Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/11/2017

MARSILLARGUES *COMPLETE DE NICOLLIN*

Course du dimanche 5 novembre 2017

 

Agréable et assez bien rythmé

MARSIBOAPHCI.jpg

La belle agressivité de Boa aux trousses de Méric

Les gradins sont bien garnis pour cette complète de la manade Nicollin qui a fourni une première partie très intéressante et rasetée sur un rythme soutenu, Boa fait un bon 4e même si sa toute fin de quart d'heure manque de force. Inversement les plus jeunes Sabran, 5 ans, 5,e et Boumian, 6 ans 7e, ont révélé des qualités en fin de temps alors que Landié, 7 ans, 6e, après de multiples coups aux planches, se blesse au poitrail et rentre à) la 7e minute.

Côté blancs, Clarion (surtout en 1re partie) et Ameraoui et Méric (surtout en 2e) sont les plus assidus dans un ensemble coopératif et au bon esprit en cette fin de saison.

Homère (N.952).- Flotte un peu puis se cale. Bien cité, se livre jusqu'au ras des planches. Tape droit derrière Sanchez pour 11 minutes les rubans. Gérant bien l'espace, tient bien cette première place et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

▼ Jourdan met en difficulté Clarion

DSC_2507.JPG

Jourdan (N.965).- Placé, décalé ou en mouvement, il en laisse passer quelques uns et appuie sur quelques autres. Aux ficelles, Clarion s'engage, la riposte est foudroyante et dangereuse jusqu'aux bois. Du coup, le taureau prend du mordant, place de belles accélérations, passe le poitrail après Sanchez, envoie la corne après Clarion, mange le terrain à Y. Martin. 15 minutes crescendo, rentre 1 ficelle, 5 Carmen et retour.

Mousquioun (N.001).- Riposte avec toute sa fougue d'étalon, puis trouve le terrain des barrières et honore les enchaînements. Brûle la priorité à Méric (2 fois), accélère après Vic, se dégage, conclut au ras sur Y. Méric. Tient sa cocarde jusqu'à 12'30. Suffisamment rigoureux et un peu lourd par la suite, rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Poussée d'adrénaline entre gardians et raseteurs… L'entracte calme tout le monde.

DSC_2591.JPG◄ Boa (N.122).- Il a du gaz, un bon placement, et se ménage de larges espaces d'où il repousse tout le monde. Sort en force en mettant la pression sur les hommes jusqu'au bout, se soulève après Ameraoui, Méric, droit après Clarion, pousse après Ameraoui pour 10'30 de qualité aux rubans. Reste un peu en dedans après. Rentre ses ficelles, 4 Carmen et retour.

Sabran (N.226).- Le jeunot est remuant et brouillon. S'évade mais bien emmené par Clarion, fait la planche (2 fois) (6' minutes les rubans). Un peu plus stable aux ficelles, Sanchez le mène aux barrières, une série conclue au ras, actions frappantes après Montesinos, Ameraoui, Vacaresse lors des dernières minutes. Garde ses ficelles. 6 Carmen et retour.

marsilandiePHCI.jpgBelle
attaque
de Landié
sur Ameraoui

Landié (N.002).- Entrepris, tape à tout va. Sans jamais se poser, il visite la piste. Baroule mais le premier qui bouge gagne une puissant coup aux planches (Ameraoui), bascule après Vacaresse, énorme sur Montesinos. 6 ' les pompons. Une grosse estafilade au poitrail lui fait réintégrer à la 7e avec ses ficelles. Dommage !
3 Carmen et retour.

Boumian (N.102).- Tout frétillant, saute souvent et passe beaucoup trop de temps en contre-piste. Mais quand il se met au travail, fait preuve de rapidité, de caractère et de conclusions frappantes. Indiscipliné mais brillant, il termine fort avec bascule après Méric, Y. Martin. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Niveau Avenir HT. Course du dimanche 5 novembre. Entrée : 3/4 d'arène. Org. : CT Lou Bajan. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Vic, Vacaresse, Ameraoui, Montesinos. Gauchers : Clarion, Sanchez, Méric, Y. Martin, J. Martin. Tourneurs : Arnel, Joseph, Daniel.

Sabran et Clarion, ça pulse !

marsisabranphci.jpg

*************************

19/06/2017

SOMMIERES *AS*

Dimanche 18 juin 2017

Equitable !

sommières,nicollin,katif,aliaga,course camarguaise

Sylverado, maillon fort de la Royale
Aliaga signe un bon retour après blessure

Le contexte est favorable pour cette Royale de la manade Nicollin où chaque taureau tient sa bonne place face à une équipe de 7 hommes au travail régulier et suffisant. Katif à droite et Aliaga à gauche mènent les débats. Sylverado endosse le rôle de leader après une première partie sérieuse. Igor (5e) se montre juste à ce niveau, Artiste a du cœur et du panache et Landié conclut brillamment. Après-midi agréable sous les platanes.
Paniou tient bien sur ses différentes positions, se livre sur un bon rythme et le travail est propre. Attentif et réactif, le taureau a du répondant dans la bourre sur la 1re ficelle. Se soulève après Villard, pousse après Favier. Rentre la 2e. 5 Carmen et retour.
Tzigane, lui, plus mobile, se fait chiper ses rubans sur ses déplacements. Il reste remuant aux ficelles mais raccompagne jusqu’aux planches où il envoie la corne. Les hommes en prennent la mesure et la 2e ficelle part à 8’30. 2 Carmen et retour.
Le superbe étalon Mousquioun (7 ans) se montre fougueux acceptant droite-gauche avec la même ferveur. Aux ficelles, bien campé sur ses positions, prend du mordant, anticipe Aliaga, force après Katif. Se fait sérieux, grosses réactions après Aliaga, Favier. Convainquant, rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Sylverado trouve vite les bons postes et écarte Katif sur le premier raset. Ripostes sévères, gestion de l’espace, l’expérimenté Sylverado maîtrise. Les hommes s’investissent, Allouani mal parti fait passer l’émotion. Sylverado demande de l’investissement pour 8’30 les rubans. Ecarte Benafitou, longueur avec Aliaga. Le travail est régulier, les ripostes à la hauteur pour les ficelles au toril. 3 Carmen et retour.
Igor se fait sauter dessus, répondant systématiquement à tout. Aux ficelles, garde sa vaillance, rajoute du brio, se laisser déborder par la pression jusqu’au clap de fin à 9’30. 3 Carmen et retour.
Artiste (7 ans) part à l’abordage avec du gaz et beaucoup de naïveté. Sans égards. Il se reprend aux ficelles, mieux en place, pour des enchaînements vifs et de belles conclusions brillantes avec bascule. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Avec sa méchanceté caractéristique Landié (7 ans, hors points pour 10 minutes) fait un final pétaradant. Brouillon mais concluant. A chaque action, une réaction frappante. 10 finitions superbes pour un final aux éclats. Retour avec ses ficelles et la musique omniprésente.

Landié et Katif : un final spectaculaire

sommières,nicollin,katif,aliaga,course camarguaise


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Katif, 22 points ; Aliaga, 19 ; Allouani, 5 ; M. Favier, 5; Villard, 4 ; I. Benafitou, 3 ; Poujol, 2.
Course du dimanche 18 juin.
Entrée : 1/2 arène. Org. : CT Lou Carmen. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Katif, Villard. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Estève.

11/09/2016

DISPARITION

Dimanche 11 septembre 2016

Virat s'est éteint


BLOGVIRAT1.jpg
Il s’est éteint dans son paradis sur terre, le Mas d’Anglas, choyé par ses gardians. Il repose désormais au pied de sa statue qui veille sur ses frères de manade et sur les prés du Cailar. A 21 ans, Virat a tiré sa révérence après huit années d’une douce retraite. Né en 1995 de la vache Vivo et de l’étalon Belori, sous l’ère Jean Lafont, le N.507 a grandi auprès de son nouveau propriétaire Louis Nicollin (1997) à qui il offrira le Biòu d’Or en 2002 puis en 2004. Et de multiples récompenses de 2001 à 2008, jusqu’à sa despedida en août 2009 aux arènes où il avait débuté, à Beauvoisin.

Entre-temps que de souvenirs, que d’images, que d’émotions... Un beau cocardier, fier dès son entrée en piste, généreux dans ses poursuites, noble dans le combat et finisseur avec panache... Un taureau courageux qui perd un œil en 2003 à la finale du Trophée des As, à Arles, et surmonte son handicap pour revenir plus fort et gagner le titre suprême au bout de cette magnifique saison 2004. Et des blessures à répétition qui perturbent sa carrière... Dont celle de la finale des As 2004 où victime de sa vaillance, il se fait un traumatisme cervical. Ah Virat ! Tu as marqué cette décennie-là, et la carrière de raseteurs comme Sabri Allouani, Benjamin Villard, Hadrien Poujol et bien d’autres.
Ah Virat ! Tu as rejoint au ciel le paradis des grands cocardiers où les Seigneurs de Camargue demeurent à jamais. Dans nos mémoires, gravés pour toujours, tes exploits sur le sable des pistes, ta devise rouge et verte, fièrement portée. Ah Virat, ta statue a désormais une âme puisque tu es enterré à ses côtés.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

BLOGVIRATSTATUE.jpg

La statue a maintenant une âme,
celle de Virat enterré à ses côtés

*****************

16/04/2015

MANADE NICOLLIN

Vendredi 17 avril 2015 - Nicollin - Saint-Gabriel

Un seul nom pour deux élevages

 IMG_4460.JPG

 En juin 2014, lors de l'inauguration de la statue de Virat, au Mas d'Anglas

Les taureaux de Nicollin (canal historique, ex-Lafont) et les Saint-Gabriel ne font désormais plus qu’un. Louis Nicollin, propriétaire des deux manades, a décidé de les réunir sous son seul nom, le sien.

Acquéreur en 1997 de l’élevage “rouge et vert” de Jean Lafont, le patron du football montpelliérain, a laissé du temps au temps. Notamment en conservant in extenso les cadres et les méthodes de sélection issues des Granon et Lafont et en valorisant l’héritage de l’historique manade (bâtiments, musée...). Jusqu’à statufier, en 2014, Virat de son vivant. Virat né Lafont et couronné Nicollin. Le majestueux monument représentant le Biòu d’Or (2002 et 2004) surplombant les terres du Mas d’Anglas tandis que son modèle passe une belle retraite dans les prés alentours.

Une race historique donc - cette branche royale des taureaux camarguais est référencée à partir de 1850 sous le nom de Boissier - mais dont les jeunes éléments ont du mal actuellement à confirmer au plus haut niveau les qualités indéniables. Après avoir donné à la course camarguaise tant de cocardiers remarquables auréolés de 12 titres de Biòu d’Or (8 taureaux), entre 1956 et 2004.

En “rouge et vert” de Cosaque à Virat
12 titres de Biòu d’Or

Du Cailar à Marsillargues, il n’y a pas des centaines de kilomètres. Et c’est là que l’ex-Lyonnais et son épouse marsillarguoise installaient leurs pénates en 1987, en créant la manade Saint-Gabriel. Le nouveau manadier pouvait ainsi afficher sa passion des taureaux et des chevaux camarguais. C’est avec Duché, repéré au mercato (possible à cette époque) et Intrépide, Biòu de l’Avenir 2000, que la devise “noir, blanc rouge”, acquiert ses premières lettres de noblesse, confortées par Palun, Balzac, etc. Problèmes sanitaires obligent, la manade repart à zéro en 2006, mais, aujourd’hui, croque à nouveau les fruits de la réussite.

Ce week-end, un seul nom sera donc à l’affiche. Samedi, à Saint-Laurent-d’Aigouze, pour le Printemps des Royales, et à Pérols, dimanche, pour la première sortie de la Royale des Nicollin réunis. L’occasion, vers 15 h 45, d’un hommage avec les gardians des deux élevages et les Arlésiennes.

Une nouvelle page s’ouvre en 2015 avec des noms à retenir : Sylvérado, Juvénal, Platon, Sugar, Tzigane, Sultan, Ténor et bien sûr... Nicollin.

MARTINE ALIAGA

* Samedi, 16 h, 9 €, Trophée de l’Avenir, Printemps des Royales des Nicollin, à Saint-Laurent-d’Aigouze. Réservations : tél. 04 66 88 12 35.

* Dimanche, 16 h, (15 h 45, hommage), 11 €, Trophée des As, à Pérols, Royale de Nicollin. A partir de 10h, vide grenier dans la salle près des arènes.

26/08/2013

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

Lundi 26 août 2013 - Printemps des Royales - Les Nicollin

Leur générosité n'a pas suffi


Entrée: plein. Organisateur: CT Le Bandot. Président: Thierry Cure. Raseteurs droitiers: Belgourari, Katif, Miralles, Valette. Gauchers: Clarion, Sanchez, Zekraoui. Tourneurs: Abbal, C. Galibert, Zerti, Noguera.


Face à une équipe de raseteurs aux belles manières mais qui ne chôme pas, les jeunes taureaux de Nicollin ont eu du mal à s’adapter au tempo pour cette 5e journée du Printemps des Royales, malgré leur générosité. Fakir et Saladin sont les plus armés pour tenir tête à cette belle brochette en blanc dont les deux premiers à l’Avenir, Belgourari et Katif. Zekraoui avec moins de réussite et de retour de blessure, montre de la volonté.


Fakir.- Du mouvement au début, puis se cale et donne du fil à retordre. Plus enclin sur les droitiers, mais Zékraoui fait le pas à gauche et Fakir emboîte à la suite. Une arrivée serrée sur Valette, encore Zekraoui. 12 minutes, 2 Carmen et retour.
Montferrat.- Se livre tout bonnement aux hommes pour une minute les pompons. Droite-gauche, pas un refus et une belle riposte sur Zekraoui. 5 minutes suffisent.
Saladin.- Pousse fort les actions jusqu’au ras des planches. Belgourari, enfermé, traverse la piste. Aux ficelles, prend les angles et répond avec beaucoup d’allant. Katif pour une longueur. Attentif, Saladin surveille. Avec Belgourari, l’arrivée est plus que serrée. Un petit bout de ficelle qui pend, le rythme augmente, Saladin rend coup pour coup et brille. Même scénario pour la 2e, avec Belgourari dans les cornes. 4 Carmen et retour.
Pagano (remplace Belastre).- Mobile mais concentré sur les départs, enferme Sanchez. Change de terrain, écarte Miralles, se livre des deux côtés avec quelques accélérations. Zekraoui bronche, le public crie, Pagano frappe et se balafre pendant que le gaucher passe sous l’estribo. Le taureau marque le coup, mais reste généreux dans les enchaînements pour 9 minutes. 1 Carmen et retour.
Othello.- Se jette avec appétit à la poursuite des blancs en offrant son frontal. Trop facile pour ses crocheteurs doués, il tient 6 minutes 30 avec 3 actions aux planches pour autant de Carmen. (Miralles, Katif, Belgourari).
Abel.- Zekraoui lui offre une belle longueur (Carmen), Katif traverse toute la piste, Clarion et Belgourari l’embarquent et allongent. Abel se laisse raseter 6 minutes 30.
Sabran (7e hp).- A grande foulées il parcourt l’ovale, promène, lâche le raset, passe sa rage sur les planches. Sanchez plonge à sa tête pour une bonne conclusion mais l’“unicorne” reste le plus souvent stoïque même face à des invites des plus attrayantes.


MARTINE ALIAGA

Les photos dès que possible


Trophée de l’Avenir : Katif, 23 points ; Belgourari, 21 ; Zekraoui, 7.

31/07/2011

CASTRIES *AVENIR*

Dimanche 31 juillet 2011 

PELICAN ET PUIS...

BENESSI.jpg
BENESSI un modèle de présentation

 

Entrée: 2/3 d’arène. Organisateur: CT Le Trident. Présidence: Jacques Valentin. Raseteurs droitiers: Laurent, Damien Martinez, Maurel, Roux, Valette. Gauchers: Alarcon, Guin, Ricci. Tourneurs: Babacene, Estève, Jorquera, Martin.


Pas grand chose à mettre en relief de cette 1re course de la fête de Castries. La complète de Nicollin n’a pas soulevé l’enthousiasme, mis à part Pélican. Aucune satisfaction, ni félicitations, pour les blancs malgré le peu de difficulté et les primes abondantes.
Elzéar.- Une grosse action aux barricades et une nette supériorité aux ficelles lui permettent de les rentrer très facilement. Deux fois la musique.
Romulus.- Il se donne avec complaisance dans de nombreuses séries. A ce jeu, sa bravoure ne lui laisse que 8 minutes pour s’exprimer. 2 Carmen en course.
Coudoum.- Très abordable, il bénéficie du peu d’entrain de l’équipe blanche pour enfermer ses ficelles. Il s’ennuie, saute seul, désolant pour le public.
BENESSI.jpg 2.jpgBenessi.-(Photo►) Magnifique de présentation, volontaire et disponible, il se donne avec lourdeur sans bénéficier toutefois d’un travail de qualité. Un saut sur Roux, un gland au toril et un Carmen en course.
Pouderous.- Il faut attendre la première ficelle pour que sa course prenne un peu d’intensité. Des séries, quelques finitions et un saut sur Guin dans 9 minutes 3 fois honorées.
Pélican.- 2 minutes pour les pompons et puis pause des raseteurs. Pourtant, le bioù en veut. Vif, il va se livrer généreusement avec brio dans de bons enchaînements mais rentre quand même ses ficelles en ayant entendu 6 Carmen.
Pagano.- (Hors points). Des dispositions, un beau saut sur Maurel dans 10 minutes deux fois récompensées.

Texte et Photos Luc PERO

 



Trophée de l’Avenir: Martinez, 8 points; Alarcon, 7; Laurent, 2.
Trophée des Raseteurs: Ricci, 9; Valette, 8 ; Guin, 8 ; Roux, 2.

 

PELICAN.jpg
PELICAN a revoir dans un autre contexte ?

 

07/08/2009

PEROLS *AS* 2e JOURNÉE DE LA FICELLE D'ARGENT

Jeudi 6 Aout 2009

ANTENOR SCULPTE SA COURSE

ANTHENOR.jpg
ANTENOR catapulte Alexandre Gleize
DSC06829.JPGAllouani qui se détache au classement de la Ficelle d'Argent, Gleize toujours sur la brèche, Villard combatif, les cousins Jourdan et Poujol qui oeuvre dans la qualité, Four opportuniste, Marquier élégant, N.Benafitou, Moutet et Sabatier sont les acteurs du jour. De leurs opposants retenons les prestations de MERLOT, FONFON mais surtout celle d'ANTENOR vaillante et spectaculaire sous le regard attentif de Miss Pérols 2009.
FONFON de Blatière-Bessac est un bon premier qui se plaît dans la bagarre en répondant coup pour coup. Des conclusions et Carmen trois fois dans dix minutes.
MERLOT de Cuillé comme un bon vin il se bonifie avec l'âge. Pourtant trés vite dépossédé de ses pompons, la "bourre" continuant aux ficelles le bioù se livre et brille sur les beaux cites de Gleize et Jourdan. Il conserve une ficelle et entend quatre Carmen.
PALUDIÉ de Margé une minute trente pour la cocarde et les glands puis sa presation manque de sel, il faut dire que les hommes ne font guère d'efforts pour relever la sauce. Languissant, ses ficelles au toril et un Carmen sur un bel engagement aprés Poujol.
MARI-PEU de Guillierme donne beaucoup trop de saluts pour que ses onze minutes soient captivantes.
GREGAOU de Saumade peu ficelé il répond mais ne tient pas la distance. Quatre minutes.
Alex.jpgANTENOR de Nicollin on craint le pire avec trente secondes pour lui ravir les principaux attributs. Mais aux ficelles la bravoure de la race s'exprime au meilleur niveau dans des séries et des conclusions spectaculaires sur N.Benafitou, Four, Allouani, Poujol et deux monumentales sur Gleize. Dix minutes intenses plusieurs fois récompensées.
CATOULI de Blanc, hors points donne un aperçu de ses aptitudes barricadières sur Moutet (2), Jourdan pour des Carmen en récompense.
Texte et Photos Luc PERO
ANTENOR.jpg a.jpg
ANTENOR - Four
ANTENOR.jpg
ANTENOR - N.Benafitou

07/06/2009

LE GRAU DU ROI : *AS*

Dimanche 7 juin

GUEPARD SORT SES GRIFFES

GUEPARD.jpg
GUEPARD de Cuillé

Entrée: demi-arène. Organisateur : Régie municipale. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Sabatier. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Mebarek, Oleskevich (sort à la pause). Tourneurs: Benzegh, Beker, Kerfouche, Zerti, Bensalah (se retire au 2e).
Manque d’entente, manque de motivation pour certains, et les hommes n’ont jamais su imprimer un tempo régulier et constant pour permettre aux cocardiers de totalement s’exprimer. Pourtant il y avait chez les noirs, de quoi répondre aux attentes du public.
Generous (Nicollin).- Un sacré coup de revers rend peu aisée l’action de poser la main. Assidu dans les répliques, Jourdan lui fait réaliser quelques jolies finitions. Deux belles poursuites sur Ouffe et il rentre ses ficelles avec 4 Carmen entendus.
Titouan (Cuillé).- Comme à son habitude toujours fantasque mais généreux en début de prestation. Il se montre toutefois moins incisif aux ficelles. A sa décharge, un manque de pression nécessaire pour que son agressivité explose. Une belle série à la 14e minute lui fait écouter le disque. Enferme une ficelle.
Ruy Blas (Cuillé).- Une course très cocardière dans son ensemble et spectaculaire par instants. Un placement irréprochable, des ripostes de la meilleure veine et pour parachever le travail plusieurs coups de barrière. Il ramène une ficelle au toril et écoute les honneurs déjà trois fois joués.
Badaïre (Nicollin).- De belle présentation, son début de temps est assez brouillon. Il se reprend vite et son combat devient plus sérieux. Des anticipations (Allouani, Ouffe) et des changements de terrain opportuns le rendent maître du jeu. Entrepris dans les deux dernières minutes, il donne de très beaux échanges. 6 Carmen.
Jodias  (Nicollin). – Une bonne entame avec du répondant sur les nombreuses sollicitations. Puis, les hommes le délaissent jusqu’à l’ouverture de la 1re ficelle qui donne lieu en final à une superbe envolée derrière Allouani. Aurait mérité plus de rythme de la part des hommes. 4 carmen.
Guépard (Cuillé).- Sérieux cocardier, dangereux barricadier, il ne permet aucune erreur. Sur Allouani, action grandiose et Guépard coince la jambe du raseteur. On arrive alors aux ficelles, et là les hommes abdiquent totalement sans toutefois chercher une solution. Supérieur, Guépard écoute 4 Carmen et rentre ses ficelles.
Alida (Cuillé, hp).- Donnée en supplément à l’occasion de la fête des mères, cette vache spectaculaire et volontaire à souhait, clôture avec plusieurs Carmen en récompense.

Texte et Photos Luc PERO

RUY BLAS.jpg
RUY BLAS - Sabatier
BADAIRE.jpg
BADAÏRE - Allouani
JODIAS.jpg
JODIAS - Allouani


Trophée des As: Allouani, 18 points ; A. Benafitou, 14 ; Ouffe, 11 ; Mebarek, 7 ; Jourdan, 6 ; Sabatier, 3.

21/05/2009

SAINT-CHRISTOL - AVENIR

Jeudi 21 mai 2009

DU ROUGE, DU VERT ET UN BLANC
Jérémy par çi, Aliaga par là...

DSC03923.JPG
Style et efficacité, Jérémy Aliaga face à ALADIN.

9x12.jpgDans ce bastion de la Marque, tous les cocardiers de cette course complète de Nicollin ont fait honneur à leur devise. Mais la grosse satisfaction de cette après-midi  a été la partition haut de gamme jouée par le raseteur Jeremy Aliaga. Etonnant de facilité, présent à tous les taureaux, alternant selon la situation rasets courts et longs, le jeune Villeneuvois s’est payé le luxe de lever cinq ficelles sur les six octroyées. Un total de 26 points au total et des actions spectaculaires en prime… . Valette, Garcia, Castel, Dumas et Sabde ont quand à eux fait au mieux de leurs capacités pour assumer leur contrat.

TERENCE est un premier solide qui conclut avec brio en ajoutant une pointe de méchanceté. Deux grosses actions sur Valette, une ficelle au toril et quatre Carmen.
PEDRO il est ardu de lui toucher le frontal et moult rasets se font à blanc ! Un manque évident de pression gâte sa prestation. Il rentre ses ficelles et entend trois Carmen.
TRELUS on tarde à l’attaquer, mais entrepris ce sont de belles poursuites sur Aliaga(3), Garcia, Valette, Sabde après lesquels le biou se soulève. Il conserve intactes ses ficelles et entend six fois la musique.

CALENDRIN sérieux dans son placement, sec dans ses ripostes il est craint et pourtant concède facilement ses pompons. Aux ficelles plusieurs beaux mouvements sur Aliaga sont musicalement   récompensés pour un total de quatre fois les honneurs.

TIBERE bravas ! sauf pour Benjamin Valette qu’il accroche (sans mal) au saut de la barrière. Volontaire et spectaculaire à souhait, il frappe plusieurs fois et reçoit ainsi de nombreux Carmen dans quatorze minutes.

ALADIN une entrée fougueuse, mais il se fait vite piéger par top de mobilité. Puis calé il se prête au jeu des séries avec une recherche incessante du combat. Deux sauts sur l’inévitable et infatigable Aliaga et plusieurs fois les honneurs retentissent.

 

Texte et Photos Luc PERO

 

DSC03901.JPG
CALENDRIN pousse fort sur Jérémy
DSC03924.JPG
ALADIN saute sur Aliaga.

 

05/04/2009

BEAUVOISIN - LIGUE Languedoc-Roussillon

UNE LIGUE SANS LEADER...

DSC02261.jpg a.jpg

DSC02248.JPGUne bonne petite chambrée sur les gradins des coquettes arènes beauvoisinoises mais point d’enthousiasme malgré quelques bons passages. Les stagiaires essentiellement de 1ère année ont eu du mal à emballer la course. Aliaoui, Azzaoui, Caizergues, Jarroux, Lazard et Martin en première partie puis Allam, Aroca, Auphan, Bennour, Boufrouh et Boyer en seconde. Seul Aliaoui (3e année et cela se sent) s’implique vraiment. Azzaoui lui en détection est transparent. Les autres sont en apprentissage aidés des tourneurs Boutavin et Sagnier. Les Nicollin ont du sang et parfois même un peu trop. Le 459 (1er) est franc mais sauteur il se désintéresse trop sur la fin. Le 513 (4ème) saute seul ou après les hommes mais passe trop de temps en contre piste. Le 520 (8ème) est le plus intéressant. Vif, rapide et doté de bons principes, il termine tout au ras des planches. Les Fabre-Mailhan ont du cœur. Le 444 (2ème) trouve d’entrée sa place et pose problème jusqu’au terme. Le 329 (4ème) n’a pas couru depuis DSC02244.JPGun an et demi suite à une blessure. Vaillant il anticipe et se donne des deux côtés sans retenue avec un cœur énorme. Le 514 (7ème) est méchant. Il débute calmement mais finit très fort notamment lorsque Boufrouh est placardé contre la planche, soulevé sur les cornes et déshabillé (t-shirt et pantalon en lambeaux – voir les photos plus bas) mais heureusement sans blessure. Fortement commotionné il reviendra courageusement au dernier. Les Ricard ont du pétard aux barrières. Le 474 (3ème) est craint. Il rentre la totalité de ses attributs de par ses envolées sur les rasets à blanc. Le 470 (6ème) est vif, rapide. Pourtant, entrepris il s’avère coopératif aux planches avec une façon particulière de freiner des pattes arrières mais peu inquiété lui aussi rentrera tous ses attributs....

Texte Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

*******************

LA " ROUSTE " de Boufrouh

DSC02254.JPG
DSC02255.JPG
DSC02256.JPG
DSC02257.JPG
DSC02258.JPG