Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/03/2017

BEAUCAIRE * SAISON 2017 *

Vendredi 3 mars 2017

Enthousiasme et espoirs

beaucaire,palme d'or,course camarguaiseSurfant sur une excellente saison 2016, les organisateurs beaucairois et les élus ont reçu un très bon accueil des spectateurs qui ont rempli la salle du casino municipal. Maurice Mouret, adjoint aux courses camarguaises, s’est félicité « du renouveau des arènes beaucaires qui en avaient bien besoin », rappelant l’engouement de la Palme d’Or 2016 et les portes fermées bien avant l’heure pour la finale. Julien Sanchez, maire, salue le nouveau président fédéral et rappelle l’investissement municipal « pour que les courses camarguaises soient à la hauteur de Beaucaire, annonçant également la création d’une école taurine municipale... Nous sommes attachés à notre identité et à notre passion et défendons les traditions...»

Place à Daniel Siméon pour rentrer dans le vif du sujet, la programmation 2017. Avec un enthousiasme jamais démenti, l’organisateur a livré quelques-unes de ses visions : « La course camarguaise c’est de la tauromachie, ce n’est pas de la comptabilité... Pour un raseteur, c’est mourir tous les jours, soit s’investir à chaque instant, ressortir vivant mais glorieux... La course camarguaise c’est un sacerdoce et c’est un bonheur lorsque ça fonctionne, et il faut que ça fonctionne tous les dimanches...». Se tournant vers Hadrien Poujol : «Il y a un nouveau président à la FFCC et c’est de l’espoir. Un homme jeune avec la sagesse d’un homme et la jeunesse pour tout changer. La course camarguaise est à un tournant, il ne faut pas le rater... ».

Enthousiasme qui se retrouve dans les courses du Muguet d’Or où « il faut de la verdeur, de la nouveauté dans les taureaux et où les jeunes raseteurs et les plus expérimentés devront se mettre au diapason », annonçant des hommages à Philippe Cuillé, Jean Lafont, à la manade Nicollin... et précisant, avec Jacky Siméon : « pour Le Muguet, le cercle sera tracé et les points de bonification payés ».

La Palme d’Or

Quant à la Palme, la barre est haute. Le défi sera relevée par Boer, Maquisard, Trancardel, Ulmet, Arlésien, Greco, Jupiter, le 16 juillet. Aramis Lebrau, Mignon, Optimus, Cupidon, Marquis, le 23 juillet. La finale a été repensée avec un côté plus spectaculaire (Vincent, Galopin, Chico, Laos, Mustang, Margasse, Pino). A noter, la présentation de Ratis pour ses adieux, associée à la dernière saison d’un de ses principaux adversaires Hadrien Poujol... Côté raseteurs, les meilleurs bien sûr et d’ailleurs pour laisser toute place à la compétition, inversement à 2016, il n’y aura pas de points de bonification, seuls seront comptés les attributs levés mais peut-être un Trophée pour le Raset d’Or sera-t-il mis en place pour valloriser le travail du raseteur... Restent la Palme d’Argent (jeudi 27 juillet) et le Marius-Gardiol (29 octobre) pour lequel une belle affiche est en préparation avec, entre autres, Mignon.

Sur le papier, la saison beaucairoise pavoise, reste à passer l’épreuve de la piste, mais bardés d’espoirs et d’enthousiasme, les afeciouna y croient. Rendez-vous le 9 avril.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Le président FFCC Hadrien Poujol
a prôné le rassemblement au sein d'une Fédération forte
***************

 

02/08/2016

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Course du lundi 1er août 2016 - Finale de la Palme d'Or

Le public ovationne Cadenas

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Départ fulgurant de Laos sur l'invitation rapprochée de Joachim Cadenas

Laos de Cyr fin stratège s’impose
devant des gradins pleins à craquer.

beaucaire,palme d'or,course camarguaiseEntrée : archi-plein. Président : Joris Alvarez. Organisateur : Service des affaires taurines.
Raseteurs droitiers : Auzolle, Cadenas, Chekade (sort au 3e), Faure, Katif, Sanchis, Ciacchini, Gros (rentre au 4e). Gauchers : Allam, Maxime Favier, Ouffe, Zekraoui (sort au 3e), Aliaga, Poujol, Zbiri (rentre au 4e).
Tourneurs : Kerfouche, Estève, Khaled, Joseph, Cuallado.


Joachim Cadenas, largement en tête en début de cette finale de la Palme d’Or et la sortie de Zekraoui (au 3e taureau), 2e ex-aequo avec Maxime Favier, la bataille des hommes n’a pas eu lieu. Mais avec 13 raseteurs à la capelado, la course a gardé de l’intensité. Et puis, des arènes pleines (plus de billet à la vente dès 16 h), cela galvanise une ambiance déjà bien engagée par une capelado originale et bien menée. Cadenas bien sûr, focalise l’attention et les bravos, mais M. Favier joue le jeu jusqu’au bout. Au final, le public se lève pour ovationner Cadenas. Côté taureaux, Aparicio se défend, Laos s’impose, Chico affiche sa vaillance et Absolut finit bien. Une belle remise des prix et tous de repartir avec le sourire, la fête a été belle et le roi fait l’unanimité !
Loubard (Cuillé).- Assailli par les hommes, il se défend en jouant des cornes et en changeant de terrain. Se donne de l’air en utilisant toute la piste et en repoussant méchamment les assauts. Mais se blesse et réintègre à la 7e.
Aparicio (Rouquette).- Choisit de suite sa place dont il sait sortir à bon escient. Sélectionne ses adversaires et utilise intelligemment tout l’espace. Droite-gauche, il impose des ripostes sèches aux trousses des hommes. Défend sa première ficelle jusqu’à la 14e minute, rentre l’autre. 2 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Placement optimum, sorties fulgurantes, les hommes sont avertis. Sourd aux mauvaises intentions, ses plus belles actions s’emballent sur les invitations rentre-dedans de Cadenas et Favier. Chaud après Ciacchini à plusieurs reprises. Un, deux rasets, repart se placer et au besoin envoie la corne en finition (Favier), le stratège se fait respecter et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Bayle (Vinuesa).- Il n’est pas dans un très grand jour. Cul aux planches, il faut le rentrer pour qu’il déclenche. Cadenas, Favier, Poujol, s’y collent pour quelques éclats. Mais Bayle manque de conviction. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Chico (Lautier).- Attaque à fond et participe de bon cœur. Main au frontal, les hommes allongent, Chico fait le job consciencieusement. Le taureau sait se ménager pour repartir dispos au combat. Il multiplie les poursuites serrées et fait l’effort jusqu’aux planches. Un métronome ! Une ficelle rentre. 6 Carmen et retour.
Perroquet (Ricard).- S’approprie toute la piste et les premiers attributs volent sur ses déplacements. Attend les hommes qui ne se pressent pas, craignant ses réactions intempestives. Mais aujourd’hui Perroquet n’a pas envie de jouer, lâche les rasets et promène. Il se cabre après Cadenas et ce sera tout. 7’30”.
Absolut (Ricard).- Hors-points. Une machine à coups de barrière alliée à un bon positionnement. Le festival peut commencer. Cadenas assure le spectacle. Favier, Aliaga enchaînent, pour des envolées superbes qui concluent avec la manière cette belle Palme d’Or. Les ficelles à la maison dans un concerto de Carmen.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Pour clôturer la Palme, le spectacle absolu avec le barricadier de Ricard et M. Favier


POINTS - PRIX
TROPHÉE DES AS (coef 1,5) :
M. Favier, 22,5 pts ; Cadenas, 18 ; Aliaga, 12 ; Katif, 11 ; Poujol, 9 ; Allam, 6 ; Ciacchini, 6 ; Zekraoui, 3 ; Auzolle, 3.
PALME D’OR 2016 :
1. Cadenas, 86 pts ; 2. Favier, 52 ; 3. Zekraoui, 34 pts.
Meilleur taureau des trois courses : Mignon de Cuillé.
Meilleur taureau du Club taurin beaucairois : Absolut de Ricard (prix remis en novembre au Chalet).
Médaille de la Ville remise à Daniel Siméon.

25/07/2016

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Course du dimanche 24 juillet 2016 - 2e journée de la Palme d'Or

La fièvre emporte la Palme

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

Mignon anticipe magistralement sur Cadenas

Les places de parking seront chères pour la finale (lundi 1er août). Le frémissement ressenti dimanche dernier au terme d’une course très disputée, s’est transformé en une fièvre qui a gagné les gradins. Remontés comme des coucous, les hommes se sont jetés dans la bagarre de cette 2e journée de la Palme pour une première partie âpre et sans concession avec Norpol et Crespeu, plus fade avec Lebrau. Mais déjà Joachim Cadenas est de toutes les batailles, Zekraoui et Favier montrent du répondant, la température monte. Mignon siffle la fin de la récréation. En patron ! Le Biòu d’Or 2015 livre un quart d’heure magistral. L’anticipation sur Cadenas coupe le souffle, la longueur avec Zekraoui, divine. Le public se lève à son retour. Une fois titillé, Cupidon se livre dans un déchaînement de rasets et d’actions explosives. Les spectateurs exultent. Le retour de Ratis (après blessure) est salué comme il se doit. Avant la trompette, le Raynaud fracasse les planches. Agressif et brutal, le Biòu d’Or 2013 n’a rien perdu de sa force de frappe. Il rajoute du placement et le choix de ses adversaires. Cadenas trébuche au ras de ses cornes, se rattrape, Ratis est sur lui. L’arène hurle. Mais le droitier repart au combat, et sous les acclamations lève la 2e ficelle. L’ovation pour Ratis. Après toutes ces émotions, Moka aurait pu finir dans l’anonymat. Mais Cadenas en a décidé autrement. Et jusqu’à la dernière seconde, Joachim assure le spectacle. Époustouflant !


MARTINE ALIAGA
photos GEORGES MARTIN et MALI


Points
Trophée des As : Cadenas, 17 points ; Zekraoui, 12 ; Favier, 12 ; Katif, 9 ; Auzolle, 4 ; Chekade, 4 ; Ciacchini, 4 ; Allam, 3 ; Ouffe, 3; Faure, 2.
Palme d’Or : après cette 2e journée, Cadenas, 63 points ; Zekraoui et Favier, 32 ; Katif, 21 ; Allam, 13

************

▼ Ratis aux trousses de Favier

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

▼ Cupidon et encore Favier

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

****************

18/07/2016

BEAUCAIRE *PALME D'OR, 1re journée* AS

Course du dimanche 17 juillet 2016

Première ébouriffante pour La Palme

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Duo Jupiter - Cadenas

Il n'y a pas de souci à se faire, la Palme est convoitée. Si Joachim Cadenas s'empare de la première place en faisant monter la température sur les gradins, Youssef Zekraoui et Maxime Favier n'ont pas dit leur dernier mot. Mais le chouchou du public a pris une belle longueur d'avance.

Spécial dédicace à Youssef Zekraoui qui, dans l'affolement général de la compétition, est le seul à garder la tête froide et respecter les cocardiers. La course aux attributs ne justifie pas le massacre d'un taureau. L'honneur d'un raseteur tient aussi à son comportement en piste.  Et il n'y a aucun règlement à invoquer pour cela, chacun est maître de ses gestes.

Les trois premiers taureaux ont tenu la dragée haute dans une lutte de haute volée. Boer (Occitane), excellent 1er, offensif, utilise toute la piste, multiplie les actions, longues séries et conclusions violentes. Rentre une ficelle.
Cohiba (Fabre-Mailhan) arrive à s'imposer dans le combat qu'il attaque en mouvement pour affiner son placement. La bataille fait rage aux pompons. Mais aux ficelles, placé, il fait le pas au départ et enclenche le turbo. Quand les hommes s'affolent, lui, fait du large. Rentre ses ficelles.

Trancardel (Bon) gère au mieux. Alterne les bons postes et les déplacements pour des actions poussées au ras des bois. 11'30 de bonne facture. 

L'agressivité d'Ulmet (Blanc) lui fait tenir 14 minutes trépidantes. Le taureau est revenu, après blessure, à son meilleur niveau. Décidé, bien positionné, il s'investit par des engagements poussés notamment sur les gauchers mais Cadenas le force à droite. Les offensives se multiplient pour des arrivées en fanfare.

Ca se gâte pour Biterrois (Rouquette) qui, n'arrivant pas à se placer, subit la foudre sans aucun égard. Dévarié par les assauts désordonnés - du grand n'importe quoi - il n'a que sa générosité à offrir.

Quant à Jupiter (Laurent), il tamponne un bon nombre de fois pour 8'30 flamboyantes. Des explosions énormes après Cadenas, Zekroui, Favier où il bascule à deux reprises.

Margasse (Rambier, hp) met du temps à se chauffer mais une fois à point, il enchaîne les actions jusqu'à exploser les planches. L'étalon a du placement et ne se livre pas pour rien. Son agressivité est dosée mais quand il vient, c'est une bombe jusqu'à traverser les planches après Faure et coincer la jambe de Cadenas, espérons-le sans mal pour le raseteur. Rentre ses ficelles.

MARTINE ALIAGA

La Marseillaise ouvre solennellement la Palme d'Or en mémoire des victimes de l'attentat de Nice, reprise par les spectateurs, le moment est fort.

En avant course, Renaud Vinuesa et son équipe donne un aperçu du spectacle "Crin Blanc" pour de jolis tableaux camarguais. Toujours aussi réussi !

Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : Affaires taurines. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Cadenas, Chekade, Faure, Katif, Sanchis, Mascarin. Gauchers : Allam, Ouffe, Zekraoui, M. Favier. Tourneurs: Joseph, Kerfouche, Cuallado, Estève, Khaled.

Trophée des As : Cadenas, 19 points ; Zekraoui, 14 ; Katif, 12 ; Favier, 9 ; Allam, 6 ; Chekade, 6 ; Mascarin, 2 ; Faure, 1

Trophée des Raseteurs : Sanchis, 16.

Classement de la Palme d'Or  (les sept taureaux comptent) : Cadenas, 37 (dont 7 points de bonification accordés par le jury de la Palme) ; 2. Zekraoui 19 (5 bonif) ; 3. Favier, 14 (5 bonif) ; 4. Katif, 12 ; 5. Sanchis, 8.

 

 

27/07/2015

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Lundi 27 juillet 2014 - Finale de la Palme d'Or

Avec Cadenas et Chekade jusqu'au bout du suspense

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Un duel palpitant entre Cadenas et Chekade

souvent à la limite de l'accrochage

C'est Sauvage de Lautier (7e taureau hors points Trophée) qui a départagé les deux raseteurs à égalité parfaite après Biterrois. La bataille a fait rage, Cadenas, rasetant malgré une entorse, a essayé jusqu'aux bout de ses forces, jusqu'à la limite de son grand courage, tentant des rasets impossibles dont une longueur à faire frémir, dans les cornes tout le long, mettant les arènes debout. Chekade, lui aussi, sentant la victoire possible a multiplié les passages, toujours plus près, toujours plus limite... Et la première ficelle de Sauvage pour lui... dans la confusion totale. Litige, énervement, le public au paroxysme... Les hommes repartent au front pour la 2e ficelle, mais làs ! Blessé à l'oeil, le manadier rentre le taureau, à la 13e... on ne saura jamais si Cadenas aurait pu lever cette dernière ficelle... Chekade s'est battu, Chekade a gagné. 

Jusqu'à ce que la compétition entre les deux raseteurs monte en puissance et anime enfin les débats, ce ne fut pas le jour des taureaux. Aucun ne s'est vraiment distingué, pas de Carmen au retour au toril sauf Sauvage. Il est vrai que c'était la journée des hommes et que les cocardiers ont souvent dû faire face à des attaques pas vraiment en règle.

On retiendra quand même les arènes pleines ; l'original spectacle d'avant course, innovant et guilleret ; un vibrant hommage à Garlan présenté en piste (non encocardé, non raseté) et l'engouement du public, parfois réactif à l'excès, mais complètement concerné. 

LES PRIX

 beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Palme d'Or à Chekade, 39 points ; Cadenas, 36 ; Allam, 25. Meilleur taureau des trois courses : Greco de Saint-Antoine.

Trophée des As : Auzolle, 19 points ; Allam, 16 ; Chekade, 16 ; Ayme, 6 ; Ouffe, 5 ; Rassir, 4 ; Katif, 4.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

22/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 2E JOURNEE DE LA PALME D'OR

Dimanche 22 juillet 2012

MIGNON ET SPARAGUS ROIS DU PRÉ

Poujol anime la course. Four passe en tête

 beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▲ Duo de grande classe Mignon et Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Service des affaires taurines. Présidence : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Gleize, Outarka, Rey, Sanchis, Violet, Villard. Gauchers : Allam, Errik, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Fouque, Khaled, Kerfouche, Rado, Sanchez.

Deuxième volet de la Palme d’Or 2012 avec la domination des cocardiers Mignon de Cuillé et Sparagus de Anne et Yves Janin. Cocardièrement, ils ont su s’imposer alors que Gastaboï (Guillierme) a assuré une partie du spectacle. Poujol, Ouffe, Four, Gleize, Rey et Villard ont donné le tempo du côté blanc. A la sortie, c’est en demi-mesure que l’on exprimait des opinions sur la course.
Arrogant (Saumade).- Un premier pas trop compliqué qui va subir mais résister avec quelques bonnes réactions à son actif dans 8 minutes de présence honorables.
Matute (Saint-Antoine).- Lui aussi subit un assaut en règle au départ. Puis aux ficelles, toujours autant sollicité, il s’illustre sur Villard. Pas de refus. 8’30” en piste et un Carmen en course, alors que celui de rentrée est contesté.
Gastaboï (Guillierme).- Sort à une place inhabituelle et inappropriée pour lui. De ce fait, en moins d’une minute, il laisse cocarde et glands. Raseté plus calmement, il fait alors la démonstration de ses aptitudes barricadières sur Villard (3), Four, Rey, Gleize, Errik, Poujol, dans 9 minutes agréables, 5 Carmen.
Mignon (Cuillé).- Très vite positionné, ce n’est plus la déferlante de la première partie. Il faut attendre la 8e minute pour entamer les ficelles. Avec sérieux, et des poursuites de qualité, il maîtrise les blancs. Des enfermées sur Poujol (2), Gleize, Sanchis. En maître cocardier, il entend 4 fois les honneurs et rentre ses ficelles au toril.
Sparagus (A. et Y. Janin).- Lui aussi trouve rapidement ses marques et toise les blancs. Bien entrepris, il se donne avec cœur le temps des principaux attributs. Puis, calé aux bois, il distille alors des enfermées puissantes et serrées sur Poujol (3), Errik, Four. Il s’illustre aussi dans de beaux enchaînements mais termine maître de la situation et enferme sa 2e ficelle. Il reçoit 4 fois la musique.
Valmont (Lautier).- S’il n’a plus sa puissance de feu aux planches, il signe cependant quelques belles finitions sur Sanchis, Gleize, Rey, Violet. Puis il manque de travail et rentre fort logiquement sa seconde ficelle. 4 Carmen.
Nizam (Blatière-Bessac).- Hors points. Il bascule sur Poujol et tape ensuite de multiples fois dont un énorme coup sur Villard. Mais hélas, blessé, il réintègre le toril à la 8e minute à la demande de son manadier. Des Carmen.


LUC PERO
PHOTO CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Poujol, 14 points ; Gleize, 11 ; Sanchis, 9 ; Four, 8 ; Villard, 7 ; Rey, 7 ; Ouffe, 4 ; Errik, 1.
Palme d’Or : Four, 21 points ; Poujol, 19 ; Villard, 16 ; Ouffe, 15 : Sanchis, 13 ; Gleize, 11 ; Errik, 8.

 

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▲ Arrogant de Saumade et Julien Rey

▼ Gasto Boï et Benjamin Villard

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Sparagus de Janin et Hadrien Poujol

 beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Nizam Blatière  Bessac
(hors point Trophée des As, compte pour la Palme d'Or)
et Hadrien Poujol

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Nizam et Bastien Four

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

************************************

 


01/08/2011

BEAUCAIRE *AS* FINALE DE LA PALME

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

Lundi 1er août 2011

 POUJOL L'A VOULUE...
IL L'A EUE...

Vainqueur de sa première Palme d’Or, Hadrien Poujol a dédié sa victoire à son grand-père, décédé. "Il aurait été fier de moi, j’ai tellement pensé la gagner pour lui ».
Après quatre années de problèmes physiques, le raseteur, à 28 ans, retrouve le plaisir de raseter et l’envie de gagner : «Ça été dur, je suis super content, je voulais gagner un gros trophée, je ne savais pas si j’étais encore dans le coup. Mais j’avais une grosse envie. Il y a des jours où j’ai encore mal, mais c’est comme ça. A la dernière course de Vendargues, j’ai dû sortir, mais à Sommières j’allais bien...».
L’appétit vient en mangeant et déjà à la Cocarde d’Or, le gaucher s’était senti en forme : «A partir de là, je me suis dit pourquoi pas moi ? En plus, je fais une très bonne équipe avec mon tourneur Gérald Rado, que je retrouve puisque j’ai débuté à l’école taurine d’Arles avec lui. Il y a des petits signes comme ça qui redonnent de la motivation, de l’envie...».
Cette victoire qu’il est allé chercher avec détermination, après un duel point par point avec Bastien Four puis Anthony Ayme, le remet sur les rails : « Dans ma tête, ma saison est déjà réussie. Mais, j’aimerais finir dans les cinq premiers du Trophée des As pour, le jour de la finale à Arles, aller à nouveau chercher un prix».
Qu’on se le dise, Hadrien a toujours soif de titres et de trophées. Le grand gaucher est de retour...

MARTINE ALIAGA

 PALME D'OR 2011
HADRIEN POUJOL ET GARLAN DES BAUMELLES


Arènes pleines, décorum des grands jours, superbe capelado sur l'histoire de la création du Trophée Taurin. Encore une fois Patrice Blanc déroule le fil de l'histoire de la bouvine avec bonheur.
La course : en piste, ça rasète plus ou moins, souvent des temps morts avant d'attaquer les ficelles. Ayme boîte mais tient le coup toute la course au coude à coude avec Poujol. Four (au départ à égalité avec Hadrien) n'y croit pas assez et laisse un peu tomber. Hadrien la veut cette Palme, alors à corps perdu, parfois sans la manière, parfois avec, jusqu'au bout, il se bat et son bonheur, bras dessus dessous avec Gérald Rado, a fait plaisir à voir. Emotion quand il a levé son bouquet au ciel, en hommage  à son grand-père.

Les taureaux : Basco de Lautier, navigue, évite, promène mais quand il suit c'est toujours dangereux, anticipations, enfermées et deux ficelles rentrent. Arrogant de Saumade, un peu lourd, il est secoué aux pompons et finit au ras des planches, aux ficelles ça se calme nettement. Il reste volontaire et s'en sort plutôt bien avec une ficelle qui rentre. Loubard (Cuillé), brouillon, prend tout sans discernement. Ralentissement aux ficelles. Puis des enchaînements où il "envoie" pas mal... rentre une ficelle.

Andalou d'Espelly-Blanc. Dernière course du combattant qui a toujours rentré ses ficelles, lecture de son palmarès, bravos... A la trompette, affiche son placement rigoureux et place ses anticipations légendaires. La 1re ficelle part dans le crochet de Moutet et rentrée sous l'ovation mértitée.  Périclès ne se fait pas respecter aux pompons. En revanche aux ficelles, avec moins de pression, les enchaînements se font rapido et au ras des bois. Malgré les ficelles doublées pour la Palme, le public reste sur sa faim et le fait savoir. Caleu de Chauvet tient sa position, les blancs sont au ralenti. Semble pourtant bien abordable. Enfin ça démarre, Gros ouvre la ficelle, Poujol la lève dans un raset minable, le public le conspue ; mais il lève la 2e dans une passe limpide, le public l'ovationne. Quand à Clodomir (Bon), très sauteur, seul ou après l'homme. Entre deux échappées, Gros lève la ficelle et Poujol laisse éclater sa joie.

 

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Andalou (Espelly-Blanc) dans une grosse anticipation sur Poujol

▼ puis ci-dessous dans une arrivée dangereuse après Romain Gros

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Périclès (Nicollin) à l'abordage après Mickaël Matray

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Anthony Ayme valeureux second avec Clodomir (Bon).

***************************************************************

- Le décorum années  60 -
- La rencontre à l'origine de la création
du Trophée Taurin entre Georges Thiel, Marius Gardiol, Paul Laurent
pour "doper et médiatiser la course libre". Déjà.... -
- Les manadiers à l'honneur et la capélado -

 beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

 beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

 ▼ Défilé des manadiers ayant obtenu un Biou d'Or
Magali Saumade et son fils

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaisesDevant la Reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur, à cheval, manadiers ou bayles des manades:
Lafont, Nicollin; Henri, Patrick et Paul Laurent ; Bilhaud, Raynaud, Thibaud, Aubanel, Boch, Lautier, Cuillé, Guillierme, Fabre-Mailhan, Chauvet, Cuillé, Saumade, Blatière-Bessac, etc. A pied, manades Rebuffat, Jacques Blatière, Maryse Chauvet, Patrice Brouillet, etc.

◄ Pour représenter la manade Rouquette, le tout jeune Lucas Benzegh, petit-fils de Georges.

 

 

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
ERIC AUPHAN

27/07/2010

FINALE DE LA PALME D'OR

Lundi 26 Juillet 2010

SEULE LA CAPELADO A FAIT VIBRER...

Capelado.jpg
Les arènes Paul-Laurent pleines c'est beau, une capelado majestueuse retraçant l'histoire du costume d'Arles c'est beau. Des raseteurs tout de blanc vêtus qui défilent au centre de ce décorum c'est beau. Quelle fierté pour un raseteur d'évoluer dans un tel contexte... Eh bien non ! ces messieurs n'en n'ont que faire, pas plus que des primes largement distribuées par la présidence. Alors à la sortie on ne peut que constater l'énorme gâchis offert par les "rasibles" aujourd'hui, jour de fête et de faste normalement pour une finale de Palme d'Or.
Dans ce "clafoutis" nous n'incriminerons pas les cocardiers qui pour la majorité ont dû se demander pourquoi ils étaient là et
sont retournés dans leurs manades sans avoir pu montrer leurs valeurs guerrières de taureaux camarguais.
Pauvre public qui était venu voir une des plus prestigieuse compétition de notre patrimoine... Et dire qu'il y en a qui veulent exporter ce triste spectacle en Chine où en Israël, les Dieux de la Bouvine seraient-ils tombés sur la tête ?

Luc PERO
************************
PALMARES DE LA PALME D'OR 2010
1- Benjamin VILARD
2- Bastien FOUR
3- Nicolas VIOLET
Meilleur cocardier de la compétition
ANDALOU de Blanc-Espelly
*************************
LA COURSE
Au micro Raymond Arnaud, en piste Villard, Violet, Grammatico, Gleize, Sabatier, Beaujard à droite. A gauche Four, A.Benafitou, Martin-Cocher, Clarion. Tourneurs Mata, Th Garrido, Bensalah, Ranc, Zerti.
TRELUS de Nicollin, au petit trot il effectue son quart-d'heure et Grammatico lève la deuxième ficelle dans les ultimes secondes.
RIO de Bon, redoutable escrimeur, il inflige une pointe (main) à Violet. Il sélectionne beaucoup et même trop souvent pour enfermer son second gland.
GERICAULT de Chauvet, des coups de barrière sur Villard, Violet, Four le temps des attributs puis c'est la promenade de santé pour le biou qui en voulait... Trois Carmen.
ANDALOU de Blanc-Espelly n'a pas eu à forcer son grand talent pour s'imposer. Des anticipations sur Clarion, M.Cocher et surtout Violet. Il rentre sa première ficelle à 1000 euros et attend encore un  véritable duel avec deux des leaders du Trophée des As présents en piste. Cinq fois les honneurs.
LEVENTI de Plo, quarante cinq secondes pour les pompons. Puis ce sont de belles poursuites sur Clarion, Four, Violet, Gleize dans les seules (onze) minutes véritablement rythmées de l'aprés-midi. Cinq Carmen.
CARLOS de Lautier, d'entrée se jette au dessus des planches sur Villard, pas à sa place en sixième position, il réalise sept bonnes premières minutes, mais la fin est languissante par manque de pression. Quatorze minutes et trois Carmen.
AGASSOUN de Blanc, un grand fantasque qui attend les attaques... mais tout était joué, alors une petite série et la musique. Rentre ses ficelles.
Texte et photos
Luc PERO
VILLARD.jpg
▲ Benjamin Villard le vainqueur et LEVENTI
FOUR.jpg
▲ Bastien Four second ici avec GERICAULT
VIOLET.jpg
▲ Nicolas Violet troisième et ANDALOU
VILLARD.jpg 2.jpg
▲ Les deux lauréats de la Palme 2010
*************************
VOYAGE DANS LE TEMPS
Reine.jpgEn quelques minutes, le Pré a remonté les siècles. Belle performance des organisateurs et des acteurs de l'entrée en matière de la course de la Palme d'Or. Le temps d'une capelado, ce voyage du XVe au XX1e siècle au fil des costumes a transporté  touristes et connaisseurs au doux rythme des traditions. Deux superbes attelages de chevaux lourds en fond pour des saynettes joliment dessinées, expliquées et datées, des fêtes de la Madeleine à la foire de Beaucaire en passant par les balbutiements de la course camarguaise. Il était une fois... Les consuls, les jeux avec les vaches, l'arrivée des "Indiennes" pour "étoffer" le costume, les élégantes de l'Empire, la coiffure qui s'enorgueillit du ruban. Puis l'enceinte de pierre qui s'élève pour délimiter les arènes du Pré (1855), la course de la Palme d'Or (juillet 1926), la première finale du Trophée des As (1952)....et pour rester de plain pied dans le XXIe, une "Carmen" techno liant ce joli passé et dansée avec une ferveur nouvelle toute de jeunesse habillée. Public conquis... Dommage, la suite n'a pas été à la hauteur.
Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

DSC03875.jpg
DSC03879.jpg
DSC03885.jpg
DSC03886.jpg
DSC03887.jpg
DSC03888.jpg
DSC03890.jpg
P&ame.jpg

DSC03891.jpg
DSC03893.jpg
DSC03916.jpg
DSC03918.jpg
DSC03930.jpg
DSC03935.jpg
Photos Luc PERO

23/07/2010

BEAUCAIRE - PALME D'OR 2010

Jeudi 22 juillet 2010 : Royale de Fabre-Mailhan

PASTEUR ET SAINT REMOIS ROYAUX

PASTEUR 2.jpg Villard.jpg
Classement de la Palme d'Or avant la Finale: Villard 41 pts, Four 30, Violet 26, Gros 17, Moutet 15, Clarion 14.

3e journée de la Palme d'Or avec la domination de Pasteur et la brillance de Saint-Rémois au sein de la Royale de Fabre-Mailhan. Chez les blancs, Villard continue sa marche en avant mais Four s'accroche. Bonne participation des jeunes Sanchis, Rassir, Sabde.
Espeloufi.- Sa participation à la Cocarde d'Or l'a visiblement émoussé car nous l'avons connu avec plus de mordant. Quelques sporadiques réponses notamment sur Villard qui totalise avec lui. Une ficelle au toril.
PASTEUR.jpg Moutet.jpgCigalié.- Dès sa sortie, il se livre sur toutes les attaques. Raseté sur un rythme soutenu, il se distingue dans de longs échanges. La bataille fait rage à la première ficelle et le biou répond coups pour coups. 15 minutes, 4 Carmen.
Joli Coeur.- Cocardier respecté, son entame est des plus convaincantes. Sérieux dans sa tenue et barricadier dangereux, il est craint. Calé devant le toril, Moutet le provoque au mieux mais il gardera ses ficelles. 3 Carmen.
◄▲Pasteur.- Le Biou d'Or assure, dès les pompons levés, sa suprématie. Calé aux barrières, il élargit le cercle et devient le patron de l'ovale beaucairois. Jamais pris en défaut, grâce à une parfaite maîtrise du combat, il écrase les blancs de sa supériorité et enferme sa première ficelle à 1 000€. Cinqs coups de barrière. 5 Carmen.
Pablo. - C'est aux ficelles que Pablo donne la pleine mesure de ses capacités dans les séries superbement réalisées. Sa bravoure lui fait réintégrer le toril à la 8e. 5 Carmen.
Daudet.- Très mobile, il n'en demeure pas moins très assidu dans les enchaînements qu'il conclut parfois brillamment. Une superbe enfermée sur Sabatier, une ficelle au toril. 4 Carmen.
Saint-Rémois (hors points, dix minutes).- Un départ toniturant pour le barricadier des Bernacles. Des coups énormes. Sur Villard, les actions sont grandioses. Il récolte ainsi une cascade de Carmen et rentre ses ficelles sous l'ovation.

Texte et photos
Luc PERO
Trophée des As : Four, 7,5points ; Villard, 7 ; Sabatier, 4,5 ; Violet, 3,5 ; Moutet, 2 ; Clarion, 1.
Entrée : 2/3 d'arène. Organisateur : Service des affaires culturelles. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Moutet, Villard, Violet, Sabatier, Sanchis, Gros (sort au 5e). Gauchers : Clarion, Four, Rassir, Sabde. Tourneurs : T. Garrido, Baccou, Mata, Zerti, Ranc.
Rassir.jpg
Sofiane RASSIR▲ et Boris SANCHIS▼ sans complexes
Sanchis.jpg
Baccou.jpg
Le tourneur G.Baccou en difficulté face à JOLI-COEUR

27/07/2009

BEAUCAIRE : FINALE DE LA PALME D'OR

Lundi 27 juillet 2009

ALLOUANI AU BOUT DU  SUSPENSE
1.jpg
Sabri Allouani avec LEVENTI de Plo
Entrée : le plein. Organisateur : Affaires taurines.  Présidence : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Moutet, Villard. Raseteurs gauchers : Four, Khaled, Martin-Cocher, Martinez (sort au 5e), Poujol. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Fouque, T. Garrido, Mata.
5.jpgEx-aequo jusqu’aux ficelles du dernier taureau le suspense est allé jusqu’au bout. Finalement c’est au bénéfice des cocardes levées que Sabri Allouani s’offre sa 4e officielle Palme d’Or. Benjamin Villard second avec lui aussi 53 points mérite les félicitations pour avoir été l’égal du vainqueur dans une finale d’un bon cru. 3e. Auzolle, 17 points. Géricault (Chauvet) est proclamé meilleur taureau de la Palme d’Or.
Lou Pounchu (Guillierme).- Il pleut du blanc sur lui, mais il fait face avec du brio dans les séries le temps de céder cocarde et glands. Puis il se positionne devant le toril et défend sévèrement ses ficelles. Il en conserve une. 1 Carmen en course.
Géricault (Chauvet).- D’un comportement fantasque, il n’en est pas moins concentré et vient plusieurs fois conclure brillamment sur Poujol (2 fois), Gleize, Martinez, Khaled. Cocardier au placement sûr, il se défend avec beaucoup de métier et offre une course sérieuse et spectaculaire. A la 13e minute il crochète Khaled au saut de barrières puis coince les pieds de Four et d’Allouani dans un final houleux où de nombreux Carmen résonnent.
Romain (Mermoux).- Un méchant coup de revers contrarie les hommes, ainsi il conserve ses pompons jusqu’à la 4ème minute. Puis il se cale devant le toril et coince... en jouant toujours de la tête. Ses ficelles au toril.
2.jpgYvan (Lou Pantaï).- Il ne paraît pas au top de sa forme, pourtant lorsqu’on le chahute il vient plusieurs fois serrer les hommes à l’arrivée. Hadrien Poujol lui tire de belles longueurs. Allouani, Gleize, Moutet, Four, Villard l’invitent dans des grandes séries pour une très bonne fin de course. Sa brillance lui permet d’écouter de nombreuses fois la musique dans quinze minutes.
Carlos (Lautier).- Perdu à sa sortie, il vient ensuite se soulever sur Allouani et traverse les planches sur Villard qui s’en tire sans mal. Une autre énorme action sur Villard après lequel il bascule encore. Un autre coup de barrières sur Moutet. Moins en verve en fin de parcours il réintègre le toril avec Carmen déjà entendu.
Leventi (Plo).- Sitôt sorti, sitôt dépourvu de ses pompons. Ensuite il bénéficie d’un excellent travail des hommes qu’il embarque dans de belles arabesques. Le bioù se donne alors avec générosité et frappe les bois à son arrivée. Des Carmen le récompensent pour douze minutes pleines.
Péricles (Nicollin, hors point).- Les deux prétendants à la victoire finale se retrouvant ex-aequo avant d’attaquer les ficelles et c’est le black-out, personne ne voulant les ouvrir ! Quelques gros coups aux planches dont un qui lui fait mal et ses ficelles rentrent au toril avec des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO
3.jpg
Valeureux second Benjamin Villard
4.jpg
La joie d'un grand guerrier qui accroche sa 4ème Palme officielle...

Trophée des As : Poujol, 6,5 points ; Allouani, 6 ; Villard, 6 ; Four, 5 ; Auzolle, 4,5 ; Khaled, 2,5 ; Gleize, 2,5 ; Martin-Cocher, 1.