Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/05/2017

PALAVAS - TROPHEE DES AS

Course du lundi 1er Mai 2017

AU TOP !!!

Laos et Sylverado s’imposent,Papalino et Marengo explosent

IMG_1194.JPG

 

Entrée : 2/3 d'arène. Organisateur : CTPR Biou y Toros. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Z Katif, J Soler, A Chekhkhade, I Benafitou, D Moine, S Aroca.  Gauchers : J Aliaga, S Rassir, B Four, M Favier. Tourneurs : JL Ull, C Garcia, F Jockin, M Bensalah, E Cuallado

1ere journée du Trophée Albert Dubout  où l’on retiendra les prestations sérieuses de Sylvérado et de surcroit compliquée de Laos, brillantes et puissantes de Papalino et surtout de Marengo, alors que Boer fait un bon 1er.

Chez les blancs, il n’y a pas réellement de meneur. Chacun se distingue et se met en valeur dans un parfait esprit d’équipe et en parfaire entente, tourneurs compris.

BOER sur Maxime FAVIER.JPGBoer (Occitane) : Débute en trombe avec de promptes répliques et actions aux planches. Sans trop parvenir à ce caler, il passe la vitesse supérieure derrière Chekhade (5), Rassir, Katif, Soler et I Benafitou en appuyant ses engagements. 9 Carmen plus retour avec ses ficelles.

Canio (Blatière-Bessac) : Rapidement dépouillé des CANIO sur Bastien FOUR.JPGpompons (2’) et jusqu’à la 10e, il va alterner fusées et ignorance. Par la suite, plus appliquée, il se cale aux planches et enclenche les départs volontiers et agressions à l’arrivée derrière Katif (2), Four (4), Favier et Rassir. Honneurs à son retour, joué 5 fois.

LAOS sur Maxime FAVIER.JPG

Laos (Cyr) : Calme, souverain et dominateur et avec l’œil aux aguets, sa prestation est sans faille. De son placement (extra) à ses vives réactions (anticipées surtout à droite) suivies de poursuites (serrées)  et ses déplacements opportuns, rien ne fait défaut. Ainsi les hommes ne se bousculent guère. Favier, I Benafitou, Chekhade signent de belles trajectoires. Son 2ème gland part à l’ultime minute d’une prestation allouée  d’un gros Carmen entendu 5 fois.

Sylvérado (Nicollin) : Toujours positionné à son avantage, les rasets, sont honorés et sur les plus SYLVERADO sur Jeremy ALIAGA.JPGallongés, de ses longes cornes effilées, il cherche à crocheter l’homme. Rassir, Favier, Chekhade, Aliaga et I Benafitou l’entraînent avec eux sous les honneurs, joués 6 fois ainsi qu’à son retour.

MUSTANG sur Sofiane RASSIR.JPGMustang (Cuillé) : Vroum !! Il en a sous le capot mais s’use à courir, par monts et par vaux dans une prestation agrémentée d’un saut derrière Rassir. Retour en silence avec ses ficelles.

Papalino (Chaballier) : Sans parvenir à se fixer, les rasets vont venir de PAPALINO sur CHEKADE.JPGtoute part entrainant des réactions irrégulières… En contreparties ses percussions à l’arrivée, pas moins d’une dizaine dont 2 avec saut (chekhade) sont toutes d’une aisance et d’une puissance irréprochable. Moult récompenses (6) pendant et rentrée avec un gland.

MARENGO sur RASSIR.JPGMarengo (Vellas) : Hors Point : Une brute à l’état pur que rien n’arrête. Tête basse, il part plein gaz dans le raset qu’il ne lâche qu’aux planches ou il se jette, contre ou par-dessous, outre mesure plus d’une douzaine de fois. Le bois est meurtri, le bois casse, les piliers prennent mal, le disque retenti (13 fois). Le final qu’il fallait….

Trophée des As : Favier 13.5, Four 10.5, I Benafitou 10.5, J Aliaga 10.5, Rassir 9, Katif 9, Chekhade 3

                          Texte et Photos Cyril Daniel

26/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 25 septembre 2016 - Finale du Trophée Albert-Dubout

La lutte pour la victoire
entre Katif et Benafitou
pimente le final

Les récompenses finales aux brillants
Cupidon de Paulin et Ajax d'Occitane

Si Cadenas avait été présent à la course (il était prévu mais actuellement blessé), si Favier avait participé à la course (blessé aussi), si Katif était en pleine possession de ses moyens (souffrant d'une ancien blessure)... ce concours de manades avec ces cocardiers-là et des raseteurs comme Ilias Benafitou, auteur d'une superbe fin de saison, aurait certainement atteint des sommets. Malgré ce, cette finale du Trophée Albert-Dubout laisse une bonne impression, les temps morts s'oublient avec des taureaux comme Cupidon et Ajax. Et la bagarre finale entre Katif et Benafitou rythmée par les coups aux planches d'Ajax se déguste avec délectation. A noter une saine compétition entre les deux protagonistes et une bonne ambiance en piste ce qui ne gâche rien au tableau.

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Une des actions d'envergure d'Ajax
aux trousses d'Ilias Benafitou


Le duel Katif - I. Benafitou pour le gain du Trophée Albert-Dubout enflamme, au final, la prestation guerrière d’Ajax. Ilias se fait coiffer sur le fil mais gagne le prix mérité de l’animateur. L’équipe des blancs en dessous lors des difficultés - notamment Laos - se rattrape avec panache pour de bons passages avec Canio, Pedro, Notaire, Cupidon et Ajax. Cupidon est récompensé de son excellente prestation par le prix du meilleur taureau des 2 courses et Ajax, par le prix du meilleur barricadier de la finale.
Regain (Les Baumelles).- En mouvement, ne laisse rien sans réponse et pousse jusqu’aux planches, avec un coup de revers sur les gauchers. Stable ou mobile, les hommes ne travaillent pas assez son unique ficelle qui rentre.
Canio (Blatière-Bessac) affiche une grosse envie de bagarre. Enchaîne, envoie les cornes et frappe en finition. Le Blatière a du punch et multiplie les rebellions, Chekade en fait les frais rattrapé aux planches. Une dizaine de grosses actions pour un quart d’heure très animé. 10 Carmen et au retour avec une ficelle.
Pedro (Lautier, remplace Desbana).- Il s’allonge dans le raset et se prête aux longs échanges, ne lâchant qu’au ras des planches. Les hommes tergiversent un temps. Entrepris, Pedro multiplient les anticipations, les enfermées, les arrivées serrées. I. Benafitou, rattrapé, bascule à la planche et doit passer à l’infirmerie. De belles longueurs avec Aliaga, Four et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Trouve les bons emplacements et attend que les hommes s’engagent. Surveille tout, autant dire qu’il n’est pas submergé. I. Benafitou lève le 1er gland à la 8e, la cocarde à la 10e. Les tentatives sont timides, Aliaga et Auzolle écartés, I. Benafitou le séduit pour quelques chaudes trajectoires. Maître de la piste, Laos rentre son 2e gland. 2 Carmen et retour.
Notaire (Cuillé).- Cocardièrement au point, il maîtrise tout (placement, anticipations, ripostes sèches jusqu’au ras des planches, enfermées) et domine les dix premières minutes. Les actions sont belles sur Katif, Poujol, Four, Aliaga, Benafitou. Il se durcit après, reste sur ses positions et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin).- Remuant au début, affinant son placement par la suite, il affiche vite ses qualités de finisseur pour 5’30 les rubans. Benafitou qui sent la victoire possible multiplie les beaux rasets où Cupidon s’engouffre et conclut. Le taureau monte en puissance, et pilonne les planches une dizaine de fois (Aliaga, Four, Benafitou). Un superbe quart d’heure crescendo. 10 Carmen et retour.

▼ Cupidon et Ziko

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Biterrois (Rouquette, hp).- Se livre avec générosité et montre du mordant aux barricades. Mais le rythme des hommes est trop lent et Biterrois reste sur son envie d’en découdre. Rentre ses ficelles.
Ajax (Occitane, hp).- Katif et Benafitou ex aequo, jouent la première place. A l’invite des deux, Ajax affiche sa brutalité dans les actions d’envergure. Poujol s’en mêle, Four, Auzolle aussi, Carmen s’emballe, et Ajax cogne, bascule, explose les planches. Ilias insiste, Ziko puise dans ses réserves, et la 1re ficelle dans son crochet lui donne la victoire. Mais quelle course d’Ajax !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
et MALI


Trophée des As : I. Benafitou, 18 ; Poujol, 12 ; Auzolle, 9 ; Aliaga, 7,5 ; Four, 7,5 ; Chekade, 3 ; Katif, 1,5.
Trophée des Raseteurs : Errik, 4 points.
palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaiseTrophée Albert-Dubout : 1er, Katif, 33,5 points ; 2e, I. Benafitou, 26. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur taureau des 2 courses : Cupidon de Paulin. Meilleur barricadier de la finale : Ajax d’Occitane.

Entrée : une petite demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Chekade (sort au 2e), Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, Four, Poujol, Mebarek. Tourneurs : Labrousse, Daniel, Ull, Fouque.

 ******************

▼ Canio déséquilibre Chekade
qui devra abandonner la course

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Anticipation de Pedro sur Ilias Benafitou

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Cupidon se soulève après Four

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

*******************

 

 

 

08/05/2013

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 5 mai 2013, en matinée - Grand-Rendez-vous du Trophée Taurin - Première journée du Trophée Albert-Dubout

DU BON DUBOUT (ALBERT)

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Scipion de Saumade et Amine Chekade

Un rendez-vous sérieux pour un Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin, première journée du Trophée Albert-Dubout. Les hommes ont calé au 6e taureau de la matinée mais se sont montrés au niveau auparavant. Mention à Chekade, qui reçoit l’approbation de la commission du Trophée Taurin, et à Errik, travailleur à tous les taureaux et souvent sur les rasets d’attaque.

Et si Garlan et Marcia livrent de belles joutes chacun dans son style, Yvan et Scipion font grimper la note qui aurait pu exploser si Pourpier avait eu plus d’occasions de briller.

Prosper (Blatière-Bessac).- Coureur, prend les rasets ou pas. Pas très engagé avec les droitiers pour quelques belles poursuites gauchères. 9’30.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

▲ ça passe juste pour Loïc devant Yvan

Yvan (Le Pantaï) force le respect. A 13 ans, le taureau du Pantaï est toujours aussi vigilant et ses pointes de vitesse le font vite respecter par des hommes qui l’avaient attaqué la fleur au fusil. Des enfermées superbes (Errik, Auyme, Auzolle, Chekade), des séries, une bonne gestion de la piste. Avec expérience, il se ménage quelques temps de récupération puis repart au combat jusqu’à rentrer ses ficelles. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo sur Outarka - Scipion (Saumade) met d’entrée les pendules à l’heure sur les plus pressés à choper les pompons. Agressif, remuant, il s’enfile de longues séries sous les applaudissements et des finitions tapantes la corne en embuscade. Auzolle, Errik, Poujol, Chekade, Ayme sont plusieurs fois raccompagnés avec fracas, et ce magnifique coup de barrière sur Outarka. La bagarre sur la 1re ficelle est rude, mais Scipion à la tête au combat et rentre l’autre. 8 fois la musique et les spectateurs qui scandent le Carmen de retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Avec Chekade, un beau duo - Garlan (Les Baumelles).- A blanc, de loin, à la reprise... ça ne se bouscule pas pour le premier raset. Bien sûr cul aux planches, Garlan surveille. Chekade relèvera le défi pour la coupe et les deux glands en récompense. De belles sorties sur Outarka, Allouani, Chekade, Ouffe, Garlan ne fait le déplacement que si ça vaut le coup. Quelques séries, le taureau durcit son jeu et rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik aux avants-postes - Marcia (Fabre-Mailhan).- Généreux sans lâcher un pouce de terrain. Les longues séries sont conclues cabré à la poursuite des hommes. Droite, gauche, Marcia y va de bon cœur et tamponne allégrement. 13 minutes pétillantes et de qualité. 7 Carmen et retour.

Brutus (Lautier).- Ça se gâte un peu. Les hommes baissent pavillon et Brutus s’éteint. Trop de temps morts, des séries, mais Brutus manque de charge et l’intérêt décline. Rentre une ficelle, 1 Carmen et 1 généreux au retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik toujours à la manoeuvre - Reste Pourpier (Saumade, hors points). Il est en forme, les hommes un peu moins. Errik s’y colle, Pourpier s’explose. Dommage que les blancs ne lui donnent pas plus d’occasions  de briller car sur Outarka, Auzolle, Ayme ou Poujol, ses engagements sont superbes. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER 

Entrée : 2/3 d’arène. Orgagnisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Poujol, Errik. Tourneurs : Khaled, G. Rado, Baccou, Ull, T. Garrido.

Trophée des As : Poujol: 22 points ; Auzolle et Chekade, 20; Errik, 16; Villard, 8; Allouani, 6; Ayme, 4; A. Benafitou, 2; Ouffe, 2.

27/09/2010

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 26 septembre 2010

A ADIL BENAFITOU ET GARLAN, LE "DUBOUT"

UNE.jpg
Les Lauréats

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Jockin, Outarka, Rey, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Martin-Cocher, Ouffe. Tourneurs : Baccou, Benzegh, Kerfouche, Ranc.
Fait marquant : Rey et Violet mis hors course par Gallicianais.


adil9x12.jpgDe cette finale du Trophée Albert-Dubout, que retenir : 14 ficelles au toril, c’est dire que les cocardiers n’ont pas été soumis à rude épreuve. Dans ce contexte, Garlan impose sa technique cocardière et mérite la récompense. Chez les blancs, le vainqueur Adil Benafitou et ses dauphins Outarka et Violet sont à citer.
Farfadet (Fabre-Mailhan). - Il bouge beaucoup peut-être par manque de pression car lorsqu’on le sollicite il se donne volontiers et termine ses poursuites contre les barrières sur Violet (5), Jockin (2), Rey (2). Il rentre ses ficelles en musique déjà cinq fois entendue.
Paludié (Margé).- Il souffle le chaud et le froid avec des absence mais aussi des bons passages avec finitions. A sa décharge, un manque évident de travail est à souligner. 15 minutes.
Loubard (Cuillé).- Craint au départ, il se livre bien aux pompons puis, bien calé aux planches, il la joue sérieux. Moins de rasets mais des belles trajectoires d’Adil Benafitou. Loubard maîtrise cocardièrement sa fin de course et enferme facilement ses ficelles. 7 Carmen.
adil9x12.jpg 2.jpgGarlan (Les Baumelles).- De suite dans le bain, il occupe le terrain à son avantage, et la première attaque de Benafitou n’intervient qu’à la 4e minute. Puis c’est une enfermée émotionnante sur Adil Benafitou (pantalon déchiré) qui frise la correction, Violet qui doit rompre et le biòu maîtrise entièrement le sujet. D’autres belles actions et il rentre sans être inquiété son 2e gland. 6 Carmen.
Gallicianais (Briaux).- Le magnifique tau n’a pas eu à forcer son talent. Sur deux actions aux planches, il élimine Rey puis Violet. Ensuite, devant le peu d’adversaires restant (5), il contrôle les événements et rentre aisément ses ficelles. 3 Carmen.
Brutus (Lautier).- Promenade de santé pour le biòu qui méritait un autre traitement. Peu et mal sollicité, il n’a guère eu l’occasion de s’exprimer. Dommage... 3 Carmen et ses ficelles au retour.
Lou Verri (Saint-Pierre, hp).- Le partenaire idéal pour clôturer une course. Barricadier volontaire, il fournit la prestation qu’il fallait avec plusieurs beaux engagements. 6 Carmen.

 

Luc PERO


Trophée des As : Outarka, 10 ; Violet, 10 ; A. Benafitou, 9 ; Ouffe, 3 ; Rey, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 12 points.
Trophée Albert-Dubout : 1er Adil Benafitou, 26 points ; 2. Outarka, 24 ; 3. Violet, 15.
Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé (course du 2 mai). Meilleur taureau de la finale : Garlan des Baumelles.

 

 

GARLAN.jpg
GARLAN - Outarka
GALL.jpg
GALLICIANAIS - Rey
GALL.jpg 2.jpg
GALLICIANAIS - Violet

 

 

 

10/05/2009

PALAVAS-LES-FLOTS * AS *

Dimanche 10 mai 2009

COCARDIEREMENT VOTRES !
Photo de tête.jpg
Hier Sabri a tout donné... ici dans les cornes de VIDOURLEN

Entrée : plein. Organisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Gleize, Jourdan, Outarka, Sabatier. Gauchers : Clarion, Martinez, Mebarek, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Beker, Dunan, Tourki, Zerti.

Sabri.jpgCette deuxième journée du Trophée Albert-Dubout a laissé toute la place aux purs cocardiers, Ruy Blas (4e), Rodin (5e) et Sparagus (7e),  Mathis (6e) se montrant irrégulier malgré de bons passages. Mais la course dans son ensemble a souffert du travail irrégulier des blancs qui ont laissé à Allouani toute la responsabilité des débats. Présidence à la hauteur pour des décisions et explications à bon escient.
Paludier (Margé).- Au début, prend tout sur ses déplacements avec quelques actions poussées. Plus stable, par la suite défend son unique ficelle neuf minutes. Deux Carmen.
Jodias (Nicollin).- Attaqué d’entrée, il répond avec du jus pour deux minutes les premiers attributs. D’un calme olympien, le long des planches, il s’investit dans des enchaînements ponctués sur Sabatier et Allouani. 12 minutes. 5 Carmen.
Vidourlen (Mermoux).- Décollé des planches, il favorise un maximum de mauvais rasets. Quand il se place, en revanche, ses poursuites sont dangereuses. Mais trop intermittent aujourd’hui, Vidourlen ne convainc pas même s’il défend - et rentre - son 2e gland avec un bon coup de revers. Carmen au retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Placé, il attend les blancs de pied ferme pour une cocardière leçon. Attentif, il utilise tous les angles d’où, sans se gaspiller, il ferme la porte aux plus hardis. Outarka bousculé, Martinez, Oleskevich et Jourdan enfermés. Il termine en se dressant après Allouani, Sabatier, Jourdan rentrant un gland avec 9 Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- La piste palavasienne convient à Rodin qui toujours placé à son avantage, ne se laisse pas duper. Ses superbes anticipations obligent Allouani à lâcher, Gleize à décrocher. Les blancs au ralenti, Allouani est obligé de prendre les choses en main, mais Rodin coupe magnifiquement sa longue invitation pour une chaude arrivée. Les ficelles au toril et 5  Carmen.
Mathis (Lautier).- Il surveille la piste et la contrepiste, et si au début, il prend les angles et ferme la porte aux hommes (7 minutes les glands), il pêche par moments par manque de rigueur même s’il termine par de gros coups sur Martinez, Ouffe, Clarion et Allouani. 4 Carmen.
Sparagus (Janin, hp).- A 6 ans, cul aux planches, prêt à foncer, il délimite son terrain. Quelques séries rondement menées, une enfermée sur Allouani (Carmen) mais pas assez sollicité pour s'exprimer. Rentre une ficelle en musique.

Martine ALIAGA

Trophée des As : Allouani, 16 points ; Gleize, 9 ; Sabatier, 5 ; Ouffe, 5 ; Outarka, 4 ;  Clarion, 4 ; Martinez, 2 ; Mebarek, 2 ; Jourdan, 1.
RB Outarka.jpg
Outarka à nouveau en difficulté avec un Cuillé ( RUY BLAS ).
***************
ROD 1.jpg
ROD 2.jpg
ROD 3.jpg
Sabri au four, au moulin et dans le charbon ! içi avec RODIN.
*****************
RB 1.jpg
RB 2.jpg
RB 3.jpg
RB 4.jpg
Le "Grand Frisson" avec RUY BLAS et Gaëtan Martinez.
Photos Luc PERO

29/09/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 28 septembre

UN SEDUISANT SPARAGUS

f698a37b21243a9eb67a8a3de6a562f0.jpg
SPARAGUS de Anne et Yves Janin
La feria de Palavas est maintenant bien installée, il faut dire que les organisateurs (CT Fiesta y toro), Vincent Ribeira, la municipalité) mettent le paquet et sont plein de ressources. En dé but de semaine, de la course prévue, il a fallu passer en quelques heures à une course 100% héraultaise (langue bleue oblige) et il faut reconnaître que le concours a tenu la route même s'il a manqué d'intensité. La bonne surprise est venue du dernier, le jeune Sparagus d'Anne et Yves Janin qui remplaçait au pied levé Voltigeur de Vitou, blessé le matin même.
Et c'est devant une bonne demi-arène que la capelado se déroulait avec la pena La Gardounenque pour faire monter l'ambiance, les toujours superbes Arlésiennes du Velout pescalune, les tambourinaïres de l'Estang de l'Or, les gardians de la manade Vitou. A l'appel du président Jacques Valentin se présentaient Allouani, Jockin, Noguera, Outarka, Schuller, Gros, Brohan (sort au 2e) à droite ; Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe à gauche ; tourneurs Benzegh, Zerti, Tourki, Mata, Fernandez.

De ce concours de manades ressortent le sérieux Azérac (Paulin-Niquet) et le jeune Sparagus. A 5 ans, le cocardier des Janin a séduit par son envie d’en découdre. Si Allouani mène les débats, Jockin et Noguera se mesurent toujours pour la 1re place du Trophée des Raseteurs, Ouffe fait plaisir, Schuller et Oleskevich par moments, Outarka sur la fin.
Le Trophée Albert-Dubout remis avec un beau décorum va à Allouani (48 points, sur les deux courses); meilleur taureau de la saison, Rodin des Baumelles (course du 4 mai). Meilleur de la finale: Sparagus de la manade Anne et Yves Janin. Et le président de course de terminer par les remerciements d'usage avec une dédicace particulière aux manadiers Janin et au public, ce qui fut très apprécié.
Gévaudan (Rouquette).- Il slalome entre les hommes et se fait raseter à la traverse livrant une bonne série. Puis, du centre, il contrôle et attend le raset engagé pour débouler. Ouffe, Allouani, Oleskevich le défient pour des poursuites serrées mais le quart d’heure est longuet.
Chanéac (Chaballier).- Mobile, il ne refuse rien et se livre dans de belles séries. Gros s’aventure et est obligé de se coucher. Chanéac change de terrain opportunément et défend sa 2e ficelle bravement pour 8 minutes agréables. 3 Carmen et retour.
Bolero (Lafon).- Très sollicité, il met tout son cœur à répondre. Les jeunes (Gros, Schuller, Oleskevich) s’enhardissent pour quelques poursuites serrées, Ouffe lui offre de belles longueurs et s’octroie ses deux ficelles. 11 minutes, 2 Carmen et retour.
Azérac (Paulin-Niquet).- Placé, il s’envoie fort et oblige Allouani à lâcher la trajectoire. Fait le tri des cites et enferme sévèrement (Schuller, Noguera). Présent jusqu’aux planches, il se cabre après Gros et se montre dangereux sur Outarka, Oleskevich. Sérieux, il rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Fallone (Janin).- Toujours le long des planches, c’est un bon partenaire, même si à 7 ans, il est parfois naïf. Sans refus, il se montre dangereux en finition comme après Schuller où il passe la corne. 8 minutes, 1 Carmen ainsi qu’au retour.
Caïman (Margé).- Il ne se fixe jamais et son quart d’heure reste brouillon malgré quelques belles conclusions sur Allouani (2), Outarka (3). Les ficelles rentrent en musique.
Sparagus (Janin, hp).- Remplace Voltigeur de Vitou, blessé. Il a fière allure du haut de ses 5 ans, du sang, de la vitesse et du placement. Les blancs ne se bousculent pas. Allouani se lance, il est obligé de rompre, Outarka traverse la piste plein pot, Ouffe et encore Outarka sont anticipés. Sparagus rentre un gland et ses ficelles, porteur de grands espoirs pour sa devise. Des Carmen.
Martine ALIAGA
7c04dbd15f6f4c29fb1da5fe80553180.jpg
SPARAGUS un sacré espoir...
Photos (Archives) Luc PERO


05/05/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 4 mai, 2e journée du Trophée Albert-Dubout

 

LE SOLEIL, LE PUBLIC, DES TAUREAUX...
MAIS IL A MANQUE LE PETIT PLUS

 

aed7a4af3546362f7de0ba2ad5408ada.jpg
Il n'a manqué qu'un cheveu de panache, un doigt de folie, un zeste d'élégance pour que les arènes ne s'enflamment. Il n'a manqué que le petit plus qui fait d'une bonne course - et elle le fut avec quatre taureaux à voir -  un moment inoubliable, extraordinaire. Côté satisfaction, la fréquentation avec une arène pleine à 99% démontrant que les rendez-vous palavasiens sont maintenant bien installés. Avec une capelado soignée, défilent, sous la présidence de Jacques Valentin: Allouani, Jourdan, Outarka, Villard, Matray, Marquier, Clarion, Martin-cocher, Martinez, Ouffe ; tourneurs : Mata, Zerti, Beker, T. Garrido, Abbal.
Si, en première partie, Sauron, 3e, retient l’attention, la seconde est très dense avec Rodin très cocardier, Lebrau explosif, Mathis hargneux mais un peu en dessous. Il faut dire qu’on attend tellement de lui...
Villard fait de beaux gestes et une belle moisson, suivi d’Allouani, efficace. Matray, Ouffe, Marquier, Outarka par moments. Un seul rappel à la bienséance du président à Beker et Abbal a suffi pour que les débats se déroulent correctement.
Figaro (Margé).- Quand ça chauffe, il laisse passer. Malgré quelques belles longueurs de Villard et Marquier, ce sont neuf minutes sans difficulté.
Chanéac (Chaballier).- Toujours en mouvement, il ne trouve pas sa place. Une belle anticipation sur Marquier, quelques séries où il s’allonge plutôt sur les droitiers dans de bonnes répliques. 8 minutes.
5e96f93d3b445d4d5596dbea3ac93293.jpg
Sauron et ses anticipations 
Sauron (Fabre-Mailhan).- D’entrée ses vives réactions provoquent quelques frayeurs. Placement, anticipation, Sauron va au bout des actions. Plus sélectif sur sa 2e ficelle, il pousse fort dans ses ripostes notamment sur Outarka, Villard et Matray. Retour en musique avec une ficelle et 4 Carmen en course.
588bca4497f2c2e337ca55d0d016d1f1.jpg
Rodin et Villard , la palme de l'élégance
Rodin.- Il murit le cocardier des Baumelles ! Sa vitesse d’exécution fait toujours merveille, son placement impeccable. Il sort comme une bombe sur les cites et les plus téméraires - Villard et Ouffe - sont gratifiés d’anticipations et de poursuites puissantes. 12 minutes, 9 Carmen.
4562fd927e91b50f736750e9d948b107.jpg
Lebrau, le bulldozer en action 
Lebrau (Plo).- Certes, il est franc sur le raset, et laisse parfois passer mais quand il s’envoie aux planches, il est énorme. Treize coups de barrière, dont deux époustouflants (Ouffe, Clarion) plus un où il bascule après Martin-Cocher.... Et une ficelle au toril, avec onze Carmen pour le barricadier du jour.
c7b2ba233bf437f9165ec409cfb5b220.jpg
Mathis - Outarka : petits gabarits, grosses émotions 
Mathis (Lautier).- Etrangement calme à sa sortie mais il catapulte Outarka qui cherche son pied au saut. Avec un placement flottant et quelques rasets pas terminés, il exprime toutefois une belle rage dans des coups aux planches puissants : Villard (2), Allouani (2), Ouffe. Mais, Villard abrège en dix minutes en levant les deux ficelles. 5 Carmen.
464f5b637267ce1bd4bb8215eba8507d.jpg
Mathis - Villard : dans le feu de l'action 

Eva (Ricard, hp).- Une vache pour finir c’est une idée à la mode mais si elle n’est pas plus rasetée qu’un taureau... Alors... Pourtant, Eva a du placement et s’envoie en force comme un barricadier. Deux fois..
Martine ALIAGA

 

Photos Christian ITIER

28/04/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 27 avril : 1re journée du Trophée Albert-Dubout

LE SERIEUX A VIDOURLEN ET PETIT LOU
LE SPECTACLE A MINIMA POUR TASSOU

4cbbc7afc383cbc3d15cc1ecb9cb3b74.jpg
PETIT LOU et Mickaël Matray

 

f81f9b3cfe9e0796450c97ac197ad219.jpgUne course de feria - et notamment à Palavas où la Feria de la Mer attire une majorité de spectateurs non initiés - ne fait pas nécessairement appel aux mêmes ressorts qu'une course suivie par les aficionados de la discipline.  De fait, le public préfère les taureaux gais aux cocardiers sérieux. Aussi, les deux meilleurs de la course, Vidourlen (1er) et Petit Lou (2e) n'ont sûrement pas été appréciés à leur juste valeur, alors que Tassou (7e hors points) qui aurait pu déclencher la liesse par ses frasques, sa méchanceté et ses qualités barricadières, n'a pas été assez sollicité durant ses dix minutes de présence, laissant une impression finale un peu d'inachevé. Ajoutons que Vidourlen, sorti en 1re position au grand dam de son manadier, remplaçait en fait la défection de Gévaudan (Rouquette), victime de la nouvelle règle fédérale imposant sept taureaux et non huit comme prévu par les organisateurs.

b71a95e14d4b749048f90789f264ca94.jpgAprès une belle capelado (La Gardounenque, Lis tambourinaïres de l'Estang de l'Or, le Velout pescalune, les cavaliers de Vitou), se présentaient en piste Allouani, Jockin, Marquier, Outarka, Jourdan, Gleize, Matray, Clarion, Martinez, Oleskevich, plus Mata, Lebrun, Beker, Duran, Benzegh, sous la présidence de Jacques Valentin.

ca39b62bf1eeebfec7877ba8a925cb36.jpgVidourlen (Mermoux).- Après deux premières minutes rudes où il fait face à une rafale de blanc par de bons déplacements et des poursuites dangereuses, Vidourlen gère au mieux cette première place qui n'est pas la sienne. Un bon coup de revers et un placement judicieux, plus une bonne dose d'agressivité lui permettent de rentrer une ficelle. 6 Carmen.

0a05f3e3130498e604e4a9faddf3f2d2.jpgPetit Lou (Chaballier).- Il n'aime pas se faire quicher et fonce dans le tas. Pas facile à manoeuvrer, il profite de la grandeur de la piste pour balader les hommes. Petit Lou fait le tri et s'il n'apprécie pas trop les reprises, il pousse dangereusement dans les rasets longs risquant à tous moments de s'envoyer derrière l'homme. 2 Carmen.

96597ade39977052c0dc67be13439a91.jpgFaucon (Nicollin). Toujours en mouvement, et quelques sauts intempestifs, c'est l'assaut. Les hommes se gênent, ça crée quelques tensions qui finalement servent ses 9 minutes de course. 

30bc0bb384f79bb385cd21386dd1fcf2.jpgVoltigeur (Vitou).- Très sollicité sur ses déplacements, on en arrive vite aux ficelles. Sans difficulté majeure, l'intensité du travail lui fait signer de beaux engagements aux planches. Les hommes se plaignent de l'encocardement et, finalement, dans le brouhaha et la trompette de rentrée du taureau, la 2e ficelle va à Jockin. 6 Carmen.

856d13b1173ba20165bb00dc2224ecbb.jpgCondor (Lautier).-  Un cocardier classique et franc qui donne dix minutes de générosité. Il endort la vigilance des hommes et Allouani se fait coincer au saut à la planche. Une grosse estifilade au tibia pour le raseteur qui doit sortir. 6 Carmen.

56c784d1d5ede7fefae3473327d6c6e4.jpgCaïman (Margé).- Agréable partenaire qui se soulève à la planche pour peu que le raseteur reste devant mais qui se laisse trop manoeuvrer et qui manque de conviction. 9 minutes. 4 Carmen.

0767785fb16078b111f44217efa077f0.jpgTassou (Cuillé, hors points, dix minutes).- Il est magnifique, méchant, plein de sang. Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de clients pour solliciter son gros potentiel. Malgré ce, il fait le spectacle et sème l'affolement en contrepiste, le public est ravi. Bien sûr des Carmen.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO