Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2017

BEAUCAIRE - Course du 23 Avril 2017

 AIOROS, TRANCARDEL, ATTILA,  LE TRIO MAJEUR

IMG_0578.JPG

Entrée : 3/4

Organisateurs : Régie Municipale

Présidence : Aurélien Laget

Raseteurs : Droitiers :  A Ayme, D Moutet, J Ciacchini

Raseteurs Gauchers : Y Zekraoui, F Allam, J Bouhargane, R Marquis, J Ouffe, M Favier

Tourneurs : P Rado, F Lopez, E Cuallado, E Beaujard, R Solera

 2eme journée du Muguet d’Or. Les hommes en forme fournissent un travail soutenu et correct. A droite, Ciacchini tire son épingle, tandis qu’à gauche, Zekraoui et Favier sont les meneurs de troupe, suivis par Marquis.

Chez les biou, Aioros, Trancardel et Attila dominent cet après-midi qui dans son ensemble a été plaisant à suivre.
Calisson (FM) : Brave même trop brave seul son coup de tête lui permet de résister 7 minutes. 3 Carmen plus rentrée.
AIOROS sur ZEKRAOUI.JPGAioros (Les Baumelles) : Positionné au top devant le toril, ses répliques sont sèches et assorties d'un coup de tête. L'ordre s'impose. Prompt  à droite c'est à gauche qu'il va se mettre en valeur notamment derrière Zekraoui avec qui il partage de belles trajectoires. Seuls les principaux attributs partent dans une prestation intense.
Attila (Lautier) : Vif les poursuites sont serrées et ATTILA sur ZEKRAOUI.JPGconclues à la limite. Aux ficelles le cercle s'élargit et les rasets se voient anticipés. Entrepris il brille dans de jolis échanges. 6 Carmen plus rentrée avec une ficelle
TRANCARDEL sur FAVIER.JPGTrancardel (Bon) : Près de 3 minutes pour voir le premier raset conclu par une envolée derrière Favier et rapidement on passe aux ficelles. Tour à tour, Favier et Moutet se font tamponner. N’acceptant que rarement reprise, il se dégage entre chaque raset. Un quart d’heure de qualité raccompagné par le disque (joué 3 fois) et porter de sa 1ere ficelle  à 600 euros.

Colbert (Paulin) : Sans ne jamais trouver sa place,COLBERT sur ZEKRAOUI.JPG il répond sans forcer la cadence si ce n’est derrière Zekraoui, Bouhargane (2) et Marquis (2) où il se stoppe à la limite. 2 Carmen pendant, le retour se fait en silence avec une ficelle.

OURAZY sur MARQUIS.JPGOurazy (Blanc) : Vaillant, il enchaîne les rasets avec par moment un éclat aux planches sur Ciacchini et Zekraoui. Mais dans l’ensemble c’est sérieux, trop sérieux pour cette place. Rentre ses ficelles en silence après avoir entendu 2 Carmen.

Courrejau (Blatière-Béssac). Hors Points : Sans vice et relativement franc sur le COURREJAU sur ZEKRAOUI.JPGraset, c’est dans ses puissante finitions derrière Bouhargane, Ciacchini, Zekraoui (2), Favier et Ouffe que sa prestation monte en puissance. Il assure un bon final récompensé par le disque entendu 4 fois.

Trophée des As : Favier 21, Ciacchini 18, Zekraoui 16.5, Ouffe 12, Ayme 10.5, Allam 6, Bouhargane 6

Trophée des Raseteurs : Moutet 4.5

Texte et Photos Cyril Daniel

24/06/2016

LA GRANDE-MOTTE *WEEK-END CAMARGUAIS*

Parution le 24 juin 2016 - CT Lou Gregau

A la Camarguaise !

GDEMOTTEAYMEPHMALI.jpgL’allée des campings qui mène aux arènes Juan-Bautista va vibrer tout le week-end au rythme des traditions camarguaises. Le CT Lou Gregau met les petits plats dans les grands et installe sa bodega champêtre à l’ombre des pins et des platanes. Dans les rues comme en piste, place aux taureaux et aux chevaux ! En extérieur : festivals d’abrivado le matin et bandido le soir (samedi et dimanche, 11 h 30, 18 h) et roussataïo de la manade Marié dans la ville, arrivée aux arènes (dimanche 11 h). En piste, avant les courses, sont prévus des taureaux emboulés (15 h 30, samedi, manade Vitou Frères, école de raseteurs de Baillargues ; dimanche 15 h 30, manade Lautier, école de raseteurs de Portiragnes).
Côté courses camarguaises, il y a du nouveau. Le concours de manades Trophée de La Grande-Motte comptant pour le Trophée des As a été programmé, cette année, le samedi (16 h, 10 €). « C’est plus facile pour avoir les raseteurs que nous voulions », explique le président Marcel Lautier qui a invité Aliaga, Auzolle, I. Benafitou, Four, Katif, Ouffe et Zekraoui. Une équipe relevée pour affronter les Pélican de Nicollin, Burano de L’Aurore, Ramier du Brestalou, Chico de Lautier, Hugo du Joncas, Cheyenne de Layalle et Triffis de Plo. Dimanche, à l’Avenir (16 h, 7 €), Le Gregau joue la carte des manades locales bien fournies en cocardiers espoirs. Robert Michel, Claude Chaballier, Joël Paulin, André Vitou (Le Levant) et les frères Andréo (Le Ternen) mèneront respectivement Roumanis, Chicolo, Ouranos, Clovis et Milo. Les habitués de la piste grand-mottoise compléteront : Cavallini avec Barbare, Lautier avec Sauvage. Un mélange de raseteurs expérimentés et espoirs a été requis et la capelado sera menée par les Cavaliers Camarguais.
Sûr, il ne manquera rien. L’ambiance est garantie, relevée par la peña “Cinq à Sète”.


MARTINE ALIAGA


SOMMIERES

Trophée des As, dimanche, 17 h 30
Pour éviter aux afeciouna fans de football d’avoir à choisir entre leurs deux passions, le CT Lou Carmen a programmé le début de la course à 17 h 30, 11 €, après le match France-Irlande (Euro, 15h). En cas de victoire des Bleus, l’ambiance du chaudron sommiérois devrait monter encore d’un cran. Surtout que le concours de manades proposé (Desbana, Muscadet, Aïoros, Mouflet, Oberoun Toronto et Tyrosse) face à un plateau raseteurs compétitif (Aliaga, Allouani, Cadenas, Favier, Katif, Ouffe, Rassir) est prometteur.

10/10/2015

ARLES * FINALE DU TROPHEE DES AS*

Samedi 10 octobre 2015

Zaccharia Katif, l'antithèse

Le Montpelliérain a découvert la course camarguaise,
il y a seulement cinq ans.

trophée des as,arles finale,ziko katif,course camarguaiseOn dit que la passion des taureaux doit se transmettre de génération en génération pour ne pas se perdre. On dit que seuls l’exemple de proches, la fréquentation des arènes ou des milieux tauromachiques peuvent mener à affronter les taureaux dans l’arène. On dit, on dit... Zaccharia Katif, lui, c’est l’antithèse des idées reçues. Il ne revendique aucune tradition taurine familiale, aucune connaissance du milieu camarguais au préalable... Les taureaux ? Le Montpelliérain les a découverts dans la rue avant de les affronter sur le sable des pistes d’où, en 5 ans, il escalade quatre à quatre les marches menant à la gloire. Parcours d’un “espontaneo” qui, à 22 ans, fêtera dimanche dans les arènes d’Arles, sa première victoire au Trophée des As. Repéré comme “attrapaïre” dans les abrivado ou les encierros des fêtes de village, Ziko se frotte à ses premiers cocardiers à l’école de raseteurs de Vendargues en 2010 où les éducateurs ont vite décelé ses qualités. Longiligne, hyperactif, téméraire, aimant prolonger les trajectoires avec les taureaux, le jeune Katif apprend vite et dès 2012, c’est cornes nues en courses de Ligue qu’il parfait son apprentissage. Et déjà se forge une réputation. 2013, passage au Trophée de l’Avenir qu’il survole pour une large victoire signée par une grande finale à Istres. Le public adore sa spontanéité, son courage, son plaisir de raseter qu’il transmet et jusqu’à sa grande timidité... 2014 passage au Trophée des As, année intermédiaire où il prend quand même la 7e position. 2015, à mi-août, il passe en tête du classement et termine avec presque 100 points d’avance sur son dauphin, après un été époustouflant. Il a gardé son style pur, élégant, sa témérité et son courage, les organisateurs se l’arrachent et les spectateurs lui savent gré de son investissement quelle que soit la piste où il rasète et les cocardiers qui sont en face de lui. Depuis cinq ans, sa vie c’est la piste. L’histoire camarguaise, il ne la connaît pas, il écrit juste la sienne, course après course, dans le berceau des cornes.

ENTRETIEN

En 2014, première année aux As, vous êtes 7e, comment avez-vous attaqué 2015 ?

La difficulté du passage aux As, c’est pas forcément de raseter dans de grandes pistes mais la différence des taureaux et la pression entre les hommes. En 2014, j’étais très jeune dans ma tête, j’en ai profité... Depuis j’ai pris de la maturité. La fin de l’année dernière a été un peu difficile mais l’hiver a porté ses fruits car j’ai fait une grosse préparation. J’étais en forme dès le début de saison 2015 et je pensais prétendre à un podium. Je me suis senti très bien dès le mois de juillet où j’ai enchaîné... bien dans ma tête et physiquement.

Comment se prépare-t-on à affronter une nouvelle saison ?

Je me suis préparé tout l’hiver. J’ai souffert. C’est mon ami Karim Elberrak qui m’aide. C’est un “monstre” (rires). Par exemple, le premier jour, comme ça à froid, il nous a fait faire un “trail” de 25 km dans la neige à Font Romeu. Avec mon pote Jérémy (Aliaga), on a cru mourir, c’était la mort mais on y est arrivés... C’était dur... Et dire qu’il va falloir recommencer... Je redoute déjà la prochaine préparation...

L’aide de l’entourage ?

Sabri Allouani me conseille... après dès fois, il me conseille trop (rires)...

Serge Hermet du CT de Vendargues, il m’a apporté beaucoup de choses, de l’aide, il gère mon calendrier, il remplit tout les papiers administratifs... Il est toujours là pour moi.

Comment définiriez-vous votre façon de raseter ?

Je préfère les grandes pistes et les gros taureaux, ceux qui font la différence entre les hommes. Il me faut de la place pour raseter comme j’aime. Partir des planches, taureau arrêté. Tous les taureaux, du premier au septième. 

C’est pour ça qu’on ne vous a pas trop vu à la Cocarde d’Or ?

Oui, tout ce monde... En plus, j’avais pas spécialement en tête de faire quelque chose... J’étais pas prêt mentalement... Une année je la jouerai...pour la gagner !

Août-septembre, vous rasetez tous les jours pour un nombre incalculables de trophées...

Oui, je suis en tête du classement et je déroule... J’ai pas de blessure que des bobos que ma kiné soigne rapidement. En piste, la compétition reste saine, je m’entends bien avec Sabri (Allouani) et Gégé (Aliaga). Côté taureaux, si Garlan m’impressionne toujours, je le rasète quand même et de près, mais c’est un tueur. Mon préféré, c’est Greco, je l’adore, et le spectaculaire Optimus.

Et dimanche la finale en Arles ?

Je vais me faire plaisir, après je vais raseter comme toute la saison, tous les taureaux. Mais la 2e partie ça va être chaud... Je serai content d’aller chercher mon trophée mais je suis toujours gêné... Je suis timide alors tout ce monde qui te regarde... Et puis les photos, les interviews... Les gens sont trop gentils... Mais si je pouvais partir en cachette...

PROPOS RECUEILLIS

PAR MARTINE ALIAGA

08/05/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Vendredi 8 mai 2015 - Trophée Dubout (2e journée)

Royale de Saumade

Des hauts et des bas jusqu’à Pourpier

trophée des as,palavas,les saumade,course camarguaise

Pourpier à l'attaque

Entrée : 2/5e (environ 1 500 personnes). Organisateur : Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Allouani, Katif, Chekade, D. Maurel. Gauchers : Aliaga, Four, N. Benafitou, Favier, J. Martin. Tourneurs : Khaled, Cuallado, Estève, Garcia, P. Rado.

Pourpier (6e), remuant, méchant et concluant, sonne l’heure des réjouissances. Les hommes jouent avec le feu devant ce beau cocardier agressif. Avant lui, chaque taureau montre un caractère différent et si Scipion est toujours aussi fantasque, Médoc fait parler sa fibre barricadière. Four, Chekade, Aliaga et Allouani sont les plus réguliers et les auteurs des meilleures actions.

Django.- Tient bien les planches et ne cède pas un pouce de terrain. Opère la sélection, fuse parfois. Plus engagé après les gauchers, il rentre facilement ses ficelles.

Castor.- Mobile, il collabore de bon cœur et se montre parfois pressant aux planches (Chekade, Martin) jusqu’à coincer la jambe à Favier (sans trop de mal). Il tient le rythme dans de longs enchaînements jusqu’à 14’30. 4 Carmen et retour.

Jacob.- Baroule, se cabre après Allouani, c’est brouillon. Le duo qu’il forme avec Chekade fonctionne bien. Il a son rythme Jacob, et quand les blancs l’ont compris, les échanges s’allongent et le taureau pousse jusqu’aux planches. Pas mal mais 7 Carmen ? Mamma mia ! Rentre une ficelle en musique.

Scipion.- En ce jour, il préfère casser des planches que conclure sur l’homme. En revanche, stratégiquement, il est au point. Se cale, prend les séries, puis repart de l’autre côté, tape tout seul de temps en temps. Les hommes s’en méfient quand même et avec raison car quand le rythme monte, il conclut, il anticipe et se rebelle. Du coup, rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Clovis.- Vaillant, franc et classique, il avale les séries avec un net penchant sur les gauchers et multiplie les longueurs à l’invite des hommes. 13 minutes plaisantes certes mais pas 9 Carmen !

Et voilà le beau Pourpier ! Sa méchanceté est totale, il agresse les hommes aux planches, tape en rafales, bascule, brise, saute après. Avec du rythme, de l’envie. Les hommes se relaient pour encaisser les coups de barrière. Jusquà ce qu’il saute par surprise et bouscule avec rage  Jérôme Martin en contre-piste (apparemment épaule ou côté meurtri). Pourpier rentre une ficelle après un quart d’heure de très bonne qualité tout en musique... méritée. 

Médoc (hors points).- Les blancs sont lessivés mais Médoc, toujours en vadrouille, est chaque fois au rendez-vous aux planches. Cinq beaux coups de barrière et musique.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

05/04/2015

LE GRAU DU ROI *TROPHEE DES AS*

 le grau-du-roi,trophée des as,sparagus,biterrois,jérémy aliaga,courses camarguaises

Dimanche 5 avril 2015

Bonnes Pâques de Biterrois et Aliaga

Sparagus cocardièrement au point se fait respecter.

Malgré un vent ébouriffant, le nombre de spectateurs est conséquent pour apprécier en ouverture l’évolution du groupe Lou Pantaï de Camargue et des cavaliers de Renaud Vinuesa. Si Sparagus (2e) se fait respecter, le pétaradant Biterrois (6e) enchante. Côté raseteur, le gaucher Jérémy Aliaga rasète assidûment à son habitude avec, aujourd’hui, enfin une bonne main (18 points). Taureaux et raseteurs ont manqué de niaque dans l’ensemble.

Canio (Blatière-Bessac).- Fougueux et offensif, il bacèle à tout va pour 4 minutes les premiers attributs. Après, il se fait moins coopératif mais reste concluant à plusieurs reprises. Bon premier. 6 Carmen et retour.

Sparagus (Janin).- Après avoir reconnu la piste à grandes foulées, il tient les hommes à distance et fait avorter pas mal de départs. Plus en phase avec les gauchers, il s’allonge sur les belles longueurs que lui propose Aliaga, une grosse réaction sur Martin. Utilise tout le pourtour, fait courir les blancs et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Laos (Cyr).- Froid, bien positionné. La mise en route des blancs est longue à venir. Laos impressionne, fuse méchamment sur le premier raset d’Allouani (5e). Vigilant, anticipe le départ d’I. Benafitou. La faute n’est pas permise. En manque de combattant, il se désintéresse. Dommage. Rentre sa cocarde seulement coupée.

Mari Peu (Gillet).- Le scud qu’il envoie d’entrée à I. Benafitou en traversant les planches, met les gradins en appétit. Mais Mari Peu se laisser déborder dans la grosse série qui suit. Quelques enchaînements et traits de révolte, le taureau a du mal à trouver son placement et manque de mordant. 13 minutes. 4 Carmen et retour.

Toscan (Chauvet).- Il se livre de tout cœur et tient le rythme dans de nombreuses séries. Avec un placement flottant mais pas un refus. La générosité même. 13 minutes, 6 Carmen et retour.

Biterrois (Rouquette).- Agressif aux planches, il conclut systématiquement dans de magnifiques envolées. Percutant, puissant, il navigue un peu mais avec une douzaine de pétards bien frappés, il a revigoré le public. Rentre une ficelle. 11 Carmen et retour.

Pourpier (Saumade, hp).- Il n’a pas eu trop l’occasion de montrer ses qualités car très peu attaqué. Mais dès qu’il est titillé, il s’envoie, termine fort, ou passe à travers. 1 gland à la maison et des Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI et GEORGES MARTIN

Trophée des As : Aliaga, 18 points ; Allouani, 12 ; Ouffe, 12 ; I. Benafitou, 10 ; Belgourari, 8 ; J. Martin, 2 ; Rassir, 2.

ALIAGA - SPARAGUS

 

le grau-du-roi,trophée des as,sparagus,biterrois,jérémy aliaga,courses camarguaises

 

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Belgourari, I. Benafitou, Paparone (sort au 1er). Gauchers : Aliaga, Martin, Ouffe, Rassir. Tourneurs : Abbal, Daniel, Khaled, Galibert.

le grau-du-roi,trophée des as,sparagus,biterrois,jérémy aliaga,courses camarguaises

le grau-du-roi,trophée des as,sparagus,biterrois,jérémy aliaga,courses camarguaises

▲L'enfermée de SPARAGUS sur ALIAGA

▼ BITERROIS SUR ALLOUANI

 le grau-du-roi,trophée des as,sparagus,biterrois,jérémy aliaga,courses camarguaises

 

02/09/2014

TROPHEE DES AS

Mardi 2 septembre 2014

ALLO JULIEN OUFFE ?


julien ouffe,trophée des as,courses camarguaisesLa course camarguaise est-­elle compliquée? Quelle idée reçue! Le règlement du Trophée Taurin est très  simple et celui de la FFCC clair. Sauf que quelques responsables, non sans une certaine préméditation, se complaisent juste dans l'embroglio. Et sont, quelque part des irresponsables. Prenons le cas des raseteurs (sans parler des taureaux), qui devraient être indispensables à toutes les grandes compétitions et autres du circuit des As. Comme Julien Ouffe. Car voilà un exemple déroutant de laisser pour compte (comme Bastien Four au passage et de surcroit également gaucher) alors que la gauche a besoin de toutes ses
forces vives, et de valeurs non?

Pourtant depuis 2006 Julien est un pilier du classement des As, jamais en dessous de la 10e place, voire 5 ou 6e sans aucun problème. Car ce qui caractérise Julien, outre qu'il est doué, appliqué et régulier dans ces performances, c'est sa joie de raseter, ce que tout le monde constate "Je n'aime pas les histoires, les cris, les engueulades, avec qui que ce soit. Je préfère me concentrer sur ce pourquoi les organisateurs me font confiance", nous dit-­il. Et bien malgré tous ces états de services hors pair, tant dans l'esprit que dans la pratique, notre trentenaire (33 ans) dont l'expérience et le talent rendraient d'énormes services est considéré, à tort, comme un intermittent du spectacle. Alors qu'il devrait être un titulaire sans état d'âme.

Prenez la Palme d'Or de Beaucaire qu'il a remarquablement  remportée, avec la forme et la manière, en 2012. Depuis il est aux abonnés absents. Etonnant non? Comme aurait dit le regretté Pierre Desproges. Sauf que là ça ne fait rire personne, et en priorité l'intéressé,  dont les commentaires tout en retenue, sont à l'image de son attitude correcte en piste: "Pour moi cette victoire reste un souvenir inoubliable, l'un de mes plus beau titre de ma carrière. Moralement c'est dur d'être ainsi oublié, de n'avoir plus aucun contact, alors que je ne comprend vraiment pas pourquoi?" On pourrait répondre à sa place, ce raseteur serait-il susceptible de faire de l'ombre à certains ?... Du coup "Heureusement que des clubs taurins, notamment en Provence me font toujours confiance, et d'autres en Languedoc" commente Julien.

Là est  actuellement le mal vivre des As, où l'on donne la part belle aux raseteurs et taureaux de deuxième plan, à des places que mériteraient largement d'autres acteurs. Sauf que le public n'est pas dupe et sanctionne leur désaccord par des petites affluences, sans parler du résultat de courses, dans ces arènes (organisateurs) qui ne jouent pas le jeu. Mais pas qu'eux au demeurant, car d'autres en voulant trafiquer, ou se servir par le biais du classement et du règlement, sont les arroseurs arrosés.

Alors quelles solutions pour que, à la fois les raseteurs et l'équité de la compétition du Trophée des As soient respectés? Simple à condition de le vouloir: il faut réduire à une grosse demi­ douzaine l'élite des As, et que celle-­ci puisse en toute liberté raseter, ou du moins les 6­ ou 8 premiers lorsqu'il n'y a qu'une course. Nous disons bien ­puisse et non doive obligatoirement être invité. Une solution sine qua non car équitable, pleine de bon sens et adaptée aux nombre de courses, et surtout de la petite ossature du niveau des As. Ce n'est pas faute depuis quelques temps de le proposer à (aux) l'Association des Raseteurs qui désignerait elle-­même les participants. Mais force est de constater qu'ils sont très très longs à la détente. Question de patience, mais ô les rasibles il y a urgence....demain il sera trop tard.

PATRICK PONS

20/08/2014

LE CRES *AS*

 le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaise

Mardi 19 août 2014

La bonne et la mauvaise humeur

 A 7h du matin ce mardi, les membres du CT Joujou (photo ci-dessus) étaient déjà aux arènes pour remettre la piste en état après les orages de la nuit. Au terme de la fête, cette journée en est le point culminant avec la course aux As, 42e Trophée de la Garrigue. Le président Guy Vergnes, Gérard Batifort, président FFCC, et tous les bénévoles veillent au moindre détail.

Une fois réglés en coulisse le nombre des raseteurs entrants, l’après-midi débute à merveille dans la bonne humeur, avec deux cocardiers issus du Trophée des Jeunes pousses de l’AETCC LR de Rogé Andréo. Le N.932 de Pagès et N.953 du Grand Salan font le spectacle avec les élèves raseteurs de Vendargues et Baillargues. Place aux As, dont 9 des 12 meilleurs raseteurs se présentent à la capelado. D’entrée, le déséquilibre est flagrant (3 gauchers et 1 Tourneur face à 7 droitiers et 3 tourneurs). Le ton monte. Excessivement. Au 2e taureau, l’altercation éclate, les mauvais gestes avec. Le public reste coi. Le président de course durcit le ton. Résultat, le taureau passe au second plan, l’image envoyée est désastreuse, tout le monde est stressé. Heureusement la seconde partie est plus apaisée. Reste que si on peut comprendre que la compétition engendre une émulation, aucun règlement ne pourra jamais gérer le savoir - bien - vivre ensemble !

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaiseLe 42e Trophée de la Garrigue
à Camerone et Auzolle
Katif meilleur animateur
 
► PHOTO Camerone de Paulin et Loïc Auzolle.
Le soleil est de retour, les gradins bien garnis, la pena de Sète met l'ambiance, après les deux taureaux emboulés, la capelado est lancée avec dix raseteurs et quatre tourneurs.
Zeus (Brestalou).- Les premiers attributs s'envolent dans le désordre. Le taureau navigue et se bat avec des accélérations et des coups de revers dont Chekade sera la victime (pointe sous le bras). Pagaille à la 1re ficelle ouverte, levée à la 5'30, repagaille à la 2e pour 8 minutes. 3 Carmen et retour. Le ton est donné, c'est pas le jour de l'élégance.
Galipan (Lautier).- Quand il se place, il gère dans un petit périmètre les assauts désordonnés. Les tourneurs se disputent le taureau, panique à bord, et altercation. Le président a du mal à contenir les troupes. Le public s'interroge. C'est la foire d'empoigne. Du coup, Galipan garde ses premiers attributs 7 minutes. Les ficelles ne sont pas outrageusement travaillées, quelques séries. Galipan ne force pas et réduit sa charge. Rentre ses ficelles.
le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaisePHOTO
Camerone avec I. Benafitou
Camerone
(Paulin).- Il a du peps et tape d'entrée deux fois. Navigue mais s'engage violemment aux planches (Belgourari). Aux ficelles, se place, et offre une série brûlante où il se démultiplie aux barrières dans quatre assauts puissants et quelques cabrages. Auzolle ne se laisse pas gagner par l'ambiance délétère, travaille, et s'approprie les deux ficelles. Le cocardier fait une très belle course, dommage que la mauvaise humeur et les vociférations gachent l'ambiance. 8 minutes pour autant de Carmen et retour.
le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaiseAu retour des vestiaires, les hommes semblent calmés.
PHOTO Brutus et Belgourari
Brutus (Lautier) promène, le long des planches. Et s'il manque de conviction à gauche, il se chauffe sur les droitiers, notamment Auzolle. Puis les rasets s'espacent, droite-gauche, Brutus appuie sur Auzolle, mais c'est mou de part et d'autre. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaisePHOTO Nanou et Katif
Nanou
(Saliérène).- Vif et remuant à sa sortie, il se livre dans des séries rythmées. Appuie un peu plus sur les droitiers pour quelques accélérations et poursuites serrées (Katif). Se place, mais les blancs sonnent le gong à la 7e avec les deux ficelles pour Chekade. 1 Carmen et retour.
Pougaou (Les Baumelles).- Il va vite, s'engage aux planches (Katif) et tient le tempo dans les séries pour de belles longueurs (Aliaga, Chekade) et des assauts aux planches (Katif, Auzolle). A nouveau c'est la pagaille.
Les mauvaises manières sont de retour. Pougaou s'incline à 9'30. 5 Carmen et retour.
***********
▼ Ecoles de raseteurs de Vendargues et Baillargues Agglo
avec les emboulés de Pagès et Le Grand Salan
le crès,42e trophée de la garrigue,trophée des as,course camarguaise

****************

 
Entrée : 2/3 d'arène. Org : CT Joujou. Président : Thierry Tosas. Raseteurs droitiers : Allouani, Chekade, Auzolle, Belgourari, Katif, I. Benafitou. Gauchers : Errik, Aliaga, Ouffe, Favier (se blesse au 6e en retombant en contre-piste). Tourneurs : Ull, Kerfouche, Garcia, Bensalah.
Trophée des As : Auzolle, 22 points ; Chekade, 14 ; Allouani, 11 ; Katif, 9 ; Belgourari, I. Benafitou, 4 ; Favier, 3 ; Aliaga, 2.
 

21/04/2014

LUNEL *TROPHEE DES AS*

Lundi 21 avril 2014

Garlaban vide piste et contre-piste

Avec Gascon et Rudy c'est le trio original de la course

lunel,trophée des as,garlaban,2e journée du pescalune,courses camarguaises

Sur cette action avec Auzolle,
Garlaban basculera en fracassant les planches

 

Entrée: 1/2 arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : allouani, Auzolle, Ayme, Katif, Jourdan. Gauchers : Aliaga, Favier, Four, Poujol. Tourneurs : Cuallado, Daniel, Estève, Fouque, Sanchez.

Du bon et du moins bon à chaque quart d’heure, Gascon qui bonifie la première partie, Rudy fait un remplaçant de luxe et Garlaban vide piste et contre-piste. Maxime Favier dans son style cascadeur lève la mise, avec lui Auzolle et Four mènent les débats, Katif pour de très beaux engagements.

Eros (Ricard).- en mouvement, prend tout ce qui passe. Aux ficelles montre de la volonté et tricote des cornes. Cela ne suffit pas et Auzolle sonne le gong à la 7e

Sparagus (Janin).- Sort avec du pétard et s’investit dans les séries. Une fois posté, les hommes se font précautionneux. Le taureau sait se dégager de l’espace, et s’engouffre sur de belles longueurs servies par Poujol, Four et Favier (Carmen). Superbe passe de Favier pour la 1re ficelle. Sa blessure au-dessus de l’œil semble gêner le taureau qui, du coup, est moins pertinent. Rentre une ficelle. 

Gascon (Lautier).- Vif, il se perd un peu au début mais honore de longues séries à fond. Aux ficelles, il se bonifie avec un meilleur placement. Ça chauffe pour Favier, arrivées serrées sur Ayme, enfermée sur Four, la corne après Auzolle. Jolie sortie sur Ziko. Four et Ayme ramenés prestement. Rentre ses ficelles après une prestation inégale mais avec de très bons passages. 6 Carmen et retour. 

Sylverado (Saint-Gabriel).- Il impressionne assez pour de nombreux rasets à blanc. Puissant, rapide, pousse après Poujol, Favier pour 4 minutes les premiers attributs. Aux ficelles, il cherche son placement et livre certaines séries avec maîtrise mais manque aussi de conviction parfois surtout sur la fin. 14 minutes en dents de scie. 1 Carmen et retour.

 

lunel,trophée des as,garlaban,2e journée du pescalune,courses camarguaises

Bien présent en finition, Rudy coince le genou de Maxime Favier.

 

▲Rudy (La Galère).- Il remplace Robinson blessé à l’embarquement. S’il est surpris au début par le rythme imposé, en quelques occasions sa vitesse et sa présence à la planche font la différence. Coince le genou de Favier. Katif dangereusement cerné par les cornes pour le 2nd gland. Du coup, il se fait respecter, et a le temps de se placer. Bien les rasets courts de Katif. Rudy se défend comme un grand dans la bourre et livre 11 minutes de qualité. 4 Carmen et retour.

Garlaban (Ricard).- Ce n’est pas une colline c’est un pic. S’il n’était que spectaculaire... Hormis ses sauts de trop plein d’énergie, c’est avec une froideur saisissante qu’une fois placé, il surveille tout son monde. Peu s’y risquent, tétanisés par ses assauts où Garlaban coupe le terrain et s’envoie comme un boulet de canon haut et fort. Un coup de barrière après Auzolle avec bris de planche à la 3e minute. Des tentatives de Favier, un enchaînement où le taureau à chaque fois tape aux planches... Ce sera tout. Et Ziko qui n’a pu tenter ses retrouvailles tant attendues. Les glands au toril. 1 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS LAURENT SONZOGNI

Trophée des As : Favier, 17 points; Auzolle, 12; Allouani, 11; Four et Poujol, 10; Katif, 2.

Trophée des Raseteurs : Jourdan, 4.

09/07/2013

LUNEL-VIEL *AS*

Mardi 9 juillet 2013

L'effet Sabri

lunel-viel,trophée des as,sabri allouani,albator de rousseau,course camarguaise

Sabri Allouani la main sûre à la tête de Raimu

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : PFM. Président : Florent Tedeschi. Raseteurs droitiers: Allouani, Bruschet, Guyon, Jockin, Oufdil. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe. Tourneurs : Fouque, Kerfouche, Ull, Joseph.

A croire que les blancs attendaient leur meneur. Maintenant que Sabri Allouani affiche à nouveau ses prétentions, les troupes s’en trouvent galvanisées. Comme en cet après-midi où ce concours de manades raseté en rythme se révèle très intéressant, tous les raseteurs se piquant au jeu. Les noirs les plus costauds (la plupart) y trouvent leur compte comme Albator de Rousseau qui s’adjuge ce 2e Trophée des commerçants ou encore Raimu et Beleu. Le Vendarguois remporte donc le prix du jour, et son collègue Frédéric Jockin a droit à une mise à l’honneur pour ses derniers rasets à Lunel-Viel.

En préambule, trois taureaux de Vellas montrent de belles dispositions face à l’école de raseteurs de Vauvert où le jeune Vincent Félix fait ses premières armes... Un futur "petit Chat" ?

Maï (Les Baumelles).- Un peu à l’étroit, il baroule, se centre parfois, chasse mais peut à tout moment frapper méchamment. Les dernières minutes sont animées pour la 1re ficelle ouverte par Allouani et très convoitée. Maï fait le ménage et rentre les deux. 3 Carmen et retour.

Othello (Félix).- Sa mobilité le sort des griffes avides. Il ne refuse rien et se livre avec vivacité. Pour peu qu’on l’allonge, il pousse aux planches. Un peu décollé, il reste disponible pour 11’30 plaisantes. 1 Carmen et retour.

Albator (Rousseau).- Il a du gaz et du caractère. Placé, il sort en force et fait le ménage le long des planches. Ne se laisse pas aborder facilement d’autant que quand les blancs tardent, il monte au combat. Des poursuites serrées (Ouffe, Allouani, Four), une série qui déclenche la musique. Les blancs calculent, Albator maîtrise et reste propriétaire de ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Capucin (Les Montilles).- Il se fait cueillir par l’envie des hommes. Avec son gros gabarit, il s’engage de tout son poids aux planches (Guyon) mais ses répliques se font petit à petit plus molles. Se chauffe et met la corne après Allouani. Mais 11’30 suffisent. 2 Carmen et un discret au retour.

Raimu (Fabre-Mailhan).- Il prend une rafale aux rubans. Raimu laisse passer l’orage, reste attentif et enchaîne sans sourciller. Aux ficelles, ça s’éclaircit pour lui, un temps. Mais les séries reprennent et Raimu ponctue sur Guyon (Carmen). Sans refus, se livre sur un rythme cadencé. Anticipe Guyon et termine en se cabrant sur Ouffe. Après ce beau combat, rentre une ficelle avec les honneurs.

Beleu (Pantaï).- Placé, vif, et cette corne qu’il envoie dangereusement après Ouffe. Quelques actions frappantes (Allouani) et du cœur dans les enchaînements. Il sait se sortir de l’emprise et passer la vitesse supérieure. Ecarte Four, bascule après Guyon mais au jeu des séries, il doit s’incliner en 11’30 trépidantes. 6 Carmen et retour.

Vibre (Lafon, hp).- Svelte et rapide, il se livre avec fougue. Se jette dans les rasets et brille avec Four, tape droit sur Guyon, enfile des séries endiablées. La dernière ficelle est pour Jockin sous les applaudissements. La musique pour Vibre, c’est mérité !

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Allouani, 23 points ; Four, 17 ; Bruschet, 10 ; Ouffe, 8 ; A. Benafitou, 4.

 lunel-viel,trophée des as,sabri allouani,albator de rousseau,course camarguaise

▲ Albator et Bastien Four

▼ La ficelle de Vibre dans le crochet du futur retraité Frédéric Jockin

lunel-viel,trophée des as,sabri allouani,albator de rousseau,course camarguaise

********************

 

08/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS *AS* EXCELLENCE

Dimanche 8 mai 2011 - 2e journée du Trophée Albert-Dubout

ALESIEN - SPARAGUS - RODIN
LES ATOUTS DE L'EXCELLENCE

Ayme, Auzolle, Poujol meneurs d'une équipe à la hauteur

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Alésien sur Hadrien Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Matray, Oufdil, Outarka, Rassir. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Rouveyrolles, Dunan, C. Garrido, Kerfouche, Benzegh.

Alésien marque de son emprise la 2e journée du Trophée Albert-Dubout et 1re course Excellence du Trophée Taurin, Sparagus assure et Rodin déroule le tapis rouge. Voilà le trio majeur de la matinée. Ayme affirme son talent, Auzolle sait s’appliquer et Poujol régale dans une équipe où chacun tour à tour a allié technique, compétition et émotion. La satisfaction s’affiche au final. Présidence à la hauteur d’une course sans problème.

Un peu à court de compétition  - c’est sa première course - Petit Lou de Chaballier assume avec expérience les premiers assauts des dix hommes décidés. Des enchaînements rythmés et quelques enfermées pour 8 minutes. 2 Carmen et retour.
trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises"Il est en forme" apprécie unspectateur à la sortie en boulet de canon d’Alésien. C’est en patron que le cocardier des Frères Briaux va mener son quart d’heure. Cocardièrement irréprochable, occupation optimum du terrain, anticipations haletantes et agressions aux planches. Un cocardier qui se fait respecter c’est superbe, des hommes qui le défient c’est magnifique ! Ayme, Oufdil (photo) (3 fois), Poujol (3), Auzolle, Rassir (3) s’y collent, Alésien caracole. Et si Auzolle fait la 1re ficelle à l’arrache, il se rattrape de belle manière au raset suivant. Alésien lui rentre sa 2e ficelle, ovationné. 7 Carmen et retour.
Sparagus (Janin) reconnaît la piste au grand galop. Entrepris, il se livre avec vivacité. Aux ficelles, trouve les angles et délimite son terrain. Four, son meilleur partenaire, lui sert de belles invites et Sparagus passe la corne. Poujol se fait emporter. Vigilant, véloce, Sparagus trouve encore Poujol qui allonge les trajectoires (3) et lève la 2e ficelle presque sur la limite. 3 Carmen et retour.
Mathis de Lautier est plus réservé qu’avant mais se rappelle sa grande époque par quelques agressions bien frappantes. Matray (3), Outarka, Poujol, Ayme se font bombarder. Une ficelle au retour avec 4 Carmen et retour.
Vient l’heure des délices avec Rodin des Baumelles. Placé, il déroule ses belles anticipations. Les blancs sortent le grand jeu et lui servent des caviars qu’il avale goulument. Une belle présence aux ficelles en 11 minutes (et autant de Carmen) que le public savoure.
Brave sur le raset, Canberra de Saint-Pierre n’est pas un ange à l’abord des planches. Outarka y laisse un morceau de T-shirt. Explosif sur les invites de bonne qualité, Canberra soutient le rythme 7 minutes. 5 Carmen et retour.
Satis (Margé, hp) participe de bon cœur (4 Carmen), s’envoie en l’air et visite le pourtour. Encore quelques séries et actions aux planches avant que ne résonne un Carmen général pour le bétail et le travail des hommes.

 
MARTINE ALIAGA
Photos LUC PERO


Trophée des As (+ Excellence) : Ayme, 16 points (+10) ; Auzolle, 15 (+9) ; Poujol, 11 (+ 8);  Four, 9 (+7); A. Benafitou, 7 (+ 6); Matray, 7 (+ 6) ; Ouffe, 5 (+5).

▼ Sparagus et Hadrien Poujol

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

▼ Duo saintois : Anthony Ayme et Rodin des Baumelles

 

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Une arène bien remplie et au final une course très satisfaisante
Rodin - Matray

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

***********************************