Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/11/2007

LIGUES REGIONALES DE LA FFCC

ENTRETIEN AVEC NICOLAS TRIOL PRESIDENT DE LA LIGUE L.-R.
"RENOUVELER LES GENERATIONS D'AFICIONADOS"
Président de la Commission sportive et de la Ligue Languedoc-Roussillon, Nicolas Triol, ancien raseteur, fait le point sur les actions de la FFCC pour les jeunes.

Henri Itier avaitd8ef628d18882c2296386fef295b7954.jpg
annoncé au congrès de Mauguio, début mars, la création des Ligues régionales, qu’en est-il ?
Nicolas Triol : Les Ligues régionales fonctionnent depuis quelques mois, je préside celle du Languedoc-Roussillon (NDLR : Christophe Zuchelli, celle de PACA). Ces Ligues ont pour but de faciliter le fonctionnement des écoles de raseteurs et leur développement, accompagner au mieux les stagiaires pour former les raseteurs de demain mais surtout renouveler les générations d’aficionados.
Il faut susciter l’intérêt des jeunes  et animer leur aficion naissante afin de leur donner l’envie plus tard de jouer un rôle au sein de la course camarguaise, raseteurs, bénévoles dans les clubs taurins, présidents de courses, aficionados, etc... Cela passe par un soutien à l’esprit local des écoles ainsi qu’un travail avec les éducateurs au travers du diplôme délivré par la FFCC. Une réunion est prévue en janvier avec les éducateurs et un entraîneur de haut niveau pour une journée placée sous le signe de l’encadrement des jeunes raseteurs. Les Ligues ont également pour objectif d’aider les manades à faire courir les taureaux jeunes.
Concrètement, si un ado s’intéresse aux taureaux, quelles démarches peut-il entreprendre ?
N. T. : Il peut se rapprocher d’une des écoles taurines en fonctionnement, il y a en actuellement 17. Et pour répondre à toutes ses questions, l’Espace jeune a été créé sur le site Internet de la FFCC (ffcc.info). Il y trouvera entre autres les coordonnées de Gérard Barbeyrac directeur technique, une présentation de chaque école  ainsi que des vidéos, les événements, un forum où échanger des questions réponses, etc. Dernièrement, des "chats" ont été proposés. L’occasion de discuter "in live" avec les raseteurs Villard, Auzolle, le président Itier. Cela a très bien marché pour un début. En quatre mois, 230 jeunes se sont affiliés au site.
Une vingtaine de protectionnaires vont passer une semaine au Centre national d’entraînement en altitude de Font-Romeu. Quel est le contenu de ce stage ?
N. T.:  C’est une première qui a été rendue possible par la création des Ligues et les subventions des régions. Au programme: un bilan de santé individuel, des séances de préparation physique, un éclairage diététique, une approche anti-dopage, tout cela par des sportifs de haut niveau toutes disciplines sportives confondues et dans un lieu emblématique le Centre national d’entraînement en altitude de Font-Romeu.
En retour, qu’espérez-vous de ce stage ?
N. T. : Il y a un objectif pédagogique : comment se préparer au mieux avant la saison, adapter son alimentation, avoir des repères, limiter les blessures physiques, etc. Mais la Fédération attend aussi des stagiaires qu’ils développent un état d’esprit, une régularité, un respect vis-à-vis des différents acteurs de la course camarguaise.
Ne craigniez-vous pas que les écoles formatent trop les raseteurs de demain ?
N. T. : Non, car nous sommes très attentifs à ce que chacun garde son style. La diversité des styles est une richesse pour la piste, dans la mesure où la performance, la qualité et la régularité sont au rendez-vous.
Au niveau de la Commission sportive, où en est le groupe Détection, créé en début de saison 2007 ?
N. T. : Le groupe détection a deux objectifs : améliorer la qualité des courses de taureaux jeunes et neufs qui avaient tendance à péricliter ; donner une étape intermédiaire à certains protectionnaires pas assez aguerris pour passer à l’Avenir. Il faut aussi penser à leur sécurité et ne pas oublier le danger devant les taureaux. Chig et Paparone sont les premiers à bénéficier de ce groupe puisque, après une année en détection, ils passent l’an prochain à l’Avenir.
Propos recueillis par
Martine ALIAGA
* Renseignements : FFCC, tél.04 66 26 05 35 et ffcc.info Espace jeune.
LA COMMISSION SPORTIVE DE LA FFCC
Elle est composée de Luc Allemand, Alain Alteirac, René Ayme, Gérard Barbeyrac, Cyril Daniel, Jacky Faure, Roland Guerrero, Henri Itier, Eric Jourdan, Bernard Lagarde, Henri Laurent, Daniel Martinez, André Mouillor, Jean-François Moulin, Jean-Claude Paponneau, Gilles Roccia, Vincent Stefanelli, Alain Travalgini, Nicolas Triol, Jean-Marie Valat, Alain Zerti. Elle a donné dernièrement les noms des raseteurs de la  catégorie détection, ceux qui passent à l’Avenir et les nouveaux protectionnaires.
Catégorie Détection 2008 : Laroussi, Canales, Decker, Galibert, J.-L. Maurel, Pinot, Corbalan, Quesada, Charnelet, Guin, D. Martinez.
Montent au Trophée de l'Avenir : Gros, Bruschet, Ayme, Schuller, Chig, Paparone.
Passent en protection : Alarcon, Aliaga, Boudouin, Carcanague, Chekade, Dayre, Favier, Gautier, Imbert, Lazar, Maloche, Marquis, Orange, Oujdit, Rubio, A. Ruiz, Sanchis, Sylvain.

01/11/2007

LES STES-MARIES-DE-LA-MER : FINALE DES TAU MARCEL-MAILHAN

MERCREDI 31 OCTOBRE

e850f98346b890a25c83c1d1fb790d04.jpg

UN BOCH QUI AIME LA PRESSION

Entrée: Plein. Organisateur: Parc Naturel Régional de Camargue. Présidence: J. Valentin. Raseteurs droitiers en première partie: Ayme, Charnelet, Douville, Taulemesse. 2e partie: Chig, Gros, Jodar, Santelli. Raseteurs gauchers en première partie: Ghorzi, Sanchez. 2e partie: Gibelin, Sanchez. Tourneurs: Lebrun, Ranc.

Des arènes combles pour la 25e Finale des taù Marcel-Mailhan loin de soulever l’enthousiasme. Les taù sensés être bondissants et pleins de folie se sont révélés calmes et cocardiers. Le Boch remporte le premier prix avec sérieux, le Lautier est second (?) Le Gillet est un brillant troisième. Le Chapelle et l’Aubanel Baroncelli pouvaient intégrer ce trio. Pas de leader blanc mais Gros toujours à la pointe du combat est logiquement récompensé, Ayme (2nd) a de la technique, Sanchez (3e) est volontaire comme Charnelet.

Calme et vaillant, le JONCAS (1er, n° 355)  frappe sur Charnelet et Taulemesse mais ne se force pas sur toutes ses poursuites. Le seul à concéder tous ses attributs mais sur la sonnerie. 2 Carmen. Le GILLET (2e, n° 311) ne se laisse pas manœuvrer facilement. Son anticipation tête basse et cornes en avant crée la difficulté mais il sait aussi percuter fort après Charnelet. Un comportement de cocardier. 2 Carmen. Le CHAPELLE (3e, n° 329) est rapide et va jusqu’au ras des planches. Il manque de pression mais s’échauffe au fil des sollicitations. Il frappe après Charnelet, se fait respecter et conserve ses ficelles. 3 Carmen. Rapide, imposant et l’œil vif, le FABRE-MAILHAN (4e, n° 330) impressionne et fait avorter les tentatives jusqu’à la troisième minute. Il se blesse seul à la patte et réintègre le toril. Dommage. Sauteur,  le CUILLE (5e n° 349) fait preuve de bravoure mais plus les raseteurs insistent et plus la fatigue se fait sentir. Il est volontaire mais lourd et ses actions sont à retardement. 1 Carmen. Craint, le AUBANEL BARONCELLI (6e n° 398) chasse, se tourne vite et finit cornes aux planches. Classique, il se place, contrôle et ne refuse rien. Volontaire, il conclut chaque poursuite. 3 Carmen. D’un gros gabarit, le BOCH (7e n° 229) avec un an de plus n’est pas un tendre. Il se jette franchement sur le raset et finit fort à la sortie. Il excelle sur les séries, enferme Gros, offre un final intéressant et percute sur Santelli au plus fort de la pression. 8 Carmen. Vif, le LAUTIER (8e, n° 310) surveille et attend mais du centre. De cette position il enferme Gros à deux reprises et percute Santelli et Chig de façon positive. Sa position centriste s’avère négative mais s’il corrige ce défaut il sera à revoir. 3 Carmen.

Eric AUPHAN