Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2009

VISITE CHEZ " L'ARTISAN MANADIER "

 

POUR LE PLAISIR... ♫ ♫ ♫

APIS.jpg
APIS le taù de la manade.
CRESPIN.jpgIl se définit lui même, comme un artisan de la profession. Henri Gibert le pélot de la manade du Brestalou (une S.C.E.A) opère sur un petit domaine, avec un petit effectif en nombre de têtes, pas de structures pour accueillir et commercialiser son élevage, pas d'activités taurines autres que la course camarguaise. Le but de l'entreprise est simple: une sélection rigoureuse, calculée, réfléchie pour obtenir les meilleurs résultats, afin de présenter des cocardiers et des cocardières au meilleur standard possible. "Si rien n'est fait au hasard, il faut être patient, observateur, persérant, et avoir une grande passion..." nous confie-t'il ! Ensuite il est certain que Mère nature est là pour mettre ses barrières et apporter ses lots de surprises. Depuis la création de la manade les satisfactions n'ont pas manqué avec des vaches tout d'abord: FLORETTE (cocardière d'Or 2000), FUGUEUSE, OLYMPE, EMERAUDE pour n'en citer que quelques unes. Mais aussi avec les taureaux: VENEUR, MAZEL et surtout MONTVERT qui a quelque peu bousculé les données pré-établies. Aujourd'hui ce sont trois heureux retraités, par le mauvais sort pour MONTVERT qui a dû hélas abréger sa carrière pour des ennuis osseux. Mais APIS, RABOLIOT, TYPHON sont là pour défendre les couleurs (Noir, blanc, bleu), avec les jeunes pousses CRESPIN (photo çi-dessus), JAFFAR, PHARAON, ZEUS etc.
Henri est confiant pour l'avenir et continue à travailler en chantant  sûrement: "Pour le plaisir ♫ ♫ ♫" car c'est sa motivation principale !
Texte et Photos Luc PERO
MONTVERT 2.jpg
MONTVERT
PHARAON.jpg
PHARAON
ZEUS.jpg
ZEUS
EMERAUDE et FLORETTE.jpg
EMERAUDE et FLORETTE deux retraitées au soleil...
VEAU.jpg
Première naissance 2009... un mâle !

06/05/2008

MONTVERT AU REPOS...

3ccda301e100c7533a72eb13f6fe8e9f.jpg
MONTVERT

 

Repos forcé pour MONTVERT le cocardier vedette de la manade du Brestalou. Suite au réveil d'une ancienne blessure aux vertèbres, le taureau de la manade du Brestalou sera absent des pistes pour six semaines au moins.
Il sera donc absent du concours Lunellois, du Lundi de Pentecôte. Il sera bien difficile aux organisateurs de trouver un remplaçant de même niveau !

◄Info de dernière minute ce sera DUC de Lautier►

Luc PERO

17/03/2008

ARLES *AS*

Dimanche 16 mars 2008

 

ANDALOU ET MONTVERT
RECUEILLENT LES VOIX DU PUBLIC

80c20d0b721f99d6d162f5ea4c47c8a4.jpg
Andalou et Villard 
 
 
Sur les six candidats du concours arlésien, deux se partagent la totalité des suffrages exprimés à la sortie des arènes. ANDALOU est sans contestation élu le meilleur taureau de l’après-midi, juste devant l’intouchable MONTVERT qui une fois de plus ramène sa cocarde au toril.

Chez les hommes B.Villard est le vainqueur du groupe de quatorze (Auzolle, Martin-Cocher, Thierry, Bouchet, Matray, Marquier, Gleize, Mebarek, Moulin, Villard et les tourneurs Dunan, Duran, Fouque, T.Garrido ) qui effectuent la capelado sous les ordres de Claude Chevalier à la présidence.
GREGAOU de Fabre-Mailhan, exclusivement droitier, il se déplace bien ce qui lui permet de résister onze minutes récompensées à sa rentrée.
MOURIESEN de Chauvet, quelques coups aux planches pour ce gaucher dans huit minutes généreusement récompensées au retour.
ANDALOU de Espelly-Blanc débute par une belle et longue série, puis se cale et donne alors de la difficulté par des anticipations et des finitions contre les planches où la corne menace. Deux énormes enfermées sur Villard et ses ficelles au retour après avoir entendu six fois la musique.
8a3a6c12732bb4f98226c06f46c66dee.jpgMONTVERT du Brestalou, dés sa sortie se positionne à droite du toril et de là il va maitriser la situation pendant quinze minutes. Les hommes calculent, échafaudent des plans avec trois tourneurs pour le piéger mais rien n’y fait le taureau déjoue toutes les ruses. Seulement coupée sa cocarde rentre et plusieurs Carmen sont entendus.
SEVERO de Ribaud, après une entame plutôt timide, le bioù se chauffe et réalise treize minutes intéressantes. Villard lui sert deux ou trois caviars qui le font briller. Carmen.
RODIN des Baumelles, ce n’est pas un dernier, les hommes ne le forcent pas et il lui manque quelque peu de gnacque. Malgré ce il donne un quart d’heure agréable et rentre ses ficelle en musique déjà deux fois jouée

 

Texte et photos Luc PERO

 

 

b06672413aabf786a50b9c3c9ed73215.jpg

 Severo et Villard

0ab86324f95f38550604817b09532b11.jpg

 Auzolle - Rodin

********************************** 

 

 

 

 

22/01/2008

MANADE DU BRESTALOU

PROMENADE HIVERNALE

DANS L'INTIMITE DE MONTVERT
704451291d14b9389f65b3ddbbc941af.jpg
 

Des bois préservés, un calme reposant, des clôtures et un jeu de portails, nous voilà sur les terres de Montvert. "On va y aller doucement, précise Henri Gibert, ils n'ont pas l'habitude de voir du monde et si ça ne leur plaît pas ils vont rester planqués". Et effectivement, à l'approche du 4x4 pourtant chargé de foin de Crau, les ombres noires se dessinent entre les arbres mais aucune ne bouge. Têtes droites, oreilles aux aguets, cornes haut perchées suivent attentivement le parcours des intrus sur leur terre. Point de crainte, pas de fuite effrayée, non ! Mais dans leur attitude altière, presque orgueilleuse, ils nous font vite comprendre que la décision de se laisser approcher leur appartient et qu'il va falloir être patient. On s'éclipse discrètement pour visiter les quatre simbeù qui eux, confiants, reçoivent leur nourriture avec appétit. "Ils sont  choyés autant que les cocardiers, un bon simbeù vaut bien trois cavaliers…", explique Henri Gibert.

La planque reprend, le foin est distribué plus loin en attendant le bon vouloir des cocardiers. L'appât fonctionne et arrivent  doucement Apis, Veneur, Raboliot, Mazel, Typhon, le 404 (Phoenix) et… toujours sur ses gardes, Montvert. 643342845414e5933a1eac62756b3552.jpg"Apis (magnifique dans son poil d'hiver) c'est la force tranquille. En pays, il s'impose sans forcer. Mazel, lui, est plus bagarreur, Veneur c'est le plus cool. Montvert est à part". Décidément l'énigme brestalienne tire de l'ordinaire que ce soit en piste ou en pays. "Ici, on n'est pas trop cavaliers, on trie assez souvent à pied, comme les bergers. Montvert, il se trie tout seul. Une fois dans le char, un enfant pourrait l'encocarder. Sa pression monte dans le toril, il sait qu'il va courir", raconte fièrement le manadier.

"Montvert c'est la réussite de la stricte sélection que nous poursuivons, poursuit celui qui a débuté chez Janin et Fabre-Mailhan et qui a beaucoup appris aux côtés du gardian Jean Biesse. Nous n'avons pas beaucoup de têtes, c'est voulu. Nous connaissons nos possibilités financières, et notre seule passion est de faire naître des cocardiers pour la course camarguaise. Chaque lot de vaches attribué à tel ou tel étalon est élaboré suivant les qualités respectives de chacune et chacun. Quitte à n'avoir que quelques veaux dans l'année. La qualité est préférée à la 14f7d3c6e908e6cd13de2dac92d23f62.jpgquantité avec une recherche de taureaux cocardiers ayant  notamment de l'anticipation". C'est une des caractéristiques de la petite manade atypique où la sobriété frôle parfois l'austérité, qui peut se targuer au bout d'une petite vingtaine d'années d'avoir sept cocardiers connus et reconnus. Que l'on aime ou pas la saveur corsée des combats qu'ils proposent, il faut reconnaître que certains de ces redoutables adversaires ne se laissent pas aborder facilement, c'est le moins qu'on puisse dire. Ils suscitent la crainte des raseteurs, l'intérêt du public, la polémique parfois et ont apporté aux couleurs bleu, blanc, noir bien des satisfactions. Et parfois un peu d'amertume due au manque de reconnaissance. Mais les trois associés de la SCEA du Brestalou assument leurs décisions prises en commun après beaucoup de réflexion.

Quoi qu'il en soit l'élevage petit à petit se fait connaître et 2008 s'annonce correct pour la location des taureaux. La Royale sortira à Saint-Chaptes le 12 avril pour remercier  le club taurin de sa confiance depuis le départ et  "aussi pour se faire plaisir", Henri Gibert e998409c42292a7189bb91170a54a0e5.jpgne s'en cache pas il est très fier de proposer une course complète. Montvert démarrera à Arles le 16 mars. Quant à Veneur : "L'an dernier à Beaucaire, il m'a fait comprendre qu'il n'en voulait plus, aussi il ne fera qu'une course ou peut-être deux". Et puis, il y a la relève des 4-5 ans. Il ne sont encore que des numéros pour le grand public, mais les manadiers et le cercle restreint des très proches espèrent beaucoup de Zeus, Pharaon, Diamant, Désert ou Crespin… En revanche pas de trio pour le Trident d'Or : "J'en ai parlé avec Bernard Jimenez, nous n'avons pas de lot pour cette année. Participer pour faire rire, ce n'est pas dans nos habitudes, aussi nous nous abstiendrons en attendant l'année prochaine".

C'est comme ça au Brestalou : sélection draconnienne, suivi à la loupe de chaque tête de bétail, choix très sélectif des pistes et courses autant pour les cocardiers et les jeunes que pour les vaches, respect total des taureaux et passion incommensurable pour la course camarguaise. Quitte à rester un peu en marge, pour ne jamais se renier.

Martine ALIAGA 

Photos Luc PERO 

29/10/2007

LUNEL le 28-10 FINALE DU PESCALUNE

24e Finale du Trophée Pescalune

34d2fa53f4953087b387b612df99a6b4.jpg

MONTVERT SEIGNEUR DE L'ANNEAU PESCALUNE
**************************

a787b535e55317db07ae1b4f1dd5346f.jpg
PESQUIE de Saumade et A.BENAFITOU LES LAUREATS 2007
**************************
3176951d5cdd350b1b656f427bd06620.jpg
Adil BENAFITOU (88 points) remporte sans forcer le 24e Trophée Pescalune, devant Sabri ALLOUANI (60 pts) qui blessé est venu recevoir son prix ainsi qu'une belle ovation du public. Benjamin VILLARD (3e, 47 pts) a droit lui aussi aux bravos Frédéric JOCKIN (38 pts) se voit récompensé du prix du meilleur raseteur lunellois.
Pour les taureaux, sur l'ensemble de la compétition c'est PESQUIÈ de Saumade qui est honoré, alors que pour cette finale MONTVERT du Brestalou accroche enfin une récompense qui lui souvent été dérobée cette saison !
A la capelado, en présence du Velout Pescalune, des gardians de la manade Lafon et de la Peña Mithra de Lunel, huit hommes défilent sur l'invitation de Jacques Valentin, président de course. A.Benafitou, Villard, Ouffe, Jockin, Clarion, Gleize, Martin-Cocher et l'inattendu à ce niveau Mickaël Santiago qui est à féliciter pour son culot devant MONVERT et sa bonne participation générale. Pour les autres le travail a été accompli ...
PACAN de Lafon, encore une fois cette saison il fait honneur à sa devise en réalisant une prestation de bien belle facture. Certes plus à son avantage avec les gauchers, sa course ne peut cependant souffrir d'aucune critiques. Excellent dans les poursuites qu'il parachève en se cabrant pattes sur l'estribo, intelligent dans ses changements de terrain, il conserve une ficelle et entend sept Carmen.
MERLIN de Cuillé, nous avait beaucoup plus enchanté lors de ses précédentes sorties. Ne posant aucun problème les hommes le règlent en huit minutes.
FOREST de l'Argentière, c'est un chasseur né ! Tout au long de son quart d'heure il guette ses proies (surtout celles de la contre-piste) et à la moindre erreur de celles-ci c'est danger immédiat (un spectateur l'a sûrement compris alors que la corne passait entre ses jambes à l'entrée des travettes). En piste avec les hommes en blanc son comportement est inégal. Tantôt dominateur, il se laisse piéger facilement sur ses errements. Un Carmen en course pour quelques belles actions avec saut et son second gland au toril.
MONTVERT du Brestalou, aprés une rapide reconnaissance du champ de bataille, il prend position à droite du toril et Jacques Valentin peut commencer à s'égosiller pour motiver les (subitement) timides et pas empressées troupes blanches. Pour les droitiers ce sera un fiasco total, pour eux toucher la tête est quasiment impossible tant les anticipations sont énormes. Villard et Gleize sont embarqués chaque fois dans des course-poursuites venues d'un autre monde. A gauche la tâche est plus simple d'une part car l'anticipation est moins prononcée, mais hélas à la tête le coup de revers est meurtrier. Malgré ce Ouffe, Santiago, Clarion et Martin-Cocher se lance à l'assaut de la forteresse et réussissent avec mérite à lui ravir un gland et lui couper sa cocarde. Montvert sort une fois de plus vainqueur et retourne au toril sous l'ovation et l'air de Bizet déjà quatre fois joué.
YVAN du Pantaï, il est brave sur le raset et les hommes frustrés par le précédent s'en donnent à coeur joie. Volontaire dans les enchaînements et auteur de belles enfermées, il écoute trois fois la musique dans huit minutes de présence agréable.
PESQUIE de Saumade démarre frileusement son parcours en sautant seul. Puis se perd quelque peu en piste le temps des pompons. Aux ficelles tout change et le barricadier s'exprime à son meilleur niveau en donnant une bonne douzaine d'actions brutales aux barrières. Certaines très appuyées comme sur Ouffe où les coups de profil sont majestueux. Il rentre ses ficelles après avoir entendu la musique à sept reprises.
JODIAS de Nicollin, n'est pas un dernier et encore moins un septième ! il lui faut de la pression et ce n'est pas à ce poste qu'il peut étaler ses qualités et sa bravoure ! Malgré tout il fournit treize minutes, mais on aurait souhaité qu'elles soient plus enlevées pour clôturer comme il se doit une finale. Deux Carmen.
Texte et Photos L. PERO
1b161ce948a414ef5721d46440660e68.jpg
3e237063246b718c605abee2210a571d.jpg
679d2f26a390a643650525fc02abda97.jpg
77349b5219d31d1303f93035bb605c87.jpg
***************
FOREST DANGER PERMANENT !
9c2a19f850fe1ac71aa805d192dc37e3.jpg

17/06/2007

SOMMIERES le 17-06 *AS*

 
UNE COURSE COCARDIERE EN DIABLE
AVEC MONTVERT EN DIABLE DE COCARDIER
*************************** 
medium_BOTETE.jpg
Jourdan courageux lève la cocarde et le deuxième gland à Montvert qui n'est pas du genre à les donner facilement. 
 
Bien avant l'heure les gradins sommiérois débordent. Pas de doute, encore une fois, certains taureaux déplacent les afeciouna. Montvert, Jeannot, Fournelet font recette. En particulier Montvert qui, depuis l'an dernier, est le seul à régulièrement rentrer cocarde ou gland.
Ils sont sept à la capelade pour relever le défi (Auzolle, Jourdan, Martray, Villard et les gauchers Khaled, Martinez, Mebarek) plus quatre tourneurs (Siméon, Marmuggi, T.Garrido, Lizon).
La mise en bouche est un peu maigre même si Canesteù (Fabre-Mailhan, 1er) tire son épingle du jeu, avec un placement impeccable, quelques anticipations et beaucoup  (trop) de sélection sur la fin. Rentre ses ficelles. Jojo (Lagarde, 2e) vif dans les premiers échanges, s'éteint peu à peu, sortant parfois comme une bombe pour stopper net aussitôt. Garde une ficelle. Arthur (Lautier, 3e) fait des faveurs aux gauchers, par contre les droitiers ne l'intéressent qu'au départ de l'action. 10 minutes.
 
Du haut de ses 8 ans, Montvert (Brestalou) fait une sortie de toril déjà applaudie. Villard attend la minute de reconnaissance et se jette dans la première action; son tourneur fait le "quite", Benji ne serait pas arrivé au bout, ça calme! Alors la danse commence, rasets à blanc, un tourneur, deux tourneurs, trois tourneurs mais la bête n'en a cure : quelques petits pas pour fermer la porte aux droitiers, un bon coup de revers pour les gauchers; quand j'en ai marre je pars en face, puis je reviens sous la présidence. Un régal! Les départs avortés et les anticipations se succèdent. Villard, Jourdan, Auzolle, essaient, c'est courageux ! les gauchers ?... Sur un déplacement, seul moment de vulnérabilité de Montvert, la coupe, la cocarde et un gland sont faits. Au prix d'une pointe au bras, Jourdan fera le second gland à la quatorzième minute et demie. Montvert intraitable, dangereux, dominateur n'a pas encore rencontré preneur pour ses ficelles. A suivre...
Fournelet (Blanc) n'a pas donné sa part au chat. Au moins les dix premières minutes. Placé, très offensif sur les droitiers qu'il ne lâche pas jusqu'à la planche, plus réticent sur les gauchers, malgré les efforts de Khaled. Sur la fin, Fournelet durcit les échanges jusqu'à garder ses ficelles.
Quant à Jeannot (Grand Salan), il s'affirme de plus en plus cocardier. Changeant régulièrement de terrain et défendant ses attributs par une bonne sélection, il n'omet pas de pousser ses conclusions si besoin est. Benji fait la 2e ficelle sur la sonnerie.
Un petit jeune pour la fin : Primadier de Siméon (hp). Passons sur les premières minutes, où il "cabourdège" sans aucun placement et beaucoup de sauts, sa prestation va crescendo, alors que les hommes vont le provoquer, il réplique d'abord en passant le mourre puis plus de plus en plus fort. A revoir.
Martine ALIAGA 
Photos Christian ITIER
medium_BO2.jpg
 Villard met tout son coeur à l'ouvrage, mais Montvert ne s'en laisse pas conter.
 
medium_BO3.jpg
Fournelet ne lâche pas les droitiers jusqu'à la planche.
 
medium_BO4.jpg
Quand ça vaut la peine, Jeannot va au bout et met la corne.

06/04/2007

SANS COMPLEXE D. M-C

medium_D.Mco.jpg

 

"Il a du culot, il se permet de faire la pige aux plus grands...". C"est ce que j'ai entendu derrière moi alors qu'il était 16h55 dans les arènes d'Arles et que MONTVERT du Brestalou - le cocardier dont tout le monde parle - est en piste. C'est le taureau le plus craint du moment et personne ne s'y frotte vraiment, sauf ce bouillonnant jeune promu aux As, qui est le seul à le défier depuis son entrée en piste. Droits sur le marche-pied, ils sont pourtant deux à vouloir partir lui ravir sa cocarde. Eh bien qui l'eut cru... c'est lui le jeunot qui s'engage le premier, brûlant ainsi la politesse à son aîné et dans l'arabesque qu'il dessine, parvient à la tête du taureau pour lui ravir cocarde et premier gland. L'ovation du public, la joie du jeune homme et Carmen qui retentit, la course camarguaise n'est pas encore morte. Continue petit, avec des actions et des gestes comme ceux-ci, tu feras ta place au soleil des pistes. Au fait il se nomme Damien MARTIN-COCHER. "MARTIN-COCHER", un gaucher vous vous souviendrez ?

VIDOURLE

medium_MCO_1_copie.jpg
MONTVERT ne concédera que sa cocarde et un gland.
D.Martin-Cocher les lui ravira.