Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2017

VENDARGUES - 15ème Trophée R. Itier, Finale de la Main d'Or

Course du Dimanche 22.10

ENTHOUSIASME CHEZ LES BLANCS

 QUALITE CHEZ LES NOIRS

IMG_4374 - RUBICON (Cuillé) sur Y ZEKRAOUI.JPG

Cette Finale de la main d’or (remportée par  Katif) et du 15ème trophée R. Itier (remporté par Chicharito pour sa course du 07.5) a été fort agréable à suivre avec en point de mire,  les prestations de Rubicon, Briscard et à un degré moindre Chicharito sans oublier le jeune Marapan qui conclut fort bien l’après-midi affichant un potentiel intéressant. Chez les hommes le duo (meilleur animateur du jour) Laurier-Zekraoui entraîne le reste de l’équipe dans de jolies réparties ou chacun, à un moment ou à un autre a su se mettre en valeur.

IMG_4329 - PERROQUET (Ricard) sur M MERIC.JPGPerroquet (Ricard N.963) : Un coriace premier qui peut s'engager avec force et raccompagner sérieusement comme se retenir ou fuir (6 sauts). 1 Carmen.
Maffre (Paulin N.050) : Coopératif, il sort volontier de sonIMG_4347 - MAFFRE (Paulin) sur Y ZEKRAOUI.JPG terrain pour se jeter franchement dans les rasets. Secoué, il tape après Laurier (2), Zekraoui (2) et Aliaga. Carmen joué 5 fois pour 10 plaisantes minutes le raccompagne.
IMG_4397 - RUBICON (Cuillé) sur.JPG
Rubicon (Cuillé N.963) : Avec peps il défend avec mordant cocarde et glands. Aux ficelles (2ème), correctement positionné il s'engage avec puissance et pousse jusqu'à la limite où la corne frotte les planches. Avec une maîtrise parfaite, et sans refus il les conserve. 8 Carmen plus rentrée en récompense d’un sérieux quart d’heure intensif.
Chicharito (Caillan N.909) : Son point fort, outre son placement, est incontestablement son anticipation à laquelle s'ajoute sa vitesse, mal évaluée par IMG_4420 - CHICHARITO (Caillan) sur M MERIC.JPGLaurier qui passera sous les pattes. Sa vulnérabilité dans les séries biens que menées rondement et ou il se retourne vite, lui sera fatale à  la 10ème sans avoir démérité. 8 Carmen plus retour.
IMG_4457 - BRISCARD (Rambier) sur Y ZEKRAOUI mod.jpg
Briscard (Rambier N.152) : Calme d'apparence, ses ripostes n'en demeurent pas moins incisives avec des arrivées cornes menaçantes en tamponnant une douzaine de fois. Pas ménagé, ses 11minutes pas piquées des vers sont récompensées par les honneurs joués 12 foisIMG_4489 - GIGOLO (R Michel) sur J ALIAGA.JPG.
Gigolo (Michel N.060) : Sans trouver de terrain propice, il répond avec plus ou moins de régularité. Le disque récompense ses engagements après Méric, Martin et Aliaga, mais le tout manque de concentration. Rentre en silence une ficelle.
IMG_4506 - MARAPAN (Cuillé) sur P LAURIER.JPG
Marapan (Cuillé N.086) : Si le placement n’est pas son point fort, il compense largement par son activité. Sans refus, il défend ses attributs en affichant de la détermination dans ses répliques accélérées dans les longueurs, et terminées brillamment aux planches par une dizaine d’actions après Zekraoui, Aliaga, Katif  dont certaines prennent fin en contre piste. D’ailleurs sur l’une d’entre elles, Laurier pas accroché,  faillit en faire les frais.Des Carmen, 8 plus retour fortement applaudi.

IMG_4517.JPG

 

Entrée : ¾
Organisateur : CT La Muleta
Présidence : Marc Moucadel
Raseteurs droitiers : P Laurier, Z Katif,  R Bruschet
Gauchers : M Meric, Y Zekraoui, J Aliaga, Y Martin
Tourneurs : L Esteve, M Bensalah, J Daniel,  H Fadli

Meilleur taureau Espoir de la saison : Testasse (Hervas)

 

Texte et  Photos Cyril Daniel

26/10/2014

VENDARGUES *TROPHEE ROGER ITIER ET MAIN D'OR


vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Le  carrousel camarguais de Renaud Vinuesa

Dimanche 26 octobre 2014

Banaru met les pendules à l’heure
Une belle après-midi conclue par un Marengo époustouflant

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Une des innombrables anticipations de Banaru sur Ziko Katif

Entrée : archi plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Belgourari, Katif, Chekade. Gauchers : Aliaga, Martin, Rassir. Tourneurs : Jockin, Daniel, Ull, Abbal, Galibert

Attaquée par l’école de raseteurs vendarguoise, le carrousel camarguais de Renaud Vinuesa, avec les Arlésiennes et les gardians des manades Vellas et Combe Douce, l’après-midi s’est poursuivie intensément. Une bonne entente des hommes en piste avec quelques montées d’adrénalines néfastes sur certains taureaux pour un travail d’ensemble très soutenu profitant à d’autres cocardiers plus armés. Banaru fait une magistrale démonstration de ses qualités par ses anticipations dantesques qui mettent les blancs au garde-à-vous. Et le tout jeune Marengo, 5 ans, fait un final explosif.

Canio (Blatière-Bessac).- Il se cale au portail où il revient tout le temps et il faut de l’investissement pour faire ressortir son tempérament belliqueux. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Un premier... rustique.

Quassard (Plo).- Rode, chasse, baisse la tête au contact et ramène prestement les blancs aux barrières. Plus enclin sur les gauchers, s’économise par moments mais compense par plusieurs actions d’éclat. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesEnfermée sur Jérémy Aliaga
Banaru
(Le Rhône).- D’entrée, il fait parler son formidable sens de l’anticipation sur Martin. Les gradins en restent coi ! Le biòu surveille tout, se déplace intelligemment de la présidence au portail, sans se départir de son calme olympien. Les blancs ne baissent pas les bras mais réfléchissent avant de partir. Les actions avortées et les enfermées se multiplient faisant passer les frissons. Martin, Aliaga, Chekade, I. Benafitou, Katif, se voient tour à tour écartés ou menacés. La musique joue en boucle, et Banaru rentre sa 2e ficelle en patron, bouche fermée. Un régal de cocardier !

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises► Photo sur I. Benafitou Bayle (Vinuesa).- Se fait surprendre par le rythme imposé par les hommes et laisse piéger sur ses déplacements. Raseté sans élégance ni égards aux rubans, et mieux placé aux ficelles, action chaude après I. Benafitou, serre Katif, s’engage jusqu’à basculer après Chekade. Rentre une ficelle en musique déjà entendue 6 fois.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesErasme (Cuillé).- Se livre sous les assauts plue ou moins réglos des blancs. Pris dans un vire vire infernal,il ne laisse pourtant pas passer la faute d’Ilias Benafitou qu’il rattrape et bouscule (◄ Photo). Le biou tire la langue mais se dresse après I. Benafitou. Aux ficelles, le rythme est plus conforme mais incessant, les actions s’enchaînent, Erasme pousse. Epuisé mais combatif jusqu’au bout il sauve une ficelle. 9 Carmen et retour. 

Indian (Laurent).- Il s’engouffre après les raseteurs et s’envoie aux planches (Allouani, Belgourari), droite-gauche enchaîne et frappe mais se blesse à la 7e et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Marengo sur Rassir

Marengo (Vellas).- Avec une agressivité rare, il multiplie les coups de barrière puissants et violents. Des coups en rafale, avec bascule et bris des planches. Les hommes lui en demandent beaucoup et il répond présent à chaque fois, bombardant à tout va. Pas que spectaculaire, le barricadier se place aussi et voit venir mais quelle énergie et quel feu d’artifice au final. 10 minutes explosives, rentre ses ficelles, un concerto de Carmen.

Marengo sur Katif

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Texte et photos
MARTINE ALIAGA

LES PRIX

Trophée Roger-Itier sur la saison, à Bayle de Vinuesa.

Révélation de l’année, Souvenir Eugène-Cammal, à Jazz d’Hervas.

Main d’Or à Ziko Katif.

Taureaux de la finale : Banaru du Rhône, meilleur cocardier ; Marengo de Vellas, meilleur barricadier.

18/10/2009

VENDARGUES : 7e TROPHEE ROGER-ITIER

Dimanche 18 octobre

DES CONFIRMÉS ET DES PROMETTEURS

Entrée: plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Garcia, Jourdan, Outarka, Villard. Gauchers:Cartalade, Ouffe, Poujol. Tourneurs: Beker, T. Dengerma, Kerfouche, Mata, Zerti.

Ruy Blas de Cuillé pour le meilleur taureau de la saison
, Trophée Roger-Itier ; Mascarat (manade Bon) meilleur espoir pour sa course du 29 mars, Trophée Eugène-Cammal ; et Benjamin Villard, prix du raseteur pour son travail aux ficelles («Et le reste», dixit Serge Hermet), voilà les prix attribués par le CT La Muleta en clôture de sa saison. Azzaro dernier taureau de la course du jour aurait mérité au moins un accessit.
Les gradins bien remplis témoignent de l’intérêt pour ce concours Cuillé, Lagarde, Ricard qui a tenu ses promesses, raseté sur un rythme tonique jusqu’à parfois obliger le président à intervenir pour calmer le jeu. Villard, la locomotive, et Poujol se font – bien – voir, aidés de Ouffe, Outarka par moments.
Eigouzo (Lagarde).- Il allie placement et actions dangereusement offensives ponctuées de nombreux Carmen. Sur sa 2e ficelle qu’il rentre, il durcit sa position et demande des rasets de plus en plus engagés où là il tape (Outarka). Musique.
Chivas (Ricard).- Affiche sa méchanceté et tamponne de bon cœur. Certes, il se disperse un peu mais sur les longs rasets de Villard (4), Poujol, Ouffe, il conclut et parfois bascule. Villard met un terme à la 12e, Chivas à ses trousses. 5 Carmen et retour.
Eros (Ricard).- Remuant, il met du jus dans ses poursuites, se montrant excellent partenaire dans de nombreux enchaînements. Poujol, Ouffe, Villard lui servent des rasets de classe qu’il honore goulûment mais avec un peu de naïveté. Une ficelle rentre, 4 Carmen et retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Malgré son expérience, les hommes le soumettent à un dur régime. Pourtant maître de son terrain, il reste vigilant et se révolte en se dressant après Poujol, Garcia, coince le pied de Jourdan, se cabre après Ouffe et signe un énorme engagement après Villard. 6 Carmen, rentre une ficelle.
Janeiro (Ricard).- Qui osera le premier raset<TH>? Du centre, Janeiro toise les blancs… attend et s’évade, s’évade… Villard ose et coupe la cocarde (à la 7e). Janeiro étale sa vitesse d’exécution finissant de glacer ses adversaires. Pourtant, Villard replonge dans les cornes et cueille la cocarde (9e), alors Janeiro se désintéresse et lâche comme sur le petit enchaînement qui suit. Ce qu’il attend Janeiro c’est la faute, l’hésitation, le ralentissement de l’homme et là il explose. Comme sur Villard (13e), le seul à essayer encore… Le second gland au toril en silence.
Racanel (Cuillé).- La palme du courage à ce classique généreux qui ne refuse rien et à qui les tourneurs mettent une pression inutile. Magnifiques les longueurs de Villard, Garcia, Poujol, Ouffe... Racanel s’engouffrant sans jamais refuser. 13’30 avec 6 Carmen et retour.
Azzaro (Lagarde).- Six ans, pétris de qualité, que voilà un bel espoir<TH>! Du placement, de la méchanceté, il déboule après les blancs et se balance haut. Des coups de barrière puissants où il zèbre le pantalon de Ouffe, bombarde Villard… Azzaro dicte sa loi jusqu’à rentrer ses ficelles. Des Carmen.

Martine ALIAGA

 

APARTÉ
UN PETIT AIR DE MATERNELLE

Aux trois premiers taureaux chacun rasète à sa main, passe à peu près à son tour... Et tout d'un coup - on est déjà au 4e taureau - les tourneurs se fâchent, se gênent, se disputent... jusqu'au rappel à l'ordre du président de course. Là un ange passe, regards innocents... "Non c'est pas moi, c'est lui...". Bon ça se calme... Mais Ruy Blas a vu pendant un moment 36 chandelles... Janeiro pas de problème, il n'y a que Villard pour le passer. Arrive Racanel, (trop) bon comme un bon pain, pas une once de vice, rasets longs superbes... Et d'un coup rebelote, en piste, on s'insurge, on se bouffe le nez... Intervention présidentielle... "Euh oui, mais ils avaient fait trois rasets d'affilée et là c'était à nous"... Un peu juste quand même et même injuste pour Racanel qui a vu le KO de près. Et ça repart tranquillou... Etonnant non ! Allons messieurs, à l'âge que vous avez... elle est loin la cour de l'école maternelle !