Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/09/2017

FFCC : Rencontre avec les élus du Département de l'Hérault

Jeudi 28 septembre 2017

Le président Mesquida
à la manade Paulin

IMG_8672.JPG

Autour des deux présidents
- Kleber Mesquida pour l'Hérault, Hadrien Poujol pour la FFCC -
les élus (Yvon Bourrel, Yvon Pellet,
Claudine Vassas-Mejri, Jean-Luc Bergeon).
A droite,  le colonel Lettermann

commandant le groupement de gendarmerie
départementale de l'Hérault

et à gauche, Jean-François Dumont d'Hérault Sports

Les réunions protocolaires pour expliquer la course camarguaise, établir des projets, des partenariats... c’est bien. Mais pour ressentir le monde de la bouvine, il faut commencer par le début, l’élevage des taureaux. Hadrien Poujol, président de la FFCC, le sait bien et a invité dernièrement, le président du Département de l’Hérault, Kleber Mesquida à la manade Paulin à Candillargues. « Une rencontre cordiale, directe et concrète » comme l’a qualifiée M. Mesquida, qui permet de sceller une subvention de 40 000€ accordée par le Département « sur la base de projets fédéraux en adéquation avec la valorisation du territoire, de l’histoire, du patrimoine, de la culture... C’est important pour l’Hérault, riche humainement et géographiquement ».
Et le président FFCC de rappeler les pistes suivies : « Pédagogie autour de la course camarguaise dans les écoles, auprès des nouveaux arrivants, la formation des éducateurs ou la réforme du haut niveau... Dossiers qui n’avanceront qu’avec l’aide des collectivités ». Jean-Luc Bergeon, représentant la Région Occitanie, élu et afeciouna convaincu, d’appeler de ses vœux l’alignement de la Région sur le Département 34. Ce qui selon les propos des uns et des autres devrait être fait rapidement. Les autres élus présents - Yvon Pellet, Claudine Vassas-Mejri, Yvon Bourrel - Jean-François Dumont pour Hérault Sports et les représentants fédéraux se montrant tous sur la même longueur d’onde. Tandis que le Colonel Jean-Valéry Lettermann nouvel arrivant dans le département, s’imprégnait de la culture camargo-héraultaise. Et où mieux que sous la laupio du Mas du Tamaris et avec les explications de Joël Paulin, pouvait-on passer ce matin-là un meilleur moment de bouvine.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

▼ Visite de l'élevage commentée par Joël Paulin

IMG_8684.JPG

▼ Icare toujours belliqueux

IMG_8695.JPG

▼ Cupidon qui ira défendre les couleurs de sa devise
à la finale du Trophée des As, le 8 octobre à Arles

IMG_8690.JPG

▼ Remise d'un crochet de raseteur au président Mesquida

IMG_8675.JPG

▼ Et, dans la bonne humeur
remise du diplôme fédéral
à Yvon Pellet

IMG_8680.JPG

▼ Avec les explications du manadier Joël Paulin

manade paulin,mesquida,poujol,cupidon,course camarguaise

*********************

18/02/2017

FFCC *ELECTIONS*

Samedi 18 février 2017

La liste d'Hadrien Poujol
en tête des suffrages

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaiseLa liste menée par Hadrien Poujol a remporté 65% des suffrages, celle de Nicolas Triol 35.
Le nombre de votants - 1863 sur 2293 inscrits - montre la mobilisation des acteurs de la course camarguaise et leur intérêt pour leur Fédération.

En détail  : 1861 suffrages s'exprimaient, 2 blancs et nuls.
La liste Poujol recueillait 1 212 voix
la liste Triol, 649.
Sur les 35 sièges à pourvoir au comité directeur
29 sièges vont à la liste Poujol
6 à celle de Triol.

 

Hadrien Poujol
le nouveau président de la FFCC

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaise

Passage de témoin entre Hadrien Poujol et Jacques Mailhan

Il était minuit passé, vendredi soir, quand les totaux des votes des licenciés de la FFCC pour élire leur nouveau comité directeur sont tombés. Les visages d’Hadrien Poujol et de ses co-listiers s’éclairaient alors d’un grand sourire au vu des chiffres annoncés. La victoire est belle donnant approbation du travail effectué par l’équipe en place. Le résultat laisse aussi la place à six élus de la liste de Nicolas Triol ce qui permettra au camp opposé de s’exprimer au sein de la nouvelle assemblée. Une belle satisfaction : la mobilisation importante des licenciés même si cela a créé un long embouteillage notamment sur le bureau de vote des clubs taurins du Gard menant le début du dépouillement à 22 h 30. 

« Certes cela a été un peu long, attaquait le président sortant Jacques Mailhan (qui reste N.2 de la liste élue, NDLR) mais je remercie tous ceux qui se sont déplacés. Je suis ravi que le monde de la bouvine se soit retrouvé, dans l’apaisement, le sérieux, la sérénité. Plus de 1 200 voix se sont portées sur Hadrien. Je suis sûr de ne pas m’être trompé quand je lui ai demandé de prendre la présidence. Il est jeune, il a des qualités... et une équipe compétente autour de lui. Je remercie aussi les manadiers qui ont voté en nombre pour cette équipe...».

Emu pour sa première prise de parole en tant que président, Hadrien Poujol a rappelé : « Jamais je n’aurais pensé, il y a quelques mois, en être là... Ma vie c’est les taureaux, je dois tout aux taureaux, aux organisateurs, au public... Aujourd’hui je veux m’investir pour la tauromachie et pour la FFCC... Maintenant arrêtons les chamailleries, parlons de course camarguaise et avançons. Travaillons tous ensemble ».
Adoubé par Jacques Mailhan, le néo dirigeant lui rendait un hommage sincère :
« Jacques, c’est toi qui nous a mené dans cette aventure, tu fais partie des grands hommes de la Camargue ».
Le manadier des Bernacles revenait sur l’année 2016 : « Malgré les difficultés, j’ai passé une année merveilleuse, j’ai découvert des gens, des talents... J’ai apporté mon expérience, Hadrien a su écouter les conseils.... et le nombre important de voix de notre liste conforte le bien fondé de notre travail. Il faut que nous continuions le travail des anciens pour le transmettre à nos enfants. Il y a un travail énorme à faire. Bien sûr on ne peut pas changer les règles de bases de la course camarguaise, c’est toujours l’affrontement d’un homme et d’un taureau, mais on peut évoluer, moderniser, attirer les jeunes générations...
A Hadrien de conclure : « C’est parti pour une aventure de 4 ans ».


MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER et M. A.

Nicolas Triol : "J'honorerai mon poste..." 

 

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaiseSi la campagne entre les deux listes est quelquefois monté en température par réseaux sociaux interposés, les votes, le dépouillement et l’annonce des résultats ont profité d’une bonne ambiance. Dans sa première prise de parole en tant que président, Hadrien Poujol a tendu la main à Nicolas Triol : « Nicolas, toi aussi tu t’es investi, même si on ne peut pas s’entendre sur tout, il y a du travail et on a besoin de tout le monde » le priant de s’exprimer à ses côtés. Ce dont le candidat perdant s’est acquitté : « Je félicite les vainqueurs et j’honorerai le poste qui m’est offert au comité directeur avec cinq de mes co-listiers. Je remercie mon équipe et j’essayerai de continuer du mieux possible notamment par la mise en place de projets... ».
Après la mobilisation, l’apaisement et le rassemblement, la FFCC est en ordre de marche.

Le décompte des voix

Par bureaux

N.1 : inscrits 838, votants 677, blancs et nuls 1, exprimés 676.Liste Poujol 412. Triol 264.

N.2 : inscrits 433, votants 369, blancs et nul 0, suffrages exprimés 369. Poujol 224. Triol 145.

N.3 : inscrits 311, votants 236, blancs et nuls 0, exprimés 236. Poujol 172. Triol 64.

N.4 : inscrits 520, votants 420, blancs et nuls 0, exprimés 420. Poujol 269. Triol 151.

N.5 : inscrits 191, votants 161, blancs et nuls 1, exprimés 160. Poujol 135. Triol 25.
Total : inscrits 2293, votants 1863, blancs et nuls 2, exprimés 1861. Poujol 1212.Triol 649.

Sièges au comité directeur : Poujol 29. Triol 6.

**********

AFFLUENCE

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaise

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaise

Dépouillement

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaise

Annonce des résultats

elections,ffcc,poujol,triol,course camarguaise

*****************

 

27/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 3e journée de la Palme d'Or

 Jeudi 26 juillet 2012

 La course aux 3 Biou d'Or a été intense

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Julien Ouffe en tête de la Palme avec Garlan

 beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaisesLa compétition entre les hommes, la valeur des taureaux a tenu en haleine le nombreux public remplissant les arènes Paul-Laurent. Les trois Biou d'Or, en 2e partie, ont fait honneur à leur titre chacun dans son style. Les trois premiers ont parfois subi la pression des raseteurs mais se sont bien battus. Les blancs ont donné l'ampleur et l'intensité nécessaire à une course de ce niveau. Julien Ouffe se place en tête de la Palme avant la finale de lundi, Poujol à deux points, ça promet ! Reste qu'Outarka, Rey, Villard apportent leur pierre à l'édifice, Sanchis, Errik, Gleize, Four avant sa blessure (sort à l'entracte), Gros et Allam jouent le jeu.

Géricault (Chauvet) catapulte d'entrée Violet et prend une rafale de rasets pour 1 minute 20 les pompons et un "cabrage" sur Villard. Aux ficelles, il a le temps de se positionner et d'affiner sa sélection. Outarka en danger dans le berceau des cornes qui le cherchent, une action d'envergure sur Gros. La 2e ficelle ouverte déclenche une bataille intense où Géricault se bat comme un diable. Ouffe arrête le chrono à la 11e. 3 Carmen et retour.

Périclès (Nicollin). Lui dont les raseteurs se méfient habituellement car il "envoie" grave, se prend une tempête dans laquelle tête baissée il essaie de cibler une proie. Mais peine perdue, il ne sait plus où donner des cornes. Passe le mourre quelquefois (Poujol), mais se laisse saouler devant tant de blanc. Villard allonge pour une belle explosion aux planches. Sur la fin, harcelé, le taureau abdique et ne charge plus. Outarka pour l'unique ficelle. 12 minutes, 2 Carmen et retour.

Papagaï de Lagarde.- 1 minute 45 pour les pompons qui partent en mouvement. Papagaï se sauve de la mêlée par ses déplacements. Quand il se place, il enfile les enchaînements sans mollir. Allam prend sa chance et trouve une grosse conclusion. La pression retombe enfin et Papagaï en profite. Une série encore et Ouffe conclut à la 12e. 2 Carmen et retour.

Pasteur (Fabre-Mailhan).- Visite la piste, se cale, tape sur Poujol, déclenche sur Villard, Poujol. Superbe anticipation sur Poujol. Aux ficelles, se "tanque" et choisi subtilement ses adversaires. Il faut plonger à la tête pour que le briscard prenne la peine de riposter mais alors là c'est chaud. Poujol et Ouffe sont les plus entreprenants, c'est vrai qu'à droite Pasteur ignore. Pourtant Gros est superbement raccompagné. Laisse sa 1re ficelle à Ouffe à la 14e, au terme d'un quart d'heure intéressant de ce sévère cocardier à l'ancienne. 4 Carmen et retour.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Pasteur et Hadrien Poujol

 

Garlan (Les Baumelles) reconnait les lieux à grandes foulées. Cul aux planches, il se dégage opportunément et se délimite un périmètre. A l'affût, les hommes calculent. Poujol dans un mouvement superbe. Les raseteurs tentent de le "carotter" sur ses déplacements mais Garlan déjoue les ruses. 8 minutes les glands. Hadrien Poujol exécute de superbes rasets d'attaque, Rey pas toujours dans les règles mais avec ténacité. Et la 1re ficelle rentre à 1 300€. 4 Carmen et retour.

Guépard de Cuillé.- Il alterne les déplacements où il est vulnérable, le bon positionnement et les attaques musclées aux planches. Des coups énormes notamment sur Rey (2), Villard (3), Gros. Aux ficelles, il n'est pas assailli et quand il se place, il répond cocardièrement. Sanchis le cite de loin et Guépard sort le grand jeu pour une agression caractérisée aux planches qu'il manque traverser. Il en reste lui-même sur le cul. Espérons sans mal. Outarka, très en jambe, s'octroie la première ficelle à 1060€, la 2e rentre sous les applaudissements. 6 Carmen et retour.

Reste Castellas (Fabre-Mailhan) hors point pour le Trophée mais comptant pour la Palme. Soumis à un rythme intense, il laisse rapidement ses pompons sans refuser le combat. Il ne sort pas de l'emprise à tous les coups, mais livre une prestation où sa vaillance ressort. La lutte pour les ficelles s'amplifie, Poujol pour la 1re, Errik la seconde. 3 Carmen et retour.

 MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ouffe, 7,5 points ; Outarka, 5,5 ; Poujol, 4,5 ; Villard, 4 ; Rey, 3 ; Gros, 2 ; Gleize, 1 ; Sanchis, 1 ; Four, 1 ; Violet, 1,5.
PALME D'Or : Ouffe, 33 points ; Poujol, 31 ; Villard, 24 ; Four, 23 ; Sanchis, 17.

FICHE TECHNIQUE : Entrée : presque le plein. Organisateur : Affaire taurines. Président : Raynaud Arnaud. Raseteurs droitiers : Gros, Outarka, Violet, Sanchis, Rey, Villard, Gleize. Gauchers : Errik, Four (sort à l'entracte), Poujol, Allam, Ouffe. Tourneurs : Fouque, G. Rado, Khaled, Sanchez, Labrousse.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Guépard auteur de quelques engagements
gratinés, ici sur Villard

et une explosive arrivée sur Sanchis.

********************************

 

 

04/07/2012

81e COCARDE D'OR : LES VAINQUEURS

HADRIEN POUJOL
vainqueur de la 81e Cocarde d’Or


« Je me suis présenté à la capelado en espérant gagner. Depuis quelques temps déjà, j’y pensais. Je suis passé à travers pendant 8 ans (vainqueur en 2002, 2003), là j’avais à cœur de faire quelque chose.
On s’est tiré la bourre avec Mickael Matray sur Co Blanco et Titouan, et avec un compétiteur comme lui c’est pas évident. C’est un sacré raseteur. Avec un autre, j’aurai peut-être eu un ascendant psychologique, mais là il a fallu que je me bouge. Sur la ficelle de Titouan, j’ai attendu... Par expérience je sais que ce n’était pas à moi de l’ouvrir, je ne me suis pas précipité. J’ai surveillé puis j’ai plongé entre les cornes.
J’ai constaté beaucoup de respect entre les raseteurs pour cette course ce qui n’a pas empêché la compétition. Tous ces jeunes qui sont rentrés en piste ont bien travaillé, Jérôme Martin a été énorme.
Je suis très heureux de cette 3e victoire. Je fais une belle saison jusqu’à présent, je verrai bien pour la suite...
Là pour l’instant, j’ai une douleur à la cuisse et je suis au repos ».


COYOTE, prix du meilleur taureau
François Fassi, manade Caillan

« Pour notre première participation à la Cocarde d’Or, c’est une victoire, je suis très heureux pour la manade et pour Coyote. Ça fait plaisir. Dans l’ensemble les taureaux ont manqué de pétard, c’est peut-être dû aux orages de ces derniers jours. Les raseteurs étaient motivés, en plus ils n’avaient pas raseté la veille. L’opposition Matray-Poujol a été très belle à suivre.
Quant à Coyote, il était en forme et, surtout pendant les dix premières minutes, il s’est fait respecter des hommes. C’est le seul qui a obligé les blancs à partir des planches. Il a fait la sélection, les As l’ont passé, ils le connaissent, les autres ont eu du mal, sauf Martin qui l’avait déjà bien raseté à Châteaurenard.
Je n’ai que 25 ans, donc seulement une dizaine de Cocarde d’Or de référence. J’avais adoré Candelo de Guillierme et son intelligence (trois fois meilleur taureau de la Cocarde d’Or NDLR), je pense que Coyote a su faire réfléchir les raseteurs, son premier gland ne part qu’à la 7e. Je suis très content ».


Propos recueillis par
MARTINE ALIAGA

01/08/2011

BEAUCAIRE *AS* FINALE DE LA PALME

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

Lundi 1er août 2011

 POUJOL L'A VOULUE...
IL L'A EUE...

Vainqueur de sa première Palme d’Or, Hadrien Poujol a dédié sa victoire à son grand-père, décédé. "Il aurait été fier de moi, j’ai tellement pensé la gagner pour lui ».
Après quatre années de problèmes physiques, le raseteur, à 28 ans, retrouve le plaisir de raseter et l’envie de gagner : «Ça été dur, je suis super content, je voulais gagner un gros trophée, je ne savais pas si j’étais encore dans le coup. Mais j’avais une grosse envie. Il y a des jours où j’ai encore mal, mais c’est comme ça. A la dernière course de Vendargues, j’ai dû sortir, mais à Sommières j’allais bien...».
L’appétit vient en mangeant et déjà à la Cocarde d’Or, le gaucher s’était senti en forme : «A partir de là, je me suis dit pourquoi pas moi ? En plus, je fais une très bonne équipe avec mon tourneur Gérald Rado, que je retrouve puisque j’ai débuté à l’école taurine d’Arles avec lui. Il y a des petits signes comme ça qui redonnent de la motivation, de l’envie...».
Cette victoire qu’il est allé chercher avec détermination, après un duel point par point avec Bastien Four puis Anthony Ayme, le remet sur les rails : « Dans ma tête, ma saison est déjà réussie. Mais, j’aimerais finir dans les cinq premiers du Trophée des As pour, le jour de la finale à Arles, aller à nouveau chercher un prix».
Qu’on se le dise, Hadrien a toujours soif de titres et de trophées. Le grand gaucher est de retour...

MARTINE ALIAGA

 PALME D'OR 2011
HADRIEN POUJOL ET GARLAN DES BAUMELLES


Arènes pleines, décorum des grands jours, superbe capelado sur l'histoire de la création du Trophée Taurin. Encore une fois Patrice Blanc déroule le fil de l'histoire de la bouvine avec bonheur.
La course : en piste, ça rasète plus ou moins, souvent des temps morts avant d'attaquer les ficelles. Ayme boîte mais tient le coup toute la course au coude à coude avec Poujol. Four (au départ à égalité avec Hadrien) n'y croit pas assez et laisse un peu tomber. Hadrien la veut cette Palme, alors à corps perdu, parfois sans la manière, parfois avec, jusqu'au bout, il se bat et son bonheur, bras dessus dessous avec Gérald Rado, a fait plaisir à voir. Emotion quand il a levé son bouquet au ciel, en hommage  à son grand-père.

Les taureaux : Basco de Lautier, navigue, évite, promène mais quand il suit c'est toujours dangereux, anticipations, enfermées et deux ficelles rentrent. Arrogant de Saumade, un peu lourd, il est secoué aux pompons et finit au ras des planches, aux ficelles ça se calme nettement. Il reste volontaire et s'en sort plutôt bien avec une ficelle qui rentre. Loubard (Cuillé), brouillon, prend tout sans discernement. Ralentissement aux ficelles. Puis des enchaînements où il "envoie" pas mal... rentre une ficelle.

Andalou d'Espelly-Blanc. Dernière course du combattant qui a toujours rentré ses ficelles, lecture de son palmarès, bravos... A la trompette, affiche son placement rigoureux et place ses anticipations légendaires. La 1re ficelle part dans le crochet de Moutet et rentrée sous l'ovation mértitée.  Périclès ne se fait pas respecter aux pompons. En revanche aux ficelles, avec moins de pression, les enchaînements se font rapido et au ras des bois. Malgré les ficelles doublées pour la Palme, le public reste sur sa faim et le fait savoir. Caleu de Chauvet tient sa position, les blancs sont au ralenti. Semble pourtant bien abordable. Enfin ça démarre, Gros ouvre la ficelle, Poujol la lève dans un raset minable, le public le conspue ; mais il lève la 2e dans une passe limpide, le public l'ovationne. Quand à Clodomir (Bon), très sauteur, seul ou après l'homme. Entre deux échappées, Gros lève la ficelle et Poujol laisse éclater sa joie.

 

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Andalou (Espelly-Blanc) dans une grosse anticipation sur Poujol

▼ puis ci-dessous dans une arrivée dangereuse après Romain Gros

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Périclès (Nicollin) à l'abordage après Mickaël Matray

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

▲ Anthony Ayme valeureux second avec Clodomir (Bon).

***************************************************************

- Le décorum années  60 -
- La rencontre à l'origine de la création
du Trophée Taurin entre Georges Thiel, Marius Gardiol, Paul Laurent
pour "doper et médiatiser la course libre". Déjà.... -
- Les manadiers à l'honneur et la capélado -

 beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

 beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

 ▼ Défilé des manadiers ayant obtenu un Biou d'Or
Magali Saumade et son fils

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaises

beaucaire,palme d'or,poujol,garlan,courses camarguaisesDevant la Reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur, à cheval, manadiers ou bayles des manades:
Lafont, Nicollin; Henri, Patrick et Paul Laurent ; Bilhaud, Raynaud, Thibaud, Aubanel, Boch, Lautier, Cuillé, Guillierme, Fabre-Mailhan, Chauvet, Cuillé, Saumade, Blatière-Bessac, etc. A pied, manades Rebuffat, Jacques Blatière, Maryse Chauvet, Patrice Brouillet, etc.

◄ Pour représenter la manade Rouquette, le tout jeune Lucas Benzegh, petit-fils de Georges.

 

 

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
ERIC AUPHAN

24/07/2011

BEAUCAIRE 1re journée de la PALME D'OR *AS*

Dimanche 24 juillet 2011

GARDE A VOUS ! GARLAN MET LES BLANCS AUX ARRETS

Hadrien Poujol prend la tête de la compétition

beaucaire,1re journée de la palme d'or,garlan,poujol,courses camarguaises

Garlan excelle dans les enfermées, ici sur Poujol

 Entrée : plein. Org. Affaires taurines. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Ayme, Chekade, Gros, Moutet, Marquier, Villard, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Four, Poujol, Khaled. Tourneurs : G. Rado, Rouveyrolle, Lebrun, Bensalah, T. Garrido.

Il y en a eu pour tous les goûts : du beau cocardier (Géricault, Embrun), du percutant barricadier (Saint-Rémois), du plus ou moins fantasque (Mérou)... des émotions avec Valmont sur Chekade... Bon, c'est vrai des temps morts aussi, et des raseteurs parfois trop attentistes, comme pour Aiglon gâché. Mais il y a eu Garlan qui a mis tout le monde au garde à vous ! Et ce quart-d'heure là a valu son pesant de cacahuètes. Du coude à coude, Four-Poujol, c'est Hadrien qui passe le cap pour cette 1re journée de la Palme. 

Vu de la table de presse, pratiquement en contre-piste... au plus près des raseteurs, des taureaux...  en direct avec le stress des manadiers et des gardians... Une course "en live" quoi !

Géricault (Chauvet).- Il navigue le long des planches, couvé par René Serme, son bayle. Agressif mais moins tranchant qu'en certaines occasions. Serre Gros, se soulève après Villard. Pris en tenaille vers le toril, il se dégage à bon escient. Un asaut sur Villard puis sur Chekade. Un peu de réserve, une série, s'envoie sur Gros et Marquier lève la 2e ficelle à 12'30. 5 Camen et retour.

beaucaire,1re journée de la palme d'or,garlan,poujol,courses camarguaisesEmbrun (Nicollin).- Après une première série d'enfer, il sort de l'emprise, évite quelques rasets mais reste disponible sur Poujol, Four, Villard. Four mène l'attaque. Plus il est charbonné plus Embrun accentue son coup de revers en défense. Aux ficelles, avec un peu plus d'air, il répond présent sur tous les cites, accompagne Poujol et passe le mourre, Chekade sèchement reconduit aux planches, s'engage sur Gros, Chekade. Rentre ses pelotes. 4 Carmen et retour. ►Photo avec Four.

Aiglon (Occitane).- Cherche sa place et tourne pendant de longues minutes se faisant dépouiller à la va-comme-je-te-pousse... Aux ficelles largement pourvues, les hommes le délaissent à la réprobation générale. Et pourtant, Aiglon se positionne et, alors qu'il a besoin de pression pour s'exprimer, rien ne se passe. Pourtant, superbe réponse sur A. Benafitou et coup de barrière sur Villard (2 fois), passe méchamment la corne sur Gros (2 Carmen). Un beau cocardier gaspillé... A qui la faute ?

beaucaire,1re journée de la palme d'or,garlan,poujol,courses camarguaisesGarlan (Les Baumelles).- ◄ Photo. Cul aux planches au plein sens du terme. Aux aguets, il démarre au quart de tour au prix de superbes anticipations (Moutet). Il défend âprement son campement où il revient toujours.  Repousse les tourneurs à distance légale. Les minutes passent, les blancs sont au garde à vous. C'est vrai qu'il faut rentrer dans son terrain, gérer sa vitesse, son anticipation, et sans rasets à blanc qu'il ignore superbement... A ce jeu-là, pas de client... les spectateurs manifestent... Joël Linsolas se rousigue... Les primes aux ficelles montent... 1000€, 1200€, 1350€... après j'ai perdu le compte, scotchée par ce cocardier redoutable et dominateur. Un enchaînement, Gros, en difficulté... on n'en verra pas plus. 4 Carmen et retour.

Mérou (Saumade).- La rage l'anime. C'est une brute fantasque, brouillonne, aux conclusions violentes. Même s'il ignore parfois et zigzague entre les blancs, c'est aux planches qu'il libère sa hargne en cassant du bois. Benafitou, Poujol, Villard, Chekade pour 1'40 les pompons. Semble un moment éprouvé par sa débauche d'énergie mais repart après Chekade, fait voler les planches et sème la panique en contre-piste... Spectateurs et tourneurs blackboulés sur la table de presse... Pour 10 minutes... sauvages. 2 Carmen et retour.

Valmont (Lautier).- Il est moins rigoureux que d'habitude et les blancs le travaillent en désordre pour quelques conclusions (Benafitou, Chekade, Ayme, Poujol. A la 5e, il défend déjà sa 2e ficelle. Accentue ses finitions (Gros, Ayme) et subit sur une grosse série. Mais se révolte sur un long cite de Chekade qu'il chope par le T-shirt à la planche. 8 minutes, 7 Carmen et retour.

Saint-Rémois (Fabre-Mailhan).- Hors points pour le Trophée mais compte pour la Palme. Un peu "molligas" au début, il trotte et tamponne à son rythme. Le temps de la première ficelle est un pur moment barricadier. Saint-Rémois se jette puissamment après les blancs pour une rafale de gros coups. 7 ou 8 actions énormes et quelques minutes de répit lui sont accordées. Termine par deux conclusions sur Poujol et Villard met un terme à la 6e. Une floppée de Carmen.


MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Trophée des As :  Poujol, 13 points ; Four, 10 ; Ayme, 6 ; Marquier, 5 ; A? Benafitou, 4 ; Violet, 4 ; Gros, 3 ; Villard, 3 ; Moutet, 2 ; Khaled, 2.

Palme d'Or (après la 1re journée) : Poujol, 13 points ; Four, 10 ; Marquier, 9 ; Ayme, 8 ; Villard, 6 ; Gros, 5 ; Chekade, 5 ; Moutet, 4 ; Violet, 4 ; A. Benafitou, 4 ; Khaled, 2.

VALMONT ACCROCHE CHEKADE

beaucaire,1re journée de la palme d'or,garlan,poujol,courses camarguaises

LE FINAL DE SAINT-REMOIS AVEC VILLARD

beaucaire,1re journée de la palme d'or,garlan,poujol,courses camarguaises

**************************************


18/10/2009

VENDARGUES : 7e TROPHEE ROGER-ITIER

Dimanche 18 octobre

DES CONFIRMÉS ET DES PROMETTEURS

Entrée: plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Garcia, Jourdan, Outarka, Villard. Gauchers:Cartalade, Ouffe, Poujol. Tourneurs: Beker, T. Dengerma, Kerfouche, Mata, Zerti.

Ruy Blas de Cuillé pour le meilleur taureau de la saison
, Trophée Roger-Itier ; Mascarat (manade Bon) meilleur espoir pour sa course du 29 mars, Trophée Eugène-Cammal ; et Benjamin Villard, prix du raseteur pour son travail aux ficelles («Et le reste», dixit Serge Hermet), voilà les prix attribués par le CT La Muleta en clôture de sa saison. Azzaro dernier taureau de la course du jour aurait mérité au moins un accessit.
Les gradins bien remplis témoignent de l’intérêt pour ce concours Cuillé, Lagarde, Ricard qui a tenu ses promesses, raseté sur un rythme tonique jusqu’à parfois obliger le président à intervenir pour calmer le jeu. Villard, la locomotive, et Poujol se font – bien – voir, aidés de Ouffe, Outarka par moments.
Eigouzo (Lagarde).- Il allie placement et actions dangereusement offensives ponctuées de nombreux Carmen. Sur sa 2e ficelle qu’il rentre, il durcit sa position et demande des rasets de plus en plus engagés où là il tape (Outarka). Musique.
Chivas (Ricard).- Affiche sa méchanceté et tamponne de bon cœur. Certes, il se disperse un peu mais sur les longs rasets de Villard (4), Poujol, Ouffe, il conclut et parfois bascule. Villard met un terme à la 12e, Chivas à ses trousses. 5 Carmen et retour.
Eros (Ricard).- Remuant, il met du jus dans ses poursuites, se montrant excellent partenaire dans de nombreux enchaînements. Poujol, Ouffe, Villard lui servent des rasets de classe qu’il honore goulûment mais avec un peu de naïveté. Une ficelle rentre, 4 Carmen et retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Malgré son expérience, les hommes le soumettent à un dur régime. Pourtant maître de son terrain, il reste vigilant et se révolte en se dressant après Poujol, Garcia, coince le pied de Jourdan, se cabre après Ouffe et signe un énorme engagement après Villard. 6 Carmen, rentre une ficelle.
Janeiro (Ricard).- Qui osera le premier raset<TH>? Du centre, Janeiro toise les blancs… attend et s’évade, s’évade… Villard ose et coupe la cocarde (à la 7e). Janeiro étale sa vitesse d’exécution finissant de glacer ses adversaires. Pourtant, Villard replonge dans les cornes et cueille la cocarde (9e), alors Janeiro se désintéresse et lâche comme sur le petit enchaînement qui suit. Ce qu’il attend Janeiro c’est la faute, l’hésitation, le ralentissement de l’homme et là il explose. Comme sur Villard (13e), le seul à essayer encore… Le second gland au toril en silence.
Racanel (Cuillé).- La palme du courage à ce classique généreux qui ne refuse rien et à qui les tourneurs mettent une pression inutile. Magnifiques les longueurs de Villard, Garcia, Poujol, Ouffe... Racanel s’engouffrant sans jamais refuser. 13’30 avec 6 Carmen et retour.
Azzaro (Lagarde).- Six ans, pétris de qualité, que voilà un bel espoir<TH>! Du placement, de la méchanceté, il déboule après les blancs et se balance haut. Des coups de barrière puissants où il zèbre le pantalon de Ouffe, bombarde Villard… Azzaro dicte sa loi jusqu’à rentrer ses ficelles. Des Carmen.

Martine ALIAGA

 

APARTÉ
UN PETIT AIR DE MATERNELLE

Aux trois premiers taureaux chacun rasète à sa main, passe à peu près à son tour... Et tout d'un coup - on est déjà au 4e taureau - les tourneurs se fâchent, se gênent, se disputent... jusqu'au rappel à l'ordre du président de course. Là un ange passe, regards innocents... "Non c'est pas moi, c'est lui...". Bon ça se calme... Mais Ruy Blas a vu pendant un moment 36 chandelles... Janeiro pas de problème, il n'y a que Villard pour le passer. Arrive Racanel, (trop) bon comme un bon pain, pas une once de vice, rasets longs superbes... Et d'un coup rebelote, en piste, on s'insurge, on se bouffe le nez... Intervention présidentielle... "Euh oui, mais ils avaient fait trois rasets d'affilée et là c'était à nous"... Un peu juste quand même et même injuste pour Racanel qui a vu le KO de près. Et ça repart tranquillou... Etonnant non ! Allons messieurs, à l'âge que vous avez... elle est loin la cour de l'école maternelle !

15/08/2009

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS* 14-08

Vendredi 14 août 2009 : TROPHEE DES IMPERIAUX 2009

VILLARD ET PASTEUR EMPEREURS DES SAINTES

Empereurs.jpg
Devant Beaujard et Bonhomme les deux empereurs s'affrontent.

Ce Trophée des Impériaux aurait pu être une réussite... mais quand on ne met pas tous les atouts dans son jeu, on s'expose à quelques risques ! Côté cocardiers le plateau paraissait alléchant avec trois taureaux de haut niveau comme base. Mais le hic... est venu des hommes ! Défection sur blessure pour deux engagés et personne en remplacement... résultat six pour assurer ! Allouani, Auzolle, Guyon, Villard à droite - Martin-Cocher, Poujol à gauche ! Aux Saintes cela fait un peu léger ! Alors à quoi bon sert ensuite de se lamenter et de rejeter la faute sur X ! Les spectateurs eux ont été lésés. En fin de course pour couronner le tout une remise de prix qui ne satisfait pas tout le monde, loin s'en faut ! Faudra peut-être revoir la formule pour l'an prochain...
LOU RAINAIRE de Guillerme n'a guère de vigueur mais avec un bon coup de tête resiste douze minutes.
MOURIESEN de Chauvet exclusivement gaucher, ils ne sont que deux alors quelques poursuites et une ficelle au toril.
MATUTE de St Antoine a de trés belles réactions dans des anticipations et des finitions intéressantes sur les hommes dans quinze minutes cinq fois honorées.
YVAN du Pantaï est vite dépouillé de ses rubans. Aux ficelles, positionné, il offre des répliques de la meilleure veine et pousse ses anticipations jusqu'au bout sur Poujol, Villard, Martin-Cocher, Auzolle et Allouani qui frise la correctionnelle. Dominateur il rentre sa première ficelle à 800 Euros. Musique plusieurs fois bien entendu.
PASTEUR de Fabre-Mailhan d'entrée c'est deux gros coups de barrière sur Allouani, Villard. Puis il manque totalement de travail mais brille sur les cites de Villard et de Poujol. Maitre de la piste, il dirige à sa guise les départs et enferme sans être inquiété sa première ficelle à 800 euros. Des Carmen.
RODIN des Baumelles effectue aujourd'hui une bien belle prestation. Toujours à la recherche de l'affrontement il trouve en Benjamin Villard un adversaire de choix. Poujol se mêle aussi du jeu, mais Rodin tient bon la barre et ses répliques poussées font retentir de nombreuses fois le disque. Première ficelle au toril à 1000 euros.
PESQUIE de Saumade, hors points pour six actions aux planches dont quatre sur Villard. Musique.

Texte et Photos Luc PERO

YVAN du Pantaï

YVAN VILLARD.jpg
YVAN ALLOU.jpg
YVAN POUJOL.jpg
PASTEUR de Fabre-Mailhan
PASTEUR ALLOU.jpg
PASTEUR VILLARD.jpg
RODIN des Baumelles
RODIN ALLOU.jpg
RODIN VILLARD.jpg

17/10/2008

TROPHEE DES AS (6)

LES MOMENTS CHAUDS ET SHOW DE L'APRÈS-MIDI
*************************

ANDALOU et A.Benafitou ▼
Benaf.jpg
CAMARINA et H.Poujol ▼
Poujol 1.jpg
Poujol 2.jpg
RODIN et S.Allouani ▼
ALLOURODIN.jpg

Photos Luc PERO

20/08/2008

VAUVERT 17-08 *AS*

HADRIEN POUJOL 
 RENOIR, VIDOURLEN, CAMARINA
******************

1df33c4dd8412d91fb1ac71a3e644d91.jpg
Minute de silence à la mémoire de Jacques Espelly.
Difficile aprés-midi pour Claude Chevalier, le président de course. Des problèmes avec des tourneurs impétueux l'obligent à expulser (il n'était pourtant pas le seul fautif) l'un d'eux le temps d'un taureau. En piste H.Poujol animera avec passion, Villard et Khaled le suivront dans sa démarche. Sabatier, Jourdan, Mebarek, Clarion, Martin-Cocher, Auzolle rasètent selon leur humeur. Th.Dengerma, Th.Garrido, Fouque, Beker, Abbal tourneurs de service.
LE CONCOURS
MANDARIN de St Pierre, n'est guère motivé par les débats ou qu'en de trop rares occasions.
ba3c9926541222a0129bdfd9d8892428.jpg
VINCENT d'Aubanel-Baroncelli, il donne tout ce qu'il peut au début puis se réserve. Quelques bonnes répliques pour deux Carmen.
bb8fcfb014c044705dc9e0f385e5f5d9.jpg
FOURNELET de Blanc, beaucoup trop sur la défensive, Poujol essaie bien de le sortir mais il n'est pas beaucoup aidé ni par ses camarades, ni par le bioù.
df64a16494c5e9d7668768ce0aba5873.jpg
VIDOURLEN de Mermoux, malgré une terrible pression au départ, le cocardier déjoue tous les pièges et met finalement les hommes au diapason. Ses poursuites sont alors dangereuses dans le raset ainsi qu'à l'arrivée où ses cornes menaçantes font passer le frisson. Il coince le pied de Khaled, effectue des coups de barrières, rentre ses ficelles et entend huit fois les honneurs.
323c964431d3dd0db7012ac2beb2eaaa.jpg
1c13c1614d175199fb2ca9c58f08c722.jpg
CAMARINA de Chauvet est encore à créditer d'une bonne sortie même s'il faut relativiser la performance. A quatorze ans, il vient encore tutoyer les planches mais avec moins de puissance. Moment d'émotion quand Poujol chute devant lui pour une rouste spectaculaire, mais sans gravité. Hadrien, piqué au vif, entraîne ensuite le taureau dans plusieurs  mouvements de belle facture. Des Carmen.
ece566fdb3db7c5795edf42a8d7b0f5b.jpg
f4998ee5f3387df68d6b9c1f255dee36.jpg
RENOIR de Cuillé, s'il y a cette saison un taureau que l'on peut qualifier de cocardier et de barricadier c'est bien lui. Aujourd'hui ses quinze minutes sont, une fois de plus, pas faciles pour les hommes, mais un régal pour le public friand de grandes actions aux planches. Maintes fois la musique et les bravos au retour.
13c9053a096e47f0bd8059d40abb5281.jpg
a3e5bdd84ca856cf4215c51ab14693ea.jpg
f4710ed831abfb2fb3112d1fca02fef3.jpg
FOSSEEN de Lagarde, hors points, il clôture la course agréablement.
11c7239ee5783b9546cd26950a148f17.jpg

 

Texte et Photos Luc PERO