Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 23 septembre 2012 - Finale du Trophée Albert-Dubout

TOUS POUR JUJU

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Fiesta y toro. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Jockin, Outarka. Gauchers : Errik, Ouffe, Ruiz. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, T. Garrido, Labrousse.

J’aurai pas parié un euro sur l’affiche proposée par cette finale du Trophée Albert-Dubout. J’avais tort. Les raseteurs, tous unis, ont tiré le meilleur de tous les taureaux présentés. Rodin, lui, se fait respecter et réalise  une superbe prestation, plus la belle découverte avec ce jeune Moustic de Richebois (7e hp). Julien Ouffe, fort du soutien de ses pairs et du public, engrange les points avec beaucoup d’énergie et remporte le Trophée Albert-Dubout.

Banaru (Fabre-Mailhan) fait un excellent premier.  Exploite toutes les positions, le long des planches, sait se dégager. Il se livre jusqu'à exploser sur Oufdil pour 3 minutes les pompons. Disponible, cocardier, très présent sur toutes les trajectoires proposées, il met la corne à la planche, plus la légère anticipation "mailhanesque" qui fait passer l'émotion. Les ficelles très travaillées par les blancs et très défendues par le noir, rentrent en musique.

Flamant (Nicollin) plus léger, raccompagne vivement jusqu'aux planches. Remuant, sans refus, il offre sa générosité aux hommes pas toujours élégants. Ouffe s'offre la première ficelle à la 14e minute.

Indien (Cuillé) est plus retors. Superbement placé, il vient... ou pas, c'est lui qui décide. Un soupçon dédaigneux mais déterminé et dangereux quand il s'engage. Craint, il se ménage un large terrain d'où il repousse les attaques. Compliqué, il ignore les reprises. Attentif, il anticipe Ouffe et domine. Auzolle ne fait la cocarde qu'à la 14e. Les ficelles à la maison en musique.

Méphisto (Saumade) prend une rafale d'entrée et répond présent sur une belle réaction avec Ouffe. Bien positionné, il oblige Allouani à rompre, pousse sur Errik. Prend des séries rythmées, presse Errik, enchaîne avec coeur. S'engage sur Auzolle, tape après Outarka, encore des séries et coup de barrière sur Auzolle. 11 minutes de belle facture avec 8 Carmen et retour.

Rodin (Les Baumelles) assure. De suite positionné, il gère avec expérience et beaucoup de jus. Le long cite d'Errik est magistralement raccompagné. Pas de refus pour de solides répliques. De belles anticipations (Allouani, Ayme, Auzolle) et de vibrantes séries. Plus la corne qui traîne à la planche. Très sollicité, Rodin se fait respecter, donne du jeu et de l'émotion dans une très belle prestation. Un ficelle au retour en musique et les applaudissements. 7 Carmen et retour.

Malaga (Lautier) avec son physique disgracieux n'impressionne pas à sa sortie et il laisse ses pompons en deux temps trois mouvements. Mais sa vivacité et son énergie compensent sa trop grande mobilité. Ouffe a bouffé du lion et multiplie les rasets. Les réactions de Malaga prennent de l'ampleur, Oufdil dans le berceau des cornes, cabrage après Auzolle, séries, conclusions (Allouani, énorme sur Auzolle).. tout y est. Treize minutes endiablées. 6 Carmen et retour.

Très attendu car précédé d'une belle réputation, le jeune Moustic de Richebois, 6 ans (7e hors points) ne rate pas son entrée dans la grande piste. Cocardier, il trouve vite sa place, attentif, et montre sa rapidité et son agressivité. Bien sûr, en 7e position, il n'est pas submergé. Mais que ce soit dans les séries dans lesquelles il fait voir son caractère dominant ou dans ses conclusions méchamment frappantes, il offre son beau potientiel et dans le public fuse "il faudra le revoir". Il termine par un superbe coup après Errik. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

MATHIS ne pouvait quitter les pistes sans passer par Palavas où lors d'une mémorable course il avait enflammé les gradins pour un combat titanesque avec Allouani et Villard. Le Biou d'Or 2006 au palmarès impressionnant a reçu l'hommage mérité du public sous les yeux de son manadier. Frédéric Lautier confiait : "On aurait pu le faire courir encore une saison, mais avec tout ce qu'il nous a donné, par respect pour sa carrière, on préfère le mettre à la retraite..". A 14 ans, le N.812 a offert à ses manadiers le titre suprême  et couronné les 50 ans de son élevage. Bonne retraite Mathis !

LES PRIX : 1er Julien Ouffe avec 48 points sur les trois courses du Trophée Albert-Dubout. Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé pour sa course du 1er mai. Meilleur taureau de la finale : Rodin des Baumelles. Coup de coeur à la manade Lautier et à son superbe cocardier Mathis.

LES POINTS
Trophée des As : Ouffe, 28 points ; Auzolle, 13 ; Allouani, 4 ; Oufdil, 4 : Ayme, 2 ; Outarka, 2, Errik, 1.
Trophée des Raseteurs : Ruiz, 10 points.

**************




17/10/2010

59e FINALE DU TROPHEE TAURIN - "MIDI LIBRE - LA PROVENCE"

Dimanche 17 Octobre 2010 - Finale du Trophée des As

 

SANS HOMMES, SANS LEADER
LA FINALE PERD DE SON ATTRAIT

*****************

GuepardAuzo.jpg
GUEPARD, AUZOLLE LE DUO GAGNANT POUR 2010

auzo10x10.jpgIls étaient dix plus cinq tourneurs, à défiler pour la capelado (somptueusement orchestrée par le maître d'oeuvre Patrice Blanc). Ils ne sont plus que neuf aprés la sortie de Four au troisième cocardier. Pour une finale l'effectif est bien maigre surtout dans le vaste plan nîmois. Il restait donc des places pour participer à cette fête... Ces messieurs les rasibles, si critiques lorsqu'ils ne peuvent pas rentrer en piste quand le quota est atteint n'ont pas daigné revêtir la tenue blanche ? Quoi qu'il en soit ce manque d'opposition général et l'absence d'un véritable patron de la piste a fortement nui au spectacle. Des bons moments on en eût grâce au travail irréprochable de Christophe Clarion l'homme du jour et aux rasets stylés d'Hadrien Poujol. Quand aux autres Auzolle, Outarka, Moutet, Gleize, Marquier, Ouffe, Adil Benafitou c'est avec prudence qu'ils ont géré et ménagé leurs efforts.
Dans ce contexte les taureaux ont pu facilement survoler les débats. RODIN s'octroie le prix du meilleur cocardier de la  finale, GERICAULT trés bon premier avait sa chance aussi. PASTEUR peu raseté donne l'impression de dominer et GUEPARD malgré une pression insuffisante fournit une course digne de son titre.

GERICAULT de Chauvet, un excellent premier qui se plaît quand la bataille fait rage. Il répond alors par de belles poursuites qu'il termine par de nombreux coups de barrières. Sachant intelligemment changer de poste de combat il ne se laisse pas berner et rentre ses ficelles aprés avoir ecouté six fois la musique.
EMBRUN de Nicollin, surtout gaucher il s'illustre sur les belles provocations de Clarion et Poujol. Il manque de pression et ne peut s'exprimer que dans les deux dernières minutes lorsqu'il défend avec véhémence sa première ficelle qu'il rentre au toril. Cinq Carmen.
PASTEUR de Fabre-Mailhan, entre sévère réserve et maîtrise cocardière mon coeur balance... Le fait est que, cul collé aux planches il inspire la crainte. Seuls les cites trés engagés sont honorés avec danger au bout (Four jambe coinçée  la planche). Un gland aux Bernacles, musique quatre fois et bronca pour les hommes.
rodinClarion.jpgGUEPARD de Cuillé, ce n'est pas parce qu'on est sacré Biou d'Or 2010 qu'il faut changer ses habitudes. Alors Guépard promène dans tout l'ovale nîmois, mais surveille tout ce qui se passe autour de lui. Les attaques avortent grâce à son oeil de Lynx (non de Guépard !) et les poursuites acceptées sont conclues de façon magistrale et criminelle trés haut sur les barrières. Les adversaires à sa mesure manquent et le cocardier peut rentrer fièrement sa seconde ficelle (2200 €). Musique et ovation au retour.
YVAN du Pantaï, l'ombre de lui même, pas d'anticipations fulgurantes, un minimum de réactions positives, c'est languissant. Un jour sans...
RODIN des Baumelles,► c'est une promenade de santé pour le biou des Saintes. Cocardièrement positionné il va attendre les sollicitations qui ne viendront qu'à la dernière minute pour défendre sa première ficelle que lui ravit A. Benafitou sous une virulente bronca. Le prix du jour pour son sérieux, des Carmen et des applaudisements nourris.
MATHIS de Lautier, le Biou d'Or 2006 à encore quelques beaux restes, il sait et peut se propulser très fort contre les planches. il offre quelques beaux engagements, mais aujourd'hui rien n'était
vraiment fait pour briller, alors le minimum c'était déjà pas si mal.

Texte et Photos Luc PERO

 

GeriPoujol.jpg
Deux satisfactions de la journée, GERICAULT et H. Poujol

 

17/08/2010

LE GRAU DU ROI *AS*

Dimanche 15 Aout

GUEPARD, YVAN, RODIN, ALESIEN, NIZAM
FONT CHAVIRER LE GRAU

GUEPARDGROS.jpg

hispa.jpgGradins bondés avec en ouverture un tableau hispano-Camarguais,réalisé entre autres par le groupe l'Etoile de l'Avenir, Renaud Vinuesa et Olivier Boutaud. Une Capelado originale s'en suit et le traditionnel concours du 15 Aout pouvait débuter. En piste Gros, Violet fers de lance, Allouani, Poujol la classe à l'état pur, Auzolle batailleur, A.Benafitou, Ouffe et Moutet pour de bons passages. Cinq tourneurs. A la présidence Jacques Valentin dans une forme olympique prêt pour battre un record, "booste" au maximun les acteurs en s'époumonant pour annoncer les fortes primes. Tous les cocardiers ont dans l'ensemble répondu aux attentes d'un public satisfait à la fin de la course.

LANCIER de Lautier, a fait sa course habituelle, mettant parfois du danger sur les blancs ou les ignorant totalement.
ALESIEN de Briaux, si ce n'est pas trop sa place de sortie, il s'en accommode parfaitement et fournit une prestation sérieuse et spectaculaire. Des enfermées, des arrivées sérrées pour Gros, Benafitou, Ouffe, des coups de barrières et six fois la musique avec ses ficelles au retour.
EROS de Ricard, rentre ses ficelles aprés avoir joué dans le registre classique qu'il agrémente brillamment par des enchaînements toniques. Pour sa vaillance cinq fois la musique.
Aprés la pause, un peu de nostalgie avec les adieux de PESQUIE de Saumade, le barricadier va désormais rejoindre TRISTAN dans le prés des retraités.
YVAN du Pantaï, le petit taureau du Château d'Avignon fournit une fois de plus une prestation de haut niveau. Anticipations, enfermées et poursuites dangereuses (Auzolle 3 fois) c'est son registre qu'il étale volontiers. Allouani lui sert un caviar longueur de piste pour une arrivée percutante aux planches. Allouani encore travaille, et fait exploser la premiére ficelle que Moutet lève à 1200 Euros. La deuxième rentre et cinq Carmen sont entendus.
RODIN des Baumelles, est craint, d'ailleurs sa cocarde ne sera levée qu'à la septième minute. Le biou domine par son placement et sa vista pour faire avorter les attaques. Auzolle tente mais ... c'est Poujol qui parvient à le faire briller. On aurait aimé voir plus de travail car le taureau semblait être au top. Trois Carmen et les ficelles à 1500 Euros rentrent.
GUEPARD de Cuillé, au top il l'a été... comme à son habitude promeneur presque dilettante et pourtant il voit tout, s'intéresse à tout, surveille tout. Ses assaillants, Gros principalement sont gratifiés d'actions superbes ou l'engagement n'a d'égal que la dangerosité. Auzolle s'en mêle et subit le même traitement aux planches. En fin de quart d'heure Guépard se place et enchaîne une grosse série alors que les primes pleuvent sur sa ficelle... 50 Euros de plus, 100 Euros de plus, la ficelle est portée à 1900 Euros et la direction la porte à 2000 Euros, Gros esuie encore un monumental coup de barrière et la ficelle rentre. Public debout, ovation et des Carmen.
NIZAM de Blatière-Bessac, hors-points, difficile de sortir aprés les cracks, pourtant le Blatière pur jus va relever le défi et de belle manière. Un final explosif avec des actions d'une rare violence. Il brise plusieurs fois les planches, les traverse entièrement mais se prête aussi avec énergie au jeu des séries. Un feux d'artifice que les honneurs récompensent de nombreuses fois.

Texte et Photos Luc PERO

CAPELADO.jpg
La Capelado
PESQUIE.jpg
PESQUIE
ALESIEN.jpg
ALESIEN - Gros
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle
YVAN.jpg
YVAN - Auzolle
RODIN.jpg
RODIN - Poujol
GUEPARD-GROS.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD3.jpg
GUEPARD - Auzolle
GUEPARD 1.jpg
GUEPARD - Gros
GUEPARD 2.jpg
GUEPARD - Auzolle
NIZAM.jpg
NIZAM - Gros
NIZAM 2.jpg
NIZAM suite de l'action au dessus
NIZAM 4.jpg
Après le passage de NIZAM
NIZAM 3.jpg
NIZAM et toujours Romain Gros




 

17/05/2010

NIMES *AS*

Dimanche 16 mai 2010 : 1re journée du Trophée Jean Lafont

LES RASETEURS EN PANNE
LES COCARDIERS DOMINENT OUTRAGEUSEMENT
LE PUBLIC EST DÉÇU

Entrée : environ 2000 personnes. Org. : Simon Casas Prod. Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 6e), Outarka (sort au 1er), Jourdan, Sabatier, Violet.
Gauchers : A. Benafitou, Cartalade, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Bensalah, Benzegh, Kerfouche, Ranc.

LES COCARDIERS : 1. Espeloufi de Fabre-Mailhan ; 2. Petit Lou de Chaballier ; 3. Joli Coeur de Fabre-Mailhan ; 4. Pasteur de Fabre-Mailhan ; 5. Yvan du Pantaï ; 6. Rodin des Baumelles ; 7. Saint-Rémois de Fabre-Mailhan, hp (prestation écourtée après un gros choc).

* Sabri Allouani, après un raset sur Rodin, prend un choc au burladero en sautant. Il annonce qu'il ne reviendra en piste que pour sa despedida à Lunel.

PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER

Adil Benafitou et Joli Coeur

A1.jpg
Pasteur et Violet
A2.jpg
Allouani et Rodin
A3B.jpg
******************************************

25/04/2010

VAUVERT *AS*

Dimanche 25 avril

 

 

UN BIEN TRISTE CONSTAT

RODIN.jpg

Une poussée de Rodin sur Adil Benafitou
 

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : Service animation. Présidence : Michel Bourrier. Raseteurs droitiers : Jourdan, Moutet, Roux, Toureau, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Cartalade, Clarion, Oleskevich. Tourneurs : Bensalah, Beker, Lebrun, Mata, Zerti.


Première journée du Trophée Camargue Médical et dès la première partie, une constatation ou une évidence, il n’y a aucun leader côté blanc pour "prendre" la course à son compte. Désolant… Le public d’ailleurs se fait entendre à plusieurs reprises. Après la pause, A. Benafitou se décide mais douze ficelles restent sur les têtes. Edifiant à ce niveau… non ?
Catalan (Saumade).- Un premier de choc qui trouve en Adil Benafitou un partenaire de choix. Sélectif, il joue de la corne au passage et change bien de cite. Aux ficelles, il manque de travail et les rentre en bon premier.
Petit Lou (Chaballier).- Une très bonne entame de course avec des répliques sérieuses, nombreuses et de qualité. Les pompons levés, la pression manque. Puis, Villard, Moutet, Benafitou font l’effort et malgré ce, il rentre ses ficelles après avoir écouté 4 Carmen.
Catalan (Daumas).- Beaucoup de peps chez ce jeune cocardier qui tient bien la comparaison malgré un travail soutenu et désordonné. Une grosse action sur Roux ponctue ses meilleures enfermées. Calé aux planches, il attend les sollicitations et le peu qu’il reçoit est honoré avec une corne menaçante. Ses ficelles au toril, 4 Carmen.
A.jpgGavot (Pantaï).-► Très vite, il se rend maître du jeu et le ton du sérieux est donné sur une enfermée éblouissante après Adil Benafitou. Adil encore l’embarque dans une longueur. Villard imprudent frôle l’accrochage. Cocardier, Gavot sélectionne durement en fin de course mais pour clôturer il enferme, bouscule Moutet qui se blesse en basculant contre la barrière. 3 fois la musique et une ficelle au toril.
Rodin (Les Baumelles).- Dès sa sortie, se positionne et change intelligemment de terrain. Il oblige Villard à rompre, puis c’est au tour de Clarion et le cercle s’élargit autour de lui. Les sifflets fusent. Clarion, A. Benafitou le font briller et Villard à la faute s’en tire très bien. Dominateur, Rodin se fait applaudir sur les magnifiques cites de Clarion et Benafitou, des Carmen et une ficelle au toril.
Clodomir (Bon).- Dès le premier raset, il s’envole derrière Moutet. Puis Villard, Clarion, Roux, Moutet sont raccompagnés contre ou au-delà des barrières. Des sauts inutiles, du spectacle pour 15<TH>minutes et trois Carmen.
Tzigane (Saint-Pierre, hp).- Des coups de barrière, des principes, il est à revoir dans un autre contexte. Musique et ficelles au toril.


Texte et photos
Luc PERO 


Trophée des As : A. Benafitou, 19 points ; Villard, 11 ; Clarion, 5 ; Jourdan, 4 ; Moutet, 4.
Trophée des Raseteurs : Roux, 8 points.


CLODOMIR.jpg
Un peu de spectacle avec CLODOMIR

30/10/2009

LES SAINTES-MARIES-DE-MER

Vendredi 30 octobre 2009

3.jpg

LES ADIEUX DE MICHOU, MARICO,
LE BIOU DE L'AVENIR DE GARLAN
LA BELLE SAISON DE RODIN...
C'EST LA FÊTE "DES BAUMELLES"

7.jpgBruno Pascal au micro donne le top départ d'une majestueuse capelado avec les groupes folkloriques, les Arlésiennes, les gardians, La Gardounenque. En piste, Poujol (se retire au 1er), Ibanez, Khaled, Auzolle, Chig, Moine, Villard, Miralles, Four et Mebarek. Sur les gradins, banderolles, mouchoirs aux couleurs de la manade agités par le nombreux public, le ton est donné pour cette course de gala en l'honneur des adieux de Michou et Mari Co.

Galinier.- Quelques belles réactions sur Four en particulier et une grosse enfermée sur Auzolle chahuté dans la longueur. 12 minutes, 3 Carmen.
Saint-Gillois.- Une enfermée sur Villard, suivie d'une anticipation sur Auzolle et 2 Carmen résonnent. Deux séries pour deux Carmen ainsi qu'à son retour.
Marquis.- Il saute sur Auzolle, puis répond et donne quelques valables ripostes surtout lorsqu'il est charbonné. Six Carmen.
Mari Co.- Dernières actions, derniers Carmen et derniers bravos pour la Cocardière d'Or qui va désormais assurer son rôle de reproductrice.
2.jpgMai.- Trop souvent au centre de la piste, il profite des erreurs humaines pour se signaler. De bonnes choses mais pas mal de déchet malgré les nombreux Carmen entendu.
Garlan.- Il étrenne son titre de Biou de l'Avenir et dès sa sortie, garde les planches. Très compliqué, il pose beaucoup moins de problèmes lorsqu'il est entrepris. A revoir en compétition. Musique 4 fois.
Rodin.- Boîteux, il sort en présentation et lève - si besoin était - le doute émis à son encontre sur sa non participation à la finale du Trophée des As.
Michou.- Un gros coup de barrière sur Auzolle▲, des Carmen, des hourras, des serviettes aux couleurs de la devise qui s'agitent dans les gradins, pour assurer une sortie triomphale au grand cocardier qui termine aujourd'hui.

Texte et photos
Luc PERO

08/10/2009

FINALE DU TROPHEE DES AS : LES COCARDIERS

SEPT DONT UN EN OR

 

Voici la présentation des sept cocardiers qui vont fouler le sable du grand amphithéâtre Arlésien au vu des courses effectuées au Trophée des As. La surprise, c’est l’absence de Rodin (5e) blessé et la sélection de Petit Lou. Ce dernier s’intercale en seconde position mais est capable de créer une bonne surprise. Géricault reste sur une superbe victoire à la Palme d’Or, Pasteur étrennera son titre, Coyote aura l’occasion de s’affirmer un peu plus au haut niveau, Yvan a les moyens de viser le prix du meilleur taureau s’il est dans les mêmes dispositions que l’année dernière et Mathis devrait offrir le feu d’artifice final. Dans l’ordre de sortie.

GERICAULT (Chauvet) N ° 013 - 9 ans - 3 sorties (19/04 Grau du Roi - 24/05 Istres - 27/07 Beaucaire). Peu sorti mais pétillant comme le champagne, le petit taureau de Cadenet a prouvé lors de la Finale de la Palme d’or en remportant le prix du meilleur taureau de la compétition qu’il pouvait s’imposer dans n’importe quelle arène.
PETIT LOU (Chaballier) N° 7196 - 12 ans - 6 sorties (19/04 Beaucaire - 03/05 St Rémy de Provence - 21/06 Grau du Roi - 12/07 Beaucaire – 18/08 Le Crès - 06/09 Nîmes). Habitué à ouvrir les hostilités le taureau est du genre coriace. Il faut de la technique pour ravir les attributs du cocardier de Lunel-Viel capable de sauter en contre piste pour chercher l’homme ou le spectateur. Il saura se faire respecter.
EMBRUN (Nicollin) N° 061 - 9 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 26/04 Vauvert - 23/05 Marsillargues - 21/06 Sommières - 22/08 Beauvoisin – 17/09 Grau du Roi) Pourrait faire de belles vagues si les hommes arrivent à surfer entre ses cornes. Un Nicollin plein de vaillance qui ne demande qu’à extérioriser ses qualités et toute sa noblesse.
PASTEUR allou.jpg◄ PASTEUR (Fabre-Mailhan) N° 128 - 8 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 17/05 Grau du Roi - 14/06 Lansargues - 18/07 Lunel - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi) Le bioù d’or réalise une saison complète. Il est vif et maîtrise l’anticipation à merveille et quand son adversaire blanc le tire dans des rasets avantageux, il sait finir de façon rageuse aux planches. Placement, intelligence, il n’est pas facile à manœuvrer des deux côtés. Espérons que le bioù d’or ne rate pas sa finale comme cela est si souvent arrivé.
COYOTE (Caillan) N° 209 - 7 ans - 4 sorties (15/03 Mauguio - 13/04 Mouriès - 23/08 Eyragues - 13/09 Châteaurenard). Il est le plus jeune mais déjà une sérieuse difficulté. Difficile, il est appréhendé par les raseteurs qui ne sont pas légion à se bousculer sur son frontal. Seul le duo Allouani - Villard semble le maîtriser et à son âge il est un sérieux candidat pour la saison prochaine.
YVAN VILLARD.jpg► YVAN (Lou Pantaï) N° 020 - 9 ans - 6 sorties (23/03 Vauvert - 19/04 Beaucaire - 05/07Chateaurenard - 27/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi). Toujours régulier le petit bioù du mas de Bardouine maîtrise le combat à merveille. C’est le cocardier type qui gère l’espace et anticipe à merveille même si cette saison il a baissé le pied à deux reprises. Sa finale l’année dernière avait été somptueuse, souhaitons qu’il en soit de même cette année. 
MATHIS.- (Lautier) 812 - 11 ans - 07 sorties (14/03 Saint Martin de Crau - 19/04 Grau du Roi - 10/05 Palavas - 31/05 Les Saintes Marie de la Mer - 12/07 Beaucaire - 15/08 Grau du Roi - 13/09 Châteaurenard). Le bioù d’or 2006 a un côté spectaculaire capable d’enchanter les gradins. Nul doute que le taureau du mas de Reboul sera à la hauteur de l’évènement et terminera la course sur une note barricadière.
Quant à RODIN (Les Baumelles) N° 911 - 10 ans - 6 sorties (13/04 Lunel - 10/05 Palavas - 12/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 06/09 Nîmes). Initialement prévu en cinquième position le taureau ne pourra pas participer à la finale en raison du réveil d’une blessure contractée lors de sa dernière course à Nîmes. Dommage pour les afeciouna, le taureau et la course camarguaise.

 

Eric AUPHAN

Photos C. ITIER

06/09/2009

NIMES *AS*

Dimanche 6 septembre 2009

RODIN SEIGNEUR DE L'AMPHI

RODIN 2.jpg
Devant son "Pélot" RODIN anticipe sur Poujol

Entrée : 3 500 personnes. Org.: Simon Casas Prod. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Gleize, Sabatier. Gauchers : A. Benafitou (sort au 5e), Clarion, Oleskevich (sort au 6e), Ouffe, Poujol. Tourneurs : Beker, Benzegh, T. Dengerma, Dunan, Zerti.

Remise.jpgLe palmarès du 2e Trophée Jean Lafont (sur deux courses) s’établit comme suit : 1er Allouani ; 2e Gleize ; 3e Poujol. Meilleur taurin à l’unanimité Rodin des Baumelles. Marcellin et Petit Lou en première partie, Rodin et Sparagus en seconde ont été les éléments majeurs de ce concours. Chez les hommes, les bravos iront à Clarion, Allouani, Gleize et Poujol dirigés par une présidence à la hauteur.
Petit Lou (Chaballier).- C’est aux ficelles que le biòu montre son véritable potentiel dans les longueurs de Clarion ou sur les attaques de Jourdan et Allouani. Un saut sur Clarion, de belles séries devant la présidence et 6 Carmen en récompense pour ce très bon premier.
Marcellin (Rouquette).- Pour sa première en (très) grande piste, il s’en est sorti à son avantage, cherchant même l’affrontement aux ficelles. Bien calé dans le terrain des planches, Allouani est gratifié de deux coups de barrière alors que le biòu brille aussi sur les cites de Clarion. Une ficelle au toril, 3 Carmen pour un sérieux combattant.
Périclès (Nicollin).- Au fil des minutes, se bonifie sur les attaques de Gleize, Ouffe, Allouani. Calé aux bois, il manque de travail pour s’exprimer et perturbe raseteurs et tourneurs. Rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Jeannot (Grand Salan).- Personne ne dicte sa loi à Jeannot. Le biòu fait ce qu’il veut quand il veut. Calme, de son sitio, il sélectionne et garde ainsi son 2e  gland 7 minutes. Une certaine réserve, des finitions corne menaçante refroidissent les hommes qui ne le bousculent pas. Le biòu rentre ses ficelles. 2 Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- Dès sa sortie, il se cale aux barrières et attend les événements. C’est Clarion qui déclenche les hostilités. Dans la foulée, Allouani et encore Clarion doivent rompre. Une longueur sur Clarion alors que Rodin calé au toril mestrèje. Les primes montent, le biòu change de terrain… Enfin une série et une énorme action sur Allouani. Une ficelle au toril, 4 Carmen et retour avec l’ovation.
Renoir (Cuillé). Au départ, il court beaucoup mais vient se soulever sur Clarion, Poujol (2). Les attributs levés, Renoir devient moins attentif et agressif qu’à son habitude. Malgré ce, il vient plusieurs fois percuter violemment aux planches pour 6 Carmen et une ficelle au toril.
Sparagus (Janin, hp).- Dès sa sortie, il fait le vide et signale à tout son monde que c’est lui le boss. Le premier raset n’interviendra d’ailleurs qu’à la 5e. Ensuite dominateur et cocardier, les blancs ne l’attaquent qu’avec prudence et peu d’élégance. Une course pleine de promesses d’avenir avec 1 gland au retour et les honneurs déjà joués.

                                                        Texte et photos Luc PERO

RODIN 1.jpg
RODIN enferme sérieusement Allouani
S1ARAGUS.jpg
SPARAGUS sur un des rares cites honnêtes qu'on lui a proposé...

Trophée des As : Allouani, 20 points ; Gleize, 12 ; Poujol, 11 ; Ouffe, 5 ; Clarion, 2 ; Jourdan, 2 ; A. Benafitou, 2 ; Sabatier, 1.

15/08/2009

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS* 14-08

Vendredi 14 août 2009 : TROPHEE DES IMPERIAUX 2009

VILLARD ET PASTEUR EMPEREURS DES SAINTES

Empereurs.jpg
Devant Beaujard et Bonhomme les deux empereurs s'affrontent.

Ce Trophée des Impériaux aurait pu être une réussite... mais quand on ne met pas tous les atouts dans son jeu, on s'expose à quelques risques ! Côté cocardiers le plateau paraissait alléchant avec trois taureaux de haut niveau comme base. Mais le hic... est venu des hommes ! Défection sur blessure pour deux engagés et personne en remplacement... résultat six pour assurer ! Allouani, Auzolle, Guyon, Villard à droite - Martin-Cocher, Poujol à gauche ! Aux Saintes cela fait un peu léger ! Alors à quoi bon sert ensuite de se lamenter et de rejeter la faute sur X ! Les spectateurs eux ont été lésés. En fin de course pour couronner le tout une remise de prix qui ne satisfait pas tout le monde, loin s'en faut ! Faudra peut-être revoir la formule pour l'an prochain...
LOU RAINAIRE de Guillerme n'a guère de vigueur mais avec un bon coup de tête resiste douze minutes.
MOURIESEN de Chauvet exclusivement gaucher, ils ne sont que deux alors quelques poursuites et une ficelle au toril.
MATUTE de St Antoine a de trés belles réactions dans des anticipations et des finitions intéressantes sur les hommes dans quinze minutes cinq fois honorées.
YVAN du Pantaï est vite dépouillé de ses rubans. Aux ficelles, positionné, il offre des répliques de la meilleure veine et pousse ses anticipations jusqu'au bout sur Poujol, Villard, Martin-Cocher, Auzolle et Allouani qui frise la correctionnelle. Dominateur il rentre sa première ficelle à 800 Euros. Musique plusieurs fois bien entendu.
PASTEUR de Fabre-Mailhan d'entrée c'est deux gros coups de barrière sur Allouani, Villard. Puis il manque totalement de travail mais brille sur les cites de Villard et de Poujol. Maitre de la piste, il dirige à sa guise les départs et enferme sans être inquiété sa première ficelle à 800 euros. Des Carmen.
RODIN des Baumelles effectue aujourd'hui une bien belle prestation. Toujours à la recherche de l'affrontement il trouve en Benjamin Villard un adversaire de choix. Poujol se mêle aussi du jeu, mais Rodin tient bon la barre et ses répliques poussées font retentir de nombreuses fois le disque. Première ficelle au toril à 1000 euros.
PESQUIE de Saumade, hors points pour six actions aux planches dont quatre sur Villard. Musique.

Texte et Photos Luc PERO

YVAN du Pantaï

YVAN VILLARD.jpg
YVAN ALLOU.jpg
YVAN POUJOL.jpg
PASTEUR de Fabre-Mailhan
PASTEUR ALLOU.jpg
PASTEUR VILLARD.jpg
RODIN des Baumelles
RODIN ALLOU.jpg
RODIN VILLARD.jpg

10/05/2009

PALAVAS-LES-FLOTS * AS *

Dimanche 10 mai 2009

COCARDIEREMENT VOTRES !
Photo de tête.jpg
Hier Sabri a tout donné... ici dans les cornes de VIDOURLEN

Entrée : plein. Organisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Gleize, Jourdan, Outarka, Sabatier. Gauchers : Clarion, Martinez, Mebarek, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Beker, Dunan, Tourki, Zerti.

Sabri.jpgCette deuxième journée du Trophée Albert-Dubout a laissé toute la place aux purs cocardiers, Ruy Blas (4e), Rodin (5e) et Sparagus (7e),  Mathis (6e) se montrant irrégulier malgré de bons passages. Mais la course dans son ensemble a souffert du travail irrégulier des blancs qui ont laissé à Allouani toute la responsabilité des débats. Présidence à la hauteur pour des décisions et explications à bon escient.
Paludier (Margé).- Au début, prend tout sur ses déplacements avec quelques actions poussées. Plus stable, par la suite défend son unique ficelle neuf minutes. Deux Carmen.
Jodias (Nicollin).- Attaqué d’entrée, il répond avec du jus pour deux minutes les premiers attributs. D’un calme olympien, le long des planches, il s’investit dans des enchaînements ponctués sur Sabatier et Allouani. 12 minutes. 5 Carmen.
Vidourlen (Mermoux).- Décollé des planches, il favorise un maximum de mauvais rasets. Quand il se place, en revanche, ses poursuites sont dangereuses. Mais trop intermittent aujourd’hui, Vidourlen ne convainc pas même s’il défend - et rentre - son 2e gland avec un bon coup de revers. Carmen au retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Placé, il attend les blancs de pied ferme pour une cocardière leçon. Attentif, il utilise tous les angles d’où, sans se gaspiller, il ferme la porte aux plus hardis. Outarka bousculé, Martinez, Oleskevich et Jourdan enfermés. Il termine en se dressant après Allouani, Sabatier, Jourdan rentrant un gland avec 9 Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- La piste palavasienne convient à Rodin qui toujours placé à son avantage, ne se laisse pas duper. Ses superbes anticipations obligent Allouani à lâcher, Gleize à décrocher. Les blancs au ralenti, Allouani est obligé de prendre les choses en main, mais Rodin coupe magnifiquement sa longue invitation pour une chaude arrivée. Les ficelles au toril et 5  Carmen.
Mathis (Lautier).- Il surveille la piste et la contrepiste, et si au début, il prend les angles et ferme la porte aux hommes (7 minutes les glands), il pêche par moments par manque de rigueur même s’il termine par de gros coups sur Martinez, Ouffe, Clarion et Allouani. 4 Carmen.
Sparagus (Janin, hp).- A 6 ans, cul aux planches, prêt à foncer, il délimite son terrain. Quelques séries rondement menées, une enfermée sur Allouani (Carmen) mais pas assez sollicité pour s'exprimer. Rentre une ficelle en musique.

Martine ALIAGA

Trophée des As : Allouani, 16 points ; Gleize, 9 ; Sabatier, 5 ; Ouffe, 5 ; Outarka, 4 ;  Clarion, 4 ; Martinez, 2 ; Mebarek, 2 ; Jourdan, 1.
RB Outarka.jpg
Outarka à nouveau en difficulté avec un Cuillé ( RUY BLAS ).
***************
ROD 1.jpg
ROD 2.jpg
ROD 3.jpg
Sabri au four, au moulin et dans le charbon ! içi avec RODIN.
*****************
RB 1.jpg
RB 2.jpg
RB 3.jpg
RB 4.jpg
Le "Grand Frisson" avec RUY BLAS et Gaëtan Martinez.
Photos Luc PERO