Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2017

MANDUEL *AVENIR/ESPOIR* TRIDENT D'OR (1re série)

Course du dimanche 9 avril 2017

Le Grand Salan supérieur !

manduel,trident d'or,grand salan,course camarguaise

Kaddour du Grand Salan sur Fouque

Entrée : 200 personnes. Org Ctpr le trident President de course Dijon Joel. Raseteurs droitier : Pradier , Maurel , Marquier Fouque. Gauchers : Ferriol , Mateo , Zbiri. Tourneurs : Ruiz , Duran , Dumas

Pour cette 1re série du Trident d'Or, les spectateurs se retirent satisfaits. Avec un ensemble agréable où Hegoak et Kaddour font la différence, la manade du Grand Salan obtient 131 points. Elle devance la manade Lautier 129.5 et la manade de L'Amarée 112 points. Chez les hommes, Fouque se montre spectaculaire et Zbiri adroit.

COLIBRI (N.120, L' Amarée ).- Mobile, promène les hommes, prend les cites en baissant la tête. Il ne trouve pas sa place et gagnerait à se fixer. Quelques évasions et rentre ces ficelles.

DOMINO (N.042, Lautier).- Prend position au toril , et se montre complexe dans son approche, surveille et ne vient que sur les cites consentis. Manquera de travail soutenu. Enferme Fouque et dirige sa course avec fermeté. Fouque encore lui se fait peur. Domino gardera ses glands. Pas facile. 1 carmen

HEGOAK (N.026, Grand Salan ).- Plus coopératif, vient volontiers sur les attaques en donnant de la corne. Allonge de belles séries où, vaillant, il se donne sur Fouque, Matéo, Zbiri pour un bon final. Les ficelles au toril, 9 Carmen plus retour. A revoir !

KADDOUR (N.235, Grand Salan ).- Petit largué, c'est un bébé , mais quelle hargne ! Fouque sort le grand jeu, toutes les actions sont finies à la planche cornes criminelles. Un temps de répit et ça repart... Un régal. Conserve ses ficelles. 6 carmen plus retour et les bravo !

MISTRAL N.118, LAmarée ).- Se donne bien dans les rasets courts mais se montre intermittent dans son travail. Placé au toril, les hommes hésitent. Quelques séries bien finies pour 11'30 de course. 2 carmen.

MITRON (N.043, Lautier , pour 12 mn).- Vif se tourne comme un chat, donne de la corne . Grosses séries. Zbiri prend des risques pour la 1re ficelle, Fouque dans les cornes en catastrophe. Du sang à revendre chez ce bon élément ! 7 Carmen plus retour.


Texte et photo
VENTADOUR



Trophée de l'Avenir/Espoir : Zbiri, 9 points ; Mateo 5 ; Fouque 5.

02/12/2016

COMITE DU TRIDENT D'OR *ASSEMBLEE GENERALE*

Dimanche 27 novembre 2016, Manduel

Belle affluence
pour l'assemblée générale

BLOGTRIDENTDOR.jpg

Tirage au sort des courses des 1res séries par Christian Vallat,
Jean-Paul Marteau, Monique Gimenez et les quatre chapeaux


BLOGDRAPEAU.jpgFort de ses 59 ans d’existence et des multiples et grands cocardiers qui ont fait leurs premières armes en son sein, le Trident d’Or poursuit sa tâche sous l’emblème inscrit sur son drapeau “Union, solidarité, amitié”. En ce dimanche d’assemblée générale, le Comité s’inscrit dans le respect de son passé et des hommes qui l’ont forgé. Hommage rendu à Bernard Gimenez (son président décédé), et à ceux qui poursuivent la tâche, dont son épouse Monique, présidente du CT de Manduel et donc hôtesse des lieux en ce jour.
Après les félicitations de Jean-Jacques Granat maire de Manduel, Jacques Mailhan, président FFCC, lui, remerciait Christian Vallat du travail ingrat mais efficace qu’il mène à la FFCC et à la présidence du Trident d’Or pour « ces courses indispensables à la tauromachie camarguaise ». Christian Vallat, en préambule, rappelait que le CT Le Trident de Manduel avait adhéré à cette compétition en 1961 et qu’il en organisera la finale en 2017 pour la 4e fois.
Jean-Paul Marteau, secrétaire, évoquait la saison 2016 où - c’était la nouveauté - trois manades (au lieu de 2) par course étaient en lice permettant ainsi de faire courir 27 élevages. Et de rappeler que la manade Gillet sortait vainqueur de la finale face à Espelly-Blanc. Pécoulié de Lautier remportait la coupe des manadiers du Trident d’Or et Chardon du Rhône, celle des Espoirs, les Révélations allant à Provençal de Navarro.
Pour 2017, trois arènes supplémentaires se proposent : Fontvieille et Pernes pour les courses de 1re série, Bellegarde pour les 2e. Et si l’âge des cocardiers qui concourent ne change pas (5, 6, 7 ans), l’ordre de sortie (1re série) varie quelque peu. Les raseteurs en lice pour le Crochet d’Or (groupe 3) recevront toujours des points de bonification supplémentaires même si la saison passée, peu d’occasion ont été données pour les octroyer.
En conclusion, Christian Vallat en revenait aux fondamentaux : « Le Trident d’Or est notre combat avec les clubs taurins dans la solidarité et la foi dans le maintien de nos coutumes ». A voir le nombre de manadiers et d’organisateurs présents dans la salle, ce maillon fort de la course camarguaise a de beaux jours devant lui.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


LES 1res SERIES 2017
2 avril, Cavaillon : Fournier, Chauvet, Thibaud
9 avril, Manduel : L’Amarée, Lautier, Grand Salan
15 avril, St-Etienne du Grès : Les Baumelles, Allard, Raynaud
16 avril, Fontvieille : Lou Pantaï, Saint-Pierre, Navarro
17 avril, St-Rémy-de-Provence, Le Rhône, La Galère, Brestalou
23 avril, Caissargues : Gillet, Le Ternen, Ribaud
9 mai, Vallabrègues : Mermoux, Blanc-Espelly, Caillan.
14 mai, Pernes-les-Fontanes : Lagarde, Plo, Joncas
21 mai, Cabannes : 1 manade à désigner, Nicollin, Blanc
3 juin, Saint-Andiol : Guillierme, Saliérène, Richebois


RECOMPENSES
Meilleur taureau des 1res séries : remis par Monique Gimenez, à Chardon de la manade du Rhône
Prix de la fidélité : avec 53 participations depuis 1960, à la manade Espelly-Blanc, vainqueur en 1965, 75, 85.
54 participations depuis 1963, manade Chauvet, vainqueur en 1974, 76, 83, 84, 89, 91, 2000. 55 participation depuis 1963, manade Ribaud, vainqueur en 1971, 79, 82, 86, 88, 90, 2007, 2013. 58e participation depuis 1950 à la manade Guillierme, vainqueur en 1962, 64, 69, 78, 92, 99.

BLOGRIBAUD.jpg

Christian Ribaud récompensé pour les 55 participations
de la manade au Trident d'Or

31/08/2016

MANDUEL *AVENIR*

Course du mardi 30 août 2016

Attila et Saint-Omer corsent les débats

manduel,course camarguaise

Saint-Omer et Joey Deslys

Entrée : 1/4 d’arène. Org. : CT Le Trident. Président : C. Privat. Raseteurs droitiers : Marquier, Sanchis, Maurel, Chig. Gauchers : Deslys, Ferriol, Zbiri. Tourneurs : Moulin, Sagnier, Cuallado, Dumas.


Cette dernière course du CT Le Trident se suit agréablement même si le rythme des hommes n’est pas constant. Mais quand les difficultés arrivent, on peut compter sur Marquier, Ferriol et le jeune J. Deslys. Attila et Saint-Omer apportent leur lot de difficulté, l’ensemble tient la route.
Apache (Raynaud).- Se jette rageusement à la poursuite des blancs et peut taper droit devant. Volontaire et bien en place, garde du punch jusqu’au terme de ses 10 minutes. 2 Carmen et retour.
Attila (Les Baumelles).- Il est sur l’œil, menace de ses cornes “bisques” et de par sa vitesse. Les expérimentés Marquier et Ferriol s’investissent aux ficelles, Attila pousse jusqu’au ras des planches ou oblige à dévier. Et quand il se place, c’est lui qui dicte sa loi. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Hermès (La Galère).- Souvent un peu décalé, il se livre franchement, offrant son frontal. Epouse le rythme des raseteurs dans des séries menées comme un métronome. 9 minutes agréables. 3 Carmen et retour.
Lansac (Fournier).- Beaucoup de fougue pour de longues et belles séries. S’investit dans chaque cite et ne dit jamais non. Multiplie les enchaînements, fait l’effort après Deslys défendant sa 1re ficelle jusqu’à la 11e. Retrouve du jus pour défendre la 2e, qu’il rentre avec mérite. 3 Carmen et retour.
Saint-Omer (Lautier).- A grandes foulées, il ramène les blancs aux barrières. Sans se poser, il tient pied à tout en se jetant au départ (encore plus à gauche) et en tenant la distance. Quand il se cale, c’est une autre histoire, les candidats ne se pressent pas. Marquier déclenche une grosse série où Saint-Omer mestrège pour 11 minutes les rubans. Tient les hommes en respect et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Moustache (Guillierme).- Il a pris du physique, de la tenue de piste et du coffre depuis son baptême l’an dernier dans ces arènes. Dommage qu’il soit raseté par à-coups car, bien emmené, il va au bout (Chig, Ferriol, Deslys), passe la tête au-dessus ou envoie la corne (Maurel). Tient sa ficelle jusqu’à 13’30 et l’autre une minute plus tard. 6 Carmen et retour.


M. A.
PHOTO GEORGES MARTIN


Trophée de l’Avenir : Zbiri, 19 ; J. Deslys, 8.

22/08/2015

MANDUEL JOURNEE ET COURSE *AVENIR*

Vendredi 21 août 2015

A côté des arènes
la salle porte le nom de Bernard Gimenez

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaise

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaiseUne journée placée sous le signe du souvenir et de la reconnaissance envers un homme qui s’est dépensé sans compter pour son village, son club taurin et la bouvine au sens large du terme. Vendredi, en son fief de Manduel, Bernard Gimenez a été honoré en tant que président du CT Le Trident et du Trident d’Or, postes qu’il a tenus jusqu’à son décès le 14 juin 2014. Famille, amis, municipalité, gens de bouvine, manadiers, raseteurs... tous réunis par Monique et son équipe. L’épouse de Bernard ayant repris le flambeau et la présidence du club taurin. En fin de matinée, la salle proche des arènes dévoilait une belle expo de documents, souvenirs  et photos retraçant les grands et les petits moments... des tranches de vie, des petites bulles de bonheur.

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaiseSur le parvis, sous la plaque honorifique,, Arlésiennes, peña, et proches réunis ont apprécié parmi les discours - dont celui de Jean-Jacques Granat, maire, et Christian Valat, président actuel du Trident d’Or - l’hommage rendu par Monique Gimenez à son époux. Emouvant ! Et le portrait du débonnaire président bien croqué dans les différentes prises de parole : fort en gueule, passionné, le cœur sur la main... L’activiste de la course camarguaise a écrit de belles pages, désormais, son nom est inscrit dans le marbre. Cette ambiance familiale et chaleureuse ne pouvait engendrer qu’une jolie histoire :    Thibaud, le petit-fils de Bernard,  avait demandé à la manade Guillierme de baptiser un taureau “Moustache” en souvenir des célèbres bacantes de son papé. Le jeune cocardier foulait le sable de la piste, l’après-midi même, pour sa première sortie au Trophée de l’Avenir au 2e Souvenir Bernard-Gimenez. Il paraît que Thibaud avait la pression...

Textes et photos
MARTINE ALIAGA

*****************

Coquillon et Méric
en l'honneur de Bernard Gimenez

 MANDUELCOQUILLONPHMALI.jpg

Déchaussé, déséquillibré par Coquillon
 Marvin Méric frôle le pire

 En hommage à Bernard Gimenez, président du CT Le Trident manduelois et du Trident d’Or jusqu’à son décès en 2014, la journée toute entière lui a été dédiée (nous y reviendrons prochainement). Ambiance familiale et amicale qui s’est étendue jusqu’en piste, l’après-midi, où chacun a fait du mieux qu’il pouvait. Pour les raseteurs, le jeune Méric paye de sa personne, Marquier et Maurel assurent dans une équipe coopératrice. En noir, après un Cortès, redoutable premier, c’est Coquillon qui s’octroie les faveurs – méritées – du jury. Le jeune Moustache de Guillierme, baptisé par Thibaud, petit-fils de Bernard, en l’honneur des célèbres « bacantes » de son papé, fait pour l’occasion ses premiers pas à l’Avenir.

Cortès (Les Baumelles) affiche une vivacité dissuasive et des velleités jusqu’aux planches. Il déjoue les tentatives en serrant de près les candidats aux attributs. S’il n’a pas un placement exemplaire, son implication dans les poursuites est total et dangereux, cornes méchamment pointées. Rentre sa cocarde et aurait dû entendre la musique.

Caiffa (Saint-Pierre).- Il se livre franchement et ses réponses sont plus abouties quand il se tient dans les planches (Carmen). De jolis enchaînements et un peu de retenue pour une ficelle rentrée.

Barjolais (Blanc).- Toujours disponible, il enchaîne avec vivacité. Vaillance et volonté sont ses qualités. Marquier, Méric allongent les trajectoires pour 10 minutes bien rythmées. 4 Carmen et retour.

Moustache (Guillierme).- Le jeune cocardier se prête au jeu pour, d’entrée, une série endiablée. Les hommes en prennent la mesure, lui se livre avec cœur jusqu’au ras des planches. Bravet, pour son premier test à l’Avenir, il ne demande qu’à progresser. 1 Carmen et retour.

Coquillon (Lautier).- Alerte, attentif, il se jette sur tous les rasets et sa vitesse impressionne. Méric s’implique dans de beaux cites, Coquillon aux trousses. Quiché à la planche et déséquilibré par la corne dans son dos, Marvin chute en contre-piste (contusions, mais pas plus). Du coup Coquillon passe la surmultipliée pour de chaudes poursuites. Séries de feu pour le 2e gland levé à la 13e. Garde son pétard jusqu’au bout et rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Gabier (Lagarde).-  Ce jeune élément a du peps, du placement, mais perd son punch au fil des minutes. Encore vert, il se fait fugueur et un peu réticent mais fuse encore après Ferriol. Les blancs ont bien travaillé et temporisent. Gabier, a besoin de mûrir et rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

M.A.

 

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaise

 

Trophée de l’Avenir : Méric, 14 points.

2e Souvenir Bernard-Gimenez : Marvin Méric et Coquillon de Lautier.

22/03/2009

MANDUEL : JOURNÉE BRIAUX

Samedi 21 mars 2009

MANADE BRIAUX, UNE FAMILLE DE COEUR

BRIAUX.jpg

Deux frères, la famille autour, des amateurs motivés et choyés... A la manade Briaux, c'est toujours le coeur qui parle en premier. Et ce n'est pas Claude, ému aux larmes, en recevant cadeaux et fleurs du comité des fêtes de Manduel  et des proches, gardians et amis, qui dira le contraire, lui qui confesse : "Mon frère, il a monté la manade pour moi". Lucien... l'homme de l'ombre, qui couve tout son petit monde, attentif mais sans jamais vouloir se mettre en avant. Et ils ont tout fait les deux frangins pour que samedi, avec le concours des Manduelois, la fête des 10 ans de la manade soit complète : abrivado, apéritif, repas, course, bandido. Et si Lucien avoue "les dix premières années ont été difficiles", nous leur souhaitons que du bonheur pour les dix prochaines et les suivantes...

ALÉSIEN ET GALLICIANAIS
IMPRESSIONNANTS

ALESIEN.jpg 2.jpg
ALÉSIEN - N. Benafitou

Sortir une complète après dix ans seulement d'existence n'est pas évident. Pourtant les Briaux ont présenté, samedi, une course qui a tenu la route pour finir en apothéose. Sous la présidence de Cyril Daniel, huit raseteurs se présentent à la capelado entre les Arlésiennes de  "La flour de Camargue" et les gardians : Noguera, Gros, Garcia, Jockin à droite ; Errik, Sabde, N. Benafitou et Oleskevich à gauche, plus Bensalah, F. Garrido et S. Sanchez. Un groupe qui a fonctionné sans problème, souvent surpris par l'agressivité des taureaux, et duquel Nabil Benafitou ressort pour ses rasets propres et engagés, notamment avec les deux derniers Alésien et Gallicianais.

Alésien (5e, 11 ans) confirme tout le bien aperçu à Nîmes pour le Téléthon. Cocardier vigilant et puissant finisseur. Placé rigoureusement, il  choisit son terrain, ne se laisse pas emberlificoter, honore trois rasets et se replace. Il surveille tout, ses enfermées surtout à gauche sont redoutables et de toute beauté. Nabil Benafitou, courageux, est son meilleur partenaire ; Oleskevich se met en danger. Le disque tourne à plein régime. Superbe ! Les ficelles au toril. Alésien peut passer sans problème au plus haut niveau.
Le tau d'Argent de Saint-Rémy (2007), est toujours aussi beau, aussi explosif. Il fait le vide  en piste jusqu'à ce que Nabil, encore lui,  "parte au charbon" et Gallicianais (7 ans) de le bombarder à six reprises ; Gros se fait enfermer puis violemment catapulter tout comme Sabde après qui il fracasse les planches. Seule la cocarde du tau sera coupée - par Nabil - pour un final en fanfare.

Avant ces deux vedettes, Nîmois (4e, 5 ans) laisse présager de belles qualités. Attentif, il se livre poussant à la planche après les hommes pour 11 minutes pleines de promesses. Languedocien (3e, 8 ans), malgré quelques sauts, quand les hommes l'intéressent, il poursuit jusqu'au bout (Sabde, Jockin, Noguera, Garcia) n'hésitant pas à taper à la planche en 11 minutes. En premier, Marquis, 9 ans, ne laisse rien sans réponse avec une pointe de vitesse jusqu'à la planche pour 6 minutes. Quand au jeune TGV, deuxième, à quatre ans, il se laisse encore distraire et doit prendre le temps de mûrir.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

GALLICIANAIS le porte-drapeau de la manade.

GAL 1.jpg
GAL 2.jpg
*****************
DSC01940.JPG
DSC01938.JPG


 

02/05/2008

MANDUEL 2-05 * Avenir *

TRIDENT D'OR 1res SERIES

MANADE LAGARDE 195 points
MANADE GILLET 188 points

d8dff869c6a4ce856143bf85f9fc3c77.jpg
CHRYSAOR coinçe le pied de Ayme
db5e78c7e3087601908f3e42e4ce7988.jpg
CHRYSAOR sur Four
04f21be45a638b337e4392d8eda598c1.jpg
PROMETHEE avec Ferriol
21f80480ddcc420c9bcfe6df04bc36fc.jpg
PROMETHEE et Ayme
8d1944fc350af587e2eb0976388d63d7.jpg
THEMIS se soulève aprés Four

Sept raseteurs: Ayme, Bruschet, Bournel (sort au 4ème) à droite. Ferriol, Four, Mebarek, Sabde (sort au 5ème)à gauche. Quatre tourneurs: Artal, Labrousse, Martinez, Rouveyrolles.

Meilleurs taureaux de la course: THEMIS, BARON de Gillet - CHRYSAOR, PROMETHEE de Lagarde.


Luc PERO