Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2016

LUNEL *AS* 1re journée du Pescalune

Lundi 28 mars 2016 - Royale

Rassir tient tête aux Ricard

Les blancs au régime sec

lunel,ricard,course camarguaise

Trident : placement sévère et arrivées aux planches compliquées.
Avec Rassir,  un bel engagement

 

Les cocardiers de Ricard à Lunel, on savait que ce serait difficile pour les raseteurs. Ces grands banus, charpentés, fantasques et barricadiers ont de quoi impressionner. Hier, les cornus ont mis la barre haute pour les hommes, trop haute pour la plupart d'entre eux (11 à la capelado, 5 tourneurs) sauf Rassir (non invité) qui a osé les plus belles actions, ainsi que Belgourari. Allouani fait le job, et par moments Chekade et Four. 

Côté taureaux, Vaccarès 1er, Trident 2e (rentre ses glands) et Perroquet 4e (conserve sa cocarde) tiennent les blancs en respect. Les trois ont du placement, et pour Perroquet de sévères finitions en plus ; une fois entrepris Garlaban 5e et Absolut 6e trouvent leurs limites mais gardent ses deux ficelles pour le premier et une pour le second ; Beefeater (3e) le plus classique est plaisant ; plein de sang, le jeune Brusc (7e) impressionne dans des engagements aux planches superbes. Un bel espoir !

Vaccares : attaqué tambour battant - ça ne va pas durer longtemps - il se sort de l'étau, se déplace en tamponne après J. Martin, 2 minutes les pompons. Dans une dure série, il défend son terrain et se place. Durcit son jeu, et frappe méchamment (Faure, Poujol). Le rythme est intense, heureusement, il sait se tenir. Rentre une ficelle. Bon premier. 4 Carmen et retour.

Trident : première tentative de Rassir, il saute après et bascule. Du coup, grand calme en piste. Bien campé sur sa position, il toise les blancs, la crainte est dans leur camp.  Quelques enchaînements, Rassir, déjà le plus assidu, écope d'un coup aux planches. Trident bascule avec Four, inflige une petite pointe au bras d'Allouani. Avec un peu plus d'engagement sur les gauchers, il rentre un gland. En silence....

Beefeater : à grandes foulées et sans jamais vraiment se poser, il offre son frontal et occasionne de jolis enchaînements. Se soulève après Rassir, serre Bouhargane, avec Belgourari jusqu'aux planches. 11e, dans une série de feu, Bouhargane met un terme. Classique et plaisant. 4 Carmen et retour.

Perroquet : première tentative de Belgourari, un saut et passe les planches. Rigoureusement placé, Perroquet s'établit un large cercle dissuasif. Le moindre raset à blanc est sévèrement raccompagné, les blancs tirent des plans. Le chrono tourne, le public gronde. Rassir s'investit, coup de barrière, Belgourari à son tour, Perroquet s'explose. Allouani tente, conclusion frappante et au saut, Perroquet envoie voltiger un spectateur pas assez rapide. Course arrêtée 7 minutes. A la reprise, toujours placé, il attend, s'ennuie et saute. Rassir et Belgourari essaient encore, peine perdue, Perroquet rentre sa cocarde seulement coupée par Rassir. 2 Carmen et retour.

▼ Perroquet aux trousses de Mehdi Belgourari

lunel,ricard,course camarguaise

Garlaban : Pas attaqué, il promène, saute. 1 série, coupe cocarde à la 6e. Rassir et Belgourari sonnent l'attaque, entrepris, à vouloir tout prendre,  Garlaban montre ses limites. Un gros enchaîneemnt et chekade fait le 2e gland à 14e. Rentre ses ficelles, en silence.

Absolut : il rode sans trop de sollicitations. Coup de barrière après Allouani. Attaqué, répond avec franchise et ponctue de belle manière. 3 minutes les premiers attributs. Promène jusqu'au beau cite de Rassir après qui il part à l'abordage, explose après Belgourari. Le rythme monte, dans le désordre, pour la 1re ficelle à 14'30. Absolut tire la langue mais sauve sa 2e ficelle. 4 Carmen et retour.

Brusc (hors points Trophée Taurin et Pescalune) : fringant, tête haute, explosif, il a du sang et se montre explosif. Rassir (2)et Belgourari (1)seront les seuls à le provoquer pour trois ripostes cinglantes, haut et fort. Un bel espoir. 3 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Entrée : le public a répondu présent par trois quart d'entrées.
Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Allouani, Belgourari, Chekade, Faure. Gauchers : Bouhargane, Errik, Four, J. Martin, Poujol, Rassir, Allam. Tourneurs : Ull, Labrousse, C. Garcia, Galibert, Fouque.

▼ La puissance de frappe de Brusc
sur Rassir

lunel,ricard,course camarguaise

************************

 

15/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU

Dimanche 13 septembre 2009

OMEGA (Ricard) MET L'AMBIANCE

OMEGA 1.jpg
Outarka - Kerfouche une équipe unie dans les moments chauds !
OMEGA 2.jpg
Ouffe imprudent qui ne s'accroche pas...
OMEGA 3.jpg
...s'en tire finalement bien, Ouf !

06/04/2009

AUX PALUDS DE NOVES

 

 UN FINAL RICARDESQUE...

Paluds 05 04 087.jpg
ERIKA - Nabil Benafitou

Pratiquement le plein pour le club taurin des Paluds pour l’ouverture de sa temporada avec la complète de la manade Ricard dirigée sans anicroche par Sébastien Gonfond. Les cocardiers de Méjanes ont du sang parfois un peu trop mais en seconde partie ils nous embarquent dans une valse d’actions spectaculaires pour un final qui rattrape l’entame poussive. Côté raseteurs N Bénafitou est à la pointe du combat et pas avare d’efforts, le toujours jeune Cyril Garcia amène son expérience, Schuller amène sa technique et sa fougue, Lafare démarre bien mais cale aux deux derniers tandis que le prometteur Aliaga débute timidement mais finit très fort. Galibert plus en retrait participe mais doit s’avérer plus régulier. Ils sont aidés par les tourneurs Bensalah, F Garrido, Patou, Sanchez.Paluds 05 04 009.jpg Cœur fidèle et généreux ARDECHOIS ►(3 Carmen et retour) est un bon premier qui se donne sans faiblir pendant huit minutes très vaillantes. Désintéressé, LILLET fuit les hommes, saute et revient seul en piste. Il rentre sa cocarde (coupée) sans combattre. Autant sauteur, VICTOR (2 Carmen) est moins délaissé. Il arrive même à enclencher des séries ou sauts après l’homme mais l’ensemble est décousu car lui aussi se fatigue à revenir seul en piste. EROS (1 Carmen) a de l’envie mais toujours en mouvement il s’avère brouillon. Sur la fin il se cale un peu et c’est beaucoup mieux. Il rentre ses ficelles en musique. On monte d’un cran avec DJAMGOA (5 Carmen dont retour). Calme, sérieux, bien placé il se jette fort et se dédouble sur la reprise. Il maîtrise le combat en étant présent au départ et à l’arrivée. Pas spectaculaire mais terriblement efficace, il rentre une ficelle après une lutte intéressante. Plus mûr, KALHUA (5 Carmen et rentrée) joue le barricadier de service. Ses finitions très engagées ou ses sauts rageurs enchantent le public une douzaine de fois avec en plus un placement très cocardier. Il lâche la seconde ficelle guère après la sonnerie mais quel combat. Pas de marée blanche pour ERIKA (5 Carmen et retour) doté du plus petit physique et de cornes retroussées mais quel pétard. Il saute seul mais ses envolées après les blancs mettent les arènes en ébullition. Il placarde Bénafitou au toril, secoue Aliaga mal accroché, s’illustre aux planches après Schuller (4), Galibert (2), Aliaga (2) et Garcia pour un final Ricardesque !

Texte et Photos Eric AUPHAN

Paluds 05 04 035.jpg
DJAMGOA - Garcia
Paluds 05 04 090.jpg
ERIKA - Galibert
******************
FANTASQUES " RICARD "
Paluds 05 04 013.jpg
LILLET veut rentrer au toril par la lucarne !!!
Paluds 05 04 060.jpg
KALHUA se coince dans le burladéro !!!
*********************
ERIKA ET ALIAGA C'EST CHAUD
Paluds 05 04 081.jpg
Paluds 05 04 082.jpg
Paluds 05 04 083.jpg

05/04/2009

BEAUVOISIN - LIGUE Languedoc-Roussillon

UNE LIGUE SANS LEADER...

DSC02261.jpg a.jpg

DSC02248.JPGUne bonne petite chambrée sur les gradins des coquettes arènes beauvoisinoises mais point d’enthousiasme malgré quelques bons passages. Les stagiaires essentiellement de 1ère année ont eu du mal à emballer la course. Aliaoui, Azzaoui, Caizergues, Jarroux, Lazard et Martin en première partie puis Allam, Aroca, Auphan, Bennour, Boufrouh et Boyer en seconde. Seul Aliaoui (3e année et cela se sent) s’implique vraiment. Azzaoui lui en détection est transparent. Les autres sont en apprentissage aidés des tourneurs Boutavin et Sagnier. Les Nicollin ont du sang et parfois même un peu trop. Le 459 (1er) est franc mais sauteur il se désintéresse trop sur la fin. Le 513 (4ème) saute seul ou après les hommes mais passe trop de temps en contre piste. Le 520 (8ème) est le plus intéressant. Vif, rapide et doté de bons principes, il termine tout au ras des planches. Les Fabre-Mailhan ont du cœur. Le 444 (2ème) trouve d’entrée sa place et pose problème jusqu’au terme. Le 329 (4ème) n’a pas couru depuis DSC02244.JPGun an et demi suite à une blessure. Vaillant il anticipe et se donne des deux côtés sans retenue avec un cœur énorme. Le 514 (7ème) est méchant. Il débute calmement mais finit très fort notamment lorsque Boufrouh est placardé contre la planche, soulevé sur les cornes et déshabillé (t-shirt et pantalon en lambeaux – voir les photos plus bas) mais heureusement sans blessure. Fortement commotionné il reviendra courageusement au dernier. Les Ricard ont du pétard aux barrières. Le 474 (3ème) est craint. Il rentre la totalité de ses attributs de par ses envolées sur les rasets à blanc. Le 470 (6ème) est vif, rapide. Pourtant, entrepris il s’avère coopératif aux planches avec une façon particulière de freiner des pattes arrières mais peu inquiété lui aussi rentrera tous ses attributs....

Texte Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

*******************

LA " ROUSTE " de Boufrouh

DSC02254.JPG
DSC02255.JPG
DSC02256.JPG
DSC02257.JPG
DSC02258.JPG