’enregistrer les demandes des manadiers pour la prochaine saison des courses dans l’optique - voire l’urgence - de protéger les cocardiers qui doivent défendre leurs attributs en piste face à des raseteurs doués et toujours plus sportifs (lire ci-dessous).

manadiers raço di biou,course camarguaiseLes dossiers PAC et IBR ont tenu une large place dans les débats. Sébastien Attias, directeur du GDS des Bouches-du-Rhône, a éclairé, de toute sa connaissance et avec la passion qu’on lui connaît, ces dossiers difficiles. Notamment la demande par le GDS d’aménager l’arrêté IBR, pour les manades et ganaderias, par un protocole vaccinal alternatif (le vaccin IBR délété). Possible mais contraignant et coûteux. « Pour le 13, représenté ici par l’élue du département Marie-Pierre Callet, les éleveurs vont être aidés, a expliqué Sébastien. Aux manadiers du Gard et de l’Hérault de faire le point et solliciter leurs élus aux Départements ou à la Région, les chambres d’Agriculture, le préfet, les syndicats... » Une intervention applaudie par les manadiers.

Le volet viande AOP taureau de Camargue a permis à Olivier Roux (abattoirs Alazard et Roux) de vanter la bonne tenue de l’AOP face à la viande classique malgré les difficultés des abattoirs en règle générale : «la vente directe se porte bien et le taureau Camargue bénéficie d’une bonne image». D’où des discussions sur l’extension du périmètre de l’AOP.
Agriculture, élevage, finances, viande... les manadiers ont passé en revue toutes les facettes de leur métier. Et leur président de conclure : « Je formule le vœu que nous arriverons encore une fois à surmonter les différentes crises qui peuvent fragiliser temporairement notre métier mais qui n’arriveront pas à ébranler notre passion commune ».


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Parmi les demandes des manadiers à la FFCC :
Catégories Ligue, Avenir, As, primer un attribut après l’autre.
Ligue : toutes les pistes, 6 stagiaires et 2 tourneurs.
Avenir : toutes les pistes, 7 raseteurs, 2 tourneurs. 12 minutes de courses pour les taureaux de moins de 7 ans.
As : toutes les pistes, 8 raseteurs, 3 tourneurs.
Trophée Taurin : les points comptés aux raseteurs du groupe 2, uniquement aux courses aux As.

manadiers raço di biou,course camarguaise

**************************


x

11/12/2014

ASSOCIATION MANADIERS DE LA RACO DI BIOU

Jeudi 11 décembre 2014

Les manadiers au pays de Virat

MANADIERS2.jpg

 La parole a été libre, lors de cette assemblée des manadiers de la Raço di biòu, hier, à la manade Nicollin. Et le président Jacques Mailhan, s’en est réjoui : « Il y a eu une bonne ambiance de travail, et toutes les composantes de la course camarguaise nous ont rejoint en fin de matinée, que ce soit la FFCC, le Trophée Taurin, les raseteurs... ». Propos repris par Gérard Batifort, président de la FFCC et Lucien Palix, secrétaire : « Il y a des bonnes volontés partout, on peut discuter. Depuis un an et demi, on arrive à tous se réunir et ça c’est déjà important » ainsi que par les directrices du Trophée Taurin Julie Zaoui et Domynique Azema: « Il faut travailler tous ensemble »...

Mais avant ces conclusions, Sébastien Attias, directeur du GDS (Groupement de défense sanitaire) et intervenant pour la Chambre d’Agriculture, avait largement expliqué la future PAC qui, par les subventions allouées, aide les agriculteurs et les éleveurs. « Les dossiers à établir sont tellement compliqués qu’il nous faut l’aide de techniciens. S’il y a des erreurs, les primes peuvent être supprimées mettant en danger l’élevage », explique Jean-Pierre Clauzel.

La crise économique frappe aussi les éleveurs

« La crise actuelle est ressentie par toute la profession qui vit une période difficile, complète Jacques Mailhan, et les primes nous sont indispensables même si cela ne valorise pas notre travail. Nous préférerions que nos locations de taureaux soient suffisantes, mais même si certains organisateurs font des efforts, les prix n’ont, dans l’ensemble, pas augmenté depuis des années ».

Autre sujet d’importance de cette matinée de travail, la protection des jeunes cocardiers. « Les taureaux de 7-8ans sont très souvent rasetés au Trophée de l’Avenir par des raseteurs confirmés. Nous aimerions que les points ne soient comptés que pour les jeunes raseteurs que ce soit au Trophée Taurin ou pour les trophées locaux. Cela enlèverait la pression sur nos taureaux ».

Bien sûr le problème récurrent des tourneurs a été évoqué : trop nombreux, mauvais comportement... Tout comme les blessures des cocardiers, « très nombreuses cette année », selon le comptage de la FFCC. Jacques Mailhan : « Il est inadmissible qu’on blesse les taureaux, mais en contrepartie, il ne faut pas encocarder de trop, ça ne sert à rien ». Les raseteurs présents (Loïc Auzolle et Icham Fadli) promettent que samedi, lors de leur assemblée générale, ils sensibiliseront les raseteurs sur ce problème.

Des courses de promotion pour tester de jeunes taureaux

Quant aux présidents de course, il leur est instamment demandé d’appliquer le règlement fédéral notamment dans les grandes courses où, souvent, les manadiers notent que les mauvais comportements ne sont pas dénoncés. La Fédération organisera d’ailleurs une réunion avec les speakers des arènes.

Une nouveauté : la création avec la FFCC de courses de promotion pour permettre aux éleveurs de tester les taureaux de plus de 6 ans, trop vieux pour les Ligues et pas assez aguerris pour les autres courses. 20 sont d’ores et déjà programmées en 2015, hors week-end, fériés, ni juillet-août, ce qui permettra de passer en revue 160 taureaux. Des courses spécifiques dont le déroulement sera prochainement affiné (raseteurs, tourneurs, etc.)

Il ne restait plus qu’à poser devant la statue de Virat qui trône à l’entrée du Mas d’Anglas avec une superbe vue sur le Vistre et les marais alentours.

 

MARTINE ALIAGA

 

manadiers raço di biou,courses camarguaises

 

De droite à gauche : Sébastien Attias du GDS, Olivier Blanc (manade Blanc), les manadiers Robert Michel, J.-C. Blanc, Sophie Chapelle-Brugeas, Jacques Mailhan, le président FFCC Gérard Batifort, les manadiers Frédéric Bon, Guillaume Linsolas, Patrick Laurent, Frédéric Raynaud, Emmanuel Lescot, le secrétaire fédéral Lucien Pallix.

************

13/12/2013

AG DES MANADIERS RACO DI BIOU

Vendredi 6 décembre 2013

Valoriser les manadiers "naisseurs"

Les éleveurs de taureaux de la Raço di biou restent vigilants quant à la déontologie, la responsabilisation et l'éthique de leur profession.

manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaise

Ambiance détendue entre les manadiers après une matinée en assemblée générale

Faire courir “cornes nues” uniquement les cocardiers nés et élevés dans sa manade, ce sera bientôt la seule possibilité pour les manadiers de course camarguaise, l’achat et la vente de bêtes restant libre. Porté par Jean-Pierre Clauzel au sein de l’Association des manadiers de la raço di biòu, le projet a mis quelques années à mûrir et à se concrétiser pour aujourd’hui envisager la date d’application en janvier 2015.

Pour cela il a fallu modifier et dépoussiérer le règlement intérieur. Se mettre en adéquation avec l’autre association de manadiers, l’AETCC (tout aussi convaincue du bien fondé de ce changement et y travaillant également depuis plusieurs années), et avec la Fédération française de la course camarguaise qui établit les licences de manadier et donc de tout nouveau candidat. Cette dernière, par son président Gérard Batifort, se montrant tout à fait favorable à ce nouveau dispositif.

« S’entendre et parler d’une même voix, résumait Jean-Pierre Clauzel, pour valoriser le métier de “naisseurs” et d’éleveurs de taureaux ». La modification de l’article 5 (lire ci-dessous) du règlement des manadiers de Raço di biòu a donc été l’élément majeur du rassemblement des éleveurs vendredi dernier sur les terres de la manade Raynaud au Grand Radeau.

L’autre sujet d’échanges - récurrent celui-là - est la protection des taureaux jeunes « qui ne devraient être rasetés que par de jeunes raseteurs », on parle là des courses à l’Avenir. Sujet qui touche à la quadrature du cercle taurin car amenant maintes questions. Jusqu’à quel âge un cocardier doit-il être protégé ? Tous les taureaux ne sont pas mature à une date donnée... Quel organisateur ne proposerait à l’affiche que de jeunes éléments en blanc et en noir ? Le public suivrait-il ? La discussion reste ouverte et petit à petit fait son chemin dans la tête de tous les observateurs ou parties prenantes de la course camarguaise. « Je ne donne pas de règle, juste le doigt sur le problème mais en général jusqu’à 7 ans un taureau doit être protégé, explique Jacques Mailhan poursuivant, Il manque aussi des courses pour les taureaux jeunes. Comment peuvent-ils apprendre leur “métier”. Pour faire de bons cocardiers, sauf exception pour les surdoués, il faut les faire courir souvent... ».

Reste que l’état sanitaire du bétail, après les efforts d’assainissement de ces dernières années, est satisfaisant, même si la vigilance est toujours de mise ainsi que l’a rapporté le directeur du GDS des Bouches-du-Rhône, Sébastien Attias.

L’aide du Conseil Général des Bouches-du-Rhône et de la MSA 13 est bienvenue pour permettre l’acquisition de couloirs de contention facilitant la tâche des manadiers et des vétérinaires lors des manipulations des taureaux.

Au final, une assemblée générale « formelle dans un climat serein » pour des avancées qui ont fait l’unanimité.

 

MARTINE ALIAGA

 

Les anciens mettent l'ambiance

manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaisePrenez Albert Chapelle, Pierre Aubanel, Jacques Blatière, Henri Laurent et Marcel Raynaud... Et que l’un d’entre eux - Bébert bien sûr le premier - prenne la parole pour un poème et entonne “Le chant des gardians”, tout cela parsemé de bons mots... Alors chacun des anciens de se lever pour raconter la sienne. manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaiseL’assemblée attablée est “tout ouïe” sur des histoires de vaches qui “portent” 7 ans, de chroniqueur qualifié d’âne par Fernand Granon, de veau perdu/trouvé, de gazes rocambolesques... rapportées avec délectation par ces conteurs-nés. L’auditoire jubile et l’ambiance est au rendez-vous.

Serait-ce la quiétude de ce lieu protégé du Grand Radeau et de ses habitants les Raynaud... une certaine sérénité et beaucoup de bonne humeur ont présidé à cette journée entre éleveurs.

 

En détail

Création : l’association des manadiers éleveurs de la “Raço di Biòu” a été créée en 1954.

Le bureau : président : Jacques Mailhan. Trésorier : Jean-Claude Blanc. Secrétaire : Sophie Chapelle-Brugeas. Ne se représentent pas : Magali Saumade, Eugène Guyot, Pierre Cuillé. Entrants : Olivier Blanc, Guillaume Linsolas, Emmanuel Lescot. En début d’année prochaine, le bureau se réunira pour établir les tâches de chacun.

Article 5 - Achat-Vente : la vente ou l’achat de bêtes est totalement libre, toutefois ne pourront courir en pointe que les animaux bouclés et marqués de l’élevage du propriétaire. L’essai de vaches reproductrices ou autres pourra se faire dans des courses d’emboulés, ainsi que pour les mâles reproducteurs. Toutefois les manadiers ayant acheté des taureaux à des tiers avant le 1er janvier 2014, pourront les faire courir jusqu’à leur retraite.