Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/07/2016

LUNEL *TROPHEE DES AS*

lunel,arènes sanjan,muscat,as,course camarguaise

Course du samedi 16 juillet 2016 - Finale du Trophée du Muscat
Dernière course à Sanjuan avant les travaux

Le coeur n'y était pas

Les bêtes et les hommes ont manqué de punch pour cette dernière course dans des arènes pescalunes vouées à la démolition puis à la renaissance. C'était pourtant la finale du Trophée du Muscat mais l'ambiance n'y était pas. La minute de silence à la mémoire des victimes de Nice, demandée par Claude Arnaud, maire, fut scrupuleusement marquée tout comme la cérémonie du matin dans le parc Jean-Hugo. La Pescalune se poursuit et la vie continue mais l'insouciance festive en a pris un coup. La course est à cette image : monotone et sans panache.

Malgré ce, Roselyne Delon, présidente du Velout pescalune, avait soigné la capelado sur le thème des vendanges et du Muscat, le manadier Jean Lafon mène ses cavaliers, les anciens raseteurs défilent... les photographes cliquent à tout va pour immortaliser les derniers rasets.

Amine Chekade remporte le Muscat, son avance était faite à la première course dimanche dernier, et Camaï de la Vidourlenque remporte le prix du meilleur taureau des deux rencontres. C'est mérité ! Côté raseteurs, il a manqué un meneur (en l'absence d'Allouani et Cadenas) même si quelques bonnes tentatives sont à mettre l'actif d'Aliaga, Chekade, Katif, Zekraoui.

Des 7 cocardiers présents, Banaru du Rhône, avec ses qualités et ses défauts, fait un bon quart d'heure et Vincent d'Aubanel exploite au mieux cette grande piste. 

Pirate du Pantai par ses accélérations, une fois sa place trouvée, tient correctement sa place de premier. Rentre une ficelle. Banaru du Rhône fuse sur les hommes qu'il choisit. Les raseteurs trouvent le biais, main au frontal, pour des trajectoires poussées. Rentre ses ficelles Vincent d'Aubanel,  balade les hommes par ses placement et déplacements intelligents. Rentre une ficelle.

Sylverado de Nicollin connaît la musique, il s'applique sans passer la vitesse supérieure. 14 minutes. Mesrine de Vinuesa n'affiche pas une grande conviction. Rentre ses ficelles en silence. Cruchot de La Galère, une fois placé s'économise face à des hommes qui ne le bousculent pas. 12 minutes. Quant à Marquis de Ricard, volage et fantasque, deux  ou trois séries lui sont servies, sous quelques hués montrant la frustration du public.

MARTINE ALIAGA

 

16/07/2015

LUNEL *TROPHEE DES AS*

Jeudi 16 juillet 2015

Duo gagnant : Katif - Aliaga

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaie

Rudy de la Galère, meilleur taureau de ce 38e Trophée Roger-Damour

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaiePhoto Rudy et Ziko
Droite - gauche, gauche - droite, les deux compères Ziko Katif et Jérémy Aliaga se sont renvoyés les cocardiers tout l'après-midi de cette 1re journée du Trophée du Muscat (Trophée Roger-Damour) qui n'a décollé qu'à très peu de moments. Les cocardiers - hormis Rudy et Sugar - n'ont pas montré beaucoup d'enthousiame, et le reste de la troupe blanche, à part les deux titrés, n'a pas brillé non plus. Ayme en première partie, Illias Benafitou, en deuxième partie, Four pour quelques belles passes... 

Sisley (Blatière-Bessac).- Des déplacements incessants pour un long quart d'heure.

Mandarin (Cuillé).- Lui, prend tout et s'engage dans des séries rythmées, pousse après Aliaga (2), Ziko. Petit à petit, ses ripostes prennent un peu plus d'ampleur et dans la bourre des ficelles, il tient le rythme. Ayme cueille les deux ficelles. 6 Carmen et retour pour 12 minutes.

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaieSugar (Nicollin).- Attaqué tambour battant, il réplique fermement cornes pointées pour deux minutes les rubans. Balade longuement  les hommes sans être attaqué. Puis une belle longueur de Katif où il conclut cabré lance les débats, dans la foulée grosse enfermée sur Aliaga, prend le pas sur I. Benafitou. De là, s'engage dans des séries qu'il termine menaçant les hommes de ces longues banes. Sa stratégie des déplacements est au point et il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaieAïoros (Les Baumelles).- Promène sans se placer vraiment, ou alors très décollé, prend les rasets de passage avec une belle anticipation sur I. Benafitou. Baisse la tête et tricote des cornes pour presque 8 minutes les pompons. Aux ficelles, se desintéresse à la sortie du raset. Heureusement Aliaga et Katif travaillent, I. Benafitou les rejoint, mais les ficelles rentrent. 

 

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaie

▲Rudy (La Galère).- Sort plein d'entrain et donne son coeur, les rubans volent rapidement. Toujours près des barrières, attentif, il raccompagne avec vivacité et passe le mourre (Katif, 2, I. Benafitou). Il avale une série de feu où il se chauffe et se cabre, coince le pied de Ayme. Plus enclin au fil des minutes à s'engager sur les gauchers, Martin lui sert un caviar et Rudy s'emporte, belle longueur avec Aliaga pour une arrivée bien conclue... Rentre une ficelle sur le quart d'heure le plus rythmé de l'après-midi. 7 Carmen et retour.

Ubaye (Paulin).- Parcourt longuement la piste et se fait chiper ses pompons au passage. Ne veut rien voir des invites des blancs, donne des séries mollassonnes (Carmen), et d'un coup envoie un violent coup de semonce après Four. Ce sera tout. Une ficelle rentre et Carmen au retour (?)

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ayme, 21 points ; Four, 19,5 ; Katif, 16,5 ; Chekade, 10,5 ; Aliaga, 10,5 ; I. Benafitou, 7,5 ; Auzolle, 3 ; Martin, 3

 

 

 

18/07/2009

LUNEL - FINALE DU MUSCAT *AS*

Samedi 18 juillet 2009

A. BENAFITOU ET PASTEUR DE FABRE-MAILHAN
LAUREATS D'UN MUSCAT PEU FRUITE

 PASTEUR.jpg
PASTEUR - Allouani

ADIL.jpgUn trois-quart des gradins garnis pour cette Finale. Jacques Valentin un peu trop généreux avec les honneurs préside et invite les hommes à défiler au milieu des Arlésiennes et gardians. Allouani, Villard, Gleize, Outarka et Marquier pour les droitiers. Pour les gauchers A. Benafitou, Ouffe, Four et cinq tourneurs.

Cette Finale qui ne restera pas une référence en la matière a permis tout de même à PASTEUR, MARCELIN de se mettre en évidence et à PESQUIE de faire encore apprécier ses talents de barricadier.

BENVENGU de Nicollin, six minutes trente de présence pour un premier c'est trop insuffisant.
CHANEAC de Chaballier, sans placement il effectue une course sans grand relief, si ce n'est quelques belles poursuites sur Marquier, Four. Un carmen en course.
MARCELIN de Rouquette, sans trop quitter le terrain des planches il n'a de cesse de répondre en concluant parfois avec brio sur Four, Allouani, Gleize, Ouffe dans dix trés bonnes minutes cinq fois honorées.
ARLESIE.jpgPASTEUR de F.Mailhan, ne garde pas trés longtemps ses pompons mais aux ficelles c'est plus retors... plaçé, peu travaillé, il fait souvent avorté mais donne aussi des réponse de qualité en anticipant. Pour son sérieux plusieurs fois les honneurs.
PESQUIE de Saumade, à treize ans il gère en vieux briscard. Pas un grand tonus mais tout de même des gros coups aux barricades qui lui valent le disque à de multiples reprises.
TASSOU de Cuillé, il est craint... pourtant jamais bien plaçé il se défend par son côté fantasque. Saute seul trop souvent. Carmen en course et à la rentrée ?
BELORI de Nicollin, hors points, des Carmen pour des séries...

Texte et Photos Luc PERO

MARCELIN.jpg
MARCELIN - Allouani
PESQUIE.jpg

13/07/2009

LUNEL : 1re JOURNEE DU MUSCAT *AS*

Dimanche 12 juillet 2009

SPARAGUS PREND UNE OPTION SUR LE MUSCAT

 

SPARAGUS copie.jpg

Personne n'aurait parié 1 euro avant cette première tournée du Muscat.

Pas de grosse vedette à l'affiche pourtant le public qui occupait le tiers d'arène est sorti satisfait. C'est un jeune taureau qui les a bluffés. Du haut de ses six ans, Sparagus (photo L.Pero çi-dessus) de la manade d'Yves et Anne Janin a emballé la fin de l'après-midi par son envie, sa vista, sa maîtrise de la piste et sa vitesse d'exécution. L'ensemble est resté intéressant avec Angelo (Rouquette) qui fait une bonne entame, Merlot (Cuillé) un classique puissant et Sifflet quand il s'est mis en colère. Adil Benafitou, Gleize et Jockin ont mené les débats, Marquier par moments, Ouffe, blessé, fait tout ce qu'il peut. On aurait apprécié un peu plus d'initiatives dans les difficultés et pour ouvrir les ficelles, les temps morts ont été peu appréciés du public qui l'a fait savoir.

Angelo (Rouquette).- Avec son placement décollé des planches, il ne refuse rien et se livre dans des séries dont la dernière sur un rythme endiablé pour l'obtention de sa 2e ficelle. 10 minutes plaisantes. 3 Carmen et retour. Ribeiro (L'Argentière).- Une moitié de temps où il se montre brouillon sans jamais se poser. Ensuite, mieux placé, il fait valoir ses qualités sur des enchaînements. 10 minutes, 1 Carmen et retour. Merlot (Cuillé).- Avec coeur, il lance son beau gabarit après les hommes. Toujours dans les planches, il se livre puissamment dans de superbes séries. Et ne lâche sa deuxième ficelle qu'à la 15e minute. 5 Carmen et retour.
Jason (Saumade).- Il n'a pas une grosse envie et les hommes ne lui proposent rien pour le motiver. Trois rasets enchaînés, une belle longueur, mais ça manque de rythme de part et d'autre. Une ficelle au toril. En musique (?) Sifflet (Blatière-Bessac).- Il en veut et d'entrée passe la tête et les cornes après Marquier, Gleize. Les blancs tergiversent aux ficelles, et Marquier fait l'attaque d'une série conclue aux planches, puis Sifflet se cabre après Ouffe... Il se chauffe et ça lui va bien. Jusqu'à la 12e minute où, Jockin, adroit, lève la 2e ficelle. 3 Carmen. Sparagus (Janin).- Sans quitter le terrain des planches, il part au-devant du combat. Plein de jus, attentif, les hommes craignent sa rapidité. Aussi, ils le regardent de loin jusqu'à ce que Gleize coupe la cocarde. Après seulement deux rasets en 7 minutes. Difficile de toucher la tête de cette petite bombe et de garder des jambes pour se mettre à l'abri car Sparagus ne lâche rien jusqu'au bout. Marquier enfermé, Gleize obligé de faire demi-tour, Ouffe anticipé, Benafitou "quiché" fait le 2e gland à la 14e. Les ficelles restent, bien sûr, inaccessibles. 5 Carmen et retour.

Martine ALIAGA
Photo Luc PERO

Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Gleize, Jockin, Marquier, Outarka, Sabatier. Gauchers : A. Benafitou, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, Zerti, Dunan, Max.

Trophée des As : A. Benafitou, 24 points ; Gleize, 15 ; Ouffe, 5 ; Marquier, 4 ; Oleskevich, 3.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 34 points.

02/09/2007

LUNEL-VIEL le 1.09 *AVENIR*

LES MERMOUX SE DEGUSTENT SANS MODERATION
medium_ROMAIN.2.jpg
ROMAIN intraitable rentre sa cocarde.

 
Ce week-end, le muscat et les vins coulent à flot à Lunel-Viel et pour rester dans le jus de la treille, voyons ce que nous a réservé la cuvée 2007.
Les vignerons invités (Fougère, Jockin, Jourdan, R. Mondy, N. Benafitou et Santiago, plus V. Dengerma, Molins, Siméon) n'ont pas vendangé les attributs (4 ficelles levées sur 12) et si les jeunes cépages de Saumade et Janin (4 ans) se sont montrés bien verts (mis à part Guadalix, sérieux), ce sont les Mermoux - Romain et Gitan (7 ans) - à maturité qui ont enchanté les papilles.
Le CT Lou Raset s'est dépensé pour offrir une capelado élaborée avec l'Escouleto Saint-Vincent et les Attelages de Lunel. Les bouquets et les bouteilles récompensent Jockin et N. Benafitou et, bien sûr, Romain de Mermoux.

Guadalix (Janin).- Sans se placer, il ne rechigne pas à la tache donnant des poursuites abouties sur Benafitou (2), Fougère. Mieux positionné, sur la 2e ficelle, il se livre franchement et avec force. 11 minutes, 2 "Carmen" et retour.

Romain (Mermoux).- D'entrée, il occupe les angles dont il sort avec férocité pour des anticipations et des enfermées sévères. Attentif, intraitable sur les rasets à blanc, il conclut dangereusement sur Jourdan, Benafitou. Trop rigoureux pour ce niveau, il rentre encocardement intact dont la cocarde à 230 euros. 5 "Carmen" plus retour.

Gaillardet (Saumade).- Il se gaspille par des sauts incessants.

Gitan (Mermoux).- L'autre coriace de l'après-midi. Calme, placement irréprochable, l'œil à tout, il fait avorter nombre de départs. Même tourné de la contre piste, il sort trop fort pour mettre la main et serre de près Jockin, Benafitou et Jourdan. Sur la fin, les hommes le sollicitent sur un rythme plus soutenu et ses réponses se font un peu trop sélectives. 5 "Carmen" plus retour avec un gland.

Espadon (Saumade).- Encore brouillon, il va au bout de ses poursuites et finit parfois. Benafitou, Fougère sont gratifiés d'actions conclues même si son jeune tempérament l'emporte au-delà des planches. 2 "Carmen".

Vauban (Janin).- Cul à la planche, il est vif et enchaîne à grande vitesse dans les séries, baissant la tête au contact. Brave sur le raset et très vaillant, il se bat jusqu'au bout et rentre un gland récalcitrant.  2 "Carmen" et retour.

Martine ALIAGA
medium_GITAN_2.2.jpg
GITAN possède de gros moyens.
**************
LES RECOMPENSES
medium_MERMOUX.jpg
J.Marie MERMOUX
medium_JOCKIN.jpg
F.JOCKIN le totalisateur
medium_NABIL.2.jpg
N.BENAFITOU l'animateur
Photos L. PERO