Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/02/2017

CINEMA *SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES*

Les vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 février 2017

Rendez-vous au Festival

stgeniesmalgoiresphci.jpg

Le Festival ce sont des films mais aussi des rencontres
comme avec l'ancien raseteur Gérard Martin,
figure incontournable

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,françois de luca,ct lou gandar,course camarguaiseSaint-Geniès-de-Malgoirès et le CT Lou Gandar s’apprêtent pour le Festival du film taurin et camarguais des 24, 25 et 26 février. Idée géniale que ce Festival qui, depuis 1998, braque tous les projecteurs sur la petite ville gardoise orpheline de ses arènes mais riche d’une vibrante aficion. Evénement qui, au fil des ans, outre l’animation festive, emmagasine et partage des images. Jusqu’à devenir une véritable vidéothèque qui témoigne de la richesse d’une culture, de la vivacité d’un sport et de l’empreinte d’un territoire.

Chevilles ouvrières du Festival, Robert Féline et François de Luca mesurent l’évolution des films : « Petit à petit, les sujets se spécialisent sur la course camarguaise et son environnement, portraits de manadiers, de raseteurs, de cocardiers, etc. C’est tant mieux ! Même si nous avons aussi des images sur les traditions, et les taureaux de rue, etc.»

Effectivement le programme fait la part belle aux grands noms de la bouvine. Ceux d’actualité tels Mignon de la manade Cuillé ou le raseteur Joachim Cadenas. Ceux faisant partie du gotha comme Frédéric Durand ou Christian Chomel... « Les jeunes sont demandeurs des images de Chomel, ils ne l’ont pas vu en piste... alors nous le passerons, en vedette, le dimanche (17 h 30) ». Cette année sera aussi celle des hommages aux disparus, hommes et bêtes, « les nombreuses archives amassées au fil du temps permettent d’évoquer Jean Lafont, Virat, Camarina, Philippe Cuillé... »

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,françois de luca,ct lou gandar,course camarguaiseLe programme des trois jours est dense, tant en extérieur qu’en intérieur et trois grands chapiteaux chauffés - dont un réservé aux projections - viennent se rajouter aux deux salles. Pour la première fois, la peña La Gardounenque sera là, associée à un portrait de son meneur François Manchon (samedi) et si Ricoune animera l’apéro du samedi soir, il présentera aussi un clip sur Sabri Allouani. Pour sensibiliser encore les élus, Il était une fois nos arènes sera projeté dimanche juste avant le palmarès du concours. « Le programme est varié et dense, les films de qualité et il y aura de nombreux invités, précise François de Luca. La météo est annoncée clémente, c’est bien pour les nombreuses animations matinales en extérieur ».

Rendez-vous vendredi 24 février dès 18 h pour les premières projections.

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

Les photos des cocardiers qui décorent la grande salle de projection sont de Christian Muscat et Norbert Gauthier 

************


Projections : vendredi 18 h et 21 h. Samedi 15 h 30 et 21 h. Dimanche 14 h 30. Possibilité de se restaurer sur place.
Samedi : 10 h, festival d’abrivado. 11 h, taureaux emboulés de Thibaud. Dimanche : 10 h, abrivado et vaches de Raynaud pour la jeunesse.

STGENIESMALGOIRES1.jpg

STGENIESMALGOIRES2.jpg

****************

03/03/2016

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Les 26 - 27 et 28 février 2016

FESTIVAL DU FILM TAURIN ET CAMARGUAIS

Au bonheur des afeciouna

DSC_3848.JPG

L'affiche de la dernière Cocarde d'Or pour Youssef Zekraoui
aux côtés des organisateurs d'Arles (Gérald Rado, Luc Jalabert)
et le manadier Hubert Manaud

DSC_3704.JPGLa météo capricieuse est venue perturber les animations extérieures, malgré ce, cette 19e édition du Festival du film taurin et Camarguais fut couronnée d’un succès retentissant.

► Joël et Sylvie Linsolas invités à évoquer la belle histoire de Garlan

Le travail de Robert Féline, François De Luca et leur équipe a été encore une fois salué avec enthousiasme par le public. Ils ont su redonner avec mérite à ce petit village de la Gardonnenque ses lettres de noblesse dans la bouvine. De tout temps, les nobles Seigneurs cornus de Camargue furent accueillis dans les petites arènes qui autrefois bordaient l’Esquielle.
DSC_3813.JPG Jean-Pierre
et Florence Clauzel,
très ému
après le fim sur Greco

Dimanche, l’après-midi de clôture affichait salle comble pour la projection de “15 minutes de bonheur” dans laquelle Gréco de Saint-Antoine faisait monter une émotion palpable chez ses manadiers et les spectateurs. Le film “Orthèse” d’Henri Vigne récompensé par la première place de la compétition, laisse entrevoir un avenir prolongé aux barricadiers par la pose de protections aux membres antérieurs. Et enfin, “Duel sur le sable” film retraçant la Cocarde d’Or avec les talentueux Zekraoui et Cadenas, redonnait, comme pendant cette course extraordinaire, le frisson à toute l’assistance. “Fleur de Rocaille” de Fred Rippert se classe second, alors que “La passion l’emporte” de J.-P Hucheda s’offre la 3e place. Sans omettre tous les courts métrages présentés et pleins d’intérêt qui permettent à leurs réalisateurs de donner une âme à ce festival.

Confortée par ce nouveau succès, l’équipe annonce déjà une programmation extraordinaire pour fêter les 20 ans du Festival... en 2017.


ERIC MARC
PHOTOS E. M. ET C. I.

Les incontournables et indispensables

DSC_3683.JPG

DSC_3597.JPG

DSC_3672.JPG

DSC_3795.JPG

DSC_3853.JPG

DSC_3759.JPG

************************

26/02/2016

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Les 26, 27 et 28 février

François de Luca : «L’âme du Festival
c’est la course camarguaise»

francoisdelucaPHMALI.jpg

L'an dernier quand François de luca offrait
avec humour du foin à un manadier

Ils n’ont plus d’arènes mais bénéficient d’un club taurin “de compétition”. Ils n’organisent pas de courses mais, depuis 19 ans, font vibrer les afeciouna... Paradoxe d’une petite ville où la passion des taureaux camarguais et des pratiques de la piste s’expriment par l’image rééditant chaque année l’exploit de déplacer quelques milliers de spectateurs. L’Union taurine a la course camarguaise dans les gènes et son Festival en contient tout l’ADN.
Une seule direction donc ce week-end : Saint-Geniès-de-Malgoirès et son Festival du film taurin et camarguais.
« La course camarguaise c’est le fleuron, la locomotive. Le jour où elle se se sent mal, tout le monde va mal..., attaque François de Luca, la course camarguaise c’est l’âme du festival ». Et si les projections font la part belle aux traditions, au costume, aux chevaux, aux grandes figures de tous les temps, à l’environnement, aux archives... ce sont les cocardiers, leurs éleveurs et les raseteurs qui font vibrer. « 2015, c’est la saison du renouveau, avec les jeunes raseteurs qui nous ont fait palpiter tels Katif, Zekraoui, Cadenas et des événements comme la Cocarde d’Or, le taureau Greco à la finale des As, ou la dernière année de Garlan... les films sont là pour en attester ».
francoisdeluca2PHMALI.jpgDes images coups de poing, du rythme, du son qui tiennent les spectateurs en haleine.... Karine Vianès et François de Luca à la présentation, un jury présidé par Thierry Bourdy pour le concours, et des invités de prestige tels Mandy Graillon, Reine d’Arles, les organisateurs arlésiens ou les héros de la Cocarde d’Or...
Avec un enthousiasme toujours renouvelé, l’Union taurine et son président Robert Féline ont élaboré l’ordre des films, ont apprêté les salles de projection, préparé des matinées animées (samedi et dimanche, festivals d’abrivado) et prévu des tentes chauffées pour les repas. A Saint-Geniès pas de chichi ponpon, mais du dévouement, de la spontanéité et du savoir-faire pour du plaisir, de l’humour et des émotions à partager.


MARTINE ALIAGA


*Si les abrivado, samedi ou dimanche, étaient annulées par la météo, les organisateurs ont prévu une projection de films entre 10 h 30 et 11 h.

LE PROGRAMME

FRANCOISDELUCA3PHMALI.jpg

Vendredi 26 février : 18 h, ouverture avec “Le Pont de Laute” (Michel) vainqueur 2015 et “Les portiers” ( Vigne). 
Projections : 21 h : “Impression taurine autrement” (Soler, Deluca), “Ventadour” (Delon,Curran), “Au-dela des risques” (Quesnet), “Fabien Grammatico” (Studio FM), “Orthèses” (Vigne), “Au cœur de la roussatine” (Bonnet).
Samedi 27 février : 9 h, déjeuner sur le site, 10 h, festival d’abrivado (11 manades). 11 h, course de la manade Thibaud.
Projections : 15 h 30, “Si je vous parle d’elle” (Montjaux), “Au pays des Moines Citeaux” (Osty), “Parodie Poujol”, “Charles Fidani” (Studio FM), “Toril” (Berizzi), “La passion l’emporte” (Hucheda), “La Camargue gardoise” (Michel), “La Rencontre François - Garlan” (Vigne, Masse, Michelier, Arnaud, Deluca).
A partir de 21 h, “Course libre” (Montjaux), “Luc Mézy” (Vigne), “Fleur de rocaille” (Ripert), “Jan Matiéu” (Auguste, Brun ), “Le petit Lucas” (Roux), “Cuillé, 5 Biòu d’Or” (Studio FM).
Dimanche 28 février : 9 h déjeuner sur le site. 10 h, festival d’abrivado (11 manades), défilé camarguais, animation “Les fanfarons”.
Projections : 14 h 30, “Mon idéal” (Auguste), “La Requête” (Lou Pissou), “Il était une fois nos arènes” (Deluca, Faget). “Greco, 15 minutes de bonheur” (Studio FM). 16 h 30, palmarès en présence de la Reine d’Arles. 17 h, projection du film vainqueur. 17 h 30, film “Duel sur le sable, 83e Cocarde d’Or” (Deluca).
19 h, apéritif offert par UCTPR et l’Union taurine de Saint-Geniès-de-Malgoirès.
 
Tout le week-end : restauration possible sur place sous chapiteaux chauffés (14 €, enfants 8 €), vendredi soir, samedi midi et soir, dimanche midi. 

 

24/02/2015

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES *FESTIVAL DU FILM TAURIN ET CAMARGUAIS*

 saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

20, 21 22 février 2015

L’amour en héritage

Le palmarès du 18e Festival reflète la multiplicité et l’originalité des sujets possibles dès qu’on s’intéresse au monde camarguais. « Les portiers  des arènes »,  « Une autre vision », « Sus li piado d’une reino » ont remporté les suffrages du jury des films en concours mais le véritable vainqueur de ce week-end à Saint-Geniès-de-Malgoirès, c’est l’amour.

Amour d’une terre, de ses chevaux et taureaux, d’un mode de vie… amour pour ceux qui sont inscrits dans son histoire, qui l’écrivent au quotidien, qui la transmettent ou ceux qui demain prendront le relais. L’amour en  héritage reçu des anciens, bien présents au Festival, à toute une jeunesse réceptive et bien nombreuse dans les salles, sur scène et sur les écrans.  Réconfortant ! Réjouissant !

Le peuple de bouvine existe, dans toute sa diversité. Qu’il se passionne pour les élevages, pour les courses camarguaises, pour les spectacles de rue, pour l’environnement, pour la fête ou les traditions, li biou et chivau sont le centre de toute ses passions. Et comme un arc en ciel sur la Camargue, le festival en aborde toutes les couleurs.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

QUELQUES BULLES DE BONHEUR
(le samedi)

Une reine spontanée, heureuse et militante

saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisessaint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesMandy Graillon, Reine d'Arles, a illuminé le Festival, samedi en civil et dimanche en costume, par sa simplicité, son enthousiasme et son désir de partage. La rayonnante jeune femme a fait passer un souffle d'air frais plein de conviction, maniant une langue provençale vivante et imagée, dans un message où sont associés la terre, les gens et les bêtes de Camargue. Quand la jeunesse porte les traditions de cette manière moderne et active, l'avenir s'annonce lumineux pour la transmission de la langue, du costume et l'amour des taureaux et chevaux. Que ce soit dans le film d'Alain et Julia Berezzi "Sus li piado d'uno reino" ou sur scène, Mandy imprime à son règne des accents charmants, chantants et militants. Le public lui a réservé une belle ovation.

La "dream team" récompensée
par le film "Les portiers"

 saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

Ils étaient l'âme du Grau-du-Roi, autour de Daniel Siméon. Les acteurs des coulisses, de la contre-piste, cheville ouvrière à la bonne tenue des spectacles. Une équipe de l'ombre, sous le soleil graulen, rodée et bien repérée par les spectateurs des courses. Portiers, champion du monde de vitesse pour changer les planches brisées par les cocardiers, technicien... bref indispensables. Le film "Les portiers" leur rend un hommage mérité. Aziz, Julien et Nicolas - une partie de la "dream team" - suivront Daniel Siméon à Beaucaire et Pérols pour la saison 2015 où ils pourront encore nous exercer avec "amour et passion", dixit leur coach.

Le gardian de la plaine de la Crau
ovationné

saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesMonsieur Chapelle, Albert Chapelle, Bébert... Il était une fois un gardian amoureux de ses bêtes, touche à tout, hyperactif et terriblement attachant. Histoire d'une vie, d'une famille, d'une manade du côté de Saint-Martin-de-Crau. Et la transmission d'une histoire au petit-fils Florent Lupi. Sur scène, Bébert, à 80 ans,  fait toujours le spectacle et embarque les spectateurs ravis dans "Son chant d'un gardian de Camargue".

Garlan et Sabri
les étoiles du Festival

 

saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

▲ Garlan présenté dans les arènes
de Saint-Geniès-de-Malgoirès

le dimanche matin
Photo Norbert Raynaud

 

saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

Robert Féline ne cache ni sa joie ni son émotion. Réunir à Saint-Geniès-de-Malgoirès les deux pépites de la course camarguaise, le triple Biou d'Or Garlan des Baumelles et l'As des As Sabri Allouani pour son 10e titre du Trophée des As, est pour le club taurin et la commune, un énorme pari et une satisfaction totale. Si Garlan a dû repousser de 48h sa présentation dans les arènes à cause de la pluie de samedi matin, dimanche c'est une foule nombreuse qui a pu admirer et ovationner le Biou d'Or. Quant à Sabri Allouani c'est une formidable haie d'honneur qui l'a accueilli samedi soir sur scène. Applaudissements à tout rompre, tout comme pour Joël Linsolas, cadeaux, fleurs et de bien belles paroles sur ces deux étoiles historiques au ciel camarguais. Une date gravée dans l'histoire du Festival.

 saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

 Bravo et merci !
à l'équipe du Festival

 saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

  saint-genies-de-malgoirès,films camargue,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

*************************

19/02/2015

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES *CE WEEK-END

Vendredi 20, samedi 21, dimanche 22 février 2015

Etoiles et toiles camarguaises

saint-geniès-de-malgoirès,cinéma films camargue,courses camarguaisesDes étoiles comme s’il en pleuvait sur la toile du grand écran de la salle de projection et dans les yeux des spectateurs. Dix étoiles sur le maillot de Sabri Allouani pour autant de victoires au Trophée des As, et trois sur la devise du cocardier Garlan des Baumelles, Biòu d’Or pour la 3e fois. Ils seront présents samedi en tant que vedettes du Festival. 

saint-geniès-de-malgoirès,cinéma films camargue,courses camarguaisesEt deux bonnes douzaines de films comme autant de constellations à saupoudrer au-dessus de la Camargue : saga des élevages Mailhan, Blatière, Yonnet, Chapelle ; carrière de grands cocardiers Garlan, Gandar ; ou de raseteurs, Allouani bien sûr mais pas que... Mais aussi, des moments de tauromachie, des bulles de traditions, des instants de vie, les chevaux et les taureaux en fil rouge.

A l’extérieur aussi, l’ambiance sera taurine. Avec, samedi et dimanche, des festivals d’abrivado de plus de dix manades, ça va en faire des gardians et des bêtes dans les rues ! Et l’exploit 2015 du CT Le Gandar... remettre des arènes au centre du village. Pour cela Nîmes Métropole a été sollicitée et a prêté son enceinte et ses gradins, pour samedi, 11 h, faire courir les taureaux emboulés de la manade des Baumelles et surtout présenter Garlan.

saint-geniès-de-malgoirès,cinéma films camargue,courses camarguaises« Un Biòu d’Or à Saint-Géniès-de-Malgoirès, c’est énorme pour le village, dit François de Luca, cela montre qu’il y a encore une aficion ici, malgré la disparition de nos arènes. Nous avons prévu un joli protocole autour de Garlan et de Sabri. Ce sera présenté sérieusement. Pas question de galvauder la course camarguaise. Pour cela, nous avons demandé au président de course Joris Alvarez d’assurer le micro ». Dimanche, un spectacle équestre et une vache pour la jeunesse s’y produiront.

L’animation viendra aussi du côté des tentes chauffées dressées tout près des salles pour accueillir tous les festivaliers à l’heure des repas.

Ce soir, à 18 h, le Festival ouvrira ses portes, le jury du concours présidé par Thierry Boudy est dans les starting-blocks avec, entre autres Romain Bruschet, Mehdi Belgourari, Véronique Benabent (manade du Grand Salan) ; les présentateurs François de Luca et Karine Vianès ont révisé leurs fiches ; projectionniste et techniciens ont vérifié le matériel ; les membres du CT Gandar sont sur le pont pour accueillir au mieux les spectateurs. Tout est prêt ! Ce week-end, Saint-Geniès illustre sa toile et les étoiles vont scintiller dans le ciel camarguais.

MARTINE ALIAGA

AU PROGRAMME

 

saint-geniès-de-malgoirès,cinéma films camargue,courses camarguaises

 

 

saint-geniès-de-malgoirès,cinéma films camargue,courses camarguaises

 

 

24/02/2014

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Les 21, 22 et 23 février 2014

Le Festival des émotions

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesDimanche soir, la 17e édition du Festival du film taurin et camarguais de Saint-Geniès-de-Malgoirès s’est refermée sur le film “Les Raynaud” salué par une standing ovation pour l’équipe réalisatrice de François de Luca. Et un vibrant hommage du public touché au cœur pour la famille et les amateurs de la manade au grand complet montés sur scène.

Chacun y est allé de son petit mot. Sous le regard d'Antonin, le petit dernier, Marcel Raynaud a remercié les réalisateurs revenant sur l'histoire du cabanon du Clamadou : "Nous avons insisté pour qu'il soit dans le film parce que nous y avons vécu de belles années jusqu'en 1945 et nombre de gardians après nous. Nous venons de vivre 110 ans en une heure". Quant à Jean : "A entendre vos applaudissements, vous avez passé une bonne heure et moi j'ai souffert pour retenir mes larmes". Frédéric de conclure "Félicitations à toute l'équipe. Nous n'avons jamais baissé les bras car nous avons notre famille derrière nous et nos amateurs toute l'année. Je leur dis un grand merci et je leur dédie le film".

Pour le concours des vidéos amateurs, là aussi, l’émotion l’a emporté. Le jury a craqué pour “Un homme sensible” présenté par Karine Roux. Le portrait d’un raseteur - Rodolphe Roux - qui a posé son crochet l’an dernier, à 38 ans... La vie d’un homme et de ses enfants, pas épargnés par les épreuves, et pour qui la course camarguaise et les traditions ont servi de rocher où amarrer leur douleur et reconstruire leur vie. Très touchant !

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesAutre sujet avec “Des arènes à la misère” (hors concours). L’histoire de Luna (photo), 9 ans, fille de Ludo et Lysiane Zerti, mobilisée pour aider les sans domicile fixe. La fillette - surnommée Minuscuel - a, autour d'elle, créé un bel élan de générosité concrétisé par des maraudes, à Nîmes, qui offrent l’indispensable (notamment des vêtements) mais aussi l’écoute et la chaleur humaine à ceux qui ont tout perdu. Nombre de tourneurs et raseteurs dont Jérôme Martin, vice-président de l’association Copains de Minuscule, offrent des dons et surtout de leur temps pour cette belle action de solidarité. La camera de François de Luca fait là aussi des merveilles, discrète, jamais inquisitrice, toujours en empathie.

Voilà quelques moments forts du dernier Festival où certes la Camargue, sa culture, les taureaux, les chevaux et les courses ont été superbement mis en valeur mais qui a su aussi témoigner des valeurs plus intimistes. Bravo !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

▲ Famille et amateurs de la manade Raynaud réunis sur scène pour écouter l'ancien  raseteur Gérard Martin (85 ans) raconter son duo avec Colonial

▼ Autour de Luna, toute l'équipe de Copains de Minuscule

 saint-geniès-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

  **********************

17e Festival du film taurin et camarguais

LE PALMARES

Concours peintures
Dominique MARCHE de Gignac-la-Nerthe

Concours photos

Cat. courses camarguaises : Claire Bougeard
Cat. taureaux rues et pays : Aurore Boudoux de Gallician
Cat. costume, folklore : Denis Escuret de Saint-Drézéry
Cart Camargue, faune et flore : Michel Valadier de Vauvert

Concours films

1.  "Un homme sensible" de Karine Roux

2. "Un cheval nommé Camargue" de Roger-Pierre Auguste

3. "Photographe Jean Mansuy" d'Alain Berizzi

**********

(A suivre)

21/02/2014

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Vendredi 21 février 2014

Le Festival attaque ce vendredi soir !

saint-geniès-de-malgoirés,17e festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesUn week-end d’estrambord s’annonce à Saint-Geniès-de-Malgoirès.
François de Luca et son équipe sont sur les charbons ardents et cette question qui les taraude «Est-ce que ça va plaire? » Progresser et toujours innover, c’est le challenge annuel, toujours entériné par les nombreux spectateurs. Pour la 17e année, le Festival du film taurin et camarguais offrira en feu d’artifice final (dimanche 17h30) la manade Raynaud et son Biòu d’Or. «Il y a trois ans que nous stockons des images... Dès les premières courses de Ratis, Henri Vigne m’avait interpellé sur ce prometteur taureau. J’ai dit: “Vas-y, fais des images, on verra...” Après son titre de Biòu de l’Avenir en 2011, et devant le potentiel de Ratis, on a attendu encore. En 2013, c’était le Biòu d’Or... Alors on y a mis les moyens, nous avons remonté l’histoire de la manade - 110 ans cette année -, rencontré les manadiers au Grand Radeau... Et voilà ! Je pense qu’on tient un bon film».
Mais avant l’histoire de la devise “rouge et bleu”, toute la palette des activités camarguaises aura captivé - n’en doutons pas - le nombreux public attendu. Cette année, trois salles sont équipées et les pépites ne manqueront pas. Outre les films en concours, seront projetés des vidéos-hommages sur Frédéric Mistral, Le Marquis, Gandar, Fanfonne, Patrick Castro... des films témoignages du temps présent: la Cocarde d’Or 2013 et “Le renouveau de la course camarguaise” ou encore le surprenant “Des arènes à la misère”... Tout cela et plus encore rythmé par des clips sur les histoires racontées par Yves Bustin ou des bandes-annonce.
Pour la première fois, les scolaires (CM2 et 6e de Saint-Geniès-de-Malgoirès) seront conviés vendredi après-midi à découvrir sur le site l’expo photo préparée par Christian Gellet, les sculptures des élèves d’Atelier FAC et un film approprié pour un tour d’horizon de l’actualité et de la culture camarguaises.
Autour du site, les animations matinales aussi ont pris de l’ampleur. Outre le déjeuner (9h), après le festival d’abrivado de 11 manades (10h), samedi, ce seront les filles qui mèneront les taureaux dans les rues. Dimanche, même programme complété de l’abrivado des “pelots” puis roussataïo de la manade Fourmaud et grand défilé en présence de la Reine d’Arles et de la famille Raynaud.
Un programme dense et varié, donc, autour de la Camargue, ses traditions, son art de vivre, sa vitalité... et sa convivialité.

MARTINE ALIAGA

 

saint-geniès-de-malgoirés,17e festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

saint-geniès-de-malgoirés,17e festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

******************

 

25/02/2013

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES : FILMS TAURINS ET CAMARGUAIS

22, 23, 24 février 2013

Les récompensés du festival

festivalBLOG2vainqueursPHMALI.jpg

Films

1. - "Tourner la page" de Jérôme Contestin
2. - 100% abrivado bandido de Jean-Philippe Uchada
3.- "Les Becaruts" d'Eric Michel

Concours photo

1. Fabien Charot de Portiragnes

2. Norbert Raynaud

3. Nicole Cabanel d'Uchaud

**************

LE JURY

 saint-genies-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaises

Le festival "s'enculture"

saint-genies-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesLe Festival du film taurin et camarguais s’est refermé dimanche soir sur les lauréats des concours après avoir enthousiasmé les spectateurs avec le grand film “Seule la victoire est belle” sur l’histoire de la Cocarde d’Or. 81 ans de passion émaillés de joie, de larmes et quelquefois de sang, replacés dans les contextes des différentes époques. Edifiant et passionnant ! François de Luca et son équipe ont encore frappé un grand coup. 

saint-genies-de-malgoirès,festival du film taurin et camarguais,courses camarguaisesBelle affluence toujours dans les salles de projections même si à l’extérieur la température sibérienne a freiné quelque peu les ardeurs. La qualité des films en compétition n’a pas fait défaut, au contraire, et les projections hors concours ont haussé le ton pour un panorama élargi, plus pédagogique. La course camarguaise, ses taureaux et ses chevaux, certes mais aussi, l’environnement, les produits régionaux, la littérature et la défense de la langue... Toute la richesse et l’art de vivre d’une région. Le Festival s’“enculture” donc avec bonheur et s’ouvre de larges horizons comme un écrin qui protégerait sa perle noire, le taureau. Vivement la prochaine édition !

MARTINE ALIAGA

PHOTOS MALI ET C. ITIER

******************************

22/02/2013

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

22, 23, 24 février 2013

Seule la victoire est belle
l'événement du festival du film taurin camarguais

FESTIBLOGCOCARDE.jpg
Chaque année, le club taurin Lou Gandar, organisateur du Festival du film taurin camarguais de Saint-Geniès-de-Malgoirès met un point d’honneur à créer l’événement. Pour la 16e édition, le fleuron du week-end sera la Cocarde d’Or avec Seule la victoire est belle. Un trésor d’archives que François de Luca et son équipe ont patiemment rassemblé. « J’ai fait jouer mes réseaux, explique le cinéaste, en France et en Europe, et j’ai trouvé des pépites, comme cette évocation de la Cocarde d’Or 1943 lors de l’occupation allemande. Je crois que l’ensemble qui retrace les courses de 1928 à nos jours, fera date ».
Avant d’en arriver à cette projection de clôture, le nouvel écran (20 m2) aura reçu toutes les productions des amateurs en concours : « Des films plus courts, plus condensés, mais de très bonne qualité avec des images très propres ».
Toujours en recherche de perfection, l’organisateur se dit « anxieux. J’ai beaucoup d’idées mais il faut aussi beaucoup d’argent, alors, on améliore chaque année un peu. Ce week-end, le look intérieur a été revu, un humoriste viendra animer sur scène, en extérieur Renaud Vinuesa proposera son spectacle “La Camargue en liberté”, l’expo-concours des photographes a trouvé place dans la grande salle pour une mise en valeur plus importante.... »
Autre nouveauté et d’importance, la langue provençale sera mise au premier plan dans deux films dont un sur Frédéric Mistral. « Des archives uniques fin XIXe, début XXe siècle, que j’ai découvertes en cherchant autre chose... ».
Les idées ne manquent pas, la source des traditions est loin de se tarir et l’actualité apporte jour après jour des sujets nouveaux à traiter, à filmer. Toujours plus, toujours mieux car pour François de Luca : « Saint-Geniès doit rester la référence du film taurin ».


MARTINE ALIAGA

A voir aussi...

FESTIBLOGANTAN.jpg

FESTIBLOGLUC.jpg

FESTIBLOGMISTRAL.jpg

LE PROGRAMME

festivalBLOG1.jpg

festivalBLOG2.jpg

festivalBLOG3.jpg

festivalBLOG4.jpg

*********************


29/02/2012

15e FESTIVAL DU FILM TAURIN

Saint-Geniès-de-Malgoirès, 24, 25, 26 février 2012

 saint-geniès-de-malgoirès,films taurins camarguais,course camarguaise

La grand messe cinématographique de la bouvine

«Foi et Passion» termine le 15e festival du film taurin en apothéose

saint-geniès-de-malgoirès,films taurins camarguais,course camarguaisePas d’oscars mais François De Luca est aux anges. Le 15e festival du film taurin qu’il présente avec la charmante Karine sous l’œil bienveillant du président Robert Féline s’achève sous une immense ovation. La communion avec les aféciounas est totale, les spectateurs après le film «Foi et Passion» sont encore envoutés, comme touchés par la grâce de Dieu. Il faut dire que père Benjamin prêtre et gardian dévoile sous la caméra de François un portrait attachant, proche de ses paroissiens aussi à l’aise derrière l’autel que sur son cheval lors des bandido. Pour son baptême scénique, il reçoit la faveur divine des afeciounas. François qui a rencontré Benjamin lors d’une visite dans l’église d’Aimargues pour recharger son portable assume: «Il est plus fort que le pape».
D’autres films sont majeurs comme Les Baumelles avec le trio Michou, Rodin, Garlan pour une décennie exceptionnelle, Le mystère de Camargue et la malédiction qui toucha la manade Aubanel ou Le taureau dans les gènes réalisé par la télé allemande ZDF.
saint-geniès-de-malgoirès,films taurins camarguais,course camarguaiseAjoutons les différents clips photos du truculent Pissou, la saga des Biou d’Or de Luc Péro ou le superbe "Majesté" de Christian Gellet et Pierre Madec magnifiant la XXIe Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur, puis un rappeur innovant qui conte Vovo, sans oublier le clin d’œil à Charles Faget et sa voix envoutante dont le festival est orphelin.
Et les amateurs dans tout cela? Ils ont encore fourni des films originaux et touchants. Jean Pierre Delon se classe troisième avec «La Carreto Ramado» grâce à un joli montage et des images super 8. Second, Jérôme Contestin débute son film par la citation : «un père à deux vies, la sienne et celle de son fils». Il colle au portrait attachant de Boris Sanchis raseteur lancé dans les pas de son père trop tôt disparu. «Suivre l’étoile» est soutenu par une magnifique chanson de Brel.
Avec le portrait du petit Léopold, Roger Pierre Auguste gagne et touche jury et aféciounas en plein cœur. Huit ans, la passion de gardian chevillée au corps, le gardianoun illumine le film de sa fraîcheur et de son engagement dans «Un jour je serai capitaine». Moment magique qui reçoit les sacrements du jury pour le futur assuré de la Confrérie des gardians. Père François et son équipe pouvaient alors souffler après la réussite de cette grande messe cinématographique......

Texte et photos
Eric AUPHAN