Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/04/2017

PALUDS DE NOVES *AVENIR/ESPOIR*

Dimanche 09 Avril 2017

CHICHARITO MAÎTRE A JOUER...

paluds-de-noves,course camarguaise

Belle attitude de Chicharito (Caillan) avec Enzo Bernard

Entrée: 2/3 Organisateur: CT Les Paluds Présidence: F Ginoux Droitiers: Améraoui, Bressy, Guyon, Michelier, Moine Gauchers: N Bénafitou, Bernard, Deslys, N Favier Tourneurs: Khaled, Lieballe, Toureau.

Ouverture de la temporada en douceur qui vaut par la maître prestation de Chicharito et celle de Givalond. Les gauchers s'investissent plus que les droitiers qui reprennent quelques couleurs après la pause. Une minute d'applaudissements est effectuée afin d'honorer la mémoire de Aimé Raffin membre du club, responsable de la sono décédé le 28 Février 2017. Présidence sérieuse de Florian Ginoux qui su primer à bon escient notamment à Chicharito la difficulté du jour.

Sauteur impénitent mais franc sur le raset, COUCOUSSA (Ricard) conserve ses rubans dix minutes grâce à un coup de revers prononcé. Ses poursuites manquent de percussion sauf à deux reprises après Deslys. 2 Carmen et silence au retour. Rapide et volontaire, GIVALOND (Cuillé) se livre des deux côtés et pointe les cornes. Aux ficelles, il enferme sérieusement Favier et se donne généreusement au travail intensif dans dix minutes trente récompensées 5 fois et retour. ARANDA (Caillan) a du mal à se fixer mais s'envoie puissamment en contre piste après Bénafitou. Inconstant et en manque de placement, sa méchanceté évidente le gaspille. Il termine pourtant par une action fracassante après Deslys. 2 Carmen et retour.

Si Bernard coupe la cocarde après deux minutes, CHICHARITO (Caillan) serre vite sa garde. Placement, anticipation, vitesse et sens aiguisé du combat sont ses atouts. Bressy doit lâcher, Bernard fait frémir les gradins plusieurs fois, Bénafitou percuté lève la cocarde, les enfermées s'enchaînent les Carmen aussi pour une prestation très aboutie. 10 Carmen et retour avec ses ficelles. Brave, GAUGUIN (Lautier) défend ses ficelles en deux minutes. Il fait preuve d'abnégation finissant sabots sur le marche pied. Pas ménagé il se bat dans des séries intenses répétées et perd la seconde sur le fil. 9 Carmen et rentrée. AMARRANT (Cuillé) aussi perd vite ses rubans. Aux ficelles agressif, il met en danger Bressy dans le berceau des cornes. Il accuse le coup physiquement mais termine par une émotionnante enfermée sur Améraoui. 7 Carmen et retour. Corpulent, ELYX (Ricard) tient le centre et a du mal à se tourner. Lorsqu'on court avec lui ses arrivées (7) terminent en fracas au-delà des bois. Dommage, ses douze minutes manquent de rythme. 5 Carmen et retour.

 paluds-de-noves,course camarguaise

Coucoussa (Ricard) pointe les cornes après Joey Deslys 

paluds-de-noves,course camarguaise

Givalond (Cuillé) s'engage derrière Ludovic Bressy

paluds-de-noves,course camarguaise

Percussion d'Aranda (Caillan) sur Joëy Deslys

paluds-de-noves,course camarguaise

Chicharito (Caillan) en duo avec Nicolas Favier

 paluds-de-noves,course camarguaise

Gauguin (Lautier) et Enzo Bernard réunis dans un joli raset 

paluds-de-noves,course camarguaise

 Amarrant (Cuillé) s'engage avec conviction derrière Améraoui

paluds-de-noves,course camarguaise

Envolée d'Elyx (Ricard) avec Nicolas Favier 

Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Deslys (10) Bressy, Favier (7) Améraoui (5) Bernard (3) Michelier (2)

03/03/2015

PALUDS-DE-NOVES *SAISON*

paludssaisonphem.jpg

Vendredi 28 février 2015

Mise en jambes aux Paluds

paludssaisonphemgonfond.jpgLe 28 février dernier, le club taurin organisait une course d’entraînement avec les pensionnaires de la manade Guillierme, ainsi que quelques tenues blanches ayant pris rendez-vous pour la saison à venir.
Après ce moment où chacun a pu rapidement retrouver ses marques, c’est dans la salle de "l’amitié" que se déroula la suite de l’après-midi.

Là, une rétrospective sur des courses d’un autre temps, où les rubans faisaient flamber le cours du franc, firent place à une affluence se faisant pressante à la lecture des réjouissances. La présentation du programme pouvait alors être dévoilée par le président de l’association Sébastien Gonfond (photo). L’assemblée aura pu prendre note de quelques rendez-vous prometteur, avant de chavirer dans une ambiance festive au son de la très populaire pena de Saint-Etienne-du-Grès.

Premier rendez-vous le 29 mars.



Texte et photos
ERIC MARC
Voir également www.photo-taureau.com

 

Paluds-de-noves,saison,courses camarguaises

 

09/11/2014

PALUDS-DE-NOVES *FINALE LIGUES PACA*

 paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises

Samedi 8 novembre 2014

LE N°8015 DE PLO , ROI  EN  PACA
 
Après Remoulins, c’était au tour des arènes de Paluds-de-Noves  de recevoir en ce samedi la finale  des courses de ligue PACA.  A l’heure de la capelado, en présence des Arlésiennes locales et voisines et de la pena Los Caballeros de Bellegarde, les 6 tenues blanches titulaires, leurs 2 remplaçants et les  2 tourneurs sont venus se présenter au public qui emplissait les gradins aux trois quarts.
Face au travail assidu de cette équipe motivée et appliquée, les taureaux ont eu fort à faire tenir leur temps de piste réglementaire. Malgré ce, l’ensemble fut très plaisant à suivre. Si le 8105 de la manade Plo s’octroie en toute logique le prix de la journée, les pensionnaires 893 de Lautier, 901 de Chauvet et 944 de Fournier ont marqué les esprits…
La course :
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Joncas avec Martin
Le premier à fouler la piste, sera le n°489 du Joncas, qui tout en vaillance se battra durant 6’30 en se signalant dans une série et une finition sur Martin.  Carmen joué 1 fois le raccompagne.
Classique, le n°958 de Gillet ne tiendra pas plus le coup.  Coupant légèrement le terrain, il passe la vitesse supérieure après la tête mais ne parvient pas à s’imposer. 3 Carmen récompensent son classicisme.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Plo sur Bernard
Avec le 8015 de Plo, la course allait prendre une autre dimension. Rapide, anticipatif et surtout finisseur, chaque raset se transforme en une enfermée à couper le souffle notamment derrière Martin, Charrade, Bernard qui, en fin de course,  se feront brutalement raccompagner au-dessus des planches. Des Carmen qui résonnent  (5 fois) renouvelés à son retour au toril fortement applaudi. Juste avant la pause, le n°893 de Lautier allait clôturer agréablement la première partie.  Malgré ses sauts volontaires (5) c’est avec une certaine énergie qu’il a s’engager sur les sites pour raccompagner jusqu’à l’extrême limite ou il tape les planches avec le frontal. Rodriguez (2), Martin (2), Charrade ou encore Marignan en tireront le meilleur, le tout aux accents de Carmen (8 fois) retour inclus.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO
Le Chauvet après Marignan

Juste après la pause, le 901 de Chauvet est un sacré client. Sans parler de son placement, ses ripostes sont vives, appliquées et non sans danger. Méric, Marignan, Martin se feront serrer de près dans de longues ripostes. Sa franchise lui sera cependant fatale et les hommes le dépouilleront en moins de 8 minutes au terme desquelles il mettra quasiment le double pour réintégrer le toril avec le lasso.
S’il y avait eu un prix pour la beauté, sûr que le n°905 de Ricard aurait été sur le podium, mais…  il va répondre, sans forcer  la cadence en poussant de temps en temps quand la trajectoire sera droite.  5 sauts volontaires, 1 aux trousses de Charrade qui le privera de sa seconde ficelle à la 9e  avec 1 unique Carmen en piste. 
Avant dernier, le n° 944 de Fournier et Fils va débuter calmement en se contentant de répondre au ralenti. Mais dès la 6e minutes, ses réparties seront plus intentionnées.  Il va passer la vitesse supérieure pour enfermer ses partenaires (Martin, Bernard) et venir passer à plusieurs reprises la tête à l’arrivée. Carmen au retour pour la 6e fois.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises PHOTO La Galère et Méric
Pour conclure le n°916 de La Galère a tenu sa place. Son manque de placement va être compensé par sa vaillance. A droite, à gauche, il s’engage en poussant de temps à autre jusqu’aux planches où il peut de dresser timidement (Martin 3, Marignan 2, et Charrade) ou alors taper sans retenue (Marignan,  Martin). En récompense, il reçoit une multitude de Carmen (9) rejoué a sa rentrée….
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Remise des Prix

Jean-Louis PLO reçoit des mains de Gérard Batifort, président de la FFCC le prix du Meilleur Taureau.
Chaque stagiaire (A. Charrade – V. Rodriguez – V Marignan – F Martin – M Meric – E Bernard – D Guerrero – N Carta), tourneur (F. Levy – G Sagnier) est honoré pour leur participation.
 
*************

05/05/2011

PALUDS DE NOVES *ACTU BOUVINE*

UN PRESIDENT ACTIF

Paluds de Noves 01 05 052.jpg

▲ Sébastien Gonfond en pleine action.

Sébastien Gonfond est un président de club taurin actif. Non seulement il anime avec brio les courses du célèbre village provençal aux coquettes arènes ombragées mais difficile pour lui derester sans rien faire. Dimanche 1er Mai (fête du travail) il n'a pas chômé. A la pause il s'est tout naturellement investi en remettant la piste en état à l'aide d'un rail métallique imposant. Une nouvelle méthode pleine de volonté et proche de l'environnement qui pourrait faire d'autres adeptes.........

Paluds de Noves 01 05 053.jpg

Aux paluds on a peut pas trop de pétrole néanmoins on a des ideées et à de l'énergie à renvendre. Heureusement les jeunes sont également présents et à deux la tache est moins ardue. De quoi permettre à Sébastien de souffler un peu....

Paluds de Noves 01 05 054.jpg

 ▲ A deux l'énergie est renouvelable.

 

Texte et photos Eric Auphan

01/05/2011

PALUDS DE NOVES *AVENIR*

Dimanche 1er Mai 2011

L’ENVOL DE MOINEAU...…

Paluds de Noves 01 05 048.jpg

▲ Moineau et Maxime Favier les plus en vue de la journée.

Entrée: ¾ Organisateur: CT Les Paluds Présidence: S Gonfond Droitiers: Estevan, Faure, Sanchis. Gauchers: Aliaga, Favier, Lafare, Martin. Tourneurs: Cuallado, Dumas, Grando, P Rado.

En cette fête du muguet, la course laisse un sentiment mitigé. Les clochettes ont tinté par moments mais la grande satisfaction vient du quart d’heure de haut vol réalisé par Moineau qui a sonné les cloches des blancs. Favier se comporte en leader avec Sanchis très combatif. Aliaga rasète propre, le duo Lafare-Estévan est actif, Martin malchanceux et Faure se reprend après la pause. Une course non chômée mais sans heures supplémentaires.

Corsé et puissant, MOURVEDRE (Cuillé) met de la conviction à ingurgiter les rasets tout en frappant après Martin. Aux ficelles, il met de l’eau dans son vin et devient plus abordable. Toujours placé, la bourre le bonifie et ses quatorze minutes sont intéressantes. 4 Carmen et retour. Avec MOUSCAILLON (Lagarde), les blancs partent la fleur au fusil car il manque de conviction. Sur un saut il malmène Grando en contre piste sans blessure mais avec des contusions. Un coup de barrière après Favier puis il se laisse cueillir en douze minutes. 1 Carmen. Autre son de cloche avec MOINEAU (Richebois) au placement ultra efficace. Il sort ses griffes, vole dans les plumes des blancs et migre souvent au toril d’où il contrôle tout. Un superbe raset de Jérémy Aliaga déclenche le disque. Mettre la main s’avère compliqué mais Favier coupe la cocarde (5ème) et la lève (9ème). Il ôte le premier gland sur la sonnerie et sera le seul à s’inscrire au palmarès. 2 Carmen dont rentrée pour sa domination. Décidé mais avec un coup de tête prononcé, PESCAÏRE (Lagarde) reçoit un coup de crochet à l’œil dès l’entame et réintègre le toril prématurément. Deux minutes suffisent pour arriver au sommet des rubans de VENTOUX (Richebois) qui saute après Favier. Il récidive sur Sanchis mais manque de placement. Il décolle encore après Favier mais son point culminant c’est une envolée derrière Faure. Il est encore spectaculaire sur Lafare mais rentre une ficelle en silence par manque de tonus mais aussi de pression. 3 Carmen. Novice, MEJEAN (Cuillé) s’avère brouillon et distrait. On sent des possibilités intéressantes quand il se montre percutant ou sauteur avec Favier, Faure et Martin. De l’envie mais un manque de physique qui ne l’empêche pas de conserver une ficelle. 4 Carmen pour un élément à revoir. Vif et volontaire, UCHAUDOIS (St Pierre) offre douze minutes plus incisives à gauche mais aussi sur Estevan. Toujours placé et prêt au combat, il termine agréablement mais il a manqué le petit brin de (muguet) folie pour terminer par le bouquet final.

paluds-de-noves,courses camarguaises

▲ Moineau (Richebois) - Aliaga

▼ Ventoux (l'autre Richebois) offensif sur Lucas Faure

paluds-de-noves,courses camarguaises

▼ Méjean (Cuillé) - Jérome Martin

paluds-de-noves,courses camarguaises

 paluds-de-noves,courses camarguaises

 ▲ Uchaudois (St Pierre) aux trousses de Sanchis.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Favier (18) Sanchis (9) Aliaga (6) Faure (2)

Trophée des Raseteurs: Lafare (12) Estevan (5)

05/09/2010

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Dimanche 5 septembre 2010 : 34e finale du Trophée de la Saint-Roch

HAUTURIER HAUT LA MAIN...…

Paluds de Noves 05 09 181.jpg
HAUTURIER - Lafare

Entrée : Plein. Organisateur : CT Les Paluds. Présidence : S Gonfond. Raseteurs droitiers : Chekhade, Estevan, Gros (sort au 6e), Guyon. Gauchers : N Bénafitou, Errik, Fadli, Lafare. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, F Garrido, Lizon.

 

9x12.jpgL’ambiance est allée crescendo pour cette 34e Finale de la St Roch. Dommage que Mariachi ne termine pas plus brillamment ce qui n’empêche pas la présidence généreuse en primes d’accorder un Carmen Général. Hauturier cocardier complet s’impose devant Pierrounet spectaculaire et dangereux. Errik remporte le prix avec une avance confortable. Lafare combatif est efficace. Guyon remporte l’animation. Chekhade revient fort. Estevan emballe le public. Bénafitou signe l’action du jour et Gros n’est pas dans le coup. Folklore, pena de St Etienne du Grès et gardians du Casteù assurent un défilé et une remise des prix colorée.
Premier peu enclin à de gros efforts, les hommes prennent DIABLE (Lautier) au corps pendant sept minutes tranquilles. Un Carmen et retour généreux.
Même s’il ne se fixe pas, COLVERT (Chauvet) est volontaire avec de redoutables enfermées aux rubans. Le ton baisse aux ficelles pourtant il en veut. Sur la fin plus charbonné il réveille le public en percutant à l’arrivée et conserve ses ficelles. 6 Carmen et rentrée.
Décidé, CASSIEU (Didelot) brille dans les séries avec un moral à toute épreuve. Aux ficelles il ne lâche rien, se déplace, baisse la tête et la passe à l’arrivée. Combatif il perd la première à la dernière minute d’une course volontaire. 2 Carmen et retour.
Peu intéressé au départ AZZARO (Lagarde) parfume la contre piste de nombreux sauts tout seul. Quelques fusées, deux gros sauts sur Lafare et Guyon mais il manque de mordant. S’il conserve ses ficelles, l’ensemble est décevant. 2 Carmen et retour.
Rapide, HAUTURIER (Fabre-Mailhan)   laisse ses rubans rapidement mais aux ficelles, son comportement de cocardier fait merveille. Plus incisif à droite, il voit tout, oblige à rompre, termine en trombe et profile sa corne. Les blancs sortent le grand jeu et Lafare déchaîné ôte la seconde ficelle sur la sonnerie. 6 Carmen dont rentrée.
Calme, PIERROUNET (Richebois) saute d’entrée sur Guyon. Il jette carrément un froid lorsqu’il catapulte Bénafitou dans la présidence. Placé, il souffle le danger sur des coups de barrière ou sauts après les blancs mais sur la fin moins incisif Estevan s’offre la première ficelle sous l’ovation. 2 Carmen et retour avec la seconde.
Sauteur, MARIACHI (Ricard) visite la contre piste seul et à tour de bras. Brave sur le raset les hommes tentent de canaliser son attention. Sur la fin, il enchaîne une paire de sauts et de coups de barrière mais le soufflet est retombé. 12 minutes, 3 Carmen et retour cornes nues.


Eric AUPHAN

 

Trophée de l’Avenir: Lafare (14), Chekhade (12), N Bénafitou (5), Errik (5)

Trophée des Raseteurs : Guyon (12), Estevan (9), Fadli (2)

 

Palmarès 34e Finale de la Saint Roch :

1er Errik 79 points, 2e Lafare 45 points, 3e Chekhade 34 points

Meilleur taureau de la Finale Hauturier manade Fabre-Mailhan

Meilleur taureau de la saison Amadéus manade Lautier course du 14 juillet

Meilleur course complète de la saison manade La Galère course du 17 Août

 

2.jpg
MARIACHI - Errik ▲
Ca va haut avec AZZARO et Guyon ▼
3.jpg
4.jpg
***************
La grosse action du jour avec PIERROUNET et Nabil Benafitou
7.jpg
8.jpg
9.jpg

 

 

14/07/2010

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Mercredi 14 juillet 2010

AMADEUS LA SYMPHONIE NOIRE..…

Paluds de Noves 14 07 059.jpg

Entrée : ¾ Organisateur : CT Les Paluds Présidence : S Gonfond Droitiers : Dumas, Gros, Guyon. Gauchers : Errik, Lafare, Rassir. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Lizon.

Les Paluds ont vibré grâce à l’excellent bétail de la manade Lautier et au généreux travail des raseteurs. Amadéus offre un quart d’heure exceptionnel et tous les autres tirent leur épingle de la piste. Rassir est époustouflant devant la difficulté. Guyon et Gros sont à l’origine des meilleures actions. Errik et Lafare participent bien. Dumas fait jouer l’expérience et tout le monde sort ravi.

Paluds de Noves 14 07 042.jpgSérieux, jamais loin des bois, le calife noir JAFFAR offre des répliques dynamiques et poussées à la limite. Aux ficelles, le bioù   contrôle   l’ardeur des blancs. Un premier agréable qui conserve une ficelle. 2 Carmen.
Coureur, TIRELOU brille dans les séries cornes pointées en avant. Il ne refuse aucun raset mais les hommes ne tirent pas le bon numéro car en baissant la tête il gêne considérablement les crochets. Ficelles intactes avec 3 Carmen et retour.
S’il manque un peu de tenue, le bon roi DAGOBERT ne manque pas de volonté lorsqu’il raccompagne vivement jusqu’aux planches. Il se met en valeur dans la bourre aux ficelles et garde la seconde de façon méritante. 2 Carmen dont rentrée.
Pourtant rapide, SARRAZIN se fait surprendre aux rubans. Il appuie ses poursuites et passe la tête à l’arrivée. Il se fait respecter aux ficelles et malgré quelques absences gère bien la pression. Une ficelle au toril sans Carmen entendu 6 fois en piste?
Vainqueur des taùs 2009 aux Saintes AMADEUS(photos) livre un vrai récital. Une partition sans fausse note tellement le bioù est rapide, anticipateur et dangereux. Son sens du placement fait merveille et sous la présidence la série est magnifique. A la dixième Rassir dans un raset exceptionnel lève la cocarde sous l’ovation. Un nouveau raset de Rassir fait frémir les gradins tout comme Guyon sur la reprise. Gros lève le gland et une dernière enfermée du feu de dieu sur Rassir déclenche le disque. Six Carmen et ovation à la rentrée (avec un gland) auquel la présidence associe les hommes. Quel quart d’heure.
La foudre blanche s’abat sur JUPITER qui passe après le prodige noir. Franc et vaillant, pompons une minute, première ficelle quatrième et pourtant il se reprend et résiste quatorze minutes.
MALAGA offre le final spectaculaire. Franc il n’en demeure pas moins généreux aux barrières avec des grosses percussions après Gros (8) Guyon (2) et Errik. Il bascule également après Gros et Guyon et termine par une envolée sur Romain avant que la présidence n’accorde le Carmen général de circonstance. 

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir : Rassir (13) Gros (8) Errik (5) Lafare (3)

Trophée des Raseteurs : Guyon (17) Dumas (7)

27/07/2009

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Dimanche 26 juillet 2009

L’ONDE DE CHOC OUNDO

Paluds_de_Noves_26_07_187.jpg
OUNDO sur Gros


Le plein dans les arènes palunaises pour la première journée du trophée de la Saint-Roch qui permet également d’honorer la mémoire de Michel Beltrando ancien membre du club dont c’est le dixième souvenir. A la capelado sous les directives d’Agnel Bono défilent les droitiers Bruschet, Gros, Guyon et les gauchers N. Bénafitou, L. Galibert et Oleskevich qui remplace dans l’urgence Adil Bénafitou blessé. Ils sont accompagnés des tourneurs Bensalah, Cuallado, Lizon. Au final la course s’avère intéressante bien terminée par la vague de coups de barrière d’Oundo mais un peu plus de travail aurait accentué l’impression positive d’ensemble. Chez les blancs, Guyon omniprésent remporte le prix du meilleur animateur et Oundo fait passer une onde de choc positive. Guingue est difficile et les autres tirent leur épingle du jeu. Avec Guyon, Gros travailleur, Bruschet loyal et Benafitou tirent la course superbement animée par la péna de Saint-Etienne-du-Grès, les Arlésiennes et les cavaliers du Casteù. Tous les taureaux reçoivent Carmen au retour.

Cœur fidèle, ARDECHOIS (Ricard) met de l’ardeur durant dix minutes généreuses et un bout de ficelle récalcitrant qui donne du piment à sa fin de course. 5 Carmen. BELLAN (Chauvet) gère avec autorité sa course devant le toril. Ses poursuites sont virulentes après les gauchers et son coup de revers avec les droitiers lui permet de conserver une ficelle. 2 Carmen. Abordé prudemment, GUINGUE (Caillan) inspire la crainte. Il domine, crée la difficulté et lâche cocarde et glands après douze minutes. Il rajoute de grosses percussions aux planches dont une finale explosive après Guyon et garde ses ficelles facilement. 2 Carmen. CIGALON (Lautier) bénéficie d’un travail de fourmi des blancs. Pas vraiment de difficulté et raseté à son avantage il accélère souvent à la sortie du raset pour menacer avec sa corne. Il concède son dernier bout de ficelle sur le fil. 7 Carmen. Expert dans les séries ORACIO (F-Mailhan) ne laisse pas poser la main facilement. Toujours bien positionné c’est un cocardier sobre mais efficace avec des arrivées tête au dessus des bois. Il demande beaucoup d’engagement et conserve aisément ses ficelles. 2 Carmen. Vaillant au début, les blancs attendent les ficelles pour allumer la mèche et faire pétiller CASSIEU (Didelot) avec une fin de course très spectaculaire et un Benafitou déchaîné qui l’emmène à plusieurs reprises en contre piste ou en bascule sur les planches. Lui aussi conserve une ficelle après un final intense. 6 Carmen. Le spectacle c’est OUNDO (Plo). Un monument de bravoure qui propage un déferlement d’actions au-delà des planches ou de chocs hyper brutaux contre les planches. Barricadier qui sait aussi se placer sans faillir dans l’effort de percussion. Plus on lui en demande meilleur il est. Il reçoit une belle ovation accompagnée de 12 Carmen et le prix de la journée.

Eric AUPHAN

Paluds_de_Noves_26_07_195.jpg
Encore ce diable de OUNDO

 


Trophée de l’Avenir: Gros, 14 points ; Bruschet, 6 ; L. Galibert, 4.
Trophée de la St Roch : Guyon, 31 points ; Gros, 16 ; Bruschet, 8 ; N. Benafitou, 5 ; L. Galibert, 4.
 

15/07/2008

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Lundi 14 juillet

LE FEU D'ARTIFICE DES LAUTIER 

84cb7b5a68480edb90c512b10a561eb4.jpg
BRUTUS et Grammatico

Entrée: ¾ d'arène. Organisateur: CT Les Paluds. Présidence: A Bono. Raseteurs droitiers: Bini, Biscarrat, Guyon, Grammatico, Schuller. Gauchers: Cartalade (sort au 6e sur contracture), Errik, Thierry. Tourneurs: Bensalah, Bouchité, Jorquéra, Ménargues.

8377a9a5c0ecd4a3e1cb56e4a3c7a245.jpgLes Lautiers fêtent la prise de la Bastille avec du pétard et offrent une course pleine d’espoirs avec générosité, panache, combativité, sérieux et émotions. Diamond, le petit diamant noir, est le taureau du jour avec un sens du combat aiguisé tandis que Fanaù termine en beauté. Les hommes ne ménagent pas leur peine avec un Rémy Guyon omniprésent, un Errik de retour, un Cartalade actif, un Biscarrat généreux, un Fabien Grammatico qui retrouve ses sensations et un Schuller encore en délicatesse avec son bras.
C’est un épineux CHARDON qui ouvre les débats. Des réactions agressives aux planches et une belle série à la dixième avant d’arriver aux ficelles pour lesquelles il se réserve trop (un Carmen).
BARYTHON joue d’entrée les ténors en enfermant Schuller. Son placement brouillon, il le compense par sa vitesse, son anticipation et ses cornes à l’arrivée notamment sur Errik pantalon transpercé qui doit se jeter en contre piste le raset suivant. Un dangereux client qui rentre ses ficelles (1 Carmen + rentrée).
Volontaire BRUTUS se donne à fond sur tous les rasets. Plus on le charbonne plus il se bonifie. Plein de générosité son final est brillant et spectaculaire. Errik saute encore de justesse et le bioù sauve son dernier tour de ficelle. 5 Carmen et retour.
6c388e6615f0b4235e37c477b5d131cf.jpgSérieux, DIAMOND n'est pas facile à manœuvrer. Avec un port de tête fier, il maîtrise l’espace, chasse et fait la loi aux ficelles. Guyon est son principal adversaire et avec lui chaque raset est un danger permanent. Cocardier, il impose la sélection et son final spectaculaire est un bijou d’intensité (6 Carmen dont rentrée).
Surpris par le travail des blancs, TITAN reprend le contrôle aux ficelles avec des arrivées percutantes tête au dessus des planches.En progression constante il garde une ficelle et possède une intéressante marge de progression (2 Carmen et rentrée).
Sans être une forteresse, CASTELLAS lâche ses attributs facilement mais saute après Grammatico et frappe sur Biscarrat. Aux ficelles, il pêche dans le placement mais enclenche une demi-douzaine d’actions aux planches et conserve une ficelle (7 Carmen et retour).
19ba489e8bc851094e4ff8b7428a0d65.jpgLe bouquet final est pour FANAU.► Un dernier explosif grâce à la complicité des blancs qui lui font accomplir une quinzaine d’actions grandioses où le taureau frappe du poitrail ou du mourre jusqu’à se blesser à la mâchoire. A la demande du manadier et du président de course, il réintègre le toril à la douzième sous l’ovation porteur de son second gland avec la musique jouée à neuf reprises.
Et Agnel Bono d’adresser le Carmen général pour tous les acteurs de la journée… amplement mérité.

Eric AUPHAN

 

20/05/2008

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Dimanche 18 mai

LES RIBAUD DU RENOUVEAU..…

67f1fbaf631d32acfad502a75c9cb7a5.jpg
CLOCHARD - Schuller

Le club taurin Les Paluds enregistre un trois quarts d'arène pour cette course complète de la manade Ribaud. A la capelado défilent Deville, Guyon, Roux, Savajano, Schuller, C. Garrido, Lafare, Thierry ; tourneurs Lieballe, Lizon, Ménargues ; au micro officie S. Gonfond.

En avant première la peña de Saint Etienne du Grès apporte la note festive à la capelado tandis que dans les rues et les salles du village une exposition photo fait revivre le passé. Les jeunes cocardiers du Laget apportent un renouveau plein d’espoir pour la manade arlésienne. Une première partie sérieuse et une seconde agréable et animée. Des cocardiers qui  opposent une résistance intéressante avec pour tous des dispositions dans le placement. A l’arrivée une bonne course rasetée par les fers de lance Guyon et Schuller qui tirent la course bien épaulés par Lafare, Roux et Savajano en seconde partie. Présidence généreuse et efficace du début à la fin.

e81b46d7edb47bd2e0a630e13265a99e.jpgRude premier ce rapide ◄LUPIN (2 Carmen) qui pointe les cornes à l’arrivée et pose problème aux attributs jusqu’à la neuvième. Il durcit le ton aux ficelles mais tout en restant disponible. Avec JASMIN (1 Carmen) mieux vaut ne pas partir la fleur au fusil. L’œil à tout, il est aussi menaçant à l’arrivée et contrôle aussi les départs. Pas inquiété aux ficelles, il les rentre aisément après une forte période de domination. Peut-être trop dur pour ce niveau. Disponible et vaillant sur les séries, BAMBOU (1 Carmen et retour) ne néglige pas la finition. Bien placé lui aussi, il ne subit pas et ne concède sa première ficelle qu’à une minute du terme après avoir fait preuve de combativité et d’une disponibilité de tous les instants.

cb71d7f3ae3a9b4cc9f9c11feb920240.jpgImpérial, TSAR► (6 Carmen et rentrée) a d’abord du mal à se fixer. Fougueux il se fatigue puis enclenche les sauts et les finitions dangereuses avec une méchanceté débordante. Il termine par une terrible enfermée avec coup de barrière sur Schuller et une fois sont potentiel canalisé, on devrait vraiment entendre parler de lui. Deux minutes pour les attributs mais sans démériter pour JURASSIEN (2 Carmen dont retour). Il se jette volontiers dans le raset et s’échauffe au fil des minutes pour finir maître du jeu. Garrido est obligé de se jeter en contre piste et Schuller sent la corne de près pour au final les ficelles intactes. Vif, TAMARIN (2 Carmen et rentrée) est le barricadier de service. Certes ses actions ne sont pas toujours explosives mais il est présent jusqu’au bout et se dégage intelligemment de la pression pour conserver une ficelle. Loin d’être à la rue, le véloce CLOCHARD (3 Carmen dont retour) a lui aussi des dispositions aux barrières et de la volonté au combat et même s’il ne concède son second gland que sur la sonnerie, il manque un peu de pattes sur la fin. Il fait preuve de caractère et a l’avenir devant lui.

Texte et Photos Eric AUPHAN